Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :


Pour tout contact avec ARTivision

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresse du site :

Quand les Mormons parlent de la Mer libre.

I Introduction.

     Le 03 Novembre 2009, nous anons le privilège de recevoir de notre ami Etienne F......, l'url d'un site bien rempli de textes concernant les Mormons et publiés par divers journaux :

      Le texte qui nous intéresse ici, est hélas en anglais et nous invitons avec déférence, les spécialistes, à nous améliorer la traduction si cela est nécessaire :


T R U T H   A N D   L I B E R T Y.

No. 22.    Salt Lake City, Wednesday, July 3, 1878.    Vol. XXVII.


      Congress adjourned without doing anything in the direction of an arctic expedition. A bill passed the house for an appropriation to aid the Eothen enterprise Eothen enterprise, but we believe it did not reach any action in the Senate....

      The Howgate colony scheme does not seem to have reached any practical form. James Gordon Bennett is more likely to play Polo than start for the Pole this year; Americus Symmes, son of the man who advanced the "Symmes' Hole" hypothesis, has received no encouragement to embark on a voyage to test the truth of the theory, so the Eothen will convey the only party this year devoted to polar navigation and Arctic discovery.

      We hope success will crown their efforts... in them may be found new keys to the unlocking of the Polar mysteries and the company of adventurous spirits now on their way to the icy regions of the north may prove to be the fortunate demonstrators of the Polar problem, the most interesting question that now agitates the minds of scientific geographers

The Regions of the North.

      Last evening the lecture delivered in the 14 Ward Assembly Rooms, by Captain Tuttle on his personal observations and incidents of travel in the Polar Regions, was attended by a rather small but very much interested audience.

      He stated that he reached as far north as 82 deg. latitude, while engaged in whaling. The nearer he approached the Pole whales became more abundant and the farther he traveled in that direction the more interested he became. At 76 deg. the compass dipped and became useless. This he attributed to the he existence of metals at the bottom of the ocean, particles of which were brought up upon the sounding-led. He passed the north star, which was as visible in the day time in that latitude as it is in this in the night.

      Finally a barrier or belt of ice, which proved to be twelve miles wide, was reached. An opening in this was sought for and one was found, but the current in it was so swift as to make the passage impracticable with a "whaler." In this current were seen broad leaves and pieces of wood, proving the existence of land on the other side. Some of the pieces of wood had upon them the mark of tools, some of the indentations being of such formation as to lead to the supposition that they were made with an adze. This proved to him not only that there was land beyond, but also that it was inhabited.

      Near the ice barrier the temperature was comparatively mild and the water was of greener color. Captain Tuttle and a number of other men traveled some distance over the ice belt. On the way, one man slipped into a fissure and was never seen any more. The others then as a precautionary measure, tied oars across their backs and attached to each other by means of ropes, for purposes of mutual aid, in case of another similar accident occurring. When the summit of the ice barrier was reached, the eyes of the [men] were greeted by a sight of the "Open Polar Sea," mentioned by some of the explorers of the North. By the aid of a marine glass law Capt. Tuttle was enabled to see, apparently at a distance of about sixty miles, a cloudy substance, which might have been land. But of this he could not be positive.

      Incidentally the lecturer stated his conviction that Captain Hall, the indefatigable explorer, was poisoned by one or more of his fellow voyagers. He heard him make a speech at Cincinnati, a short time before his departure, in which he said with great determination that he would reach the Pole or never return alive. Capt. Hall was determined, it was contended, to push on in his explorations while some of the others became afraid and put him out of the way, one Buddington being the party upon whom the strongest suspicion rested. On account of the belief of the Latter-day Saints regarding the location of the "Lost Tribes of Israel," in the "North Country," information regarding that region has a peculiar interest for them. We have given the leading points of the lecture, which Captain Tuttle claims to be an account of his own personal experience and observation.

      The lecture would be still more interesting if condensed, by the Captain confining himself strictly to the subject, instead of introducing material essentially extraneous to it.

Note 1: When the Mormon editors of the Deseret News chide Captain Francis Tuttle for not "confining himself strictly to the subject," they perhaps meant to say that the old whaling master had not confined his his lecture topic to subject matter of "peculiar interest" to the Latter Day Saints. However, from the summary given by the News reporter, it appears that Tuttle tailored his remarks to an audience eager to hear of icey, inpenatrable barriers in the far north -- and of an unexplored, temperate land, sixty miles beyond the barrier, across a warmish, unfrozen Arctic Ocean. All of this turned out to be exaggerated elements, evidently taken out of context, from an otherwise unremarkable northern whaling narrative.

Note 2: More than five years later, in a letter addressed to Captain George E. Tyson, dated Dec. 7, 1883, Americus Symmes, of "Symmeszonia," Kentucky, urged Tyson to take command of an Arctic exploration expedition, "to be gotten up by subscription, for the purpose of finding the country that Nordenskjold, Wiggins and Capt. Tuttle found after passing the magnetic pole." Part of Symmes' argument in justifying this unlikely expedition, was based upon his re-telling of fantastic accounts attributed to Captain Francis Tuttle, regarding a temperate, inhabited, trans-polar land -- a land which Symmes said had been first discovered, in 1878-79, "by Captains Wiggins and Seabaum." According to Symmes, "Captain Tuttle also reported having found the same country and people, and describes the people as being very large, with black hair and whiskers, roman noses, and speaking Hebrew." In other communications Americus Symmes (the son of John C. Symmes, the originator of the fabulous "Symmes' holes theory" for a hollow world) professed that these purported Hebrew-speaking northerners were the very same ten tribes that had been lost to Israel centuries before. It appears, however, that Captain Tuttle did not relate such wild stories to his Utah audience in 1878. The Salt Lake Tribune of June, 23, 1878 announced Tuttle's upcoming lecture, but evidently the paper's editors found nothing in Tuttle's delivery worth reporting.

II Genèse de l'affaire.

      Notre grand ami Léonard, a bien voulu nous aider à traduire ce texte :



No. 22. Salt Lake City, Mercredi 3 juillet 1878. Vol. XXVII.


     L'ajournement du Congrès, sans rien faire dans le sens d'une expédition arctique. Un projet de loi adopté par la Chambre pour un crédit destiné à l'aide de l'entreprise Eothen, mais nous pensons qu'il n'est pas parvenu à aucune action dans le Sénat ....

     Le régime de la colonie Howgate ne semble avoir abouti à aucune forme pratique. James Gordon Bennett est plus susceptible cette année de jouer au polo que de démarrer l’expédition au pôle ; Americus Symmes, fils de l'homme qui a avancé l’hypothèse du "Trou Symmes", n'a pas reçu d'encouragement pour entreprendre un voyage afin de vérifier la véracité de la théorie, ainsi l’entreprise Eothen sera la seule cette année à se consacrer à la navigation polaire et la découverte de l'Arctique.

     Nous l'espérons que le succès couronnera leurs efforts ... en eux se trouvent peut-être de nouvelles clés pour le déverrouillage des mystères polaires et la compagnie des esprits aventureux, maintenant en route vers les régions glacées du nord, pourront s'avérer être les heureux découvreurs du problème polaire, la question la plus intéressante qui agite aujourd'hui l'esprit des géographes scientifiques.

Les régions du Nord.

      Hier soir, la conférence prononcée au cours des 14 Ward Assembly Rooms, par le capitaine Tuttle sur ses observations personnelles et les incidents de voyage dans les régions polaires, a été suivi par un public plutôt peu nombreux, mais très intéressé.
     Il a déclaré qu'il est arrivé dans le nord jusqu'au 82° de latitude, lors d'une partie de chasse à la baleine. Plus il approchait le pôle, plus les baleines étaient nombreuses, et plus il avançait dans cette direction, plus les choses devenaient intéressantes. À 76°, l'aiguille de boussole plongea vers le sol ( Note du Webmaster : voir the Smoky God.html: C'est la pointe bleue de la boussole qui se collait à la vitre, tandis que la pointe blanche plongeait vers le sol et cela bloquait tout mouvement), et devint inutile. Il attribua ceci à l'existence de métaux au fond de l'océan, dont les particules ont été retenues par la sonde d'affleurement. (sans doute la sonde permettant de tester la profondeur de la mer et de détecter les rochers qui affleurent près de la surface). Il passa l'étoile polaire, qui est aussi visible dans la journée à cette latitude qu’elle l’est dans la nuit.

     Finalement, une barrière ou une ceinture de glace, qui s'est avéré être de douze milles [NDTR : on suppose qu’il s’agit de milles nautiques, soit +/- 22,23 km] de large, a été atteinte. Une ouverture dans celle-ci fut recherchée et fut trouvée, mais le courant y était si rapide qu’il rendait le passage impraticable avec un "baleinier". (note du Webmaster : pour avoir une petite idée de cela, voyez comment Olaf Jansen du Smoky God a dû manœuvrer dans ce couloir étroit) :

     Dans ce courant ont été vus de larges feuilles et des morceaux de bois, prouvant l'existence d'une terre de l'autre côté. Certaines des pièces de bois avaient des marques d'outils, certaines indentations de cette formation étant de nature à laisser supposer qu'elles ont été faites avec une herminette. Ceci lui révéla que non seulement, il y avait des terres au-delà, mais aussi qu'elles étaient habitées.

     Près de la barrière de glace, la température était relativement douce et l'eau était de couleur verdâtre. Le capitaine Tuttle et un certain nombre d'autres hommes parcoururent une certaine distance sur la ceinture de glace. Sur le chemin, un homme glissa dans une crevasse et ne fut jamais retrouvé. Les autres, comme mesure de précaution, attachèrent des rames dans leur dos et s’attachèrent les uns aux autres au moyen de cordes, à des fins d'assistance mutuelle, au cas où un autre accident similaire se produise. Quand le sommet de la barrière de glace fut atteint, les yeux des hommes furent récompensés par une vue de la "Mer libre du pôle", telle qu'elle est mentionnée, par certains explorateurs du Nord. A l'aide d'une longue vue marine, le capitaine Tuttle a pu voir, apparemment à une distance d'environ soixante miles [NDTR : +/- 96,5 km], une configuration nuageuse, qui pourraient signifier la présence d'une terre. Mais concernant cela, il ne pouvait être affirmatif.

     Incidemment, le conférencier s'est dit convaincu que le capitaine Hall, l'infatigable explorateur, a été empoisonné par un ou plusieurs de ses compagnons de voyage. Il l’a entendu faire un discours à Cincinnati, peu de temps avant son départ, dans lequel il dit avec beaucoup de détermination qu'il allait atteindre le pôle ou ne jamais revenir vivant. Le capitaine Hall était déterminé, soutenu à pousser dans ses explorations tandis que certains des autres prirent peur et l’écartèrent du chemin, un [membre de la famille] Buddington étant celui sur lequel les plus forts soupçons reposaient. En raison de la croyance des Saints des Derniers Jours [NDTR : provenant de la religion des mormons] concernant l'emplacement des "tribus perdues d'Israël", dans le "Pays du Nord", les renseignements concernant cette région avaient intérêt particulier pour eux. Nous avons donné les points principaux de la conférence, dont le capitaine Tuttle revendique être un récit de sa propre expérience, et observation personnelle.

     La conférence aurait été encore plus intéressante si elle avait été condensée, si le capitaine s’était strictement consacré au sujet, au lieu d'introduire des données essentiellement extérieurs à celle-ci.

Note 1: Lorsque les éditeurs Mormons du "Deseret News" blâme le capitaine Francis Tuttle pour ne pas se "consacrer strictement au sujet",, ils ont peut-être voulu dire que le vieux capitaine de baleinier n'avait pas limité l’objet de la conférence à un sujet d’ "intérêt particulier" aux Saints des Derniers Jours. Toutefois, à partir du résumé donné par le journaliste du "Deseret News" , il semble que Tuttle adapta ces remarques à un public désireux d'entendre parler de barrières de glace impénétrables dans l'extrême nord - et d’une terre inexplorée, tempérée, soixante miles au-delà de la barrière, à travers un océan Arctique tiède et dégelé. Tout cela s'est avéré être des éléments exagérés, évidemment pris hors contexte, à partir d'un récit autrement banal de chasse à la baleine dans le Nord.

Note 2: Plus de cinq ans après, dans une lettre adressée au capitaine George E. Tyson, en date du 7 décembre 1883, Americus Symmes, de "Symmeszonia" dans le Kentucky, exhorta Tyson à prendre le commandement d'une expédition d'exploration de l'Arctique, « obtenue par souscription, dans le but de trouver le pays que Nordenskjold, Wiggins et le capitaine Tuttle trouvèrent après le passage du pôle magnétique ». Partie de l'argumentation de Symmes pour justifier cette peu probable expédition, était fondée sur sa répétition des récits fantastiques attribués au capitaine Francis Tuttle, au sujet d'une terre trans-polaire tempérée et habitée - une terre qui d’après Symmes avait d'abord été découverte, en 1878-79, « par les capitaines Wiggins et Seabaum ». Selon Symmes, « Le capitaine Tuttle a également signalé avoir trouvé le même pays et le même peuple, et décrit le peuple comme étant très nombreux, avec des cheveux noirs et les moustaches, le nez romain, et parlant hébreu ». Dans d'autres communications, Americus Symmes (le fils de John C. Symmes, l'initiateur de la fameuse « théorie des trous de Symmes » pour une terre creuse) prétendait que ces soi-disant nordiques parlant hébreu étaient les dix mêmes tribus qui avaient été perdues en Israël des siècles auparavant. Il apparaît, cependant, que le capitaine Tuttle ne relata pas ces histoires folles à son auditoire en Utah en 1878. Le "Salt Lake Tribune" du 23 juin 1878 annonça la future conférence de Tuttle, mais évidemment les éditeurs du journal ne trouvèrent rien dans la prestation de Tuttle qui méritait d'être rapporté.

III Conclusion.

     Disons pour le novice qui entre, pour la première fois, dans le site ARTivision, par cet article, nous avons déjà, dans plus d'une trentaine d'articles, fait état de cette affaire extraordinaire de la "Mer libre" des deux régions polaires. Pour découvrir ces articles, prière donc de se reporter au paragraphe :

e) La plus grande dissimulation planétaire de tous les temps.

     de l'article :

      Mais, par delà le rêve, subsiste encore le Grand Mystère : En effet le 6 Février 2008, nous savons eu le privilège de recevoir une superbe image de l'internaute Christian C....... qui réalise d'amirables aquarelles (Aquarelle et voyage).

      Cette image est une modeste reproduction de la célèbre gravure de Hayes représentant la mer libre du pôle nord que nous avons déjà présentée dans notre article :

      Voici donc cette aquarelle :

      Arrivés à un certain point, très haut, dans la zone polaire, les explorateurs ne peuvent plus avancer et devant eux s'étend indéfiniment une large mer, totalement libre de glace, et où se précipitent et évoluent de très nombreux oiseaux.

      Que n'a-t-on pas déclaré au sujet de cette mer libre de glace, en plein pôle nord ?

      Cependant dans l'ouvrage de l'explorateur polaire réputé, le Dr Kane "Arctic Explorations": tome I de 1868 , on pourrait traduire ainsi un passage clef :

" Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ? "

     Mais pour en savoir plus, il ne nous reste ici, qu'à retrouver les exploits de l’entreprise Eothen, puis les écrits concernant le capitaine Tuttle, le capitaine Hall, le capitaine George E. Tyson, les explorateurs, Nordenskjold, Wiggins, Seabaum, et sans doute bien d'autres, qui ont eu l'audace de s'aventurer dans ces régions polaires désormais, pour nous, oh combien chargées de mystères .

     Fred IDYLLE.

     Article mis en page le 06/11/09 er revu le 07/11/09 .

Pour tout contact :

Retour à la page d'accueil