Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresse du site :
http://artivision.eu


Flash back, sur une missive peu diffusée, du grand professeur Carl Gustav JUNG,
concernant les soucoupes volantes,
et développements sidérants ultérieurs.


    

I Introduction.


      La sagesse populaire antillaise prétend que "C'est dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleures soupes : Sé vyé Cana-nari ki ka fè bon soup". Mais il semblerait que ce dicton puisse aussi s'appliquer, à cette vieille revue en date du 28 Mai 1955, dont nous allons faire état, ci-dessous.

      Cet article s'adresse en priorité , aux dénommés psychiatres, psychologues, sociologues, philosophes et consorts modernes, qui malgré les milliers d'observations réalisées jusqu'à nos jours, refusent toujours cette notion d'ovnis, qui circulent dans nos cieux depuis des lustres, et, ils qualifient toujours ces ovnis, de feux follets, de foudre en boules, de nuages lenticulaires, etc... , ou mieux pour noyer le poisson inexplicable, d' hallucination collective.

      En effet, c'est le 17/10/2014, en cherchant dans nos dossiers, des photos prises par un télescope du Cratère Piccolomini de la Lune, que nous sommes tombés, sur un vieux numéro du Courrier Interplanétaire du 28 Mai 1955 , où figurait, chose plutôt rare, une lettre du Maître de la Psychologie moderne, le professeur Carl Gustav JUNG .

Sur le site::

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Gustav_Jung

, on découvre quelques informationv sur ce grand psychologue :


I I Genèse de l'affaire.


      Voici donc l'entête de la revue en question, où nous avons joué sur le contraste pour éclaircir le document, qui avait bien bruni depuis sa sortie:


      Mais, avant de présenter la lettre de C.G. JUNG, il nous appartient d'expliquer ici, (pour le novice qui entre pour la première fois dans le site ARTivision, par cet article) , qui était Alfred Nahon, le Directeur de la revue " Le Courrier Interplanétaire" en question .

      Alfred Nahon, avec qui nous avons été en correspondance postale, pendant plusieurs années, a été l'un des premiers pionniers modernes de l'étude du contexte extraterrestres, et fut l'auteur du premier livre qui fera état de l'affaire du Paris Match 1028, où l'on voit une super structure gigantesque, placée sur la face cachée de la Lune :


      Cet ouvrage s'intitule"Les Extra-Terrestres et les mutations mondiales de l'ère du verseau", et fut édité par Buchet-Chastel en Jan 1983, et nous lui rendons ici hommage en publiant aussi sa photo :

  

     Rappelons qu'Alfred Nahon ( hélas décédé en 1990), fut le premier auteur à publier le catalogue des Anomalies lunaires, d'après un rapport de la NASA, (près de 570 cas de taches lumineuses brillantes et de changements temporaires sur la Lune, allant de 1725 à 1967), dans un ouvraqe remarquable publié en 1973, aux Editions Mont Blanc en Suisse et intitulé : "La Lune et ses défis à la science":

,
  

      Voyons maintenant la lettre du Professeur Carl Gustav JUNG qui fut on le sais le dissiple du non moins célèbre psychanalyste Sigmund FREUD :


      Comme on le voit, nous avons dû reprendre deux lignes devenues illissibles à cause du pli du document à cet endroit.

       Nous vous invitons alors, à lire avec la plus grande attention , les propos de ce grand Maître psychologue, et propos que nous allons analyser ci- dessous...

     Mais voici, une partie de la réponse d'Alfred Nahon , placée en première page de la revue (Hélas le pli central gêne un peu la lecture) :


(Note n°1 du Webmaster : Comme vous le voyez, Alfred Nahon glisse en douce, à Carl JUNG, que la chose dont il évoque volontier la présence évolue dans un silence notoire , et cela est de plus, relié à de brutales accélérations qui dépassent de loin les performances des engins modenes actuels. Alfred Nahon, aurait pu aussi ajouter que cette chose effectue des changements de direction, parfois à angle droit, physiquement impossibles dans l'état actuel de nos connaissances.

     Autrement dit, cette lettre d'Alfred Nahon ( où il faut donc savoir lire entre les lignes), ne dit pas tout ce que l'on savait à l'époque sur les soucoupes volantes, et mieux, pour ménager, la sensibilité intellectuelle du grand psychologue suisse , Alfred Nahon, ne lui a pas soufflé, un seul petit mot, au sujet la missive en date du 15 Nov 1954 ( dont la traduction est parue en page 7, du le n°2 , du 2 Avril 1955 du "Courrier interplanétaire") , ( dont nous parlerons plus bas ), et missive qu'il avait reçue du dénommé George Adamki, à peine connu en France à l'époque (et qui parait-il a rencontré, plus tard, à Rome le 31 Mai 1963, le pape Jean XXIII), et Adamki, dont pourtant le Paris Match, n° 287 de Septembre 1954:


a sorti un laïus très favorable. Ce George Adamki, n'était pas encore villipendé, par les rationalistes de tous bords qui se disaient fermement cartésiens.

     Fin de la note n°1 , et digitalisation de la suite de la missive en question :


     "La censure ? Monsieur le Professeur, vous vous souvenez certainement de la conclusion du premier livre de Donald KEYHOE : "Les soucoupes volantes existent". Voilà un homme qui avait étudié, à 1'époque - 1950 - plus de 400 rapports précis et sérieux d'observation d'cngins volants non idcntifiés. Diplomé de 1'Académie Navale des USA, spécialiste dcs scicnces aéronautiques, organisateur de 1'expédition de BYRD au Pôle Nord, collaborateur de LINDBERGH, ancien directeur du Bureau des Informations aéronautiqucs dtt Département du Commerce américain, (Note n°2 du Webmaster : Ce qui nous surprend le plus, c'est que Donald KEYHOE ait été un organisateur de l'expédition de Byrd . Rappelons que le site ARTivision, a publié près de 98 articles, avec à l'appui des documents et journaux officiels, qui démontrent noir sur blanc , que cet Amiral Byrd a fait des découvertes époustouflantes, (et le terme est même plutôt faible), concernant les régions polaires Nord et Sud de notre planète, et on y reviendra plus bas) , il n'a certes point ce "manque remarquable d'esprit. critique" que vous attribuez à presque tous les auteurs de ce genre. KEYHOE, en connaissance de cause, concluait en ces termes il y a cinq ans :

" En ce ce qui concxerne "les soucoupes volantes" elles-mêmes, je considère que, dans la plupart des cas, il s'agit d'astronefs :

1. La Terre a été observée périodiquement depuis au ntoins deux siècles par une ou plusieurs planètes.

2. Les observatlons se sont soudainement accrues en 1947, en conséquence de la série d'explosions atomiques commencée en 1945.

3. Elles sont actuellement intermittentes, font partie d'une vaste exploration, et se poursuivront indéfiniment. Il ne semble pas qu'aucun contact immédiat avec la Tcrre soit recherché. Ce contact est peut-être interdit part quelque obstacle ignoré. II est plus probable que les plans des explorateurs astraux ne sont pas achevés.

     Il est aussi possible que certaines autorités redoutent encore une panique lorsque la verité sera officiellement révélée Dans ce cas nous verrons encore, pendant longtemps, les démentis alterner avec de nouvelles suggestions qu'il s'agit de voyages interplanétaires.

     Deux nécessités gênent la mise au courant du public. Il faut essayer d'apprendre tout ce que nous pourrons sur 1'énergie servant à la proplusion des astronefs et, en même tentps, empêcher toute information de ce genre de parvenir aux pays ennemis;

     - Au cas où toutes Ies nouvelles relatives aux soucoupes seraient soudainement censurées, c'est dc ce côté qu'il faudrait en chercher la raison principale...

     ...Il se peut donc qu'on mette en vigueur une censure périodique pendant. un an ou plus, voire qu'on impose un silence complet.
"

     Cette prédiction si judicieuse, vérifiée par les événements, n'est pas celle d'un prophète, mais simplement celle d'un enquêteur compétent. Certes, la censure n'est pas absulue puisquc nous parvienncnt, de temps à autre, quelques nouvelles dont "Le Courrier Intcrplanétaire", se fait l'écho, mais les rapports inédits sont plus nombreux que les observations publiées.

      Pourquoi ces menaces de Cour martial sur les observateurs qui raconteraient leurs rencontres en plein ciel avec des astronefs ? (Note n°3 du Webmaster : En effet il faut savoir qu'à partir de 1953 aux USA, des textes de lois encadrent sévèrement toutes divulgations du phénomène concernant les disques volants, nommés aussi, on le sait, soucoupes volantes par les militaires et les personnels de l'aviation civile. On a alors la loi nommée JANAP 146 (Joint Army Navy Air Force Publication), interdisant la divulgation au public d'informations relatives à ces disques volants en question. L'auteur d'une divulgation ferait alors une infraction, passible de dix ans d'emprisonnement et de 10 000 $ d'amende, et cel s'appliquait aux militaires, mais aussi chose surprenante, aux pilotes de compagnies civiles et aux capitaines de la marine marchande qui auraient fait état, d'observations de ces disques volants. Dans la lignée de Janap, il y avait aussi l'ordonnance AFR 200-2 (Air Force Régulation) , interdisant la divulgation au public d'informations relatives à des observations d'objets non identifiés. En janvier 1953, les autorités britanniques diffusèrent un document similaire.

     Mais la démocratie prenant plus tard, tant soit peu le dessus, il y a eu la loi sur la liberté de l'information en date du 4 Juillet 1974 (F.O.I..P.A Freedom of Information and Privacy Act), qui permit à des chercheurs audacieux, de lever un peu, le voile sur cette affaire (voir notre article Nasajury.html )


     Fin de la note n°3 , et digitalisation de la suite de la missive en question :


     Pourquoi KEYHOE peut-il impunément nous révéler que le Lieutenant FOURNET, de 1'aviatiun américalne, fut relevé de ses fonction parce qu'il était partisan de faire connaître la vérité à la population ? Pourquoi, déjà en 1950, KEYHOE pouvait-il publiquement accuscr lc major BOGGS d'avoir été chargé de répandre 1'explication de la planète Venus, dans 1'affaire de Godman Field (cas Mantel) ? Et pourquoi, alors que le rapport officiel du 27 Avril 1949 faisait état faisait allusion à des visiteurs venus de l'espace astral, le communiqué officiel de la fin dé"cembre 1954 affirma-t-il que "les soucoupe volantes n'existent que dans l'imagination des témoins "

(Note n°4 du Webmaster : D'après, les états de service vus plus haut, du Major Donald kEYHOE, et les livres qu'il avait déjà écrits à ce moment là, ce Monsieur était d'une recpectabilité intouchable, et il comvenait de ne pas trop s'en prendre à lui, car les médias auraient exigé, une confrontation télévisuelle de l'armée avec lui, et là on s'apercevrait bien vite,que l'Armée mentait. Donc la politique de l'Armée était donc alors : " Moins on fait du bruit autour de ces engins volants non identifiés, mieux cela vaut et laissons les debunkers, comme Keyhoe, bavarder car il n'aura jamais les preuves que nous, on possède puiqu'elles sont devenues secrets d'état. Point à la ligne.... ". Et si vous croyez que cette affaire de secrets d'état , est une pure invention, lisez ce qui suit, dont nous donnerons plus tard, un certain dévelopement :



     Mais effectivement, il y a eu l'affaire Mantell , et avec nos petits moyens (hélas sans vidéo), nous allons tout de même , vous en traduire l'essentiel en images.

     Nous allons en effet emprunter à l'ouvrage remarquable (que tout spécialiste des Ovnis, devrait avoir sous la main, car c'est devenu une anthologie) paru chez Dargaud en 1972, de Jacques Lob et de Robert Gigi, quelques vignettes significatives sur le sujet. Voici d'abord la couverture de l'ouvrage en question :



     Puis voici en partie certaines vignettes qui expliquent bien cette affaire de " soucoupes volantes" :





     Comme on le voit tout y est et il a même la photo du Herald Tribune qui titré à ce sujet à l'époque "F51 AND CAPT. MATELL  DESTROYED CHASING FLYING SAUCER", et plus, il y même l'histoire de Vénus. De plus, on nous parle là du docteur Hynek, qui lui aussi deviendra un enquêteur célèbre dans cette affaire de soucoupes volantes. A vous de juger ...

    Merci encore à ces courageux spécialistes de la BD, Jacques Lob et de Robert Gigi, de nous permetttre, d'illustrer si magistralement notre propos.

     Fin de la note n°4 , et digitalisation de la suite de la missive en question :


      C'est que, d'une part, on tient à cacher, de peur d'une panique, une réalité prodigieuse ; et, d'autre part, on veut préparer progressivement l'opinion publique: La grande enquête du major KEYHOE, celle qui a précédé son premier livre et fut publiée par le magazine "TRUE" , a été considérée, en haut-lieu, en Amérique, en comme entrant dans le cadre généra1 d'éducation du public.

Quelle réalité prodigieuse? les "soucoupe volantes " sont des astronets ! A cet égard, il n'est plus question d'hypothèse, mais de preuve matérielles , ainsi que vous le laissez vous-même entendre et c'est l'importancce de cès preuves qui a dicté aux sphères officielles la politique du seret.

      On feint de poursuivre une enquête mais ON SAIT.

(Note n° 5 du Webmaster : Certains diront pour quoi parler de paquique si ces disques volants se font très discrets et n'attaquent personne . Mais on se souvient cependant (ou Alfred Nahon lui s'en souvenait bien) de cette affaire d'emission radio, intitulée la "Guerre des mondes", diffusée le 30 Octobre 1938 sur le réseau CBS aux États-Unis. et qui était une simple adaptation, un peu réaliste certes, du roman du même nom de l'écrivain H. G. Wells et adaptation montée par le célèbre Orson Welles. Il parait que l'émission aurait causé un vent de panique à travers les États-Unis, des dizaines de milliers d'auditeurs croyant qu'il s'agissait d'un bulletin d'informations et qu'une attaque extraterrestre avaient effectivement eu lieu et dit-on des milliers de citoyens affolés, se jetèrent sur les routes demandant à la police débordée, des masques à gaz et se précipitant, tous désemparés, en pleine nuit, dans les églises pour prier en pensant que leur dernière heure était arrivée. D'ailleurs un film américain en noir et blanc, retracera plus tard, cette incroyable événément et sera intitulé "La nuit qui terrifia l'Amérique" de Nicholas Meyer de 1975, et pour lequel l'auteur a reçu une nomination aux "Emmy Awards".

     Mais il n'y avait jamais eu d'attaque générale des disques volants, cette affaire de panique à craindre, est un bluff du gouvernementt pour mieux camoufler ses recherches et découvertes l'affaire extraordinaire des soucoupes volantes, de l'époque. En 2014, 75 ans après, cet argument de la panique latente en suspend, ne tient évidemment plus, et pourtant des novices ingénus y croient encore.

     En ce qui concerne l'article de Donald Keyhoe dans " True" , voici en partie , ce que nous en dit le site :



      Reste à fouiller, Messieurs les psychiatres, psychologues, sociologues, philosophes et consorts zélés modernes, ce que Alfred Nahon sous-entend par son "ON SAIT", vu plus haut . Déjà dans le même n° 5 du 28 Mai 1955, dont il est question ici, Alfred Nahon, nous avait subrepticement glissé en page 3, cet entrefilet remarquable :


     Pour Allfred Nahon, c'était déjà une grande avancée, qui sous-entend , que les soucoupes volantes, pouvaient venir de la Lune.

Mais, le site ARTivision, a bien d'autres moyens, qui n'existaient pas à l'époque, pour étayer cette thèse :

     En effet, sur une vidéo visible sur le site :


     On voit alors parfaitement ces structures insolites, que les détracteurs zélés en question qualifieront vite fait d'illusion d'optique sur un relief tout à fait naturel...



  

      Et il y a aussi ceci venant du site http://www.Banlin.fr, et photo qui fut projeté lors d'une la conférence à Barcelone par Robert DEAN et alors les médias complices se sont pourtant lamentablement tus


     Mais ce qui nous réconforte ici, est de savoir que ce grand chercheur a eu le temps de découvrir avant son décès en 1990, l'ouvrage paru 19 ans plus tard de l'écrivain Patrice Gaston dans son livre "Disparitions Mystérieuses" paru chez R. Laffont en Janv. 1974 dans la prestigieuse collection "Les énigmes de L'univers" :

    

     Et voici, un bref aperçu de la page 232 :

     " Les savants n'ignorent pas que la Lune est habitée, qu'une activité fantastique s'y déroule depuis des lustres, que parmi les milliers de photos qui ont été prises de son sol, il en est qui sont "la" preuve d'une d'une vie sur le satellite. Mais la NASA se tait. Sans doute attend-elle qu'on lui donne le feu vert pour faire - publiquement - des révélations. Ainsi , la conquête spatiale prendra-t-elle sa véritable dimension...."

     Ce n'est pas, à notre avis, la conquête spatiale qui aurait pris une autre dimension si la NASA avait parlé, mais c'est toute l'humanité qui aurait pris un autre visage... sans doute plus fraternel et certains conflits à revendications militaires comerciaux et souvent religieux n'auraient plus de raison d'être .

     Bravo donc aussi à l'Editeur R. LAFFONT, d'avoir osé publier en 74, (cela fait déjà 40 ans, en 2014), une déclaration aussi fracassante, qui pourtant aurait dû inspirer davantage les détractreurs psycho-sociaux mentionnés plus haut, qui continuent à fourrer la tête sous le sable, pour ne pas nuire, à leur petit confort intellecturel et social , surtout qu'ils ont toujours la possibilité d'avoir en mains le livre de d'Alfred Nahon présenté déjà plus haut :

et qui fut, nous l'avons dit, le premier livre en France à faire état de cette super structure gigantesque, placée sur la face cachée de la Lune, et visible dans le Paris Match 1028 :


, où à la page 33, on découvre ceci d'incroyable :




     Cet article est donc dédié, à cet intrépide chercheur que fut,Alfred Nahon, et nous souhaitons ardemment qu'il a désormais pu découvrir, Paix, et Lumière, dans la haute dimension, où il évolue en ce moment et que sa Joie, rejaillisse tant soit peu, sur les terriens qui sont épris de la découverte d'une connaissance transcendante, pour mieux vivre sur cette planète.

      Mais, il y a bien mieux, que ne pouvait deviner à l'époque Alfred Nahon, et que le Gouvernement américain cachait déjà dès au moins le moins de Mai 1926, et qui se trouve évoqué dans l'entrefilet suivant, ( il y en a bien d'autres) , relatif à une découverte extraordinaire, faite par le fameux explorateur Richard Evelyn BYRD :

     Jetons donc d'abord, un strict coup d'œil, à l'article du "Miami Daily News", en date du 25 Juin 1926 et placé pour les puristes à l'url suivant :


, et article, (restructuré en d'autres colonnes par nos soins) :


    On pourrait déjà traduire le titre grosso modo, par :

"Ovation rendue à Byrd par la foule, à son retour au bercail"


    Mais allons plutôt à l'essentiel, qui se trouve dans les phrases soulignées en rouge :


    Après mûres réflexions présentées dans notre article : Dilemmelexical.html , nous sommes alors arrivés à la conclusion, que ces phrases pourraient signifier précisèment :

    " Il y a une terre, dans le voisinage du Pôle Nord " comme le croit le commandant Byrd.

    " Il pourrait y avoir une terre quelque part, là, et je pense, que c'est vrai".

     Il nous reste qu'à trouver, n'est-ce pas, comment il peut exister une terre nouvelle inconnue, en pleine zone froide glacée et désertique de la région polaire nord.


     Ce sera alors aux spécialistes, de la langue de Shakespeare, de donner leur avis...quand ils auront pris connaissance, des incroyables documents, présentés l'article en question ci-dessus. Dilemmelexical.html .

     Fin de la note n°5 , et digitalisation de la suite de la missive en question :


      On sait que les habitants d' autres planètes rodent autour de la nôtre, et s'intéressent à toutes nos activités, notamment à nos ressources en .uranium .

     C'est sur le plateau de Millevaches (Limousin), le plus riche en uranium des sols de France, qu'a débuté la longue serie d'atterrissages de l'automne dernier, le 9 Septembre 1954. le récit de M. MAZAUD, a été examiné par des inspecteurs des services des Renseignements et par des officiers de l'Air, et reconnu comme ne comportant aucune faille.

(Note n° 6 du Webmaster : Les pilotes des disques volants pourraient peut-être s'intéresser à notre uranium, en raison des radiations nocives que dégageraient certaines zones, mais ce n'est certainement pas pour l'énergie que nous en tirons sur Terre, car ils maîtrisent depuis des lustres, des énergies gratuites qui structurent le Cosmos, et dont ils pourraient, nous faire bénéficier, si nous n'étions pas si insatiables et agressifs.

     Nous avons trouvé un petit laïus sur cette affaire Mazaud , dans le livre de Jacques Vallée, intitulé "Chroniques des apparitions extraterrestres", de 1972, et juste à côté, il y avait aussi l'affaire Dewilde , arrivée le même jour :


     Pour les puristes amateurs de BD classique, demandons une fois encore aux Maîtres Jacques Lob et Robert Gigi, de nous traduire en images, à défaut de l'affaire Mazaud, celle encore plus fantastique : l'affaire Marius Dewilde :

     Extrait du deuxième volume de 1973:


et voici quelques vignettes de l'affaire Marius Dewilde :






     Avec un peu de chance et de la bonne volonté, nous pensons que l'on peut encore trouver les rapports d'enquêtes, élaborés au sujet de cette affaire étrange.

     Alors Messieurs les zélés détracteurs, vous savez ce qu'il vous reste à faire, avant de hausser la voix, tant soit peu, à ce sujet.

     Fin de la note n°6 , et digitalisation de la suite de la missive en question :


     Le 30 Septembre 1954, M. Eugène FARNIER (membre de l'Association Mondialiste Interplanétaire ), ancien aviateur, ex-commissaire agréé de 1'Aéro-Club de France, a pu observer pendant 20 minutes, au-dessus de la Vallée du Grand-Morin (Seine-et-Marne), les étrangcs évolutions d'un engin qui, souvent, tournait sur place à la vitesse de 100 tours à la minute, et tantôt montait et descendait légèrement sans déplacement latéral. Il alla d'une altitude de 400 mètres à celle dc 50 mètres au dessus de la tête de M . FARNIER. Cet engin est revenu tous lcs jours, pendant une semaine, au même endroit. Eh bien, aussitôt après, une Compagnie américaine est venue s'installer là, pour prospecter 1'uranium et le p6trole, qui s'y trouvent effectivement. Simple coïncidence ? II faudrait beaucoup d'audace... et de naïveté.. pour 1'affirmer.

     Sans doute les américains (et probablement les russes aussi de leur côté) sont-ils instruits à cet égard par une longue expérience !

     D'autre part on a remarqué la recrudescence des apparitions d' astronefs aux voisinage des périgées de la planète Mars (c'est à dire de la périodicité de son rapprochement avec la Terre ).

Ce qui nous éloigne, au contraire, vous en conviendrez, du phénomène de la psychose collective.... M. Aimé MICHEL, auteur du livre si objectif , si " critique" : "Lueurs sur les soucoupes volantes", a étudié récemment cette question avec les membres de l'Institut d'Astrophysique de Paris. Il en a retiré la conviction qu'en dehors de Mars, il n'y a aucune autre périodicité semblable. Ce qui ne prouve pas qu'il s'agirait de Martiens, la planète Mars pouvant servir seulement de relais.

     Et je terminerai en faisant allusion à votre ami du GUATEMALA qui , de toute évidence, comme bien d'autres, a dû être témoin d'un phénomène si surnaturel qu'il en a été cloué sur place, OUBLIANT PENDANT PLUS D'UNE HEURE DE SE SERVIR DE SA CAMERA, QUI ETAIT A PORTEE DE SES MAINS ! Je pense que venant de vous, cet exemple servira et retiendra désormais les septiques de taxer de fumistes quiconque ne nous présente point de photographie d'habitant d'outre ciel !

      J'ai abusé de votre attention et de votre patience Monsieur le professeur . Vous me le pardonnerez, je l'espère en admettant que ma mise au point était nécessaire aujourd'hui, où s'avère si rare le courage intellectuel qui consiste à tirer les conclusions logiques de constatations, d'évidences et d'informations incontestables .

      Je vous prie d'agréer, Monsieur le Professeur, l'expression de mes hommages sincèrement respectueux et dévoués.
Alfred NAHON            
Fin de la missive remarquable d' Alfred Nahon au Professeur célèbre psychologue Carl Gustave JUNG.

      Mais, plutôt que d'interrompre une fois de plus, par une note n° 7, la fin de cette missive, reprenons ici, cette affaire de photographie non réalisée, à cause de la stupéfaction du témoin du Guatémala, et affaire mentionnée, très opportunément, par le Professeur JUNG, lui-même. Le site ARTivision, affirme alors ici, que même si ce témoin du Guatémala, avait pris une photo claire et nette, du disque volant en question, cela n'aurait servi à rien, pour faire avancer dans les consciences actuelles des nervis gouvernementaux, la cause de l'existence des astronefs étrangers, dans notre environnement. En voulez-vous une preuve flagrante ?

     Voici donc un cas clair et net, qui nous avait été adressé, il y a pas mal de temps, par l'ami Joël Baran , qui a aussi placé certains articles, sur notre site : .

La photo de Bruno Ghibaudi.

Le 27 avril 1961, autour de midi,  Bruno Ghibaudi, journaliste scientifique, arrêta sa voiture suite à une crevaison alors qu'il se trouvait face à la plage de Montesilvano (ville italienne de la province de Pescara ). Il commença à changer la roue quand il remarqua la présence en l'air d'un disque peu commun métallique plongeant en direction de l'océan. La chose passa au-dessus, ralentit, prit un angle aigu vers le nord et s'envola.


 
Il eut le temps de prendre cette photo ci-dessus, qui montre cette chose étrange, munie de nombreuses ailes et presque organiques.

 

Illustration ci-dessus du journal Domenica La del Corriere le 15 Avril 1962. (Artiste inconnu), visible sur le site http://www.rense.com/general33/bruno.htm

    Comme le voyez, cette excellente et surprenante photo n'a jamais fait la une, des grands médias qui ont pignon sur rue en France, bien qu'elle ait été réalisée à l'époque où les ordinateurs étaient vraiment balbutiants.

    Alors, Messieurs les journalistes, chroniqueurs et consorts, si vous voulez vraiment faire un bon scoop, remontez donc jusqu'au négatif de cette photo de Bruno Ghibaudi, pour en déterminer tous les tenants et les aboutissants, puis faites au moins un débat à ce sujet, dans les médias officiels, afin que le citoyen, soit enfin informé d'une vérité inouie que l'on nous cache depuis des lustres..., et de grâce, chers détracteurs zélés et zététiques, cessez SVP, de hausser les épaules ou de fourrer la tête sous le sable comme l'autruche, lorsqu'on vous parle d'ovnis.

       Mais, il y a bien mieux, et voyez-vous même, ce qui suit qui a été photographié en fin 1952 :

  

     Ces photos nous viennent d'un certain Adamski (déjà mentionné plus haut), qui fut l'un des premiers à avoir présenté des photos inouies claires et nettes de soucoupes volantes, et les détracteurs s'y sont cassés les dents, pour démontrer qu'elles étaient fausses, et jusqu'à présent personne n'a réussi à y trouver une quelconque supercherie :

     Et on demeure, n'est-ce pas, muet de stupéfaction, devant la netteté de ces images de 1952...

     Ces photos ont été prises à l'aide d'un télescope de 15 cm d'ouverture à Palomar Garden,s en Californie :

Adamski et son télescope d'apès l'écrivain Colin Benett.


     Mais voyez aussi ce schéma très significatif, de ce que l'on appelle un vaisseau mère en forme de cigare volant, aperçu dès 1951 aux USA :


     Mais cependant Adamski, lui, avait bien réussi à le phographier :



    Ces références sont tirées du fascicule :


    Et une fois encore cela pourtant n'a servi à rien , pour que ceux qui nous gouvernent avouent la vérité, que la Terre est bel et bien, visitée par des engins énormes qui n'appartiennent pas à notre civilisation, et dont les performances dépassent de très loin nos connaissances technologiques. Point Barre.

         C'est à vous qu'il appartient désormais de juger tout cela, documents à l'apppui.


        Pourtant les psycho-sociaux (ceux qui veulent depuis des lustres ramener le phénomène relatif aux ovnis, à un problème de gens qui sont mal adaptés socialement et psychologiquement), auraient eu un grand bénéfice (en plus du n° 5, une vraie relique historique, en date 28 Mai 1955 du "Courrier Interplanétaire", dont il est question ici), de lire encore avec une attention soutenue le n° 8 en date du 10 Juillet 1955 , de cette même revue , où l'on découvre cette déclaration significative de Monsieur Gabriel Voisin, à l'époque célèbre constructeur d'avions, qui, avait la tête bien ancrée sur ses épaules, semble-t-il n'est-ce pas :

      " Ce que nous.appelons "les soucoupes" existe. Aucune nation n'a acquis une avance technique suffisante pour construire un aeronef réalisant les performances stupefiantes , qu'on nous signale. Il s'agit bien, effectivement, de mecanismes qui nous sont inconnus. Nous sommes absolument incapables de définir ou de determiner la forme d'énergie qu'ils utilisent. Les soucoupes volantes sont donc extra-terrestres... Rien ne dit que les explosions atomiques n'ont pas mis en alerte les populations d'autres planètes qui préfèrent désormais nous observer en pernanence, Depuis 1'invention de la poudre, les précautions prises par les hommes n'ont pas été suffisantes pour empêcher qu'accidentellement les poudrieres ne sautent. Lorsqu'on réalisera la fission de 1'atome de corps moins rares que l'uranium, on pourra craindre - malgré n'importe quelle surveillance - qu'une explosion en chaîne ne détruise accidentellement notre planète. Or, la disparition brulale de la Terre romprait l'équilibre du système solaire, et vraisemblablement, perturberait le régime d'autres systèmes planétaires. "

      Le site ARTitivision , s'incline très révérencieusement. devant le grand discernement, dont fait ici preuve, ce Monsieur avionneur G. Voisin. S'il était encore de ce monde, nous aurions pousser l'audace, jusqu'â lui demander, s'il avait eu la grande opportunité, de voir déjà, avant cette déclaration, le remarquable film culte de 1951 intitulé "Le jour où la Terre s'arrêta", du réalisateur Robert Wise, dont voici un modèle DVD sur le marché :


     En effet, l'extraterreste nommé Klaatu, du film, s'exprime pratiquement de la même manière, que ce qui précède dans le discours de M G. Voisin.

     Alors, Messieurs les psycho-sociaux, prenez en déjà de la graine, car le plus dur, est encore à venir, et vous attend au tournant.

III Conclusion préliminaire.


      Merci donc, une fois de plus, à Super Hasard de nous avoir remis sous la main cet extraorninaire n° 5 de la revue "Le courrier interplanétaire", totalement oublié dans un coin de nos vieux dossiers. Mais justement, il se trouve que les psycho-sociaux, que nous venons d'évoquer ci-dessus, tirent leurs discours aberrants, des écrits connus des celèbres penseurs psychologues et psychiatres Sigmund Freud et Carl Gustav Jung, ce dernier ayant lui-même, plus haut reconnu : " On voit quelque chose; La question est seulement "Quoi" ".

       Ces psycho-sociaux, se sont vite accordés sur le fait que, tout se passait dans le cerveau des observateurs, exactement comme l'avait suggéré un certain Agobard, dans notre article tout a fait hors normes :

http://www.artivision.fr/docs/Concisionlexicaleancestrale.html

       Hélas pour eux, il y a eu de vraies photographies, que l'on ne pouvait hélas pas faire à l'époque de Charlemagne et de Louis le Débonnaire. Bien sûr, la seule parade , de ces psycho-sociaux, est de dire que toutes les photos d'ovnis sont truquées. Point barre.

       Mais trève de mots, voici pour les puristes, le début d'un article, d'un de ces psycho-sociaux, datant seulement d'Avril 1992.



       Bien sûr, nous avons refait la structuration des colonnes, supprimé le reste de l'article et, surtout, nous avons aussi supprimé, le nom et la photo de l'auteur, pour ne pas lui faire ombrage, et ternir sa haute réputation dans le landernau des scientifiques, auquel il appartient, car il va bientôt devoir raser les murs le soir, pour que l'on ne le reconnaisse pas.

     Laissons donc ce Monsieur que nous nommerons pour la suite : Grand X, à ses élucubrations psychiques nulles et non avenues, car la Révélation toute proche, montrera clairement l'inconsistance notoire de son propos.

     Cependant, ce Monsieur Grand X, aurait pu d'ailleurs lire à l'époque, avant de nous sortir son laïus mal dégrossi, l'interview du Professeur Jean-Pierre Petit dans le Paris Match n° 1848 du 26 Octobre 1984, tel que :


     Puis Jean-Pierre Petit, nous présente l'affaire de Renato Nicolaï arrivée à Trans en Provence près de Draguignan, affaire que ce Monsieur Grand X, a certainement connue, 11 ans plus tôt, puisqu'en 1992, il ose sortir un article prétendument sérieux, sur le sujet des Ovnis :



     Vous avez bien lu, nous l'espérons, que cette affaire de Trans-en Provence (dont nous reparlerons plus largement plus bas), est bien "le cas en béton", qui dérange grandement ces psycho-sociaux, dont ce Grand X, c'est fait l'avocat servile.

     D'autre part, si cela peut atténuer l' amertume, que causera ce texte à ce Monsieur Grand X, il faut qu'il sache aussi, que Monsieur Alfred Nahon avait comme métier de s'occupper de la psychologie du couple et de l'enfant. Ce qui fait que, "l'on n'apprend pas toujours à hurler avec les loups". Tout dépend du niveau d'évolution de la Psychée, n'est-ce pas !!!

IV Prolongement révélateur significatif en date du 27 Octobre 2014.


Premier focus très évocateur, surprenant.

     Nous allons voir maintenant, comment un astronome, cartographe, de la Lune, a été très embarrassé, pour représenter une étrange anomalie, du cratère Parry, placé juste en dessous du cratère Fra Mauro, où seraient prétendument descendus les voyageurs d'Apollo 14.


     Maintenant, scrutez avec attention la rainure de gauche du cratère :


     Cette rainure semble être tout simplement un tunnel ( merci à l'internaute qui nous en fournira la largeur), qui débouche de l'autre côté du bord bien haut, du cratère Parry. Comme une telle configuration est très difficilement explicable par des mouvements structurels de notre satellite, voyez comment l'auteur de l'ouvrage : "A Portfolio of Lunar Drawings" de 1991 publié à Cambridge University Press, nous présente cela :


     Monsieur Grand X aura vite fait de régler le problème, en disant qu'il s'agit, bien sûr, d'une illusion d'optique n'est-ce pas !!

Deuxième focus incontournable, surprenant.

      En préliminaire disons que le journal France-Antilles a publié dès 1975, certaines de nos missives montrant clairement que sur la Lune existent des mystère, incroyables inexplicables par nos connaissance scientifiques du moment. Cela a commencé dès le 14 Février 1975 ( Il y aura près de 40 ans en 2015) :


     Notez-bien que France-Antilles, n'a pas jugé bon de publier la photo de la superstructure, en question, et c'est nous-mêmes qui l'avons ajoutée pour faire des photocopies pour nos amis, en re-structurant aussi les colonnes. Il en a été de même pour deux autres de nos lettres, que ce journal a publiées sans la photo :

     En voici deux portions :





     Nous n'avons jamais su pourquoi ce journal, a refusé de publier les photos envoyées de la superstructure en question, et lorsque cette affaire éclatera au grand jour, ce qui ne saurait tarder, l'Histoire, jugera sévèrement ce journal, pour cette coupable négligence.

     Les Gouvernants, cachent donc au monde entier, le fait que la Lune est habitée, depuis des lustres, et cela pour de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique .

     Ainsi donc, le fait de savoir que des êtres intelligents occcupent la Lune, a été camouflé purement et simplement pour satisfaire les désirs de puissance des nations, alors que la connaissance de cet événement porte en lui même, la raison majeure d'unir l'Humanité, et d'en finir une fois pour toutes, avec ces guerres dérisoires qui la déchirent depuis des siècles. Mais, on le sait bien, la devise de ceux qui nous dirigent, est assurément : "Diviser pour régner" .

     Il faudrait vraiment être de mauvaise foi, pour affirmer que les images qui vont suivre, sont toutes naturelles, et qu'il ne s'agit encore que, d'une illusion d'optique.

     Ces images sont tirées de l'ouvrage remarquable ( déjà montré plus haut) , de notre ami Alfred Nahon ( hélas décédé, on l'a déjà dit, en 1990), intitulé: "La Lune et ses défis à la science", paru aux Editions Mont-Blanc en 1973, en Suisse et ouvrage que nous remontrons ici étant donnée son importance :

  

      On y découvre alors la figure, 29 suivante :


     On y voit clairement un engin excavateur qui triture le sol lunaire (voir la structure très insolite au centre du cercle) , sur un contrefort du cratète Copernic , déjà bien raboté, n'est-ce pas, sur sa droite .

     Si l'on sait que ce cratère mesure environ 93km , un calcul élémentaire donne pour la largeur de l'engin excavateur près de 12,4 km que nous arrondissons volontier à cause de l'imprécision de nos messures à 12 km. Comment donc il se fait, qu' un engin de près de 12 km, est passé totalement inaperçu dans les colonnes des revues d'astronomie et consorts analogues ? A vous de juger ..      Il existe de plus de très nombreux cratères sur la Lune, qui présentent un côté parfaitement blanchâtre, comme s'ils avaient été aussi rabotés. En voici deux autres, dont Archimedes,vers le bas, de la figure 36, du livre en question :


     Mais, parmi les surprenantes images de cet ouvrage, extrayons aussi celles-ci :


     En haut à gauche, on apperçoit la juxtaposition surprenante de deux structures cylindriques notoires :


      Et, dans ce même livre, l'ami Alfred Nahon, nous avait aussi présenté une structure très bizarre, découverte par Monsieur Delcorps à l'époque Directeur du Laboratoire LAET de Liège. Cette structure apparaît sur une photographie prise par le Planétarium de la Haye :

  

      On en demeure bouche bée, n'est ce pas, et pourtant les astronomes et consorts officiels, font toujours la politique de l'autruche, et restent muets comme une carpe.

     Pour en savoir bien plus, prière de consulter les articles :

http://www.artivision.fr/docs/myslune.html
http://www.artivision.fr/docs/AffaireFigaro-RFI.html
http://www.artivision.fr/docs/AstroArcheologie.html
http://www.artivision.fr/docs/Flashbackprecurseurs.html
http://www.artivision.fr/docs/AffaireElizabethKLARER.html
http://www.artivision.fr/docs/LuneAffairetardive.html
http://www.artivision.fr/docs/FlashbackAdamski1955.html
http://www.artivision.fr/docs/Anunnakiexistence.html
http://www.artivision.fr/docs/ContactsExtraterrestres.html

.................etc..................

Troisième focus : une mise au point indispensable.

      Mais ce 28 octobre 2014, il nous semble utile ici, avant d'aller plus loin dans cet exposé, de présenter cette missive datée de Février 2008, où il il est question d'une revue bien connue .

---- Original Message -----
From: Nathan...
To: fred.idylle
Sent: Wednesday, February 20, 2008 10:18 AM
Subject: RE: Petite question

"Merci pour votre réponse... J'ai lu un de vos articles hier soir où un des internautes vous disait qu'il ne croyait pas à l'idée que la Terre puisse avoir une sœur jumelle. Je suis un passionné de la revue "Science et Vie"....."


      Nous avons déjà répondu à cet internaute au sujet du reste de sa missive qui concernait la Terre symétrique (voir notre article Terresym.html )


     Voici donc quelques éléments supplémentaires qu'ARTivision, peut ajouter ici sur cette affaire concernant le sérieux de certaines revues :

     D'abord en ce qui concerne les références de l'internaute Nathan à la revue "Science et Vie" proprement dite, il nous plait de dire que nous conservons encore certains Science et Vie depuis des années. Nous possédons quelques numéros datés de 1952, tandis que pour Sciences et Avenir nous possédons le N° 1 de début Mai 1947, qui se pose justement des questions très judicieuses sur l'expédition extraordinaire de l'Amiral Byrd en Antarctique début Décembre 1946.

     Cependant en matière de lecture de revues, il nous semble aussi utile de retranscrire ici, la missive beaucoup plus ancienne suivante, et surtout notre réponse faite à cet internaute si fier de sa culture : ( les couleurs sont nous évidemment, et nous avons rectifié pas mal de fautes d'orthographe que l'on y trouvait)

Original Message -----
From:J...... C.....
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Monday, July 21, 2003 4:01 AM
Subject: Pourquoi que du S&V comme source d'info ?
     Bonjour.

     Je suis tombé sur ton site en cherchant des informations fiables
sur la perception de l'environnement par les plantes. Je trouve le contenu du
site très intéressant, mais il y a un problème quand même.
     Jamais des sources sérieuses sont mentionnées (concernant au moins ce que j'ai vu). On ne voit que Paris-Match, Science & Vie,
Science et Avenir... Que des journaux à sensations, qui désirent
bouleverser le monde par leurs articles. Alors il n'est pas étonnant
qu'on trouve ce genre d'articles ici. Mais moi ce que je cherche, c'est du sérieux, j'ai envie de
convaincre du monde et pas forcément des gens qui y croient déjà un peu, il
faut donc des sources que l'on peut prendre au sérieux. Et je suis désolé mais
Science&Vie n'a aucune valeur dans le monde scientifique, et encore moins Paris-Match.

    Cela me rappelle les gens qui ont voulu ou veulent toujours démontrer que le Pentagone
n'a jamais été attaqué par Ben Laden, ou que les 2 tours abattues étaient un prétexte
pour  la politique de Bush et que c'est pour ça que cela n'a pas été évité.
Les gens qui le démontrent le font très bien en sélectionnant les informations et du coup, on arrive à une fausse vérité.

      Finalement donne-moi quelque chose, un argument qui puisse montrer que ceci est du sérieux.
     Parce que vraiment tous tes thèmes sont tous des
plus extravagants, alors où est le sérieux dans tout ça ???

Jérôme C........


      Et voici une partie de notre réponse à cet internaute :

---- Original Message -----
De : FredIdylle
To : J.......... C......

Sent: Tuesday, July 22, 2003 8:10 AM
Subject: Retour des tropiques: Pourquoi que du S&V comme source d'info ?

          Cher internaute

      Tout d'abord, ne connaissant pas votre âge et vu le mien qui commence à être assez avancé, je préfère pour débuter cette réponse, garder le vouvoiement plus protocolaire en fonction des informations très importantes que je vais vous transmettre. Puis plus, tard, le tutoiement viendra tout naturellement.

      Et surtout d'autre part je vous dirai d'emblée qu'en rentrant dans le site ARTivision, vous venez de faire inconscienment sans doute, une démarche tout à fait ésotérique, qui vous conduira sur des chemins hors normes qui ne font pas souvent l'objet de l'attention des médias qui ont pignon sur rue (Télévision, radios, revues à grand tirage etc..).

      Si vous êtes un scientifique de haut niveau, et si vous recherchez des informations pointues, au top et high-tech avec formules et graphiques mathématiques, vous perdrez assurément votre temps sur ce site ARTivision.

      Cependant le fait que vous vous intéressiez au dévéloppement de la vie sur cette planète, est un bon tremplin pour accéder à un niveau de conscience supranormal, qui vous ramènera un jour sur les sentiers du Mysticisme Cosmique Pragmatique, sentiers présentés le 30/05/03, par ce site ARTivision, et qui est une nouvelle discipline de la connaissance humaine, strictement personnelle, et que chacun peut garder, pour l'instant, secrètement en lui, sans avoir à en faire publiquement état.

     Il convient de préciser ici que ce Mysticisme Cosmique Pragmatique, est basée sur de surprenantes expériences qui montrent incontestablement, l'unité du vivant et l'intercommunication qui régne entre ses éléments constitutifs. On y découvre donc que les organismes vivants sont bien plus reliés entre eux que ne se l'imaginent les écologiques les plus endurcis. Cette discipline, qui intègre aussi une notion multidimensionnelle supérieure à la dimension 3 , est évidemment sans aucune liaison avec un mouvement sectaire de quelque nature que ce soit, puisqu'elle est, on l'a dit, une démarche essentiellement individuelle. Voir l' article d' ARTivision : dimcos.html

     Mais cette discipline n'est pas une simple affaire de littérature, comme certains, pourraient le penser. Elle s'inscrit dans un mode vie qui pourrait signifier : Restons Zen, et branché en continu sur les vibrations harmonieuses du Cosmos, et en commençant déjà par écouter celles qui viennent du plus profond de nous-mêmes, de cette merveille extraordinaire que constitue le corps humain, proprement dit.

     Il va sans dire que pour faciliter notre contact avec la Nature et plus, nous devons fuir absolument toute information négative qui génère la Peur et la Haine, en refusant d'accepter de regarder des films noirs, d'épouvante, et autres thrillers à frissons, de lire des romans noirs où règnent violence, crimes et exactions de toute nature, et aussi d'écouter de la musique et des sons qui dépriment déjà les plantes, ..etc...alors et alors seulement, on pourrait peut-être ramener sur cette Terre, Paix et Sérénité, au sein d'un Âge d'Or retrouvé, et d'un Amour véritable entre les humains.

     Soyons plus précis encore et expliquons cette affaire ésotérique ; de l'ére du Verseau que nous venons d'aborder, et qui implique un changement total du contexte vibratoire de la planète Terre et de ses occupants :

    Nous allons ici donc sommairement donner une modeste explication, de ce pourrait être cette Ére du Verseau:

    L'Axe Nord-Sud de la Terre, lorsque celle-ci tourne autour du soleil , n'est pas perpendiculaire au plan de rotation, mais il est incliné d'un angle voisin de 23°,26 . Cet axe ne reste pas immobile et fait un tour complet qui dure 25920 ans (ce chiffre varie un peu chez d'autres auteurs: 25800 pour certains) période que l'on a divisé en 12 ères de 2160 années, chacune portant le nom d'un signe du Zodiaque (voir schéma ci-contre) .

    Notre Ère du Verseau qui suit celle des poissons, durera 2160 ans comme la précédente.

     Mais comme 25920/360 = 72 ans, on découvre qu'il faut donc 72 ans pour voir le Soleil se déplacer de , à l'équinoxe de printemps, le 21 Mars. C'est ce que l'on appelle, le déplacement du point Vernal.( Plus académiquement, on apprend que ce point Vernal, est un des deux points de la sphère céleste où l'équateur céleste et l'écliptique se croisent). Le 21 Mars 1950, certains ésoteristes pensent que le point vernal est passé, de l'ére des Poissons, en Verseau. Il aura avancé d'un degré seulement le 21 Mars 2022.

     Ce phénomène est appelé la préccession des équinoxes, et il parait chose incroyable que les sumériens ont inscrit ce phenomême sur leurs tablettes en écriture cunéiforme, il y a 2500 ans environ. 72 ans pour repérer de déplacement du point Vernal, il fallait donc être très fortiche pour découvrir cela. Bravo donc aux sumériens initiés....Mais comment ont-ils pu trouver cela ?. C'est là encore une façon de démontrer empiriquement que le Passé de la Terre est beaucoup plus fabuleux que l'on ne saurait jamais l'imaginer et que ces sumériens ont bien hérité de la connaissance de Maîtres antérieurs initiateurs .

     De plus Jean Sendy, nous a bien précicé ceci :

     " Les descriptions de l'Age d'Or des idolâtres et celles des Temps messianiques des Hébreux, concordent sur un point fondamental :

     Quand on en sera là, nous rabâchent-ils depuis des siècles et des siècles, l'homme saura accomplir les actes attribués par les Mythes aux divers "dieux" , et aux Elohim par la Genèse.
" .

     Extrait de "Les temps messianiques", J'ai Lu A 381 page 33.

     Affaire à suivre donc, et tout document découvert sur ce sujet, serait le bienvenu.

     Pour finir disons que le site ARTIvision n'étant pas un site scientifique, où la rigueur mathématique s'impose, il ne ne se préoccupe pas du tout, du sérieux (somme toute très relatif dans le temps, car ce qui est sérieux aujourd'hui peut paraître totalement insignifiant plus tard, voir par exemple les démonstrations mathématiques de ceux qui ont voulu prouver que le plus lourd que l'air ne volerait jamais comme un certain Simon Newcom), d'une revue quelconque, mais uniquement du fait évoqué et analysé par cette revue, comparée avec ce qu'en disent d'autres revues et cela toujours d'une manière ironique et détachée. Nul n'a en effet le droit de prétendre que sa vérité est la seule acceptable et un peu de modestie de ceux qui nous dirigent dans ce monde au bord de l'asphyxie, aurait sans doute pu éviter bien des drames.

    Il est bon alors, en premier lieu, de rappeler ici que le site ARTivision, prétend aussi démontrer dans ses nombreux articles que le Temps des Révélations est bien arrivé, et que tout un chacun est porteur d'un brin de Vérité, et cela est assimilable à la goutte d'eau de pluie qui va rejoindre immanquablement l'océan, où elle y puisera, force et régénération. Nous sommes donc tous individuellement reliés à cette Énergie Cosmique, qu'ARTivision appelle aussi le Très Haut, actuellement en grande mutation, et nous avons tous notre petite pierre à apporter à l'édifice fantastique qui se construit actuellement, n'en déplaise à ceux ( nous les avons déjà nommés ci-dessus), qui croient être les seuls à posséder la vraie connaissance.

      D'ailleurs ARTivision, fait appel par exemple, dans mes articles autant à la revue Nostra, disparue et qui était considérée à l'époque comme une vraie feuille de chou, par les prétendus cultivés de cette société, qu'à la revue La Recherche, plutôt bien vue en moment par la communauté scientifique. Alors ce n'est plus la peine d'ecrire à ARTivision, pour parler du sérieux d'une revue quelconque. Nous espérons avoir été très clair à ce sujet...

     En fait, cette revue Nostra, a été le premier hebdomadaire, à publier en 1983 (cela fait déjà 31 ans en 2014), une photo de l'extraordinaire structure du Paris Match 1028, telle que :


, alors qu'aucune autre revue, ni journal, n'a osé le faire à l'époque, et l'on attend toujours, que les revues qui ont pignon sur rue, comme par exemple : Science&Vie, Ciel&Espace, Sciences et Avenir, La Recherche ..etc..., veuillent bien faire un geste de même nature, en nous montrant enfin, ceci d'incroyable, faisant près de 30 km de long, et placé sur la face cachée de la Lune :


     A bon entendeur salut...

Quatrième focus : une affaire de dômes éparpillés sur la Lune et sur Mars.


      Après avoir survolé, les tenants et aboutissants ésotériques , du site ARTivision qui on le sait maintenant, est un site Mystico-rationaliste, mot introuvable dans aucun dictionnaire, reprenons notre exploration très pragmatique , de notre environnement cosmique.

      Dans l'admirable ouvrage d'Alfred Nahon déjà présenté plus haut : "La Lune et ses défis à la science", on trouve aux pages 24 et 25, ceci de très curieux :


      Hélas nous n'avons pas trouvé dans les revues d'astronomie une seule image d'un de ces dômes (Merci à l'internaute qui pourrait en possèder de nous faire voir cela).

Cependant concernaznt la lune nous avons trouvé dans l'ouvrage de 1959 suivant : "From Outer Space to You", est sorti en France en 1965 aux Editions Dervy, sous le titre "Mes Amis les Hommes de l'Espace", et il alimenta de vives polémiques.


, cette photo troublante :

  

      Dans la photo de droite nous avons mis, des petis pointillets pour souligner la courbure du dôme. Quant à expliquer comment cette photo a pu être réalisée par H, Menger bien avant 1959, prière de se rapporter à l'ouvrage en question, soit en anglais, soit en français.

    Mais ARTivision, a aussi dans ses dossiers des photos de dômes visibles sur Mars :

     En effet, dans le numéro 14 Hors-série d'Avril 1974 de la Revue Science&Avenir et numéro réalisé par le célèbre et regretté Albert Ducrocq.


    On découvre alors ce paysage, en page 49:


avec la légende : "La chaîne montagneuse, dont on voit ici les crètes bordes Coprates sur le versant sud on discerne les stries dues à des avanlanches de rochers vers le fond du canyon"

     Apparemment, rien de saillant ne semble retenir notre attention dans cette photo. Mais si l'on observe l'ombre de la montagne en bout de la flèche n°1, et que l'on détermine ainsi, la direction des rayons du soleil, on comprend alors qu'au bout de la flèche n° 2, nous n'avons pas affaire à un cratère, mais bien à un dôme parfaitement circulaire. Mais ce dôme semble lui-même, surmonté de structures insolites peu nettes, On dirait un bourrelet de couleur verte :


    Mais voici une autre image encore plus surprenante, en page 53, où l'on peut voir deux autres dômes :


avec la légende : " Dans Tharsis, ce volcan (13°N,91°) portant le n°7 , présente une caldeira irrégulière. On notera la platitude de la bouche et les stries de la paroi dues à un ravinement intérieur après extinction : cette formation se trouve à proximité immédiate de la chaine des grands volcans"

     Comme on le voit aussi ici, le bout de la flèche 2, présente en effet encore un dôme avec des structures insolites tout autour. Mais regardez bien le bout de la flèche 1. On y découvre une sorte de structure carrée sombre. Evidemment les détracteurs nous diront qu'il s'agit d' une illusion d'optique, due au positionnement de la sonde spatiale, qui a pris cette photo.

     Mais voyons cela, de plus près :

  

    Cette sorte de structure carrée donnant l'impression d'être une porte d'entrée d'un souterrain, comme d'ailleurs, nous le montre le dessin voisin qui est tiré du Science&Vie n° 625 d'octobre 1969, d'un article intitulé "Comment on vivra sur la Lune.".

    Donc finalement seul le vrai négatif de la NASA, nous permettrait sans doute de mieux visualiser tout cela. La question qui se pose est donc de savoir comment expliquer la présence de ces dômes en ces lieux, sur Mars? Dans les légendes présentées ci-dessus pour ces photos pas une seule ne parle de dômes. Donc Messieurs les spécialistes, si vous trouvez les originaux de la NASA, ayez la gentilesse de penser à nous...

Cinquième focus : une affaire de guirlandes lumineuses, décorant épisodiquement, certains cratères de la Lune.

      Terminons ces phénomènes insolites lunaires nommés pudiquement par les spécialistes, phénomènes transitoires TLP, (TLP :Transient lunar phenomenon) qui ont été notés sur la surface lunaire, dont par exemple, plus de 200 concernant la seule région du cirque d'Aristarque.

      Voici donc à ce sujet un passage curieux, de l'ouvrage incontournable dejà cité plus haut, de l'ami Affred Nahon : "La Lune et ses défis à la science", où l'on trouve aux pages 29 et 30, ceci :


       Comme on le voit, à l'epoque Alfred Nahon disait que les photos de cette affaire, n'avaient pas été communiquées au public.

      Mais le site ARTivision a eu lui la grande chance, de découvrir ces photos dans l'incontournable n° 559 venant de la revue Science&Vie d'Avril 1964, que tout fervant des mystères de la Lune, devrait avoir en sa possession, et dont voici la couverture :


     Nous avons en effet, d'abord trouvé dans la rubrique L'UNIVERS, un article incroyable pour l'époque, jamais repris ensuite dans ce magazine, et intitulé : "Des lueurs étranges sur la Lune". Voici donc comment se présente le début de cet important article :


     Et voici le début du texte en question : (les couleurs sont de nous évidemment)

     "Flagstaff (Arizona) le soir du 29 octobre 1963, peu avant la tombée de la nuit.

     Deux astronomes de l'Observatoire Lowell, James A. Greenacre et Edward Barr, dont le travail de routine consiste à prendre des séries de photographies de la Lune en vue de l'établissement de la grande carte lunaire au 1 millionième de l'U.S. Air Force, venaient de pointer vers notre satellite la célèbre lunette de 60 cm d'ouverture au moyen de laquelle P. Lowell, puis E. C. Slipher, tentèrent autrefois de percer les secrets de Mars. Ils examinaient, l'oeil à l'oculaire, la région tourmentée des cratères Hérodote et Aristarque et de la grande crevasse sinueuse au fond large et plat appelée vallée de Schroter. Leur intention était de comparer certains détails de cette région à ceux qui sont portés sur la carte. L'atmosphère au-dessus du désert de l'Arizona était assez agitée, rendant les images bouillonnantes, mais elle devint progressivement plus calme et un oculaire grossissant 500 fois fut adapté à la lunette.

     C'est alors - il était 18 h 50 - que l'attention de Greenacre fut attirée par deux taches lumineuses de couleur rouge orangé tout à fait insolites, situées à 45 km l'une de l'autre, sur les sommets de deux monticules voisins de l'extrémité méridionale de la vallée de Schroter. La tache la plus petite mesurait 2,7 km de diamètre, et la plus grande, de forme ovale, 2,7 km sur 9 km environ. Au cours des deux minutes suivantes, les deux taches devinrent ensemble extrêmement brillantes, et Greenacre, stupéfait, appela son collègue afin qu'il puisse à son tour observer et confirmer le phénomène. Les taches étaient toujours visibles trois minutes plus tard (c'est-à-dire à 18 h 53) lorsque Greenacre, qui avait repris l'oculaire, découvrit une troisième tache brillante, de couleur rose, recouvrant sur une vingtaine de kilomètres l'arête méridionale du rempart d'Aristarque. A 19 heures, les deux premières taches avaient perdu leur éclat initiale et leur couleur était devenue rouge rubis sombre. Dix minutes plus tard, elles avaient disparu, tandis qu'on distinguait encore faiblement la troisième tache, laquelle cessa à son tour d'être visible à 19 h 15. Aucune caméra photographique n'étant fixée à la lunette, il fut impossible d'obtenir des clichés.


UN MOIS A L'AFFUT


     Vingt-huit jours plus tard, le 27 Novembre 1963, la région d'Aristarque se présentait dans des conditions d'éclairage similaires et nos deux astronomes, qui n'avaient pas cessé de surveiller la Lune depuis l'observation précédente, mirent une fois de plus l'oeil à l'oculaire. Leur espoir ne fut pas déçu. A 17 h 30, une tache allongée rou&e rubis apparaissait, cette fois encore, sur l'arête du rempart d'Aristarque, mesurant 22 km de long. Greenacre et Barr n'étaient plus seuls : ils s'étaient fait accompagner sous la coupole par Fred Duggan et par le Dr John S. Hall, Directeur de l'Observatoire Lowell. Ce dernier, ayant constaté le phénomène, téléphona immédiatement à son collègue Peter Boyce qui disposait, à quelque distance de là, du grand télescope Perkins de 1,75 m d'ouverture, et lui signala qu'un phénomène coloré insolite était visible sur la Lune dans la région d'Aristarque, sans lui donner d'autre précision. Boyce découvrit immédiatement la tache rouge allongée et en confirma la position. Les minutes passaient et la tache était toujours visible. Des clichés en noir et blanc furent obtenus. Ce n'est qu'à 18 h 50 que la tache disparut : le phénomène avait duré 1 h 1/4 .


Les flèches indiquent où apparurent les lumières et leurs dispositions
Mais, vous pensez bien que les Forces Négatives de l'Ombre,
ont tout fait pour neutraliser cette extraordinaire information,
et on n'en a plus du tout, entendu parler
.

     "I1 n'y a pas de changement sur la Lune". Cette vieille assertion, professée jusqu'à ces dernières années par l'immense majorité des astronomes professionnels, se révèle quelque peu erronée et il apparaît au contraire que notre satellite pourrait bien être le siège de phénomènes lumineux passagers assez fréquents. Quelle est l'origine de ces lumières? Nul ne le sait. Est-ce le sol qui, en certains endroits, est recouvert de cristaux réfléchissant sélectivement les rayons solaires par le jeu des lois de la réfraction ? S'il en était ainsi, les taches observées auraient dû passer par les différentes couleurs de l'arc-en-ciel, et tel n'est pas le cas. S'agirait-il alors d'émissions de gaz, rendus luminescents par le rayonnement ultra-violet solaire ? Un argument de poids en faveur de cette hypothèse est apporté par la célèbre observation spectrographique de Kozyrev, dont nous parlerons en détail plus loin. Mais quelle pourrait être l'origine de ces émissions ? On a supposé qu'il s'agirait de la mise au jour de poches gazeuses occluses dans la roche lunaire, sous l'effet d'impacts météoritiques, ou encore de la volatilisation de la matière des météorites elles-mêmes. Mais par quel miracle alors le cirque d'Aristarque aurait-il été, à deux reprises, le siège de tels impacts, répartis d'ailleurs sur une bande de 20 km de longueur épousant très exactement l'arête même de ses remparts ? Ajoutons que, dans le vide (la Lune, ne l'oublions pas, ne possède aucune atmosphère), le libre parcours moyen des atomes et des molécules est infini : si une bouffée gazeuse était émise au voisinage du sol lunaire, elle se dissiperait très rapidement dans l'espace et cesserait bientôt d'être visible. Dans le cas présent, il faudrait donc admettre un renouvellement continu de l'émission des gaz pendant une durée assez longue (plusieurs dizaines de minutes) ; il faudrait admettre également que chacune des taches lumineuses était produite par plusieurs sources d'émission assez rapprochées, de façon à expliquer en particulier la forme extrêmement allongée et la grande dimension des deux lueurs observées sur Aristarque ; enfin, il faudrait supposer que ces émissions de gaz furent déclenchées, au méme moment, par un même processus, puisque les trois taches lumineuses du 29 Octobre 1963 présentèrent des variations d'éclat concomitantes.

     Tout cela fait penser, soit à une activité interne (tectonique ou volcanique), soit encore à une action calorifique du rayonnement solaire sur le sol de la Lune, produisant un dégazage des roches après la longue nuit lunaire (il est peut-être significatif à cet égard que les quatre lueurs observées prirent naissance, aussi bien le 29 octobre que le 4 novembre, un peu moins de deux jours après le lever du Soleil sur la région d'Aristarque).

     Rien enfin n'empêche, d'imagininer - mais ici nous tombons quelque peu dans la science-fiction que les taches brillantes apparues aient eu une origine artificielle, témoignant de l'activité d'êtres intelligents à la surface de la Lune.

      La vie n'a certainement pas pu se dévélopper sur notre satellite, mais si une expédition d'astronautes extraterrestres venus des espaces intersidéraux explorait le système solaire , on peut supposer que ces astronautes établieraient une base sur la Lune, ne serait-ce que dans le but d'étudiier la terre à faible distance sans être repérés. Dans un récent article sur les voyages intersidéraux publié dans la revue Planetary and Space Science, le très serieux astrophysicien américain Carl Sagan a froidement envisagé une telle possibilité, qui soulève cependant encore les plus grandes réserves chez la plus part des astronomes...

     Comme on le voit, l'exploration de la Lune, nous réservera sans doute bien des surprises...
"

     Fin de l'extrait.

     En ce qui concerne le côté brillant de certaines structures de la Lune, signalons aussi que le 22 Mars 09, nous avons reçu une missive très intéressante de l'aimable internaute Mike, qui nous invitait à prendre connaissance de la superstructure suivante découverte il y a peu de temps, dans cratère Copernic de la Lune ( 9.3° N, 19.25° W / Eastern Oceanus Procellarum, Mare Insularum). En effet nous avons été particulièrement surpris de découvrir ceci :



     et en agrandissant un peu :


     Et cette structure très étrange est visible dans les vidéos :

http://www.youtube.com/watch?v=65B5lvHa5cc

http://www.dailymotion.com/video/x8jmac_structure-atypique-sur-la-lune_tech
:

     Pour la suite, il ne nous reste qu'à souhaiter que ce n'est pas une arnaque montée par un infographiste fada, qui veut se faire lamentablement mousser sur le Web, et qu'au contraire, qu'un autre intrépide infographiste, veuille bien nous traduire en 3D, cette si étrange configuration. Donc alors, comme disent les anglosaxons restant dans l'expectative, Wait and see !

     Mais en feuilletant, un peu plus avant, cette même revue, de Science&Vie d'Avril 1964, à la page 69, nous sommes tombés à la renverse, en y découvrant une photo, pas très superbe il est vrai, mais assez significative, devinez de quoi... du cratère Rutherford. Voir à son sujet nos articles




     En effectuant une petite comparaison, voilà ce que cela donne :



      Il y a beaucoup de concordances entre ces deux photos n'est-ce pas, et cela n'a rien à voir avec la photo de Clémentine. Voyez plutôt :

  


     A vous de juger ces étranges différences, de formes et de structures de ces deux images.

     Alors, pensez-vous que la NASA soit encore crédible ?

     Nous ne résistons pas cependant, au plaisir de vous présenter d'autres images de cet article, comme par exemple, celle du cratère Copernic, qu'officiellement, on classe dans les cratères météoritiques avec, comme nous le dit si bien la revue, "ses projections radiales de poussière" et dont nous avons parlé sous le vocable de rayures concentriques, dans notre article :

http://www.artivision.fr/docs/FlasbacksurlaphotoclefApollo8.html

     Cette photo fut aussi prise, par l'observatoire du Mont Wilson en Californie, qui, on l'a vu déjà, a justement pris la photo de Rutherford, présentée dans le livre de R. Jastrow de 1967 :


     Notez aussi que sur cette photo, on découvre en haut à gauche sous la chaîne de montagnes et pas loin en dessous, le cratère Tobias Meyer :


et, juste à côté de Tobias Meyer, il y a, ce petit cratère traversé diamétralement, par une sorte "de pont ou de muraille" :

  

     Notons en passant, que sur la carte que nous avons, on peut estimer de diamètre de Tobias Meyer à 30,5 Km, alors le soi-disant "petit pont", est d'environ 6 km de long .

     Il va sans dire que si sur les photos modernes des sondes de la NASA, on ne voit plus du tout, ce petit pont, il nous appartiendra d'en tirer les conséquences délicates qui s'imposent . Avis aux curieux spécialistes de l'espace...

     Et que celui qui a de bons yeux pour bien voir tout cela , en tire l'éclaircissement notoire requis, et surtout, l'envie, d'en savoir plus.

     Mais ce 31 Octobre 2014, revenons à cette affaire de disques volants dont il est question dans la missive de Carl Gustav JUNG présentée plus haut.

Sixième focus : Où l'on découvre que les Allemands du 3e Reich , ont disposé d'un immense territoire, nommé "Schwabenland" en Antarctique .

     C'est dans le n° 449 de Février 1955, la revue bien connue "Science et Vie" que l'on découvre ceci :

     "...L'expédition allemande "Schwabenland", en 1937, et plus récemment encore l'expédition norvégienne, suédoise et anglaise "Maudheim" ont photographié en totalité et exploré en partie une autre chaîne cotière, celle de la Nouvelle-Souabe longue également d'un millier de km qui reconstitue, en plein désert de glace, le merveilleux spectacle de nos plus belles chaînes alpines européennes.

    Il serait faut de prendre aujourh'hui le Pôle Sud pour une terre morte et ensevelie dans la glace. Au cours des milliers d'explorations aériennes de l'expédition "High Jump" , en 1947, les aviateurs ont eu la surprise de découvrir, en plusieurs points, de vastes zones entièrement libres de glaces où étincelaient d'admirables lacs bleus ou rouges. Sur certains d'entre eux, des hydravions purent se poser. Les équipages se baignèrent dans une eau à température " relativement élevée " et purent receuillir des mouusses, des lichens et des algues. L'origine de ces oasis mystérieuses est encore inconnue. Elles sont peut-être le résultat de phénonènes volcaniques ou géologiques.
"

     Donc vous constatez qu'il y a bien eu en Antarctique en 1937, une expédition allemande nommée "Schwabenland". D'ailleurs voici une partie de la carte présentée, hélas en noir et blanc, par la revue à ce sujet:



    Mais il convient aussi en passant de mentionner la phrase suivante tirée de de notre article : Soriarevelations.html ( âmes sensibles s'abstenir):

    "... Des comptes rendus faisant état d'un "peuple de reptiles" enfoui dans des labyrinthes, d'un peuple de "Gris" travaillant avec les humains à la conception d'équipement électroniques et au projet de réalisation de construction de batiments massifs et dessous des montagnes de l'ouest , et rapporta qui viennent de la base asiatique nommée le royaume d' Agartha, qui entretient des colonies à l'intérieur des tunnels et des cavernes du dessous et qui s'oppose aux reptiliens et aux gris et à un groupe de facistes en provenance d'un lourd réseau d'installations souterraines sous région de la Neu Schwabenland en Antarctique."

     Comme vous le voyez, cette "Neu Schwabenland", réapparaît encore ici, et ne semble pas être, en fin de compte, une simple vue de l'esprit, n'est-ce pas !!!

     Mais si vous voulez pénétrer plus avant dans cette affaire secrète allemande lisez SVP ce qui suit à l'article :
Eux, nous & ailleurs (Jean Anne: volet 4)

    Voici d'ailleurs un article de Mr Stéphane DOREY qui confirme les propos de Jean Anne , et que nous avons récemment redécouvert dans nos vieux dossiers:

http://www.artivision.fr/docs/Dossierssecrets3Reich.html

    Quant aux photos et plans de ces engins extraordinaires, vous pouvez les consulter dans le super dossier que nous a envoyé dès le 23 Septembre 2001, notre ami Roch Saüquere, Directeur de la revue Top Secret, mais comme l'url a disparu, voir notre article construit très opportunément à l'epoque sur l'affaire, dès le 02/03/04 :

http://www.artivision.fr/docs/ovnisallemands.html

    On peut aussi consulter ce texte important sur le site suivant où hélas certaines images n'apparaissent plus :

http://mephistope.homegnu.org/serveur/new-doc-html/o-v-n-i/Ovni_Nazi.htm

    Vous pouvez aussi consulter le dossier que nous a transmis le 18/02/04 notre ami M. Hertzog : Au chapitre La socièté Vril à :
 http://secretebase.free.fr/complots/nazis/thule/thule.htm

     Notons enfin l'excellent article de Mr Jean-Marc Roeder paru dans le n° 9 de la revue "Top Secret" www.topsecret.fr et article paru en 6 pages sous le titre: " L'arme ultime du IIIè Reich ".

     Le n° 15 de cette revue nous présente aussi sur le sujet, un article remarquable de Sébastien Gillain avec photos de soucoupes, intitulé "L'impensable Vérité" pages 36 à 42.

    Mais le 03/03/04 nous avons retrouvé dans nos dossiers quelques images de cette affaire d'ovnis nazi. En voici, en passant, quatre parmi elles:

     

    Et il y a aussi cette gravure représentant probablement un modèle préliminaire :


    Mais le 27 MAI 2014, nous avons aussi eu l'opportunité de sortir l'article suivant :

http://www.artivision.fr/docs/PreuvesFlagrantes.html

où, l'on découvre les documents suivants :

  



Merci mille fois à l'internaute qui pourra améliorer la lisibilité de ce document.

    Avouons que des infographistes pervers actuels, auraient un mal fou, pour trafiquer des tels documents...

    C'est aux spécialistes de l'allemand et aux historiens, qu'il appartient de vérifier l'authenticité de ces importants documents. Or, pour ne pas salir leur petite réputation sociale, ils se taisent, lamentablement.

    De plus, ces derniers temps, un autre document incroyable , est apparu sur le Web :


    Grosso modo, cette missive fait état en 1947, des manœuvres à effectuer, par un sous-marin dont le conmmandant était un certain Heinrich Brodda., dont il est fait mention au texte déjà cité plus haut : ovnisallemands.html

Septième focus : Où l'on découvre que Jules VERNE, notre maître de la littératture fantastique, était au courant des "ouvertures polaires".

    Sur la page 2 du même " Le Courrier Interplanétaire" du 28 Mai 1955 en question au début de cet article nous trouvons cette correspondance d'un lecteur adressée à Alfred Nahon :

    Monsieur et cher confrère,
     Très vivement je vous remercie pour votre aimable envoi de "Courrier Interplanètaire"
en vous félicitant pour votre courageuse campagne en dépit des préjugés et des intérêts,
souvent ligués contre la lumière et la vérité tant scientifiques que morales.

    J'apprécie la très intéressante documentation que vos fascicules rassemblent , information
et rensignements que la plus grande presse nous laisse presque totalement ignorer, en ce moment.
     Par ce même courrier, je vous adresse un précédent numéro de " Paris-Montparnasse ",
où un de mes amis développe une thèse fort originale sur les S,V.
    Croyez , monsieur et cher confère, à mes meilleurs sentiments.

          Ivan Tournier
         Secrétaire général de la
         Société Jules Verne.
         Collaborateur d' "Atlantis".


     Nous n'avons pas hélas, eu le privilège de prendre contact avec ce monsieur I. Tournier, quand nous avons découvert dans la revue OURANOS n°21 de Janvier 1978 ceci :


     Disons d'abord que c'est en Mai 2005, que nous avons eu l'idée de relire cet article du Groupe de réflexion Antarticus, qui dormait depuis 27 ans, dans nos dossiers, et ainsi nous y avons découvert une information sensationnelle, qui nous était complètement passée sous le nez , lors de notre première lecture de ce texte en 1978.

      Pour bien montrer l'importance que nous accordons à cette information, voici d'abord la couverture de la revue qui l'a publiée en 78 ( Qui sait si l'exemplaire de cette revue ne deviendra pas un jour, aussi celèbre que le journal de l'Aurore du 13 Janvier 1898, où Emille Zola publia son fameux "J'accuse"), et présentons aussi les premières lignes de l'article d' Antarticus:

  

      Vu son importance, reprenons en couleurs cette fois, la phrase extraordinaire suivante, en bas de texte

" Notons encore que cette "chose", d'après Jules Verne, serait à l'origine des aurores boréales qui ne s'expliqueraient que par l'ouverture des Pôles (?). De "blancs linceuls qui s'entrouvrent" existent aussi dans l'Arctique, mais c'est dans l'Antarctique que le bruit court sur certaines "expériences"."

     Hélas et amèrement hélas , ce groupe "Antarticus" n'a pas donné les références exactes de cette incroyable affaire de " l'ouverture des Pôles (?)"...évoquée par Jules Verne.

     Bizarrement, c'est le point d'interrogation de l'expression l'ouverture des Pôles (?), qui nous faisait croire que l'auteur Antarticus de l'article, a bien lu cela quelque part chez Jules Verne, puisqu'il s'étonne, lui même, de cette assertion de la part d'un si grand écrivain.

     Nous en avons déduit donc, que l'auteur de l'article, en 1978, n'avait pas encore eu sous la main , le livre encore accessible à l'époque : la Terre creuse, de BERNARD, Raymond. publié en 1971 chez Albin Michel, dans la prestigieuse collection, hélas disparue, "Les chemins de l'impossible" .


     Remarque importante, il y a ici une ambiguité sur le vocable "ouverture des pôles" et le l'auteur de l'article aurait dû écrire de préférence : " qui ne s'expliqueraient que par l'existence des ouvertures polaires (?)" . Nous expliquerons ce détail très important plus loin.

     Nous avons longtemps cherché, dans quel ouvrage de Jules Verne, il parlait des ouverture polaire et nous avons même écrit à l'epoque à cette adresse que nous avions trouvé dans une revue d'informatique :


      Hélas la courtoisie se perd immanquablement ces temps-ci, et nous n'avons reçu aucune réponse, même pas un petit mot pour nous aiguiller vers une autre association ou un musée. L'histoire jugera bientôt tout cela.

     Puis ensuite, pour notre bonheur, le 24/08/05, nous recevions aussi de notre ami M. Heztzog (voir ses supers interventions dans : merlibre.html), la missive suivante :

----- Original Message -----
From: M. Hertzog
To: fred.idylle
Sent: Wednesday, August 24, 2005 11:03 AM.
Subject: Re: Une affaire concernant Jules Verne... de la plus haute importance.

     Cher Fred,

     Je trouve votre courrier à mon retour de vacances.

     A première vue, il peut s'agir d'une info tirée de la lecture des " Voyages et aventures du capitaine Hatteras" , ouvrage publié en 1866, et dont voici deux scannérisations:

  

     Voir les dernières lignes surlignées en jaune fluo (par moi) du chapitre XXIV intitulé : "Cours de cosmographie polaire" , que je vous joins.

     Amicalement,

     Michel Hertzog.


, où il est précisé ceci au tome 2 : Le désert de glace :

" Enfin, de nos jours, on a prétendu qu’il existait aux pôles une immense ouverture, d’où se dégageait la lumière des aurores boréales, et par laquelle on pourrait pénétrer dans l’intérieur du globe; "

     Comme on le voit donc , c'est clair et net , sans bavure, ni spéculation psychologique imaginaire et le groupe Antarticus, avait bien mis le doigt sur une information hors normes concernant Jules Verne qui justifiait parfaitement nos vives recherches à ce sujet.

mais nous avons aussi decouvert le précurseur nommé Sir John Leslie (1766-1832), lui imagina bien avant Jules Verne, qu'alinterrieeur de la Terre, il existait deux soleils, nommés : Pluto et Proserpina. Voir sur le site :

http://davidpratt.info/inner2.htm#s1

le passage : " a Scottish physicist and mathematician, proposed that the earth had a hollow interior containing two suns "Pluto and Proserpina" ."

    Cependant chez Jules Verne, ces deux soleils, sont devenus deux planètes dans le même tome 2 du " Voyages et aventures du capitaine Hatteras" de 1866 :

" puis, dans la sphère creuse, on imagina l’existence de deux planètes, Pluton et Proserpine, et un air lumineux par suite de la forte pression qu’il éprouvait. "


      Comment les deux  "soleils"  de Leslie, ont pu devenir "deux planètes" chez Jules Verne ? Aux historiens et bibliothécaires curieux de répondre.

     Notons bien que Jules Verne, n'a jamais eu la préscience de l'existence d'un soleil central à l'intérireur de la Terre, et il s'agit pour lui d'un air qui devient lumineux , sous la pression interne qu'il subit. Par contre, c'est le norvégien Olaf Jansen, qui affirme l'existence de ce soleil central, dans "The Smoky God", fascicule de 1908, que le Webmaster d'ARTivision , fut le premier à traduire en amateur, sur le Web français, dès le 6 Avril 2001, et ouvrage fantastique, qui selon nous bien sûr, laisse loin derrière l'ouvrage "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE" de 1864 de Jule VERNE publié à Paris, par le prestigieux Editeur Pierre-Jules Hetzel & Cie.

  

     Nous avons alors placé, la traduction de cet ouvrage extraordinaire à l'url:

http://www.artivision.fr/docs/SmokyGod.html

     Mais, voici aussi une traduction plus professionnelle de notre amie canadienne :Ischaia :


    Edité par les Éditions Saint-Germain-Morya au Québec N° ISBN 2-923568-01-X

    l'épineuse question, de savoir par quel cheminement informationnel Jules Verne a pu connaître cette affaire "d'ouvertures polaires" (et Messieurs les historiens nous attendons avec ferveur votre réponse ), alors que nous, nous ne l'avons apprise qu'en 1972, lorsqu'une très aimable amie de la Métropole a eu la géniale idée, de nous offrir le livre ci-contre (déjà présenté plus haut) "La Terre creuse" de Raymond Bernard (pratiquement introuvable en librairie actuellement), et publié en 1971 chez ALbin Michel dans la prestigieuse collection hélas disparue "Les chemin de l'impossible" . Remarquons que les nombreux sites qui ont digitalisé ce livre ne présentent jamais l'autorisation qu'il auraient reçue des héritiés de l'auteur, et aussi l'autorisation de l'Editeur Albin Michel. En effet cet ouvrage , n'est pas encore libre de droit , (normalement un ouvrage tombe dans le domaine public 70 ans après la mort de son auteur) , et Raymond Bernard, qui en réalité s'appelait Walter Seigmeister, est décédé le 10 Septembre 1965, et donc il faudra attendre 2035, pour avoir le droit de republier gratuitement cet ouvrage.

     Rappelons que cet ouvrage est une modeste traduction, de l'ouvrage américain que Raymond Bernard a publié dès 1964, et ouvrage (que nous avons aussi la très grande chance de possèder) :"THE HOLLOW EARTH", the greatest geographical discovery in history, chez l'éditeur FIELDCREST aux USA :

  

     This book is, distributed by Fieldcrest Pub. Co. USA ; 116 p. illus.

     Ce livre possède à la fin, une bibliographie de 16 pages des autres livres de R. Bernard, plus ceux d'autres auteurs. Cette bibliographie ne figure pas dans l'ouvrage en français

     Ce livre fut aussi ré-édité en 1969 par A.B, MA, Ph.D, chez University Books mc, New York. 254 p. ISBN 0-8216-2507-1,

Enfin plus tard en 1974 paraissait une édition de poche publiée par Lyle Stuart, MC. (120 Enterprise Ave , Secaucus, N.J. 07094 col. Dell N0 3382), que nous avons pu nous procurer.



     Ceci ceci étant précisé, nous allons aussi faire état d'une information importante que cachent sournoisement nos gouvernements et que Jules Verne, connaissait également. En effet c'est l'aimable l'internaute, Renaud F......, qui nous fait découvrir que Jules Verne parle clairement de "la Mer libre du Pole" , au chapitre 7, dans son roman : " Le pays des fourrures" , en ces termes :

     " - Croyez-vous, monsieur Hobson, demanda Mrs. Paulina Barnett, que l'homme puisse jamais atteindre le pôle même?
- Sans aucun doute, madame, répondit Jasper Hobson, l'homme, - ou la femme, ajouta-t-il en souriant. Cependant, il me semble que les moyens employés jusqu'ici par les navigateurs afin de s'élever jusqu'à ce point, auquel se croisent tous les méridiens du globe, doivent être absolument modifiés. On parle de la mer libre que quelques observateurs auraient entrevue. Mais cette mer, dégagée de glaces, si elle existe toutefois, est difficile à atteindre, et nul ne peut assurer, avec preuves à l'appui, qu'elle s'étende jusqu'au pôle. Je pense, d'ailleurs, que la mer libre créerait plutôt une difficulté qu'une facilité aux explorateurs.
"

      Comme vous le voyez, Jules Verne était parfaitement au courant de cette affaire de mer libre, dont on ne parle jamais danns nos écoles et nos universités.

     Mais revenons à l'ouvrage "The Smoky God" , présenté ci-dessus, et voyons, ce que raconte cet ouvrage en ce qui concerne la mer libre du Pôle. En effet, en plus de la découverte stupéfiante d'un soleil en suspension à l'intérieur de la Terre, Olaf Jansen , en se dirigeant vers le Nord avec le sloop de pêche de son père, à une certaine période de 1829, nous dit ceci :

"Devant nous et directement au nord, s'étendait une mer libre."...


     Et, nous voilà donc, en plein milieu de cette affaire de mer libre du Pôle, niée actuellement par nos universités mais longuement évoquée, par de très nombreux explorateurs polaires comme Greely, Nansen, Hall, Wrangell, Edward Parry, Ingleflied, Kane, Hayes ...etc...

    Ce dernier, Isaac Israël Hayes, était un explorateur, né à Chester (Pennsylvanie) le 5 mars 1832, mort à New York le 17 décembre 1881. Médecin en 1853, il prit part en cette qualité à une expédition de Kane au pôle Nord.

      Nous avons de lui l'ouvrage suivant :


, ouvrage de 1877, qu'en 1984, par une chance inouie (Merci à Super Hasard, car cette chance est sans doute mieux que celle de gagner le gros lot au Loto) , nous avons trouvé dans une vieille malle à 600 m de chez nous. Pour en savoir plus sur cette affaire prière de consulter notre page :

http://www.artivision.fr/docs/Byrdsuite.html

    On trouve alors ceci, aux pages 188 à 189 :

" Tout le démontrait: j'avais atteint les rivages du bassin polaire. L'océan dormait à mes pieds.... il m'était donc impossible d'aller plus loin. La crevasse dont j'ai parlé eût déjà suffit pour nous empêcher d'atteindre le nord de la baie; mais, au large, les glaces paraissaient encore en pire état. Plusieurs flaques d'eau s'ouvraient près du littoral, et sur l'une d'elles venait de s'abattre une bandes de "dovekies" ou de guillemots à miroir blanc. En remontant le canal kenedy, j'avais reconnu nombre de leurs stations d'été; cependant j'étais assez surpris de voir les oiseaux eux-mêmes à une époque si peu avancée de la saison. Les mouettes bourgmestres volaient au dessus de nous, se dirigeant vers le nord où elles cherchaient les eaux libres pour leur nourriture et leur demeure... "

    et le 19 Mai 1861:

" Cette note placée dans une petite fiole apportée tout exprès, fut soigneusement déposée sous le cairn, puis nous poursuivîmes notre route en nous tournant vers le sud; mais je quittais avec répugnance ce lieu qui exerçait sur moi une fascination puissante, et c'est avec des sensations inaccoutumées que je me voyais seul avec mon jeune camarade, dans ces déserts polaires que nul homme civilisé n'avait foulé avant nous. Notre proximité de l'axe du globe, la certitude que de nos pieds, nous touchions une terre placée bien au delà des limites des découvertes précédentes, les pensées qui me traversaient l'esprit en contemplant cette vaste mer ouverte devant nous, l'idée que peut-être ces eaux ceintes de glaces baignent des rivages d'îles lointaines où vivent des êtres humains d'une race inconnue: telles sont les considérations qui semblaient donner je ne sais quoi de mystérieux à l'air que nous respirions... "

      Fin de citation

    Tout ce qui est raconté ci-dessus est superbement rassemblé dans une gravure montrant ce fantastique paysage, qui à juste titre a suscité beaucoup d'émotion chez Hayes et son compagnon. Voici donc cette gravure sublime, représentant en page 190 bis, cette surprenante Mer libre du Pôle :



    Il nous reste cependant, à bien analyser cette gravure dans ses détails les plus fins, et surtout en ce qui concerne les oiseaux , dont nous parlerons plus bas.

    Et en couleur c'est mieux, grâce à la une petite contribution de notre ami Christian C....... qui réalise d'amirables aquarelles (Aquarelle et voyage):



    Mais voici aussi ce que nous dit au sujet de cette mer libre, le grand explorateur, le Dr Elisha Kent Kane, qui fut un officier médecin (28 Fevrier 1820 – 16 Février 1857) de la Marine des USA, et fut un très grand explorateur polaire du 19 e siècle.

    On sait qu'il publia en 1857, cet ouvrage connu que l'on peut trouver sur le site :

http://www.archive.org/stream/arcticexplorati02kanegoog#page/n0/mode/2up


     Et pour les puristes, voici en anglais, le paragraphe surprenant qui nous intéresse :


      Et voici une traduction de cet étrange paragraphe :

" Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ? "

   
Que dire de plus, si ce n'est que l'on découvre, ici, encore une fois, l'incompréhension des observateurs de l'époque , devant ce phénomène hors normes de la mer libre du pôle.

     Alors chers détracteurs zélés, sauf de dire que Dr Elisha Kent Kane et Isaac Israël Hayes étaient plutôt timbrés, nous attendons votre réponse...

     Il y a aussi des chercheurs qui, tout en n'étant pas des explorateurs, ont largement évoqué cette mer libre, dans leurs investigations, comme Buffon, Boiteau, Jules Gay, J-p Bellot, Daines Barrington etc...

     Tous ces gens ne peuvent avoir menti, surtout à l'époque, où l'on ne plaisantait pas avec la rigueur morale.

     Mais pour les puristes, qui aiment remonter aux sources, voici aussi un document très significatif à cet égard :



      Donc, juste au début on découvre que : " le 20 Octobre .- Des rapports complets de la dernière expédition allemande vers le Pôle Nord ont été publiés. Il y est fait état que l'expédition fut un succès. Une mer polaire fut découverte libre de glace et grouillnt de baleines...".

      A vous de juger ...

      Mais, voici une image très officielle et cartographique, qui figure dans un livre réservé aux élèves de 6 éme, et publié en 1977 par Fernand Nathan :




     Vous avez bien noté, dans la légende, que cette carte, place le Pôle Nord, en plein dans la zone dite, de la "banquise permanente", alors que le site ARTivision, prétend démontrer que ce Pôle Nord, se trouve dans une "Mer libre de glace". Reste à savoir, pourquoi nos gouvernements, nous cachent cette mer libre du Pôle Nord, dont il est question dans de très nombreux articles de notre site.

    Or, sur les photos de la NASA, montrant la zone polaire nord, pas une, ne montre cette mer libre autour du pôle.

      Mais, pourtant nous avons, par un heureux hasard, (que nous ne pouvons décrire ici), réussi à mettre la main, sur cette étonnante photo :


    Notre ami de longue date, Frédéric, nous explique que cette photo est extraite de la vidéo plutôt ancienne :

http://www.dailymotion.com/video/x9mgp5_hollow-earth-15-battle-of-armageddo_webcam

     Mais dès 2004, nous avions pu extraitre du site: http://www.pousada.ch/erde/pol.html qui hélas n'existe plus, cette image :



qui, comme on le voit, est la portion supérieure de la superbe photo précédente. Il nous appartient désormais d'en déterminer l'année de la première parution sur le Web.

    Cette inclinaison s'explique par le schéma suivant :



    On voit alors que le disque représentant le vortex polaire en question, ne se juxtapose pas juste au-dessus du Pôle Nord.

      Quand à cette affaire de mer libre du Pôle Nord, si souvent évoquée par ARTIvision, pour mieux la visualiser, jetez donc un petit coup d'oeil sur ceci, où justement cette mer libre immense, apparaît comme un fond bleu sombre :



      Maintenant, il suffit pour comprendre que les choses bougent en ce moment, de jeter un bref coup d'œil dans une librairie moderne, pour y découvrir cette incroyable ouverture polaire, dans les opuscules qui fleurisent en ce moment, sur la thèse de la Terre creuse que le site ARTivision fut l'un des premiers à présenter sur le Net français dès Septembre 2000.

     Voyez-vous même :

   

     Donc cette photo très surprenante que voici à nouveau :



se retrouve, sans explication aucune, dans les trois opuscules présentés ci-dessus. Les deux premiers de gauche présentent la photo en noir et blanc (respectivement page 16 et 52) et le 3e, bien plus agréable à voir en couleur, (page 23).

      Donc cette photo étonnante vue plus haut, qui prétend montrer le trou polaire nord de notre planète, a été pour la première fois présentée en 2004 sur ARTivision, à notre article :

http://www.artivision.fr/docs/Byrdalicesuite.html

.      Après quelques recherches, nous avons appris, il y a quelque temps déjà, que cette photo aurait été captée par un radio-amateur d'Allemagne, qui a travaillé, à l'époque, au Centre Spatial de Garchlingen ( Bayern ) et qui connaissait la fréquence du satellite qui survolait la région. Cette photo a été copiée plusieurs fois et on la trouve aussi sur un site au graphisme admirable, et dont l'url est :

http://virtuellife.centerblog.net/20608-la-porte-interdimensionnelle-universelle
.

      Nous ne savons toujours pas si cette photo est un habile montage ou pas, mais pour nous, les gouvernements n'avaient aucun intérêt à diffuser, même pour faire de la désinformation, une telle photo. Nous avons, tout de même, osé placer cette photo dans certains de nos articles, et en particulier dès le 21/04/04 à l'article:

http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteauPrinceAlbertII.html

     Donc le site ARTivision , a aussi été le premier sur le Net Français, à présenter, une analyse pointue de cette image, faite par un infographiste qualifié :

      Voici donc ici, une partie, de la conclusion de cet infographiste, et conclusion que les protagonistes des opuscules précédents , ont dû prendre en compte (sans, nous l'avons dit, citer une seule fois le vocable ARTivision), pour oser présenter à nu, cette photo dans leur fascicule :

    "Hors dans ce cas, le film atmosphérique a une forme parfaitement régulière ne dépendant pas des irrégularités de la surface terrestre et son intensité ne dépend que de l'éclairage global du globe, et pas des points immédiatement en dessous, ce qui est normal pour une lumière réfléchie.

  Seule une image extrêmement complexe utilisant du Lancer De Rayon avec un module de calcul de diffraction associé à un nuage de particules fines peut donner ce résultat en synthèse.

    Mais vu la finesse des détails, il faudrait vraiment posséder une sacrée machine et d'excellents infographistes. De plus je persiste à dire que les outils d'imagerie ont la facheuse habitude à créer des dégradés parfaits,(la bande de dominante rouge aura toujours la même épaisseur que la bande de dominante bleu, et suivra parfaitement la courbure de la surface terrestre), et légèrement sursaturés en couleurs, à l'opposé d'un dégradé naturel où les couleurs sont beaucoup plus mêlées et diffuses...
"

      Si cela s'averrait exact, nous serions , en présence d'un document exceptionnel et inestimable.

Mais il y a mieux et cela de nous et voyons à nouveau cet important entrefilet reçu dès le 18 Mai 2003 , que nous avons présenté à notre article recherchemerlibre.html :

  Pas de glace au Pôle Nord  

Une expédition qui s'est rendue au Pôle Nord cet été n'y a pas vu de glace. Là où aurait dû se trouver la banquise, il n'y avait que l'océan Arctique. Une première en... 50 millions d'années. 

États-Unis 

21/08/2000 - James McCarthy, un océanographe américain qui faisait route vers le Pôle Nord dans un brise-glace russe en compagnie d'un groupe de touristes a eu la surprise de sa vie. À son arrivée, début août, pas de glace. Il n'y avait que de l'eau, sur au moins deux kilomètres de largeur. Selon l'expert, ce serait la première fois depuis 50 millions d'années que le pôle n'est pas couvert par la banquise. D'autres spécialistes contestent : le mouvement des glaces crée parfois des trouées temporaires, même à cette latitude extrême.



Le paléontologue Malcolm C. McKenna, qui était aussi de l'expédition, croit toutefois que c'était la première fois que l'on trouvait les eaux du pôle libres de glace. Il ajoute que le navire russe n'a traversé que de la glace très mince pendant tout son voyage. Dans cette région, l'été, elle fait normalement au moins trois mètres d'épaisseur. Cette fois-ci, les touristes ont dû s'éloigner à 10 kilomètres du Pôle Nord avant de trouver de la glace assez solide pour pouvoir y marcher.

Autre détail troublant : des goélands ont été vus en train de voler au-dessus du Pôle. Là encore, ce serait une première. Ces oiseaux, qui se nourrissent de créatures marines, ne vivent habituellement pas des ces régions en principe couvertes d'une épaisse banquise.

Les participants de l'expédition voient dans toutes ces premières une preuve de plus de la fonte rapide de la calotte polaire. Des observateurs extérieurs croient plutôt que la banquise s'est temporairement déchirée lorsque la glace a été emportée par le vent ou les courants marins. Quoi qu'il en soit, tous les spécialistes s'entendent pour dire que la banquise recule, au moins à sa limite sud, et que son épaisseur a diminué d'au moins 40% depuis 50 ans. À ce rythme, elle pourrait complètement disparaître d'ici 2100

Philippe Gauthier


     Fin de citation

     En somme, ce communiqué ( qui parle souvent de première fois ) , montrant ainsi l'ignorance totale de ses auteurs, en matière de connaissance des récits concernant les explorations polaires, ne dit pas autre chose, sur la mer libre du pôle, que ce que raconte justement l'ouvrage du même nom, d' Isaac Israël Hayes dont en 1984, nous avons eu l'heureuse opportunité de découvrir l'édition de 1877, dans une vieille malle, à 600m de chez nous. Et donc, disons ici encore, bravo à Super Hasard, qui nous comble de joies et de fortes émotions.

     Alors Messieurs les psycho-sociaux blasés, (dont le Grand X présenté plus haut, est l'irréfragable émule), cette mer libre de glace au Pôle Nord est-elle encore selon vous, un produit de l'hallucination collective, de tous ces explorateurs anciens, comme les docteurs que Elisha Kent Kane et Isaac Israël Hayes, ou des explorateurs modernes, comme James McCarthy et Malcolm C. McKenna? Et allez-vous encore, affirmer pour noyer le poisson, que la stupéfiante image, vue plus haut, d'un étrange dôme sur Mars, n'est qu'une illusion d'optique ? Etant donnée son importance, nous vous présentons ici, à nouveau, cette image incroyable :

  

en, espérant qu'un jour proche un audacieux infographiste, veuillle bien nous mettre en 3D, ce superbe dôme, qui nous interpelle grandement ici...

Huitième focus : Où l'on découvre avec stupéfaction, un document de 1569, qui parle d'un inconcevable vortex, au Pôle Nord

     En effet, disons encore bravo à Super Hasard, qui a fait surgir, juste au bon moment, un texte en latin qui a fait tomber carrément, à la renverse .

      C'est le 03/01/2013, que nous avons reçu la remarquable missive suivante :

From: Pierre
Sent: Thursday, January 03, 2013 5:22 PM
To: fred.idylle@orange.fr
Subject: cartes "oubliées", mais pas par tout le monde...

     Bonjour Fred,

          Je vous présente tous mes voeux de bonne santé et de merveilleuses découvertes pour les jours à venir...

     Je pense que vous avez déjà lu le texte ci-dessous, qui est la traduction du latin d'un "cartouche" sur une carte de Oronce Finae(Relevé sur le site "Top Secrêt")


, où l'on parle du n°27 de la revue "Top Secret d'Oct-Nov. 2006".

     Ce qui m'interpelle le plus, dans le texte ainsi que sur la carte en question ci-jointe, est la présentation du "trou polaire" à une époque à définir où la mer extérieure se serait engouffrée dans l'orifice polaire par quatre grands "fleuves marin" en tourbillonnant vers l'intérieur. et provoquant probablement de formidable vortex d'air entre l'intérieur et l'extérieur en forme de gigantesque sablier rempli d'air tourbillonnant.

     La zone d'exclusion aérienne des pôles doit également trouver une de ses causes ici: De gigantesques turbulences cycloniques!!!

     Les intra-terrestres eux-mêmes, ne peuvent probablement pas dans ces contextes là "sortir" ou "entrer" n'importe quand !

     Même eux, puisque la "respiration", dont vous parlez souvent, change sans cesse les conditions extrêmes de cet endroit si particulier...Il devrait donc y avoir ici aussi des "accalmies" au centre, pendant des transitions d'inversions qui doivent fatalement s'y produire.

     Des cartes très anciennes comme celles-ci seraient toujours utilisées par "l'armée" (laquelle? ou lesquelles?) ainsi que d'autres avec beaucoup plus de détails encore, mais elles, encore "classifiées" très probablement. (Du classifié Préhistorique, c'est pas courant!).

     La carte est très connue des chercheurs, mais je n'en connaissais pas la traduction de la légende en Latin qui n'apparait pas toujours visible sur les reproductions...

     Mais le Temps des Révélations, s'accélère de jour en jour si l'on sait observer...n'est-ce pas vrai?

     Amicalement,

     Pierre.


     Nous avons bien sûr, déjà remercié Pierre, pour sa si efficace contribution, aux recherches pointues d'ARTivision.

     Nous avons vite retrouvé, le n° 27 de la revue "Top Secret" d'Oct-Nov 2006, de notre ami Roch Saüquere, (et nous avions totalement oublié ce qui suit de ce n°), et dont la couverture est ci-dessous, à gauche :

  


     L'image de droite correspond à la page 17 de la revue, où figure un texte extraordinaire d'un lecteur de la revue, placé justement dans la rubrique "Le rendez-vous des lecteurs".

     Mettons aussi en évidence, le texte en latin en cartouche, afin que tout spécialiste, puisse en dire plus, si cela lui plait :


      Et voici, le texte surprenant de l'internaute Pierre C, de l'image de droite ci-dessus et qui comprend:

"Cher Monsieur, en complément de votre numéro Hors Série sur la Terre Creuse,

(note du Webmaster)

     Voici quelques commentaires et réflexions... La carte de Mercator, créée en 1569:

     Il y a trois ans environ, après avoir lu le chapitre I du livre "L'empreinte des Dieux", j'ai recherché d'anciennes cartes où l'on pouvait peut-être voir le trou au pôle. Nous sommes allés, ma compagne Lara et moi-même, à la bibliothèque de Bordeaux et, dans un ancien livre rempli de grandes cartes remontant au Moyen-âge, nous avons trouver une carte de Mercator présentant le trou avec une montagne au centre et quatre fleuves se déversant dans l'Océan Arctique.

     J'ai voulu savoir sur Internet avec un ami si nous pouvions trouver autre chose d'important. Sur un site nous avons pu voir que l'armée utilise d'anciennes cartes du XVIe siècle d'Orance Fine représentant le pôle avec des terres entourant le trou, très détaillées, libres de glace avec montagnes, fleuves, etc...

     Après avoir lu que l'armée utilisait ces anciennes cartes détaillées pour compléter ce que les satellites ne lisent pas sous 1500 mètres de glaces, j'ai découvert que ces cartes se trouvaient à la Bibliothèque Nationale de Paris. Lorsque j'ai voulu les voir, "top secret" s'est affiché sur l'écran.

     Il faut savoir tout de même que le célèbre géographe du XVIe siècle Mercator était le disciple d'Orance Fine.

eVoici la traduction du texte latin de la carte : Sur la description ci-jointe du pôle Nord :

     Comme notre tableau ne pouvait être étendu jusqu'au pôle et les degrés de latitude se prolongeant indéfiniment, nous avons jugé nécessaire de reprendre ici la fin de notre description et de rattacher tout le reste au pôle. Nous avons choisi la figure qui convenait le mieux avec cette partie du monde et qui était capable de reproduire la situation et l'aspect de ces contrées comme sur une sphère. Pour ce qui est de la description, nous l'avons trouvée dans l'Itinéraire de Jacob Croyen d'Hertogenbosch (Nederland) qui cite certains des hauts faits d'Arthur de Bretagne ; mais pour l'essentiel, il la tient d'un certain prêtre qui vivait chez le roi de Norvège en 1364. Il était descendant, au 4e degré, de ceux qu'Arthur avait envoyés habiter ces îles et rapportait qu'en l'an 1360, un certain mathématicien anglais d'Oxford était venu dans ces îles ; les ayant quittées et étant parti vers des terres plus lointaines, il avait tout décrit et pris les mesures au moyen d'un astrolabe comme nous l'avons trouvé dans Jacob. Il disait que l'eau de 4 détroits était entraînée avec une telle violence vers un tourbillon intérieur que des vaisseaux, une fois engagés, ne pouvaient rebrousser chemin, sous l'effet d'aucun vent ; et que d'autre part, jamais à cet endroit le vent n'était assez fort pour suffire au transport de quantités de blé (?). Giraud de Cambrai donne des indications semblables dans son livre sur les merveilles de l'Irlande. Il écrit en effet : Non loin des îles du côté du Nord, il y a dans la mer une sorte de tourbillon prodigieux vers lequel affluent et se rassemblent de toutes parts, venant de lieux reculés, tous les flots de la mer. Se déversant dans les recoins secrets de la nature, ils sont là comme engloutis dans un abîme ; et si d'aventure un navire vient à passer devant ce gouffre, il est frappé, entraîné avec une si grande violence qu'aussitôt sa puissante voracité l'aspire irrévocablement.


          Pierre C.



     Il nous reste donc à retrouver, les écrits des personnages cités en rouge dans la traduction précédente, car un petit détail important, aurait pu échapper à l'auteur du texte en latin.

     Et dire qu'avant 1972, le Webmaster d'ARTivision, n'avait jamais entendu parler d'aucun tourbillon de cette nature au Pôle Nord. Il avait seulement entendu une affaire à peine semblable, arrivée autour du Pôle Sud, à un certain, Arthur Gordon Pym, dans le roman, hélas inachevé, d'Egard Poe de 1838, et remis en exergue par Jules Verne, au chapitre 5 de son œuvre "Le sphinx des Glaces" publié en 1897.

     Bravo donc, à ces courageux Mr Pierre C. et sa compagne Lara, d'avoir eu la sompteuse idée, de faire traduire ce texte latin sans doute écrit bien avant 1569, et texte qui nous parle d'un vortex boréal fantastique, que le sieur Siragusa (voir notre article : legendesvraies.html , connaissait assurément avant le 20 Mai 1972, où il montra lors d'une conférence à Paris, une photo du Pôle Nord avec un grand trou.

     Merci surtout à Super Hasard, de nous avoir permis de retrouver dans nos dossiers, juste au moment voulu, un document exceptionnel, qui prouve que des explorateurs du Grand Nord du XVIe en savaient déjà, bien plus sur le vortex polaire que certains bien-pensants psycho-sociaux de nos contemporains.

     C'est donc bien le moment de reprendre ici notre réplique souvent transcrite dans notre article cité juste au dessus et pour parodier la tirade du grand acteur que fut Louis Jouvet, dans le film de 1937 "Drôle de Drame" de Marcel Carné :

"Légende, vous parlez de légende? Comme cela semble légendaire".

      Disons ce 4 octobre 2014, que le super texte en latin précédent désormais incontournable, que tous les spécialistes du latin gagneraient à analyser avec le plus grand soin, pour en tirer la moindre information sur l'histoire antérieure du vortex en question, nous amème tout naturellement à plonger dans l'Antiquité grecque, où l'on parle du Dieu Apollon.

     Sortons alors à nouveau de nos dossiers, cette affaire de l'Hyperborée de la mythologie grecque, qui nous interpelle aussi, grandement.

      En effet, nous avons sous la main, en ce moment, ce petit fascicule :



       Et, voyons tout de suite, ce qui pouvait être lu, ( on appelle cela des légendes), sur les grecs dans leur glorieuse tradition .

    Pour être loyal, disons déjà, que pour faire plus condensé, nous avons recomposé les colonnes de ce texte :



    Nous avons bien lu, et même bien relu, les mots soulignés en rouge, de ce texte inouï. (Voir aussi le document suivant, que nous avons reçu, il y a quelque temps, de Paris, de notre ancien élève Jean-François, tiré de cet admirable fascicule:


      Et justement en page 39, voilà ce que l'on peut y découvrir :


qu'il est aussi très préférable d'avoir en mains ).


    Il ne nous reste, maintenant, qu'à nous poser la question cruciale :

" Pourquoi donc ces grecs situaient leur "Paradis ", justement au Pôle Nord, qui est pour nos savants actuels, situé dans une zone extrêmement froide et désertique ?" .

    De plus, on apprend que le dieu "Apollon rencontra les hyperboréens, peuple vénérable qui ne connaît ni la maladie, ni la vieillesse".

    Curieux n'est-ce pas !!!...Bien sûr, les psycho-sociaux, vous diront, vite fait, que cela n'est qu'un mythe, qui est à rélier à l'imagination fertile de l'humain. Point à la ligne

    Le site ARTivision, va démontrer ici noir sur blanc , que ces zélés détracteurs, se fourrent le doigt dans l'œil, jusqu'au coude, sans de plus, s'en rendre compte.

    En effet cette affaire des hyperboréens, qui ne connaîssent ni la maladie, ni la vieillesse, est aussi, explicitement présenté , dans ouvrage surprenant, "Bêtes Hommes et Dieux", du Dr Ferdinand Ossendowski, voyageur polonais illustre, homme de science et écrivain, dont le manuscrit original a été publié dès 1924 chez Plon, et dont nous ne possèdons que l'édition de poche publiée au 2e trim 1970 chez l'éditeur "J'ai lu"A 202, dans la prestigieuse collection hélas disparue, "L'aventure mystérieuse du Cosmos et des civilisations disparues" :

  

     Voici quelques bribes, des pages en question :

     " Le lama Turgut qui fit le voyage d'Ourga à Pékin avec moi, me donna d'autres détails :

     "La Capitale d'Agarthi est entourée de villes où habitent des grands prêtres et des savants. Elle rappelle Lhassa où le palais du Dalaï lama, le Potala, se trouve au sommet d'une montagne recouverte de temples et de monastères. le trône du Roi du Monde est entouré de deux millions de dieux incarnés Ce sont les Saints panditas...

     ...Ils peuvent dessécher les mers, changer les continents en océans et répendre les montagnes parmi les sables du désert. A leur commandement, les arbres, les herbes et les buissons se mettent à pousser; des hommes vieux et faibles deviennent jeunes et vigoureux et les morts ressussitent. Dans d'étranges chariots, inconnus de nous, ils franchissent à toute vitesse les étroits couloirs à l'intérieur de notre planète
""
.


Fin de citation.

      Avouons, que ces propos du Dr F. Ossendowski, surclassent de très loin, les meilleurs auteurs de Science-Fiction, et à l'époque, même un tabloid très réputé, et avide de scoops journalistiques sensationnels, n'aurait pas eu le courage de publier ce qui précède...

     Ceci prouve de plus que le peuple de l'intérieur a des millénaires d'avance sur nous dans la compréhension du Cosmos, et de sa manifestation sur la Terre que nous appelons La Nature. Voir à ce sujet, notre article très écologiste :


     Mais pendant que nous y sommes parlons aussi des engins volants utilisés par ces Hyperboréens :

     En effet c'est dans l'ouvrage de N. K. Roerich intitulé "Heart of Asia", publié à New york en 1930, que cet auteur fait état du "Signe de Shambhala", apparu au dessus des montagnes de Karakoram en Asie centrale dans les années 20.

     Nous n'avons pas le privilège d'avoir cet ouvrage, par contre, nous pouvons vous en dire plus sur cette affaire du "Signe de Shambhala" en partant de l'ouvrage :

  

     Et voici donc ce que l'on découvre aux pages 50 et 51 de cet ouvrage :

     "Dans un article écrit en Asie Centrale en 1935. Nicolas Roerich relate ses rencontres avec des indigènes qui lui ont parlé des Gardiens : "Lorsqu'ils surgissent, en plein désert, lui dirent-ils, chacun se demande d'abord où fut le point de départ de ce long voyage dans cette immense région sans eau, et comment ils purent le réaliser, mais de longues, longues cavernes sans fin ont été découvertes." Sans l'existence de ces tunnels, l'apparition des gardiens au cœur du Gobi poserait, en effet, une énigme.

     Parler de véhicules circulant à travers des galeries creusées sous les déserts et les montagnes fait penser à la science-fiction, de plus, cette tradition remonte à une époque où le monde occidental ne possédait aucune machine. Mentionner des vaisseaux aériens aperçus dans la zone de Shambhala paraît également fantaisiste, mais comme l'expédition de Roerich avançait au voisinage des montagnes de Karakoram, en 1926, ses membres virent tout à coup dans le ciel clair au matin, un disque qui scintillait au-dessus de cette région désertique. Son vol fut observé à l'aide de trois puissantes jumelles. Inopinément, l'engin changea son cap, du sud au sud-ouest, pour disparaître derrière les cimes enneigées de la chaîne de Humboldt (Humboldt Range). Aucun avion, aucun ballon n'aurait, pu, en 1926 survoler cette partie isolée de la Chine occidentale. Des machines volantes d'un type inconnu étaient seules capables de réussir les manœuvres aériennes rapportées par Roerich. A la vue du disque dans le ciel, les lamas qui participaient à son expédition s'exclamèrent : " Voici le Signe de Shambhala !"
"
.


      Alors Messieurs les psycho-sociaux émules du Grand X , parlez-vous toujours d'hallucination collective ??

Neuvième focus : Où l'on en dit un peu plus, sur Nicholas Roerich, et sur ses tableaux fabuleux

      Comme on le sait :" Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud " . Presentons ici quelques informations supplémentaires sur Nicolas Roerich , qui fut professeur, explorateur, peintre auteur du texte"Seven days North of Tibet " . Voici déjà deux portraits de lui, suivis de quatre de ses tableaux dont le nombre dépasse de loin, 500 :

 

     

Mais extrayons de son texte de 1928,"Seven days North of Tibet " , le passage surprenant suivant ;

      "Roerich wrote: “ I remembered how during our crossing of the Karkaroum Pass, my sais, the Ladaki, asked me.’ Do you know why there is such a peculiar upland up here? Do you know that in the subterranean caves here many treasures are hidden, and that in them lives a wonderful tribe which abhors the sins of the Earth?’ And again when we approached Khotan the hooves of our horses sounded hollow as though we rode above caves or hollows. Our caravan people called our attention to this, ... When we saw entrances of caves, our caravaneers told us ‘ Long ago people lived there; now they have gone inside; they have found a subterranean passage to that subterranean kingdom.’”

      Here are some most important passages of a conversation which Roerich had with a Tibetan Lama in 1928:

      Roerich: “ Lama, tell me of Shambala. “

      Lama: “ You Westerners know nothing about Shambala - you wish to know nothing. Probably you ask out of curiosity; and you pronounce this sacred word in vain.“

      After some cajoling by Roerich, the Lama studied him and said: “ Great Shambala is far beyond the ocean. How and why do you people take interest in it? Only in some places, in the far North, can you discern the resplendent rays of Shambala [ aurora? ]. ... The secrets of Shambala are well guarded.”

      Roerich: “ Lama,I have heard of the reality of this indescribable place. I've been told that some high lamas have visited Shamballah. I've heard of the Buryat Lama and how he was taken through,a narrow, secret passageway. So please don't tell me of only the heavenly Shamballah because I know that a real one exists on Earth.... How does it happen that Shambala on Earth is still undiscovered by travelers? On maps you may see so many routes of expeditions. It appears that all heights are already marked and all valleys and rivers explored.”

      Lama: “ But as yet ... people have not found all things– so, let a man try to reach Shambala without a call! You have heard about the poisonous streams which encircle the uplands. Perhaps you have even seen people dying from these gases when they come near them. ... Many people try to reach Shambala, uncalled. Some of them disappear forever. Only a few of them reach the holy place and only if their karma is ready.”


      Et voici notre modeste traduction du texte précedent :

" Roerich a écrit: "Je me suis souvenu comment, pendant notre traversée du col Karkaroum, mon guide, le Ladaki, m'a demandé « Savez-vous pourquoi il y a de si particulières hautes terres ici.? Savez-vous que dans les grottes souterraines du coin, de nombreux trésors y sont cachés, et que là vit une merveilleuse tribu qui fuit les tribulations terrestres? »Et encore quand nous approchions de Khotan, les sabots de nos chevaux sonnaient creux comme si nous étions montés au-dessus des grottes ou ou de crevaces. Nos gens de la caravane ont appelé notre attention sur cela ... Quand nous avons aperçu, les entrées des grottes, nos caravaniers nous ont dit : 'Y a longtemps les gens y vivaient; maintenant, ils sont allés à l'intérieur ; ils ont trouvé un passage souterrain conduisant au royaume souterrain. "

Voici quelques passages les plus importants d'une conversation qu'a eu Roerich avec un lama tibétain en 1928:

Roerich: " Lama, parles-moi de Shamballah. "

Lama: «Vous autres Occidentaux, vous ne savez rien sur Shamballah - vous préférez ne rien savoir. Probablement que c'est la curiosité qui vous mène ; et vous prononcez ce mot sacré en vain ".

Après quelques flatteries par Roerich, le Lama l'a sondé et a déclaré :

" la Grande Shamballah est bien au-delà de l'océan. Comment et pourquoi vous, gens d'ici, s'y intéressez vous? Seulement dans certains endroits, dans le Grand Nord, vous pouvez discerner les rayons resplendissants de Shamballah [aurore? ]. ... Les secrets de Shamballahsont bien gardés. "

Roerich: "Lama, je l'ai entendu parler de la réalité de ce lieu indescriptible. On m'a dit que certains grands lamas ont visité Shamballah. Je l'ai entendu du Buryat Lama et comment il y a été emmené par un étroit passage secret. Ainsi s'il vous plaît ne me pas parlez pas de la seule Shamballah céleste parce que je sais qu'il en existe une vraie sur Terre .... Comment se fait-il que la Shamballah sur Terre est encore ignorée par les voyageurs ?. Sur les cartes vous pouvez voir beaucoup de traces d'expéditions. Il semble que toutes les montagnes sont déjà répertoriée et toutes les vallées et les rivières, explorées ".

Lama: "Mais encore ... les gens n'ont pas tout trouvé - donc, si un homme essaye d'atteindre Shamballah sans qu'il en soit appelé, vous connaissez les flux toxiques qui entourent les hautes terres.. Peut-être vous avez même vu des gens qui meurent de ces gaz quand ils viennent près d'eux. ... Beaucoup de gens essaient de parvenir à Shamballah,, sans y être appelés . Certains d'entre eux disparaissent à jamais. Seuls quelques-uns d'entre eux atteignent le lieu saint et seulement si leur karma est prêt. "
"

     Ce qui aurait été formidable, c'est que Nicolas Roerich, ait eu l'idée de dessiner dans un de ses tableaux, le fameux disque, qu'il a observé en 1926 dans les Montagnes du Karakoram, comme l'a fait au 17e siècle, le peintre flamand, Aernt de GELDER, dans le tableau extraordinaire suivant :


     Ce tableau étonnant est l'œuvre d'un peintre peu connu, nommé, (on l'a dit plus haut), Aernt de Gelder, (1645-1727), et œuvre qui aurait été peinte, autour de 1710. C'est d'abord la revue ufologique très côtée "Lumières dans la Nuit", qui nous présente ce tableau dans son n° 277-278 de Juillet-Août 1987 :


     L'article très pointu, est de l'ufologue Jean Sider, auteur de l'ouvrage incontournable intitulé "Ultra Top Secret: ces OVNIS qui font peur" Ed. Axis Mundi, 1990 (préface Rémy Chauvin) .

     Le tableau dit-on pourrait représenter Jésus-Christ recevant le Baptème de Jean dit le Baptiste qu'il ne faut pas confondre avec Jean l'évangéliste. On distigue alors la présence d'un objet céleste discoïdal relié à la scène centrale par quatre étonnants faisceaux de lumière qui pourraient faire palir de stupéfaction, nos meilleurs dessinateurs de science fiction.

     Et, pour les puristes qui aiment retrouver les sources d'un document , voici donc, en partie, le début de l'article placé en pages 7 et 8 :


      Dans la même optique ufologique, concernant l'apparition d'engins en forme de disques, dans le ciel de certaines œuvres religieuses, on observe alors sur la tenture du XVe intitulée "Vie de la Vierge" et placée dans la Basilique collégiale Notre Dame de Beaume en Côte d'or.

     C'est encore à la revue LDLN que nous empruntons ce cas :


     C'est une étude très détaillée faite par Mr Gerard Fieffe et en voici le début en page 9 :


     Et voici le tableau en question :


      Mais il y a aussi une fresque très célèbre, que l'on a trouvé au monastère de Visoki Decani construit dit-on entre 1327 et 1335 par le Roi Stephen de Serbian de Decani. On le trouve dans la partie occidentale de la Yougoslavie qui contient en partie le Kosovo :


     Dans ce monastère de Decani, on peut observer parmi de très nombreuses œuvres de même nature, une fresque murale, remontant donc au XIV siècle et qui représenterait "La cruxifiction". Sur les bords supérieurs gauche et droit de la fresque on peut distinguer clairement deux vaisseaux aux formes aérodynamiques, avec des tuyères crachant des flammes :


     En agrandissant un peu les images, on voit nettement les personnages manipuler ou tenir des sortes de leviers, qui pourraient s'intégrer dans un système de pilotage :


      Ces fantastiques images , et beaucoup d'autres de même nature sont visibles sur les sites :


     Bravo donc à l'artiste à qui nous devons cette fresque extraordinaire, car il voyageait probablement dans le Temps, pendant ses rêveries.

     Mais pour terminer ce focus, disons que Nicholas Roerich aurait certainement trouvé, lui aussi, un petit coin dans ses peintures pour représenter cet extraordinaire disque lumineux, présentant 4 rayons de lumière tronquée, comme des tubes au néon, ce que nos savants, auraient actuellement toujours, bien du mal à réaliser ...


     Une fois de plus, il vous appartient d'en tirer, à votre convenance, les conclusions qui s'imposent.

     Mais les psycho-sociaux, mis là au pied du mur, de l'histoire iconographique incontournable des ovnis, vous diront que tout cela ne relève pas de la démarche scrictement scientifique, mais de notre interprétation moderne entachée de conditionnement ufologique spécial, et donc rien ne prouve qu'il s'agit d'ovnis, dessinés dans ces peintures anciennes. Point Barre.

     Mais ce qu'ils oublient sournoisement de mentionner dans leurs discours, ce sont les cas d'ovnis, qui se sont posés au sol en laissant des empreintes et des traces que des rapports (ceux là très scientifiques), ont conclu, qu'il ne pouvait s'agir d'une manipulation humaine connue .

Dixième focus : Où l'on étudie scientifiquement, les traces d'un ovni, laissées sur le sol où il s'est posé.

     Pour faire plaisir, une fois encore, aux nombreux amateurs de BD classique, rendons ici un dernier hommage à Jacques Lob et à Robert Gigi, pour ce troisième volet, paru aussi chez Dargaud en 1975, ( et un vif bravo, à l'internaute qui possède cette BD) :



     Puis voici quelques vignettes, qui expliquent bien, l'affaire surprenante, arrivée le 1er Juillet 1965, vers 5 heures du matin, à l'agriculteur Mr Maurice Masse (de 41 ans et décédé le 14 Mai 2004) :



     Il est à noter, qu'il y a eu deux enquêtes de gendarmerie, et que la seconde, a produit un procès-verbal qui conclut que les autorités en question affirment que le champ de lavande de Mr. Maurice Masse, a été l'objet d'une visite insolite, non déterminée, car aucune cause connue ne peut expliquer les traces et les effets physiques, retrouvés sur le champ de lavande de Mr. Masse.

     Mais il y a eu aussi cette affaire de Renato Niccolaï, qui a également permi d'étudier des traces étranges laissés par un ovni sur le sol derrière sa maison. :

Demandons une fois encore à la revue LDLN, de nous raconter cela :



     Nous ne pouvons évidement pas, certifier ici, que l'engin qui s'est posé devant Mr Renato Niccolaï, vers 17 heures, le jeudi 8 Janvier 1981 , à Trans en Provence, dans le Var, venait d'une soucoupe-mère en orbite autour de la Terre, comme c'est souvent le cas .

     N'empêche que l'affaire de l'engin vu, avec traces sur le sol, par Mr Renato Nicolaï, est l'une des affaires d'ovnis , qui a, la plus été étudiée par des spécialistes ufologues et par des scientifiques très qualifiés. Les rapports très complets, des études en question sont parus en substance, dans la revue qui a pignon sur rue, "Lumières dans la Nuit", d'abord dans le n° 207 d'Août-Septembre 1981 déjà présentée plus haut, puis dans les n° 231-232 de Septembre 1983, dont, voici aussi l' image de la couverture qui est la suite de ce qui précède :


       Mais il nous appartient ici, de démontrer que c'est d'abord, le très médiatique George Adamski, qui nous a parlé des fameux petits disques volants, observés de par le monde, et dont les gouvernants préfèrent ignorer la présence. et cela dans l'ouvrage vraiment hors normes, d'Adamski :"Inside the Space Ships", publié en 1955 par l'Editeur Abelard-Schuman :


     Le texte de ce livre peut être désormais trouvé alors sur le site :


     Cet ouvrage fut traduit en français seulement en 1979, chez Michel Moutet Editeur sous le titre "A l'intérieur des vaisseaux de l'espace" :


     Donc dans cet ouvrage, Adamski nous explique que de nombreux quidams avaient observé de petits engins très lumineux de diverses formes, qui se posaient sur le sol, où circulaient dans son voisinage, et cela tout à fait sans bruit, si ce n'est, un petit sifflement :


     Vous avez bien noté qu'Adamski affirme que les disques d'observation sont capables d'enregistrer même les ondes de nos pensées, et qu'ils constituaient peut-être, la plus merveilleuse réalisation de la science interplanétaire qu'il avait eu l'occasion de cotoyer.

     Mais, pour satisfaire les puristes qui aiment aller à la source de l'événement, voici encore quelques documents qui démontrent l'importance de l'affaire de Renato Nicolaï :

  

     Mais, voici aussi une partie du journal disparu France-Soir du Mercredi 4 Janvier 1984, qui parle aussi de l'affaire :


     Et voici, encore un petit plus, sur l'affaire Renato Nicolaï, tirée d'un dossier de 10 pages du VSD n° 1032 du 5 au 11 juin 1997:


     Mais ce 8 Novembre 2014, on doit savoir alors, que ceux qui nous gouvernent, en nous menant par le bout du nez, n'avaient aucune raison de certifier que Mr Renato Nicolaï, a bel et bien observé, un appareil qui défit de loin, les canons scientifiques de notre civilisation, et donc, que cet appareil venait d'ailleurs, c'est à dire d'un contexte civilisationnel, très en avance sur le nôtre.

     Mais, comme nous avons évoqué ci-dessus, les dires époustouflants d'Adamski, concernant les disques de reconnaissance, de ses amis extraterrestres, présentons ici une de ses missives hors-normes envoyée en Nov.1954 à Alfred NAHON.

Onzième focus : Quand, on apprend aussi, que l'intelligentsia scientifique et médiatique de l'époque, a occulté une lettre inouie d'Adamski, et cela continue de nos jours.

        Voici donc,un document plutôt rare,, qui est la traduction de la missive d'Adamski, parue en page 7, dans le n°2 , du 2 Avril 1955, de la revue intitulée "Le courrier interplanétaire":


di Début de citation : traducteur non mentionné, et les couleurs et les mots en italiques et en gras, sont d'ARTivision, évidemment :

:


Lettre de George Adamski à Alfred NAHON :

Mont Palomar 15 Nov 1954.

             Mon Cher Ami,

     Je vous salue comme un ami et un frère travaillant dans 1es grands plans qui se développent maintenant pour les peuples de la Terre. Ce sont les jours de réalisation des prophéties, car qui peut nier que (les fils de Dieu viennent du ciel), comme il fut prédit ?

      Ce sont les habitants d'autres planètes qui se meuvent à travers notre atmosphère ou au-delà, dans leurs vaisseaux de l'espace.

      Ce ne sont pas des "esprits" opérant dans d'autres dimensions que les nôtres. Ils ne se matérialisent ni se dématérialisent, comme on le dit si souvent d'eux. Ce sont des êtres physiquement semblables à nous. Leurs navires aériens sont des appareils mécaniques comme le sont nos avions.

      La vie dans d'autres mondes ressemble fort à celle que nous vivons sur cette planète, mais ces êtres ont appris à vivre avec honneur et respect, les uns vis à vis des autres, au lieu d'entretenir comme nous des divisions et la dualité de l'amour et de la haine.(Note du Webmaster: Les gourous de sectes utilisent rarement ce language)

       Oui , j'ai vécu prés de 200 heures en compagnie d'hommes et de femmes d'autres mondes. Ils m'ont dit que toutes les humanités du système solaire, seule notre humanité faisait la guerre, les hommes se massacrant les uns les autres periodiquement. Ils affirment que la cause de ces guerres est dansles divisions que les hommes ont créées eux mêmes à travers les siècles . Cependant, ils ne nous condamnent pas pour autant. Ils comprennent nos insuffissances, nos erreurs, et savent qu'en temps voulu - le temps est infini - , nous apprendrons nos leçons et nous vivrons enfin comme notre ""Père éternel", (Note du Webmaster : sur ARTivison, il est appelé le Très Haut), nous destine tous à vivre.

      Je suis monté dans leurs engins en plusieurs occasions, et j'ai été emmené au-delà de la limite de notre atmosphère, d'où j'ai vu l'activité de l'espace, qui nous est inconnue sur Terre. Quand nous aurons appris à traverser l'espace comme eux, beaucoup de nos vieilles théories sur l'univers acceptées par nous comme faits intangibles devront être entièrement revisées, parce qu'elles sont grossièrement incorrectes. Nous apprendrons nous-mêmes que nos planètes sœurs sont habitées par des êtres humains tels que nous, et qu'il existe ici et là des formes de vie similaires à celles qui nous sont famillières. La-bas l'atmosphère n'est pas très différente de celle que nous connaissons sur la Terre, car l'atmosphère est engendrée par le mouvement dans l'espace de toute planète qui se meut à travers lui.

      Toutes les autres planètes sont constituées de substances similaires à celles existant sur notre planete, et toutes se meuvent autour du soleil. Par notre manque de compréhension, nous les avons rendues mystérieuses, mais elles ne le sont pas.

       Tout ceci - et bien d'autres choses encore - sera relaté dans notre prochain livre intitulé "Dans un navire de l'espace" (en collaboration avec mon ami Desmond LESLIE, écrivain irlandais expilote de Spitfire) que nous espérons pouvoir publier ce printemps.

       Vous me faites un grand honneur en me demandant d'être le Président de la section américaine de l'AMI . (Note du Webmaster : l'Association Mondialiste Interplanétaire ). J'aimerais accepter, mais je suis obligé de décliner votre offre, car cette position exigerait de moi beaucoup de temps en raison des devoirs nécessaires qu'elle implique. Mais je tiens à cooperer d'une façon ou d'une autre autant que possible, car je réalise qu'il est très important, en effet, que la vérité soit dite aux populations sur les événements qui prennent place aujourd'hui.



       Il n'y a pas de raison de craindre ces visiteurs d'autres mondes. Ils viennent en amis. Mais l'ignorance et le manque de compréhension créent la crainte. C'est à cette fin que nous devons travailler.

       Je vous envoie mon cher ami, mes salutations fraternelles.

                            George Adamski.

       Palomar Gardens Star Road Valley center Mont Palomar (Californie : USA)


      Fin de citation de la missive en question d'Adamski .

       Pour l'époque, voilà n'est-ce pas, un discours qui surprend (surtout venant d'un gourou, vendeur de Hot-dogs comme le qualifaient ses détracteurs) et il est clair quAlfred Nahon ne pouvait pas du tout faire état de cette missive reçue 6 mois environ avant, au pychologue Carl Gustav Jung, qui avait déjà du mal à admettre que les soucoupes volantes étaient des choses, très concrètes et bien physiques.

       A vous de juger...

     Mais, nous avons des dizaines de documents sur cette affaire fantastique d' Adamski, il nous est apparu utile de présenter aussi, ici, un texte paru dans l'ouvrage suivant publié en 1955 par Abelard-Schuman, déjà montré plus haut :

;  


     Voici donc en français, en page 22 le texte en question :


     Tout cela nous paraît tout à fait logique, et comme nous le savons, les gouvernements qui cachent au plus haut niveau, l'existence de civilisations extraterrestres (pour ne pas diminuer leur mainmise sur les populations), feraient absolument tout , pour faire taire, l'individu qui affirmerait être un extraterrestre et le prouverait. (Rappelez-vous, ce qui est arrivé au Président John Fitzgerald Kennedy.(Voir notre article : myslune.html )

    Bien sûr, vous êtes libre de ne pas croire cela, mais rassurez-vous, vous serez vite "dédouané", et cela dans très peu de temps, car (nous l'avons souvent affirmé), le Temps des Révélations est bien arrivé, et comme le disait déjà si étrangement, il y a des siécles Matthieu en X-26 : "Il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu "

      Mais, faisons ici rapidement une petite digression: Ce personnage nommé Matthieu ci-dessus, était selon nous bien sûr, capable d'explorer ce que les ésotéristes appellent les Annales Akashiques , où est enregistré, comme sur un immense disque dur, tout ce qui arrive dans l'Univers. Nous avons démontré dans notre article :

http://www.artivision.fr/docs/cayce.html


que le nommé Edgar Cayce ( 1877-1945) :


était justement capable d'analyser ces Annales Akashiques, et qu'il a produit alors près de 14250 lectures, faites sous auto-hypnose, c'est à dire des consultations et des analyses données au cours d'une transe médiumnique, et tout cela prouve que le Passé de la Terre, fut beaucoup plus fabuleux, que les meilleurs maitres de la Science-Fiction, ne l'ont imaginé.

     D'autre part, il ne répondait qu'aux questions posées, et hélas très malencontreusement, personne, à l'époque n'a eu l'idée de lui demander, s'il y avait "des êtres qui vivent sur la Lune, ou à l'intérieur de la Terre". On s'est ainsi privé d'une très importante source d'information, à ce sujet.

      Nous avons aussi démontré dans notre article, tout à fait hors normes :

http://www.artivision.fr/docs/dimcos.html

, que des individus comme Paul Lidoreau décédé en 1970 :


pouvaient faire des calculs extraordinaires, qui laissaient pantois les scientifiques de l'époque, où les ordinateurs étaient très babutiants.

      Il y avait aussi le cas d'une jeune fille russe, alors de 22 ans , Rosa Kulesciova, qui d'après le Science et Vie, de Décembre 1964, était parvenue toute seule à reconnaître les couleurs, et à apprendre à lire avec les doigts. (voir image couverture Science et Vie :)


    Des savants russes l'analysèrent méthodiquement et remirent même un certificat d'authenticité. On constata qu'elle pouvait déchiffrer, les yeux évidemment totalement obstrués, des partitions musicales et des caractères de journaux tmême placés sous verre, ainsi que la couleur et les formes de surfaces lumineuses projetées sous sa paume.

    Et il y a bien d'autres cas mystérieux de ce genre, dans cet article, qui démontrent noir sur blanc , que dès Juin 1999, le site ARTivision avait avait mis l'accent sur des expériences extraordinaires, prouvant la communication des plantes entre elles, des plantes avec animaux, et des plantes avec les humains, et expériences qui auraient dû être répétées dans toutes les écoles et universités, car elles montrent incontestablement, l'unité vibratoire intrinsèque, de tout ce qui est vivant, sur cette planète et peut-être aussi bien ailleurs. Mais au contraire, il est évident que ceux qui préfèrent "diviser pour régner", n'avaient aucun intérêt à diffuser ce genre d'expériences, qui pourraient grandement remettre en cause leurs moyens de pression sur les humains, qu'ils ont su si bien séparer par toutes sortes de combines, et c'est pour cela que site ARTivision depuis 1997, s'évertue à éveiller les consciences des internautes, sur le Fabuleux Passé de la Terre et sur ce qui est caché à l'Humanité entière depuis des lustres.

    C'est donc pour cela que l'article en question, porte le titre évocateur : "Intercommunications naturelles spécifiques chez les êtres vivants, et retour à la dimension cosmique de l'humain."

    Fin de la digression .

    Donc le novice découvrira progressivement ( et le site ARTivision, fait, avec ses faibles moyens, tout pour le démontrer), qu'il y a mieux encore, qui est caché à l'humanité entière et qui reste toujours en rapport avec les ovnis qui évoluent étrangement dans nos cieux . Mais lisez aussi ce texte important :


    On découvre ici clairement, qu'Adamski ne devait pas révéler certaines vérités, qui lui avaient été confiées à l'époque, et en particulier, 47 ans, avant que le site ARTivision ne le dévoile en Septembre 2000.

     En effet, seule la fouille intégrale des archives d'Adamski , pourrait nous apprendre s'il a écrit quelque part, dans un petit coin, les inscriptions "Terre creuse" ou "planète creuse" ou même "trous polaires" . L'une de ces inscriptions, trouvée dans le lieu indiqué, serait pour ARTivision, bien plus, que d'avoir gagné le gros lot, à la loterie.

     En effet, depuis Septembre 2000, ce site s'est évertué à démontrer (et près d'une centaine d'articles existent déjà) le fait incroyable, que la Terre et toutes les autres planètes sont creuses, et abritent des civilisations intérieures très développées, et on peut parfaitement imaginé que si Adamski, avait révélé cette information phénoménale, ( il ne disposait pas l'époque comme nous, des photos satellites pour le prouver), en plus de ce qu'il avait déjà dévoilé, autour de 1953, cela aurait ajouté à son récit une note d'incrédulité gigantesque, qui l'aurait discrédité totalement et l'on aurait vite fait, n'est-ce pas, de l'enfermer dans un hopital psychiatrique. Point barre.

Douzième focus : Quand, on apprend aussi, que l'histoire des esquimaux, est reliée à l'existence d'une terre au-dela du Pôle Nord .

      Mais, revenons à cet admirable fascicule, (qu'il est très préférable d'avoir en mains), et que nous avons reçu par la poste , le 4 Septembre 2013, de notre ancien élève, vivant à Paris. Jean-François.


      Et justement, puisque cet article est consacré aux ovnis qui troublaient le grand psychologue JUNG ,voici en page 31 et 32, ce que l'on peut y découvrir d'admirable :

  

      Vous avez bien noté que dans la page 32, de droite, on parle "des fables esquimaudes". Or le site ARTivision, dans son article vraiment, hors normes :

http://www.artivision.frdocs/legendesvraies.html

démontre, que toutes les fables et légendes, sont basées sur des faits réels, qui font partie du Passé fabuleux, de notre Terre,, et faits, qui ont été rapportés de générations en générations, avec bien des entorses et des oublis volontaires ou pas. On découvre, en page 50, ce qui suit :


     Rappelons aussi ceci que l'on trouve à notre article - LegendesVraies.html:

     "Mais, ces savants du XIXe avaient certaiment entendu aussi parler de descriptions ancestrales d'engins fantastiques, appelés "vimanas", et qui circulaient à l'époque dans la région des Indes, comme nous le décrit ce passage :

"Le Matin des Magiciens" pages 257-258

     Ces Savants du XIXe, ont dû qualifier ces textes indiens de purs contes et de légendes imaginaires... Et vous, qu'en pensez-vous maintenant ?

    Voici d'ailleurs, une vue d'un artiste contemporain, repésentant deux vimanas en mouvement , tableau, hélas dont nous ignorons hélas l'origine :


    Pour en savoir plus à ce sujet, prière de consulter notre article :
http://www.artivision.fr/docs/aeronef.html

      N'est-ce pas alors le moment, de replacer ici, notre amusante réplique, vue plus haut :

"Légende, vous parlez de légende? Comme cela semble légendaire"

      Que dire de plus, sinon ce que disent les anglo-saxons dans une situation embarrassante : "NO COMMENT."

      Fin de citation.

     Mais voyons de plus près, ce que l'on lit dans ce "Civilisations mystérieuses n°7", concernant les esquimaux :


      Nous pensons alors, que ces affirmations sont d'une très grande importance. Dommage que les auteurs n'en aient pas dit plus ici, faute sans doute de place. Nous allons donc combler cette regrettable lacune, et voir alors ainsi, qu'une sidérante (et le mot est encore bien faible) naration, va s'imposer à nous, à plusieurs niveaux...

Commençons si vous le voulez bien par ce passage admirable page 150, du livre de 1971 de Raymond Bernard " La Terre creuse" et qui est on le sait une modeste traduction, de l'ouvrage américain que Raymond Bernard a publié dès 1964, déjà présenté plus haut


      Le Webmaster du site ARTivision, qui aime retrouver la source d'un document, a cherché pendant prés de 40 ans (quarante ans) , dans quel ouvrage R. Bernard avait trouvé cette incroyable légende, concernant les esquimaux qui pointent le doigt vers le Nord pour indiquer leur origine...

      C'est ainsi que nous avons même commandé en, Juillet 2010, dès que nous avons pris connaissance de son existence l' ouvrage sorti, aux Editionx Flies France en 2006 :

  

      N'ayant en effet, rien trouvé dans cet ouvrage concernant l'affaire des Inuit , qui prétendent venir du Nord, le plus haut, nous avons écrit à ce sujet à l'Editeur, et même à l'auteur Maurice Coyaud dont un aimable internaute nous avait trouvé l'e-mail, et hélas depuis lors, nous n'avons reçu aucune réponse, ni de l'un, ni de l'autre. Un jour peut-être à titre documentaire, nous publierons ces lettres. Nous vous laissons alors, le soin de juger ce manque flagrant de courtoisie, et le fait que cela dénote aussi, selon nous, bien sûr, une prétention inégalée, de se croire être des as du savoir concernant les esquimaux...

      Récemment cependant, nous avons eu le privilège d'entrer en possession de l'ouvrage de 1907, suivant :

  

      Et en page 180, on découvre alors :


     Traduisons très modestement, ce passage concernant l'origne des esquimaux " Ce peuple étrange n'a aucune idée de sa provenance. Il n'a même pas, comme la plupart des peuples primitifs, une légende indiquant sa provenance. Quand on questionne l'esquimau sur le sujet, il indique invariablement la direction du nord, sans avoir la moindre idée de la signification de ce geste. Il est plus que probable que ce peuple est le résidu d'une puissante race formée des plus anciens habitants l'hémisphère occidental... "

     De plus donc, si l'on sait lire entre les lignes, on voit là que, l'esquimau au lieu de faire de longues phrases ambigües, prèfère utiliser le même geste de ses ancêtres en pointant le doigt vers le Nord. Quoique l'auteur en pense, c'est tout de même une légende transmise de génération en génération. D'ailleurs l'auteur dit lui même, plus loin, que le dialecte de l'esquimau possède très peu de mots, 300 environ. Donc il n'a pas l'habitude de parler en l'air... Mais, c'est la phrase suivante du DR SENN qui nous intéresse grandement, et il faut la comprendre à deux niveaux : " sans avoir la moindre idée de la signification de ce geste ".

     Le premier niveau est que l'esquimau a oublié effectivement pourquoi il pointe le doigt en direction du nord , et le deuxième niveau, c'est le Dr Senn lui-même, qui nous donne l'occasion de l'exprimer, car, croyant que sa culture intellectuelle est plus achevée, que celle de l'esquimau, alors il ne jugera pas utile d'approfondir la portée de ce geste insolite de l'esquimau, bien qu'il ait, entendu parler par de nombreux explorateurs de cette énigmatique Mer libre du Pôle. Il a donc, comme vous le voyez, loupé le coche, alors qu'il avait en main, les attributs d'une énorme découverte .

       Mais, le plus étrange, est encore à venir. Alors, Messieurs les zélés et zététiques détracteurs et autres psycho-sociaux frénétiques, tournez donc 7 fois plutôt qu'une, votre plume sur la page blanche, avant que vos vélléités culturelles ordinaires, ne vous invitent, à y inscrire des niaiseries flagrantes, concernant l'histoire merveilleuse, des peuples de cette planète.

    Mais ce 14/11/2014, faisons ici justement une deuxième digression :

    En ligne directe avec ce qui précède concernant les propos des ces Messieurs les zélés et zététiques détracteurs et autres psycho-sociaux frénétiques voici comment un autre célèbre écrivain ésotérique français, René Guénon, lui aussi, loupé le coche, dans son ouvrage intitulé "Le Roi du Monde", publié en 1958 chez Gallimard. En effet, il parle de ces affaires polaires de manière tout à fait symbolique, faisant partie de l'imaginaire collectif, ou pour ne pas le dire mieux, d'un fantasme séculaire. ( Il est vrai qu'en 1958, il ne pouvait disposer comme nous, de photos satellites, mais il avait beaucoup d'autres moyens de se rendre compte, qu'il y avait vraiment un mystère concernant le Pôle Nord, et cela lui est passé sous le nez très malencontreusement).

     " D'autre part, en se reportant à ce que nous avons expliqué sur le symbolisme du "Pôle", il est facile de voir aussi que la montagne du Paradis terrestre est identique à la "montagne polaire" dont il est question, sous des noms divers, dans presque toutes les traditions : nous avons déjà mentionné le Méru des Hindous et l'Alborj des Perses, ainsi que le Mont-salvat de la légende occidentale du Graal ; nous citerons aussi la montagne de Qâf des Arabes , et même l'Olympe des Grecs, qui, à bien des égards, a la même signification. Il s'agit toujours d'une région qui, comme le Paradis terrestre, est devenue inaccessible à l'humanité ordinaire, et qui est située hors de l'atteinte de tous les cataclysmes qui bouleversent le monde humain à la fin de certaines périodes cycliques. Cette région est véritablement la "contrée suprême" du reste, d'après certains textes védiques et avestiques, sa situation aurait été primitivement polaire, même au sens littéral de ce mot; et, quoi qu'il en puisse être de sa localisation à travers les différentes phases de l'histoire de l'humanité terrestre, elle demeure toujours polaire au sens symbolique, puisqu'elle représente essentiellement l'axe fixe autour duquel s'accomplit la révolution de toutes choses.".


      C'est par essence, exactement le langage des psycho-sociaux n'est ce pas ? Confondre l'Olympe des grecs et l'Hyperborée, c'est vraiment faire un amalgame fallacieux et dérisoire, bien que ce René Guenon, reconnaisse qu'à l'origine, la localisation de la fameuse "contrée suprême", d'après certains textes, aurait été primitivement polaire.

     Fin de la deuxième digression...

      Mais revenons, à l'ouvrage important du Dr SENN,, (non traduit hélas en français) et vu plus haut :


      En effet, dans cet ouvrage, on trouve aussi, un autre fait qui surprend, et qui concerne la vie des esquimaux : Quand on demande à certains de ces derniers, où ils supposent que leur entité va après la mort, ils ne montrent pas le ciel au dessus de leur tête, ni le soleil du jour, ni les étoiles du soir, ni l'immensité du cosmos qui les environne, mais ils montrent le sol, et parlent de certains niveaux à l'intérieur de la terre, d'une bien autre manière, que nos savants actuels, qui y placent un torride redoutable feu central, fait de métaux en fusion.

     Voici donc, un extrait des pages 206 et 207 restructurées par nos soins :


     Et, voici donc notre modeste traduction :

Religion


      "La Nature, elle-même a imprimé dans les esprits de tous, l'idée d'un Dieu. Pour quelle nation ou race humaine n'aurait-elle pas, même si l'on n'y pense pas, instilé une certaine idée de Dieu ?" Cicéron.

      "Les Esquimaux issus des colonies danoises n'ont jamais connus d'instruction religieuse et n'ont pas d'idées fixes concernant la création et l'existence d'un Dieu vivant. Ils croient en un monde futur, dont les occupations et les plaisirs, selon les crédos habituels des races primitives qui sont basés sur contacts sensuels. Leur idée du paradis est bien la même que celle des indiens d'Amérique. L'âme descend sous la terre, dans diverses demeures, la première ayant une forme qui ressemble à un purgatoire. Mais les bons esprits la traversent rapidement pour aller trouver d'autres demeures, plus perfectionnées et s'envont alors à une profondueur plus importante atteindre celle où se situe le bonheur parfait, où le soleil ne se couche jamais, et où sur les bords de grands lacs qui ne gèlent pas, errent dans de grands troupeaux, les cerfs et aussi où, dans les eaux, abondent toujours le phoque et le morse (Parry et Lyon) Ils n'ont pas de religion, pas d'idoles, pas de culte. Leurs idées à ce sujet sont très primaires, et ils reconnaissent cependant l'existence d'un être, correspondant au bien et au mal..."

     Fin de la traduction.


     ARTivision, croit alors que tout cela s'apparente, à des réminicences ancestrales d'un passé millénaire , ayant trait à une époque bénie, où ces esquimaux vivaient à l'intérieur paradisiaque de la planète.

     Mais, pour être fair play, ce 15 Novembre 2014, avant que de poursuivre nos révélations fantastiques, concernant ces esquimaux, donnons ici quelques bribes d'information officielles, sur ce courageux peuple du Grand Nord.

    Lors de notre dernier passage à Paris en Mai 2007, nous avons eu le bénéfice de tomber à la Libraire de l'Avenue, 31 Rue de Lecuyer, Porte de Saint-Ouen, sur l'ouvrage d'un certain archéologue des régions polaires :


    Cet ouvrage est paru aux USA sous le titre "Ancient Men Of The Arctic" by J. Louis Giddings. publié en Juillet 1967 avec photographies , schémas de gravures et cartes, avec 391 pages et publié chez Alfred A Knopf.

     C'est en feuilletant cet ouvrage dans la librairie, que nous avions remarqué, qu'il s'y trouvait un chapitre parlant de "L'énigme de Esquimaux" , et c'est essentiellement cela, qui nous a déterminé à faire l'acquisition de cet ouvrage.

    Voyons donc ce que l'on nous dit en 1973 dans la préface de cet ouvrage, préface écrite par Jean Malaurie anthropogéographe, explorateur spécialiste des régions arctiques et administrateur chez Fayard de la collection "Civilisations du Nord".

    Voilà donc en partie ce qui concerne l'origine de cet étrange peuple des esquimaux:

    "L'Arctique pour le lecteur français, ce sont.., les Esquimaux. Les Esquimaux, toujours les Esquimaux. Pour les premiers chercheurs aussi. Et c'est très tard que l'on a saisi l'unité culturelle de cette civilisation originale qui se déploie sur un front de 15 000 kilomètres, de la Sibérie au Groenland. Civilisation surprenante à des latitudes où toute vie est un défi, et qui confond, par son unité et son ampleur. C'est l'espace civilisationnel le plus vaste du monde après celui occupé par les Arabes. Et l'on comprend qu'elle ait retenu la première attention des ethnologues, bien que leur effort de description et d'analyse ait souvent absorbé ceux-ci au point qu'ils en ont oublié le sens profond.

    D'où viennent-ils et pourquoi cette montée des hommes vers le pont ou le détroit de Béring ? Les traits mongoloides des Esquimaux ont conduit les premiers observateurs à conclure hâtivement (dès le XVIIIe siècle), qu'il s'agissait de peuples du nord de l'Asie - Toungouzes ou Chinois - repoussés par des tribus hostiles vers le Nord-Est sibérien, puis vers les steppes glacées américaines - les futures prairies - non occupées encore par les Indiens. Vicissitudes de l'histoire? C'est vite dit. La théorie darwinienne a rendu compte des différenciations évidentes, de l'ouest à l'est, de la toundra à la forêt, sur lesquelles une recherche plus attentive a mis depuis l'accent. On s'est alors attaché - sous l'égide de spécialistes danois, particulièrement avancés dans la connaissance du peuple groenlandais - à classer, par ordre de complexité, les éléments clés ou jugés comme tels, dans chaque groupe. D'un point de vue technologique, le Danois Rink a ainsi conclu que les Esquimaux, venus à une date indéterminée de la forêt avaient appris peu à peu à vivre en dehors de celle-ci. Avec l'Autrichien Boas, le champ s'est encore élargi : il paraissait difficile au grand anthropogéographe devenu américain, d'isoler les Esquimaux du contexte indien. C'est à l'échelle nord-américaine et en portant particulièrement son regard sur la façade nord Pacifique, que la vraie signification des différentes cultures qui composent la complexe civilisation esquimaude peut être, selon lui, dégagée. Et c'est à Boas encore que l'on doit d'avoir fait ressortir que la parenté entre les sociétés sibérienne et indienne de la Colombie britannique est plus étroite qu'entre chacun de ces deux groupes et les Esquimaux. Les travaux ethnologiques poursuivis entre les deux guerres et depuis ont précisé, çà et là, les différences et les analogies ; ils n'ont pas cependant altéré la thèse générale selon laquelle "les peuples hyperboréens nord-américains, venus de l'Asie orientale, se sont répandus à partir d'un fonds paléo-indien progressivement adapté à un espace froid, l'unité de culture n'étant acquise, sur les littoraux, qu'à la faveur des migrations tardives de peuples behringiens aux fortes empreintes nord-japonaises".

    Jusqu'alors, les efforts visaient donc à souligner le caractère toujours plus extensif des sociétés boréales. Avec une connaissance plus fine des ethnographies, croissait dans le même temps le nombre des énigmes: le Dorset à formes paléo-indiennes, les Eschato-Esquimaux de l'Arctique central, etc. Et du même coup, Giddings démontrait le caractère tardif de la civilisation esquimaude, celle-ci, se trouvant dès lors, curieusement dépouillée d'assises, dépourvue, pour ainsi dire, d'une véritable préhistoire.
"

    Mais un peu plus haut dans cette préface, on trouve aussi une raison concernant le peuplement des zones arctiques :

    "...Pourquoi cette poussée, cette obstination vers le Nord ? Parce qu'aux interstadiaires, c'est-à-dire aux périodes relativement tempérées des zones arctiques, les steppes, libres des glaciers, sont d'immenses prairies verdoyantes parcourues par un abondant gibier. Dans les forêts subtropicales ou tempérées, la chasse est malaisée et peu productive. Le chasseur en est réduit à traquer des bêtes isolées qu'il poursuit à l'arc. Les immenses toundras sont, elles, parcourues par des troupeaux de milliers de têtes : rennes et boeufs musqués paissent par millions pour les premiers, par milliers pour les seconds dans ces grandes steppes gelées. Le chasseur peut par ruse en forcer quelques-uns à se jeter dans les lacs ou à se précipiter sur le bord des falaises abruptes; presque sans coup férir, ils y sont massacrés. Les forêts de sapins, d'aulnes et de bouleaux des franges subarctiques sont en effet des réserves de lichens et d'herbacées inépuisables pour les grands mammifères continentaux. Et les rivières et les lacs sont en outre et jusqu'à l'océan Glacial d'une exceptionnelle richesse en salmonidés, particulièrement lors du frai saisonnier. Première image : la toundra, un entrepôt de viande et de poisson. I1 est plus : les mers de Béring et des Tchouktchis offrent, sur leurs rives, des refuges pour les chasseurs continentaux, lorsque l'écologie, reflet des changements de climat, devient contraire à la vie animale. Et les eaux plus homéothermes que les continents, en raison de leur volant thermique, sauvent les sociétés de chasseurs dans les périodes de refroidissement. Effet du brassage constant des eaux froides du pôle et des eaux chaudes du Pacifique (brassage favorisant la concentration des composés nitrogènes), le riche plancton de ces mers est attesté par les concentrations baleinières. Dans l'Arctique, au Quaternaire récent, l'espace marin libre de glace, l'été, a pu être plus étendu que de nos jours. Les premières hypothèses à cet égard sont en cours de révision. Aux interglaciaires, on peut ainsi, pour des raisons paléogéologiques et paléozoologiques, supposer que l'océan Arctique était partiellement libre de glace, notamment sur sa rive nord-est sibérienne et nord-ouest américaine. On en devine les conséquences anthropologiques. Des fouilles - notamment sous-marines, les sites étant submergés - pourraient réserver de grandes surprises, reculant de plusieurs millénaires le temps d'occupation sur les littoraux du détroit de Béring et des mers polaires immédiatement adjacentes. On sait, d'ores et déjà, que des civilisations boréales importantes se sont développées au Paléolithique supérieur sur les deux façades de la mer de Béring. Sur les bords des mers des Tchouktchis et de Beaufort, beaucoup peut être attendu. Les littoraux du nord-est de l'Asie, du Japon à la mer des Tchouktchi ont été le théâtre en vérité d'une histoire - inconnue en France - qui a pu être égale en importance à celle des peuples méditerranéens. Une vaste société maritime s'y est épanouie sous le signe d'une vie intense de relations maritimes. Les techniques, l'expression artistique, le chants, les danses, les coutumes guerrières, tout atteste l'unité culturelle de ces divers foyers. "

    Autrement dit, les régions arctiques actuellement si réfrigérantes ont été peuplées autrefois, quand la température était plus tempérée, parce qu'elles regorgeaient de nourriture. Point à la ligne ...

     Mais, il serait peut-être utile de juxtaposer ici, un extrait du livre extraordinaire de Raymond Bernard "La Terre creuse", ( déjà présenté plus haut) , en la teneur du paragraphe intitulé :

" Des migrations étranges" :

     Les explorateurs polaires font mention de l'existence dans l'extrême Nord non seulement d'une faune animale, mais aussi d'une flore. Beaucoup d'animaux, comme le bœuf musqué, émigrent vers le nord en hiver. Pourquoi le feraient-ils si leur instinct ne leur indiquait pas qu'il y a par là-bas une terre plus chaude ? A maintes reprises, les explorateurs ont observé des ours se dirigeant vers le nord, dans une région où apparemment ils ne pouvaient trouver aucune nourriture... à moins que le " trou " polaire ne leur permît d'atteindre une contrée plus clémente ?

     On vit aussi des renards au-delà du 80° parallèle, et ces renards paraissaient manifestement bien nourris et montaient toujours plus haut vers le nord. Les explorateurs arctiques s'accordent tous sans exception pour affirmer que, bizarrement, plus on va vers le nord, au-dessus d'une certaine latitude, plus il fait chaud. Comme si un vent venu du nord réchauffait tout à coup la température. Dans ces hautes latitudes, on a même trouvé des papillons et des abeilles, ainsi que des variétés inconnues de fleurs. On a vu, venant du nord et y retournant, des oiseaux ressemblant à la bécassine, mais n'appartenant à aucune espèce connue. Des tribus d'Esquimaux, ayant émigré vers le nord, ont laissé des traces claires de leur passage. Les Esquimaux du Sud parlent de ces tribus qui vivent dans l'extrême Nord, et ils imaginent un pays merveilleux, patrie de leurs ancêtres. La légende scandinave d'une terre merveilleuse située à l'extrême limite septentrionale du monde connu est intéressante. Cette terre, appelée " Ultima Thulé ", et qu'on a confondue avec le Groenland, ressemble fort à celle qu'a survolée l'amiral Byrd des centaines de siècles plus tard. Bref, tous ces faits inexplicables, ces migrations étranges, sont autant de preuves qui viennent confirmer l'hypothèse que nous développons dans cet ouvrage.
"


     Mais il y a mieux plus loin :

Chapitre VI

L'ORIGINE DES ESQUIMAUX


     William F. Warren, dans son livre intitulé : "Le Paradis retrouvé, ou le berceau de la race humaine", développe une thèse passionnante. La race humaine aurait pris naissance sur un continent tropical situé dans l'Arctique, la fameuse Hyperborée des anciens Grecs. Une terre éblouissante de soleil dont les habitants étaient des dieux qui vivaient des milliers d'années sans jamais vieillir.

     Les anciens écrits de la Chine, de l'Égypte, de l'Inde, et aussi les légendes des Esquimaux, parlent d'une grande ouverture dans le nord et d'une race vivant sous la croûte terrestre dont les ancêtres étaient originaires de cette terre paradisiaque. (A ce propos, est-ce que le Père Noël ne pourrait pas représenter le souvenir déformé d'un bienfaiteur de l'humanité qui vint sur la Terre à travers l'ouverture polaire - peut-être à bord d'une soucoupe volante, symbolisée par un traîneau aérien traîné par des rennes ?)

     Un royaume radieux au-delà du septentrion.

     La plupart des écrivains qui se sont intéressés à ce sujet ont émis l'idée que l'intérieur du globe était habité par une race de petits hommes à la peau brune, et que les Esquimaux, dont le type de race ne ressemble à aucun autre, provenaient de ce Monde souterrain. Quand on demande aux Esquimaux d'où venaient leurs ancêtres, ils pointent un index dans la direction du nord. Leurs légendes évoquent une terre merveilleuse inondée de lumière. Là il n'y a jamais d'obscurité. Là règne un climat tempéré. Les lacs n'y sont jamais gelés, des hordes d'animaux errent dans les broussailles, des oiseaux de toutes les couleurs sillonnent le ciel. C'est une terre d'éternelle jeunesse où les gens vivent des milliers d'années dans la paix et le bonheur.

     Il y a aussi l'histoire de ce roi anglais, Herla, que les Skraelings (les Esquimaux) emmenèrent sous terre dans un pays enchanteur. Il y a encore cette légende irlandaise d'un royaume radieux au-delà du septentrion. Le même sans doute qu'évoquent les légendes scandinaves sous le nom d'Ultima Thulé.

     A propos de l'origine des Esquimaux, Gardner écrit " Les premiers Norvégiens considérèrent ces petits hommes bruns comme des êtres surnaturels. Ne prétendaient-ils pas que leurs ancêtres venaient d'un pays enchanteur situé très loin dans l'extrême Nord ? Or les Norvégiens, pour qui les régions polaires étaient le bout du monde, ne pouvaient croire à l'existence d'un tel pays. Ils en conclurent que les Esquimaux étaient des créatures d'un autre monde, qu'ils sortaient de l'intérieur de la Terre, séjour supposé des gnomes et des fées. "

     Voici ce que dit d'ailleurs Nansen, et cela vient confirmer l'opinion de Gardner " J'ai déjà souligné que le nom nordique " Skraeling " pour Esquimau doit avoir été employé à l'origine pour désigner des fées ou des créatures mythiques. Cela laisserait supposer que lorsque les Islandais rencontrèrent pour la première fois des Esquimaux dans le Groenland, ils les considérèrent comme des êtres surnaturels et les appelèrent des " trolls ". Cette idée a persisté plus ou moins jusqu'à nos jours ".

     Nansen poursuit en nous racontant que ces Skraelings, ou Esquimaux, lorsqu'ils étaient mentionnés dans des ouvrages latins, étaient désignés sous le vocable de " Pygmaei " (Pygmées), définis comme des " êtres sous-développés, de très petite taille, et d'un aspect surnaturel ". Au Moyen Age, on pensait qu'ils habitaient Thulé, terre ultime d'au-delà du nord. Cette croyance en un royaume radieux situé très loin dans le nord, habité par un peuple étrange, était très répandue. Saint Augustin en parla, et plus tard Isidore, et à leur suite toute l'Europe médiévale eut connaissance de ces "Pygmées" qui vivaient fabuleusement aux frontières ultimes du monde connu. Ils viennent de l'intérieur de la Terre.

     Beaucoup de légendes anciennes narrent les aventures de gens qui ont pénétré à l'intérieur de la Terre, et qui ont trouvé là un monde extraordinaire où ils ont vécu pendant de longues périodes avant de remonter à la surface.

     Nansen cite un écrivain du XIIIe siècle, selon lequel les Esquimaux, à cette époque, étaient regardés comme un peuple surnaturel, petit de taille, et de ce fait différent par son origine des autres peuples de la Terre. "


     Arrêtons-voulez-vous cette transcription du chapitre en question du livre de R. Bernard,, pour éviter de subir les foudres de l'Editeur, et que celui qui, en plus, sait lire entre les lignes de tout cela, en tire l'enseignement et les interrogations qui s'imposent.

     Passons maintenant à une histoire fantastique de esquimaux, qui assurément a dû faire grincer des dents les psycho-sociaux du calibre de René Guénon (déjà présenté plus haut) .

     En effet, on sait que, ce sont les explorateurs, ayant fréquenté la région polaire du Grand Nord, où vivent ces esquimaux, qui ont eux, été très stupéfaits d'apprendre que, dans leurs légendes, ils, ne se présentent pas comme les occupants originels de leurs aires de populations. C'est ainsi que, une de leurs légendes, déclare même, qu'ils auraient été transportés autrefois dans les régions du Grand Nord, par des "oiseaux de fer géants". Cela est exprimé clairement dans l'ouvrage important, intitulé en anglais "Not of this World" de Peter Kolosimo, et en français "Archéologie Spatiale", paru en 1971 chez Albin Michel, dans la prestigieuse collection, hélas disparue : "Les Chemins de l'impossible". Voici donc côte à côte, ces deux ouvrages remarquables :

  

    Peter Kolosimo, né en 1922, journaliste de vulgarisation scientifique et qui a côtoyé les savants Jacob Eugter, Hermann Oberth et Werner Von Braun, ainsi que des savants soviétiques, et il a reçu l'important prix littéraire italien "le Premio Bancaracella", qui le fit connaître dans le monde entier après la traduction de ses ouvrages en 8 langues européennes.

      Dans le livre de poche en anglais paru en 1970, on trouve en page 92, ce passage :


,et en français, un an plus tard, voici la traduction du passage précédent, concernant les esquimaux, et qui est en page 101 :


     Nous sommes alors partis à la recherche de l'origne, éventuelle, de cette si surprenante déclaration.

     En approfondissant la recherche, nous sommes tombés sur le célèbre ouvrage "Le Matin des Magicien" de Louis Pauwels, et de Jacques Bergier, dans notre exemplaire de poche, paru en France, en Décembre 1972 :

  

     Mais, ce livre célèbre, est sorti à l'origine en 1960, chez Gallimard, sous l'aspect :


     Pas besoin d'expliquer longuement, que c'est l'ouvrage "Le Matin des Magiciens", qui a été le déclencheur de notre intérêt, sans cesse croissant, pour le Passé prestigieux de notre Planète.

      Et voici maintenant, le passage important, que nous avons trouvé dans notre exemplaire de 1972, (après pas mal de péripéties), pages 253 et 254, re-strcturées par nos soins:

  
     On découvre alors que dans le New york Herald tribune du 11 Juin 1958 (que nous n'avons pas hélas trouvé sur Google), que l'Institut vénérable Smithson, dans un remarquable article, s'estime en mesure de conclure qu'il y a mille ans les esquimaux habitaient l'Asie centrale, Ceylan, et la Mongolie. Ils auraient ensuite, émigré brusquement vers le Groenland... "

      Jacques Bergier et Louis Pauwels, nous posent alors les questions importantes suivantes :

" - Mais Pourquoi ? cette émigration subite.

- Comment des primitifs ont-ils pu décider brusquement et en même temps de quitter ces terres pour le même point inhospitalier du globe?

- Pourquoi quitter une zone tropicale paradisiaque comme Ceylan ?

- Comment ont-ils pu le gagner ? Ils ignorent encore maintenant que la Terre est ronde et n'ont aucune idée de la Géographie ...
"

     
Jacques Bergier et Louis Pauwels, émettent alors l'hypothèse, déjà hardie pour l'époque, de l'existence d'une civilisation supérieure, il y a 10 000 ans qui aurait contrôler le Globe. Elle aurait ainsi réalisé dans le Grand Nord une sorte de zone de déportation.

      C'est alors que, Jacques Bergier et Louis Pauwels, abordent le passage le plus inouï, selon nous bien sûr, de leur chapitre V et passage, qui est, on le devine déjà :

" Or que dit le folklore esquimau? Il parle de tribus transportées dans le Grand Nord, à l'origine des temps, par des oiseaux métalliques géants "

     On peut déjà, à ce niveau, se poser la question de savoir, où ces messieurs Jacques Bergier et Louis Pauwels, ont-ils pu puiser une si surprenante déclaration. Eux, qui sont si précis d'habitude, , ils ne nous en disent rien !!! Alors on peut supposer que c'est dans le texte très académique de l'Institut vénérable Smithson, paru le 11 Juin 1958 dans le New York Herald Tribune, que se trouve ce passage inouï (nous avons failli écrire ce passage inuit).

      La seule façon de le savoir, c'est de consulter, ce New York Herald Tribune, mais hélas, nous n'avons pas réussi encore à trouver comment commander ce journal sur Internet, et nous implorons l'internaute qui connaît ce moyen, de nous en faire aimablement part.

     Pour clore l'affaire, nous voyons aussi dans l'image précédente que ces messieurs Jacques Bergier et Louis Pauwels ironisent sur l'attitude qu'avaient les archéologues de XIXe, au sujet de ces oiseaux métalliques évoqués par les esquimaux. Ces archéologues qualifiaient, ces oiseaux métalliques d'absurdité. Mais entre temps , nous qui avons découvert les avions et bien d'autres engins métalliques volants, nous devons réfléchir assurément sur ce passage surprenant où l'on parle d'oiseaux métalliques Volants, car le site ARTivision, prétend démontrer que ces esquimaux ont été déportés de la Terre intérieure, vers les zones polaires, et l'on va vite découvrir pourquoi, dans d'autres documents.

      En attendant, relisons donc avec ferveur, le texte important (déjà vu plus haut) qui parle de vimanas, texte tiré, on le sait, du "Le Matin des Magiciens", et document que ces savants du XIXe, ont dû qualifier assurément, nous l'avons déjà vu, de purs contes et de légendes imaginaires, ce que font toujours d'ailleurs, les irréductibles psycho-sociaux actuels :


      Mais, le Temps de la Vérité approche à grands pas, et gare à ceux qui voudront prendre le train en marche, car ils risquent, de glisser brutalement sur le ballast et les dures traverses de la voie ferrovière.

      Poursuivons donc ce 16/11/2014, notre exploration des légendes, ayant cours chez les esquimaux.

     Pas besoin de remonter jusqu'en 1907, pour s'apercevoir que bien plus près de nous, un autre explorateur bien connu, Paul-Emile Victor n'a pas non plus su, tirer profit des légendes concernant les esquimaux. En effet, dans l'ouvrage de 1976 du grand ésoteriste français, Serge Hutin,"Des mondes souterrains au Roi du monde":


, on trouve, en page 50, cette extraordinaire révélation :


     L'ouvrage de Paul Emile Victor "Banquise" serait sorti en 1939 chez Grasset, et a été réédité en 1946 sous la forme :


     Cependant il convient ici de citer quelques éléments d'une missive très importante que nous avons reçue d'un aimable internaute le 13 Janvier 2014 :

-----Message d'origine-----
De : D..................
Envoyé : lundi 13 janvier 2014 16:19
À : fred.idylle@orange.fr
Objet : Votre dossier BYRD Dilemne Lexical


           Bonjour M. Idylle,

     Avant tout et puisque nous sommes encore à la période des vœux, je vous adresse tous mes vœux de bonne et heureuse année 2014 et vous souhaite de réussir à poursuivre encore toute cette année vos enquêtes et vos recherches passionnantes.

     Vos articles et dossiers m'interpellent depuis plusieurs années, notamment ceux de la Terre Creuse, car j'ai lu beaucoup de livres et de récits d'aventures sur les régions polaires depuis 30 ans. Je suis par ailleurs de formation scientifique.

     Dans votre dossier "ByrdDilemme Lexical" (que j'ai consulté fin décembre 2013), vous demandez à vos lecteurs des infos sur le livre "BANQUISE" de Paul-Emile VICTOR (PEV). Il se trouve que je possède ce livre en édition originale de 1939:


     J'ai donc fait la recherche pour vous par rapport au livre de Serge Hutin qui cite PEV en disant "ils sont grands, ils sont terribles, ceux de l'intérieur". Je me demande si Serge HUTIN n'a pas cité ce texte de mémoire car on ne trouve pas exactement le même texte dans le livre BANQUISE, mais c'est tout de même très approchant. Ces phrases sont issues d'un chant de duel entre hommes du Groenland où PEV a vécu. Les pages 65 et 66 du livre sont tout à fait intéressantes à ce sujet. Toutefois, officiellement, les hommes de l'intérieur sont ceux de "l'intérieur du pays" (l’Inlandsis) et pas de "l'intérieur de la Terre".

     Regardez cependant la page 69 du livre BANQUISE, car elle me semble encore plus intéressante :


Elle concerne la « Légende des peuples ». On y parle des « Timertsit », mot inuit qui signifie « les gens qui voyage DANS l’intérieur ».

J’ai surligné en jaune les lignes qui me semblaient les plus importantes, mais je n’ai peut-être pas tout vu dans ce chapitre...

Quoiqu’il en soit, si cette modeste contribution peut vous aider dans vos recherches d’indices, j’en serais très heureux.

Je vous souhaite bon courage dans vos recherches.

Bien sincèrement

D......................


     Nous avons bien sûr remercié à cette époque, grandement l'internaute D.................., pour sa si aimable participation aux recherches pointues d'ARTivision.

     Une question se pose alors ici : Comment le très grand ésotériste français Serge Hutin a pu ecrire dans son livre ce qui précède concernant les esquimaux, sans avoir en main le livre de P.E.V. en question (bien sûr il aurait aussi pu le consulter à la Bibliothèque Nationale de Paris) ? C'est pratiquement impensable !! Y a-t-il eu deux tirages particuliers de cet ouvrage en 1939, ou bien pire encore, le manuscrit d'origine de P.E.V. qu'aurait consulté Serge Hutin, a-t-il été modifié à la première impression ? Voilà une autre énigme à laquelle nous aimerions bien, avoir la solution...

     Rappelons alors au novice, quelques œuvres de Serge Hutin :


     Sans compter les innombrables articles, publiés dans diverses revues et journaux .

      Mais il y a eu aussi, ceci tiré de ce petit livre de poche de 1970 :

  


, qui prouve que, Serge Hutin était particulièrement informé sur ces mystères polaires, car il connaissait, déjà en 1970, le livre en anglais de R. Bernard, de 1964 , que nous représentons ici à nouveau, vu son importance :

  

et livre non encore publié en français (il le sera l'année suivante, en 1971), et ouvrage clef, que nous personnellement, n'avons connu qu'en 1972.

     Donc on voit mal que, ce Serge Hutin n'ait pas observé de visu, les déclarations extraordinaires mentionnées plus haut, de Paul Emile Victor, au sujet des esquimaux . Il y a bien anguille sous roche.

     N'empêche que là, Paul Emile Victor, a lui aussi agi, comme le dr SENN, "loupé le coche", malgré le fait qu'il ait noté cette incroyable expression des esquimaux, ( Les gens qui voyagent dans l'intérieur), à ne pas confondre avec " les hommes de l'intérieur qui sont ceux de "l'intérieur du pays" (l’Inlandsis)".

     En effet ARTivision, a découvert, qu'il a descendu impitoyablement en flèche Isaac Hayes, pour ses "épanchements lyriques", concernant la Mer libre du Pôle. voir à ce sujet notre article :


    Tout ce qu'ARTivision, a bénévolement réalisé, depuis la découverte en 1972, de l'ouvrage incontournable de Raymond Bernard "La Terre creuse" (dont nous avons pourtant critiqué certains défauts, dans notre article : RaymondBernardouvrageTC.html), c'est ce Monsieur Paul Emile Victor, qui aurait pu et dû l'entreprendre, et avec des moyens au moins dix fois supérieurs...


    Paul Emile Victor est décédé le 7 Mars 1995 à Bora Bora, et il aurait sans doute changé d'avis ( à moins qu'il ait été parfaitement au courant, mais qu'il ait eu, des Secrets d'État, à camoufler) s'il avait eu, le privilège comme nous, d'avoir sous la main, la missive extraordinaire en date du 18 Mai 2003, vue plus haut et concernant les explorateurs modernes comme l' océanographe James McCarthy et le paléontogue Malcolm C. McKenna, et dont missive étant donnée son importance, voici à nouveau le début :

  Pas de glace au Pôle Nord  

Une expédition qui s'est rendue au Pôle Nord cet été n'y a pas vu de glace. Là où aurait dû se trouver la banquise, il n'y avait que l'océan Arctique. Une première en... 50 millions d'années. 

États-Unis 

21/08/2000 - James McCarthy, un océanographe américain qui faisait route vers le Pôle Nord dans un brise-glace russe en compagnie d'un groupe de touristes a eu la surprise de sa vie. À son arrivée, début août, pas de glace. Il n'y avait que de l'eau, sur au moins deux kilomètres de largeur. Selon l'expert, ce serait la première fois depuis 50 millions d'années que le pôle n'est pas couvert par la banquise. D'autres spécialistes contestent : le mouvement des glaces crée parfois des trouées temporaires, même à cette latitude extrême.



Le paléontologue Malcolm C. McKenna, qui était aussi de l'expédition, croit toutefois que c'était la première fois que l'on trouvait les eaux du pôle libres de glace........


      Mais poursuivons ce 20/11/2014, notre découverte des histoires fantastiques du peuple des esquimaux :

     Nous, avons aussi en effet, cette énigme non résolue, soulignée en page 101, par P. Kolosimo dans son livre de 1971, déjà cité plus haut, et pour les puristes, ceci se trouve en page 92 du livre anglais en question.

  

Et voici, de quoi il s'agit :


     Nous avons déjà largement évoqué, cette affaire inouie de disparition de diverses communautés arctiques, dans notre article:


      Pour tenter de résoudre cette énigme, on peut déjà placer ici, une partie de notre traduction d'amateur du livre, "The SmokyGod", placé par ARTivision, dès le 6 Avril 2001 en exclusivité, sur le Net Français, à l'url :


     Voici donc cette tranche du texte en question :

    "On était autour du premier Septembre , (1829 : rappel du Webmaster) plus de cinq mois, nous l'avons calculé, après avoir fait nos adieux à Stockholm. Subitement nous eûmes, une peur bleue, en entendant dans le lointain le chant de certaines personnes. Tout de suite après nous avons aperçu un énorme bateau qui descendait la rivière, droit dans notre direction. Ceux qui chantaient à bord formaient un chœur puissant dont l'écho se répercutait d'une berge à l'autre de la rivière comme mille voix, remplissant l'univers entier d'une vibrante mélodie. La musique d'accompagnement était exécutée sur des instruments à cordes qui ressemblaient assez à nos harpes.

    Nous n'avions jamais vu un si grand bateau, et si différent en matière de construction.

    À ce moment précis, notre sloop se trouvait au calme et pas loin du rivage. Le bord de la rivière, était couvert de belle façon, d'arbres gigantesques de plusieurs centaines de pieds de haut. Il nous semblait être aux abords de quelque forêt primitive qui sans aucun doute, devait s'étirer loin à intérieur.

    L'immense embarcation, fit une pause et presque immédiatement après, une barge fut déposée sur l'eau et six hommes de stature gigantesque, se sont rapprochés de notre petit sloop. Ils nous ont parlé dans une langue étrange. Nous avons deviné, cependant, à leur manière d'agir qu'ils n'étaient pas inamicaux. Ils ont parlé entre eux un bon bout de temps, et l'un d'entre eux fut pris d'un fou rire énorme, comme si notre vue était devenue pour eux, une étrange découverte. L'un d'entre eux a examiné scrupuleusement notre boussole qui a semblé les intéresser tous, bien plus qu'aucune autre partie de notre sloop.
"

    Se pourrait-il, que ces esquimaux aient été emportés à l'intérieur de la Terre par un bateau de même nature que celui décrit dans ce Smoky God ?

    Voici d'ailleurs deux images tirées du livre en anglais correspondant :


     A gauche, on voit la découverte du Soleil brumeux par les norvégiens Olaf Jansen et son père, à bord de leur petit sloop, et à droite on voit les géants, qui receptionnent les deux norvégiens, dans leur immense bateau.

    Mais pour les puristes, qui trouveraient que notre traduction laisse à désirer, voici une autre traduction plus professionelle, extraite de l'ouvrage publié en 2007, par notre amie canadienne Ischaia :


    Edité par les Éditions Saint-Germain-Morya au Québec ...


     Rappelez-vous aussi cependant, le témoignage de surprenant de l'amiral Wrangel mentionné dans l'opuscule de Jules GAY : "La mer libre du pôle Nord" de 1873 :


     On y trouve alors ceci :

      "Enfin, les renseignements que l'on a pu recueillir auprès des rares habitants, de ces contrées désolées sont venus confirmer ces indices d'un climat plus doux vers le nord. " Un vieux prêtre russe que j'ai connu à Iakutsk, dit Mr. de Wrangel, et qui a longtemps vécu chez les Tchoukises, m'a assuré que, selon la tradition, des bateaux et des hommes, venus d'une île plus chaude située au nord, ont abordé leurs côtes. " ".

     Rappelons, à toute fin utile, que Mr. de Wrangel, fut un amiral, un explorateur et un ministre russe, né en 1797, et décédé en 1870.

     On pourrait déjà penser, que nous avons trouvé suffisamment d'énigmes concernant le mystère du Pôle Nord, dans l'histoire de ce valeureux peuple esquimau vivant durement et de manière très austère, dans ces régions arctiques où le froid se taille la part du lion. Mais il y a encore mieux...

     Voici en effet autre chose sur les esquimaux, que nous confie Jules Gay, dans son surprenant opuscule :

    " Lors du premier voyage de Ross et de Parry, en 1818, ces navigaleurs entrèrent en relations avec les Esquimaux de la baie Melville. Tous se refusèrent à croire que les navires venaient du sud.

"De ce côté, disaient-ils, tout était glace; il n'y avait d'hommes que dans la direction du nord, où étaient leurs demeures, et d'où ils étaient descendus sur cette côte pour pécher des narvals". Plus tard, Ross retrouva chez les Esquimaux de la presqû ile de Boothia-Félix cette même croyance à un climat plus doux et à une eau libre dans le nord.

    Tel est l'ensemble des preuves qui nous paraissent établir l'existence d'une mer libre, au moins pendant l'été, autour du pôle Nord. Si quelques-unes de ces preuves, prises isolément, peuvent paraître insulfisantes, il nous semble que leur réunion ne peut guère laisser de doutes sur l'objet que nous avions en vue
".

    En conclusion, on voit ici que Jules GAY reprend ses arguments principaux en faveur de la Mer libre, mais une fois de plus, son subconscient l'invite à insister sur des détails hors nomes, que la communauté scientifique de son temps, a volontairement mis sous le boiseau, à savoir, que (revoir notre article :LaMerLibreduPoleNord.html), ,       Il nous appartient donc désormais de tirer la conclusion finale de cet article. Comme nous l'avons déjà exprimé, un gros bon point, est à octoyer à Jules GAY, d'une part pour avoir évoqué dès 1873, des faits hors normes, souvent occultés à l'époque et découverts dans la zone polaire arctique, comme cette affaire étrange de découverte dans les mers arctiques,de troncs d'arbres flottant dans la mer dont certains portaient des bourgeons verts . Il y a aussi la découverte en zone arctique de certaines graines d'espèces tropicales qui ont été trouvées, à la dérive, en descendant des courants du Nord. Un très intéressant cas de cette nature, fut de trouver la semence de la fève d'Entada, une fève tropicale mesurant 9/4 d'inch (5cm environ). Cette découverte remarquable a été faite par une expédition suédoise sous Otto Torell près Trurenberg Bay, et il est évident que cette semence doit provenir de l'intérieur de la Terre, car elle est tirée d'un arbre qui ne pousse que dans des conditions tropicales, trop loin de la zone polaire. Et le site ARTivision, s'est évertué avec beaucoup d'efforts, à poursuivre des recherches très prosaïques sur cette affaire qu'aurait pu et dû poursuivre Jules GAY, et là, il a vraiment, lui aussi, loupé le coche, et ses héritiers louperont aussi les lauriers historiques , qui vont en sortir dès que la Vérité éclatera.

      Mais, Jules GAY, on le sait désormais, a eu le mérite de transcrire la déclaration de Mr de Wrangel, et qui donne la parole aux esquimaux Tchoukises, qui affirment dans leur tradition que des bateaux et des hommes venus d'une île plus chaude , située au nord. Autrement dit, déjà en 1873, certains chercheurs comme Jules GAY, admettait qu'il pourrait y avoir au sein de cette Mer libre du Pôle Nord, des îles habitées inconnues. La démarche du site ARTivision, est justement, de démontrer, documents à l'appui, qu'il s'agit bien plus que des îles disparates inconnues, mais plutôt, d'un immense continent , situé à l'intérieur de la Terre qui est creuse, quoiqu'en pensent les détracteurs zélés, mais continent parfaitement connu de nos gouvernements, qui le cachent au Monde entier, pour de vulgaires questions de politiques sécuritaires économiques et surtout militaires.

      Mais le Temps des Révélations est bien arrivé, et les Sbires des Forces de l'Ombre et leurs instigateurs, vont bientôt mordre la poussière, afin que cette planète devienne enfin un havre de Paix et d'Harmonie.

     Voici donc pour clore l'affaire étrange esquimaux, quelques silhouettes de ce peuple si valeureux :

  

  

      Nous voilà arrivés, ce 21 Novembre 2014, à la section finale la plus importante de cet exposé et l'on va vite comprendre pourquoi !!

Treizième focus : Quand, le grand explorateur militaire américain Richard Evelyn Byrd affirme avoir découvert, des terres nouvelles en plein dans les zones polaires .

      Rappelons, vu son extrême importance, l'entrefilet l'article du "Miami Daily News", en date du 25 Juin 1926


et surtout les phrases soulignées en rouge tel que :


Phrase nous l'on expliqué plus haut que nous avons traduite après mures réflexions par :

    " Il y a une terre, dans le voisinage du Pôle Nord " comme le croit le commandant Byrd.

    " Il pourrait y avoir une terre quelque part, là, et je pense, que c'est vrai".

Bien sur les Psycho-sociaux et autres detracteurs blasés et zétetiques, vous diront vite fait, qu'il n'y là, aucun mystère, puisque Byrd , a bien découvert des zones nouvelles non encore cartographiées et qui s'étendent parfaitement glacées et givrées au-delà du Pôle Nord. Point Barre.

    Nous allons démontrer, dans ce qui suit, que cette déduction est totalement fausse, et nous allons prouver qu'il s'agissait bien d'une zone couverte de végétation,, et où circulaient même, de gros mamifères.

     En effet puisqu'il s'agit de la zone polaire nord, restons encore un peu, et lisez plutot ceci que nous devons à l'écrivain Mr Pascal Cazottes, toujours très bien documenté, et affaire qui concerne, d' un film montrant des actualités de 1926 :


      Aux dernières nouvelles, les recherches du Webmaster d' ARTivision , l'amènent à déclarer, que cette lectrice du magazine "Amazing Stories", s'appelait Miss Dorothy E. Graffin, et vivait à New York.

      Alors, Messieurs les journalistes et consorts blasés, si vous retrouvez cette missive dans un petit coin, non seulement, vous aurez gagné le Super Gros Lot, mais en plus votre nom sera désormais, sous peu de temps, cité, dans les manuels d'histoire de cette planète.

     Mais, poursuivons notre explication, concernant la la zone polaire Nord et qui concerne encore l'expédition de Byrd de 1926:

     Ce qui suit est tiré d' un article de Jean Brun de l'hebdomadaire Nostra du n° 425 de la semaine du 29 Mai au 4 Juin 1980, qui nous apprend que, Byrd aurait vécu une aventure tout à fait exceptionnelle dans les glaces du Pôle Nord.

    Voici donc quelques lignes de cet article:

    "Byrd, accompagné d'un capitaine de vaisseau et de deux quartiers-maîtres, marchaient depuis des heures sur la banquise, escaladant les moutonnements chaotiques des glaces éternelles, dévalant de dangereux à-pics plus périlleux qu'un rocher vertical. Et soudain, du haut de la falaise blanche où l'expédition était parvenue au prix de mille dangers, ils découvrirent un spectacle inoubliable. Sous leurs yeux médusés s'étendait une longue vallée étroite et profonde couverte d'une végétation luxuriante et apparemment baignée d'un chaud soleil permanent. une véritable oasis de vie au milieu du grand désert de glace.
    D'un geste machinal, Richard Byrd consulta son thermomètre: - 58° ! Son adjoint, le capitaine Fitin, nota sur le journal de marche:" Le 14 Juin 1926 à 74 m d'altitude à 12h 08 ". Les Quatre hommes se mirent à dérouler les échelles de corde pour rejoindre la merveilleuse prairie qui s'étendait à une centaine de mètres en contrebas au pied de la muraille de glace au sommet de laquelle ils se trouvaient.
    Après une longue heure de descente, ils avaient changé de monde : une plaine où régnait une végétation prolifique et presque paradisiaque s'étalait devant eux. La chaleur douce et pénétrante (le thermomètre indiquait 19°8) les obligea à quitter leurs équipement d'explorateurs polaires. Sous leurs pieds, ils foulaient une herbe drue et grasse. A perte de vue, en croyant à peine leurs yeux , Byrd et ses compagnons apercevaient des petits ruisseaux coupant les herbages naturels, des lacs, des collines boisées. A 1500 m environ, ils virent une tache brune qui se déplaçait lentement. Jumelles braquées, Richard Byrd observa un animal massif au pelage brun qui entra dans un fourré. Un animal qui ressemblait étrangement à un mammouth.
    Hélas! il fallait borner là, l'exploration de ce jour. La fatigue de chacun, le manques de vivres, l'épuisement des accumulateurs de radios faisaient un devoir au chef du détachement d'ordonner sans perdre un instant le retour au campement de base.
    Après avoir repris quelques forces et renouvelé leurs équipements, Byrd et ses compagnons prirent (à nouveau) la route pour tenter de retrouver ce qu'ils appelaient entre eux le "paradis perdu". Malheureusement, il leur fut impossible de retrouver la vallée. Située pratiquement à quelques kilomètres du pôle géographique, il avait été impossible au capitaine Fitin d'en effectuer le relevé des coordonnées topographiques. Sous leurs yeux médusés s'étendait une longue vallée étroite et profonde couverte d'une végétation luxuriante et apparemment baignée d'un chaud soleil permanent, une véritable oasis de vie au milieu du grand désert de glace.
    Fin de citation


     Notons, qu'avec regret, nous n'avons pas trouvé les sources importantes relatives à cet extraordinaire récit de Mr Jean Brun, et nous ne pensons pas qu'il puisse s'agir du philosophe Jean Brun (1919-1994), qui fut professeur à l'Université de Dijon de 1961 à 1986. Nous implorons donc, avec la plus grande déférence, tout internaute qui connaîtrait ce Monsieur (s'il est encore vivant), de lui demander très aimablement de nous ecrire, pour nous expliquer la nature des documents, où il a puisé les éléments étranges de ce qui précède. Il y va de notre plus grande compréhension de la géographie de notre Terre, et, vous allez vous en rendre compte plus bas, il y va même aussi, de notre meilleure appréciation du contexte de notre système solaire. Merci d'avance...

      Ce Monsieur Jean Brun, aurait-il eu la chance inouïe, d'entrer en possession de la brochure publiée à l'époque par Byrd, comme nous le précise, l'écrivain Charles Berlitz dans son ouvrage intitulé "Sans Trace ", publié chez Flammarion en 1978, et ouvrage dont nous reparlerons plus bas :

      " ...mais aussi sur ce qu'il est advenu de son rapport initial ainsi que de la brochurc écrite par lui, comprenant moins de cent pages. dans laquelle il narrait son aventure et qui disparut des bibliothèques et des collections, en dépit du fait que, comme dans le cas de l'émission, nombre de personnes prétendent avoir eu connaissance de cet opuscule ".

      Fin de citation.

      A vous de juger, une fois de plus, cette affaire zone couverte de végétation en plein Pôle Nord, et d'autre part, cette affaire de brochure qui s'est évanouie comme par enchantement, des bibliothèques.

       De plus nous n'avons trouvé chez Google que le seul entrefilet du "Miami Daily News", en date du 25 Juin 1926, qui nous parle de cette affaire de terre, découverte au Pôle Nord. Dans toute l' Amérique, nous pensons qu'il devrait y avoir, au moins un deuxième journal, qui en parle. Merci mille fois, à l'internaute béni, qui pourrait le découvrir...

      Voici d'ailleurs un autre journal en français de Juin 1926, où bien sûr comme beaucoup d'autres, rien n'est mentionné au sujet de cette affaire de terre, découverte au Pôle Nord :


       A vous de juger cette notoire distorsion, et rappelons que ce journal "La Tribune", est bien un journal américain, produit dans la ville de Woonsoquet, de l'Etat du Rhode Island, par d'anciens émigrés canadiens.

      Mais, nous allons voir maintenant, que l'affaire est encore plus corsée, en ce qui concerne le Pôle Sud.

Mais pour les sceptiques qui ne savent pas de quoi il s'agit produisont d'abord 4 entrefilets (là il y en des dizaines) , prouvant que Byrd a bien en 1929 , survolé le Pôle Sud en 1929:





Si nous vous avons donné parmi, beaucoup d'autres ces 4 entrefilets, c'est parce que nous n'azvons pas eu la chance de découvrir en Janvier 1930 (Il y en a peut-être), un seul texte complétant les précédents et disant aussi que Byrd , a découvert en plein Pôle Sud cette affaire zone couverte de végétation comme, (on l'a vu plus haut), au Pôle Nord,

Merci mille fois encore à l'internaute béni, qui pourrait découvrir ce texte en Janvier 1930, ou juste après

Mais ou l'affaire va vraiment se corser (âmes sensibles s'abstenir), c'est le jour ou nous somme tombés sur le document que nous a adressé l'ami canadien Sebastien dès le 16 Sept. 2010.

     A l'url suivant :


,on trouve le document :


    Mais extrayons de cet article, le passage suivant et soulignons encore en rouge les mots qui nous interpellent:


    Traduisons alors grosso modo ce passage :

     " Byrd expliqua :

: "Je suis sur le point de tenter d'explorer une terre non répertoriée aussi étendue, que les Etats Unis et le Mexique réunis. "

    Il ajouta qu'il espérait faire 10 fois aussi bien que son vol effectué lors de son précédent vol en Antarctique, quand il partit de sa base au Pôle Sud et qu'il y retourna.

Byrd dit : "Je suis sur le point de tenter cette fois, de voler au-delà du Pôle, car là se trouve une zone non répertoriée. Je crois que, aussi longtemps qu'il existera un aussi vaste territoire inconnu de l'homme sur la face du globe, nous allons devoir l'explorer. Nous allons vivre dans une époque glacière, et chercher un nouveau continent, et dans le même temps nous mettre au service de 10 à 12 branches de la Science. "

    Byrd qui a volé au dessus du pôle, 4 ans auparavant, dit qu'il était plein d'espoir en compagnie de ses amis explorateurs de fournir à la science quelques uns des liens manquants dans le déroulement des faits. "


    Fin de la traduction.


    Il nous faut maintenant analyser soigneusement le passage en question, tout en sachant que Byrd était un militaire, et donc qu'il était astreint à une obligation de réserve absolue, surtout en ce qui concerne, ce qui ne pouvait être considéré que comme un Secret d'Etat de la plus haute importance qui soit.

    Comme on le voit, ces expressions de Byrd sont déjà très claires , même si l'on doit parfois, savoir lire entre les lignes.

    Il y a d'abord cette affaire surprenante de l'existence d'une contrée aussi étendue, que les Etats Unis et le Mexique réunis. "

      Voilà un discours, déjà bien surprenant, qui ne court pas les rues, et pour mieux comprendre cette affaire, voyons alors les vignettes suivantes, donnant la superficie des USA et du Mexique :


     Au total, cela fait en tout pour la superficie de ces deux pays : 9 529 063 + 1 958 201 = 11 487 264 Km2

     Comme on apprend sur le site : http://fr.wikipedia.org/wiki/Antarctique , que l'Antarctique a une superficie de 14 107 637 km2, on voit alors que : 14 107 637 km2 -11 487 264 Km2 = 2 620 373 Km2, et donc autrement dit, il ne reste pas grand chose dans ce territoire, pour l'Antarctique déjà connu , et si l'on retire encore en plus, les immenses territoires de l'Antarctique, que dès le 23 Juillet 1923, la Grande-Bretagne s'était permise d'annexer sans demander rien à personne, il ne reste donc plus grand chose pour les nombreux autres pays, qui s'étaient aussi installés sur ce continent austral. Voyez-vous même la carte suivante, où nous avons colorié en vert, les territoires en question :

carte tirée des excellents"Grands dossiers de l'illustration : La conquête des pôles" - Nov. 1969.

    Un internaute géographe pourra additionner, les nombreuses surfaces des portions occupées par les diverses nations, et l'on verra vite, que le compte, n'y est pas. Donc pas question d'y découvrir un territoire inconnu aussi vaste que les USA et le Mexique réunis, comme Byrd le dit, dans de nombreux documents semblables, présentés dans d'autres articles.

    D'ailleurs, voici une carte que nous présente aussi le volume 92, n°4 d'Octobre 1947 de la revue The National Géographic Magazine :


    Donc, sans même y ajouter le Mexique, on voit clairement qu'il ne reste vraiment pas grand-chose pour les portions occupées par les diverses nations.

    Mais il y a justement un cas où, en 1955, Byrd, ne parle plus du Mexique, tout en invoquant une surface de 3 millions de milles carrés (soit environ 7 770 000 km²). Voyez donc la fin de l'article suivant :


    Mais où donc Byrd a-t-il pu découvrir ces 7 770 000 km² surtout tout à fait inconnus des humains, et ce qui entraîne le fait clair et net , que le territoire occupé par autres nations (voir plus haut), se réduit évidemment comme une peau de chagrin ?

    Alors, Messieurs les détracteurs zélés irréductibles, vous avez le choix dans ces deux options :

-- Soit le vice amiral Byrd de l'époque, était tout à fait timbré, et un blagueur fini.

-- Soit, il a bel et bien pénétré, dans le vortex polaire sud, que nous cachent nos gouvernements depuis des lustres, et vortex qui conduit, quand il s'ouvre, à l'intérieur de la Terre creuse, où il y a vraiment un immense continent à découvrir, possédant vies et civilisations très développées par rapport à nous.

L'expression "et chercher un nouveau continent" , nous interpelle bien sûr grandement, mais nous y reviendrons plus tard.

    Mais restons donc à la date du 7 Septembre 1933 , et voici un entrefilet venant de la "seconde Section" du "Spokane Daily Chronicle" , et qui est formulé dans le même style, issu cette fois, de l'Agence Associated Press, et placé à l'url :



    On voit aussi que , on retrouve les mêmes expressions concernant l'affaire du territoire aussi vaste que les USA et le Mexique réunis, l'affaire du vaste territoire inconnu de l'humain, existant sur la face du globe et nécessitant une investigation, puis encore l'affaire des liens manquants à la science dans le déroulement des faits, et enfin surtout l' affaire clef et très surprenante du "nouveau continent". C'est donc un entrefilet, qui vient confirmer parfaitement le précédent .

     Mais, Super Hasard , le 17/05/2013, a mis encore la barre, à un plus haut niveau, puisqu'il nous a placé sous les yeux, ce qui suit, également en date du 7 Septembre 1933 ( Nous n'étions même pas encore né ) :

     En effet sur le site :

     On trouve alors :


    Traduisons alors, grosso modo, le début :

"L'expédition de Byrd au Pôle Sud, est prète à partir, par avion, de Boston le 25 Septembre"

L'amiral fait appel aux bons offices du Président.

L'expédition, utilisera deux navires, un personnel élargi, pour partir à la recherche d'un vaste continent et du pôle.

    On voit alors que l'on retrouve ici, le vocable surprenant : "continent", mais certains, pour noyer le poisson, auront vite fait, de dire que là, il ne s'agit que du continent Antarctique. Mais allons plus loin, voulez-vous ...


    "Comme on lui demandait pourquoi il tenait à retourner dans cet Antarctique lugubre, Byrd a répondu " qu'il y a , une zone encore inexplorée aussi vaste que les USA et le Mexique réunis . Aussi longtemps qu'il existera une étendue aussi géante que cela, sur la face de la Terre , dit-il , nous devons nous attacher à la connaître. Il y a aussi le fait que nous devons compléter certains liens manquants relatifs aux problèmes scientifiques en explorant cette contrée qui s'attache à notre ère glacière "

Nous recherchons un nouveau continent .

    Byrd dit : " Nous espérons découvrir un nouveau continent, en plus de celui déjà découvert : afin d'affirmer que les montagnes du Pôle Sud sont dans le prolongement de la cordilière des Andes; afin de cartographier ce territoire jusqu'à présent inexploré et afin de déterminer si l'actuel terre gelée a été autrefois une terre tropicale comme l'Inde..."


     Là, tout est clair, Byrd parle bien, d'un nouveau continent, et même, si vous savez lire entre les lignes, ce continent aurait des caractéristiques d'une zone tropicale, car si Byrd parle de cela, dans ces régions ultrafroides et gelées, c'est bien qu'il a trouvé des témoins géologiques et climatiques, qui en attestent la présence.

    Et même le Président des USA de l'époque, T. Roosevelt , renchêrit en affirmant qu'il existe bien une immense zone à répertorier d'un nouveau continent, jusqu'à présent inexploré, et s'il ne sagisait que d'une autre grande étendue extrêmement froide de neige et de glace, il n'aurait jamais utilisé ce langage, n'est-ce pas !!!

    Finalement, on en déduit qu'en 1933, les protagonistes de cette exploration polaire, étaient loin d'imaginer la portée gigantesque que leurs découvertes dans les régions polaires de notre planète. Nous y reviendrons....

    Mais, pendant que nous sommes au 7 Septembre 1933, voyons aussi cet autre document de même nature, que nous avons découvert, sur la page de Google à :



    On y retrouve les mêmes expressions que précédemment : l'histoire "du nouveau continent", et même cette fois, ( et cela est surprenant), on reprend deux fois l'affaire de la contrée aussi vaste que la superficie des USA et du Mexique réunis. Quand à l'affaire des liens manquants aux problèmes scientifiques, expliquons ici ce que cela signifie en douce. En effet Byrd, a découvert une immense zone tout à fait tropicale en plein Antarctique ( et il l'a aussi vue dans l'Arctique en Mai 1926 ), comme la Science, n'a pas encore de théorie pour expliquer cela, alors, Byrd croit pouvoir s'attacher à résoudre cette fantastique énigme, mais à l'époque en 1933, nous pensons qu'il n'avait encore mis le doigt sur la bonne solution, et même s'il l'avait trouvée, le Gouvernement américain lui interdirait de la révéler.

    Mais les éternels zélés ou zététiques détracteurs, embarrassés par cette affaire de nouveau continent, nous diront évidemment sans d'abord tourner leur langue sept fois dans son logement, que nous faisons une fixation lexicale, sur le mot continent, qui concerne seulement le territoire immense peu connu de l' Antarctique, qui est déja classé comme un véritable continent ...Point Barre.

    Ces détracteurs, oublient que le site ARTivision, a toujours en réserve des documents incontournables, prouvant ses extrordinaires affirmations :

    En effet ce 23 Novembre 2014, reprenons l'indication de l'ami du Grand Canada Sébastien, toujours très entreprenant, qui nous dit que sur le site :


    On découvre alors ceci :


     Nous n'avons reproduit qu'une partie de cet article, et aussi nous avons souligné en rouge, les termes qui, ici, nous interpellent grandement .

     Traduisons, à peu près, le titre et les paragraphes en question :

Byrd prédit qu'un huitième Continent sera trouvé dans les régions Antarctiques

Par Lee Van ATTA
Participant à l'expédition de Byrd dans l'Antarctique.

"L'amiral Richard E Byrd a exprimé l' intuition que son expédition, puisse dans les quatre semaines suivantes, faire " La plus grande découverte géographique primordiale du 20 siècle "- soit : un huitième continent."

     Plus bas en parlant du capitaine George J. Derek, Officier de la Marine US de 43 ans, accompagnant Byrd en Antarctique, Lee Van ATTA nous dit :

"Si alors il trouve que les eaux sous glace de la mer de Walddel séparent la terre de James Ellsworth du reste de l'Antarctique, ainsi un huitième continent pourra être ajouté aux cartes du monde, et Byrd croit fermement qu'une telle découverte est possible."

      Il est clair que le début de cette dernière phrase est totalement confus et incompréhensible, mais seule la croyance affirmée de Byrd, nous intéresse ici : un huitième continent pourra être ajouté à la cartographie mondiale, après son expédition. Mais que signifie donc tout cela !!!

      Précisons d'abord, ce que l'on découvre au sujet des continents sur le site :



     Comme on le voit, il a bien 7 continents, et l'Antarctique est déjà un des 7. Alors comment se fait-il que Byrd, parle d'un huitième continent qui existerait encore en Antarctique ?

     La seule façon de comprendre ce langage tout à fait énigmatique, (voulu sciemment par Byrd, et qui a autorisé Lee Van ATTA à l'utiliser, et ce monsieur a publié aussi d'autres articles surprenants de Byrd ), est d'admettre, une fois pour toutes, que Byrd, ayant déjà, à plusieurs reprises pénétrer, (en quelques milliers de km) dans "l'ouverture polaire sud" ( les guillemets ont ici une très grande importance) ( et rappelons aussi que Byrd, l'a fait également pour celle du pôle Nord en 1926), est certain cette fois, avec la puissante armada de l'opération de 1947, "High Jump", de pouvoir démontrer définitivement l'existence de ce continent, qui s'étend à l'intérieur de la Terre.

     A vous de juger tout cela, documents à l'appui.

     Notez bien qu'avec notre plus amer regret, nous n'avons pas trouvé, sur Google , le journal du "Palm Beach Daily News" du 7 Septembre 1933, ni celui hélas, du 31 Janvier 1947, et c'est donc avec la plus grande déférence, que nous demandons aux internautes bénis, qui savent où se trouvent les archives de ce journal, ou qui ont un accès informatique privilégié à la Bibliothèque Nationale du Congrès Américain, d'avoir l'extrême gentilesse de nous scanner, les articles sur Byrd, qui pourraient s'y trouver. Merci déjà mille fois d'avance.

    Mais pour mieux visualiser tout cela, remontons justement au 7 Septembre 1933, et voyons l'article d' un autre journal donc l'url est placé à :



    On constate d'abord que ce journal n'a pas pu trouver une petite place dans son titre pour y inscrire le mot Byrd (d'ailleurs écrit en premier lieu dans le texte avec une faute d'orthographe : Bird à la place de Byrd ) .

    Mais bravo cependant, on retrouve dans le texte en question, les mêmes expressions que précédemment : l'histoire de la zone non répertoriée aussi vaste que les USA et le Mexique réunis, l'affaire du vaste territoire inconnu de l'humain et existant sur la face du globe et nécessitant une investigation, et enfin la surprenante affaire "du nouveau continent", et des liens manquants à la science dans le déroulement des faits ( ce dernier point est déjà expliqué plus haut).

    Autrement dit, ce "San Jose News", a passablement correctement suivi l'annonce de l'Agence United Press ( pas très différente de celle de l'Agence Associated Press) du 7 Septembre 1933 .

    Par contre, toujours pour ce 7 Septembre 1933, à l'url suivant :



    On voit alors que le Rédacteur en chef de ce journal, y a été au minimum, avec l'information de l'Agence United Press en question et information qui pourtant intéresse, selon nous, l'humanité entière :

    Traduisons, grosso modo, le début :


Les objectifs de Byrd : 2 années d'exploration en Antarctique.

" Washington UPI . L'explorateur polaire, le vice Amiral Byrd , annonça à la Maison Blanche aujourd'hui, qu'il s'envolera le 25 Sept de Boston pour un voyage de deux ans d'exploration en Antarctique . Byrd télephona au Président Roosevelt , avant son départ avec deux navires " The Old revenue Cutter Bear " et "the supply Vessel Pacific Fir", pour sa base de glace "Little America", en Antarctique .

     Byrd dit encore : " Je suis sur le point de tenter d'explorer une terre non répertoriée aussi large que les USA et le Mexique réunis ", et il ajouta qu'il espérait faire 10 fois mieux que sa précédente incursion dans l'Antarctique."
.

    On voit là aussi, que l'affaire très importante, du nouveau continent à découvrir, est passée bien sûr, carrément à la trappe.

    A vous de juger cette déviance comportementale, de l'être humain.

    Mais nous avons évoqué ci-dessus, la date importante du 31 Janvier 1947 et voici donc une partie notoire incontournable de la réponse :

En effet c'est le 26 Février 2011, que nous avons reçu encore de notre ami canadien Sébastién , cet url très important :

     Après quelques ajustements des colonnes, voilà ce que l'on découvre sur ce site :


     Le titre surprend déjà : Byrd annonce ses objectifs pour aller investiguer dans le secret polaire.

      Ah Ah...comme vous le voyez, il y a tout de même un secret à découvrir, dans ces immenses zones glacées extrêmement froides et couvertes de neige à l'infini n'est-ce pas ?

Avant de poursuivre l'exploration de cet important document nous ne résistons pas au plaisir de vous placer ici cette petite image du "Ciel&Espace de Juillet 1997" :


On voit que l'expression "mystère polaire" est vbolontairement placée et entre guillemets, ce qui veut dire clairement, l'auteur de l'article un certain Serge Jodra, sans doute un astronome qui se croit qualifié, pense que l'affaire de la Terre creuse n'est qu'un fantasme relevant entièrement du mythe , comme, il le dit si bien dans le titre suivant, que nous vous exposons ici seulement , pour montrer que nous sommes encore toujours fair-play dans cette affaire :


      Mais poursuivons plutôt, plus avant, l'étude de ce texte inouï du "Leader Post" du 31 janvier 1947 .

     Traduisons quelques paragraphes, où il y a des phrases soulignées en rouge.

     D'abord tout au début on trouve " Little America. 31 Jan. Le Vice Amiral Richard E.Byrd a atteri à Little America jeudi et immédiatement annonça ses objectifs en vue d'un vol à travers le Pôle Sud dans un territoire inexploré pour déterminer si l'Antarctique est un continent unique ou une masse de deux grandes îles.

     Byrd dit que l'expédition de la Navy sous son commandement allait devenir peut-être "La plus importante découverte géographique qui reste à entreprendre dans ce monde".


     Quel tissu de sous-entendus, Byrd nous livre ? Il faut savoir lire entre les lignes, bien sûr.

     En effet d'abord, pour savoir si l'immense continent possède des failles profondes (rappelons qu'à certains endroits, il y a près de 4000m d'épaisseur de glace, d'après le dessin en perspective suivant tiré du Paris Match n° 1088 du 14 Mars 1970 :



où l'on voit que l'épaisseur de la glace peut monter jusqu'à 4200m )
, capables de le séparer en divers portions, il faudrait des centaines d'avions munis de radars puissants pouvant sonder sous la glace et de vastes équipes au sol pour baliser le terrain. Donc, cette affaire d'îles à déterminer est un énorme bluff pour noyer le poisson, et détourner l'attention des journalistes.

Arrivé à ce niveau de l'affaire, il nous faut faire alors ici une troisième digression :

     En effet, les amis d'ARTivision, savent depuis des années, que tout est parti, des pages 13 et 14 du livre "Mondes au delà des pôles", d' Amedeo Giannini, qui prétend que des découvertes inouies, auraient été faites par des explorateurs des zones arctique et antarctique de notre planète :

  


      On doit alors savoir d'abord, que Giannini était un scientifique d'origine italienne, né à Cambridge dans le Massachussets, et ayant fait ses classes dans les écoles de Boston. Et voici donc juxtaposées, une partie des pages en question de ce livre :



      Notre modeste traduction du premier paragraphe donne :

Février 1947 " J'aimerais voir cette terre au-delà du pôle (Nord). Cette région qui est le centre du Grand inconnu".
Vice-amiral Richard E Byrd de la Marine de USA, avant ses 7 heures de vol au-delà du pôle Nord.

     Hélas, nous n'avons trouvé aucune mention dans un journal quelconque, de cette expédition de Byrd, au Pôle Nord de 1947.. Si Giannini ne ment pas, cette expédition a dû être Ultra Top-secrète. C'est pour cela qu'à notre plus grand regret, nous pensons que Giannini, a commis , une grave erreur, et qu'il aurait dû absolument, mentionner la source de cette si surprenante déclaration de Byrd.

     Voici donc, une des rares photos de ce Giannini :


     Notons en passant, que nous avons parlé longuement de cet Amedeo Giannini dans nos articles suivants :



     Précisons cependant, avant de poursuivre que nous ne souscrivons pas du tout, à la théorie fantasmagorique de Giannini qui, pour expliquer ses découvertes, a élaboré, à l'époque l'incroyable hypothèse qui voulait que la Terre soit collée par les pôles, à un univers parallèle bien réel, et que cet univers serait lui même en relation avec un autre, et que cela se poursuivrait ainsi à l'infini ...Pour lui tout se passe à l'extérieur par une sorte de continuité physique de l'Univers.

     Giannini, n'a à aucun moment imaginé que la Terre pouvait être creuse, et qu'il y avait deux ouvertures aux pôles, permettant d'accéder à son intérieur.

      En essayant de décortiquer cet ouvrage très ardu à lire, il va s'en dire que nous n'avons pas pensé, une seule seconde qu' Amedeo Giannini, ait pu inventer tout cela, avec tant de détails précis, surtout à l'époque, où l'on ne plaisentait pas sur la rigueur morale.

      Mais, il s'avère cependant que les prémices des recherches de Giannini, qui sont à l'origine de son extravagante théorie, sont les mêmes qui s'articulent au départ de la théorie des "ouvertures polaires", et en particulier les déclarations insolites (nous dit Giannini) de l'amiral Byrd et aussi et surtout, la découverte extraordinaire faite en 1928 par Sir George Hubert Wilkins, et découverte qui s'attache à l'exploration de l'Antarctique.

      Fin de la troisième digression

     Reprenons ici la suite dfe l'étude du document clef du "Leader Post" en question.

     Puis, il y a ceci :"La plus importante découverte géographique qui reste à entreprendre dans ce monde". .

     Cette phrase ressemble n'est-ce pas bizarrement à celle citée plus haut de Giannini en date de 28 Nov 1955 ; "This is the most important expedition in history of the World", et pourtant on est ici en fin Janvier 1947 soit environ 8 ans plus tôt.

      A vous de juger, cette nouvelle approche de l'affaire, document à l'appui.

     De plus, comment à l'époque (le Traité de l'Antarctique interdisant toute mesure de nature militaire et non pacifique qui a pris effet le 23 Juin 1961, n'était donc pas encore en vigueur), l'exploration de quelques veines apparentes de charbon ou d'autres minerais utiles à l'industrie, pouvait-elle être considérée comme la plus importante découverte géographique ou géologique qui soit ?

    Puis il y a cette déclaration inouïe de Byrd : "I'd like somebody to get into that vast unknown area on the other side of the pôle" : "J'aimerais que quelqu'un pénètre dans cette vaste zone inconnue, située de l'autre côté du Pôle". Ne trouvez-vous pas que cette dernière déclaration, s'apparente énormément à celle que Byrd, aurait dite plus haut en Février 1947 (le jour n'étant pas hélas précisé), et concernant le Pôle Nord : "J'aimerais voir cette terre au-delà du Pôle (Nord)...", alors qu'ici il s'agit du Pôle Sud, le 31 janvier 1947. Aux spécialistes de résoudre cette énigme saugrenue.

     Alors disons encore cette autre réplique de Louis Jouvet:

Moi, j'ai dit BIZARRE, BIZARRE ? COMME C'EST ÉTRANGE ...


    Plus loin, il y a aussi cette affaire extraordinaire d' inacessibillité :



Que nous pourrions traduire grosso modo :

" Byrd dit qu'il était extrêmement intéressé par la région non répertoriée qu'il aimerait explorer. il la qualifia de "zone la plus inaccessible de la Terre juste au-delà du pôle sud, par rapport à la base Little America". "

     Et nous voilà donc ici confronté à cette affaire d'inaccessibilité très difficile à comprendre ici .

     Mais pour les puristes, voici une missive très interressante et un autre son de cloche venant du New York Times du 18 Février 1947 :


     Traduisons approximativement les lignes soulignées en rouge à la fin :

" Après avoir quitté le Pôle, l'Amiral Byrd dirigea les avions vers la droite afin d'explorer la région qu'il avait décrite comme "la zone la plus inaccessible à la surface de la terre".

     Toujours cette affaire de région inaccessible et évidemment Byrd, ne nous explique pas du tout ce que cela signifie.

     Cette affaire, étant trop longue à traiter ici, et vous en trouverez des détails dans nos articles :




       Mais ce 26 Nov. 2014, il nous semble opportun de placer ici pour les puristes , un document encore plus fantastique que celui du Leader Post vu précédement . Il s'agit du "The Portsmouth Times" , également du 31 Janvier 1947, où l'on voit que Richard E. Byrd, fait état d' avions à réaction expérimentaux, montés sur skis, et article qui se présente ainsi :



      On voit que, cet entrefilet reprend pratiquement les mêmes termes que ceux du Leader Post, présenté plus haut, et même l'affaire de "la zone la plus inaccessible", s'y trouve aussi. Donc tout est désormais clair, et en complément pour les puristes, présentons aussi ici, cet article du même "Portsmouth Times", en date du 7 Septembre 1933, tout aussi surprenant :


      A vous de juger tout cela, documents à l'appui.

      Mais aussi incroyable que cela puisse paraître, il existe une fantastique histoire concernant le Pôle Sud, et qui s'apparente à celle incroyable, vue plus haut, au sujet de Miss Dorothy E. Graffin, qui vivait à New York et qui elle, nous parlait de l'expédition de Byrd au Pôle Nord en 1926 .

      En effet, de plus, il nous reste l'extraordinaire témoignage de 1929, de Madame Emily Ingram, relevé par l'écrivain célèbre Charles Berlitz (auteur du "Triangle des Bermudes", et qui ne semble pas pourtant, vouloir trop se plonger dans cette théorie de la Terre creuse, qu'il connaissait alors probablement). Il nous transmet, aux pages 164 et suivantes de son livre : "Sans Trace ", publié chez Flammarion en 1978, un récit stupéfiant, qui relate, l'aventure inouïe de l'amiral Byrd en 1929, lors de son survol du Pôle Sud 

  



      Mais voyons donc ce récit incroyable:

      " Une curieuse légende s'est instaurée à la suite du survol du pôle sud par l'amiral Richard E. Byrd en 1929 . Elle a trait à un rapport radio qu'aurait lancé l'amiral Richard E. Byrd depuis son avion - rapport tellement incroyable qu'on préféra le taire officiellement - sur l'observation à laquelle il se serait livré dans les parages du pôle. Au cours de son vol, qui simultanément faisait l'objet d'un reportage radio, il émergea soudain d'un banc de brume et se retrouva en train de survoler une terre sans glace où il fut à même de distinguer de la végétation, des lacs, des animaux ressemblant à des mammouths ou à d'énormes buffles ainsi que des humains qui semblaient les garder. D'après certains chercheurs, spécialisés dans les domaines de la zoologie et de l'exploration. qui s'efforcèrent d'élucider ce rapport, la transmission fut interrompue et les parties de ce reportage qui avaient trait à ce phénomène insolite furent par la suite supprimées. Cependant, la croyance populaire en ce curieux rapport se trouva ultérieurement renforcée par les phrases bizarres de l'amiral Byrd quant à "cette terre au-delà du pôle... centre du grand inconnu... ", et une remarque encore plus étrange, proférée en 1957, ayant trait à ce "continent enchanté dans le ciel, terre d'éternel mystère"...

      Le fait que bien des gens semblent se rappeler, ou croient se rappeler, l'émission tronquée apporte un mystère au cœur du mystère, non seulement sur la question de savoir ce que l'amiral Byrd a vu ou était censé avoir vu, mais aussi sur ce qu'il est advenu de son rapport initial ainsi que de la brochurc écrite par lui, comprenant moins de cent pages. dans laquelle il narrait son aventure et qui disparut des bibliothèques et des collections en dépit du fait que, comme dans le cas de l'émission, nombre de personnes prétendent avoir eu connaissance de cet opuscule.

      La recherche de témoins auditeurs concernant cette émission controversée et presque légendaire est évidemment très difficile puisque tant de gens se la rappellent mais que si peu en ont un souvenir précis. A l'occasion de cette enquête, nous avons été particulièrement heureux d'enregistrer le témoignage d' Emily Ingram de Miami, journaliste judiciaire dont la profession a exercé la mémoire, a qui lui permet de se montrer très précise en évoquant les événements passés. Emily Ingram est une femme vive, à la nature enjouée, douée du sens de l'humour, qui poursuit avec brio sa carrière de journaliste. Le souvenir qu'elle garde du reportage de Byrd lors de son survol du pôle sud remonte à 1929, mais elle ne se rappelle pas moins l'incident de façon fort détaillée :

     "Nous habitions Boston à cette époque et mon père avait récemment acheté, un nouveau poste de T.S.F, qui comportait un haut-parleur en plus du casque d'écoute. L'amplificateur était encastré dans le mur et tout l'appareillage nécessitait une grande antenne. Je m'en souviens très bien parce que mon père tomba du toit en l'installant, mais il n'en réunit pas moins à faire fonctionner le poste.

     Ma mère s'intéressait particulièrement au reportage de l'amiral Byrd. On avait annoncé qu'il devait suivre le 70e parallèle jusqu'au-dessus du pôle et qu'il émettrait pendant le vol. Une fois le poste branché sur la station (un relais dc Boston) le haut-parleur commença à nous distiller l'émission. Il y eut beaucoup de parasites, puis la voix de l'amiral Byrd nous parvint. Au début, ce fut un récit classique, décrivant le survol des champs de neige et de glace. Puis, les parasites revinrent; ils s'intensifièrent et cessèrent subitement. Tout devint plus calme et la voix de Byrd nous parvint très nettement. Tout à coup, il dit :

     " Regardez! Vous voyez? 11 y a de l'herbe, là en bas.- une herbe drue... comme elle est verte!... il y a des fleurs partout... elles sont superbes... et regardez ces animaux... on dirait des élans... l'herbe leur arrive au ventre... et regardez!... il y a aussi des gens. Ils paraissent surpris de voir un avion." .

     Je me souviens qu'à ce moment, ma mère a lancé une boutade : « Je parie qu'ils ont aussi de longues oreilles! » Puis il y eut beaucoup de bruit et de parasites, et ce fut tout ce qu'on entendit jamais du programme. Impossible de le retrouver sur les ondes où de la musique succédait à la voix de l'amiral Byrd sans qu'on n'ait fait la moindre annonce.
     Jamais on ne nous expliqua ce qui s'était passé. Plusieurs de nos voisins avaient aussi écouté l'émission, mais ils n'en savaient pas plus que nous. On avait coupé la parole à l'amiral Byrd au beau milieu de son reportage. Je souhaitais vivement apprendre ce qui était arrivé et j'écrivis à la famille Byrd, en Virginie - vous savez, le sénateur - mais je ne reçus jamais de réponse
."

     Cette évocation d'une étrange émission, remontant à près de cinquante ans, souligne à quel point ce rapport radiodiffusé parut incroyable (ainsi qu'en atteste la réaction initiale de la mère d'Emily Ingram); il est donc possible que la station de Boston, sur un ordre officiel quelconque, ait préféré interrompre le reportage qui paraissait dénué de sens, en partie peut-être pour sauvegarder la réputation de l'amiral Byrd, et peut-être aussi parce que l'information était si insolite que la censure, ou tout au moins une diffusion différée, semblait s'imposer.
"

     Fin de citation.

      Que dire de plus, sinon qu'il est préférable de lire plus avant, le reste de tout cela dans l'ouvrage en question de Berlitz, qui a quitté ce monde le 18 Décembre 2003 à Tamarac, en Floride. Que Paix, et Lumière accompagnent (celui qui de son vivant fut un infatigable chercheur), dans la Haute Dimension, où il évolue en ce moment, et que sa joie , rejaillisse tant soit peu sur les terriens qui sont épris de la découverte d'une connaissance transcendante, pour que l'on puisse enfin, mieux vivre sur cette planète.

      Mais disons ce 27/11/2014, qu'il existe, un autre texte, qui nous parle du périple fantastique de Byrd , au Pôle Sud et là, le site ARTivision, va devoir monter nettement le niveau ésotérique, de cet exposé , et nous demandons encore, alors aimablement, au novice de bien attacher sa ceinture car à l'altitude où l'on va évoluer cette fois, il risque d'y avoir de sérieuses turbulences.

      Pour visualiser ce texte extraordinaire , il convient avant tout d'avoir sous la main, le n° 21 de la revue Nexus de Juin-Juillet 2002:



et dont voici à titre documentaire le sommaire :



où l'on découvre n'est-ce pas, un article concernant la Terre creuse.

     Voici donc, ce un super article de Monsieur Pascal Cazottes, dont nous donnons seulement le début :


       Mais allons tout de suite, à la page 31 où l'on découvre le passage inouï, suivant :

     "... Mais cette découverte n'est rien comparée à celle que fit Byrd le 14 Juin 1947. En effet, ce jour-là, alors qu'il survolait une nouvelle étendue où la glace semblait régner en maître, quelle ne fut pas sa surprise lorsque se présenta soudain devant lui une longue vallée étroite et profonde, exhibant une végétation à la richesse tout à fait remarquable. De plus, un soleil généreux semblait dispenser en pennanence ses rayons bienfaisants à cet authentique paradis perdu.

     Naturellement, Byrd et ses hommes n'hésitèrent pas un seul instant lorsqu'il s'est agi de prendre la décision d'atterrir. Une fois posés au sol, ils virent une masse sombre se déplacer à quelques 1500 mètres d'eux. Après avoir saisi ses jumelles, Richard Byrd put distinguer nettement un animal s'enfonçant dans un fourré, et identifia la bête en question comme étant semblable à un... mammouth ! Cependant, les compagnons durent renoncer à aller plus avant, car s'enfoncer dans ce lieu inconnu, sans aucune préparation préalable, aurait relevé de la plus folle témérité. Aussi, est-ce la mort dans l'âme que Byrd et ses hommes remontèrent dans l'avion afin de rejoindre le camp de base. Dés leur retour, ils ne manquèrent pas, bien entendu, d'informer leurs camarades restés sur place de leur fabuleuse découverte, et il fut décidé qu'une expédition plus conséquente s'en irait, dès le lendemain, explorer cette vallée des merveilles. Malheureusement, l'équipée ne réussit pas à retrouver ce lieu unique dont l'emplacement avait pourtant été localisé dans le secteur du pôle géographique. Dans l'hypothèse où cette histoire est vraie, il peut être envisagé que Byrd et ses hommes aient pénétré à l'intérieur de notre terre, sans même s'en apercevoir, en passant par une espèce de sas dont la porte aurait été ouverte au moment propice. Ce qui expliquerait, d'autre part, pourquoi le chemin ne put être retrouvé la fois suivante. Mais tout ceci n'est encore que spéculation gratuite.
"

     En fin de compte, cette vallée des merveilles, était devenue introuvable, et inaccessible est comme celle, découverte plus haut pour le Pôle Nord et vallée au sujet de laquelle, nous avions écrit : "... Byrd et ses compagnons prirent (à nouveau) , la route pour tenter de retrouver ce qu'ils appelaient entre eux le "paradis perdu". Malheureusement, il leur fut impossible de retrouver la vallée.... "

     Il n'est donc pas interdit de croire, que Byrd, ait parlé dans les médias de zone d'inaccessiblité, et que les chercheurs orhodoxes ont vite tenté de placer sur une carte avec une explication très banale, au sujet d'un Pôle d'inaccessibilité.

     Voyons, en effet, ce que l'on nous présente à ce sujet, dans le Science&Vie n° 586 de Juin 1966:


     Et voyons maintenant la significations officielle de ces divers poles ;


     Mais il y a aussi le fascicule déjà présenté du National Géographique d'Octobre 1947, où l'on trouve dans le texte à côté de la couverture, qui parle aussi de ccette zone d'inaccessibilité :

  

     Etant donnée l'importance médiatique de cette revue, pour les puristes voici la digitalisation pages 463 et 466 du texte placé à côté de la couverture .

Into Mystery Land Beyond the Pole.

     It had been one of the major objectives of the Navy to penetrate beyond the Pole into this "area of inaccessibility", the vastest unknown which remains in the world...

Traduction approximative : " L'un des objectifs majeurs de la Marine, avait été de pénétrer au-delà du Pôle dans cette "zone d'inaccessibilité", la plus vaste inconnue qui reste dans le monde..."

      A vous de juger désormais, toutes ces incongruités, documents à l'appui...

     Cependant, disons qu'en parlant de, "sas dont la porte aurait été ouverte au moment propice", l'auteur Pascal Cazottes, a certainement eu vent de la phrase inouïe, parue dès Mars 2002 du collectif Soria, et phrase que nous reprenons ici, étant donnée son importance, et qui est tirée de l' ouvrage ci-contre:

     "...Plusieurs portes d'accès sont disséminées à la surface de cette Terre. Dernièrement, vos satellites et vos astronomes ont pu constater la dilatation des pôles, qui sont parmi les entrées des mondes internes ".

     Et on trouve aussi cette phrase surprenante :
     " ...Voilà pourquoi vous prenez peu à peu conscience que cette sphère est un être vivant ayant ses lois interactives. Tout désordre entraîne des conséquences sur l'ensemble planétaire interne et externe. Nous insisterons encore sur l'interpénétration de ces trois modes de vie par la zone intermédiaire, en l'occurrence vous. Votre responsabilité est grande. Seule cette prise de conscience évolue, car, pour le reste, rien n'a changé dans l'immédiat."

     Nous vous demandons alors, ici, de bien lire et relire cette expression fantastique, de Soria, et d'en tirer toutes des gigantesques conséquences, qui s'imposent et qui sont relatives à la connaissance intime de notre planète, et même, nous le pensons assurément, à celle de notre système solaire. Reprenons donc ci-dessous quelques bribles des mots sidérants de Soria , et à bon entendeur Salut... :

     "...Plusieurs portes d'accès sont disséminées à la surface de cette Terre. Dernièrement, vos satellites et vos astronomes ont pu constater la dilatation des pôles, qui sont parmi les entrées des mondes internes ".

      Monsieur Pascal Cazottes, pouvait aussi avoir eu en main l'ouvrage de Siragusa de 1979 où ce dernier parle en vrai précurseur de la dilatation du Pôle Nord.

      En effet, c'est déjà en 1979, que Mr Siragusa (si critiqué par les journalistes ignares ), a présenté page 193, dans le livre de Victorino Del Pozo, publié par COSMICA BP 31 13190 Allauch 1979,


, l'image surprenante suivante :


    Comme vous le découvrez dans la légende des photos ci-dessus, Siragusa (qui n'avait pas la langue dans sa poche) affirme que " ces photos démontrent que le Pôle Nord, sous l'effet d'une dilatation de la matière qui est élastique, s'ouvre périodiquement et personne ne s'en rend compte ".

    Il dit aussi dans le livre en question "qu'au centre de la Terre vivent des êtres de deux à cinq mètres de hauteur, au teint parfaitement blanc et que leur proportion sont déterminées par l'effet de la force centrifuge contraire à la notre". (Avouons donc ici que ce ne sont pas des déclarations de ce genre qui font la une, même des journaux à sensation.)

     Rappelons aussi que la photo ci-dessus, montrant un trou noir inexplicable, fut présentée dès le 20 Mai 1972, (d'après la revue Ondes Vives n° 75 en Juillet 1972) lors d'une conférence de Siragusa, qui eu lieu à Paris,, salle Marchesseau 26 Rue d'Enghien.

    Et Mr Siragusa, dira alors : "Voici une photo prise par un satellite américain. Vous voyez l'ouverture du Pôle Nord qui permet d'accéder au centre de la Terre. Cette photo fait partie d'une série de 29 000 clichés pris, par le satellite. Je l'aie eue par la NASA. Ces photos ne sont pas diffusées dans le Grand Public".

     Tout cela serait considéré, comme de la pure Science-Fiction, s'il n'y avait pas cet extraordinaire cliché :


     Des nuages tourbillonnent autour de l'ouverture. Il est à noter que les clichés ci-dessus ont été pris en période de nuit polaire, et on y voit sans contestation aucune, que le diamètre de l'ouverture, n'est pas le même pour chaque photo.

     Pour en savoir bien plus sur l'origine de cette photo, prière de consulter par exemple, notre article :

http://www.artivision.fr/docs/ByrdTrouvaillesinsolites.html

     Ce n'est pas en effet, une information cosmique, que l'on trouve à tous les carrefours à portée de mains, et même l'ouvrage de Raymond Bernard, "La Terre creuse", publié en 1971, n'en parle pas. Mais lui, Mr Pascal Cazottes, en avait eu la remarquable révélation . En effet, dans le même article du Nexus n°21, de 2002, il a écrit aussi cela :

     " D'ailleurs, l'on peut constater que les mystérieuses ouvertures n'apparaissent plus sur des photos prises précédemment ou ultérieurement. C'est alors que vient à point nommé la théorie des "pro" qui vous expliqueront que les ouvertures aux pôles s'agrandissent et se rétractent à la manière de l'obturateur d'un appareil photo, trouvant ainsi et du même coup une explication au fait qu'aucun explorateur n'ait jamais trouvé ces fameuses ouvertures ".

     Tout est clair, désormais Mr Pascal Cazottes était parfaitement au courant déjà, au moins dès Juin 2002, de cette affaire inconcevable de dilatation des pôles et de territoire polaire inaccessible, et nous serions très particulièrement enchanté , qu'il veuille bien expliciter plus avant, dans un autre article l'origine de cette la théorie des «pro», à laquelle il a fait, si bien allusion. Nous aimerions aussi savoir d'où provient cette date du 14 juin 1947 qu'il a si admirablement présentée concernant l'expédition en question de Byrd au Pôle Sud

     Nous ne terminerons pas ici, ce focus , sans vous présenter aussi cela :

    En effet, dans le livre de R. Bernard "La Terre creuse", déjà présenté plus haut, on découvre que l'ouverture polaire aurait environ, 2300 km ; de diamètre:

    Mais, nous avons aussi découvert, sur le site :
http://www.ourhollowearth.com/PolarOpn.htm

,ce schéma :


     Nous constatons là, ( les côtes étant en miles), que l'ouverture polaire nord (comme celle du sud d'ailleurs) ne fait plus que 90 miles (145 Km environ) à son niveau le plus centré, ce qui fait une sérieuse différence avec les 2300 km présentés sur le schéma de R. Bernard.

    Nous avons alors poussé l'audace jusqu'à demander à l'entité transcendante Soria, quel était, en fait, le diamètre des ouvertures polaires, que divers auteurs présentaient avec des mesures différentes. Et voici la réponse, qui nous fut faite, et qui nous causa à l'époque une très grande émotion :

     "Ami de la Terre"

     L'ouverture des Pôles utilise la respiration de votre Terre. De ce fait son diamètre évolue au rythme des mouvements.
     L'ouverture se dilate et se rétracte constamment. Aussi les deux mesures ne sont pas fausses. La Terre dans son ensemble, use du mouvement dilatation, rétractation, mais en réalité cette planète est en expansion. Dans quelques décénies, son diamètre ne sera plus celui de cet instant.

     Au plaisir de l'échange.

       Scientifique Soria.


     Que dire de plus, devant tant de révélations fantastiques ? Sinon ce que disent souvent, les anglosaxons, quand ils sont embarrassés, par une question : No Comment.

Quatorzième focus : Quand, on découvre que les aurores polaires sont simplement des éclats lumineux, dus aux rayons du Soleil Central , qui s'échappent par les trous polaires, lorsqu'ils s'ouvrent .

Pour mieux comprendre cela il nous appartient de vous présenter ici ces paroles transcendantes tirées des pages 193 et 194 de l' ouvrage extraordinaire intitulé "LE VOYAGE A SHAMBHALLA" par Anne et Daniel Meurois-Givaudan publié en 1986 par les Editions Arista. On y trouve alors, ce passage à la fois, très significatif, et poétique en plus :

     " Votre terre est creuse, vous le savez, creuse comme le sont toutes les planètes du système solaire, aussi creuse qu'une noix sans ses cerneaux .
     Là également, vous attendent les prémices d'un avenir fabuleux ou plutôt d'un présent déjà bouillonnant en vous. Lorsque les sages disent aux hommes de chercher à l'intérieur d'eux mêmes, ils sont dans la vérité à tous les stades de compréhension. La Terre vous suggère en certaines contrées la grande flamme de son cœur. Elle la fait s'élancer vers le cieux comme le lotus flamboyant et tel un baiser d'union avec ce qui est en haut. Cette flamme ou plutôt ces flammes sont les aurores boréales ou australes. C'est la radiation cristalline du soleil intérieur enclos dans le grand être qui nous porte tous et qui jaillit par les pôles. C'est aussi une source vitale éthérique dont vous ne pouvez avoir idée. L'heure ne se présente pas encore d'éluder pour l'homme la totalité des mystères de l'Agartha et du continent central. Nous refusons de précipiter ce temps pour la sauvegarde de la majorité des consciences immatures. Vos gouvernements s'y refusent aussi, bien que partiellement informés, pour la sauvegarde de leur pouvoir
. "


      Bien sûr, ce n'est pas la thèse officielle, qui est avancée pour expliquer ces aurores polaires, et pour être encore fair play, voici d'ailleurs, à ce sujet, ce que nous dit, la revue Science&vie1095 de Décembre 2008 :


       On voit alors que selon cet article, qu'il n'y a que deux théories qui ont l'agrément des scientifiques et surtout que les mots manquent aux scientifiques pour "expliquer cette spectaculaire violence venue du ciel". Pas question que cette aurore spectaculaire, vienne de quelque partie que soit de la Terre. Point barre.

       Pourtant l'illustration présentée par cette revue, montre bien que l'intensité de la lumière se manifeste vers le bas donc tout près de la Terre et non du haut du ciel, comme cet article le précise :


       Autre exemple :



     Quelle suberbe luminosité n'est-ce pas ? Et cela stationne au pôle !!! C'est une aurore boréale que nous devons à la courtoisie du Dr Hallinan, et l' astronaute Overmeyer de la NASA .

Sur le site :


on découvre aussi :

  

     Là encore, on voit que la grande intensité de la lumière se manifeste vers le sol, donc tout près de la Terre, et non du haut du ciel.

     A vous de juger...

     Mais présentons aussi ici, présentons aussi le beau schéma d'explication des scientifiques concernant le vent solaire, qui vient chatouiller, la magnétosphère terrestre, pour produire les superbes aurores boréales et australes :


      Nous supposons alors que la mission Themis, lancée par la NASA en Février 2007, avait d'autres objectifs plus secrets qu'une ballade de satellites dans le flux solaire. Bref chacun est libre de croire ce qu'il veut en fonction de la nature des informations qu'il détient.

     Nous l'avons déjà écrit dans nos articles, que le site ARTivision est un site Mystico-rationaliste (mot que vous ne trouverez dans aucun dictitnnaires), et pour cela, il intégre pleinement ces affaires transcendantes surprenantes, et en particulier celles venant du Collectif Soria, formé on le sait, de 4520 entités cosmiques, comme cette révélation qui suit, et qui est pour nous, une deuxième source transcendante , qui soulèverait déjà beaucoup d'émotion, même chez ceux qui auraient des affinités dites mystiques :

     "La thèse retenue par vos scientifiques n'est pas conforme à la réalité. Le centre de la Terre est la demeure d'Êtres hautement évolués qui sont les gardiens des fonctions vitales de la planète, et le siège du grand Être qui gère la maintenance de l'assemblage des particules selon le schéma du Grand Constructeur.

   Votre centre de la Terre est creux et possède son propre Soleil générateur de Vie. Une flore y pousse également et reçoit la vie de milliers d'insectes, d'animaux. Désolée de lever ce voile, mais il faut regarder la vérité dans sa théorie pour la découvrir dans la matière.
  Vous regardez vers les étoiles mais ne connaissez pas la composition de votre Terre. Des portes donnent accès au sous-sol de votre planète. Naturellement, elles s'ouvriront dès votre allégeance au Soleil Central. L'intérieur de votre sphère est aussi beau que son extérieur, on y trouve des vallées, des monts, des lacs, des rivières comme dans votre géophysique externe. Les gardiens de ces portes sont très efficaces et le passage ne sera accordé qu'avec un décret du Soleil Central
.... " .

      Fin de citation
        Tiré de la page 112 du livre de Soria "Les grandes Voies du Soleil", paru au Editions ARIANE en Avril 2001

     Allez,; voici un petit plus pôur la route, et qui est pourtant le top du top, qui est un texte qui ferait assurément sans doute rêver, les meilleurs auteurs de Science-fiction :

     "L'intérieur de votre Terre est creux ; un Soleil y réside, permettant la vie comme sur la croûte extérieure de cette planète. Chaque humanité vit dans une des réalités physiques d'Urantia Gaïa. Suivant le cercle d'influence atomique, certaines peuvent avoir des relations directes et physiques avec le peuple extérieur, vous. Ainsi, parmi les survols d'ovnis, quelques-uns sont imputables aux intraterrestres. L'harmonie interne de votre sphère d'accueil subirait des interférences si ces êtres n'intervenaient pas dans votre évolution. Il n'est pas rare que les scientifiques internes surveillent les travaux des vôtres, les aidant même en laissant des formules dans la matrice des ordinateurs ou en envoyant l'un des leurs se fondre au sein de votre multitude. Certains occupent des postes importants dans votre société, contrôlant ainsi les progrès, en favorisant certains ou en écartant d'autres, mais en tenant toujours compte de votre degré d' ouverture d' esprit, de vos faiblesses, de vos points forts et du maintien de l'équilibre du centre de la Terre. Parfois, des documents disparaissent, étant jugés sortis trop tôt, pour réapparaître dans une séquence plus appropriée. Il est temps de trouver un point de rencontre conscient entre eux et vous. Seule votre volonté de développer un échange sain, fraternel et respectueux entre chaque ethnie concrétisera cette rencontre. Pourtant, les habitants de l'intérieur de la Terre n'ont jamais été aussi ouverts à une telle éventualité. Votre conscience sera touchée par des informations révélant autant la vie stellaire que la vie intraterrestre. Il est même possible que certaines portes d'accès du centre de la Terre s'ouvrent à quelques-uns d'entre vous afin qu'ils puissent témoigner de la réalité de leur existence. Votre grand visionnaire et prophète Jules Verne vous a préparés aux ouvertures de ces temps nouveaux. Rapidement et étrangement, vous pourriez éprouver comme une surdose d'informations, déstabilisant ainsi vos croyances établies et fragilisant vos tendances à vous accrocher aux lois actuelles".

     Extrait pages 172 et 173 de "Voyage" tome III de Soria Edition Ariane Mars 2002.

      On voit alors que, l 'extrordinaire texte précédent, fait allusion, à juste titre, au grand précurseur visionnaire, que fut notre célèbre écrivain Jules Verne, et dont nous avons parlé grandement dans notre 7e focus précédent.

      Notons cependant, que Jules Verne, ignorait l'affaire du Soleil central.

    Donc, alors que Jules Verne, dès au moins 1866, parlait de cette affaire "d'ouvertures polaires", nous, nous l'avons apprise qu'en 1972, quand une amie de la Métropole, a eu la géniale idée, de nous envoyer le livre (déjà présenté plus haut et représenté ci-contre) (actuellement pratiquement introuvable en France) de R. Bernard " La Terre creuse", paru on l'a dit déjà, chez Albin Michel en 1971.

     Mais, l'extraordinaire texte de Soria précédent, fait aussi état de l'existence de Maîtres du Monde intérieur, qui interviennent parfois, dans nos ordinateurs, pour réguler le cours de nos actions.

     De plus, il faut savoir que ces êtres de l'intérieur, vivent très longtemps, et rien n'empêche que le même Maître, qui aurait rendu une visite au 17e siécle, à Euler (Le premier savant qui a parlé d'un Soleil au centre de la Terre), récidive avec un Williams REED, et aussi un Marschall B.Gardner, autour du début du 20e siécle.

     C'est exactement, ce que nous raconte le célèbre film suivant :



     Ceux qui ont eu le privilège de visualiser ce film, se souviennent alors que l'équipage de l'Enterprise, un vaisseau spatial du XXIIIe siècle, remonte le temps et débarque sur Terre en plein milieu du XXe siècle, pour sauver deux baleines.

     Une fois de plus, le site ARTivision peut dire ici, que "la réalité surclasse souvent de très loin, la fiction".

     Mais, il se passe en plus, ces temps-ci, des choses très étranges. Jetez par exemple, un coup d'oeil à la photo qui suit, et qui est tirée pourtant d'une revue d'informatique très connue. Il s'agit du Micro Hebdo n°568 du Samedi 11 Mars 2009 :



      Cette image, nous rappelle étrangement, celle-ci n'est-ce pas, déja vue plus haut :



     Comme ARTivision ne croit pas du tout au hasard, nous nous demandons, si ce n'est pas encore un coup des "Maîtres" qui préparent le Temps des Révélations, et qui agissent télépathiquement, dans les milieux les plus divers comme le suggère le texte incroyable de Soria, présenté juste ci-dessous. Les bien-pensants vont là, encore se tordre de rire, bien inutilement.

     Mais voyons, de plus près, ces affaires de lumières brillantes aux pôles de la planète :

     Malgré la multitude d'engins spatiaux qui tournent autour de notre planète, il est très rare de tomber sur une photo présentant à la fois les aurores boréales et autrales de cette planète. Nous ne savons pas donc si la photo qui suit est ou non un montage informatique :


     Pas loin de notre Terre, voici, quatre photos représentant les phases de Vénus, et où l'on voit parfaitement, une luminosité notoire et caractérisée, apparaître aux pôles de la planète :


     Il y a t-il, comme le on le prétend pour Mars, une calotte polaire glacée, aux pôles de l'ardente Vénus ?. Nous attendons vos suggestions avec ferveur..

     On voit aussi simultanément, à peu près,, les aurores polaires de Mars, ici :


     Et pour Mercure, on a aussi ceci :


     Pour Jupiter, on a aussi :

  


     Cependant, il est aussi judicieux de présenter ici, cette image que l'on peut encore apprécier, sur le site :


"
 
WIRO at Jupiter
Credit: A. Kutyrev (SSAI/GSFC), D. Rapchun(GST/GSFC), J. Norris(NASA/GSFC)
R. Canterna & R. Martin (U Wyoming)


      Et avec ce commentaire :

L'observatoire WIRO (Wyoming Infrared Observatory) est situé au sommet du mont Jelm. Les astronomes de cet observatoire ont récemment publié cette image étrange de la plus grosse planète du système solaire, Jupiter. Évidemment, cette image est en fausses couleurs. Elle provient d'un appareil photo numérique de haute technologie qui est sensible aux infrarouges d'environ 2,1 micromètres. Pour pouvoir capter ces radiations, l'appareil est refroidi en utilisant de l'hélium liquide. L'hydrogène moléculaire (H2) et le méthane (CH4) absorbent fortement les infrarouges de 2,1 microns. Les bandes que l'on voit habituellement brillantes sur les photos en lumière visible sont donc ici sombres. Ce n'est pas le cas des brumes situées au-dessus du pôle Nord (en haut), du pôle Sud et de l'équateur, elles réfléchissent la lumière solaire de cette longueur d'onde et elles sont donc brillantes. La très célèbre grande tache rouge est aussi visible à droite. (Credit: A. Kutyrev (SSAI/GSFC), D. Rapchun(GST/GSFC), J. Norris(NASA/GSFC)
R. Canterna & R. Martin (U Wyoming))

13 mars 2003
"


     Mais il y a mieux, car concernant Jupiter, que l'on peut découvrir à notre article :



  

     L'image de droite est directement tirée du site officiel : http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA07783 , par contre, nous n'avons pas pu retrouver l'Url , donnant l'image de gauche . Merci donc mille fois à l'internaute qui mettra la main dessus, car cette image semble avoir disparu du Web.

     Et en agrandissant tout cela, et en ajoutant un peu de contraste :


     Pas besoin de sortir de Polytechnique, pour voir ici, que l'on a placé une fois encore, une pastille grise de camouflage, des rayons lumineux qui fusent au Pôle Sud de la planète.

     Que dire de plus, devant ces images surprenantes, sinon qu'en Haut Lieu, certains sont vraiment des fervents inconditionnels, d'un drôle de "pastillage"...

    En ce qui concerne, Saturne, nous avons, cependant, à soumettre à votre attention, ce qui suit :

    D'abord, il y a eu ceci où, en Février 2005, plusieurs internautes vigilants, nous ont adressé, l'information suivante :

Découverte d'un Point chaud inexpliqué sur Saturne :


    Des astronomes ont découvert sur Saturne un phénomène climatique encore inconnu dans le système solaire : il s’agit d’un vortex polaire chaud situé au pôle sud de la planète aux anneaux. Glenn Orton (JPL) et ses collègues ont repéré ce point chaud grâce au télescope terrestre Keck(du Mont Mauna Kea, à Hawaii) et attendent désormais les observations de la sonde Cassini pour mieux comprendre cette curiosité.

    Ces travaux sont publiés aujourd'hui dans la revue Science.

    Sur Terre, ces vortex se forment dans la stratosphère, au-dessus de l’Arctique et de l’Antarctique. La différence de température entre les hautes et les moyennes latitude crée un courant circumpolaire qui isole les masses d’air froides. En Antarctique ce vortex polaire contribue à la destruction de la couche d’ozone pendant l’hiver. Au pôle nord le vortex envoie de l’air froid sur le nord de l’Amérique.
    Que ce soit sur Terre, sur Jupiter, Mars ou Vénus, partout où ils ont été observés ces vortex polaires sont plus froids que l’air environnant. Sauf sur Saturne. Le pôle sud y est déjà particulièrement chaud – il est exposé au Soleil depuis 15 ans. Pourtant, à 30° de latitude du pôle les chercheurs ont repéré un point encore plus chaud.
    Il pourrait s’agir d’une concentration de particules absorbant la lumière du Soleil "coincée" dans la stratosphère. Cependant l’explication est insuffisante. Pour comprendre la formation de ce vortex les astronomes attendent le passage de Cassini et l’observation de cette zone par son spectromètre à infrarouge (CIRS) en mars et mai prochains.


Fin de citation

    Nous pensons alors, qu'à l'époque la sonde Cassini, avait eu largement le temps de photographier le Pôle Sud de Saturne, et pourtant l'image suivante tirée le site :


n'a rien de particulier qui puisse nous émerveiller :


    La sonde Cassini a-t-elle, mis, au bon moment, un filtre noir pour ne pas être "aveuglée", par une lumière trop gênante , venue du Pôle Sud de la planète ? A vous de juger.

    Mais, il y a une explication plus ésotérique, qui consiste à dire, que les commanditaires de la sonde Cassini, ont choisi de montrer uniquement les photos du Pôle Sud de Saturne, au moment précis, où le vortex polaire s'était fermé.

Mais jetez aussi cependant, un coup d'oeil attentif sur le site :


que nous a envoyé le 23/09 2014, notre fidèle amie Aurélia, sur les admirables images :


Et à vous de juger désormais; documents à l'appui...

    Nous avons aussi, le fort regret, de n'avoir pas sous la main, les clichés montrant les deux pôles, pour les images suivantes de Neptune.

  

    Inutile de préciser, que c'est la brillance de la tache lumineuse présentée, qui nous interpelle.

     Comme serait un spectacle éblouissant, si aux antipodes, on pouvait alors voir, ce qui s'y passait, n'est-ce pas !

    Nous avons aussi, de la part de notre amie Aurélia , ce panorama neptunien;, venant de l'observatoire Keck d'Hawaii:


    Mais, pour Mars , il y a mieux encore :



Mars , ci-dessus ne vient pas de la NASA, (qui vérouille et camoufle toutes images venant des sondes spatiales), mais du Griffith Observatory, à los Angeles, en Californie, (et qui existe depuis 1935).

    Cette extraordinaire photo de Mars , prise le 31 Août 2003 par le "Griffith Satellite Observatory", lors de la fameuse opposition de 2003, où Mars, était alors au plus près de la Terre, à environ 56 millions de km :

    Pour ceux qui voudraient en savoir plus, prière de contacter cet Observatoire Griffith pour lui demander pourquoi cette superbe image, n'a jamais fait la une des médias qui ont pignon sur rue ... et surtout que l'on nous dise pourquoi le site admirable, qui présentait cette photo à :


telle que :


a disparu en 2005, comme par magie.

     On y voyait entre autres choses , alors ceci :

     Une modeste traduction des 7 premières lignes (dont nous connaissons déjà une partie) donne alors ceci :

Dimanche 31 Août 2003 , par le - Griffith Satellite Observatory, avec un Telescope: 127mm f/12.1 MaksutovAppareil. Appareil photo: Creative Pro EX webcam.

     C'est la meilleure image de Mars qui se compose de plusieurs dizaines d'images sélectionnées, alignées et empilées à partir d'une séquence de prises faites à 12h05. Ce fut peu de temps après l'opposition célèbre cette année (2003 rappel), quand Mars est passé à environ 34.6 millions de miles de la Terre. Un dispositif Barlow x 3, a été utilisé pour donner une taille conséquente à l'image. Le Nord est en haut et l'Est est à gauche.


      Remarquons que l'Est devrait être à droite, et donc il faut renverser la photo pour que le Pôle Nord soit en haut.

Mais vous pouvez grâce au merveilleux site :


     Vous pouvez cvepedant retrouver le site Griffith qui a disparu, désormais à ( 29 Fev 2008) :


Le nom de la photo étant Mars083103.jpg, vous pouvez la trouver directement sur le Web à l'adresse :


, ce qui nous donne alors ce superbe spectacle qui en mettant l'Est à droite, donne pour le Pôle Nord de Mars:


    Mais voici en plus, quelques autres images de Mars, qu'il conviendrait d'analyser avec grand soin, car la prétendue zone de neige carbonique, est si brillante qu'elle semble faire saillie en relief juste au-dessus de la planète .

     


    Pas mal, n'est-ce pas, ces "couvre-chefs lumineux, ", bien en relief, au dessus de la planète !!!

    Mais les contradicteurs qui ont la dent dure, et qui débarquent actuellement sur ARTivision, demanderont assurément des preuves encore plus visibles et prosaïques. Mais les amis de ce site, qui existe depuis plus de 17 ans, savent que, la cerise sur le gâteau est venue de l'image obtenue du satellite de Saturne nommé Titan (5150km) ( plus gros que Pluton ( 2280km ) et même que Mercure (4960 km) ) filmé en fin Juin 04, par la sonde américaine Cassini Huygens lancée le 15 Octobre 1997 de Cap Canaveral Air Force Station, en Floride :


     Comme vous l'avez sûrement remarqué, ce qui surprend grandement sur ces les premières photos de Titan,, c'est le point extrêmement lumineux que l'on aperçoit au bas de la planète, et, vu sa grosseur, ce point correspond en fait, à un disque superbement lumineux gigantesque.

     Isolons alors le globe de couleur bleue et agrandissons le, quelque peu :



     Pour mieux visualiser cette affaire, disons déjà, qu'elle nous invite résolument à mettre en exergue, ce célèbre aphorisme : "L'œil était dans la tombe, et regardait Caïn", de Victor Hugo, tiré de son poème intitulé La Conscience de "La Légende des siècles".

    Nous devons d'abord tirer un bon coup de chapeau à la revue suivante, d'Août 2004 :


    En effet, elle fut l'une des premières revues, dès Août 2004, à présenter, cette image extrordinaire , de Titan, qui pour ARTivision, montre un phénomène, qui pose des interrogations majeures aux scientifiques contemporains, qui pour cela, évitent d'en parler.

    Bien que les couleurs soient ici, un peu floues, précisons bien, où se trouve le phénomène en question en page 14


     Nous allons donc ici vous présenter ce fait très embarrassant, mais pourtant bien cadré dans le domaine scientifique, et dont l'interprétation est loin de faire l'unanimité, et fait qui s'intègre donc parfaitement dans les deux sujets du Bac de Philo de 2013 qui s'énoncent ainsi :

La science se limite-t-elle à constater les faits ?
Interprète-t-on à défaut de connaître ?


     Voilà de quoi il s'agit d'abord, noir sur blanc , sans mauvais jeu de mots :

     En effet, jetons un petit coup d'œil, sur le site officiel de la NASA, placé à :



, puisque nous avons là alors, un semblant d'explication :


     En rouge, on comprend : "Un brillant nuage de particules de méthane apparaît au pôle sud des 3 images. .."

     Oh là ...."un nuage de particules de méthane", disons que ce methane, a dû être chauffé à blanc, et ionisé sous forme de plasma, par un phénomène naturel inconnu, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, amplifiée magnifiquement par les rayons d'un Soleil, qui, on le sait, est très éloigné de Titan, de près d' 1,5 milliard de Km...

      Et...désormais, c'est à vous de juger en toute connaissance de cause ...

     Puis, poursuivons maintenant en couleur, notre analyse, où l'on trouve aussi ceci :


     Pas besoin d'être fortiche en anglais, pour découvrir que le laïus en dessous de l'image, ne mentionne plus du tout, le disque blanc apparu ( Bien sûr, on en a déjà parlé ci-dessus, et pour la NASA, pas de bavardage inutile n'est-ce pas !!) . A vous de juger.

     Voyons cela de plus près maintenant, avec des couleurs toujours étonnantes :


     Comme vous l'avez sûrement remarqué, ce qui surprend grandement sur ces premières photos de Titan, c'est le point extrêmement lumineux que l'on aperçoit au bas de la planète, et, vu sa grosseur, ce point correspond en fait, à un disque superbement lumineux gigantesque.

     Isolons alors le globe de couleur bleue, et agrandissons le, quelque peu :



      Pas besoin de redire ici, que c'est cet œil surprenant de Titan , extrêmement brillant ci-dessus, qui nous interpelle assurément, et où l'on voit nettement juste en-dessous une sorte réverbération sur les couches de l'atmosphère de la planète prouvant que cette luminosité vient de l'intérieur . (voir le bout de la flèche rouge).

      Il faut aussi remarquer surtout que c'est parce que la sonde Cassini Huygens avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel aux informations de la sonde. Donc la NASA, a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher ce disque extrêmement lumineux, qui est apparu au Pôle Sud de Titan.....

      Nous avons longtemps cherché, dans de nombreuses revues et de multiples journaux, les tenants et les aboutissants de cette affaire de disque brillant au Pôle sud de Titan. Très peu d'explications logiques, nous ont été fournies. C'est ainsi que sur le site :



, on voit cette image :

     On découvre aussi alors, ces propos :

Le 3 juillet 2004 : La surface de Titan

"La sonde Cassini a pu prendre une photographie de la surface de Titan. Titan étant recouvert d’une atmosphère opaque (photo ci dessus à gauche) cette image a dû être réalisée par le spectromètre infrarouge de la sonde. Comme tous les spectromètre il lui est impossible de prendre directement une image de la surface, un spectromètre ne photographiant qu’une très étroite bande. Toutefois il est possible de modifier la position de cette bande affin de "scanner" l’objet à observer et donc prendre une image où on voit Titan avec une résolution verticale de 28 pixels (photo de droite). Selon les interprétations actuelles les zones jaunes sont des mers d’hydrocarbures, le vert de la glace, un nuage de méthane blanc est visible en bas."

     Mais voyons aussi, ce que nous dit la revue "Science&vie" n° 1043, également d'Août 2004, comme tentative d'explication de ce disque brillant de Titan.


     Vous constatez donc que l'on qualifie, ici encore, avec une assurance notoire, ce disque superbement brillant de Titan de "champ de nuages de méthane", ce qui diffère peu "du petit nuage blanc", que l'on avait soi-disant repéré, sur Neptune en Août 1989, et qui brillait encore plus.(Voir notre article à Byrdsuite.html)

     Encore cette affaire de méthane dont la brillance nous interpelle grandement. Décidément ces scientifiques ont de la suite dans les idées, et savent très bien se passer le mot, dès que possible.

     Notons cependant l'article d'une scientifique astronome à l'Observatoire de Paris et spécialiste de Titan, paru dans le journal "Le Monde" du 10/11/04, et article dont nous avons placé intégralement, les importants éléments à :


     De cet article précédent, nous allons extraire surtout la phrase suivante, qui a particulièrement retenu notre attention :

    " Les détails de l'atmosphère font également l'objet de toute l'attention des chercheurs." "Notamment une sorte de nuage" - que l'on appelle ainsi faute de pouvoir mieux le qualifier - qui ressemble à un système météorologique complexe, un vortex tournant autour du pôle Sud de la planète ", raconte Mme Coustenis. "

     Voilà au moins le vocable "Vortex", qui apparaît ici. Nous notons donc bien, que Mme Athéna Coustenis, dit qu'elle ne sait pas, comment qualifier cette sorte de nuage ( elle évite cependant de parler de sa superbe brillance), que l'on aperçoit au Pôle Sud de Titan, tel qu'il se présentait à l'époque selon l'image bleu, que nous replaçons volontairement ici et dont le diamètre, tourne selon nos modestes calculs, autour de 300 km :


     Voilà donc, enfin une astronome qui avoue que sur Titan, il y a "une sorte vortex nuageux" tournant au pôle sud de la planète, et vortex, qu'elle qualifie cependant de complexe météorologique. A vous de juger tout cela ...

     Mais ce n'est pas tout, d'autres scientifiques avouent aussi, leur incompréhension du phénomène :

     Ainsi sur le site suivant, qui hélas a disparu du Web ( Merci d'avance à tout internaute qui en retrouvera le nouvel url) :
on trouvait alors en 2004 , cette image :



     Et aussi, ces propos surprenants : "Un évènement particulier a été observé en octobre 2004. Le nuage du pôle sud est devenu extrêmement actif (Schaller et al., 2005) et a recouvert toute la région polaire. L'origine du phénomène et sa caractérisation physique sont encore largement inconnus. Il est probable que le "sursaut" de l'albédo de Titan que Griffith et al. (1998) a détecté est en fait un évènement similaire à celui-là.

     Tout est ici, très clair : On ne sait pas du tout de quoi il s'agit...

     Notez bien cependant, la présence du vocable "Griffith", dont nous avons déjà parlé plus haut à propos de cette extraodinaire photo de Mars :


      Mais, revenons à Titan .Cette luminosité inexplicable d'un disque au Pôle sud de Titan, nous place bien bien ici dans le cas où la science "interprète à la va vite, un fait à défaut d'en connaître sa stucture véritable"

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront que tout cela est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires :

     En effet, le Webmaster de ce site, a eu l'idée un jour, de se demander, si, au Pôle Nord de Titan, il existe aussi un tel disque lumineux ?

     Hélas nous sommes d'abord tombés sur cette image du Pôle nord de cet astre, où subsiste une ombre notoire très génante, comme si l'on tenait à cacher quelque chose ou encore, que cela pourrait recevoir plus tard, une explication toute naturelle



     Mais, le 14 Janvier 2010, Super Hasard, est venu une fois de plus à notre secours, car en pénétrant occasionnellement, dans le site :


, à la rubrique concernant Titan ( faire bouger l'ascenseur à côté de GO jusqu'à Titan) et alors on y découvre dans le tableau n°1 de 12 clichés, cette extraordinaire image :


, avec comme explication en dessous : Reflection of Sunlight off Titan Lake.

On peut retrouver aussi bien sûr cette photo de Titan, sur le site officiel de la NASA :


tel que l'on trouve ce montage :


     Vous avez bien lu, nous l'espérons la mention "The cassini spacecraft will look for a glint of sun light reflecting off a methane lake", que nous traduirons grosso modo "la sonde Cassini regardera un reflet d'un rayon du soleil qui s'est réfléchi sur la surface d'un lac de méthane".

      Comme vous le voyez, c'est de la NASA elle-même, qu'est sortie cette fumiste explication, que bien d'autres revues ont reproduite, sans même voir qu'elle était nulle et non avenue...

     Mais, en droite ligne de cette incroyable affaire, présentons aussi ici, le super entrefilet, de la revue bien connue de notre ami Roch Sauquere "TOP SECRET" n° 47, publié en Février 2010. Et pour les puristes, qui aiment partir des sources, voici d'abord la photo de couverture de cette revue :


     Puis, voici l'image de cet entrefilet :


     Et voici maintenant le texte important de cet entrefilet (Les couleurs sont de nous bien sûr):

TITAN.

Un point lumineux récurrent.

      La NASA a dévoilé, samedi 18 Décembre 2009, une incroyable photographie de Titan. On y découvre une forte lueur jaune qui serait selon l'agence le reflet du soleil sur un lac de méthane.

     Ce "reflet spectaculaire" au pôle nord a été photographié par la mission Cassini depuis l'hémisphère nord de cette lune.

     Curieusement, par le passé, la NASA, nous a déjà montré plusieurs photos de Titan montrant déjà la même lumière au pôle Sud. Une première fois la NASA avait parlé de nuages et une autre fois de "tempête tropicale"... Nous vous parlions déjà de cette anomalie dans les news de TOP SECRET N°20, N°30, et aussi dans le Hors Série N°1 page 55-56. Sur certaines images la lumière semblait même jaillir de la planète. Alors ?

     Après nous avoir parlé de nuages de méthane, ou de tempête tropicale, et maintenant de lac de méthane, la question que nous avons envie de poser à la NASA, c'est comment expliquer qu'il y ait toujours ce même "reflet", très brillant, à la même place et d'un même diamètre ? Cette lumière n'est-elle pas plutôt issue de l'intérieur de Titan ? Ce qui nous ramène une nouvelle fois à l'hypothèse des "Planètes creuses"...


     Fin de l'entrefilet.

      Cette explication officielle, ne tient donc pas du tout debout, pour ce disque polaire nord si brillant ..., surtout si l'on sait, d'après les dires des savants officiels. que le Soleil est très loin de là, et que sa lumière devrait arriver à bout de souffle à cet endroit. En effet nous vous invitons alors à découvrir en page 44 ce qui est écrit dans le n° Hors Série de Mars 2008 de la revue Science-Vie que voici :



, et qui confirme ce qui précède :



     Vous avez bien noté, le passage souligné en rouge, qui précise que le flux de lumière est 900 fois plus faible qu'au voisinage de la Terre. Et pourtant ce flux de lumière, très affaibli, est arrivé tout de même, à nous faire une superbe réflexion sur un hypothétique lac inconnu de Titan.

     On a du mal n'est-ce-pas, à ne pas se tordre de rire... à la lecture de cette aberrante incongruité.

     Mais il existe aussi un fait incontournable qui démolit totalement la thèse délirante, des partisans du disque lumineux nord de Titan, venant d'une réflexion parasite sur d'éventuels lacs inconnus de méthane et consorts, miraculeusement bien placés sur la surface de Titan.

      En effet, dès le 5/07/10, nous avons eu le bénéfice, de découvrir dans une Grande Surface de notre environnement, la revue de vulgarisation scientifique, Science Magazine26 des mois de Mai-Juin-juillet 2010 :


et, notre attention a été encore bien sûr, très retenue , par l'image inouie en question, du Pôle Nord de Titan :


      Extrayons-en alors de cette revue quelques titres et paragraphes significatifs que nous transmet un responsable des programmes d'explorations du Système solaire du CNES:


     Et, mettons bien en relief ceci :


     Le fait important à souligner ici est que Titan, a une atmosphère environ, 12 fois plus épaisse, que la nôtre (1200 km au lieu de 100 km).

      Dans les images précédentes, nous avons souligné en rouge les termes qui nous interpellent directement. Ainsi donc, à près de 1,5 milliard de Km, les rayons faiblards de notre Soleil, arrivent à percer sans problème, une atmosphère environ 12 fois plus épaisse, que la nôtre et ensuite, ces rayons ( dont l'incidence d'arrivée joue un très grand rôle, presque magique) vont aller se refléter sur les zones sombres lisses (où le radar lui-même n'a pas d'écho), et retraverser cette épaisse atmosphère très dense pour donner ensuite cette source ponctuelle très lumineuse au Pôle Nord de Titan. Même si l'on imaginait que les lacs de méthane en question se trouvaient par magie, sous la forme d'un plasma chauffé à blanc, par une énergie inconnue et providentielle, cela ne marcherait pas à cause de l'épaisseur de l'atmosphère de Titan.

      Donc toute cette explication officielle, ne tient absolument pas du tout debout, d'autant plus que ce spécialiste des programmes d'exploration du Système solaire du CNES, évite soigneusement de comparer cette situation lumineuse insolite du Pôle Nord de Titan, avec celle vue déjà plus haut, encore plus extraordinaire du Pôle Sud de cet astre.

     Finalement, comme nous venons de le voir, on constate que Une revue de vulgarisation scientifique ( Science Magazine26 des mois de Mai-Juin-juillet 2010 ) , bien que montrant un nouveau mystère concernant le Pôle nord de Titan, évite soigneusement de faire le rapprochement de ce mystère, avec celui aussi inexplicable du Pôle Sud. Comme cela aurait été, en effet, judicieux, (pour les lecteurs qui s'interrogent vraiment, sur les mystères de Titan), de comparer ces deux images :

  

     Cette revue et ses coéquipiers, ont donc loupé le coche , qui est passé tout près d'eux.

     Que celui qui a bien lu tout cela, en tire le bienfait illuminatoire qui s'impose, et surtout le désir latent d'en savoir plus.

     Mais ce 30 Novembre 2014, il nous vient à l'idée de vous présenter aussi, cette image commentée, venant nous dit, le 23/09/14, la grande amie Aurélia, du site :


  

      Comme on le voit ce magnifique œil lumineux de Titan , ne serait qu'une affaire de réflexion sur d'éventuels et providentiels lacs d'hydrocarbures, de Titan.

      Vraiment, on nous prend pour des demeurés notoires, n'est-ce pas !!! A vous de juger, une fois de plus.

      Mais, il y a encore mieux et voyez vous-même :

    En effet, nous avons aussi longtemps attendu, que les les irréductibles zélés détracteurs et consorts zététiques, de la théorie de la Terre creuse, s'expriment aussi au sujet de cette affaire de Cérès, qui nous est présentée, par les deux entrefilets suivants, et , surprenants, à plus d'un titre :
    

Premier texte :


Sur le site :


, on découvre alors ceci :



où, chose très surprenante, on ne voit aucune photo de Cérès. Pourtant en 2005, sur un autre site du Nouvel Obs , qui a disparu comme par magie, et que nous avions heureusement capté à l'epoque, on pouvait lire à l'époque, ceci, où figure alors une photo :

© Le Nouvel Observateur
 
La vraie nature de Cérès

Hubble a observé Cérès pendant une rotation complète (9 heures) afin de confirmer l’homogénéité de sa forme. (NASA/ESA/Parker, Thomas, McFadden)
 
 

L’astéroïde Cérès, le plus gros représentant connu de la ceinture principale d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter, aurait pu être une planète. Si Jupiter ne s’était pas formée, si du même coup elle n’avait pas empêché nombre d’objets de la cette ceinture de continuer à grossir en acquérant de la matière, Cérès serait peut-être devenu une planète. La forme sphérique de l’astéroïde accrédite l’hypothèse d’un objet homogène, possédant un cœur et un manteau, selon une étude publiée cette semaine dans la revue Nature.

De nouvelles observations menées en décembre 2003 et janvier 2004 par le télescope spatial Hubble montrent que Cérès est un objet sphérique, pas aplati, suggèrant que sa forme est contrôlée par une force de gravité. De plus sa rotation correspond à une distribution homogène de la matière, expliquent Peter Thomas (Cornell University) et ses collègues.

Cérès pourraient donc être composé de deux couches : un cœur rocheux et un manteau riche en glace d’eau. Une structure comparable à certaines lunes glacées du système solaire. Pour se faire une idée plus précise et plus définitive, les chercheurs attendent avec impatience la mission Dawn, conçue pour rendre visite à Cérès et à Vesta, et qui se mettrait en orbite autour de Cérès en 2015.

Cécile Dumas
(09/09/05)

    Vous constatez effectivement, que dans l'entrefilet précédent, il n'est question nulle part de cette lumière éclatante, qui éclabousse Cérès. Est-ce un reflet de la lumière lointaine de notre Soleil sur de la glace de l'astéroide ? Aucune suggestion, ne nous est proposée. A vous de juger ce mutisme caractérisé.

    

Deuxième texte :


    Il y a aussi cet entrefilet qui est tiré du journal "20 minutes TOULOUSE", qui est offert gratuitement . Il est daté du 13 Septembre 2005 :



    Vous voyez que là, nous apprenons que le diamètre de Cérès mesure 930 km, et surtout que les astronomes disent qu'ils n'ont pour l'instant aucune explication à proposer, au sujet de cette tache blanche très lumineuse, qui apparaît sur les photos.

     Nous avons évidemment fait un petit calcul, qui tient compte du diamètre de 930 km de Cérès, et de celui de la Terre de 12760 km. Or d'après le livre "La Terre creuse" de Raymond Bernard, le diamètre du soleil intérieur de la Terre ferait 960 km. Donc toute proportion gardée, le diamètre du soleil intérieur de Cérès, serait donné par l'expression : ( 960 x 930) / 12760. Le résultat est donc voisin de 69,968 ...km, soit en arrondissant à 70 km, et bien sûr nous n'avons évidemment aucun moyen de savoir si cela est suffisant pour donner cette éclatante lumière que l'on aperçoit sur les images montrées.

    Donc il faudrait pour en être convaincu, pouvoir filmer l'autre hémisphère de Cérès, et voir ainsi si l'on y découvre aussi une lumière éclatante similaire. Nous avons interrogé le collectif Soria à ce sujet, et sans doute nous aurons la réponse, dans le prochain ouvrage de cette entité.

    Donc, dans cette affaire extraordinaire de Cérès, nous voyons que, dans ces entrefilets la question de la lumière étrange apparaissant à la surface de cet astéroïde, embarrasse assurément certains observateurs qui préfèrent même, comme dans le premier cas, de ne pas montrer l'image de Cérès, pour éviter d'expliquer la présence de ce disque lumineux qui nous éblouit carrément, dans l'image présentée juste au dessus...

     A vous de juger cette affaire, documents à l'appui..., et affaire qui prouve bien que cette histoire de planètes creuses, avec un soleil central , est très dure, même actuellement, à encaisser, et on fait tout pour l'éviter.

Quinzième focus : Quand, on découvre que sur le satellite IO, de Jupiter, il y a une confusion, au sujet d'un volcan en éruption.

      On le sait IO, est un satellite de Jupiter de 3600 km de diamètre (il fait environ 3,87 fois Cérès vu juste au-dessus), qui a été filmé le 4 Mars 1979 par la sonde américaine Voyager 1. Mais voyez plutôt ceci, que l'on trouve sur le site :




    Bien que l'on sache que l'image a été trafiquée, on voit que cette lumière est très vive, et de plus, elle possède des reflets bleuâtres très insolites. Voyez d'ailleurs cette autre lumière très surprenante du même volcan sur le site :




    On voit alors ici que cette lumière est si bleuatre , que nous nous demandons comment des spécialistes avertis , ont osé représenter, un volcan en activité de la sorte, alors qu'en principe, ce volcan devrait projeter des gravas, sans doute incandescents, mais surtout contenant beaucoup de poussières et de fumées et de souffre . Il y a donc anguille sous roche.

    La même question se pose aussi pour l'image du site :




     Plus logique aurait été en effet, de présenter l'image du volcan conmme, on l'a fait sur ce site :




où, la couleur jaunâtre est prépondérante.

    D'ailleurs il est bien dommage qu'aucune photo, n'ait éte prise juste au-dessus, ou sur les bords très voisins de ce volcan.

    On a cependant la magnifique image, bien centrée, mais en infra rouge du site :




    Bien sûr, il semblerait que ce n'est pas le même volcan, mais on aurait pu tout de même nous présenter à côté, l'image réelle bien centrée du volcan en question, un peu comme celle du volcan suivant, s'il avait été placé au milieu de l'image:



et qui est placé sur le site : http://dpelletier.profweb.ca/AstronomieCompl/APOD/ThemeApod/Jup_Io_2.html


    Tout cela pour dire, selon nous bien sûr, et sans en être absolument convaincus, que la lumière du volcan vu plus haut, en question, correspondrait plutôt à l'aurore (australe ou boréale), fusant à travers l'ouverture polaire de l'astre IO .

    Pour être plus assuré, dans cette affaire, il nous faudrait de plus, retrouver l'image première non trafiquée de la sonde Voyager1 de l'époque.

    En attendant, d'en savoir plus, nous avons donc contacté à ce sujet, Mme Régine Françoise Fauze, qui channellise Soria, en lui demandant ce qu'elle en pense et si par la même occasion, il y a une vie à l’intérieur de la planète ?

    Et voici donc la réponse sidérante, de Soria, sur cette affaire plutôt "volcanique", les couleurs sont évidemment de nous.

"     Cher Ami ,

    Toute planète vit sur le même modèle, Terre creuse, Soleil interne, Soleil externe, dilatation des pôles. La vie y existe également, parfois sur la 3 D, souvent sur la 4 D, mais particulièrement sur la 5 et 6 D.

    Nous nous amusons des noms donnés à une planète par votre humanité. Bientôt, il y aura un réajustement moyen et massif de l'histoire des planètes. En attendant, sur "Io" la vie est à sa 5e expression , et elle entre en initiation pour accéder à sa 6e expression ou 6D. D'autres révélations seront faites qui donneront du poids à votre travail . Nous vous accompagnerons.

Soria.
"

    Fin de citation...

     Comme vous le constatez, Soria ne s'est pas prononcée sur le détail pourtant important du soi-disant volcan en éruption, mais elle précise bien que chaque planète à des ouvertures polaires, qui plus est, sont en dilatation permanante

, et aussi surtout un soleil central.

     A vous de juger, une fois de plus tout cela, documents à l'appui ...

Seizième focus : Quand, on apprend que le plus haut dignitaire de l'Église Catholique, veut établir un dialogue interreligieux et interculturel contre tout fondamentalisme conduisant aux actions violentes terroristes.

    Pour mieux comprendre que quoi il, s'agit lisons d'abord l'entrefilet suivant :



    Et, pour faire court, disons ici que le seul moyen actuel de créer une entente cordiale , entre les différents protagonistes, c'est que ce Pape et ses proches collaborateurs, du Vatican , avouent être au courant de l'affaire Barboto, que l'on trouvera facilement sur le Web, et dans divers de nos articles. Mais, le mieux pour nous est de présenter ici, l'excellent article paru dans le Nexus n° 51 de Juillet-Août 2007:

restructuration du début des deux premières pages de cet article :



     Pour en savoir plus veuillez consulter le site :


     Ainsi donc l'événement contemporain le plus important de toutes actions humaines actuelles, a été camoufflé par l'église Catholique, alors que cet événement possèdait en lui-même, la potentialité inestimable d'unir les humains entre eux, et d'en finir, une fois pour toute, avec toutes ces tensions, tiraillements et déchirements, qui l'animent sans cesse de nos jours.

     Mais, revenons à l'entrefilet du France-Antiiles du 29 Sept 2014 présenté ci-dessus. Sans prendre parti, dans ce drame pour aucun des protagonistes, (c'est comme si par exemple, nous prenions parti pour les Sioux contre les Comanches, avant l'arrivée des colons en Amérique du nord ), nous ne pouvons, une fois de plus que déplorer qu'une telle barbarie moyenâgeuse, soit encore appliquée sur Terre de nos jours, en plein 21e siècle, alors que l'homme prétend vouloir explorer la Lune et les astres voisins de notre belle planète.

      Mais, soyons plutôt réaliste voulez-vous. Imaginons, qu'il y a bien longtemps, deux tribus amérindiennes voisines d'Amérique du nord ( par exemples le Sioux et les comanches cités plus haut) et ou même d'ailleurs, cela n'a aucune importance, s'entretuent à l'aide de flèches bien aiguisées, pour une vulgaire et futile question de zone d'influence ou de limite territoriale.

     C'est alors qu'arrivent, à leur plus grande stupéfaction, ceux appelés au Nord, pudiquement les pionniers, et au sud les conquistadors, munis de chevaux effrayants, de canons tonitruants, et de fusils qui tuent à de longues distances, et envahisseurs qui chassent sans remords les belligérants dont nous venons de parler, pour s'emparer de leurs précieuses terres, faisant l'objet des litiges évoqués entre les deux tribus.

     Que pensez-vous qu'il arriva ? Croyez-vous vraiment que ces amérindiens vont continuer à se battre entre eux, sous le regard cynique et amusé, de leurs envahisseurs ?

     Nous pensons au contraire, que ces deux peuples amérindiens vont vite s'unir pour faire front, sans doute hélas d'une manière dérisoire, à la nouvelle menace venue de l'Est, et menace qui, nous le savons maintenant, sera l'une des plus graves atteinte à l'écologie mondiale (voir à ce sujet l'excellent article de A. DOROZYNSKI page 72 à 84 de la revue "Science&Vie" n° 892 de Janvier 1992, et intitulé "Le plus grand bouleversement écologique de l'Histoire").


    Mais, lisons aussi cela, tiré de l'ouvrage"Voyage " déjà cité plus haut du le Collectif Soria , où l'on nous apprend en pages 141 et 142 : :


Dur.. Dur et l'on est certain qu'aucun de nos médias actuels ne pourait soutenir un tel langage, n'est ce pas !!!

     A propos des Indiens d'Amérique que les "pionniers", venus d'Europe, qualifiaient à l'époque de "sauvages", pour mieux justifier leur massacre, voici un texte tiré des pages 205 et 206 du tome 4 du livre intitulé "Partenaire avec le Divin", de l'entité nommée Kryeon publié dès 1998 aux Editions Ariane du Canada.


      N'oublions pas que la devise des "visages pâles" , comme les nommaient autrefois, les autochtones amérindiens, était : "un bon indien est un indien mort".

     ...Les européens qui ont massacré les amérindiens (incas, mayas, aztèques etc ..), porte actuellement un énorme karma, ( mot non étudié dans nos universités), qui au niveau cosmique, pourrait s'énoncer ainsi :

"On récolte toujours un jour, ce que l'on a semé"


     Ces amerindiens avaient tout aussi, le droit de vivre sur la terre de leurs ancêtres.. n'est-ce pas !!!.

     Cette loi cosmique, on le sait, n'est pas hélas enseignée non plus dans nos écoles...

     Il y a quelque temps nous avons reçu la missive suivante, et finalement nous espèrons que le propos, de cet internaute, n'est qu'une boutade , et qu'il ne cautionne pas du tout, son contenu belliqueux.

     En effet, le mythe de la supériorité technologique d'un peuple pour imposer sa culture sur un autre est toujours présent insidieusement de nos jours :

    Voyez donc cette missive que nous avons reçue le 24 Nov 2012 d'un internaute qui ne croit pas du tout à l'existence des Petits Gris:

From: J-C................
Sent: Saturday, November 24, 2012 7:03 AM
To: fred.idylle@orange.fr
Subject: Petits Gris

    Bonjour M. IDYLLE

    Puisque vous affirmez que les "petits gris", ont un niveau technologique très supérieur au nôtre, ainsi que des intentions peu charitables, comment expliquez-vous qu'ils n'aient pas depuis longtemps envahi notre planète et exterminé l'humanité ?

    Je vous souhaite une excellente journée.
J-C. .......


     Le propos très allarmiste de cet internaute, nous fait penser d'emblée à celui d'un partisan (à une époque pas si éloignée) de la thèse de la Terre plate, qui affirmait ceci : "La Terre ne peut être ronde car les gens des antipodes tomberaient dans le vide ". Bien sûr, il ignorait que, la loi de gravitation autrement dit la pesanteur collerait, ces gens des antipodes, comme lui, à la terre ferme. Donc on peut dire ici "Aux innocents les mains pleines"

    On pourrait en effet croire, que ces Petits Gris, s'ils existent, et détenant une Force puissante et une Technologie supérieure , à la nôtre, auraient vite fait, comme les allemands de la dernière guerre, de massacrer, ce que ces derniers appelaient "les races inférieures" ...

    Ici donc la pesanteur, peut être assimilée par le fait qu'il existe d'autres entités, bien supérieures à ces Petits Gris, qu'ARTivision nomme les Maîtres :( SaLuSa, Dratzo, Soria, Saint-Germain, etc...) et ces les Maîtres affirment qu'il existe désormais une loi de non-intervention, qui empêchent les êtres avancés d'une civilisation, d'intervenir dans celle d'une autre moins avancée. Cette loi est sur le point de changer grâce à une autorisation spéciale.

    Mais pour le novice qui n'a jamais entendu parler de cette affaire, il faut savoir en effet, que cette race d'extraterrestres, nommée les Petits Gris ( Short Greys), est représentée sur Google, par les configurations suivantes :



     Et, nous aurions considéré tout ce qui précède comme venant d'une imagination débridée d'un auteur de science-fiction, si nous n'avions pas reçu récemment, de notre ami Jean B..... (http://www.banlin.fr.), l'url d'un site archéologique concernant les Mayas :


et, exposant des découvertes faites dans le centre du Mexique, il y environ 55 ans, et montrant des entités analogues , ayant aussi des yeux ovales très inclinés :

    


    


      Pensez-vous que les Mayas auraient representé, d'une manière si expressive, ces silhouettes, s'ils ne les avaient pas vues en chair et en os ?

      Mais de plus, nous dit aimablement, le 13/03/2013, l 'internaute Monique G...; " Avez vous remarqué que chaque fois que leurs mains sont visibles , elles ne comptent que 4 doigts ? "

  


     Mais, dans les images suivantes il ne sagit plus du tout de masques rituels (comme on l'a si souvent évoqué pour noyer le poisson), mais bien d'astronautes manipulant des instruments dans une cabine :



     Cependant, pour mieux saisir les tenants et les aboutissants, de ce qui va suivre, allons d'abord visiter brièvement le site :


    Le maïs (Zea mays), ou blé d’Inde au Canada, est une plante herbacée tropicale vivace de la famille des Poacées (graminées), largement cultivée comme céréale pour ses grains riches en amidon, mais aussi comme plante fourragère. Le terme désigne aussi le grain de maïs lui-même, de la taille d’un petit pois.

    Cette espèce, originaire du Mexique, constituait l'aliment de base des Amérindiens avant l'arrivée en Amérique de Christophe Colomb. La plante fut divinisée dans les anciennes civilisations d’Amérique centrale .


    Fin de citation .

    C'est alors que l'on découvre aussi, cette gravure surprenante :


     Que fait donc cet épi de maïs, sur le coté gauche de cet artefact ? Pour ARTivision, cela ne peut signifier que le fait, que ce maïs, a été effectivement apporté par les aliens aux yeux ovales et inclinés, de leur planète sur la Terre, au moment de leur arrivée. Merci donc mille fois à l'internaute qui retrouvera dans les légendes du pays, le fait que ce sont bien les dieux ( nom ancestral des extraterrestres), qui ont apporté, ce maïs , au peuple amérindien.

    Mais, comme il convient souvent de battre le fer, quand il est chaud, rappelons ici , une fois encore, cette très étrange affaire (vite qualifiée de canular par les esprits dits forts, qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ...). Il s'agit de l'extraordinaire petit film, d'une incroyable autopsie , réalisée dit-on en 1947, après l'affaire Roswell, et où l'on voit clairement que l'extraterrestre en question, a 6 doigts parfaitement constitués, aux mains et aux pieds :


    Cette image est une portion de celle tirée de l'article ridicule du Science&Vie n° 938 de Novembre 1995, et présenté plus bas et dans notre page :


     Ce film est désormais présenté par de nombreuse vidéos sur Google , dont celle concernant le reporter Jacques Pradel , à qui nous rendons ici hommage, pour le courage dont il a fait preuve à l'époque, et cela lui a causé d'énormes ennuis par la suite :



    Et voici une autre vidéo :



    Voici aussi, la photo de la cassette vidéo, que nous avions pu nous procurer à l'époque :


     Il y a eu aussi le périodique VSD n° 930 du 22 au 28 Juin 1995, qui a parlé de l'affaire :


     En ce qui concerne, le film en question, (malgré les contredits grotesques du Science&Vie cité ci-dessus), on ne peut nier qu'il est d'époque, car les instruments utilisés et même le téléphone accroché au mur, sont d'époque. Le cameraman semble être en effet, un amateur pris sur vif, pour remplir cette tâche, d'où les nombreux flous constatés. Quant au cadavre, des chirugiens expérimentés attestent qu'il s'agit bien d'un corps "humain", et non d'un pantin. Le fait qu'il ne possède pas de nombril, et surtout 6 doigts parfaitement constitués aux pieds et mains, prouve que cet être n'existe pas sur Terre, car si l'on avait trouvé, un seul cas comme celui là , dans les annales médicales des monstres humains nés sur Terre, les nombreux contradicteurs, l'auraient vite sorti et monté en épingle, ( et, en faire un bouquin qu'ils brandiraient sur les plateaux de Télévision et consorts), pour railler amplement cette affaire "très embarrassante pour eux", ...

     Mais tout cela serait considéré , comme de la vaste fumisterie , s'il n'y avait pas eu le terrible texte, paru dès Octobre 2000, du Dr Michael Wolf-Kruvant (en qui nous avons toute confiance):


et texte présenté sous le titre "The UFO cover up and ET Reality ", que vous pouvez trouver sur le site :


     Nous n'allons pas nous étendre longuement sur les révélations hors normes, de ce Dr Michael Wolf, car il suffit de se reporter à l'url en français du site "On nous cache tout" qui est tel que :


     Cependant, mettons tout de même en exergue, les points suivants :

. Les premiers constats américains de l'écrasement d'un engin ET remontent à 1941. L'engin s'est écrasé dans l'océan Pacifique près de San Diego et il fut récupéré par la Marine américaine. À l'intérieur gisaient les corps de Zétas réticuliens, alias les Gris. Les dépouilles et le vaisseau furent transportés à la Section de la technologie étrangère de la base aérienne Wright-Patterson, à Dayton, Ohio, et étudiées par le groupe de recherche Retfours (Retfours Special Studies Group).
     Suite au démantèlement de l'appareil, des composantes furent expédiées aux installations S4 et Indian Springs au Nevada. L'engin s'était écrasé sous l'influence du nouveau radar à impulsions que l'on venait d'inventer. Au moment du drame, la Marine procédait à des essais sur l'île Tinian, située à 5 kilomètres au sud/sud-ouest de Saipan. La Marine américaine occupe depuis une position dirigeante en matière d'ovnis.

. L'écrasement à Roswell en juillet 1947 est un fait et le récit dont fait état le Colonel Corso dans son livre The Day After Roswell est véridique. Le Dr Wolf avait en sa possession la liste officielle du gouvernement satellite américain de tous les écrasements/récupérations d'ovnis répertoriés, y compris d'autres incidents survenus entre 1941 et 1947, mais il n'était pas disposé à en livrer les détails.

. Deux engins se sont écrasés à Roswell suite à une collision aérienne survenue au cours d'un orage électrique. L'un des engins contenait des "Gris", l'autre des "Oranges"; les deux espèces furent ainsi nommées en raison de la couleur de leur peau. Les extraterrestres de type "Orange" proviennent du système stellaire Andromède. Le documentaire de Santilli montrant une autopsie est authentique . Il s'agit d'une autopsie pratiquée sur le corps d'un ET orange. Le Dr Wolf en a vu d'autres. La confusion résulte d'une seconde autopsie exercée à l'époque sur un extraterrestre de type différent.

. L'autopsie pratiquée sur la dépouille du ET orange a produit les constats suivants : une grosse tête; de grands yeux foncés dépourvus d'iris ou de blancs; six doigts, six orteils; un cerveau composé de quatre lobes, et plus développé mais non connecté au corpus callosum; des nerfs optiques et orbiculaires de type différent; un système digestif spongieux. Le docteur Wolf affirme avoir rencontré un Orange de son vivant.

. Il existe différents types de "Gris". Il a en côtoyé de très évolués qui contrairement à l'opinion courante, possédaient des personnalités et même un sens d'humour. Le Dr Wolf n'a jamais rencontré de Gris qu'il n'aimait pas. À son avis, ils faisaient tous partie d'une grande famille et aimaient câliner les humains. Mais cette marque d'affection ne faisait pas l'unanimité chez ses pairs. L'un de ses collègues les appellait des baise-joux (kissey facey). Leurs corps sont doux au touché, telle la peau d'un dauphin. Il communiquait avec eux par télépathie et s'était tout particulièrement lié d'amitié avec une entité nommée Kolta. La photo de ce Gris apparaît sur la couverture de son livre. Elle fut prise par un ami occupant les fonctions d'amiral dans la Marine.


       Fin de citation.

       réMais, ce 4/12/2014, pendant que nous y sommes, c'est donc le moment de sigmatiser à nouveau les rédacteurs et journalistes des revues, qui ont tiré à boulet rouge sur l' autopsie, montrée à la télévision en 1995, d'un ET orange, dont parle ci-dessus, le Dr Wolf .

     Les revues dont il s'agit, (et il y en a sans doute de nombreuses autres) , vilipendées par ARTivision, (et dont les numéros discrédités vont apparaître plus bas), ne resteront certainement pas longtemps dans les mémoires, sinon comme le type de revue d'époque ayant comme modèle "La Libre Parole", qui lors de l'affaire Dreyfus, en Octobre 1894, a enfoncé le malheureux dans une sorte de sables mouvants, où il a eu bien du mal à sortir la tête pour respirer un peu .

      N'oublions pas cependant qu'un simple tout petit détail de rien du tout, dans l'écriture de Dreyfus, aurait pu éviter 5 ans de bagne et de déshonneur à ce malheureux militaire : il écrivait en effet, toujours la préposition "à", avec son accent, tandis que le vrai traitre, le capitaine Charles Ferdinand Walsin Esterházy, ne mettait jamais cet accent. Mais les graphologues, pour couvrir leur réputation ont préféré imaginer (sans doute sous l'instigation des hauts responsables de l'Armée), que Dreyfus, avait contrefait son ecriture pour le cas où il serait découvert. L'adage est bien connu : "Quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage " :

      Voici donc un modelè du journal en question, où seule la haine, d'une catégorie d'humains s'exprime :


      Quant aux auteurs des articles, qui vont suivre leurs prestations et leurs verbes, seront vite assimilés un jour, aux déclarations du grand chimiste français du XVIIIe siècle, Antoine Laurent de Lavoisier, que l'on interrogeait à la suite de la chute d'une météorite dans la région, et qui a déclaré ouvertement : "Il est impossible à des pierres de tomber du ciel, parcequ'il n'y a pas de pierres dans le ciel"...

     Donc, il est bien clair, que tout ce qui précède s'applique intégralement, à l'article de Mr Pierre Lagrange (Sociologue anti-ovnis par tradition), publié dans le Science&Vie n° 938 de Novembre 1995, dont voici seulement les 3 premières pages, très explicites quant à la position de ce journal sur l'affaire :




      Si nous avons osé, vous montrer ces pages, c'est parcequ'à la troisième, on trouve tout de même une information importante, que nous avons soulignée en rouge :"Y aurait-il eu ailleurs, avant l'affaire Roswell, un autre crash de soupcoupe volante plus tôt ?". Et c'est en effet cela, que nous allons évoquer plus bas.

     Mais justement alors, notons déjà, aussi ici, que dans l'excellent ouvrage de 1995 sur l'affaire Roswell de Gildas Bourdais :

  

, on peut lire en page 212, ceci de très significatif :


     D'ailleurs ARTivision, a démontré qu'il y a avait eu aussi bien plus tôt, l'affaire du crash de Missouri, crash, bien moins connu que celui de Roswell, et qui a aussi fait l'objet d'un article surprenant, placé à :


     Mais soyons plus précis, le 07/12/1995, nous avons eu l'heureuse opportunité, d' enregistrer, l'émission de radio RFO, de 45 mn "Le Monde inconnu", de Roger Raziel, (émission basée à l'époque au 5 Avenue du Recteur Poincarré 75 782 PARIS Cedex 16). qui réalisait justement l'interview de Gildas Bourdais, sur l'affaire Roswell. En fin d'émission, le rédacteur demanda à Mr Bourdais, si le cadavre présenté dans le film si critiqué en question, ne pouvait pas être un terrien malformé génétiquement et ayant des doigts en plus. La réponse fut approximativement, que "si l'on avait trouvé dans les annales médicales un être aussi particulier, on aurait vite montré au monde entier sa photo, pour faire neutraliser et confondre, les auteurs de ce canular". Hélas cet être a en effet, six doigts parfaitement bien constitués aux mains et au pieds, pas de nombril ( aurait-t-il été obtenu par clonage) , il a saigné au moment où sa peau a été incisée, ses organes internes sont tout à fait différents d'un corps normal, les poumons sont plus petits, pas d'intestins, le cœur ( si c'est bien lui) aurait une forme pyramidale, et un gros organe dans le bas ventre est volumineux bien plus que notre foie (si c'est lui). Son appareil génital est très petit et il semble être du sexe féminin. Les globes oculaires sont plus gros que ceux d'un humain et on a pu y soustraire avec facilité une pellicule sombre, comme une lentille de contact noire qui n'existe pas chez nous de cette couleur etc...

     Fin de l'interview en question.

    Vous ne trouvez pas que cela fait déjà beaucoup, pour cet être étrange, dont on est sûr, que l'autopsie montrée est véritable, et remonte à une époque d'environ 67 ans ou plus, en partant de 2014 ?

     D'ailleurs voici la Conclusion de l'ouvrage incontournable de Gildas Bourdais, qu'il convient de lire complètement avec la plus grande attention, étant donnée son analyse pointue de cette affaire :


Selon nous l'immense choc culturel, évoqué ici par Gildas Bourdais, serait, (nous l'avons déjà exprimé dans de nombreux articles), basé avant tout sur de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique. Point Barre...

    Mais pendant que nous y sommes, voici aussi, une autre revue, qui a lamentablement été à côté de la plaque, dans cette affaire et qui s'en mordra durement les doigts, quand la Révélation finale qui approche à grands pas, sera effective :


     Et, pour les puristes voici, un petit plus de la page 78 et de la couverture :



    Et, comme vous le voyez, (selon nous), l'un des événements le plus extraordinaires de l'histoire connue de l' Humanité, enseignée dans nos Universités, (mais il y a une autre histoire encore plus fantastique ignorée pour l'instant), n'a même pas fait l'objet d'une petite mention, dans la couverture de cette revue. À vous de juger .

    Mais, pour mieux avancer dans cette affaire, le novice, doit savoir aussi, qu' il y a déjà pas mal de temps, nous avions pris contact avec le collectif Soria, formé (nous l'avons déjà exprimé), de 4520 entités cosmiques, (et collectif en qui nous avons toute confiance), au sujet de l'affaire très ambigüe des Ummites , et la réponse en substance qui nous avait été faite, nous a fait tomber carrément à la renverse : "Pourquoi vous préoccuper, au sujet de cette affaire, puisqu'il y a près d'une cinquantaine d'entités extraterrestres, qui visitent régulièrement cette planète".

    Mais, venons en maintenant, à une dernière revue, bien plus diplomate dans cette affaire Roswell, et qui a su ménager ses arrières à toutes fins utiles. Voyez-vous même cette revue dont la couverture a déjà été présentée plus haut.


     Comme on le voit, il s'agit, une fois de plus du périodique VSD, déjà présenté avec honneur plus haut, et cette fois c'est le n° 930 du 22 au 28 Juin 1995, qui a parlé de l'affaire du film en question :

    Pour les puristes, en voici un petit peu plus :


    On note bien ici, qu'il est parfaitement précisé ceci :


     Et que celui qui a de bons yeux pour bien voir, tire déjà ici, la manifeste conclusion qui s'impose...

À vous donc, de juger tout cela, documents à l'appui...

     Mais pour amplifier encore davantage, les conséquences de ce qui précède, il nous vient à l'idée de retranscrire ici, ce que nous avons bien explicité, dès le 07/11/2013 dans notre article, plutôt hors normes :


     Rappelons brièvement que cette affaire a été lancée, à la suite de l'assassinat au Mali de 2 journalistes de Radio France International (RFI).

     Lisez donc d'abord cela :


     Nous avons bien sûr, supprimé la photo des deux journalistes, pour ne pas augmenter encore le chagrin et l'amertume, de leurs proches.

     Et voici une partie, de l'article en question :

Début de citation :

      "...Néanmoins, ainsi que dans l'affaire Dreyfus, si, ces PDG, avaient fait comme Emile Zola, une action historique, en dénonçant les contrevérités des autorités, sur cette affaire exceptionnelle qui intéresse l'humanité entière, ils se seraient alors félicités assurément d'avoir envoyé là-bas leurs journalistes en question, plutot que de les exposer à des dangers redoutables dans des zones de non-droit, dont voici quelques caractéristiques actuelles:


     Mais pour satisfaire à un intêret passager, très médiatique et tout à fait conventionnel, voilà ce que l'on peut lire dans l'entrefilet suivant :


     On nous dit donc en substance donc que la mission d'informer et que la Liberté de la presse ne sont pas des acquis...et que ce métier de journaliste a des exigences telle que l'investigation, le terrain ... . On s'en doutait n'est-ce pas un peu, vu le large éventail des conflits qui émaillent la vie des sociétés de cette planète. Et finalement on nous dit, qu'il y a un risque à prendre, pour informer le grand public en toute indépendance.

     Mais, pour ARTivision, il reste à définir ce qu'il est avant tout important de dire, pour soi-disant informer, le citoyen lambda.

     En effet, il n'est pas besoin d'être un agrégé en philosophie, pour savoir que chacun situe son appréhension des choses et ses priorités, en fonction de ses préocupations immédiates. Mais il arrive souvent que quelques temps plus tard, (Il a fallut de siècles pour comprendre cette affaire d'Elohim des textes bibliques), ces préoccupations se révèlent n'avoir été que des futilités, qui n'apportaient rien à la compréhension de notre environnement et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète en grande évolution.

     Par ailleurs, qui se souvient (historiens mis à part) du nom des fameux correspondants de guerre (comme on les appelait pompeusement à l'époque ), et de leurs articles plutôt ciblés, concernant les théatres de conflits, de l'Indochine, du Vietnam, de l'Algérie..etc... Ils avaient aussi pris des risques notoires, pour nous informer sur le vif, des faits conflictuels de l'époque.

      L'ingratitude du Temps est passée par , n'est-ce pas ? Et vous auriez bien raison de le dire.


      Donc Messieurs les PDG de France Télévisions et de France Médias Monde, si cette affaire Roswell est vraie, et il y a tout lieu de le croire désormais , alors le monde entier doit le savoir, car cela modifiera tout notre comportement entre les humains, et les turpitudes guerrières des forces en présence, sur des zones de non-droit, en seraient vite affectées.

       Nous allons donc ici, mettre à plat, les derniers rebondissements qui prouvent désormais, l'authenticité incontournable de cette affaire, qui dure depuis plus de 60 ans.

      En effet le site ARTvision, a démontré avec documents à l'appui, que l'affaire Roswell de 1947 est authentique, comme d'ailleurs, celle de Missouri d'Avril 1941, et donc que ces événements extraordinaires, (qui , selon nous, par exemple, sont bien plus importants que le passage d'une comète dans le ciel), ont été, pour de vulgaires questions de prestige national, et de puissance technologique ou militaire, soustraits à la connaissance de l'Humanité entière, alors que ces événements portent en eux-mêmes, la raison majeure d'unir cette Humanité, et d'en finir une fois pour toutes avec ces guerres dérisoires et calamiteuses, qui la déchirent depuis des siècles.

      Souhaitons enfin, que les responsables d'une telle ignominie, soient un jour proche, sévèrement punis, sur Terre ou ailleurs, à la hauteur de leur horrible méfait... "

     Fin de citation

      Mais pour aller plus avant dans cette affaire extraordinaire disons que, nous le voyons ici, la réalité dépasse de bien loin la fiction, imaginée par les meilleurs auteurs spécialisés.

      Ceci étant admis, la seule parade actuelle (et le Pape François mentionné plus haut, devrait bien s'en souvenir), pour éviter le pire, c'est d'avouer la présence des extraterrestres sur cette planète Terre, qui eux, ont le choix de vivre ailleurs, alors que nous, nous subirons nécessairement les affres de l'Apocalypse, quand la planète sera rasée par un cataclysme provoqué volontairement par des belligérants fanatiques (ce qui est déjà arrivé de nombreuses fois, à notre avis, dans la longue histoire inconnue et non officielle, de notre planète (Voir les lectures d'Edgar Cayce).

     Mais, il convient de savoir aussi que les Américains (ou les russes consorts), et qui ont récupérés des épaves d'ovnis avec leur occupants, pourraient parfaitement donner aux savants des autres pays les corps des occupants pour faire avancer la connaissance médicale de la planète. Mais ils ne le feront pas, car s'ils donnent les corps, il faudra aussi donner les soucoupes, et cela est totalement exclus, car chacun le sait que, les ovnis ont une avance technologique, très supérieure à la nôtre, et si l'on arrivait à déterminer leur fonctionnement, cela permettrait au pays qui a récupéré des épaves d'ovnis, de faire un bond considérable dans la connaissance du cosmos, et porterait surtout la la puissance de ce pays, à un niveau inimaginable par rapport aux autres nations de la Terre. L'affaire des ovnis, est donc le sujet le plus haut classifié des Services Secrets en général, c'est à dire le sujet tout à fait Top Secret du pays.

     Et croyez le ou non, ils ont bien réussi, à découvrir certains secrets de ces ovnis.

     De plus, concernant la poudrière de Proche-Orient, à ce niveau du récit, nous nous demandons même si l'État d'Israël, aurait été créé, le 14 Mai 1948 , si l'on avait avoué, la présence sur notre planète des extraterrestres, comme par exemple, ceux de Missourri dès Avril 1941 , ceux de Roswell en Juillet 1947, ou même comme nous le dit, Milton William Cooper, ceux du 13 Février et du 25 Mars 1948, ce qui nous aurait évité tous les conflits désastreux ultérieurs de la poudrière du Proche et Moyen-Orient qui donnent encore actuellement de gros soucis à nos hommes politiques.

      De plus, nous pensons aussi enfin alors, qu'il n'existe aucune notion, ni loi politique ou autre, qui valent la peine que l'on tue pour elle, un être humain. (sous-entendu qui ne menace physiquement personne). Combien de gens sont morts pour la Royauté, pour l'Empire, pour la République, pour la Papauté, pour chaque dictateur de tout bord etc.. et que reste-t-il de tout cela maintenant ?

      De plus, nous avons souvent entendu ces derniers temps, le fait qu'un prisonnier après étre resté des dizaines d'années dans une geole, a été innocenté grâce à son ADN. Mais un entrefilet comme celui qui suit, est beaucoup plus rare, et il nous invite à être contre la peine de mort d'un humain qui surtout, crit son innocence...


      Mais de plus, lisons alors l'entrefilet suivant :


     Donc, comme on le voit, on aurait bien pu installer Israël au Tanganyika, bien que certaines animosités avec les pays voisins, se seraient certainement, tout de même déclarées. ( On aurait pu aussi trouver à l'epoque le moyen d'installer Israël, dans une région vide d'Australie) , et cela serait certainement mieux, que de l'avoir installé au beau milieu des pays arabes, en créant ainsi une source énorme de conflits perpétuels. Mais lisez aussi cela :


     Comme vous le voyez, il s'agissait de conduire les juifs dans "The Holy Land", autrement dit "La Terre Sainte ", (aussi sous-entendu la Terre promise), vocable qui n'est qu'une interprétation,d'un texte très ancien, (l'Ancien Testament), que certains ont dit, être sacré, sans bien savoir pourquoi.

     Certes, il y a ces phrases qui semblent prophétiques pour l'époque, et qui surprennent grandement l'observateur:


     Mais hélas , on ne peut prouver scientifiquement que ces phrases sont valables pour notre époque. Tout le reste n'est que spéculations, et beaucoup de gens, ont vite tiré à eux, la couverture de ce qui les arrangeait.

      Néanmoins, il n'est pas besoin, du tout, désormais, de connaître les sciences occultes ou même ésotériques, pour comprendre que, l'Ancien Testament, et bien d'autres textes dits aussi sacrés, ne sont que le condensé, du compte-rendu, du résumé, d'événements extraordinaires, qui se sont passés dans les temps anciens, et qui ont été plus ou moins traduits de générations en générations, avec toutes les lacunes, les erreurs, et omissions, voulues ou pas, par les transmetteurs et vecteurs, des textes en question.

      Mais ce 5 Décembre 2014, il importe de préciser de plus que, ( nous l'avons déjà mentionné plus haut), puisque l'affaire des ovnis, est donc le sujet le plus haut classifié des Services Secrets en général, c'est à dire le sujet tout à fait Top Secret du pays. les gouvernements s'arrangent, pour neutraliser en douce, toutes les preuves de leur veritable existence et en particulier ils feront le silence très appuyé de la pierre tombale, sur les photos, non truquées des observateurs veinards, qui ont pu avec bonheur photographier ces disques volants, comme on les appelait à l'époque, bien avant l'arrivée des puissants ordinateurs qui désormais preuvent trafiquer admirablement n'importe quelle image. Voyez en passant ces deux entrefillets qui en parlent du Tuscalosa News de 1947



Mais voyons cela de plus près . En effet en 1929, il fallait être un véritable champion de la photographie balbutiante pour truquer cette photographie d'un engin volant non identifié, et engin volant inconnu dont personne ne parlait à l'époque :

  

Cette photo pratiquement inattaquable dans sa réalisation (qu'un infographiste passionné aurait du déjà mettre en 3D ) n'a fait (à notre connaissance bien sûr) l'objet d'aucune diffusion dans les revues scientifiques qui avaient les moyens d'en étudier à l'époque les éléments constituants. Demandez-vous pourquoi et vous serez alors au cœur du "Top-Secret officiel" , déjà mentionné plus haut.

     Mais ce qui est plus grâve, ce sont les spécialistes même des ovnis nommés plus tard des ufologues, qui ont été les plus acharnés, à détruire les témoignages (avec éventuelles photographies), des chanceux observateurs des soucoupes volantes d'antan.

     Ces ufologues, (des rationalistes souvent bien assis dans la socièté de l'époque), étaient très embarrassés par la clarté de certaines photo, et surtout par le discours souvent mystique , utilisé par chanceux opérateurs photographiques, lorsqu'ils évoquaient leurs rencontres avec les occupants des soucoupes volantes. Ces ufologues ont cherché alors, à tout prix à casser la réputation du photogaphe trop chanceux d'après eux, d'arriver à produire de si admirables clichés. En langage trivial, on dirait que ces intellectuels rationalistes cherchaient à trouver absolument des poux dans la tête de l'heureux photographe, que eux, auraient voulu être. C'est donc souvent une simple affaire inconsciente de jalousie, hélas bien humaine... Rappelez-vous la sévère diatribe, lancée contre le nommé Adamski, par l'un des plus grands spécialistes français des ovnis, ou si vous préférez le chercheur frénétique sur les soucoupes volantes, nommé Aimé Michel :

    Un exemple significatif se trouve dans l'ouvrage de la collection "pour et contre"publié en 1969, où l'on trouve un article de ce dernier:


et voici le passage d'Aimé Michel qui se trouve en page 29 :


     On ne peut être plus caustique, n'est-ce pas !!, alors que le premier travail, de ce grand précurseur spécialiste des soucoupes volantes, aurait été d'obtenir et de présenter, un document incontournable, prouvant que les photographies d'Adamski étaient vraies ou fausses, au lieu de critiquer dans le vide, pour se faire mousser devant ses collègues . Point barre.

     Rappelons ici, étant données leur très grande importance, une fois encore ces superbes photo prises le 13 Décembre 1952 à 9h 10 par Adamski, avec en arrière plan sous-jacent, le globe lunaire et où l'on voit nettement la face inférieure de l'appareil avec ses trois sphères d'atterrissage (photo de gauche) , et jusqu'à présent personne n'a réussi à y trouver une quelconque supercherie. Ces photos ont été prises à l'aide d'un télescope de 15 cm d'ouverture à Palomar Garden,s en Californie.

  

     Et aussi le télescope utilisé à l'époque en 1952 :

Adamski et son télescope d'apès l'écrivain Colin Benett.


     Mais, nous pensons aussi, qu'Aimé Michel , aurait probablement ( mais nous n'en sommes pas du tout certain), atténué son propos, s'il avait eu le temps de lire en 1972, donc 3 ans après la sortie de son ouvrage précédent, ces affaires extraordinaires, d'êtres circulant dans le ciel au Moyen-age , sous le règne de Charlemagne et Louis le Débonnaire. Le texte suivant, est en effet tiré de l'ouvrage remarquable de 1972, de Jacques Vallée :

  

      Et, aux pages 33 et 34, on découvre ceci :

  

     Vous avez bien noté, nous l'espérons, que dans le texte précédent, que Charlemagne et Louis le Débonnaire son successeur, imposèrent de lourdes amendes, aux supposés tyrans de l'air ( Jacques Vallée dit qu'ils avaient pour nom "les Sylphes", et nous on les appelle désormais simplement des extraterrestes et il faut savoir qu'ils ne viennent pas tous de l'extérieur de la Terre), et que ces dispositions impériales se trouvent dans le premier chapitre des capitulaires des empereurs précités. Aux historiens et autres spécialistes de l'histoire du Moyen-Âge, de vérifier et de clarifier, noir sur blanc , cette surprenante affaire...n'est-ce pas !

     Tout cela nous montre, une fois de plus, que le passé de notre planète, est bien plus extraordinaire, que l'on a toujours voulu, nous l'apprendre.

     Mais voilà, une autre affaire de soucoupes volantes des années 60, qui embarrassa les journalistes et consorts intellectuels, et photos que nous devons à notre bonne amie Chantal de Belgique :

     Sur les sites :



 




      Ces photos furent en général prises par un certain Paul Villa, qui travaillait, un temps pour le Département de l'Eau et de l'Energie à Los Angeles (Californie). La deuxième photo , très nette, fut prise le Dimanche 16 Juin 1963 à 15:30, près d'un lit asséché d'une rivière au Sud d'Albuquerque, près de la ville de Peralta (Nouveau Mexique) avec dit-on un appareil photo japonais Rokuoh-Sha avec une lentille de 75 mm focale de 4,6, chargé avec un film Kodak 120.

      Ce Paul Villa, fut encore plus vilipendé qu'Adamski . Avouez qu'il faudrait être un as de la fabrication de maquettes, pour les lancer en l'air et les photographier ensuite si admirablement.

     Cependant, nous subodorons, que l'auteur et aussi l'éditeur du livre suivant :

  

ont dû eux, bien analyser, la provenance de cette photo de ce Paul Villa, avant d'oser la placer très en évidence, sur la couverture du livre en question :

    A vous de juger, et d'en tirer, la clarté psychique, qui s'impose alors ....


     Que celui qui a bien lu, ce qui précède, en tire les éclaircissements bénéfiques qui s'imposent, et, surtout le désir latent d'en savoir plus.

      Mais ce 7 Décembre 2014 en ligne directe avec ce qui précède, nous ne résistons pas, au fait de vous présenter cet autre cas d'ovnis parfaitement officiel (que nous devons à notre amie belge Chantal), et jamais monté en épingle par les prétendues médias chargés de nous informer de ce qui nous environne, et qui pourtant sont à l'affût du moindre scoop sortant de l'ordinaire :

      Voyons d'abord ce que nous présente, hélas sans photo, le site :



      Mais voyons cela plus en détail :

Affaire Antarctique

     Dans des déclarations publiques, l'Argentine et le Chili ont fermement déclaré l'existence des images en couleur de films d'OVNIS de leurs stations scientifiques en Antarctique.

      En confirmation de cette étrange histoire, alors le Secrétaire de la Marine Argentine a déclaré que ces détails:

      "Le 3 Juillet 1965, une soucoupe volante géante en forme de lentille a été vue, suivis et photographiés par base scientifique Argentine, île de la Déception, Antarctique :


Photo couleur prise avec un théodolite par un membre
d'un groupe en visite de base scientifique chilienne.


Lieutenant Daniel Perisse, CO, confirmée par la radio que la grande alternance UFO a plané, alors manœuvré accelera et à une vitesse incroyable.

      Comme il a été surveillé et observé avec des jumelles théodolite scientifique, l'objet inconnu a causé une interférence significative avec varios utilisé pour mesurer le champ magnétique de la Terre, et également enregistrés sur bandes magnetografici
"

     Confirmant ces points, le ministre de la Défense du Chili à Santiago a ajouté de nouveaux informations par radio par le Capf JanH Mario Barrera, commandant de la base chilienne...

     Le 18 Juin, un OVNI similaire avait manœuvré toute la région, des vues de l'ensemble du personnel pendant l'observation Juillet 3, l'étrange objet ont causé de fortes interférences radio , bloquant temporairement ses tentatives pour signaler les bases d'OVNI britannique et argentine


     Fin de citation

     Que dire de plus, en face d'une image si extraordinaire, sinon que nous nous étonnons encore grandement, qu'aucun infographiste renommé ou pas, n'ait eu l'idée de nous améliorer, tant soit peu, cette photo ancienne de 1965 (A cette époque les ordinateurs étaient tout à fait balbutiants, et n'auraient pas pu permettre de trafiquer une telle photo, pratiquement reconnue officiellement). C'est une honte de voir que ceux-là mêmes, qui ont de gros moyens pour faire éclater une incroyable vérité concernant les disques volants de l'époque, se dérobent lamentalement et font comme l'autruche, pour assurer leur petite et provisoire situation dans cette socièté. Mais cela fait partie des vélléités furtiles de la nature humaine, et un jour proche le remord prendra le dessus.

    Mais, il y a pire à comdamner chez ces infographistes blasés. Ce sont ceux qui, de plus, élaborent actuellement de fausses images, pour se faire mousser dérisoirement sur le Web. Voici un exemple lamentable. En effet, un prétendu chercheur infographiste, a dit avoir découvert sur la face cachée de la Lune, ceci :


    Mais, le 14/12/201, nous avons reçu de l'aimable internaute Fabien L...., la preuve absolue que cette image est truquée. En effet Fabien, nous a envoyé la photo du cratère Tycho, de la Lune et les nombreuses correspondances avec le pseudo cratère ci-dessus, montrent sans l'ombre d'un doute, qu'il s'agit d'un montage bidon :


    Bravo donc à Fabien, pour sa si heureuse et efficace contribution, aux recherches pointues d'ARTivision.

    Mais, c'est vraiment n'est-ce pas lamentable que cet infographiste ait gâché son temps à une chose aussi piteuse, pour épater la galerie des gogos. Peut-être que maintenant, la repentance, lui donnera l'envie d'augmenter le niveau de ses créations, et qu'il pourra alors nous structurer un peu mieux, ce super ovni de 1965, photographié officiellement par une base scientifique antarctique d'Argentine.

    Allez, un petit plus concernant l'Antarctique, qui nous vient de l'amie belge Chantal et tiré de la vidéo du site :


     Le 30 Nov 2012, à la Mowson Station Australian Division, de l'Antarctique, à 12 h 10 est passé cet ovni étrange, au dessus de la base :


    Mais, comme cette photo est très moderne, nous ne pouvons pas affirmer, qu'elle n'a pas été élaborée avec de puissants ordinateurs.

    Cependant, le site ARTivision, a déjà justement, dans de très nombreux articles, démontré que l'Antarctique est une région très particulière, qui possède un vortex, où rentent et sortent, des ovnis très spéciaux ?

    Mais présentons en terminant ce volet, sur les ovnis quasi officiels, un cas tiré du fascicule Hors Série n° 5 de la revue TOP SECRET, indispensable concernant ce sujet :


    En effet, à la page 36, on trouve cette photo, certes un peu floue, car elle a été faite rapidement, avec une mise au point très approximative :


    Si nous avons choisi, cette photo parmi de multiples autres, allant de 1910 à 2007, c'est justement parce qu'une revue très sérieuse LDLN, en parle dans son n°192 de Fevrier 1980.


    Et en pages 18-19, on trouve :

    Et pour finir, en page 20, on trouve:


    A vous de juger, une fois de plus, tout cela, documents à l'appui...

    Mais ce 10 Décembre 2014, ajoutons un 17e focus relatif à cette notion agressivité, qui sévit encore trop souvent sur cette planète :

Dix-septième focus : Quand, on apprend ce qui suit d'un grand penseur très méconnu, et propos qui remonte pourtant à 1955 :


     Le super texte précédent, ne vient pas d'un grand philosophe très apprécié par nos intellectuels des universités, mais de George Adamski, ( toujours vilipendé et traité de vendeur de hot-dogs et d'illusions, par les bien-pensants contemporains...), et ces lignes sont tirées d'une réimpression récente en page 32 du fascicule, déjà présenté plus haut :


     Mais arrivés ici, à ce niveau de compréhension déjà très subtil, nous allons alors, encore monter plus haut :

      Dans nos articles intitulé :



nous avons écrit ceci, de très important :

      " Aussi incroyable que cela puisse paraître à beaucoup de monde, l’humanité terrestre traverse un processus de changement évolutionnaire dans sa manière d’expérimenter la vie. Nous devrions devenir une civilisation galactique qui inter-agirait positivement avec plusieurs civilisations de notre galaxie et univers, et aussi avec d’autres univers. C’est notre véritable destinée de passer d’une société basée sur la peur et la compétition à une société basée sur l’amour, la paix et l’harmonie. L’actuel chaos est simplement une partie de l’accélération du changement."

      Mais lisez , ces propos sublimes, du même Adamski, et paroles qui confirment parfaitement ce qui précède :


      Et amplifions mieux enccore, les propos qui ont retenu notre attention ci-dessus :

      ..quand un nombre d'hommes suffisant, réalisera ce qu'ils sont et qu'avec tout leur cœur ils désireront changer en abandonnant leurs activités personnelles et leur désir de briller l'un par rapport à l'autre, que le changement s'effectuera.

     - Aucune personne, aucune nation, aucune partie n'est seule à blâmer pour les conditions qui passèrent devant mes yeux, de même aucun fragment de civilisation ne fait quoi que ce soit pour les changer. La responsabilité gît dans chaque personne, et qui peut, par la force, en changer une autre ? Un esclavage qui est le résultat de siècles d'incompréhension, de divisions et de désirs personnels pour le pouvoir, est difficile à briser
.

      Tout cela, exprime bien le fait que les Nations, qui ne devraient plus exister, s'affrontent en douce, sous des prétextes économiques, culturels, religieux, sportifs etc... ce qui perpétue la division des humains, et leurs tiraillements mutuels incessants.

     Ce texte est extrait des pages 71 et 72 de l'ouvrage clef, toujours du nommé George Adamski, qui avait écrit cela, on le sait, dès 1955, ouvrage écrit bien sûr d'abord en anglais et publié par l'Editeur Abelard-Schuman :


     Le texte de ce livre peut être désormais trouvé alors sur le site :


     Cet ouvrage fut traduit en français seulement en 1979, chez notre ami, Michel Moutet Editeur sous le titre "A l'intérieur des vaisseaux de l'espace" :


     Mais ce qui est encore plus extraordinaire, c'est le fait qu'un très Grand Maître souvent cité par ARTivision,, a aussi dit quelque chose de tout a fait semblable au moins 31 ans plus tard, en 1986 , dans l'ouvrage "Opening Doors Within" d'Eileen Caddy :

Qu'il ait aucun sentiment de compétition entre vous.
Quand vous prendrez conscience que
chacun a un rôle spécifique à offrir au Tout
cet esprit de compétition disparaîtra,
et vous pourrez vous détendre et être vous-mêmes.

Comme la vie devient plus simple
quand tu cesses d'essayer d'être quelque chose que tu n'es pas !
Tu as ton rôle à jouer dans le Tout ,
alors joue-le au mieux de tes capacités.
Le Très Haut vous dit de vous aimer les uns les autres.
Le fais-tu ou, par simple tolérance,
te donnes-tu des excuses en disant
qu'il y a certaines âmes avec lesquelles tu ne peux pas te fondre,
vu que vous êtes à des lieues l'une de l'autre ?

Vous êtes tous les bien-aimés du Très Haut ,
et plus vite vous en prenez conscience,
mieux ce sera, car vous êtes tous sous Son regard,
et Son amour coule vers chacun de la même manière.

Lorsque vous pourrez aussi accepter le fait,
que vous faites Un avec Lui,
vous pourrez accepter que vous faites Un, les uns avec les autres.

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 16 Mars , après adaptation d'ARTivision.



Alors, les compétions interminables sportives ou pas , ou autres Jeux olympiques, répétifs tous les 4 ans, entre les humains et les gouvernements, qui sont si fiers de les exiber, cela vous branche toujours ...


     Mais, pour ceux qui continuent à rire sous cape en pensant que tout cela, ne sont que des foutaises, pour mieux comprendre cette affaire, lisez plutôt ce qui suit :


Extrait des pages 186 et 187 de "L'Être Solaire" de Soria Edition Ariane Juillet 2002.


     Comme on le voit la situation est loin d'être cool sur cette planète. Allez, voici encore un petit plus dans le même gabarit, en page 69 de "Fleurs d'Esprit" publié aux Éditions Ariane, en Avril 2003:


     "J'aimerais ouvrir doucement votre conscient à la réalité divine en vous livrant les mécanismes de la Création. Votre surveillance aimante reste délicate actuellement, car vous entrez de plus en plus dans un système d'intolérance envers la Vie divine. Votre humanité est régie par une société de profittout doit être contrôlé de manière à interdire le choix de l'expression.

     La présente technologie cache un système de haute surveillance qui va à l'encontre de la liberté. Les Atlantes, de retour, retrouvent leurs jouets dangereux. Nous sommes avertis de toutes leurs bases secrètes, des engins annihilant la volonté humaine et de votre maintien artificiel dans une basse fréquence rendant les actes difficiles. Ce constat fut établi par nos Surveillants. "

Fin de citation, et à bon entendeur Salut...

     Mais revenons à la missive du 24 Nov 2012 vue plus haut de l'internaute blasé J-C. qui a écrit : "     Puisque vous affirmez que les "petits gris", ont un niveau technologique très supérieur au nôtre, ainsi que des intentions peu charitables, comment expliquez-vous qu'ils n'aient pas depuis longtemps envahi notre planète et exterminé l'humanité ?"

     Mais nous croyons avoir démontré plus haut que l'extraterrestre "Orange", présenté ci dessus, à six doigts et six orteils dont voici à nouveau les photos :

  

n'était pas un pantin en silicone ( comme l'ont souhaité de très nombreuses revues égarées), mais bien une entité d'une autre espèce, qui évolue sur Terre depuis des centaines d'années ou plus, sans intervenir officiellement dans notre civilisation, alors qu'elle avait les moyens de le faire, avec ses nefs spatiales et sa technologie, très supérieures aux nôtres. ( Le risque zéro n'existant nulle part, son engin volant est tombé un jour, et on en saura bien, sans doute un jour, la raison).

     Pourquoi donc "cet orange", n'est-il pas descendu un jour, sur une place publique, pour montrer son existence Voilà la question cruciale qu'il faut vraiment se poser !!!. Une partie de la réponse pourrait bien être n'est-ce pas, dans ce principe cosmique , déjà présenté plus haut, de non intervention , principe très mal assimilé par les rationalistes endurcis, et ignoré évidemment de l'internaute J-C.

     Pour mieux éclaircir tout cela, prenons l'exemple d'un jardin potager, que vous cultivez , en bordure d'une petite forêt .

     Dans ce jardin, il y a une colonie de fourmis , qui se dispute l'espace environant, avec une colonie de termites. Vous assistez à des combats épiques, entre ses deux colonies ( le niveau d'évolution de certains extraterrestres et vous, est de loin supérieur, à celui qui existe entre vous et ces insectes ).. Or, il vous faudra un jour, labourer votre jardin pour le rénover. Evidemment cela va détruire totalement, les infrastructures élaborées par ces colonies d'insectes.

     Si votre niveau culturel, n'est pas très élevé, vous n'irez pas, par quatre chemins pour labourer votre jardin, sans vous poser nullement la question, de l'utilité sur Terre de ces insectes.

     Si votre niveau est plus puissant, vous prendrez contact par télépathie avec un représentant (une sorte de Moïse) de chaque colonie et vous lui demanderez de dire à son peuple de filler au plus vite s'installer dans la forêt voisine. Reste a savoir si le peuple en question voudra bien écouter les conseil de "l'élu", pour se déplacer en masse vers la forêt. Alors quand viendra le Temps de la Rénovation de votre Jardin, les retardataires seront alors balayés, vite fait.

     Cette histoire ne vous rappelle rien ? Elle semble calquer, en effet sur ce que nous racontent de très nombreuses mythologies et en particulier les textes qui sont à la base de Toute notre civilisation judéo-chrétienne, à savoir ce que nous dévoilent l'Ancien Testament et le Nouveau Testament .

     Faut-il encore rappeler ici que l'entité nommé dans l'ancien Testament qui selon les Bibles choisies, est appelée des divers vocables :Dieu , YHWH, Iavhé, Yahveh, Adonaï, l'Éternel, le Seigneur, Jéhovah, the Lord..., et dont le comportement est souvent inqualifiable, n'a rien à voir avec le Dieu Cosmique ou l'Esprit Universel (dont l'existence est niée par certains esprits qui se disent forts et agnostiques), cette "Energie Subtile et Pensante", située probablement dans la quatrième dimension et aussi dans des dimensions encore plus supérieures, que Jésus-Christ honorait et vénérait sous la dénomination de (nous l'avons déjà vue) "Mon Père". N'est-il pas écrit, en effet, en Matthieu VI-6 : "Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est lá dans le lieu secret..."

     D'autre part, et cela est tout à fait hors normes , Jésus n'a jamais écrit nulle part, que l'Elohim Iahvé ou Jéhovah, était son père spirituel, dont il rejette d'ailleurs a priori , la "loi du Talion", car il affirme clairement : " Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil , et dent pour dent. Mais moi je vous dis de ne pas résister au méchant..." Matthieu V-38.

     Pas besoin de chercher longtemps, ceux à qui profitait cet amalgame entre l'Ancien Testament et le Nouveau, et cela pour mieux contraindre à l'obéissance l'innocent commun des mortels , et faire appliquer la devise scélérate : "Il faut diviser pour mieux régner" .

     Il n'en reste pas moins vrai, que nous avons publié de nombreux articles révolutionnaires (et le mot est encore bien faible), sur le sujet :

     Mais il est certains que des libres-penseurs , parfaitement intégrés au Système, vous diront "Ces histoires vieillottes d'Elohim et consorts, nous indiffèrent passablement. Nous avons d'autres chats à fouetter ces temps-ci... Point Barre ".

     Ces libres-penseurs semblent oublier un peu vite, que tout est lié sur cette planète, et que par exemple, et il y a beaucoup d'autres affaires de même nature, l'histoire d'Israël, qui embarrasse actuellement bien des consciences, en est intimement liée...

A vous donc de juger, toute cette affaire, en connaissance de cause ...

Dix-huitième focus : Quand, on apprend que la civilisation dont sont si fiers les occidentaux en brandissant leurs cultures sociales et technologiques est tout aussi mortelle que celle des amérindiens (voir bientôt le dixième anniversaire du fameux tsunami du 26 Décembre 2004, qui, en une matinée a détruit plus de 200 000 vies humaines, et imaginons que ce tsunami aurait pu parfaitement arrivé en Europe ou en Amérique)

    D'ailleurs il nous faut aussi maintenant analyser le paragraphe très surprenant suivant et bien le lire et relire. Ce paragraphe est extrait de l' ouvrage remarquable intitulé "Nos pensées créent le monde" de la journaliste scientifique Martine Castello et du polytechnicien Vahé Zartarian publié en 1994 à Paris, aux Editions R.Laffont dans la collection Nouvelles énigmes :

 

    Et nous lisons alors en page 23 :

" Les Hopis, indiens habitants l'actuel Arizona aux USA, ont du Temps une conception qui diffère radicalement de la nôtre.

    Ainsi ils n'ont aucune notion d'un temps s'écoulant de manière linéaire et continue et entraînant dans sa course tous les objets de l'univers, du passé au futur à travers le présent. Leur langage même est dépourvu de tout mot, expression, tournure grammaticale, conjugaison, ou quoi que ce soit d'autre faisant référence explicitement ou implicitement à ce que nous appelons le temps, ni au passé, présent et futur, ni à la durée, ni encore au mouvement (qui serait conçu comme déplacement et pas comme un processus de transformation globale). Pourtant la langue hopi est extrêmement riche et permet de rendre compte de tous les phénomènes observables dans l'Univers... les Hopis ne voient pas le monde en termes d'objets comme nous le faisons, mais en termes d'événements... ces événements appartiennent à deux catégories, "les manisfestés" et les "non-manifestés".
"

    Curieux ceci, n'est-ce pas ? Si vous voulez en savoir plus sur les Hopis que certains pionniers conquérants qualifiaient autrefois (on le sait déjà), de sauvages , précipitez-vous sur l'ouvrage en question indiqué ci-dessus, et vous y découvrirez , bien d'autres choses intéressantes.

Fin du pararaphe en question.

    Le 16/10/02 l'aimable internaute Luc Secret, nous apprenait que ce live est totalement téléchageable à l'adresse:


    Merci donc à Luc pour sa participation si efficace à notre site.

     Ces Hopis ont-ils pu élaborer un tel système, sans recevoir une initiation venue des dieux ancestraux dont parlent la plupart des mythologies ?

     A vous de juger ?

     Alors Messieurs les esprits forts, et consorts zélés et zététiques, si le cœur vous en dit, continuer à rire sous cape ... mais un jour, vous tomberez aussi sur les écrits d'un certain Edgar Cayce, et écrits qui vous expliqueront clairement, comment a disparu la super civilisation de l'Atlantide, dont le niveau d'évolution était bien supérieur à celui de votre civilisation occidentale actuelle, et vous aurez alors progressé, dans cette notion de modestie, qui fait défaut à la plupart de prétendus savants et technocrates actuels.

     Mais voici pour la route, un petit plus qui confirme les dires des Hopis:

    Il est surprenant de s'apercevoir que de très nombreuses sources ésotériques, que nous ne pouvons détailler ici, nous redéfinissent, ces temps-ci, ce concept du Temps et d'ailleurs, voici ce qu'en dit encore Soria en page 14 son premier livre :

 

    "Le passé est dans le présent et le futur l'est aussi. Illusion du temps, il n'y a pas de passé ni de futur ; seul existe le moment présent. Cette notion va prendre corps et sera assimilée dans les dix ans à venir. D'ici là, les événements futurs viendront du chemin ouvert par vos pensées. La lumière dégagée depuis cinquante ans a aplani beaucoup de difficultés et d'épreuves, et a sauvegardé votre planète."

    Nous ajoutons enfin que cette notion révolutionnaire du temps cosmique semblait être connue du Maître Jésus-Christ, puisque qu'il préconisait ouvertement de "ne pas se préoccuper du lendemain et de vivre au jour le jour", sans doute pour mieux s'ancrer dans l'énergie relevant de la quatrième dimension, ce qui lui permettait évidemment de réaliser ce que nous avons appelé "des miracles", et miracles qu'il avouait, lui même, être à la portée de chacun de nous.

     Tout cela pour démontrer que ce que l'on croit être La Vérité, connue dans un temps, n'est qu'une copie d'une autre vérité plus traditionnelle, qui nous vient des temps anciens. Mais il y a encore mieux à découvrir dans cette affaire... Voici un texte qui semble venir d'un très grand et sage philosophe contemporain :


     Une traduction donnerait alors :

     "Des civilisations supérieures pourraient réellement détruire une civilisation inférieure sans le vouloir, en imposant leur sagesse supérieure à des gens qui ne peuvent pas la comprendre ou 1'absorber. Les hommes de 1'espace réalisent ce danger, et ils font très attention à la façon de procéder à notre éducation.

     Quand les hommes blancs sont venus chez les Indiens, et quand les missionnaires ont pénétré chez les indigènes, ils ont imposé leurs concepts et leurs méthodes à des civilisations moins avancèes. Leurs résultats furent souvent désastreux.

     Les hommes de 1'espace, ont mis au point de nombreuses machines, des appareils qui aident à vivre plus, agréablement, et ils ont développé des facultés psychiques supérieures, qui seraient fantastiquement utiles pour notre humanité. Mais s'ils nous les confaient d'une manière brusque, sans nous préparer graduellement à les utiliser, leurs dons risqueraient de déclencher des désastres au lieu de bénédictions.

     Trop de gens, par exemple, qui ont été dotés de pouvoirs psychiques divins , et qui ont developpé certaines facultés supérieures telles que la perception extrasensorielle, la projection du corps astral, la téléportation, etc., utilisent ces facultés pour des buts personnels - par exemple contrôler et influencer leurs frères sur cette planète, au lieu de les aider à s'aider eux-mêmes. Je connais plusieurs personnes qui ont developpé certains de ces talents et qui s'en sont servis pour safisfaire leur curiosité et pour impressionner autrui. Ces facultés supérieures, sauf si elles ne sont utilisées qu'en cas de nécessité, et SEULEMENT pour aider autrui, disparaissent plus ou moins rapidement non sans inconvenient. Ceux qui sont doués de facultés supérieures ne devraient s'en servir que parcimonieusement et seulement au nom du Père infini . Lors de mes premières expériences avec ces facultés, j'ai, moi aussi, commis des fautes mais heureusement, je sais maintenant ce qu'est leur usage correct.
"


     On devine alors maintenant que notre sage philosophe , n'a rien à voir avec un penseur de nos universités, car son verbe, ne correspond pas du tout à ce qui y est enseigné...

     En effet ce texte provient de l'ouvrage d'un auteur tout aussi critiqué qu'Adamski, nommé Howard Menger, et qui fut l'une des figures les plus marquantes du monde des Contactés, dans l'Amérique des années 50 et 60. Le livre qu'il écrivit à la fin des années 50 "From Outer Space to You", est sorti en France en 1965 aux Editions Dervy, sous le titre "Mes Amis les Hommes de l'Espace", et il alimenta de vives polémiques.


    Les termes cités juste plus haut viennent-ils simplement de l' éducation religieuse classique d'Howard Menger, ou d'une instruction spécifique, venue de "ses amis de l'espace", comme il qualifiait les êtres, qu'il dit avoir rencontrés. Affaire à suivre, donc avec la plus grande minutie...

    Dans ce livre, on découvre aussi à propos de ce qu'il appelle des disques d'observation, également évoqués par Adamski, dans un de ses ouvrage :

     Voyons maintenant, ce que nous dit dans son ouvrage déjà présenté plus haut, Howard Menger, sur cette affaire de disques d'observation :

     " I put the camera in my jacket, walked to him and shook hands with a tall, handsome man whose blonde hair fell to his shoulders and who wore a one-piece uniform. He led me across the field and when we were at the edge of the woods he pointed to something lying on the ground among the trees.

     It appeared to be a circular, translucent object about a foot thick and three or four feet in diameter. It was pulsating different warm colors. As we approached it, the colors changed from white to blue and back to white with a tinge of yellow.

     "Hold it, Howard," my friend warned, as he put his hand on my shoulder. "This is as close as we can go safely."

     I noticed his voice was rich and deep as he informed me it was an observation disc controlled remotely from the ship to our rear.

     "This little disc is recording all your emotions, thoughts, possible intents."

     I didn't feel a thing, though it was shaking to know that a mechanical device was reading my thoughts.

     "Don't worry," he reassured, "it's white. When it changed to white I knew you were all right."

     He said the same colors were being indicated on an instrument panel within the ship and would be recorded on a chart which would be kept as a permanent record....

     ...Our conversation was interrupted as the observation disc suddenly rose, becoming brighter as it gained altitude, and lighting up the woods beneath it as it projected patches of light and dark through the trees. It rose to about a hundred feet and then went in the direction of the ship where it seemed to disappear within the craft.

     As we walked back my friend explained such discs always return to the point from where they are sent out from ships on magnetic beams similar in a way to a bowling alley where the ball returns to the bowler in a grooved channel.

     "You've just had a going over that would put any psychiatrist to shame," he remarked with a trace of a laugh in his voice.

     "Is it something like psychoanalysis?" I asked.

     "Yes, you could say that. But it is far superior. Psychiatrists touch only surface conditions, while these probes go much deeper into indi­viduals' makeups. In fact while that disc was there near you it gathered an entire summation of all the lives of your particular soul. But there is one thing it can't tell us," and with the last remark he was pensive.

     "What is that?"

" Man has free will; the pattern of his emotions and thoughts and consequent future actions are subject to change. No, Howard, our pretty little light is not infailible....".
"

     Traduction :

     " Je mis mon appareil photographique dans ma poche, marchai vers lui et serrai la main d'un homme grand et beau, qui avait une chevelure blonde qui tombait sur ses épaules, et qui portait un uniforme d'une seule pièce. Il m'emmena à travers le champ et quand nous fîmes à la lisière des bois, il désigna du doigt quelque chose qui était placé sur le sol, entre les arbres.

     Cela paraissait être un objet circulaire et transparent d'environ trente centimètres d'épaisseur, et de quatre-vingt-dix centimètres à un mètre vingt de diamètre.. Il émettait plusieurs couleurs chaudes pulsatiles.. Tandis que nous nous approchions, sa couleur passa du blanc au bleu, ensuite à un blanc teinte de jaune..

     "N'avancez plus, Howard " me dit mon ami en mettant sa main sur mon épaule. . "I1 serait dangereux que vous, vous approchiez plus...."

     Je notai, que sa voix était riche et profonde. Il m'informa que c'était un disque d'observation contrôlé de loin par le navire de 1'espace que nous avions laissé derrière nous..

     "Ce petit disque nous informe de toutes vos émotions, de vos pensées et de vos intentions possibles."

     Ce qu'il me dit, ne me fit guère d'effet, bien qu'il était impressionnant de savoir qu'un dispositif mécanique lisait mes pensées.

     "Ne vous inquiètez pas " me rassura-t-il, " il est blanc. Quand il est devenu blanc, j'ai su que vous réagissiez bien"

     Il me dit que les mêmes couleurs étaient reproduites sur un instrument du tableau de bord du navire, et qu'elles seraient enregistées sur un graphique qui serait conservé dans des archives ....

     ...Notre conversation fut interrompue. Le disque d 'observation s'éleva brusquement à travers le ciel. I1 devint plus brillant tandis qu'il gagnait de l'altitude, et il illumina au-dessous de lui les bois, qui furent pleins de taches lumineuses et noires.. I1 s'éleva jusqu'à environ trente mètres, ensuite se dirigea dans la direction du navire de 1'espace, et disparut dans 1'intérieur de 1'astronef.

     Tandis que nous rentrions, mon ami m'expliqua que que ces disques retournent toujours à leur point de départ en suivant des rayons magnétiques de la même manière qu'une boule de bowling suit une rainure directrice. .

     "Vous venez d'être examiné d'une façon qui gênerait un psychiatre", remarqua-t-il avec un rire dans la voix. .

     "Est-ce que c'est quelque chose comme la psychanalyse ?" demandai-je..

     "Oui, vous pouvez le dire. Mais c'est quelque chose de très supérieur. . Les psychiatres américains ne considèrent que la surface, tandis que ces radio-sondes pénètrent bien plus profondement au-delà des apparences. En fait, pendant que ce disque était près de vous, il enregistrait aussi complètement toutes les vies passées de votre âme. Mais il y a une chose qu'il ne peut pas nous dire". Son regard devint pensif.


     "Qu'est-ce que c'est donc ?"

" L'homme a son libre arbitre, le type de ses émotions et de ses pensées peut changer. Non, Howard, notre bel appareil n'est pas infaillible...."."


Les disques d'observation décrits par M. Menger ont parfois été vus par d'autres gens. Une photographie d'un de ces disques découvert après son atterrissage en 1958, à Scarborough (Angleterre) dans un buisson et a paru dans le numéro de Paris-Jour du 7 Mars 1965. Merci mille fois à l'aimable internaute curieux, qui pourra nous en procurer une copie.

    
Vous avez bien noté, cette chose inouie que nous a déclarée Howard Menger, à savoir que le disque d'observation est capable d'enregistrer l'expression de nos vies antérieures, concept banni de nos universités et nommé aussi la réincarnation.

    De deux choses l'une : soit cet Howard Menger a voulu ici glissé ici une notion qu'il avait découverte dans un enseignement secret, venant en principe de l'orient, soit il l'a bien apprise de ses amis de l'espace.

    Dans le premier cas, les historiens, (et autres éternels détracteurs) , doivent clairement découvrir, (avant de qualifier cet homme d'affabulateur), d'où pouvait venir en 1956, cet enseignement oriental ou pas, et si Howard Menger avait pu un jour, dans son contexte culturel de l'époque, approfondir cet enseignement.

    Dans le second cas, compte tenu des preuves matérielles supplémentaires, apportées par cet homme, il convient d'admettre, d'une manière péremptoire, qu'il a vraiment été en contact avec des êtres venant d'une autre planète, très en avance sur notre connaissance scientifique et ésotérique.

    Certains pourraient dire que c'est simplement de la frime sans fondement. Mais lisez plutôt ce qui suit :

    " Ce que vous appelez la réincarnation, est précédé par une transition ou un changement appelé mort, mais celui-ci n'est pas la fin de la conscience, mais la continuation d'expériences vécues sans 1'intermédiaire des sens du corps physique. Votre niveau de conscience est supérieur, et vous découvrez que vous pensez sans cerveau physique. Mon fils, je peux vous dire que la mort n'est qu'une illusion, sinon vous ne seriez pas ici. Vous avez toujours, été, et vous existerez toujours - vous êtes éternel, comme I'univers, comme Dieu.

    Vos savants approfondissent de plus en plus leurs connaissances de la vie sur votre planète. Quand la science arrive, 1'homme commence à trouver 1'explication de nombreux phénomènes bizarres. Pourtant, à votre époque, la science se crée à elle-même des limites, et entrave les progrès de votre population, en n 'acceptant de s'occuper dans 1'ensemble que de phénomènes que 1'on peut prouver objectivement, et non pas des réalités vraies perçues d'une fagon subjective. Ces savants observent un phénomène qui se produit devant eux, mais, s'ils ne peuvent pas dire comment ou pourquoi il est arrivé, le rejettent, et ce phénomène n'est pas catalogue comme scientifique aussi longtemps qu'iIs ne peuvent pas 1'expliquer par une théorie scientifique admise. La science dans sa forme actuelle ne peut leur permettre de tout expliquer, c'est pourquoi vos savants devront élaborer une nouvelle science, supérieure à la science, moderne.


    Vous ne trouvez pas que cet Howard Menger, était plutôt gonflé d'attaquer ainsi, déjà en 1956, la communauté scientifique alors qu'il ne connaissait encore, tous les scandales (sang contaminé, pollution à amiante, Médiator...etc...), créés par des apprentis sorciers, qui ne juraient que par les bienfaits de la Science.

     Les expériences de mort imminente (NDE), faites dans des cliniques et des hopitaux par des médecins audacieux, montrent sans l'ombre d'un doute, la continuation de la concience sans 1'intermédiaire des sens du corps physique . Voir notre article :


     Rappelons à toutes fin utiles ( nous l'avons déjà exprimé plus haut), que dans les îles de la Caraïbe, on voit aussi ces engins d'observation, qui se posent parfois au sommet des arbres et que l'on nomme, dans le langage populaire Soucougnans ou volants : Voyez à nouveau ce qu'en dit, le France-Antilles du 26 Janvier 1980 :


     Traduisons la bulle : " Moi, je crois que c'est un volant " ( manifestation lunimeuse - on dit aussi soucougnan - que l'on croit venir des sorciers qui se transforment en boules de feu pour effectuer des actes rituels)

     Mais revenons aux révélations d'Howard Menger, concernant la notion de réincarnation, si peu connue chez les occidentaux:

     " Ce furent nos visiteurs qui m'aidèrent à rompre 1'obstruction de mémoire avec laquelle j'étais né sur cette planète. Nous avons tous eu des vies antérieures. Quelques-uns d'entre nous ont vécu dans d'autres corps et dans d'autres endroits, sur cette planète-ci, mais aucun d'entre nous n'a vécu sa première vie sur la Terre. Ainsi la vie est une croissance continuelle à travers des expressions infiniment variées. Au commencement j'avais trouvé bien des choses que me disaient les hommes de 1'espace difficiles à croire ; mais plus je me développais, plus je devenais conscient de 1'existence et des facultés variées de mon âme.

     Nous avons tous vécu pendant des centaines d'incarnations sur différents mondes. Quelques-uns d'entre nous ont voulu revenir sur cette planète et renaître dans des corps terrestres. Nous avons voulu aider au travail d'aider d'autres gens à développer leur conscience supérieure. Certains ont le tort de croire que ces facultés sont purement intellectuelles ; mais croire n'est pas savoir. Pour connaître quelque chose on doit 1'expérimenter.

     Est-ce qu'il vous est arrivé d'être illuminè par quelque vérite surgie soudain dans votre esprit, qui était une réponse à un problème particulier qui vous avait tracasse ? Ou peut-être, de comprendre brusquement des sujets plus profonds pendant un instant ? Le souvenir de cette brève illumination restait dans votre esprit, mais vous ne pouviez pas trouver des mots pour 1'expliquer aux autres. C'est ce que j'appelle la conaissance. Il est difficile de la traduire en mots pour ceux qui ne savent pas, ou pour ceux qui croient ou qui imaginent qu'une chose est vraie sans 1'avoir expérimentée.

      Cette conscience et ce savoir supérieurs sont le fruit de 1'évolution de 1'âme, de 1'esprit et du corps,qui luttent continuellement pour devenir parfaits et uns avec Dieu.

     Quand l'obstruction de mémoire est brisée, nous n'avons plus besoin de la surveillance ni de l'aide de nos frères de l'espace. Nous nous guidons nous-mêmes, c'est à ce moment que nous expérimentons une émotion encore plus agréable que de rencontrer ces êtres avancés et de parler avec eux : la joie que nous ressentons en aidant les autres à réussir ce que nous avons réussi.

     Quelques-unes des choses que j'écris ne sont pas conformes à nombre de nos crédos religieux orthodoxes. Les sciences occultes s'intéressent à quelques-uns de ces sujets, mais généralement ces savoirs métaphysiques ne sont pas pratiqués du tout.

      La Science demande des preuves, mais comment pouvons-nous prouver quelque chose qui est au-delà de nos sciences ? Les preuves scientifiques sont fondées sur ce que nous percevons avec nos cinq sens, et non sur ce que nous savons grâce à 1'usage d'autres sens encore plus précieux .( Note du Webmaster: En effet comment la Science pourrait-elle expliquer le phénomène suivant, décrit dans l'excelente revue intitulée : "Monde Inconnu", dans son n° 370 d'Oct-Nov 2014 :


          Et voici ce que l'on y trouve de très surprenant, en page 42 :


     Très curieux n'est-ce pas !!, et ce n'est pas demain la veille, que la Science, nous expliquera ce phénomème, sans qu'elle fasse une révision totale, sur le fait que l'être humain est bel et bien branché sur des Univers parallèles) .


      Mais, d' une façon ou d'une autre, de ces idées avancées doit sortir une science, un système d'un genre quelconque ; ou bien nous serons moins heureux. Une telle science cosmique, qui impliquera des investigations dans le royaume des autres sens et des autres dimensions, a déjà eu ses humbles débuts ; mais ses patriarches. comme ces anciens iconoclastes qui annonçaient que la terre était ronde et n'était pas le centre de 1'univers, ont été persécutés.

     Les travaux de 1'être humain ont pénétré des millions d'années-lumières dans 1'Univers, et dans les profondeurs presque infinie de 1'atome ; mais maintenant il doit approfondir un sujet plus mystérieux et difficile : 1'homme lui-même !

     Puisque je parle des incarnations passées, je devrais éclaircir le sens du mot karma tel qu'il m'a été expliqué. Si vous voulez, c'est une EXPRESSION HEREDITAIRE COMPENSATRICE DANS NOTRE MONDE. On peut échapper aux conditions karmiques, si on dispose des facultes supérieures de la conscience, mais malheur à ceux qui sont les esclaves du karma et ne peuvent pas sortir de leur prison !

     A ceux qui disent qu'ils sont résignés à vivre sous ce système de rétribution karmique, laissez-moi dire ceci : c'est une loi fausse et artificielle, qui n'a de réalité que parce qu'on le veut bien.

     Jésus a dit : Sachez-la vérité et la vérité vous libérera....Tout son message d'amour et de bonne volonté, vis à vis de l'humanité était un enregistrement dans le mental des hommes de son temps, et c'est seulement maintenant que les vérités qu'il avait émises commencent à être connues, et que la compréhension de son grand amour émerge des sables mouvants de l'incompréhension et brille au soleil de notre acceptation conciente du créateur....

     Ceux qui meurent sur cette planète sans avoir su la vérité, ni obtenu les facultés psychiques supérieures sont prisonniers de cette planète et ne la quittent pas ; ils renaissent dans des nouveaux corps et continuent dans 1'école de la vie, liés à la roue du karma.

     Mais ceux qui meurent en sachant la vérité n'ont pas peur de mourir. Ils savent que la mort n'est qu'un phénomène physique, et qu'ils peuvent renaître sur une autre planête, Vénus, par exemple : un véritable ciel en comparaison de la Terre.

     Quelques-unes des âmes d'une autre planète qui choisissent de renaître sur la nôtre le font dans un certain but, soit pour accomplir une mission, soit pour vivre avec quelque être aimé. Mais, qu'ils évoluent vers le haut ou vers le bas, ils évoluent continuellement.

Pendant la conférence, je me demandai si c'était mon âme ou celle de Marla, qui s'était lancée de nouveau volontairement dans cet enfer de la Terre. Peut-être avait-ce été nous deux.


     Comme on le voit, ce n'est pas un discours qui peut s'entendre à tous les coins de rues. Il eu été assurément, selon nous bien sûr, préférable à ce Monsieur H. Menger, d'écrire un roman de Science-fiction, qui aurait certainement eu plus de succés, que ce texte qu'il dit autobiographique.

     Mais, il y a encore bien mieux, et SVP, accrochez-vous maintenant aux murs, car nous allons monter encore plus le niveau des révélations :

     " Ayant concentré mon esprit sur cet endroit, j'y étais apparu téléporté sur une distance de treize kilomètres !

     Je me souvins que les hommes de 1'espace m'avaient dit que nous vivons dans un monde à trois dimensions, qui est une illusion que nos yeux physiques perçoivent.

Ils disaient que le corps physique n'est qu'une partie d'une illusion ; qu'en réalité nous ne sommes pas du tout ce que nous pensons être.

     Les hommes de 1'espace enseignent que le corps n'est qu'une réflexion ou une expression vibratoire tridimensionnelle dans 1'esprit que 1'âme utilise pendant une brève période sur cette planète.

     La plupart des gens de la Terre sont prisonniers de leur corps, tandis que les hommes de 1'espace contrôlent leurs corps et d' autres formes de matière grâce à leurs facultes psychiques. Ils savent et comprennent cela à un point tel qu'ils peuvent se téléporter eux-mêmes.

     Sur notre planète 1'homme a perdu la plus grande partie des facultes intérieures qu'il avait jadis, en s'appuyant sur ces béquilles que sont les téIéphones au lieu de la télépathie ; les automobiles et autres vehicules au lieu de la téléportation, etc... I1 s'est tourné vers des formes d'énergie matérialistes non naturelles, au lieu d'utiliser les lois naturelles que Dieu lui avait données pour qu'il les utilise librement.

     Pourtant des gens sur cette planète se croient trés civilisés. En réalité ils ont reculé de nombreux siècles.I1 est vrai que nous avons plus d'appareils, de commodités, des appareils de télévision, des radios, des appareils de telephone, des machines electroniques, a calculer, - et des bombes atomiques. Mais toutes ces machines que l'homme crée le limitent . il devient un esclave de ses propres inventions. Comme était vraie 1'expression du farceur qui, inversant un vieil adage, dit : 1'invention est la mère de la nécessité ! les machines que nous trouvons utiles ne sont pas indispensables. Un esprit très développé est plus souple et plus puissant que tous les appareils que nous avons créés .Chacun de nous peut se développer.

     Nos amis de 1'espace ne comprennent pas pourquoi nous fabriquons des machines si compliquées, qui fonctionnent d'une facon que nous disons simple, mais qui ne 1'est pas. Eux extraient de l'énergie des électrons présents dans notre atmosphere et transfèrent la force qui entoure chaque électron en différents genres d'utilisation qui ne coûtent presque rien, puisqu'elles utilisent, pour ainsi dire, l'énergie libre
...

     Fin de citation.


     Alors Science-fiction ou pas, surtout texte incroyable élaboré en 1956 ...N'empêche que cela nous rappelle bien, les propos extraordinaires du "Grand Maître", qui évoque d'une part cette notion de vies multiples de l'être humain, mais aussi, d'autre part, il nous invite à vivre au jour le jour, comme nous le préconisait, étonnement, le Christ :

Tu es dans le monde mais tu n'es pas de ce monde.

I1 est inutile de laisser les façons
d'être du monde t'enfoncer
.

Jouis-en mais n'essaye pas de les posséder

et ne leur permets pas de te posséder.

Dans le Nouvel Age, il n'est pas nécessaire
d'être vêtu de hardes et couvert de cendres,

ou d'aller partout en déclarant que tu es un misérable pécheur

et n'es pas digne d'être appelé l' enfant bien-aimé du Très Haut .

Cet enseignement appartient aux temps anciens
et il est faux et sans réalité.

Accepte le fait que nous faisons Un
avec Ce Très Haut et qu'Il est en toi .

Sens-toi tiré hors des ténèbres de cet enseignement erroné vers la lumière glorieuse.

Laisse l'ancien derrière et laisse-le mourir d'une mort naturelle.

Entre dans le nouveau, renais en Esprit et en Vérité,

et découvre la signification de la vraie liberté.

Le Très Haut a besoin de toi libre et non pas ligoté par toi-même

et par le souci de ta propre personne.
Sois comme un tout petit enfant, libre et joyeux,

et vis dans l'éternel présent.


***********************

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 11 Avril, après adaptation d'ARTivision.

     C'est tout de même curieux, que ce Grand Maître, s'exprime en des termes (environ trente ans après) très analogues à ceux d'Howard Menger, (et aussi d'Adamski ).

    Mais, si nous analysons brièvement, les photos de la soucoupe vénusienne d'Howard Menger, (et certains détracteurs, qui oublient volontairement qu'elles ont été obtenues de nuit, diront qu'elles sont trop floues), on voit parfaitement qu'elles ressemblent à celles d'Adamski: ( Voir notre article Adamskien1955.html).

  

     Donc les détracteurs ont vite fait de dire qu'il ne peut s'agir que de maquettes photographiées habilement et de manière truquée .

     Mais allons plu loin et voyons d'abord les entrefillets suivants:

  

     l'image de droite est tirée du numéro 69 de la revue Top Secret, d'Octobre- Novembre 2013, et ces deux entrefilets sont très importants, car ils montrent sans l'ombre d'un doute que la NASA et ses sbires, assurément, nous prennent, "pour des abrutis notoires ".

     Mais voyons aussi, ce que nous dit cet Howard Menger à la page 228 de son ouvrage hors normes, où il prétent avoir mis le pied sur la Lune :


     Puis sautons à la page 229 :


Et voici une fois de plus cette affaire de dôme (déjà vue plus haut)et soulignée en bleu dans le texte précédent:

  

     Et pour terminer, voici le bouquet final :


     Et l'image incroyable qui accompagne ce paragraphe :


      Et avec quelques couleurs, c'est mieux :


     Nous ne saurions bien sûr, affirmer que les zones sombres de cette image, sont des projections de nuages de la Lune en suspension comme le prétent Howard Menger. Aux spécialistes de répondre.

     Mais, et ce mais, est d'une importance capitale, car avec les puissants ordinateurs dont disposent actuellement, la NASA et les spécialistes de l'espace, on s'étonne franchement qu'il n'y ait jamais eu jusqu'à présent (mi-Déc. 2014) , un seul rapport démontrant que cette photo a été faite à partir d'une maquette, réalisée en secret par son auteur, et de plus, que ce paysage n'existe pas sur la Lune. La, C'est le vrai silence de la tombe.

    D'autre part, nous aimerions bien aussi que l'on nous explique, comment un citoyen américain, dans le courant du mois d'Août 1956, (On ne pouvait pas, alors utiliser les traitements d'images informatiques), a pu prendre cette photo vraiment étonnante de la Lune, où l'on aperçoit le bord d'un hublot dans le coin supérieur gauche. Certains, pas bien informés, diront vite pour noyez le poisson que Menger n' a pu publier cette photo qu'en 1959, lors de la publication de son livre, et à l'époque il y a avait déjà des sondes envoyées vers la Lune et donc qu'Howard, a pu subtiliser en douce à la NASA ou chez les soviétiques, le cliché en question.

     Il faut alors noter ici que la première incursion dans l'espace remonte au 4 octobre 1957 avec le lancement du satellite soviétique Spoutnik I. Les américains voulant prendre leur revanche en touchant la Lune avant les soviétiques lancèrent vers cette dernière une série de sondes.

     Pour mieux appréhender cette affaire, il nous semble utile justement de présenter ici, le texte suivant du petit ouvrage de poche intitulé "la Saga de L'espace" publié chez Gallimard en Octobre 1986, tel que :

    "Les deux premières tentatives, d'Août et de Septembre 1958 furent des échecs. La troisième, le 8 novembre 1958, voit Pioneer 1 s'élever à 113000 km d'altitude (loin encore des 384 000 Km de moyenne qui nous s'éparent de notre satellite); la suivante, le 6 Décembre 1958 conduit à une performance moins bonne : 102 000 km d'altitude pour Pioneer 3 enfin le succès est acquis le 3 mars 1959 avec Pioneer-4 qui passe à 60 000 km de la Lune. Mais les soviétiques ont fait beaucoup mieux entre temps: Le 2 janvier 1959, ils ont lancé leur sonde Luna-1 (alors surnommé Lunik) qui est passé dix fois plus près de la Lune (à 6500 km seulement), quoiqu'elle soit beaucoup plus lourde: 361 kg, contre 5,9 kg seulement pour Pioneer 4...
     En outre l'exploit de Luna-1 n'est qu'un prélude. Le 12 Septembre 1959, Luna-2 prend à son tour la route de la Lune sur laquelle elle s'écrase deux jours plus tard, dans la Mer de la Sérénité. Pour la première fois, un objet construit par l'homme a atteint un autre corps céleste. (Note du webmaster : Mais nous avons appris que cette sonde n'avait pas d'appareils photographiques embarqués à bord et que par conséquent, elle ne pouvait pas photographier le sol lunaire en s'y écrasant.) . La performance de Luna-3 lancé le 4 octobre 1959 est encore plus remarquable : passant derrière la Lune, elle obtient les premières photographies de la mystérieuse face cachée. "


    Mais justement, en quel mois de 1959, fut publié le livre d' Howard Menger avec cette photo fabuleuse ?

    Nous avons longtemps cherché sur le Web, cette information et finalement, nous sommes tombés avec un grand bonheur, sur un seul site placé à :


, où l'on découvre alors ceci :


    Donc exit, toutes les sondes spatiales précédentes venues après Janvier 1959, et mieux vaut ne pas parler des Pioneer 1,2,3,4 , ni même de Lunik1, qui est passé le 2 janvier 1959 à 6500 km de la Lune, où il lui serait impossible d'obtenir des détails aussi nets que ceux de la photo d'H. Menger.

     Si donc, Messieurs les détracteurs et astronomes zélés, vous ne pouvez fournir aucun éclaircissement officiel et écrit noir sur blanc
, à ce sujet, alors, cette seule photo constituerait, en elle-même, un élément pour le moins très sérieux, de la véracité des propos d'Howard Menger, et nous nous interrogeons évidemment grandement, sur le silence, (des médias et des journalistes soi-disant curieux de nature), au sujet de cette incroyable photo d'Howard Menger, et nous attendons, bien sûr, avec ferveur vos déclarations retentissantes, à ce sujet. Point Barre ...

     A vous de juger, en connaissance de cause...

    Mais ce 14 Décembre 2014, un novice ingénu, pourrait nous dire : "Vous parlez de la civilisation de l'Atlantide qui a disparu. Mais cela n'est pa enseigné dans nos universités. En avez-vous des preuves ?"

     Cette affaire de l'Atlantide est d'une importance capitale, et le site ARTivision, en a parlé dans de très nombreux articles tels que :


     Disons alors que les preuves de l'existence de cette civilisation de l'Atlantide, apparaîssent régulièrement, et si vous le voulez bien cher novice, et chers puristes, commençons par cet article du chercheur atomiste très atypique Jacques Bergier paru dans un almamach (probablement Hachette) paru après 1971:



Merci donc à l'internaute béni, qui nous retrouvera l' année exacte de sortie de cet almanach.

     Puis donc, poursuivons cet exposé au sujet de l'île de Bimini, dont le nom est souligné ci-dessus, en bleu par ceci :

     C'est pendant le mois de Septembre 1968 que l'équipe du professeur MANSON VALENTINE, œuvrant pour le Musée des Sciences de Miami en Floride, découvre au nord-ouest de Bimini, petite île des Bahamas, à environ 1200 km de la Guadeloupe, des structures cyclopéennes immergées à environ 6 mètres sous la surface de la mer. Cette découverte fut rendue possible grâce à l'engin Remora M-114-E, scooter sous-marin construit par Dimitri Rebikoff, explorateur, ingénieur spécialisé dans le domaine de la photographie sous-marine et grâce également au concours de Paul Aranda, aviateur et de Robert MARX, célèbre plongeur , passionné de recherches sur les anciennes navigations et sur l'archéologie sous-marine des îles Bahamas. Voyez donc l'image ci-dessous :


      C'est en fin de 1971, que les chercheurs découvrirent qu'il s'agissait d'une gigantesque structure de la forme d'un grand U pouvant faire office de port dont la jetée courbée mesurait plus de 600 m de long sur 10 m de large et formée de blocs de pierres dont la constitution ne présente aucune ressemblance avec les formations naturelles qu'ils surplombent. ( Voir le croquis ci-dessous :)


Extrait de L'ouvrage de Pierre Carmac "l'Histoire commence à BIMINI"
publié en 1973 chez Robert Laffont dans la prestigieuse collection : "Les énigmes de l'Univers".


      Ces blocs sont régulièrement alignés, parfaitement à l'équerre dans leurs trois axes et assemblés par une sorte de ciment. Certains d'entre eux avaient près de 5 m de côté et leur épaisseur variait entre 50 et 150 cm , ce qui parfois correspondait à une masse d'environ 5 tonnes par bloc. De plus on constata en effectuant des tranchées d'exploration que certains de ces blocs étaient posés sur des piliers carrés de 30 cm de hauteur, ce qui détruisait définitivement la thèse de certains géologues, comme le nommé Harrison qui d'emblée sans attendre la fin de l'exploration de l'équipe "Valentine" avaient déclaré que le mur de Bimini était un ensemble d'origine strictement naturel. Par la suite on découvrit encore aux alentours de Bimini d'autres structures de formes linéaires, rectangulaires, polygonales et même pyramidales .

     Mais quel pouvait être l'âge de ces constructions? Des études de datation au carbone 14, estimèrent que pour une profondeur de 6 m, ces structures devaient être à la surface il y a environ 10 000 ans , ce qui ne signifie pas qu'elles venaient d'être édifiées à ce moment là . Mais en ce qui concerne les bâtisseurs, c'est le mystère le plus total.

En effet rien de ce qui nous est connu de l'histoire des amérindiens (qui remonte à environ 2000 ans avant J.C) ne nous permet la moindre hypothèse concernant le peuple qui vivait à cette époque et même en Europe aucune peuplade n'aurait été capable en cette période d'édifier une construction aussi monumentale. C'est pourquoi il valait mieux étouffer cette affaire dans l'œuf , comme certains ont cru devoir le faire aisément. Quelques revues sérieuses ont cependant fait état sommairement de cette découverte incroyable : Science&Vie n°640 de Jan.1971 - Sciences et Avenir les numéros 286, 291, surtout 298 de Dec.1971, puis vint l'ouvrage en 1973 de Pierre Carnac déja présenté plus haut : "L'Histoire commence à Bimini" .

      Il est cependant à noter un fait étrange concernant le site de Bimini. Le 14 Août 1926, soit 42 ans plus tôt dans une déclaration faite sous auto-hypnose contrôlée et référencée sous le N°996-1, (et surtout sans que l'on ne lui ait rien demandé à ce sujet), le fantastique thérapeute et médium américain EDGAR CAYCE révélait en 1933 , que sur le plateau de Bimini avait existé jadis une formidable civilisation, (Voir les remarquables ouvrages:"les Mystères de l'Atlantide revisitée" de E.E Cayce, aux Editions de Mortagne 1994, ou "l'univers d'Edgar Cayce" de D.K. de BIZEMONT n° 2786 Ed. de poche J'AI LU New Age ), et , il révélait aussi que :

      "Des vestiges des temples de Poséidia, portion engloutie de l'Atlantide, allaient ressurgir de la vase des fonds sous-marins près de l'île de BIMINI au large de la Floride et probablement vers les années 1968 ou 1969 ".

      Donc tout ce qui précède semble bien, lui donner raison. Ainsi donc, la découverte des structures cyclopéennes de Bimini , illustre encore admirablement, le majestueux passé des civilisations anciennes, dont il ne demeure hélas, pour activer l'éveil de la mémoire fugitive et pourtant orgueilleuse des hommes, que l'alignement de pierres gigantesques, toujours plus énigmatiques.

      Mais pour rejoindre les déclarations vues ci-dessus d'Adamski et d'Howard Menger, si vilipendés de leur vivant, par des zélés et ignares bien-pensants, voici un petit plus, d'un très Grand Maître, qui remet maintenant les pendules à l'heure...(Âmes sensibles s'abstenir) :

     " Tu me demandes de te parler de technologies avancées et je te réponds ceci : Vous ne pouvez tirer aucun avantage de technologies avancées, sans pensée avancée. Sans pensée évoluée, la technologie évoluée n'engendre pas l'avancement, mais la mort...

     Vous en avez déjà fait l'expérience sur votre planète et vous êtes tout juste sur le point de l'expérimenter de nouveau... Je vous dis qu'il vous est déjà arrivé sur votre planète d'atteindre les hauteurs - de dépasser les hauteurs en fait - vers lesquelles vous grimpez lentement à l'heure actuelle.

     Vous aviez sur Terre une civilisation plus avancée que celle qui existe à présent et elle s'est détruite. Non seulement l'a-t-elle fait, mais elle a presque détruit tout le reste aussi. Elle l'a fait parce qu'elle ne savait pas comment gérer les technologies mêmes qu'elle avait développées. Son évolution technologique était si en avance sur son évolution spirituelle, qu'elle a fini par faire de la technologie son Dieu.

     Les gens vénéraient la technologie et tout ce qu'elle pouvait apporter ... Ils ont littéralement mis fin à leur monde.
"


(D'après le C.A.D. nº3 de Neale Donald Walsch aux Éditions ARIANE. Fév. 1999)

     Il est peut-être aussi opportun de présenter ici quelques informations, peu divulguées, remontant cependant aux années 77 et 78 et qui concernent directement la découverte de Bimimi et qui contredisent formellement les déclarations d'un documentaire de 1997 intitulé "Il était une fois l'Atlantide" de Renan Pollès, de la Chaîne Télé Image , avec la participation de Canal+ , et de la Cinq, diffusé régulièrement sur les chaînes Antilles-Sat, TF1, Tampo, Voyage, et qui est passé même à Disney Channel le 11/11/01, prétendant que les murs de Bimini n'étaient que des formations naturelles. Sans doute les réalisateurs de ce documentaire n'ont jamais eu connaissance des textes ci-dessous, sinon ils auraient été plus circonspects dans leurs affirmations :

     Nous avons en effet gardé, les coupures de journaux de l'époque, tels que :

Lundi 4 Avril 1977: Agence-France-Presse relayée par France-Antilles 11è année n°2132.


Découverte d'une pyramide immergée dans le fameux Triangle des Bermudes


    L'écrivain américain Charles Berlitz estime que la pyramide, qu'il affirme avoir découverte sous les eaux de l'Atlantique, dans le "Triangle des Bermudes", est plus grande que la pyramide égyptienne du pharaon Chéops.

    "Il ne s'agît pas d'une plaisanterie ou d'un poisson d'Avril" a déclaré samedi a Mexico Mr Berlitz, qui, en annonçant vendredi cette découverte, a provoqué un certain étonnement dans les milieux scientifiques, et notamment aux Etats-Unis. "Cette pyramide, a-t-il ajouté a un angle identique à celle de Chéops et se trouve curieusement située sur la même latitude que la pyramide égyptienne".

    Écrivain linguiste et explorateur des fonds-marins, Berlitz, qui est âgé de 60 ans et qui s'est rendu célèbre par un best-seller, Le Triangle des Bermudes, a d'ailleurs annoncé qu'il comptait organiser d'ici à trois mois une expédition sous-marine afin de photographier la pyramide et de vérifier si elle est sur le lieu exact où il l'a localisée, précisant en riant qu'il n'avait pas envie que son collègue français Jacques Yves Cousteau, soit au courant.

Si nous parvenons à déterminer exactement la nature de cette pyramide de deux cents mètres de hauteur et enfouie à une profondeur de neuf cents mètres, nous prouverons ainsi l'existence d'une civilisation, qui, si elle n'est pas celle de l'Atlantide, est néanmoins aujourd’hui disparue, souligne l'écrivain.

    Précisant que cette expédition serait composée de six ou sept personnes, Mr Berlizt a déclaré qu'il aurait aimé utiliser l'un des bathyscaphes français, comme celui de la Calypso, mais que c'était horriblement cher.

    A propos de la découverte elle-même, l'écrivain a précisé que ce sont des amis pêcheurs qui ont été le premiers à repérer l’existence de ce qui semblait être le sommet d'une montagne sous-marine.

    Berlitz s'est alors rendu lui même sur place a confirmé la présence de la pyramide grâce à un nouveau système de sonar latéral plus perfectionné que le sonar horizontal, que l'on utilise pour localiser les bancs de poissons.

-Tous les détails de cette découverte seront d'ailleurs bientôt dévoilés dans un livre qui doit être publié à Paris par la maison d'édition “Flammarion” et dont le titre français n'a pas été révélé. En anglais, Berlitz a intitulé son ouvrage “Without a Trace” ou "sans une trace"

    L'écrivain a avoué d'autre part qu'il éprouvait une certaine crainte à l'idée de s'aventurer sous les eaux du Triangle des Bermudes, où de nombreux bateaux et avions ont disparu mystérieusement. Berlltz attribue ces mystérieuses disparitions à phénomènes électromagnétiques produisant unedésintégration moléculaire qui explique, selon lui, que l'on ne trouve jamais de traces des bateaux ou des avions disparus.

- Berlitz qui est né à New York, vit actuellement au bord de la mer à Glen-Cove (Long Island). Petit fils du fondateur des écoles de langues Berlitz, il affirme connaître une trentaine de langues. Il a écrit de nombreux ouvrages qui ont été traduits dans 22 langues.

- Berlitz a commencé à s'intéresser au mystérieux Triangle des Bermudes dés 1945, alors qu'il était lieutenant colonel dans l'Armée de l'Air Américaine et que de nombreux bombardiers américains avaient disparu à cet endroit.

- Enfin, l'écrivain affirme que depuis six mois, les Etats-Unis et l'Union Soviétique enquêtent conjointement dans le Triangle des Bermudes, dans le cadre d'un plan dénommé “Polymode” auquel participent des bateaux des deux puissances.

__________________________________________________________________


France-Antilles le Samedi 30 Avril 1977 n° 2154

L' EXISTENCE DE LA CIVILISATION DE L'ATLANTIDE SERA T-ELLE PROUVÉE PAR L'EXPLORATION DE LA PYRAMIDE DU TRIANGLE DE5 BERMUDES ?

    La pyramide que l'écrivain Américain Charles Berlitz a affirmé avoir découverte SOUS les eaux de l'Atlantique, dans le Triangle des Bermudes, serait à peine moins grande, - et non plus grande - que la pyramide. égyptienne de Chéops.

    C 'est ce qui ressort du nouveau livre de M. Berlitz, “Without a trace” “Sans laisser de traces”), à paraître le 27 Mai prochain, à New-York, aux éditions Doubleday, puis à Paris, chez Flammarion.

    L'ouvrage contient un schéma de la pyramide sous-mairne, tel qu'il a été tracé par l'homme qui le premier l'a repérée au sonar, le capitaine Don Henry.

    Au début du mois d'Avril, à Mexico, dans des déclarations à l'AFP, l'auteur du best-seller “le Triangle des Bermudes” avait laissé entendre que la pyramide engloutie était plus haute que la grande pyramide de Gizeh.

    Annonçant qu'une expédition sous-marine serait organisée l'été prochain afin de photographier la pyramide, Mr Berlitz avait ajouté : Si nous parvenons à déterminer exactement la nature de cette pyramide de deux cents mètres de haut et enfouie à neuf cents mètres de profondeur, nous prouverons l'existence d'une civillsation, qui si elle n'est pas celle de l’Atlantide, est néanmoins aujourd'hui disparue

    Ce graphisme a été montré pour la première fois en France, page 95 de l'ouvrage remarquable de Charles Berlizt "Sans Trace : Le triangle de Bermude 2", publié dés Février 1978.     L'écrivain américain avait également précisé que la découverte remontait a deux mois à peine et qu'elle occuperait une place importante dans "Without a Trace".

    Or, Si l'on en juge d'après l'exemplaire du nouveau livre de M. Berlitz remis à l'AFP par les éditeurs, nulle part dans le texte il n'est fait mention de cette découverte, qui n'est signalée que dans la partie réservée aux illustrations et seulement sous la forme d'un dessin et d'une légende.

    La légende dit notamment le sonar latéral ou celui utilisé pour repérer les bancs de poissons ont révélé la présence, au fond de la mer, de masses volumineuses qui font penser à des pyramides et à d'autres constructions. Le profil ci-dessus obtenu par le capitaine Don Henry depuis son bateau, équipé de sonar pour la pêche, montre ce qui parait être une pyramide..dont la hauteur est estimée à 420 pieds (128 mètres), avec une base de 540 pieds (164 mètres). Si c'est bien d'une pyramide qu'il s'agit, elle se rapproche beaucoup de la grande pyramide de Gîzeh en Egypte, dont la hauteur est d'un peu plus de 480 pieds (146 m). (Note du Webmaster : Voici le graphisme qu'a donné l'écho radar, obtenu par le capitaine Don Henry:



Surprenant n'est-ce pas !!)


    Le profil obtenu au sonar révèle bien une forme pyramidale parfaitement symétrique avec un léger gradin dans sa partie supérieure. Mais les annotations à la main portée sur le schéma ne paraissent pas correspondre exactement aux mesures contenues dans. la légende : elles attribuent à la pyramide une base de 520 pieds (158 mètres) et une hauteur de 470 pieds (143 mètres), ce qui, de toutes manières, confirmerait que la mystérieuse construction, - Si c'en est une - découverte dans le Triangle des Bermudes n'est pas de dimensions supérieures à celles de la Pyramide de Chéops.

    Il convient de rappeler, toute fois, que M. Berlitz avait souligne, à Mexico, qu'il s'était rendu lui-même sur place et qu'il avait pu confirmer l'existence de la pyramide grâce à un nouveau système de sonar. M. Berlitz ne fait aucune allusion dans son ouvrage à cette enquête personnelle. Il n'apporte pas non plus de précisions sur le lieu exact où il aurait repéré la pyramide.

    En ce qui concerne les énigmatiques disparitions de bateaux et d'avions constatées depuis des dizaines d'années dans le Triangle des Bermudes, M. Charles Berlitz révèle, dans Without a Trace, qu'au cours de la période 1974-1976, " plus de six cents yachts et autres bateaux de plaisance ont disparu au large des côtes des Etats- Unis et qu' un pourcentage considérable de ces pertes a été enregistré dans le Triangle".

    A l'heure actuelle, affirme-t-il, les disparitions dans le Triangle continuent de se produire au rythme d'un avion par quinzaine environ et d'un bateau ou yacht presque chaque semaine.

    Les apparitions d'objets volants non identifiés (OVNIS) occupent également une large place dans le nouveau livre de Berlizt , véritable appendice de son best-seller de 1974, qui a été traduit en une vingtaine de langues et dont plus de cinq millions d'exemplaires ont éte vendus à travers le monde.

    A ce propos, l'auteur rappelle que M. Jimmy Carter avait lui-même vu un OVNI à Thomaston, Georgie, en 1973, et qu'il a en outre déclaré au mois de Juin 1976 : Si je deviens président, je ferai en sorte que toutes les informations que les Etats-Unis détiennent sur les apparitions d'OVNIS, soient mises à la disposition du public et des savants.

René CENTASSI        
__________________________________________________________________


le Jeudi 15 Juin 1978 Agence-France-Presse relayée par France Antilles n° 2493

Va-t-on éclaircir le mystère de la pyramide sous-marine des Bermudes ?

    Une expédition scientifique se rendra, au mois d'Aout prochain, a deux cents milles nautiques au sud des Bahamas pour tenter d'identifier l'objet de forme pyramidale qui a été localisé par 100 m de profondeur sous la mer.

    Organisée par l'industriel grec, Ari Marshall, elle sera dotée de moyens très importants comprenant notamment un sous marin de poche. Le Docteur Manson Valentine, de Miami, spécialiste en archéologie sous marine et le recordman du monde de plongée libre, le Marseillais Jacques Mayol, feront partie du voyage. Selon ce dernier, l'étude de films, pris il y a trois semaines a démontré qu'il s'agit bien d'un objet de forme pyramidale de 150m de haut et de 300m de longueur à la base. L'aspect rectiligne de cet objet est marqué par deux Ouvertures latérales où l'eau s'engouffre à une vitesse prodigieuse.

PRENDRE DES ECHANTILLONS

- Je suis convaincu à 60%, a déclaré Jacques Mayol, qu'il s'agit d'une pyramide. Mais la seule façon de vérifier c'est d’y aller avec un sous-marin de poche d'une part, et de perforer la pierre d'autre part, pour prendre des échantillons. Je pense que la Compagnie Maritime d'Expertise pourrait envoyer des plongeurs par la suite. Mais je crois qu'elle s'intéressera a l'aventure dans la mesure où il y aura des indices assez valables pour le faire.

    Evoquant les relations de cause à effet qui pourraient être faites entre la découverte d'une pyramide sous-marine dans cette région et le mystère du "Triangle des Bermudes" le plongeur marseillais s'est montré très réservé.

    Tout ceci. a-t-il dit, est très difficile à relier. Certains esprits romantiques aimeraient bien voir une relation entre ce qui pourrait être les vestiges d'une vieille civilisation qui utilisait des forme d'énergie que nous ne connaissons pas et les disparitions constatées dans secteur. Pour le moment ce n'est pas très scientifique, bien que les phénomènes électro-magnétiques signalés dans cette zone soient vraiment troublants, puisque les boussoles se mettent à tourner à des allures hallucinantes et que des pilotes disparaissent et réapparaissent après que leurs montres se soit arrêtées durant ce temps.

    Le plongeur marseillais estime que toutes les hypothèses sont maintenant valables, même la rupture de la continuité espace-temps.

    L'expédition coûtera plus d'un million de Francs et sera uniquement financée par M. Marshall, un riche propriétaire de mines.

Fin de citation

    Comme suite à tout ce qui précède voyons aussi ce que nous avons écrit dans notre article :


"Pour en savoir plus, voir les pages 152 et 153 de l'ouvrage exceptionnel "Le triangle des perturbations" d'Andrés ALFAYA publié en Août 1981 chez Robert Laffont dans la prestigieuse collection "Les Enigmes de L'univers". Ce livre nous apprend, entre autres choses surprenantes, que l'on a trouvé sous l'eau de mer de la région, des blocs taillés et des pyramidions, sommets de monuments plus grands qui se prolongent plus profondément et en longueur sous le sable."

    Donc tout cela ce confirme n'est-ce pas !!!

     De plus le 8/12/01 nous avons reçu de notre ami Joël Baran le message :

From: joël.baran
To: fred idylle
Sent: Saturday, December 08, 2001 7:19 PM
Subject: message du 8 décembre 2001

    Cher fred

    Il y a deux jours, j'ai vu un article fort intéressant de l'agence Reuters à l'adresse:


    Où il est question d'étranges ruines trouvées pas loin des caraïbes.

    Amitités

Joêl

    Voici donc notre modeste traduction du texte anglais en question, placé plus bas cependant, pour les puristes qui peuvent nous en rectifier les erreurs.

Agence Reuters | SPACE.COM | AP

Jeudi 6 Décembre 6 à 11:13 AMET

Des explorateurs voient les ruines d'une "cité perdue" dans les eaux Caraïbes

Par Andrew Cawthorne
La HAVANE (Reuters)

    - Des Explorateurs utilisant un sous-marin miniature pour sonder le fond de la mer au large de la côte de Cuba ont déclaré, Jeudi qu'ils confirmaient la découverte de structures de pierre profondément immergés en dessous de la surface de l'océan qui pourraient avoir été érigées par une civilisation inconnue, il y a des milliers d'années de cela.
    Les chercheurs, aidés par une entreprise canadienne d'exploration dirent qu'ils ont filmé pendant l'été, des ruines submergées d'une éventuelle "Cité Perdue" de la Péninsule Guanahacabibes sur l'extrémité ouest de l'île Caraïbéenne. Le chef d'expédition a dit , Jeudi, que les chercheurs ont averti qu'ils n'ont pas entièrement compris la nature de leur trouvaille et ont projeté de retourner en janvier pour l'analyser plus avant.

    Les explorateurs ont dit qu' ils pensaient que les structures mystérieuses, découvertes à la profondeur étonnante d'environ 2 100 pieds (voisin de 640m:note du traducteur) et qui se présentent à la manière d' une zone urbaine, pourraient avoir été construits, il y a au moins 6 000 années auparavant. Ceci serait plus ancien d'environ 1500 ans, que les grandes pyramides de Guizeh d'Egypte.

    "C'est vraiment une merveilleuse structure qui pourrait avoir été un grand centre urbain" a dit l'ingénieur-femme des techniques océanes, canadienne d'origine soviétique, Paulina Zelitsky, qui est un membre l'ADC de la Colombie britannique (Avanced Digital Communications).

    "Cependant , il serait totalement irresponsable de dire ce qu'il en était, avant que nous en ayons la preuve" a déclaré Zelitsky à l'Agence Reuters.

    Zelitsky a dit que les structures devraient avoir été construites par des gens inconnus, quand le lit actuel de l'océan était en réalité au-dessus la surface. Elle a dit que l'activité volcanique peut expliquer comment le site a pu être immergé à grandes profondeurs en dessous de la surface de la Mer Caraïbe.
    En Juillet 2000, les chercheurs de l'ADC, utilisant un équipement sophistiqué muni d'un sonar à balayage, ont identifié un grand plateau sous-marin avec des images claires de structures en pierres symétriquement organisées, qui ressemblaient à une organisation urbaine recouverte partiellement par le sable. D'au-dessus, ces chercheurs disaient voir apparaître d'éventuelles formes de pyramides, de routes et de bâtiments.

"ULISES" ASSISTE CETTE ODYSSEE SOUS-MARINE

    Ce dernier mois de Juillet, les chercheurs d'ADC , accompagnés des experts et partenaires de l'Académie Cubaine de Sciences, sont revenus sur le site avec leur navire "Ulises". Ils ont dit qu'ils ont utilisé un sous-marin miniature sans pilote , appelé ROV (Remotely Operated Vehicle : vehicule d'opération téléguidée ) pour filmer en eau profonde des parcelles d'une zone de 7,7 mille carrés.(voisin de 12,4 km2)

    Les chercheurs ont déclaré que ces images confirmaient la présence d'énormes et lisses, blocs de granite découpés comme dans des formations perpendiculaires et circulaires, certains en forme de pyramides. Ils déclarèrent aussi que la plupart des blocs, mesurent entre 6.5 et 16 pieds ( 2m et 4,9m) de longueur, et certains sont empilés les uns sur les autres. D'autres étaient recouverts de sédiments et du beau sable blanc qui caractérise la région.

    Ces chercheurs ont aussi dit que l'intrigante découverte a fourni la preuve que Cuba, autrefois était lié au continent de l'Amérique latine par la bande de terre de la Péninsule du Yucatan.

    "Il y a de nombreuses nouvelles hypothèses concernant le mouvement terrestre et la colonialisation, et ce que nous voyons ici, devrait apporter une très intéressante et nouvelle information ", a dit Zelitsky .

    L'équipement en eau profonde de L'ADC comprend sonar de haute précision à double fréquence, possédant un système de positionnement intégré du fond océanique, par satellite, et le ROV. La société est entrain de metttre au point actuellement, ce qu'elle appelle le premier excavateur mondial du fond océan pour l'archéologie sous-marine afin de commencer l'exploration à la fois du site de Guanahacabibes et de celui relatif aux épaves de navire.

    ADC est l'opérateur agissant au niveau le plus profond parmi quatre firmes étrangères travaillant dans l'entreprise commune avec le gouvernement du Président Fidel Castro (actualités du web) pour explorer les eaux Cubaines contenant des centaines de navires chargée de trésors de l'ère coloniale.

    L'entreprise Canadienne a déjà découvert plusieurs navires historiques espagnols coulés. Dans une découverte précédente très pointue, ADC a testé en fin de l'an 2000, l'équipement au large de la Baie de la Havane, quand cette société a trouvé la vieille épave du siècle précédent, du cuirassé Américain USS le Maine.

    Le navire n'avait pas été localisé depuis qu'il avait explosé mystérieusement en 1898, tuant 260 marins Américains et enflammant la Guerre Hispano-américaine.

    Le regain d'intérêt pour les mers territoriales de Cuba, au cours de ces dernières années, est due en partie à la reconnaissance du gouvernement de Castro du fait qu'il n'a pas les fonds ou la technologie pour en entreprendre par lui même l' exploration systématique, bien qu'il ait des plongeurs excellents.

    Les entreprises américaines ont été empêchées d'opérer à Cuba par le long embargo américain sur le l'île communiste.

     Fin de citation...

    Mais dans cette affaire, il n'y a pas que la zone caraîbe en cause,, et lisez donc aussi ceci :

     Le 24/02/09 l'internaute ami Christophe D......., nous a envoyé l'url suivant d'une courte vidéo :



     Donc à 620 miles de l'ouest de l'Afrique, à peu près dans le cercle suivant :



     On a découvert ces structures très géométriques :



     
Il ne semble pas qu'il s'agit d'un  nouvel "Hoax" , car  un autre internaute ami Renaud L...  nous a aussi adressé les urls de sites qui en parlent également  :
et résumé en français à :

     Il y a aussi l'url de ce site que nous envoie, notre grand ami Pierre Lux :


     Et donc nous  supposons que les  webmasters de ces sites ont certainement déjà vérifié d'où venait l'information que tout un chacun peut parait-il découvrir sur Google Ocean. En effet une ruine d'une ville carrée de près de 165 km de côté , probablement il s'agirait d' artefacts de la banlieue de l'Atlantide, cela ne peut être caché longtemps encore : 

  


     D'autre part concernant Google ocean, il serait sans doute utile, pour ceux qui savent l'utiliser, de tourner autout de l'île de Cuba où il existerait aussi des structures bien étranges. Rappelons en terminant notre pararagraphe PS2 en date 2 0ct 2001 de notre article déjà présenté plus haut:


     Début de citation :

PS2 en date du 20/10/01.

       Nous  ne terminerons pas cet exposé sur ces fameux Elohim (qui ont fait couler  beaucoup d'encre et susciter tant de polémiques et même la création de sectes équivoques), sans évoquer "la Montagne des Elohim"encore appelé le Pico Alto , qui existe pas bien loin de notre  Guadeloupe,  dans la région  de Cuba, et montagne,  dont le nom est connu depuis des temps immémoriaux, en tout cas avant l'arrivée des espagnols, (et cela  a surpris bien entendu la plupart des observateurs qui ont visité cette montagne). Pour en savoir plus, voir les pages 152 et 153 de l'ouvrage exceptionnel  "Le triangle des perturbations" d'Andrés ALFAYA publié, nous l'avons déjà dit plus haut, en Août 1981 chez Robert Laffont dans la prestigieuse collection "Les Enigmes de L'univers". Ce livre nous apprend,  entre autres choses surprenantes, que l'on a trouvé sous l'eau de mer de la région, des blocs taillés et des pyramidions, sommets de monuments plus grands qui se prolongent plus profondément et en longueur sous le sable. L'auteur  de ce livre très documenté  nous explique alors ceci : "Le point qui retient le plus l'attention des spécialistes et a même fait l'objet d'une série d'études linguistiques poussées de la part des plus éminents scientifiques des pays du camp socialiste est le nom de "Elohim" que les aborigènes utilisaient pour parler de Pico alto. Comme on le sait, "Elohim" signifie en hébreu ancien "venus du ciel". Quelle coïncidence extraordinaire!


     Fin de citation

Autre découverte :


     Le 09/03/09 nous avons reçu de l'ami Jean-Claude V......., la missive remarquable suivante :

----- Original Message -----
From:Jean-Claude V....
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Monday, March 09, 2009 3:30 PM
Subject: Encore pire ......

     Bonjour du Pays Basque.

                 Cher Fred,

     Désolé de voir tous ces mauvais événements qui se produisent chez vous. Le monde bouge partout et je crois que ce ne sont que les prémices de grands mouvements mondiaux qui vont se produire. Souhaitons que tout cela se passe avec le moins de dégâts possibles.

     Suite a votre article du 04.03.2009, où vous nous montrez la photo de Google Earth de la cité engloutie ? complètement à l' EST à environ 300 kms de la cité en question, vous pouvez apercevoir également des structures formées de carré de 30 à 35 kms de cotés, un nombre impressionnant avec des lignes droites non naturelles qui partent sur plusieurs centaines de kilomètres dans plusieurs directions. Il apparaît donc que pratiquement tout le plateau sous marin face à la pointe africaine est recouvert de SITES ARTIFICIELS GIGANTESQUES.



      Ce qui démontre que :

      La science officielle se moque ouvertement de nous en nous racontant qu'avant nous rien n'existait , pratiquement rien, ou le déluge .

      Une ouverture d'un autre côté est en train de se produire également, ouverture poussée par qui et pourquoi ??? Grand mystère...Certaines "instances" sont peut-être prêtes à dévoiler certaines vérités sur le passé de l' humanité.

     Le grand mystère qui réside quand même sur ces structures est leurs tailles impressionnantes. On pourrait considérer qu' un trait fait 1 à 3 ou 4 peut-être 5 km de large. Qui a érigé ces structures gigantesques ?? car dans un carré de 30 kms de côté on peut y rentrer du monde. Ces axes de circulation de plusieurs centaines de kms, témoignent de la présence sur ce plateau d' une véritable et gigantesque civilisation. Ce n' est pas évident à calculer. Mais que surtout aucun grand spécialiste des fonds marins ne tente de nous faire croire que ce sont des traits naturels..

     Voila Fred , en conclusion tout bouge et nous espérons qu' un jour prochain, nous puissions en apprendre plus. (la science officielle en ce moment, rase les murs sur ce sujet ).

Mes amitiés sincères et salutations du Pays Basque .
Jean-Claude V .


Fin de citation, et à vous de juger tout cela, documents à l'appui.


Dix-neuvième focus : Quand, ARTivision en dit plus ésotériquement parlant (avec le concours éminent du Dr Lobsang Rampa) sur le fabuleux passé de la Terre, que souligent les images précédentes...

      Nous allons faire état ici, ce 15 Décembre 2014, de quelques propos, d'un autre Maître à penser en ésotérisme contemporain, tout aussi, sinon plus vilipendé que Howard Menger et Adamski, et nommé Lobsang Rampa, et qui lui aussi aurait pu, avec bien plus de succés, en ecrivant des romans de science fiction et qui affirme que tous ses écrits sont vrais.

      Ces écrits ont bien sûr fait grincer des dents les zélés et zététiques biens pensants actuels d'Amerique et aussi bien sûr de France et de Navarre. Ce qui suit s'adresse bien sur au novice ingénu qui découvre à peine le site ARTivision . Les amis d'ARTivision, sont eux au courant depuis des lustres de tout cela . Mais lisons donc d'abord ceci extrait des pages 164 à 166 de l'ouvrage surprenant "Pour entretenir la flamme" publi" au Editions de l'homme au Canada en 1972 :


      " Les chants catholiques sont une survivance de ces jours passés. Ces chants, certaines personnes les croient vieux de deux mille ans seulement; mais en fait, ce sont des chants qui ont été composés sur les chants du pouvoir des Sumériens et des Atlantes. Peut-être devrais-je intervertir l'ordre de ces peuples et dire Atlantes et Sumériens puisque les Atlantes ont eu, naturellement, la civilisation la plus ancienne.

      A cette époque-là, il était possible de soulever par la pensée de formidables morceaux de pierre, parce que l'on disposait d'une masse exercée de prêtres pensant en même temps sur l'ordre de leur maître de telle sorte que la pierre s'élevait tout droit dans l'air.(Note du webmaster: Les pierres des pyramides furent donc bien mises en place par lévitation comme le démontre Guy-Claude Mouny dans notre article :JouetdeMexico.html )

      Si vous pensez que c'est trop fantastique, rappelez-vous que vous pouvez produire un son - qui brisera un verre. Si vous prolongez le son, vous êtes à même de briser un verre ou de briser une fenêtre. Or, la pensée est simplement une autre forme de son, c'est-à-dire une vibration. Chaque chose est une vibration, et si vous mettez en mouvement la vibration qui convient, vous pouvez réaliser n'importe quoi.

      Une autre question: "Des lecteurs. se demandent quand arrivera, pour le monde libre, le moment opportun de savoir ce que sont les Capsules Temporelles."

      Ce moment opportun ne se réalisera pas avant la fin de cette civilisation, la fin de cette civilisation comme nous la connaissons présentement. Plus tard - oh non, pas de votre vivant, aussi ne vous inquiétez pas - beaucoup plus tard, il y aura des tremblement de terre qui ébranleront la croute terrestre et les capsules temporelles dont nous parlions seront projetées à la surface,prêtes à etre ouvertes . Il y en a un assez grand nombre. Une énorme Capsule se trouve en Égypte.

      Je suppose que techniquement c'est une Capsule, mais en fait, il s'agit d'une vaste chambre située sous les sables mouvants du désert égyptien. Cette Chambre est un musée complet des objet façonnés qui existaient il y a des dizaines de milIiërs d'années - oui, " des dizaines de milliers d'années".

      11 y a des avions d'un type très différents de ceux qu'on utilise actuellement, avions qui marchent par antigravité. C'est ainsi que la puissance du moteur n'est pas employée pour supporter le poids de l'appareil, mais elle sert uniquement à propulser le véhicule en avant. Je tiens à vous dire en toute cincérité que j'ai vu un avion de ce genre. Il y a un appareil qui serait spécialement intéressant pour la ménagère ou la personne qui doit porter des choses pondéreuses. C'est une sorte d'anse qui s'attache à la chose, n'importe laquelle, qu'on doit porter. 11 suffit alors de saisir cette anse comme lorsqu'on porte un panier. Si le paquet ou le ballot est lourd, l'anse est davantage abaissée; si le paquet n'est pas très lourd, alors l'anse n'est pas fort abaissée. Chacun de ces appareils a été construit de telle sorte que le paquet peut peser une tonne ou dix kilogrammes, cela n'a aucune importance, la personne ne doit jamais fournir un effort supérieur à celui qui suffit pour soulever un poids d'un kilogramme.

      L'anti-gravité était chose tout à fait ordinaire, tout à fait commune aux siècles longtemps révolus; mais les prêtres de ce temps-là, qui étaient aussi chefs des armées, entrèrent en conflit les uns avec les autres. Chaque partie s'efforça d'avoir des armes plus puissante et meilleures que celle de l'autres camp. Résultat: les belligérants firent sauter toute leur civilisation en l'air et elle retomba sous forme d'une poussière radioactive.

       Plus tard, quand on ouvrira ces Capsules Temporelles, on verra la télévision en trois dimensions et non plus simplement les trois dimensions qui sont obtenues moyen de deux caméras ou de deux objectifs. Ce sera une chose dans laquelle apparaîtront des personnes réelles, de taille miniature naturellement, jouant des pièces de théatre, exécutant des danses et même réalisant des débats.

       La photographie aussi était différente en ces temps lointains. Il n'y avait rien de pareil aux photographies plates que nous voyons maintenant. Chaque chose était dans le "solide", plus à trois dimensions que les trois dimensions elles-mêmes. Ce qui se rapproche le plus de cette réalisation, c'est un très très rudimentaire hologramme que les savants viennent d' expérimenter et dans lequel vous pouvez presque voir derrière l'objet que vous avez photographié. Eh bien, au temps de l'Atlantide, on pouvait voir derrière!

       il y a des des centaines de siècles existait la civilision la plus puissante que le monde eût jamais connue jusqu'alors. Mais il se produisit un tel cataclysme que les gens devinrent presque fous - ceux qui survécurent, naturellement. Ils durent recommencer depuis l'état sauvage et ie soi-disant Age de la Science aclue1 a à peine atteint ce qui eût été , appelé le stade du jardin d'enfant, au moment où l'Atlantide était à son apogée.

       beaucoup de gens ne croient pas à l'Atlantide, ce qui est extrêmement sot. Ces sceptiques ressemblent aux pêcheurs qui sortent pour pêcher et qui, n'ayant rien pris, déclarent : "Oh, il n'y a plus de poissons dans les mers. Ils sont ont tous morts."

       Oui l'Atlantide a existé. et il en existe encore aujourd'hui des vestiges vivants. Ceux-ci sont profondément enfouis dans une certaine partie du monde. Ce n'est pas le Mont Shasta. Ne croyez pas tout le bla-bla que vous lisez ou que l'on raconte à propos du Mont Shasta. Celui-ci est simplement un territoire ordinaire qui a été popularisé par des gens qui ne désiraient pas seulement gagner rapidement quelques dollars mais tout un sac de dollars.

       Je souhaiterais pouvoir vous vous dire certaines des choses que je connais absolument parfaitement mais certaine d'entre elles ne peuvent pas être divulguées en ce moment. Je connais la vérité au sujet des sous-marins Thresher et Scorpion et je sais ce qui leur est arrivé et pourquoi. Si l'histoire pouvait vous en être contée, elle ferait courir des frissons glacées le long de votre épmine dorsale ,mais ce n'est pas encore le moment de parler à ce propos ; il y a beaucoup de choses qu'on pourrait dire, mais - eh bien - ces livres mm partout en circulation; beaucoup, beaucoup de gens les lisent et il y a beaucoup de gens qui ne devraient pas être informés de ce que certaines personnes savent parfaitement ce qui se passe réellement. Vous pouvez m'en croire, cependant le mystère du Thresher et du Scorpion est plus étrange que vous ne pourriez jamais le croire.
"


      Pour les puristes, voici une liste donnant la date de disparition du Thresher (10/04/1963) et du Scorpion (21/05/1068) et d'autres sous-marins disparus qui bien sûr certains n'entrent pas dans le cas précis souligné, ci-dessus par Lobsang Rampa . Cette liste est tirée du Progrés-Soir de Lyon du 5 Mars 1970 :


    Bien sûr, nous avons reçu de nombreuses missives qui ne sont pas du tout d'accord avec ce Lobsang Rampa, (que nous avons été l'un des premiers à défendre sur le Web français. Voir notre article : Rampa.html ), et pour être encore une fois très fair play, en voci une parmi tant d'autres , et aussi voici notre réponse annexée :

----- Original Message -----
From: A...... L
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Friday, December 12, 2003 10:09 AM
Subject: Lobsang Rampa

    Très cher ami !

    Merci premièrement d'avoir pris la peine de m'écrire !..et je ne m'y
attendais franchement pas et j'ai été agréablement surpris d'autant plus
que cette réponse m'est parvenue très rapidement !

Non je n'ai pas pris cette information sur Lobsang Rampa sur le site en question !

    C'est lors de reportages télévisés ( au pluriel à noter), mais egalement
par déduction personelle dans les livres de Rampa que je vais vous décrire maintenant !

1- Dans un de ses livres il fait mention du fait ( et ce dans tous ses livres) qu' il est très pauvre

bon voilà, il dit dans un de ses livres (Le troisième œil) qu' il est très
pauvre, mais...il a une servante..Quand on est pauvre, on a pas les moyens
de s'en payer une, je crois.

2- C'est le type qui aurait découvert l'arnaque ( s'il y en a une qui s'est aperçu que sa description du Tibet sonnait fausse y étant allé lui même )!

3- Enfin la plupart de ses prophéties ne se sont pas , pour ne pas dire toutes
non réalisées (mais faut dire qu'il n'est pas le seul la-dessus !)

D 'ailleurs je n'ai pas été le seul à avoir cette opinion, car sur un forum
où je vais souven,t il y en a eu plusieurs à l'affirmer !...

Croyez -moi je ne demanderais pas mieux que ce soit vrai, car Lobsang Rampa
a fait partie de mon adolescence, j' ai dévoré ses livres et j'ai reçu comme
un coup de masse (et le qualificatif n'est pas trop fort) lorsque j'ai
appris cela !


Mais vu que j'ai 2 versions des faits, je ne puis point juger de la chose.
Mais svp aidez- moi à croire en m'apprenant plus !

Bien sûr également, je respecte votre opinion sur ce fait !

Ma correspondance vous est très ouverte !

...et votre site ouf...m'a coupé le souffle ayant entendu,
la théorie de la Terre creuse également dans mon adolescence...mais je ne savais pas qu'il y avait eu des photos prises de ces trous aux poles !..et sur internet
en plus..ce qui m'a convaincu!

Je suis depuis mon enfance avide de savoir et à la recherche de la vérité
et votre site m'a donné un sérieux coup de pouce..

Merci et continuez car j'ai vu que votre site était sans cesse mis à jour !...

Mes amitiés et mes salutations les plus distinguées ...!

Alain

Fin de missive

    Oh là... en voilà des points à éclaircir...! Voyons ce que l'on peut en dire :

----- Original Message -----
From: fred.idylle
To: A......L
Sent: Friday, December 12, 2003 6:38 PM
Subject: Re: Lobsang Rampa

        Très cher internaute

    J'ai tous les ouvrages de Rampa et même des lettres inédites que je publierai un jour quand le temps sera venu.

Le père de Rampa au Tibet faisait partie de l'aristocratie la plus haute.
Il ne pouvait donc pas être un enfant pauvre. Sans doute vous voulez parlez de sa vie d'écrivain. On n'est pas riche aux Etat-Unis quand on écrit des livres qui se vendent au compte-gouttes surtout si l'on parle de choses spirituelles où l'argent ne joue pas un grand rôle. Si l'on a une santé fragile et que l'on se paye une servante pour vous aider avec le peu d'argent de la vente des livres, on n'est pas pour cela milliardaire. Certes, des années après les vaches maigres, le succès peut venir, au grand désarroi des détracteurs. Les gens racontent n'importe quoi pour nuire à quelqu'un qui a cassé leur petit confort intellectuel et leur petite routine. C'est connu " quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage".

     A l'époque où se déroulent les événements décrits dans le troisième oeil , très peu d'européens avaient pénétré au Tibet et David Alexandra Néel a dû se déguiser en homme pour y pénétrer avant la première guerre mondiale. C'est dire que ceux qui prétendent connaître le Tibet de cette époque ne sont que des voyageurs de passage peu instruits des rites secrets qui s'y opéraient...La foule de détails que donne Rampa sur le TIBET ne peut en aucune manière être sortis d'une imagination débridée d'un écrivain en perte de vitesse.

     Un simple exemple vous le prouvera et que vous trouverez aussi dans mon article sur le Yéti

   Cette information que je vais vous donner est parue dès 1956 en Angleterre dans le fameux "The Third eye" publié par Martin Secker and Warburg Limited, puis publié aussi en France, un an plus tard  en 1957, par Albin Michel sous le titre   "Le Troisième œil" et que l'on peut trouver actuellement en collection de poche  chez "J'ai lu",  l'aventure secrète, n°1829.

   L'auteur prétend alors qu' étant parti avec d'autres lamas à la recherche de plantes médicinales dans les hautes Terres du Chang Tang du Tibet, il parvint dans une région volcanique où  des sources chaudes jaillissaient en bouillonnant du sol et où on exhalait des odeurs sulfureuses. La végétation était luxuriante et certains oiseaux qui y  résidaient étaient bien étranges. Mais citons ce passage préliminaire: " Mon guide nous dit qu'à sa connaissance, il n'existait  que deux endroits comme celui-ci dans les Hautes Terres....Il nous dit aussi  qu'il avait vu des squelettes d'animaux géants, qui , vivant devaient mesurer de six à dix mètres de hauteur. Par la suite, je devais en voir moi même quelque uns...."

   Ainsi donc ce Lama affirme en premier lieu avoir découvert des squelettes d'animaux géants dans ces hautes Terres du Tibet et plus avant... dans le même livre il dira: "... Même à notre époque, dit-il quiconque creuse la terre  aux alentours de Lhassa peut trouver des poissons-fossiles et d'étranges  coquillages, ainsi  que de curieux outils de métal dont on ignore l'utilité." Voilà donc des révélations qui nous mettent déjà en expectative.. Que sait-on à ce sujet actuellement?

   Le Samedi 22  Janvier 1977, l'AFP relayée par France-Antilles n°2073 publiait le communiqué suivant :


     Et si vous désirez possèder la digitalisation de cet important entrefilet , la voici :

      " Des scientifiques chinois ont découvert une importante quantité de fossiles de dinosaures à 4200 mètres d'altitude au Tibet, annonce l'agence "Chine nouvelle". C'est la première fois au monde, précise l'agence que des fossiles de dinosaures sont découverts à une telle altitude et cela revêt une grande importance pour l'histoire géologique paléontologique, climatique, et topographique de la région tibétaine. Le plus ancien  fossile trouvé par les scientifiques serait vieux de  160 millions d'années. Les Chinois ont mis à jour quatre tonnes de fossiles de dinosaures et de poissons dispersés en cinq sites et comprenant onze catégories de dinosaures. les fouilles ont duré trois mois. "

   Ainsi donc cette agence chinoise, corrobore 21 ans plus tard parfaitement les déclarations de ce Lama et il faut vraiment être un médium fortiche pour avoir découvert cela par hasard.

   Encore une autre confirmation de L'Agence France Presse plus de 3ans après la précédente: En effet dans un entrefilet relayé par France-Antilles en date du Mercredi 29 Octobre 1980, nous lisons le passage choisi suivant :

Recherche :

La longue marche des géologues français sur le plateau tibétain:

   ....Jusqu'à présent seul le flanc sud de l'Himalaya, sur les versants népalais ou indien, a fait l'objet d'études sientifiques approfondies, l'ensemble du versant nord restait à découvrir avec le mystérieux plateau tibétain, territoire grand comme la France et l'Espagne réunies culminant à une altitude moyenne de 4500m.

   Cette terre s'est élevée sur le site d'un océan disparu, il y a 50 millions d'années, quand dans sa longue migration de 7000 km , l'inde a rejoint l'Asie aux termes d'un periple de 130 millions d'années . Mais la hauteur et l'étendue de ce plateau reste un mystère pour les scientifiques a expliqué Mr Paul Taponnier de l'Institut de Physique du globe de Paris."


    Comme vous le remarquez, on parle beaucoup de mystère dans ce communiqué et l'érection à plus de 4000m d'altitude du site où se trouvait un océan disparu explique bien, comme le dit Rampa la présence au Tibet de poissons-fossiles.

C'est selon moi ce Lobsang Rampa lui même qui demeurera longtemps encore un vrai mystère, n'en déplaise à tous ses détracteurs...

    Quant aux journalistes ou autres explorateurs du dimanche qui font un petit tour, puis s'en vont et qui prétendent connaître cet immence Tibet sans être capable de décrire une seule plante poussant dans les hautes Terre et qui n'ont jamais su décrire non plus ce que l'on trouve dans le sol tibétain ni qui n'ont jamais évoqué en détail, les formes du Yéti et les légendes tibétaines qui s'y rapportent , ils peuvent toujours causer, pour se donner de l'importance et se faire mousser aux yeux des novices. On appelle cela de la récupération médiatique.

     Voulez-vous un fait précis hors-normes à ce sujet:

    Dans un ouvrage nommé Twilight paru en 1975 chez Corgi Books n° 0552 09767 5 page 20, les puristes peuvent lire: " ....Well, he is wrong enough there because the religion or belief in wich I am most informed (Buddhim) does indee refer to an inner Word. it is called "Agartha" . It is a word very fréquenty used in Buddhist Scripture, in fact in Tibetanlore there is much mention made of Shamballa were the king of all the word lives, the King woh is hidden from millions on the surface of the Words.

     Tibetans firmly believe in the King of the Word living inside the word, nor as some of demon but as an extremely good King, a good spiritual ruler who is alive in two planes, were he lives for ever and ever and the spiritual, or astral, plane were simirary he live ever for ever.

     Tibetans eilive that the king of the word gave his first instruction to the first Dalai lama, and the Dalai lama was, in fact the outerword representative of the inner word King.

     Si j'ai tenu à présenter ce texte en anglais, c'est qu'il convient mieux de remonter à la source des propos de ce L. Rampa, tant ils sont extraordinaires et voici pourquoi : Dans une traduction paru en J'ai Lu n° A326 3è trimestre 1975, nous lisons :

     " ....Eh bien ce monsieur se trompe car la religion - ou la croyance- sur laquelle je suis le mieux informé (le bouddhisme) se réfère en vérité à un Monde Intérieur . Il y a un mot spécial pour le désigner, Agartha, qui revient très fréquemment dans les Ecritures bouddhistes.? En fait , la tradition tibétaine mentionne abondamment Shamballa, résidence du roi de tous les mondes, le roi qui est caché à la vue des multitudes vivant à la surface du globe (Note du traducteur: voir aussi : F. Ossendowski Bêtes Hommes et Dieux, Ed J'ai Lu A 202).

     Les Tibétains croient fermement à ce roi du monde habitant à l'intérieur du monde. Ce n'est pas une sorte de démon, mais un souverain extrêmement bon, un excellent maître spirituel qui vit simultanément sur deux plans: Le plan physique où il règne éternellement et le plan spirituel ou astral où il regne aussi éternellement. Selon les Tibétains le roi du monde a donné originellement ses instructions au premier Dalaî-Lama, lequel était en réalité le représentant dans le monde extérieur du monde intérieur."


    Voila des propos que l'on ne pourra pas attribuer à R. Bernard dans son livre La Terre creuse paru en 1969, car certains détracteurs inconditionnels de L Rampa, ont aussi dit, qu'il avait tout copié dans cet ouvrage, pour sortir son livre Twilight parlant aussi de la Terre creuse.

     Je pourrais aussi parler des extraordinaires révélations de ce lama concernant les tunnels qui relient le monde intérieur aux diverses pyramides du monde (ce dont ne parle pas non plus R. Bernard), mais cependant, il se trouve que tout cela est confirmé parfaitement dans un ouvrage récent encore plus extraordinaire intitulé : Télos : Révélations de la Nouvelle Lémurie d' Aurélia Louise Jones et de Dianne Robbins paru aux Editions Ariane en 2002.

     Mais revenons au Dalaï-Lama... Est-ce que vous pensez que le Dalaï-Lama actuel (Tenzing Gyatso) aurait obtenu le Prix Nobel de la Paix en 1989, s'il avait affirmé dans ses discours, de par le monde, qu'il "n'était en réalité que le réprésentant, dans le monde extérieur, du monde intérieur" ? . En somme qu'il n'avait aucun pouvoir véritable, si ce n'est celui qui lui vient des Maîtres de l'Agartha et cela depuis des générations ? En conséquence et c'est cela qui importe, il ne pouvait aucunement reconnaître les dires de ce L. Rampa, dires qui diminuaient grandement son autorité temporelle. Voilà donc pourquoi encore, certains détracteurs se gaussent, en disant que même le Dalai Lama n'a pas reconnu ce L.Rampa.

    Je pourrais aussi parler de "ces briseurs de corps" qui à la mort d'un individu le découpent en des centaines de morceaux pour en distribuer ensuite les éléments aux vautours. Je n'avais jamais entendu parler de cela , avant de lire il y a plus de 35ans, le Troisième oeil et j'en avais été tout retourné à l'époque. Mais plus tard, j'ai pensé que c'était là un moyen de recyclage aussi valable que le nôtre. Nous mettons le corps décédé dans un cercueil et laissons les vers faire le reste du recyclage. Mais le vautour n'est-il pas à un niveau d'évolution plus élévé qu'un ver? Les revues New Look (N° 93 Avril 1991) et Géo (références hélas égarées), ont osé montrer en images, ce rituel funéraire macabre et il est évident que je ne placerai jamais de telles images sur ARTivision où l'on recherche, non pas l'extrordinaire pour épater la galerie, comme certains le croient sans doute, mais bien le Sublime pour retrouver la véritable destinée de l'humain .

    Je pourrais évidemment mettre en relief beaucoup d'autres détails pointus qui prouvent que ce lama a bien vécu au Tibet et que ce que, les détracteurs lui reprochent surtout, c'est le fait qu'il ait changé de corps, comme on change de vêtement, ce qu' eux, les occidentaux sont incapables de faire et ils ignoraient même que cela fut possible et voilà ce qui les enrage. Les nombreux cas actuels de channelisations qui se découvrent actuellement montrent parfaitement qu'un esprit peut occuper le corps d'un autre. Alors arrêtons voulez-vous ce débat stérile, mais oh combien apprécié des rationalistes endurcis.

    Quant à cette affaire de prophéties dont je ne parle jamais sur mon site et pour cause, l'entité transcendante venant au moins de la quatrième dimension nommée Kryeon a déclaré que les dates du 16 Aout 1987, puis le 11 janvier 1992 et enfin le 23 avril 1994 ont été cruciales dans la re-structuration spacio-temporelle  du trellis magnétique de la planète Terre et  que par conséquent toutes les prédictions précédentes ont été annulées et les compteurs, pour ainsi dire, furent remis à zéro. C'est sans doute pour cela que pour la plus fameuse prédiction de Nostradamus qui devait arriver en  Juillet 1999, rien ne s'est passé. Il en a été de même de certaines prédictions d'Edgar Cayce.

    Cependant, je tiens à préciser que ce Lobsang Rampa, a effectivement réussi au moins à voir la réalisation d'une prédiction remarquable qu'il avait faite, puisque dans un livre publié à Londres en 1971 et intituléFeeding the flame, il annonçait déjà la prochaine destitution d'un Président des Etats-Unis, événement impensable, avant l'affaire du Watergate qui allait précipiter, on le sait, en 1974, la chute du Président Nixon.

    Je ne rentre pas dans aucun forum et les informations que je place sur mon site viennent souvent directement de chez moi où je les découvre par une intuition renouvelée que je ne saurais attribuer nullement au hasard.


    Très fidèlement Vôtre
    Fred Idylle

    Fin de citation...

    Et voici la suite en date du 14 Déc. 2003:

----- Original Message -----
From: A...... ............e
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Friday, December 14, 2003 5:11AM
Subject: Lobsang Rampa final

    Très cher ami

    J'ai cru noter par votre dernière missive une certaine impatience et je dirais même une certaine agressivité..

    Bon chacun est libre de penser comme il le veut, Je suis allé sur le site Zététique qui dénigre Lobsang Rampa !

    Il semble que ça ne date pas d hier, qu'on le denigre, Etait-il un imposteur ou pas ?

    Je en sais plus si c'était dans le troisième oeil ou la carverne des Ancien, mais il dévoile comment il a obtenu ce troisieme oeil !! et lisez bien ceci...C est en se faisant planter un bout de bois en plein front qu' il aurait eu ce don !!

    Entre vous et moi n'avez vous jamais lu une telle absurdité de votre vie ??

    Juste ce passage me fait croire qu'il 'agit d'un imposteur. Sans parler qu il n'avait aucun trait asiatique et son accent parait-t-il très british etc....

    En fait, je veux vous dire que mon opinion sur lui est faite , ce qui ne m' empêche pas de trouver votre site des plus géniaux au sujet de la Terre creuse et je suis sur ce sujet 100% d accord avec vous et votre site est des plus instructifs un grand bravo ...je me délecte de vos pages...une infinie source de savoir !!

    Si je vous réécris ce ne sera plus au sujet de Lobsang Rampa mais bien de la Terre creuse et si j'ai des informations ou des photos pour votre merveilleux site, je vous promets de vous le signaler.

    D' un ami qui vient du froid canadien..

A.......... L........e


    Et encore du même jour à 13h55 :

    Cher ami

    Merci de m'avoir encore écrit..Je finirai, ultimement sur Lobsang Rampa, par cette question !

    Croyez vous reellement et pensez y bien fort au plus profond de votre être , sincerement qu'on développe l'ouverture du troisieme oeil par une opération quelconque ?..Pour ma part j'ai cru qu'il fallait la développer en travaillant sur le plan spirituel.D'ailleurs la seule fois où j'ai lu que le troisieme oeil était ouvert par voie d'une operation c'est dans un des livre de Lobsang Rampa !

    Bon tournons cette page (car pour nous deux à ce sujet nous allons tenir bon... et je respecte votre opinion) et en passant je ne fais pas partie d'un groupe quelconque de pessimiste au contraire je suis très ouvert..et j ai fait partie de l'Ordre de la Rose-Croix A.M.O.R.C pendant 2 ans au début de mon âge adulte !..

    Je parcours au moment où je vous écris " Les mystères de la Bible" et je trouve ce sujet passionnant ..Je n'avais pas vu la page d' index et j'ai constaté que cela a dû être un travail colossal de votre part, mais combien gratifiant et enrichissant ...pour vous , pour répandre enfin ce qui n' aurait jamais dû être caché à la connaissance de l'humanité, et nous permettre d'apprendre un peu plus sur ces sujets des plus passionnants !

    Votre site m'a laissé bouche bée ce genre qui vaut à lui seul la raison d être sur internet !

    Je continue à lire chacun de vos dossiers mot par mot et aussitôt que j'ai une information qui pourrait enrichir le site, je vous la communiquerai aussitôt !

    Je crois que le monde dans lequel nous vivons est à l'agonie...Nous sommes dans le début de l'ere du Verseau..et tous les vieux masques vont finir par tomber et laisser la place à la Vérité !

    Comme j'envie le fait que vous soyez à la chaleur alors qu ici au Québec le thermeometre indique -12 degres celcius !(rien de comparable cependant aux -50 et -80 des temperatures des poles !)

    En finissant, je vous dirai que j'ai passé la nuit à lire votre site (23 heures sans être aller au lit)..Votre site est si captivant et je vais tacher d'inviter le plus grand nombre de mes connaissances à vous lire !

    Ah et puis une dernière question?

    N'avez vous jamais eu des menaces à cause de la vérité que vous dévoilez sur votre site ?

    Bien à vous
    A...... L.............e


---- Original Message -----
From: fred.idylle@wanadoo.fr
To: b..........@enter-net.com
Sent: Thursday, December 14, 2003 1:22 PM
Subject: Re: Lobsang Rampa final

    Cher internaute

    On dirait que vous pensez qu'à l'époque où cette opération eu lieu, il y avait au Tibet des bistouris et perceuses électroniques pour percer un petit trou dans le front pour y exciter une glande particulière. Les herbes spéciales utilisées servaient parfaitement d'antiseptique et de stérilisation. La pointe de bois utilisée n'était pas évidement du bois blanc dont on fait les meubles à bon marché actuellement dans le commerce. J'ai assisté à un documentaire tourné en Indonésie dans une peuplade primitive où l'initiation d'un jeune homme pour qu'il soit considéré comme adulte, consistait dans le fait de lui arracher ses deux belles incisives de la mâchoire supérieure et cela à la main, sans pince, et évidemment en tapant dessus avec un bout de bois justement. Cela devait donc faire un joli petit trou en haut dans la bouche et ce trou était dès lors le signe de l'initié et faisait de son opérateur, quelqu'un de très respecté.

    Alors la souffrance devait être atroce et pas moins dure que celle supportée par Rampa qui lui, avait été sous hypnose pour l'ouverture du Troisième Oeil. En voyant en direct, ce reportage, j' ai eu un frisson bien compréhensible au niveau de ma mâchoire supérieure.

    En résumé, il s'agit de se placer dans les conditions de vie très peu connue, des tibétains de l'époque et de ne pas raisonner avec nos conceptions modernes occidentales.

    Vous écrivez: "Croyez vous réellement et pensez y bien fort au plus profond de votre être , sincèrement qu'on développe le troisième oeil par une opération quelconque ?."

    Je crois que vous n'avez pas bien assimilé la démarche d' ARTivision et que vous confondez ce site avec un système qui est basé sur des croyances religieuses ou philosophiques.. Sur ARTivision ne régne que le pragmatisme, c'est à dire que je ne m'intéresse qu'aux faits notoires, connus ou ignorés. Chacun est libre par la suite d'interpréter ces faits à sa convenance et en fonction de son niveau d'évolution.

    Les Grands Maîtres orientaux possédaient autrefois, un trou au milieu du front qui était le signe de la plus Grande Sagesse et de la plus Profonde Connaissance, que cela soit enseigné ou pas dans nos universités. Les européens ont d'abord ignoré pendant des lustres cette Connaissance orientale pour l'adopter ensuite en douce comme ils l'ont fait par exemple pour l'acupuncture dont je parle dans mon article très corsé, intitulé: "Soria :Autres révélations en concordance avec les propos d'ARTvision" et placé directement à :



     Des siècles après, les gens d'Orient qui voulaient montrer leur respect pour ces Maîtres utilisèrent une pastille écarlate nommée le signe du Tilac qu'ils placèrent au milieu du front juste au dessus de la glande pinéale. Cela n'est pas de l'imagination puisqu'il en reste quelque chose sur les sculptures en bois des Indes



     Cela n'a pas l'air d'être une égratignure n'est-ce pas que cette ouverture bien circulaire au milieu du front de cette statue du XIIè siècle ?

     Libre à vous d'imaginer donc son utilité !!

     Je crois avoir écrit quelque part sur ARTivision: " que le Passé de la Terre est bien plus extraordinaire que l'on ne pourrait jamais se l'imaginer "

     Vous écrivez aussi : "Pour ma part  j'ai cru qu' il fallait la développer en travaillant sur le plan spirituel."

     La notion de spiritualité dans le contexte européen est tout aussi relative que celle concernant la vérité que l'on croit atteindre un jour et qui s'éloigne le lendemain. (voir ce que pense ARTivision à ce sujet, ainsi que pour les menaces dont vous parlez et qui pourraient m'être faites, dans l'article déjà mentionné plus haut:

http://www.artivision.fr/docs/notionsimportantes.html )

    Le spirituel tel qu'on le conçoit en Occident est ce qui s'attache dit-on, à l'esprit et à l'âme. Mais hélas personne n'est capable de nous dire exactement ce que c'est que l'esprit et en encore moins, ce que c'est que l'âme. Les scientifiques découvriront bientôt que ce sont des complexes vibratoires réels (liés à notre ADN et également, assurément à nos différents chakras) qui nous viennent d'une connaissance oubliée depuis des éons et situés dans diverses dimensions et qui relient l'être humain indéfectiblement à L'Harmonie du Cosmos.

    Que joies et découvertes nombreuses vous accompagnent dans votre quête du Graal de la Connaissance.

    Très fidèlement et bien tropicalement Vôtre:
    Fred Idylle


PS: A propos de l'ADN, il serait sans doute utile de mentionner ici les informations que nous dévoile justement par channeling Kryeon cette entité vivant dans des dimensions supérieures à trois :

"    ...Depuis un certain temps, nous répétons que l'ADN comprend douze filaments , dont deux sont visibles et dix invisibles. Cela ressemble beaucoup au message reçu de vos savants selon lequel onze dimensions sont inérentes à toute matière, dont quatre sont visibles et sept invisibles!....

    ....En fait, ils se sont trompés d'un chiffre. Aux personnes responsables par les mathématiques des ces décisions concernant les filaments, j'annonce qu'elles ont négligé de compter le zéro comme un chiffre! Par conséquent , si vous l'incluez, il y en a douze. Les spécialistes de cette étude sauront ce que cela signifie. Le cœur de toute matière sur cette planète comprend douze dimensions... Le magnétisme met en jeu le 12. Il est en base 12. .....Vous pouvez continuer à utiliser la base 10 pour des problèmes en bases 10 et 12 , mais dans ce cas, vous ne mettrez pas à profit l'élégance, ni la vitesse du système en base 12.... Cherchez les 12, ils sont partout et nous vous dévoilons ceci: dans les filaments d'ADN existe une symétrie qui donne la base 12.

    Votre ADN fut de tout temps interdimensionnel. Les structures interdimensionnelles apparaissant sur vos "filaments invisibles d'ADN" , sont celles du karma, des résidus karmiques de vos leçons de vie; elles représentent aussi une empreinte de ce que vous avez été, votre contrat spirituel et l'énergie des vœux spirituels hérités des vies antérieures. Et ce n'est pas tout.

     En effet, vos attributs magnétiques astrologiques en font aussi partie: L'énergie de votre naissance, le jour, l'heure, la période de l'année et l'état du système solaire, ont tous laissé une empreinte sur les parties de votre ADN, qui ne sont pas chimiques mais magnétiques......

    La vie interdimensionnelle se trouve, même en vous, intelligente qui abrite votre ADN, partie intégrante de votre biologie. Votre ADN est bien plus important que ce que vous avez jamais pu imaginer, et je ne parle pas du génome humain en quatre dimensions dont vous venez juste de réaliser la carte, bizarrement trois ans avant terme. Je fais allusion au reste du complément interdimensionnel de l'ADN humain, qui abrite en lui-même une vie interdimensionnelle intelligente.
"

    D'après " Un nouveau départ " Kryeon Tome VII aux Editions Ariane 4trim. 2002.

    Tout cela n'est-il pas surprenant et en rapport direct avec ce que sur ARTivision, on trouve sous la dénomination de Mysticisme Cosmique Pragmatique (voir aussi le conte ésotérique:"rencontreinso.html") . Notez en passant aussi cette révélation surprenante concernant les découvertes scientifiques qui se précipitent à un point tel que les entités supérieures qui les programment sont, elles-mêmes, dépassées par le Temps ( découverte de la carte du génome humain 3 ans avant la date prévue)

    On peut se demander s'il ne nous reste pas au fond de nos mémoires le souvenir ancestral de ce 12 connu dans l'Antiquité: Les 12 Travaux d'Hercule, Les 12 signes du Zodiaque, le cadran de nos horloges divisés en 12 parties etc.. Mais il y a aussi nos heures qui valent 60 (multiple de 12) minutes et nos minutes, elles aussi, divisées en 60 secondes. Chez les anglo-saxons, on trouve aussi : le pied (foot) qui vaut 12 pouces (inches), le shilling qui vaut 12 pences. Rappelons enfin que les Ummites ( voir notre article à ce sujet) prétendent ne connaître dans leur calcul , que le système à base 12
.

Derniére missive concernant L.Rampa:

    Nous avons reçu le 26 Janvier 2004, de l'internaute A...L, une dernière missive que voici:

----- Original Message -----
From: A..... L.......
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Monday, January 26, 2004 12:44 AM
Subject: Au sujet de Rampa.

    Premièrement ..merci d'avoir mis sur le site, 2 de mes lettres, avec explications, non seulement pour moi, mais pour nous tous et toutes !

    Vos explications m'ont pleinement satisfait, et je n aurai qu'une toute dernière question:

    Si Lobsang Rampa a transmigré son esprit dans le corps d'un Anglais pourquoi n'a-t-il pas dévoilé tout de suite cela dès son premier livre ?

    Comme toujours si j'ai de l'information intéressante pour notre merveilleux site, je vous le ferai savoir.

    Avec mes salutations distinguées

    Alain

    Et voici donc aussi notre dernière réponse sur le sujet de Rampa.

----- Original Message -----
From:fred.idylle@wanadoo.fr
To: A...L..
Sent: Tuesday, January 27, 2004 10:46 AM
Subject: Re: Au sujet de Rampa.

    Cher Alain.

     Vous écrivez "Si Lobsang Rampa a transmigré son esprit dans le corps d'un Anglais pourquoi n'a-t-il pas dévoilé tout de suite cela dès son premier livre ? "

     Votre question s'apparente à celle du novice qui vient d'être admis dans une congrégation, ou une obédiance, quelconque, et qui veut dès la réception des premières monographies, aller au bout de la connaissance diffusée, sans en avoir assimiller les prémices.

L'initiation comporte des dégrés obligatoires que doit suivre le novice qu'il le veuille ou non. Toute l'oeuvre de Rampa est axée sur cette démarche (et vous avez dû aussi le remarquer que sur ARTivision, il y a aussi une progression dans la diffusion de certaines informations alors que le webmaster que je suis, ne fait aussi que le constater sans l'expliquer).

     Rampa dit même dans un de ses ouvrages, que l'initiation qu'il a reçue à l'époque était tellement secrète que même s'il voulait en parler, le lecteur moyen serait incrédule....

      Il ne faut surtout pas oublier que nous étions dans les années 50, où il n'existait pas le média Internet (qui dévoile actuellement tout vite fait ) et époque où il fallait se contenter de tout ce que disaient nos livres scolaires et universitaires sans pouvoir les contredire. Alors vous pensez bien qu'avouer dès son premier livre, comment il avait été transféré du Tibet en Angleterre, premier livre écrit en 1955 je vous le rapelle et publié un an plus tard , eu été une aberration culturelle notoire. Il a dû attendre le 3ème livre pour avouer cela, car on n'arrêtait pas de le traiter d'imposteur et d'ailleurs jusqu'a présent son explication hors norme n'a servit à rien pour les cerveaux non formés à ce genre d'information, comme ces messieurs les zététiques. Donc il ne faut pas raisonner sur un sujet positionné à une époque particulière, avec le mode actuel de pensée qui a beaucoup évolué.

     Pour bien vous montrer que dans l'oeuvre de Rampa il y a une évolution qui va, du bas en haut , prenez par exemple le chapitre 8 de son livre "Lama médecin" intitulé "Au premiers jours du Monde" où il décrit en détail, vus du côté des hommes des événements extraordinaires et incroyables qui ont eu lieu dans les temps anciens sur cette planète Terre. Et bien, vous pourrez vérifier que dans un autre ouvrage encore plus extraordinaire nommé "L'Ermite" il décrit les mêmes événements vus cette fois-ci du côté "des Dieux" autrement dit ceux qu'il appelle "Les jardiniers de la Terre"


     Fin de citation


    Mais comme cet article est dédié aux partisans de JUNG voici, justement une missive où un spécialiste des thèses jungiennes s'exprime en défendant, c'est normal, les sentiers culturels de sa paroisse :

    Mais les mentalités changent et voici un passage d'une missive que j'ai reçue récemment:

----- Original Message -----

From: R.........d
To: fred.idylle
Sent: Tuesday, November 25, 2003 1:51
Subject: ERE DU VERSEAU - 2

Cher monsieur.

    Je vous remercie pour votre réponse, dont
je prends bonne note.

......Vous dites aussi que "la Psychologie et la Psychiatrie sont totalement en dehors des considérations premières et latentes de mon site " .

    C'est votre droit et je n'ai à vous convaincre de rien.
Permettez-moi simplement de vous faire remarquer
que depuis quelques années on assiste à une sorte
d'élévation du niveau de conscience
chez bien des
scientifiques; ainsi des psychiatres renommés avouent
qu'ils ont constaté des phénomènes paranormaux
chez des patients, qu'ils refusent dorénavant de nommer
malades.

    Autre exemple, Didier Dumas, psy de l'école la plus stricte,
celle de Lacan, qui prône le chamanisme ...Etc.

    Dernier point: quand vous me parlez, pour exemple, d'un
livre qui tombe et s'ouvre à la bonne page, c'est un parfait
exemple DU PRINCIPE DE SYNCHRONICITÉ que nous devons
justement à C.G.Jung... ... Il n'y a pas de hasard.


    Fin de l'extrait

    On voit donc que tout évolue progressivement sur cette belle planète ...

    Mais revenons justement vu son importance au surprenant texte présenté plus haut tel que :


et où nous avoins précisé que ce n'était pas demain la veille, que la Science (des psychologues et consorts), nous expliquera ce phénomème, sans qu'elle fasse une révision totale, sur le fait que l'être humain est bel et bien branché sur des Univers parallèles . Eh bien... ce n'est pas par hasard que nous avions choisi cet exemple, car nous possèdons dans nos dossiers un cas quasi semblable, qui évidemment n'a pas; non plus fait la une des médias, qui avaient à l'époque pignon sur rue :

     Ce cas est tiré d'un vieil exemplaire de l'hebdomadaire NOSTRA n° 203 du 25 Février 1976 :


où nous trouvons de nombreux cas de dédoublement de la personnalité comme le disent si pudiquement nos spécialistes médicaux.

     Voici donc l'extrordinaire cas suivant (très voisin de l'affaire d'Alexandra TOCELLI vue ci-dessus ), et dont nous avons refait les colonnes.(Soyez indulgent pour la présentation, car nous avons eu un mal fou à retranscrire cette image étant donné le délabrement du périodique en question)


     Surprenant n'est-ce pas !!! Mais, il y a bien mieux encore, car en effet, si vous n'avez pas vu téléfilm américain intitulé "Sybil "réalisé en 2007 par Joseph Sargent et basé sur le livre de la journaliste scientifique Flora Retha Schreiber intitulé aussi Sybil, paru aux USA en 1973, alors regardez bien ces deux photos :

 


     Sur la première photo, Margaux est bien officiellement qualifiée d'aveugle. Sur la deuxième photo, elle ne l'est plus, et peut vous décrire par exemple, votre habillement dans le moindre détail.

     Pour en savoir plus, lisez alors ceci que le 08/02/2010, nous avons reçu du fidèle ami Jérémy :

----- Original Message -----
From: Jérémy N...........
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Sunday, February 07, 2010 7:45 PM
Subject: Une affaire de multiples personnalités.

          Bonjour Fred,

     J'étais en train de lire votre remarquable article concernant le Lama Rampa, et à la fin de votre article, vous parlez du cas de gens ayant des personnalités multiples. Il se fait que récemment, je suis tombé sur cette intriguante histoire, qui mérite vraiment d'être visionnée :


     Vous souhaitant de bonnes choses, je vous dis à bientôt.

          Cordialement Jérémy.


     Merci mille fois à Jérémy, pour cette sublime vidéo.

      On sait alors, que le site ARTivision, compte tenu de tout ce qui précède, accorde dans cette affaire, très peu de crédit, aux déclarations des psychiatres et autres psychologues, mettant en avant, leurs bancales théories freudiennes, pour expliquer le phénomène. Pour ce site, il est de loin préférable, d'admettre simplement, que cette jeune fille, sensible à des vibrations très particulières, sert malgré elle, de canal privilégié à des entités évoluant dans un univers parallèle. Point barre.

     Affaire à suivre, bien sûr avec minutie .

     Et que celui qui a de bons yeux pour bien voir et lire tout cela , en tire la conséquence notoire qui s'impose requis, et surtout, le désir latent , d'en savoir plus.

     Et ce 18 Décembre 2014, il nous semble justement opportun de présenter ici le point de vue, de ce Lobsang Rampa sur ces Univers Parallèles, où l'être humain aurait des racines :

     Voici donc, tiré de son surprenant ouvrage "Les Univers Secrets" publié aux Éditions de la Presse , du Canada, en 1972 :




      En conlusion disons que nous connaissons parfaitement les controverses qui ont été développées au sujet de ce Lobsang Rampa, et qui ont été lancées, il y a des années par des journalistes ignares en mal d'articles et qui n'avaient jamais entendu parler du phénomène de Channeling, ou simplement le phénomène, que les psychiatres appellent pudiquement le dédoublement de la personnalité , alors que dans certains des individus, il peut cohabiter ensemble, plusieurs personnalités totalement étrangères l'une à l'autre. Le quotient intellectuel est différent, la voix, et l'écriture, et les habitudes, sont différentes. Nous avons nous-mêmes connu une personne nommée Emmanuel, qui avait au moins 5 personnalités différentes;, et nous en parlons justement d'une manière très succincte dans nos articles :



      Rappelons en passant, que dans ce dernier article, qu'un de ces personnages par la bouche d'Emmanuel , nous avait dit, alors que nous ne lui avions rien demandé, qu'il "...nous connaissait depuis 2000 ans".

       Cette affaire de channeling qui embarrasse franchement les scientifiques bon teint, et aussi les internautes sceptiques, et où apparaissent les vocables comme : Seth, Hilarion, Panda, Ramth, Speakers, Lazaris, Raphaël, Asthar, Soria, kryeon, Saint-Germain ...etc..., est évoquée ces temps-ci dans de nombreux ouvrages, dont celui-ci paru chez Befond en 1989 :


    Une personnalité comme Ramtha dont nous parlons dans notre article totalement exclusif sur la "Terre symétrique", peut donc habiter un corps pendant des mois, si cela est autorisé en Haut Lieu, pour remplir un rôle bien déterminé.

    Chacun peut donc croire ou non à l'existence de ces channels, mais en ce qui concerne ARTivision, nous avons le devoir de préciser ici que dès qu'un phénomène provisoirement inexplicable se produit dans une société et brasse des foules, il y a toujours, au bout d'un certain temps, des promoteurs à visées mercantiles, qui le récupèrent pour faire rafler le maximum de fric, de ces foules ignorantes et mêmes parfois ce qui est plus grave, ce sont des pervers et des détraqués en rupture de ban avec la société, qui manipulent les gens. Le sinistre Hitler par exemple, n'a pas hésité à interpréter les versets bien obscurs de Nostradamus, pour prédire la victoire de son camp, et donc justifier par ses folles déductions, sa politique raciste et son génocide du genre humain.

Prologement révélateur spécifique du 19e focus, en date du 31/12/2014

      Toujours concernant cette affaire du dédoublement de la personnalité, nous sommes tombés, le 29/12/14 en cherchant tout autre chose , sur un article de Mr Jean Brun, publié dans le n° 480 de la revue NOSTRA du 18 au 24 Juin 1981 :


      Rappelons que l'auteur de cet article est le même qui nous avait gratifié d'un extraordinaire récit, concernant l'amiral Richard Evelyn BYRD, et récit paru plus tôt dans le même l'hebdomadaire NOSTRA, du n° 425 de la semaine du 29 Juin au 4 Juillet 1980. Ce récit inouï, a été publié dans de nombreux articles, et dont le premier fut placé, dès le 17/09/2000 à : Byrd.html

     Et pour entrer dans le vif du sujet, voici déjà le début de l'article de 7 pages passionnantes de Mr Jean Brun :


      Or justement, comme par hasard aux pages 24 et 25, l'article présente, les deux photographies suivantes des deux personnages mentionnés ci-dessus :

  

     Bien sûr, nous ne pouvons transcrire ici, les 7 pages, de la l'article en question, mais pour les puristes, voici une partie d'un titre très significatif:


      Et, voici donc, pour terminer, la position à l'époque, des adeptes du psychologue JUNG, dont il est question dès le début de cet article :


     Finalement, laissons les spécialistes académiques, le soin de débattre, comme il se doit, sur cette étrange affaire.

           Fred IDYLLE

     Article mis en page le 18/10/2014, et revu le 20/10/2014, et revu le 21/10/2014, et revu le 22/10/2014, et revu le 23/10/2014, et revu le 24/10/2014, et revu le 25/10/2014, et revu le 26/10/2014, et revu le 27/10/2014, et revu le 28/10/2014, et revu le 29/10/2014, et revu le 30/10/2014, et revu le 30/10/2014, et revu le 31/10/2014, et revu le 01/11/2014, et revu le 02/11/2014, et revu le 03/11/2014, et revu le 04/11/2014, et revu le 05/11/2014, et revu le 06/11/2014, et revu le 07/11/2014, et revu le 08/11/2014, et revu le 13/11/2014, et revu le 14/11/2014, et revu le 15/11/2014, et revu le 16/11/2014, et revu le 17/11/2014, et revu le 18/11/2014, et revu le 20/11/2014, et revu le 21/11/2014, et revu le 22/11/2014, et revu le 23/11/2014, et revu le 24/11/2014, et revu le 26/11/2014, et revu le 27/11/2014, et revu le 28/11/2014, et revu le 29/11/2014, et revu le 30/11/2014, et revu le 01/12/2014, et revu le 03/12/2014, et revu le 04/12/2014, et revu le 05/12/2014, et revu le 06/12/2014, et revu le 07/12/2014, et revu le 10/12/2014, et revu le 11/12/2014, et revu le 12/12/2014, et revu le 13/12/2014, et revu le 14/12/2014, et revu le 15/12/2014, et revu le 16/12/2014, et revu le 18/12/2014, et revu le 21/12/2014, et revu le 31/12/2014, et revu le 14/06/2015.


Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil