Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :


<
Où l'Amiral Byrd rejoint Alice
au pays du Soleil Froid...

     

I Introduction.


      Cet article est la suite logique de deux articles précédents sur "L'extraordinaire découverte de l'Amiral Byrd" qui ne pouvait être allongé outre mesure et qu'il convient et de lire respectivement en priorité aux adresses suivantes :

http://www.artivision.fr/docs/Byrd.html

http://www.artivision.fr/docs/Byrdsuite.html



     Cette aventure de l'Amiral Byrd est si extraordinaire, que nous avons pensé faire le rapprochement avec l'aventure, bien connue, d'Alice au pays des merveilles que nous devons au mathématicien et écrivain britannique Lewis CAROLL en 1865. Nous savons en effet, qu'Alice est plongée dans ce roman, par un concours de circonstances, dans un monde fantastique où rien ne se passe comme on pourrait le supposer. Il en a été de même, on le sait déjà, de l'Amiral Byrd, qui a pénétré dans un univers si insolite qu'il défie l'imagination la plus échevelée.

II Genèse de l'affaire.

Volet n°1
Quand une découverte fortuite in situ, confirme
l'aventure polaire insolite de Byrd.



     Le 01/02/2001 à 16h heures de Guadeloupe en recherchant un objet particulier dans la chambre de notre fils, nous avons trouvé au fond d'un tiroir l'ouvrage intitulé " Contes et légendes des cités disparues " de Laurence Camiglieri publié chez Nathan en Avril 1979. En voulant replacer cet ouvrage dans notre bibliothèque, à côté d'ouvrages de même format, nous y avons découvert un "dictionnaire des explorations" de 1967 publié chez Larousse édité d'après le copyright d'Augié, Hollier etc.. de 1966 et dictionnaire que nous avions complètement oublié dans le petit coin où il se trouvait. Nous nous sommes vite précipités pour lire ce que l'on y disait de l'amiral Byrd. Pages 52 à 54, on y parle de toutes ses expéditions scientifiques classiques sans faire aucunement allusion à ses voyages au-delà des pôles, mais, alors que nous allions nous désespérer d'y trouver quelque chose d'intéressant, juste à la fin, de la dernière page, nous avons relevé, tout de même, la phrase :

" Mentionnons, enfin, l'étrange découverte, par 104° E., d'une " Oasis de lacs temporaires peuplés d'algues et d'animaux inférieurs ..." ".

     Notez bien les mots "Oasis de lacs temporaires" et surtout les "trois points de suspension" précédents, ils valent, sans doute, leur pesant d'or. Évidemment les oasis temporaires disparaissent utilement, après un certain temps, pour que l'on n'ait pas à en parler plus tard. A vous donc de juger tout cela ...et encore merci à "Super Hasard" qui nous a fait découvrir cette information, in situ, car alors que nous qui n'avons pas pour l'instant, l'opportunité d'aller au USA pour retrouver les journaux de l'époque parlant de cette incroyable aventure de Byrd, voila, que nous découvrons chez nous même, la preuve édifiée par des spécialistes de dictionnaires, que Byrd a bien eu une aventure insolite dans une "pseudo oasis", bien entendu, le mot "pseudo", ne nous concerne pas, mais, bien sûr, correspond à ce que selon nous, penseraient ces spécialistes au sujet de cette oasis...Affaire à suivre donc de très près et comme une image vaut mille mots, voici ci-dessous les éléments iconographiques de tout cela :

  


     Et nous avons souligné en rouge dans l'image ci-dessous, la courte phrase clé, qui fait l'objet de toute notre attention :


      Notre article désormais placé à :
http://perso.wanadoo.fr/artivision/docs/merlibre.html
explicite selon nous, plus avant cette notion d'oasis polaires.

Volet n°2
Quand on s'interroge sur la nature de notre soleil
et de celle du "soleil central".



     Au mois de Décembre 2000, la revue "Ciel & espace", a sorti son n° 367, en spécifiant qu'il était "exceptionnel", car il représente, nous dit-on le "journal du siècle en Astronomie". Il convient donc de ne pas louper ce numéro où nous avons cependant noté certaines anomalies que nous avons signalées déjà dans notre article intitulé (remue-ménage cosmique).

     A la page 41 de cette revue, concernant notre Soleil, nous notons le texte suivant: " Retour vers le futur: Plus de 50 ans après, on ne connaît toujours pas le mécanisme précis du chauffage de la couronne. Il semble que Hans Alfvèn ( Prix Nobel de Physique en 1970) soit le plus proche de la réalité. Certaines ondes dites "magnétohydrodynamiques" se propageraient dans la couronne et la chaufferaient. Les satellites d'observation du Soleil, comme Yohkod, Soho, ou Trace, ont mesuré sa température : Elle dépasse les 2 millions de degrés!"

     Vous avez bien lu : "On ne connaît pas encore le mécanisme du chauffage de la couronne".

     Certaines personnes rejettent "la théorie de la Terre creuse" pour cause d'explosions atomiques impossibles à la surface du petit soleil formant le noyau central, et qui devrait, parait-il, d'abord atteindre une certaine masse critique, pour que se déclenchent toute réaction en chaîne. (Remarque: Dans un article intitulé "Quand la Terre était creuse" paru dans le n° 135 de la revue Science&Vie Junior de Décembre 2000, Pierre Lagrange, le champion des détracteurs d'ovnis et de l'affaire Roswell, affirme page 87, que le soleil central ne peut exister, car il devrait avoir une taille au moins 15 fois égale à celle de Jupiter ).

     Donc, nous laissons aux spécialistes, le soin de discuter de tout ceci, et surtout de ce que nous allons vous révéler ci-dessous, car nous n'avons pas la compétence requise pour savoir si cela est vrai ou non. Notre rôle se résume, nous l'avons déjà exprimé ailleurs, à montrer des documents qui n'ont pas connu, en leur temps, la publicité qu'ils auraient dû normalement avoir. Autre remarque: Dans l'article précédent de Pierre Lagrange, cet auteur parle de Raymond Bernard, dont il connaît même, parait-il, le nom véritable, qui serait Walter Siegmeister, et il oublie volontairement de citer le nom de l' ouvrage clé de ce dernier paru en 1964, sans doute sans valeur pour lui. Mais, il oublie aussi, étrangement, surtout de citer, de quelque manière que ce soit, l'Amiral Byrd, ce pionnier des pôles, et l'un des militaires les plus titrés des USA, dont les déclarations hors normes, sont à l'origine de nos deux articles. Soit, ces déclarations sont fausses et ce Mr Pierre Lagrange, devrait le dire à grand fracas, soit elles sont authentiques et ce même auteur par honnêteté devrait nous le révéler, "même entre parenthèses", en faisant passer au moins, l'Amiral Byrd, pour un vrai psychopathe. A vous donc de juger.

     Si l'amiral Byrd ne nous dit pas grand chose sur la nature de cet énigmatique " soleil central", nous pouvons déjà cependant analyser maintenant quelques autres déclarations concernant notre propre soleil et par comparaison, celles concernant ce surprenant soleil central.

Première déclaration :

     A la page 289 d'un livre remarquable intitulé " La barrière du temps " d'Andrew Tomas, nous lisons la phrase attribuée vers 1882 aux "Mahatmas" : " Le Soleil n'est ni un corps solide, ni un liquide. Ce n'est pas cependant un gaz incandescent mais une boule gigantesque de force électromagnétique, le réservoir de la vie et du mouvement universel ".

Deuxième déclaration :

Quand l'écrivain Desmond Leslie nous parle, dès 1953 de cette affaire de soleil froid.

      Voici un extrait d' un ouvrage publié, en 1953, par l'auteur anglais Desmond Leslie qui a quitté ce monde en 2001 à 79 ans.

     Cet ouvrage (écrit en collaboration avec G. Adamski), intitulé " Flying saucers have Landed" :


ouvrage publié chez Werner Laurie Hc et que l'on peut encore avoir la chance de trouver en français dans la collection de poche "J'ai Lu"A 260 dans la prestigieuse collection hélas disparue " L'aventure mystérieuse du cosmos et des civilisations disparues" publié au début de 1971 sous le titre " Les Soucoupes volantes ont atterri " , nous déclare alors ceci, pages 144 à 145 :

    " Mais pour le moment, notre propos est de découvrir l'origine des véritables soucoupes interplanétaires. Les planètes voisines semblent apporter la réponse la plus plausible: Mars et Vénus. Mais alors, pourquoi pas aussi Saturne, Jupiter, Uranus, Neptune, Pluton et toutes les planètes encore inconnues? On nous oppose que la chose est impossible car toutes les planètes au-delà de l'orbite de Mars sont trop glacées pour que la vie puisse y exister, et que Vénus et Mercure sont trop brûlantes, mais rien ne nous affirme que la chaleur en tant que telle émane du soleil. Les textes anciens nous apprennent que le Soleil produit une énergie irradiante mais pas de chaleur (telle que nous la connaissons) que cette chaleur n'est qu'un sous-produit de l'énergie soumise à la friction de notre atmosphère. Dans ce cas, cela expliquerait la ceinture d'air chaud récemment découverte à 60 kilomètres d'altitude où toute vie serait impossible dans ces températures avoisinant 170°. Selon les Anciens, une atmosphère planétaire agit à la fois comme convertisseur d'énergie et comme filtre réglant la quantité de chaleur ainsi formée. Ainsi, il est fort possible que toutes les planètes de notre système aient une atmosphère semblable à la nôtre. Imaginons un instant que nous puissions emporter nos instruments sur Mars et contempler la Terre, nous verrions cette ceinture brûlante et nous penserions qu'à la surface de ce globe la température est de 170°. Et si les Martiens n'ont pas de meilleurs instruments que nous, on leur pardonnera de penser que toute vie humaine est impossible sur la Terre. Donc, tant que nous ne serons pas allés examiner de près les autres mondes, il serait plus sage de ne pas pontifier dans un sens ou un autre. "

      Que dire de plus devant une telle affirmation de Desmond Leslie, qui rappelons-le, était le neveu de Wiston Churchill et n'avait pas l'habitude de raconter des balivernes. Il est bien dommage cependant que cet auteur ait oublié de citer au moins un des textes anciens auxquels il fait référence, de même que les travaux sur lesquels, il s'appuie pour affirmer l'existence d'une ceinture brûlante placé à 60 Km d'altitude dans notre atmosphère. Nous invitons les internautes spécialistes qui auraient quelques informations à ce sujet, à bien vouloir nous contacter pour tirer au clair cette affaire. Merci d'avance...

Troisième déclaration :

     De même, dans un autre ouvrage (non traduit en français officiellement, mais dont nous avons pu avoir une traduction privée de 1962, extrêmement précieuse et sans doute introuvable actuellement) de G. Adamski " Flying saucers Farwell ", nous lisons chapitre II (intitulé " l'activité de l'espace dans notre système solaire") page 32:

" La première chose à réaliser est que le Soleil n'émet pas de la lumière et de la chaleur sous la forme que nous observons sur Terre. La radiation du Soleil ne se manifeste comme lumière et chaleur que lorsqu'elle pénètre dans l'atmosphère des planètes elles-mêmes. L'espace extérieur est dépourvu de lumière, telle que nous la connaissons. Dans l'espace extérieur la lumière est une lumière froide, causé par la phosphorescence de vastes nuages de particules et de gaz, répondant à la radiation émise par le Soleil. Pour un observateur humain, l'espace extérieur parait être un vaste vide obscur, rempli de billions de billions de minuscules étincelles de lumière multicolore. Toutes ces minuscules lumières sont en état de mouvement continuel et d'activité. "

(Notons en passant que ce n'est du tout là, le genre de discours utilisé par un affabulateur psychopathe ou un gourou de secte. C'est en effet à ce genre d'individu que certains auteurs émules de la désinformation officielle ou encore auteurs qui ont oublié de se recycler en données ésotériques modernes, ont voulu assimillé cet Adamski qui n'a pas fini de nous étonner. Lire donc à ce sujet l'article pages 36 à 38 de la revue Top secret n° 8 de Sept 2003:
http://topsecret.magazine.free.fr . D'ailleurs en hommage à la traductrice courageuse de cet ouvrage, Mme H. Verdin Roussel, voici d'abord, de ce livre rare, l'image de la couverture que nous avons du refaire parce qu'elle était abimée et surtout, celle de la première page avec la typographie et les inscriptions de l'époque:)

   


     Tout le chapitre en question, est pratiquement consacré à la lumière et l'espace. Nous signalons cependant que les premiers astronautes comme Glenn et Carpenter ont bel et bien été confrontés à ce problème de particules lumineuses dansant devant leur hublot, et particules qu'Adamski avait lui même qualifié, bien avant eux, de "lucioles"(Voir ci-dessous le "France Soir" du 25/05/62 ou le Paris-Presse l'Intransigeant : même date:)

   


Quatrième déclaration :

     Voici ce que déclare Dino Kraspédon dans un ouvrage publié à Londres en 1959, non traduit en français (mais dont nous possédons aussi, une traduction privée plutôt rare ) , et ouvrage intitulé " Mon contact avec les ET. " à la suite de la question suivante qu'il fait à l'extraterrestre:

     " Certains disent que la chaleur présente dans l'atmosphère terrestre vient du soleil. Y-a-t-il du vrai dans cette affirmation ? "

     Réponse de l'extraterrestre:
     " la chaleur vient du Soleil, mais sous forme d'ondes hautes fréquences qui sont converties en rayonnements calorifiques. Cette conversion se produit dans l'atmosphère des planètes. Ils ne viennent pas du soleil sous cette forme car la chaleur ne peut pas voyager dans le vide. Même la chaleur du soleil est supportable car il n'est qu'un champ générateur de force électriques. Un générateur est froid, mais les courants qu'il engendre peuvent produire de hautes températures. Il est absurde d'affirmer que des températures de plusieurs millions de degrés existent sur le Soleil. Sa luminosité n'a rien de commun avec sa chaleur. Sur Terre, on peut trouver des sources de lumière froide . La lumière d'un néon n'est pas chaude. Nombre d'insectes produisent de la lumière froide, de même que certains légumes sous une action bactériologique. Comme vous le constatez mon ami, votre science regorge d'erreurs. je n'en suis pas surpris, car les choses de la vie sont jugées par les vérités qu'elles peuvent avoir, pas par leurs erreurs."

     C'est encore très surprenant n'est-ce pas ?

Cinquiéme déclaration :

     Voici enfin un texte que nous possédons depuis Mars 1973 et que nous avons soigneusement jusqu'à présent éviter de divulguer, sur notre site où pourtant l'insolite domine. Encore une fois nous ne sommes pas en mesure de savoir si cela est scientifiquement démontrable..Voici à titre documentaire une image de couverture de la revue qui a osé à l'epoque sortir un tel texte unique en son genre :



VOYAGE EN OVNI : le système solaire

Extrait de la revue Ondes Vives n°83 de Mars 1973

     " Nous avons pris contact avec un groupe de Bologne (Italie) qui reçoit des messages télépathiques d'Extra-Terrestres. Ce groupe présente l'immense intérêt d'avoir des relations directes avec eux. De ce fait le témoignage des sens exclut toute fantaisie imaginative. Voici un résumé d'une de ces entrevues qui eut lieu le 15/10/62. C’était la 7e rencontre. Ondes Vives : (Itacar et Saki sont deux extraterrestres)

     Le 15 Aout 1962, à 23 heures, appelé télépathiquement comme d'habitude, je me rendis au lieu de rencontre. Itacar et Saki m'y attendaient et m’embrassèrent. Nous entrâmes dans la soucoupe volante. Itakar, passant la main sur le triangle, démarra. Quelques minutes plus tard nous étions arrivés. Nous sortîmes et je vis que nous étions dans un grand cratère volcanique dont le fond poli servait de base d'atterrissage. Itacar me dit que nous étions sur le satellite de la Terre, c'est-à-dire la Lune. J'eus tout loisir d'examiner l'installation avec ses grandes portes en arche, éclairées comme en plein jour. Nous entrâmes par l'une d'elle et suivîmes un corridor de 4 m de large et 400 m de long, éclairé par le plafond, mais on ne voyait pas de lampes. De part et d'autre il y avait des portes surmontées de signes géométriques. Nous entrâmes dans l'une qui portait comme sigle un cercle avec un point rouge au centre. Je vis une chambre circulaire de 20 m de diamètre avec, au centre, une table ronde aussi, de 3 mètres de diamètre, entourée de sièges. Itacar et moi nous nous assîmes tandis que Saki sortait.

     Bientôt entra un homme que je connaissais déjà. Je me levai et lui serrai la main. Il me dit:

     "Je suis POMAR, de la planète ATOUN. Me trouvant sur la Terre où je devais passer plusieurs jours, je pensais te revoir et te parler de choses que tu ne sais pas et que tu ne comprendras peut-être pas maintenant. Néanmoins, imprime-les bien dans ta pensée afin de t'en souvenir et de les répéter à tes frères. Donc écoute:

     Nous appelons votre Terre SARAS, d'un mot chaldéen ancien : SHAN-RAN (SHAN la Croix, RA cercle) Saras fait partie du Système solaire en vertu du mouvement qui l'anime. Si ce mouvement venait à cesser, il en résulterait une rupture d'équilibre qui affecterait l'harmonie de la Création et bouleverserait les lois précises qui la gouvernent. La Terre ne pourrait plus exister comme telle. Il lui faut donc, pour subsister, continuer son mouvement qui lui permet non seulement de parcourir son orbite définie, mais de se mouvoir selon les calculs extrêmement exacts de la nature, en synchronisme avec tout le reste du Cosmos.

     Dans l'espace compris entre tes mondes "matériels", il existe un immense filet éthérique, un océan éthérique où ces mondes naviguent avec leurs satellites. Le Cosmos où nos mondes orbitent est TRINO parce qu'il représente la totalité des formes "intérieures". La nature est conforme à la loi binaire parce qu'elle est la manifestation des formes "extérieures". L'un est le point de départ, l'autre le point d'arrivée. Les deux sont reliés au cercle éternel des phases dualistes naturelles, d'évolution ou d'arrêt. Ce dualisme trouve sa réplique dans divers symboles. En fait, sur ta Terre, l'axe vertical symbolise l'ascension, la vie, la flamme montant vers le haut, le principe, la levée. Au contraire l'axe horizontal représente l'assise, la fin, l'eau, l'immobilité, le sommeil, la mort.

     L'union et l'équilibre de ces deux lignes, verticale et horizontale, forme la CROIX, symbole métaphysique des événements de la nature dans son dualisme , accouplement des deux forces fondamentales qui générèrent l'équilibre des quatre éléments représentés par les quatre bras de la croix.

     Vos savants se sont-ils demandé la véritable signification du symbole de la croix ? Jamais, parce qu'ils sont athées ou semi-athées. Cela veut dire que, n'ayant pas foi en Dieu et ne connaissant pas à fond la métaphysique, ils ne réussiront jamais à comprendre les lois cosmiques multiples qui règlent les mondes et leurs évolution. Vos hommes de science n'ont jamais pensé à ce que deviendrait l'existence humaine si ces lois venaient à faillir ne serait-ce qu'un instant. Eh bien, cela pourrait se produire, pour absurde que cette hypothèse puisse sembler à la suite de multiples explosions atomiques. L'astre solaire, étincelle de la création est par rapport à l'Univers comme l'Esprit est au corps. De même que l'Esprit vivifie la matière, le Soleil anime tout le système solaire. S'il vous était donné de le regarder hors de votre atmosphère, vous seriez stupéfaits de le voir comme une balle violette aux reflets verts opaques, parfois iridescents d'une multitude de couleurs où domine le bleu profond. Vous auriez aussi pour la première fois l'impression que le Soleil est "obscur" et que l'énergie de chaleur et de lumière qui semble émaner de lui, n'est qu'un aspect de la radiation effective de l'astre.

     Combien de conceptions erronées ont été émises par vos savants, et combien de doutes les assaillent ! Tout cela parce qu'ils marchent sans foi dans une voie fausse. En fait, le Soleil ne représente pas autre chose qu'un centre d'émanation une source d'ultra-micro-ondes radioactives à une fréquence extrêmement haute concentrant un potentiel de haute valeur.

     Tel quel, il ne peut donc être qu’absolument froid, ce qui est contraire aux conclusions de vos savants qui attribuent au soleil une chaleur de millions de degrés, tentant d'établir la valeur thermique de l'astre. - Se peut-il que la loi de Wien soit fausse ? La sensibilité des bolomètres serait-elle en défaut ? Rien de tout cela et cependant le Soleil est froid en réalité. L'erreur est dans le principe, sans lequel il est inutile de formuler une théorie. Il faut rechercher la cause de la lumière et de la chaleur, dans les phénomènes qui se manifestent dans le non parcours ou encore mieux dans la "réaction" de résistance que son énergie suscite loin du centre d'émanation. Les vibrations radiantes projetées par le soleil dans l'espace, sont reçues par l'éther qui n'est pas le vide absolu, mais bien un ensemble d'espaces qui s'étendent de planéte à planète et qui les unissent comme le ferait une mer dont les substances éthériques agissent comme des conducteurs d'énergie.

     La résultante de ces oscillations n'est pas la lumière mais un "rayon" inconnu de vous, qui part du Soleil et se propage dans le Cosmos en vertu du vide éthérique et par conséquent porteur d'une charge électrique à corpuscules radioactives, grâce auxquelles il acquiert la puissance radiante.

     Vous connaissez déjà quelques-unes des propriétés du radium par les simples applications que vous en faites et vous savez combien est mystérieuse cette substance qui émet une incalculable énergie soit sous forme radioactive, soit en pouvoir dissociant et consumant (dûs tous deux à des propriétés positives et négatives complexes et inconnues de vous).

     Vous avez fait des expériences avec le radium et vous avez constaté que tout objet soumis à son action ne peut que bruler ou devenir lumineux. Le même phénomène se produit dans le Cosmos et les radiations du Soleil bien que froides et obscures, peuvent donner, en des points déterminés "d'arrivée", lumière et chaleur. En fait, le rayon obscur qui traverse l'espace, acquiert cette propriété ignorée de vous, selon la planète sur laquelle il est projeté. Son effet étant en rapport avec l'atmosphère déterminée qu'il traverse.

     L'émanation radioactive obscure à l’origine, et transportée à travers le Cosmos, se transforme donc en rayons lumineux au contact de l'atmosphère qui peut être plus ou mois dense et volumineuse. Il se produit en ce cas une réaction entre l' énergie "d'arrivée" et les composants gazeux de l'air. Il en résulte une production de micro-ondes lumière dont l'intensité augmente à mesure qu’elle approche de la croûte de la planète lorsqu'il y a des substances gazeuses toujours plus raréfiées. Un rapport analogue entre puissance irradiante et radiation se trouve dans votre lumière électrique que vous ne connaissez pas encore à fond. L'énergie est produite dans une lointaine centrale hydroélectrique alors que l'effet lumineux à travers le filament conducteur se manifeste à distance, dans un ballon de verre où existe une ambiance idoine pour porter le filament à l’incandescence.

     La Terre est comme une énorme lampe lorsqu’on la voit dans la nuit éthérique. Elle illumine une partie infinitésimale de l'infini et ce faisant, elle brille. Le cercle d'illumination en montre le diamètre alors que la ligne équatoriale en symbolise la résistance. C'est maintenant compréhensible parce que règne la plus profonde obscurité dans les espaces sidéraux infinis. Ce phénomène est vérifiable, bien qu'il soit en contradiction avec les conclusions de toutes vos recherches scientifiques. Il est donc tout simplement absurde de formuler un principe selon lequel la chaleur est inversement proportionnelle à la distance. Il s'ensuivrait pour vous, terriens, comme résultat logique, que Mercure devrait être une fonderie de bismuth et de plomb, alors qu'au contraire Mercure possède les mêmes éléments que la Terre et il est le centre radio de notre système habité par des hommes physiologiquement et spirituellement plus élevés que vous. Donc votre science erronée est en contradiction avec la leur en tant qu’ils obéissent aux lois universelles de l'Esprit Créateur : Dieu.

     Il y a aussi un autre fait qui contribue à démolir les théories scolastico-scientifiques grâce à la giration de la Terre autour du Soleil, vous avez l’été lorsque vous êtes au point le plus éloigné du Soleil, et l’hiver quand vous en êtes au plus près. Pour justifier anomalie votre science a émis l'hypothèse de l'obliquité des rayons et de la durée des jours. Cela est vrai, mais en fait c'est dû à l'action des rayons obscurs qui viennent du soleil. S'il en était autrement, l'énorme accroissement de température que la Terre devrait subir au périhélie ne pourrait expliquer le retour cyclique de votre pâle et froid soleil des journées d'hiver. Je chercherai plus tard à vous confirmer le principe que je viens d'exposer : plus grande est la densité des stratifications atmosphériques traversées, plus grande est la chaleur des rayons. Comme toute autre planète, votre Terre, dans son mouvement de rotation autour de son axe, doit entraîner la rotation de l'atmosphère qui prend de ce fait un aspect parabolique. Elle se dispose donc sous une forme ellipsoïde avec le petit axe superposé à celui de la Terre. Il s'ensuit que le rayon solaire traversant l'équateur trouvera une plus grande épaisseur atmosphérique et par conséquent produira plus de chaleur qu'aux pôles. Voilà pourquoi la zone équatoriale est brûlante alors qu'en zone polaire règne la glace. En conclusion il faut se convaincre de l'erreur de vos savants qui font du Soleil ce distributeur d'énergie, une gigantesque pile infernale qui devrait être aussi la cause des valeurs hyperboliques de la température des étoiles.

     Ceci est une autre théorie bâtie par vous, terriens, avec vos fausses convictions qui amènent des conclusions inexactes à cause de l'insuffisance du préjugé initial. L'orgueil de nier l'Esprit Créateur et Ses lois dans le crépuscule où vous êtes, vous fait approcher toujours davantage de minuit. Que celui qui a des oreilles entende; que celui qui a des yeux les ouvre à la lumière "


     Pomar se tut. Je me sentais étrangement léger de corps et d'âme. Je comprenais parfaitement tout cela comme je l'avais toujours su. Je fus coupé de mes réflexions par Pomar qui me dit:

      "D'ici peu tu connaîtras d'autres frères de SARAS qui croient et qui travaillent selon leurs possibilités, mais avec foi. Ils t'aideront en tout ce dont tu auras besoin pour continuer ta vie. Beaucoup d'obligations te sont réservées et tu seras instruit en conséquence. Maintenant je dois partir "

     Il se leva, me tendit la main et dit "j' ai vite appris ta langue . Donc nous nous reverrons bientôt."

     Il partit. Nous sortîmes de la salle et nous rejoignîmes la soucoupe où Saki nous attendait. Nous décollâmes à la verticale et, en peu de minutes je fus déposé à l'endroit habituel. Nous nous saluâmes..

     De retour à la maison, je m'aperçus qu'il était 3 heures du matin. J'étais resté avec eux pendant 4 heures. Par bonheur tout le monde dormait à la maison. Personne, même ma femme, ne s'aperçut de mon absence.

     NOTA : Lors de son voyage à Catane, en Octobre 1972, Mr J.C.Salémi (le rédacteur en chef et directeur de la revue Ondes Vives) a présenté ce récit à Mr Eugénio SIRAGUSA pour lui demander s'il était authentique, puisqu'Eugenio a des rapports avec les E.T. depuis 22 ans et qu'il a lui-même voyagé en Soucoupe Volante. Eugénio a répondu que c'est bien ainsi que les choses se passent. "

     Ondes Vives

     Fin du texte de la revue Ondes Vives

     En somme, si nous comprenons bien tout cela, le système fonctionnerait comme le four à micro-ondes qui chauffe rapidement l'aliment que l'on y place, mais le four lui-même demeure parfaitement froid à l'extérieur.

     Avouons donc que, si tout ceci est sorti du cerveau d'un auteur plein d'imagination, il est vraiment fortiche. A vous de juger.

Sixième déclaration en date du 30/10/01 :

     Dans son ouvrage extraordinaire d'un autre "contacté" Howard Menger intitulé : "Mes amis les hommes de l'espace", paru aux Editions DERVY-LIVRES en Juillet 1965 , (voir à ce sujet, l'article de notre ami Joël Baran à : http://www.artivision.fr/docs/Howardmenger.html) nous lisons page 220, la phrase suivante qui témoigne bien de la grande modestie de l'auteur :

     " Ma première réaction, quand je me levai, fut d'aller jusqu'au hublot et de regarder à l'extérieur pour voir où nous étions. Des sortes de boules de couleurs étaient partout visibles, ainsi qu'une boule rouge de dimensions gigantesques, qui semblait être une une énorme planète. Ils me dirent plus tard que c'était le Soleil; je ne sais pas pourquoi, il n'était pas brillant."

     Surprenant n'est-ce pas? Reste à savoir, si tout cela était vrai, ce que sont vraiment les protubérances solaires qui jaillissent de l'astre périodiquement et aussi que représente vraiment la fameuse couronne dont on a parlé plus haut, et qui apparaît lors des éclipses totales du Soleil ?

     D'autre part, dans l'ouvrage remarquable de Philippe Lheureux intitulé "Lumières sur la Lune", paru en fin d'année 2000, l'auteur présente à la page 58, une incroyable photographie en noir et blanc de la Nasa, référencée sous le N° AS14-66-9306 de la mission Apollo 14, où pour la première fois nous avons vu, comment était le soleil filmé entièrement de la Lune. Voici en couleur cette très exceptionnelle photo que nous avons retrouvée dans nos archives, dans un petit fascicule, d'un certain Alain Dupas, intitulé "La Saga de l'espace" de l'Éditeur Gallimard dans la collection "Découvertes Gallimard Techniques" publié en 87 :




     Nous y notons avec un grand étonnement, un halo caractéristique autour de "l'astre du Jour". Halo qui nous invite évidemment à nous poser dès lors de nombreuses questions.  Il y a t-il vraiment une atmosphère sur la Lune comme le prétendent certains (Voir page 217 à 240 du " livre Jaune n°6", deuxième trimestre 2000, aux Editions Félix dont l'adresse web est www.leseditionfelix.com, Cette atmosphère serait-elle, la responsable de ce halo ? Ou bien encore cette photo a t-elle été prise sur la Terre et truquée par la suite pour faire croire qu'elle avait été prise sur la Lune? A vous de choisir...!

     Le 8 février 2002, nous avons reçu de notre ami Roch Saüquere (http://topsecret.magazine.free.fr), une photo analogue de la Nasa n° as14-66-9305 qui aurait été prise par Apollo 14 sur la Lune et où l'on aperçoit aussi de disque lumineux du Soleil :




     Ce qui surprend davantage sur cette photo, en plus du magnifique halo vu précédemment, ce sont cette fois les fins rayons qui s'échappent cette fois de l'astre et qui semblent caractéristiques d'une diffraction notoire sur une atmosphère bien présente. Mais il y a peut-être d'autres explications. Aux spécialistes de répondre...

Septième déclaration relative à la réception d'une missive importante :

     Le 01/03/01 nous avons reçu de notre ami Lionel Dupuy dont le site sur Jules Verne est à :
http://jules-verne.pagesperso-orange.fr/ et dont l'e-mail  est :Lionel Dupuy ,

 les questions subtiles suivantes, se rapportant à juste titre, au soleil central évoqué dans l'ouvrage "La terre creuse " :

  " -Tout d'abord, et concernant l'idée d'un soleil central. Certes, pourquoi pas, mais dans ce cas certains éléments de la démonstration ne tiennent pas debout. En voilà quelques-uns.
 -  S'il existe un soleil central, cela veut dire (et compte-tenu de la géographie d'ensemble) qu'il fait jour tout le temps, que la nuit n' existe pas, ni les saisons, etc.
(puisque la terre est autour de ce soleil). Or, de nombreuses expériences scientifiques ont démontré que pour que la vie puisse s'épanouir sur terre, il est nécessaire que la nuit (et donc le repos qui en découle) existe.

     De même, dans ce livre on nous explique que le climat est sub-tropical. Comment pourrait-il être sub-tropical alors que ce soi-disant soleil central est au centre (comme son nom l'indique) et que par conséquent il s'agit plus d'un climat  équatorial que sub-tropical (c'est un cours élémentaire de géographie ; le soleil étant forcément à la verticale de chaque point de cette terre centrale, il va de soit que l'intensité lumineuse et le rayonnement  correspondent à ceux que nous connaissons à l'équateur). Je pourrais  vous énumérer d'autres incohérences ....."

    Et voici notre réponse en date du 2/03/01 :
     " Je n'ai aucun moyen de savoir si ce soleil intérieur est structuré comme celui que nous connaissons à l'extérieur et si ses radiations ont les mêmes effets que le notre. Le concept que certains appellent "La Nature" et que d'autres, par" l'architecte de l'univers", et d'autres encore par bien d'autres noms , nous surprendra toujours. Des êtres vivants réussissent à évoluer dans des conditions les plus épouvantables et certains même comme les lucioles par exemple sont capables de fabriquer de la lumière froide avec des cellules que nous n'avons pas réussi encore à faire se reproduire isolément en grand nombre car cela remplacerait avantageusement nos moyens nocturnes d'éclairage ( Voir aussi plus bas l'affaire du Poisson-phare : note du Webmaster).     Donc seuls les privilégiés comme Olaf Jansen qui ont pénétré dans ce Monde intérieur pourraient nous analyser ce phénomène et tenter de le décrire et encore faudrait-il qu'ils soient des scientifiques munis d'appareils adéquates et non de simples pêcheurs comme Olaf Jansen et son père , qui n'avaient pas les connaissances requises pour cela.

    Voici cependant certains passages du " Smoky God ", très difficiles à comprendre, (encore faudrait-il que des spécialistes de la langue anglaise vérifient et rectifient ma modeste traduction d'un texte qui utilise des phrases ampoulées de l'époque, et texte qui tourne autour de 1828 ) et passages qui essayent de traduire sommairement l'inexplicable phénomène de l'alternance des nuits et de jours dans ce monde intérieur :

" Pendant ce temps nous avons perdu de vue les rayons du soleil, mais nous avons trouvé une émanation intérieure provenant du soleil morne-rouge qui avait déjà attiré notre attention, rayonnant maintenant une lumière blanche apparemment issue d'un amas de nuages loin devant nous. Il diffusait une lumière plus intense, je dois l'avouer, que deux pleines lunes dans la nuit la plus claire. Dans douze heures ce nuage de blancheur allait disparaître de la vue comme s'il s'était éclipsé et les douze heures suivantes allaient correspondre à notre nuit. Nous avons appris assez tôt que ces gens étranges étaient les adorateurs de ce grand nuage de nuit. Il était le "Dieu qui fume du Monde Intérieur".

     ... Le grand nuage lumineux ou la boule de feu-rouge sombre- ardent-rouge le matin et le soir et pendant le jour dégageant une belle lumière blanche, le "Dieu qui fume", - est apparemment suspendu au centre du grand vide "dans" la terre et demeure en cette place selon la loi immuable de gravitation, ou une force atmosphérique centrifuge, selon le cas. Je me réfère au pouvoir connu centrifuge ou centripète qui agit dans toutes les directions.

     La base de ce nuage électrique ou de cet astre central, le siège des Dieux, est sombre et non-transparente, excepté pour de petites ouvertures innombrables, apparemment au fond du grand support ou l'autel de la Déité, sur laquelle repose le "Dieu Fumeux" et les feux brillant par la plupart de ces ouvertures scintillent la nuit dans toute leur splendeur et semblent être des étoiles, aussi naturelles comme les étoiles nous avons vu briller quand dans notre maison à Stockholm, sauf qu'elles apparaissent plus grandes.

     Le "Dieu qui fume" donc, avec chaque révolution quotidienne de la terre, semble aborder à l'est et descendre à l'ouest comme fait aussi notre soleil sur la surface externe. En réalité, les gens "du dedans" croient que le "Dieu qui fume" est le trône de leur Jéhovah et qu'il est stationnaire. L'effet de nuit et le jour est, donc, produit par la rotation quotidienne de la terre.
"


     Bref tout cela n'est pas bien clair, N'est ce pas ? Donc je ne suis pas qualifié pour en dire plus à ce sujet et je vous souhaite d'avoir le courage de chercher à en savoir plus "

Fin de missive.


Huitième déclaration relative à la réception d'un CD important :

     Le 20 mars 2003 nous avons eu le grand privilège de recevoir de l'ami Michel Hertzog un CR bourré de données extraites de PDF de la Bibliothèque Nationale. Il y avait là, la copie entière d'un ouvrage d'un certain écrivain anglais nommé Sir Hormisdas Peath qui est en fait le pseudonyme d'un auteur très connu Collin de Plancy qui a publié de nombreux ouvrages ésotériques sur la sorcellerie, la magie etc...Aussi nous sommes très réservés au sujet de l'authenticité de tout le récit de cet auteur, qui commence en Juin 1806 et dont la traduction fut publiée à Paris en 182I en trois tomes sous le titre "Voyage au centre de la Terre ou aventures diverses de Clairancy et de ses compagnons dans le Spitzberg, au Pôle-Nord, et dans des pays inconnus."

     Voyons d'abord en images les textes d'origine :

     Aux pages 1, 2, et 3, les explorateurs découvrent en plein Pôle Nord, des champs couverts d'herbes des fleurs, des fruits.. etc..

.



  


     
Puis aux pages 16 à 20, c'est bien du Soleil central dont on nous parle..
.
   

   


     Nous notons donc, dans ce texte, que les jours sont d'environ dix huit heures et les nuits d' à peu près six heures (ce qui s'oppose aux 12 h /12h que nous déclare Olaf Jansen) et que le soleil s'évanouit au milieu de l'azur, en temps voulu bien qu'il n'y ait aucun nuage. Curieux tout cela, n'est-ce pas...?

Neuvième déclaration en date du 25/02/04 :www.artivision.fr

     Un heureux concours de circonstances a fait que le 23/02/04, nous avons eu en main l'ouvrage de Ramtha "Les sessions : Les jours à venir " publié aux Éditions du Roseau au deuxième trimestre 1992. Comme par hasard, ce livre s'est ouvert à la page 28, où nous avons à notre plus grande surprise découvert ce qui suit : (cela fait en effet quelques années que nous avons ce livre et nous avions totalement oublié d'y avoir lu ceci :)

" Le soleil a une influence profonde sur vous et sur votre terre. Votre équilibre est précaire en ce qui le concerne même si peu d'entre vous le réalisent. Les particules de lumière et les vents solaires contrôlent votre température. Si le soleil reste intact dans un équilibre harmonieux, votre température demeurera également harmonieusement équilibrée.

      Le soleil diffuse une radiation qui se reflète sur la surface de votre terre. La chaleur vient de la friction des particules dans l'atmosphère. C'est pourquoi vous avez chaud quand vous sortez un jour ensoleillé. Ce n'est pas la lumière du soleil qui vous réchauffe, c'est sa friction. Les nuages conservent l'équilibre entre les vents solaires et la friction des particules de lumière qui atteignent la Terre. Les nuages transportent de la vapeur depuis les océans, ils la purifient et ils vous approvisionnent en eau.

      Avez-vous déjà entendu parler de "taches solaires" ? Savez -vous ce que c'est ? C'est l'explosion de la Pensée. Voilà pourquoi elles sont si noires et ressemblent à des trous sans fond. Dans ces taches, la pensée explose et crée la fission des particums X,Y,et Z.

     Durant cette éruption de la "Pensée se transformant en matière" les vents solaires sévissent comme des ouragans...
"

Fin de citation.

     Arrêtons voulez-vous, ces déclarations hors normes de Ramtha qui se poursuivent sur deux pages et qui ne disent pas que le soleil a une basse température, mais qui précisent bien une fois encore, que la chaleur ne vient pas du soleil, mais " vient de la friction des particules dans l'atmosphère " et que "ce n'est pas la lumière du soleil qui vous réchauffe, c'est sa friction".

     En ce qui concerne la Pensée comme par hasard, cela confirme nos dires dans notre article intitulé:



     A vous de juger....

Prolongement révélateur en date du 26/02/02.


     A la recherche d'une certaine  information spatiale  dans nos archives, nous sommes tombés en arrêt ce 26/02/02 devant un encadré remarquable du n°  187 de la revue NOSTRA en date du 5 Nov 1975, que nous vous transcrivons ci-dessous intégralement :

( TEL-AVIV )
LES SECRETS DU POISSON-PHARE

     Son nom scientifique est " photoblepharon palpebratus". Mais les plongeurs qui peuvent admirer cet étonnant spécimen de la faune océane l'appellent plus simplement , "le poisson-phare". Il est long de sept centimètres environ et ses eaux de prédilection sont celles du golfe d'Elath, en lsraël. Non content d'émettre une très forte lumière, il présente la particularité d'en diriger le faisceau à son gré, comme s'il s'agissait d'un projecteur.
     On a surtout insisté, jusqu'ici, sur son aspect féerique. Mais les époux Morin, professeurs de l'Université de Los Angeles, sont allés plus avant dans les investigations et voici ce qu'ils nous révèlent â son sujet.
           - Le « phare » est un organe en forme de haricot placé juste sous les yeux et porteur de bactéries luminescentes. Le poisson l'utilise pour se procurer sa nourriture. Parfois, de véritables bancs se forment, pour balayer le fond de la mer d'une nappe de lumière extrêmement brillante où apparaissent les petits crustacés convoités.
           - Le même phare est un moyen de défense. Le poisson éblouit et aveugle ses adversaires, lesquels s'enfuient, au comble de la terreur.
     Certains pêcheurs ont capturé des poissons-phares et les ont placés en aquarium. Il leur devenait possible de lire le journal, en pleine nuit, rien qu'en se tenant à un mètre de la vitre protectrice.



      Fin de l'entrefilet encadré.

      Que dire de plus devant cette ingéniosité de la Nature à créer toujours, de quoi nous émerveiller chaque fois un peu plus et n'est-il pas imaginable de croire que, si elle a été capable de réaliser un tel phénomène, il ne lui serait pas, selon nous, plus difficile, d'en créer un autre, en la matière d'un soleil placé au centre de la Terre, dans le cas, ( Et il reste aux scientifiques à le démontrer) que cette dernière serait creuse? Qu'en pensez -vous ?

Prolongement révélateur spécifique en date du 01/03/04

     Le 28 Février 2004, nous avons eu le privilège de recevoir la remarquable missive suivante:(les couleurs sont de nous évidemment)

----- Original Message -----
From: D......... M..........
To: fred.idylle
Sent: Saturday, February 28, 2004 11:57 AM
Subject: Re: Du nouveau sur ARTivision

Quelque chose en rapport aux taches solaires a été dit par Edgar Cayce:

Extraits de l'ouvrage: [Edgar Cayce et le destin de l'homme, par Lytle W. Robinson. Éditions J'Ai Lu N° A 305] [pages 234 à 240][ 3]

"Comme le soleil a été créé pour gouverner le système solaire, n'est-il pas normal qu'il ait un effet sur les habitants ainsi que sur les plantes et les minéraux de la terre?... Comme le Soleil est fait pour apporter la lumière et la chaleur aux enfants de Dieu sur la terre, il est donc de la même composition que l'homme, et donc que la terre; cependant nous savons qu'il existe de la matière solide, du liquide, de la vapeur. Toutes sont alliées, mais dans quel but? Pour l'homme, pour l'homme divin! alors quand celui-là défie cette lumière faite pour exalter la gloire du Seigneur, sa beauté, sa miséricorde, son espoir, sa patience aussi, peut-on s'étonner que se reflètent sur la face du soleil ces troubles et bouleversements causés par les péchés de l'homme? " (Cas N° 5757-1) [taches solaires et ses nombreuses perturbations quoi!]

    Si cela est vrai, la sensibilité du soleil est bien surprenante. Cayce l'explique ainsi : "Comment la colère, la jalousie, la haine, l'animosité vous affectent-elles? Comme cette confusion causée sur la terre par ce qui apparaît comme une tache solaire. La rupture des communications de toute nature, entre les hommes, c'est quoi? Souvenez-vous de l'histoire, de l'allégorie si vous préférez, de la Tour de Babel. .... Car, ce que vous faites au plus petit d'entre nous, vous le faites au Créateur, de même qu'au soleil qui reflète ces troubles qui surviennent chez vous, jusqu'aux tremblements de terre, aux guerres, aux haines, à tous les événements de la vie courante. Alors, que sont les taches solaires? Une conséquence naturelle de ces troubles subis par les fils de Dieu sur la terre, et leur reflet. " (Cas N° 5757-1)

    Ainsi la loi de l'action et de la réaction, ou karma, semble bien universelle. Cayce répétait inlassablement que les troubles passés, présents et futurs, les boulversements, les séismes, résultaient de la désobéissance de l'homme. Si cela est vrai, le verset de la Bible : "Ne vous y trompez pas, Dieu ne se laissera pas moquer" , prend une nouvelle signification. La loi de cause et d'effet peut être beaucoup plus importante que nous ne l'avons pensée jusqu'ici.

     Si, chez des mystiques vivant à divers endroits et des époques différentes, c'est le hasard qui est à l'origine de ces propos affirmant que les mauvaises pensées provoquent les taches solaires, il serait certes, bien plus qu'intéressant, d'étudier comment ces les lois du hasard ont permis l'élaboration de tels concepts..!

          Dominique M......


     Et voici notre réponse:

----- Original Message -----
From: fred.idylle
To: D......... M..........
Sent: Sunday, February 29, 2004 1:07 PM
Subject: Re: Du nouveau sur ARTivision

      Chère Dominique

    Je suis particulièrement admiratif au sujet des termes de votre missive qui sera intégralement, avec votre accord bien sûr, insérée à la fin de mon article Byrdalice sous la forme d'un prolongement révélateur spécifique. Votre anonymat sera évidemment conservé.

    Votre missive complète d'ailleurs parfaitement mon article concernant le surprenant E. Cayce placé à:



    Merci beaucoup donc pour votre participation aux articles d'ARTivision.

    Vives amitiés tropicales

        Fred


Prolongement révélateur spécifique en date du 12/06/04


     Et voici la cerise sur le gâteau, en la matière de ce site, hélas en anglais, que nous a fait connaître notre ami Eric B. bon fouineur sur le Net :
     

     Le 06/07/04 , nous avons reçu, la dernière mise au point de la traduction intégrale de la page du site ci-dessus, et traduction que nous devons à l'extrême gentilesse de l'ami Eric Barkian que nous remerçions encore, ici vivement. Vous trouverez cette traduction ainsi que le texte anglais annexé à :



Prolongement révélateur spécifique en date du 21/06/04


     Il y a déjà quelques temps, nous avions aussi reçu d'une aimable internaute la missive suivante:

----- Original Message -----
From: C....o
To: fred.idylle .
Sent: Tuesday, December 09, 2003 7:45 AM.
Subject: Re: au sujet du soleil.

     Cher Fred

     Je suis tombée sur un texte à propos d'un certain Eugène VICAIRE qui pensait que la surface du soleil n'était pas plus chaude que nos flammes habituelles, et que le noyau était froid et obscur. Voici le lien:


     Nous avons visité ce site et nous vous proposons aujourd'hui ces extraits:

Joseph Marie Hector Eugène VICAIRE (1839-1901)

     Polytechnique (promotion 1856), corps des mines. Épouse Mlle ROGER en 1867. Père de 9 enfants dont 3 polytechniciens, en particulier Jules Étienne Antoine VICAIRE (1868-1962 ; X 1887) dont une fille épousa Armand Gaston Louis COLOT et dont un fils, Eugène Mlarie Henri VICAIRE dirigea l'exploitation de Schneider à partir de 1949. Son fils Marie Jules André VICAIRE (1876-1952 ; X 1896 corps des mines) fut directeur général de Schneider de 1930 à 1948.

Citation de Louis Aguillon (1927) : Vicaire enseigna, avec un soin également appliqué, la métallurgie à l'École des mines de Saint-Étienne, les chemins de fer à celle de Paris, et fit une suppléance de mécanique céleste au Collège de France.



     Dans une notice sur Eugène Vicaire Inspecteur des mines publié ( dans le Annales des Mines 9e série, tome 20, en 1901) par un certain M. Ocane ingénieur de Ponts et Chauchées et Président de la Societé mathématique de France, nous lisons entre autres choses ce passage important :

"      L'Astronomie physique ne lui a pas non plus été étrangère, particulièrement dans la partie où elle traite du Soleil. Sur la température de la surface de cet astre, sur sa constitution physique, sur l'explication de ses taches, il a, dans une série de note, émis nombre d'idées originales qui ont été pour lui l'occasion de diverses polémiques, toujours soutenues avec la plus parfaite courtoisie. En ce qui concerne la température de la surface solaire, il s'est trouvé en désaccord avec le P. Secchi. En substituant à la loi proportionnelle de rayonnement posée par Newton, la loi exponentielle de Dulong et Petit, il arrive à conclure que cette température, bien loin d'atteindre le chiffre énorme que lui assignait le savant astronome romain, serait comparable à celle de nos flammes. Cette conclusion, qui réunissait de prime abord les adhésions d'Henri Sainte-Claire Deville, d'Edmond Becquerel et de Fizeau, s'est trouvée depuis lors confirmée par les travaux de Violle, de Rossetti et de Le Chatelier.

     Pour ce qui est de la constitution physique du Soleil, Vicaire a cru devoir revenir à la théorie du noyau intérieur relativement froid et obscur, qu'avaient adoptée Wilson, Herschel et Arago, et s'est efforcé, dans cette hypothèse, non seulement de donner l'explication de toutes les apparences observées dans le Soleil, mais encore de faire ressortir les vérifications offertes par l'histoire de la terre d'après les vues géogénétiques de H. de la Béche, d'Elie de Beaumont et de Daubrée. ajoutons que sur ce terrain, Vicaire à rencontré plusieurs contradicteurs parmi lequels on doit surtout citer M. Paye.
"

Fin de citation

      Comme vous le voyez, chers internautes, dès la deuxième moitié du 19 Siècle cet Eugème Vicaire lui aussi, et d'autres chercheurs dont on nous cite les noms (Wilson, Herschel, Arago,.. H. de la Béche, Elie de Beaumont, Daubrée..) ont clairement explicité le fait que notre soleil est froid et obscur contrairement à ce que l'on pense actuellement. Mais alors que de recherches en perspectives sur tous ces chercheurs, nous attendent encore!!!

Prolongement révélateur très spécifique en date du 04/07/04

Quand le savant G. Lakhovsky, nous parle, aussi de cette affaire de soleil froid.

     Nous avons vainement cherché chez les libraires et à la Médiathèque de Montpellier (et aussi grâce à un ami à la Bibliothèque municipale de Toulouse) l'ouvrage de Michel ADAM intitulé "La vie et les Ondes; L'Oeuvre de G. Lakhovsky" publié chez Chiron à Paris autour de 1936 (date non précisée dans l'ouvrage).

      C'est alors que le 3/07/04, nous avons reçu du très aimable internaute herve.laurent@art-du-lieu.com les scanns des pages 141 et 142 de ce fameux livre, où il est aussi question de cette affaire de soleil froid.

     Mr Hervé Laurent est biogéologiste et radiesthésiste et poursuit des recherches sur les lieux telluriques de notre environnement et recherche justement les documents (anciennes cartes postales ou autres choses) montant des menhirs et des dolmens. Si vous possédez donc ceci dans vos tiroirs, pensez svp donc à lui, afin qu'il cherche à y détecter si possible, la présence d' ondes spéciales. Vous pouvez d'ailleurs consulter son site à :

      Voyons d'abord voulez-vous la couverture de ce livre si rare:



      Et maintenant voici ce que nous lisons aux pages déjà indiquées:

"      I1 y a ainsi dans le sol une quantité incommensurable d'énergie qui, non seulement est perdue, mais encore a des effets nuisibles. Lakhovsky a prophétisé que l'on pourrait, dans l'avenir, capter cette énergie a moyen d'électrodes enfoncées dans des masses de terrains diversement électrisées et ainsi obtenir une puissance telle qu'elle suffirait à faire marcher des trains, éclairer et chauffer des villes.
     Ce livre contient nombre d'idées nouvelles. C'est ainsi qu'il explique, grâce à l'ionisation spécifique de chaque terrain, les éruptions volcaniques, les séismes de toutes sortes, et même les marées.
     Il a donné aussi une nouvelle explication très hardie de la lumière. Selon Lakhovsky, la lumière n'a d'existence réelle que dans notre atmosphère. Au delà, c'est l'obscurité absolue, comme le froid absolu. Ainsi, le soleil est un astre froid et noir et l'on peut aussi bien imaginer que si le soleil avait la même atmosphère que la Terre, ce sont les rayonnements de notre planète qui illumineraient cette atmosphère. C'est bien ce qui se passe, en effet, pour les planètes que nous connaissons.
     Cette théorie si hardie, émise il y a quatre ans par Lakhovsky, vient d'être confirmée par les observations faites dans la stratosphère, le 11 novembre 1935, à Rapid City (Dakota) par les aéronautes américains Albert Stevens et Orville Anderson. Etant montés jusqu'à 22.600 m. d'altitude, ils ont constaté qu'au-dessus d'eux le ciel était complètement noir de jais (minerai noir luisant:Note du webmaster) tandis qu'au-dessous de la nacelle, la terre apparaissait d'une blancheur immaculée. Bien plus, 1a nacelle et les objets qu'elle contenait étaient éclairés par la terre. Du côté du soleil, c'était l'ombre.
"

      Que dire de plus encore ici, sinon comme les anglos-saxons embarrassés : No Comment et à vous de juger !.

Prolongement révélateur encore plus spécifique en date du 12/07/04


     Le 11/07/04, nous avons reçu de l'ami Dujma Hery d'Afrique du Sud, (que nous remercions vivement ici, pour sa participation aux recherches d' ARTivision) l'adresse d'un site surprenant qui nous parle aussi du Soleil froid en des termes très explicites, qui apparemment résument tout ce que nous avons déjà époqué, plus haut dans cet article : Jugez vous même...! :

Tiré du site très ésotériquehttp://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/TR04.html

     En voici quelques extraits hélas bien trop courts :

Un disciple interroge le Maître Samaël :

« Maître, je voudrais profiter de ce que je suis près de vous pour apprendre beaucoup de choses que j’ignore. L’une d’elles concerne la formation et la constitution du Soleil, de quoi il est composé, quelle est sa température, etc., si cela ne vous dérange pas trop Vénérable Maître, j’aimerais que vous me donniez une explication à ce sujet ».
 
    Le Maître, me regardant dans les yeux, et comme devinant l’importance que j’attachais à cette question, acquiesça de la tête.

   « Je vais t’expliquer et t’enseigner tout cela avec le plus grand plaisir, pour que tu aies au moins une base et que tu puisses le communiquer à tous les frères de l’Association Gnostique.

    Indéniablement, sur le Soleil tout le monde s’est trompé ; et même le Docteur Rudolf Steiner, l’Initié allemand, a fait fausse route concernant l’Astre-Roi qui nous éclaire. Ainsi, il croyait fermement que le Soleil physique n’existe pas ; il a avancé l’idée très saugrenue que ce qui nous éclaire c’est un groupe d’Etres Divins qui n’ont rien de matériel, c’est-à-dire que si, par exemple, nous pouvions nous rapprocher du Soleil, nous rendre jusqu’à lui, nous ne rencontrerions rien physiquement parce que, selon lui, ce qu’il y a là c’est un groupe d’Etres ineffables qui irradient leur lumière, cette lumière dont nous bénéficions tous.

   C’est la façon de penser de Steiner, il n’a pas voulu se rendre compte que l’Esprit et la Matière sont en parfait équilibre et que le Soleil physique existe, il n’a voulu voir que la partie spirituelle du Soleil mais nous devons savoir qu’il existe aussi physiquement ».

   J’interrompis le Maître pour l’interroger concrètement sur une chose qui me tenait particulièrement à cœur :

   « Les hommes de science affirment que le Soleil est une grande boule de feu, un corps à l’état incandescent qui a une chaleur de plusieurs milliers de degrés, et dont la constitution ignée produit cette chaleur qui parvient jusqu’à nous ; mais ce ne sont que des théories, des hypothèses, et la vérité c’est que nous ne pouvons rien savoir de certain sur le Soleil, quelle est sa température, de quoi il est fait, etc., pourriez-vous me donner une explication concrète, Vénérable Maître ? ».
 
   « Avec la plus grande joie, mon estimable frère missionnaire. Les gens communs et ordinaires croient que le Soleil est une boule de feu incandescent, et cette conception est tout aussi erronée que celle de Steiner, elle est complètement fausse, c’est une manière de penser tout à fait médiévale. Au Moyen-Age on croyait que cet astre qui nous éclaire était une boule de feu, et cette vision erronée a persisté à travers les âges sans que personne ne veuille la remettre en question : c’est ainsi qu’est l’humanité.

  Un homme de science que je ne nommerai pas suppose que le Soleil est un nuage d’hélium également à l’état incandescent, et s’il en était ainsi, alors les planètes du système solaire sortiraient de leur orbite pour se projeter dans l’espace, elles ne graviteraient pas autour du Soleil ; le seul fait que les sphères célestes gravitent autour de ce centre lumineux nous indique en toute clarté qu’il s’agit d’un Soleil physique. Ce scientifique qui affirme que le Soleil est un nuage d’hélium et qu’il ne pèse rien, se basant sur des calculs erronés, est indubitablement un ignorant diplômé.

   Je le demande : si cet homme avait raison, comment les planètes pourraient-elles se maintenir dans leur orbite, quelle force centripète les attirerait, sur quel centre nucléaire ou gravitationnel pourrait se baser le système solaire ?. Le fait même que les mondes gravitent autour de cet astre nous indique que cette étoile appelée le Soleil pèse beaucoup plus que toutes les planètes du système solaire ; ainsi seulement pouvons-nous nous expliquer que les mondes gravitent autour du Soleil. Mais c’est une chose que les hommes de science ne veulent pas comprendre.

   Nous, les occultistes, nous disposons d’instruments merveilleux pour l’investigation de la vie dans les mondes supérieurs : le corps Astral, l’Eidolon, nous permet de voyager d’une planète à l’autre.

   Grâce à ce véhicule appelé Eidolon ou corps Astral ou corps sidéral, je me suis transporté plusieurs fois sur l’Astre-Roi ; par conséquent, je le connais très bien, je sais réellement de quelle façon il fonctionne, de quoi il est fait, comment est sa surface et ce qu’il y a sur lui, etc.

   Je peux te dire que le Soleil est un monde gigantesque, des millions de fois plus gros que la Terre ou que Jupiter, et qu’il a une riche vie minérale, végétale, animale et humaine. Il a des chaînes de montagnes très élevées, des mers immenses et profondes, des forêts extraordinaires, et ses pôles nord et sud sont recouverts de glace.

   Bien que cela paraisse incroyable, il y a des endroits sur le Soleil où l’on pourrait mourir de froid, des montagnes énormes couvertes de neiges éternelles et où il fait extrêmement froid, il y a aussi des climats tempérés, très agréables, et des climats chauds ; les côtes, par exemple, les bords de mer, à cause de la basse altitude, sont très chauds.
 
   Ainsi donc, tous les climats existent sur le Soleil. Les habitants du Soleil ne vivent pas dans des villes, ils considèrent absurde le fait de se rassembler dans des villes et je suis entièrement d’accord avec eux, car la vie dans les villes est réellement dommageable et nocive au plus haut point.

   Dans les villes, nous les êtres humains vivons entassés les uns sur les autres dans des édifices à plusieurs étages, dans des maisons collées les unes contre les autres, parmi la fumée des usines et des automobiles, nous meurtrissant mutuellement, nous faisant du mal de façon volontaire ou involontaire.....
 
......Les différents élémentaux de la nature se retrouvent aussi sur le Soleil, comme sur toute planète, la vie flue et reflue comme partout ailleurs, avec sa perpétuelle beauté.

    Les scientifiques sont persuadés que le Soleil est une boule de feu ou un nuage d’hélium incandescent, ou autre chose du genre, les gens communs et ordinaires voient le Soleil comme un grand brasier dont on ne pourrait se rapprocher sans s’exposer à être brûlé, mais il n’en est rien. Faites l’escalade d’une montagne de cinq milles mètres et vous verrez qu’à cette altitude il est possible de mourir de froid, et si, dans un globe stratosphérique vous vous élevez jusqu’à la stratosphère, il vous faudra un équipement spécial pour ne pas périr de froid ; dans les espaces interplanétaires, la température atteint cent vingt degrés sous zéro. Il est absolument faux d’affirmer que le Soleil est une boule de feu ; c’est un monde extrêmement riche en mines d’uranium, de radium, de cobalt, etc., et comme ce monde est gigantesque, il est clair que la radiation de ses mines est très forte, très puissante : la somme totale de toutes ces mines produit de formidables irradiations, et toutes ces irradiations, toute l’énergie atomique qui provient de ces mines, traverse l’espace interplanétaire, et lorsque ces radiations atteignent l’atmosphère terrestre, celle-ci les décompose en lumière, chaleur, couleur et son. C’est plus précisément la couche supérieure de l’atmosphère terrestre qui se charge d’analyser et décomposer les rayons solaires en lumière, chaleur, couleur et son, mais dans l’espace interplanétaire, il fait un froid intense qui, comme je l’ai dit, atteint facilement cent vingt degrés sous zéro.

   Ainsi donc, ce n’est pas que le Soleil soit une boule de feu, comme le croient les gens communs et ordinaires et comme le supposent à tort certains scientifiques, c’est plutôt qu’il est riche en mines de matières radioactives dont les irradiations se décomposent dans l’atmosphère de la Terre et se transforment en lumière, chaleur, couleur et son. Ces irradiations du Soleil n’atteignent pas seulement la Terre mais aussi toutes les planètes du système solaire, et sur chacun de ces mondes il se produit la même chose.

    Nous devons donc nous ôter une fois pour toutes de la tête ces idées fausses à savoir que le Soleil est une boule de feu, etc. Beaucoup d’astronomes s’amusent à étudier l’auréole, la couronne du Soleil, ils pensent que cette couronne est formée par des jets de flamme provenant d’explosions de la masse physique en fusion, de la masse dense incandescente du Soleil, mais il n’en est rien : la couronne du Soleil est une espèce d’aurore boréale formée par l’électricité et le magnétisme de cet astre, c’est tout ».
 
    J’entendais des choses qui n’avaient jamais été dites auparavant, des secrets m’étaient révélés que personne, sur Terre, n’avait jamais entendus, mes identifications d’humanoïde rationnel étaient fortement ébranlées et mes facultés court-circuitées par la stupéfaction. Une question cependant me traversa l’esprit :
 
    « Pardonnez-moi, Maître, de vous interrompre, mais je voudrais vous poser une question : si la Terre n’avait pas d’atmosphère, alors notre planète serait plongée dans l’obscurité ? ».
 
A quoi le Maître Samaël répondit :

« Oui !, s’il n’y avait aucune espèce d’atmosphère sur Terre, notre planète devrait être un monde obscur. Dans ce cas, on m’objecterait qu’il n’y a pas d’atmosphère sur la Lune mais qu’il y a pourtant des moments de lumière et des moments d’obscurité ou, disons, une moitié est éclairée tandis que l’autre est dans l’obscurité, c’est-à-dire, comme on le sait, que le mois lunaire est divisé en une période de lumière et une période d’obscurité, périodes bien connues et dont les astronautes se sont servis lors de leurs expéditions.

En fait, il y a bel et bien une atmosphère sur la lune, il existe une atmosphère, mais raréfiée, et c’est une chose qui a été acceptée officiellement ; il y a une atmosphère raréfiée, éclaircie, et cette atmosphère est parfaitement capable de décomposer les rayons solaires en lumière, chaleur, couleur et son.

   Donc, s’il n’y avait pas d’atmosphère sur notre planète Terre, s’il n’y avait pas de décomposition des rayons solaires, notre monde devrait être dans les ténèbres ; mais étant donné que la masse dense de la Terre opposerait une résistance aux radiations solaires, de la chaleur serait produite par cette résistance et il serait dès lors possible que cette masse dense, en opposant une résistance à la radiation, resplendisse, transforme la radiation non seulement en chaleur mais aussi en lumière, et alors de toute façon il y aurait de la lumière, mais avec une chaleur insupportable ».

Fin de citation

      Un fois de plus, chers amis internautes, que dire après tant d'affirmations hors normes au sujet de notre Soleil ? A vous de juger...

      Pour nous, comme d'habitude, restons fidèle à notre conventionnelle attitude: No Comment....

Prolongement révélateur au sujet de Gurdjieff en date du 15/01/05.


      Dans un article de Claude Valin publié par le N° 35 de la revue Planète de Juillet Aout 1967, et article intitulé "Notre vie avec Monsieur Gurdjieff", nous apprenons que Georges Ivanovitch Gurdjieff, est né vers 1866 à Alexandropol (Aujourd'hui Leninakan) en Arménie. Il a quitté ce monde en Nov 1949.

      Le philosophe Ouspensky dit que ses premières années se sont écoulées dans une atmosphère de conte de fées, de légendes et de tradition. Autour de lui, le miraculeux restait un fait réel. Les prédictions que Gurdjieff avait faites, s'étaient réalisés et cela avait fortement "ouvert les yeux" à Ouspensky lui même.

     Après avoir suivi des cours de préparation à la prêtrise au séminaire d'Alexandropol, Gurdjieff opte pour des études médicales, puis exerce quelque temps, puis quitte le Caucase pour entreprendre des voyages durant près de 25 ans, où il visite les hauts lieux de la connaissance: le Chital, le mont Athoos, des écoles en Perse, à Boukhara et dans le Turkestan Oriental. Il va ainsi cotoyer des derviches de différents ordres et on dit même qu'il aurait été chargé par les autorités tibétaines de divers postes de contrôle financier et de l'armement des troupes. Sa culture spirituelle l'aurait dit-on élevé au grade de précepteur du Dalaï Lama, qu'il aurait accompagné dans sa fuite à l'époque de l'invasion des Anglais. Puis il rentre en Russie en 1914, à l'age de 46 ans et diffuse alors dans les cafés de Moscou et de Saint-Petersbourg, une connaissance approfondie sur les danses, la musique et les doctrines des religions orientales initiatiques. Ses premiers disciples apparaissent en 1917. Il organisera même des tournées en Amérique et à Paris à partir de 1922 avec son grand ballet "La lutte des mages".

     Son enseignement, à la manière des yogis, associe un système philosophique et une gymnastique de l'esprit qui vise à faire l'adepte à prendre conscience de son soi et maitriser parfaitement son corps par les méthodes se rattachant aussi bien à une psychologie d'avant garde, qu'aux disciplines les plus anciennes.

     Le premier livre de Gurdjieff fut "Rencontres avec des hommes remarquables". Il a aussi écrit en deux tomes, " Récits de Belzebut à son petit fils ", dont certains passages ont justement retenu notre attention.

     On peut noter pour terminer que Louis Pauwels l'auteur avec Jacques Bergier du fameux "le matin des magiciens", a écrit un ouvrage de plus de 500 pages sur Gurdjieff, intitulé " Monsieur Gurdjieff " aux Editions du Seuil. On peut aussi trouver l'ouvrage de Thomas de Hartman, intitulé "Notre vie avec Monsieur Gurdjieff", publié aux Editions Planète.
Voir aussi les sites:



     Si nous vous avons parlé de ce célèbre "mage" hors normes, ce n'est pas évidemment pour agrémenter la culture littéraire européenne contemporaine de l'internaute. Voici donc la couverture de l'ouvrage cité plus haut, imprimé par Le Courrier du livre en 1966 à Paris, ISBN 2-7029-0149-5 :



     Dans le chapitre 17 (commençant à la page 134), intitulé : Archi-absurde "D'après les assertions de Belzebuth, notre soleil n'éclaire, ni ne chauffe."

Et voici un paragraphe assez significatif: " Et Belzébuth reprit avec un sourire amer :

      - Toi, mon enfant, qui as une présence normale d'être tri-cérébral, et une " oskiâno " - ou, comme on dit là-bas sur la Terre, une " éducation " - intentionnellement implantée en ton essence, et fondée sur une morale reposant sur les seuls commandements et prescriptions de l'Etre-Un lui-même, ainsi que des Très Saints Individuums qui lui sont proches... eh bien! si tu t'étais par hasard trouvé parmi eux, tu n'aurais pas pu, en certains cas, réprimer en toi le "parkhitrogoul êtrique ", c'est-à-dire le processus nommé sur Terre "fou rire intérieur irrésistible" - et ce fou rire serait devenu inextinguible à la vue de leur surprise, s'ils avaient tout à coup ressenti et compris avec force que non seulement aucune " lumière ", " chaleur ", etc... ne vient de leur soleil sur leur planète, mais encore que ce soleil qu'ils supposent être une " source de lumière et de chaleur " gèle lui-même presque autant que le chien pelé de notre vénérable Mullah Nassr Eddin.

      En réalité, la surface de cette " source de chaleur ", comme celle de tous les soleils ordinaires de Notre Grand Univers, est peut-être plus couverte de glace que la surface de ce qu'ils appellent le " Pôle Nord ".

      Ce foyer "incandescent" aurait bien emprunté lui-même un peu de "chaleur" à quelque autre source de substance cosmique, plutôt que d'envoyer une partie de la sienne à une planète quelconque, surtout à celle qui, ayant eu le côté arraché, est devenue une sorte de monstre éclopé, et représente actuellement pour ce pauvre système Ors une " honte affligeante ".
"

      Si nous résumons ces propos plutôt "obscurs" de Belzébuth à son jeune interlocuteur, on arrive laborieusement à comprendre, qu'il prétend bien qu'une planète, ne reçoit aucune lumière , ni chaleur, venant du soleil, mais en plus, il affirme que ce soleil que l'on suppose être une source de lumière et de chaleur, peut être aussi froid d'un bloc de glace.

      Bravo...si vous avez compris comme nous, ce language, et bon courage si vous voulez poursuivre la lecture de cet ouvrage, dont le style d'époque, est totalement opposé à celui d'ARTvision, où le "verbe" essaye de garder, le plus possible, une limpidité notoire.


Prolongement significatif en date du 19/06/06.


      Ce matin une forte pulsion, nous a invité, à vous parler de ceci : En effet dès le 19/04/06, nous avons reçu une missive de notre amie Chantal Nissan artiste et écrivain de grand talent, dont le site est à :



      Elle nous faisait alors parvenir en PDF, un document exceptionnel de 58 pages, dont le titre est le suivant :

Le Soleil est-il
CHAUD ou froid 
?
 
     Ce texte est très honnête car en empruntant quelques uns de nos paragraphes, il n'a pas oublié de citer ARTivision à la fin.

     Après quelques recherches, nous avons pu déterminer l'URL du site en question :


     Nous constatons aussi que notre propension à utiliser les couleurs, gratuites sur le Net (mais hélas très coûteuses dans l'édition), a aussi bien fait école.

     Donc nous renvoyons aujourd'hui l'ascenseur à ce site qui confirme les extraordinaires révélations d'ARTivision, concernant les propriétés de notre Soleil. Un grand bravo donc à ce site et bonne lecture...

Autre prolongement significatif en date du 21/03/07.


      Le 22 Janvier 2007 du vénérable Maître ésotériste Jean-Paul HÉBER, la missive suivante :

From: Jean-Paul HÉBER
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Monday, January 22, 2007 10:32 AM
Subject: Écho.

    Cher Monsieur,

          Je viens de découvrir votre article The Sun is Cold (sur la page http://www.artivision.fr/docs/Soleilfroid.html — En écho, je vous prie de bien vouloir noter ce qui suit. Le 26 juillet 2005, j’ai fait poster sur http://arsitra.org un fichier intitulé "Derrière le Soleil apparent : une source noire ?"  Téléchargeable depuis Avril 2005, et diffusé gratuitement à l’aide du lien :


      Avec les autorisations des ayants droit, j’ai cru bon de porter à la connaissance de chacun l’opinion de Louis-Claude VINCENT — Ingénieur ETP — par ailleurs bien connu pour ses travaux sur la Bioélectronique (en collaboration avec Madame Jeanne ROUSSEAU, Docteur en pharmacie).

Je vous souhaite une bonne lecture du tout.

      Bien cordialement.

      Fin de citation


     On découvre alors en page 5 , dans le texte en PDF du Dr Jeanne Rousseau ce passage :
"
Que l'atmosphère terrestre (d'environ 100 Km d'épaisseur) suivait la rotation de la Terre (dans le sens direct) ; par contre l'ionosphère lui faisant suite (d'épaisseur considérable et inconnue) ne tournait pas avec la Terre, mais demeurait « fixe » par rapport au Soleil ou à la Lune .

Que cette ionosphère était attirée par le Soleil et la Lune et se déformait de ce fait en forme de cône, pointe vers le Soleil ou vers la Lune, le cône ionosphérique solaire étant, évidemment, bien plus important que le cône lunaire .



Que ces cônes ionisés positivement et négativement selon les heures, jours, saisons, années et les positions respectives (syzygies, quadratures) du Soleil et de la Lune, par rapport à la Terre, aboutissent à des effets très divers d'ionisation sur notre planète et sur tout ce qui y règne. Révisions astronomiques.

Le Soleil vrai est un astre noir et glacé (porté au froid absolu), de nature ferromagnétique ; ce Soleil, nous ne pouvons le voir.

Le Soleil vrai n'émet pas plus de lumière que de chaleur, mais des ondes électromagnétiques ; Tout l'espace interplanétaire est rigoureusement et totalement obscur, fait d'ailleurs observé en son temps par le Professeur PICARD lors de son ascension à 35 Km de hauteur, et confirmé récemment par les photographies de fusées ayant atteint 150 Km et plus de hauteur .

La lumière terrestre est le fait de l'illumination de l'ionosphère solaire de Jeanne ROUSSEAU (à très faible pression gazeuse) par les ondes électromagnétiques. Cette illumination, est semblable à celle effectuée à distance et sans fils sur un tube au néon par des ondes électromagnétiques hautes fréquences. "

     Que dire de plus, après de telles assertions, sinon que le "Temps des Révélations" est bien arrivé et que les choses les plus incroyables se font jour progressivement. A vous donc de juger une fois de plus, tout cela ...

Nouveau prolongement exceptionnel en date du 23/04/09.


     le 3 Mars 2009 , nous avons eu le grand étonnement de recevoir la missive suivante dont nous avons un peu rectifié le style :

----- Original Message -----
From: Matthias Haertel
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Tuesday, March 03, 2009 7:42 PM
Subject: Soleil froid

          Cher Monsieur,

     Je viens de découvrir votre article sur la Soleil froid sur votre page:


     Je suis un écrivain allemand et j' espère, que vous comprendrez mon très mauvais français...

     Jusqu'à présent, j'étais certain d'être le seul individu, à avoir affirmé que le Soleil est véritablement froid, et je suis sonc très content, de voir, que vous aussi vous en puissiez en parler sur votre site.

     Mon premier livre s'intitule, " Das Geheimnis unserer eiskalten Sonne" :



qui signifie : "Le Secret de notre Soleil froid", et que j'ai écrit en 2005, et depuis cette époque là, les scientifiques allemands m'attaquent en masse, mais je m'en moque grandement, et je fais avec. Pour en savoir plus, prière d'aller sur la page :


     Malheureusement, mon livre n'est disponible qu'en allemand, et si vous ne maîtrisez pas cette langue, vous ne pourrez pas accéder à son contenu. Mais ce n'est pas grave, car moi, je suis très heureux de savoir que vous m'accompagnez un peu dans ma démarche.

     Voici, hélas en allemand, un très court résumé de mon livre :

Haben Sie sich in einem ruhigen Moment schon einmal Gedanken darüber
gemacht, weshalb wohl das Universum dunkel und kalt ist, obwohl sich
doch in dem selben Universum Billionen und aber Billionen von Sonnen
befinden? Genau mit dieser ursprünglich von der Tochter des Autors
formulierten Frage, beschäftigt sich das hier vorliegende Buch. Nun ist
diese Frage zwar durchaus nicht als neu zu bezeichnen, denn sie wurde
bereits, so ähnlich formuliert, im 18. Jahrhundert gestellt und ging als
das Olbersche Paradoxon in die Geschichts und Lehrbücher ein, allerdings
gab sich der Autor mit den Erklärungen der heutigen Wissenschaft, die
das Olbersche Paradoxon als gelöst betrachtet, das Phänomen eines kalten
und dunklen Weltenraumes betreffend, nicht zufrieden und fand im laufe
seiner Recherchen Hinweise in alten Texten und Schriften des angehenden
19 Jahrhunderts, die ihm plötzlich eine ganz andere Sicht und auch
Denkweise offenbarten. Mit Hilfe dieser Texte, intensiver Beobachtungen
und nicht zuletzt einiger wohl schon sonderbar zu nennender Zufälle
kommt nun der Autor zu ganz anderen, der Wissenschaft widersprechenden
-, völlig neuen Ansichten und Denkansätzen. Die - als Ergebnis der neu
gewonnenen Ansichten - vom Autor aufgestellte neue Theorie, widerspricht
den Erklärungen der Wissenschaften für eine heiße Sonne eklatant und
erklärt gleichzeitig auf eine verblüffend einfache Art und Weise, warum
das Universum kalt und dunkel ist, da der Autor im verlauf seines Buches
eine Beweisführung antritt, die in der Behauptung gipfelt, das unsere
Sonne in Wirklichkeit kalt ist und kein Licht ausstrahlt! Eine wahrhaft
gewagte Theorie, die der Autor nun aber nicht einfach so im Raume stehen
läßt, sondern die Wissenschaft anhand von zwei von ihm vorgeschlagenen
Experimenten auffordert, die von ihm postulierte neue Theorie einer
kalten und lichtlosen Sonne entweder zu bestätigen, oder aber auch als
haltlos zu verwerfen. Nicht zuletzt macht der Autor einen sehr konkreten
Vorschlag für den Bau einer Maschine, die Freie Energie erzeugen kann.
Beim lesen dieses spannend und sehr persönlich geschriebenen Buches,
werden Sie eine Überraschung nach der Anderen erleben und sich bestimmt
des öfteren fragen, wieso Sie die vielen dargelegten Beispiele
eigentlich selbst noch niemals so gesehen haben, wie sie der Autor ganz
offensichtlich sieht, erklärt und darstellt.


          Bien cordialement.

          Matthias Härtel


      Nous avons alors, par la suite, remercié de nombreuses fois, Mr Matthias Härtel pour sa sollicitude envers le site ARTivision, et puis, nous avons contacté notre ami canadien Jean Restayn, déjà mentionné dans nos articles, pour la traduction du passage précédent.

     Et voici à la date d'aujourd'hui ce que l'on pourrait y comprendre :

----- Original Message -----
From: Jean Restayn
To: fred.idylle
Sent: Thursday, April 23, 2009 2:05 AM
Subject: Fw: Re: Soleil froid

     Sorry Fred , pour le retard mais voici de quoi il s'agit :

          Amitiés
          Jean.

     Vous êtes vous déjà posé la question pourquoi l'univers est sombre et froid, mais que dans cet univers se trouvent des billions et des billions de soleils ?

     C'est exactement cette question, posée à l'origine par la fille de l' auteur, que traite le livre présenté ici. Mais cette question n'est pas nouvelle, puisqu' elle fut formulée au XVIIIé siècle de manière semblable par le nommé Olbersche Paradoxon ( paradoxe d' Olber), s'inscrivant ainsi dans l' histoire et les livres scientifiques. L' auteur ne se déclara pas satisfait par les explications scientifiques actuelles, qui discréditent le paradoxe d'Olber, et trouva au cours de ses recherches dans des textes et des calculs du XIXé siècle, des données lui permettant d'avoir une autre vision de ce phénomène.

     Grâce à ces données et aussi quelques heureux coups du hasard, l' auteur arriva à une tout autre conclusion qui contredit entièremnt la solution proposée actuellement par les scientifiques.

     L' auteur va jusqu'à affirmer que non seulement l' univers est sombre et froid, mais que le soleil lui même l'est et n' irradit aucune lumière, le prouvant de manière simple et persuasive. L'auteur propose deux expériences confirmant sa thèse et demande l'expérimentation et la confirmation de cette thèse ou bien et simplement le rejet de sa théorie, si la preuve du contraire peut être faite..

     l' auteur enfin propose la construction simple d'une machine à énergie libre. A la lecture de ce livre captivant et plein de suspens, on va de surprise en surprise, et l'on se pose la question de ne pas avoir fait soi-même ces observations, tel qu'elles sont présentées par l' auteur.


     Merci donc mille fois, à l'ami Jean, pour l'éclairage qui nous a permis d'avoir, sur ce livre hors-normes.

      Pour ne pas alourdir davantage cet article déjà bien long, nous pensons qu'il est préférable de le scinder en deux et vous pouvez désormais accéder à la deuxième partie en cliquant à l'adresse ci dessous:

Fin de la première partie


     Article mis en page le 21/12/2000 , et revu le 24/07/01, puis le 31/10/01 , puis le 09/03/02 , et revu le 06/11/02, puis le 31/01/03, puis le 16/02/03, et revu le 16/04/03, puis le 02/08/03, puis le 18/12/03, puis le 25/02/04, puis le 01/03/04, puis le 12/06/04 puis le 21/06/04, puis le 04/07/04, puis le 10/07/04, puis le 12/07/04, puis le 13/07/04, puis le 15/01/05 , puis le 02/06/05, puis le 18/01/06 , puis le 19/06/06, puis le 21/03/07, puis le 25/03/07, puis le 25/08/07, puis le 12/02/08 , puis le 7/05/08, puis le 23/04/09, puis le 27/04/09, puis le 29/04/09, puis le 11/04/2011.

IDYLLE Fred

fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil