Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresse du site :
http://artivision.eu


      
Quand les déclarations de certains scientifiques,
concernant la Lune,
nous interpellent amèrement.


I Introduction.

     Nous allons ici faire état de deux informations qui nous ont fait sourire sournoisement en sachant que les protagonistes concernés, avaient tout le loisir, bien plus tôt, de découvrir en temps utile, les tenants et les aboutissants de "cette affaire lunaire" qu'ils tentent actuellement de mettre en exergue, en prenant le train en marche.

      Voici donc ces informations qui seront suivies de nos commentaires plutôt corsés à ce sujet :

II Genèse de l'affaire.

Première information :

29 Décembre 2011, nous avons reçu de l'internaute Dominique, la missive suivante :

----- Original Message -----
From: Dominique
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Thursday, December 29, 2011 7:43 AM
                Bonjour Fred

     En pièce jointe une copie d' un article de Futura-Sciences placé à :

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/paul-davies-veut-chercher-un-monolithe-noir-et-sur-la-lune_35591/

qui pourra t' intéresser......à suivre..

               Cordialement.

          Dominique



Deuxième information :

13 Janvier 2012, nous avons reçu de l'internaute Françoise, la missive suivante :

----- Original Message -----
From: Françoise
To: fred.idylle
Sent: Friday, January 13, 2012 8:01 AM
Subject: Fw: Y a t-il des traces d'Aliens sur la Lune ?

          Bonjour,       Avant tout, je vous souhaite une bonne année chrétienne 2012 et j'espère que vous allez bien.       Ci-joint un article qui peut vous intéresser.

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Y-a-t-il-des-traces-d-Aliens-sur-la-Lune--26429571

          Cordialement

          Françoise de Montpellier


     Bien sûr c'est ARTivision, qui présente les images des textes en question, au cas où ces derniers venaient à disparaître comme par enchantement.

     Cet article est spécialement réservé au profane qui entre pour la première fois dans ARTivision par cet article, et qui se pose aussi des questions sur cette affaire Lunaire évoquée par ces scienifiques. Les amis d'ARTivision eux, connaissent déjà pratiquement tout ce qui va être présenté ici.

     Expliquons d'abord cette affaire de monolithe noir évoqué par les journalistes de Futura-Sciences. Disons donc pour commencer que le grand scientifique anglais Paul Davies, né à Londres en 1945, quand il devint adolescent, a eu tout le loisir de lire l'ouvrage d'Arthur C. Clake paru en 1948, et intitulé : "La sentinelle", sorte de petit texte appelé "une nouvelle", où il était question d'une pierre noire, (sorte de balise cosmique prouvant le passage sur la Lune d'êtres très évolués).

     Nous avons eu le privilège de pouvoir découvrir cette nouvelle en entier, dans la revue hélas disparue, Planète N° 32 du Jan-Fév. 1967. Nous publierons cela, sans doute un jour prochain. L'internaute Florian H....  le 12 Février 2003, nous disait aussi que l'on peut avoir d'autres détails sur le site :

http://neocobalt.free.fr/auteurs/lasentinelle.html

     Nous avons alors aussi ici, une petite pensée pour le regretté de Stanley Kubrick, dont l'admirable film "2001 L'odysée de L'espace", nous a fait rêver en son temps. Or le scénario de ce film est justement d' Arthur C. Clarke (membre de l'Académie Astronautique, inventeur des satellites artificiels, prix kalinga de vulgarisation) qui avait imaginé, comme par hasard, dans son livre paru en 1968 intitulé "2001: A space Odysee", paru à Polaris Publication en 1968, que c'était dans le cratère Clavius que l'on avait découvert un monolithe en forme de parallélépipède, signe du passage sur la Lune, d'une civilisation très avancée. Le site ARTivision a parlé en exclusivité, justement dans de nombreux articles d'une découverte inouîe, faite sur le bord de ce grand cratère Clavius, dans un autre petit cratère nommé Rutherford. Voyez donc l'image suivante :


      La flèche rouge nous indique que le complexe très structuré de Rutherford est toujours là. Il y a une sorte d'obélisque surélévé sur une plateforme carrée. On y voit aussi cette sorte d'arche gigantesque en suspension sur du vide, puique son ombre apparaît en dessous de son extrémité comme l'indique notre flèche bleue. Notons toujours à droite de cette arche, de nombreux blocs à bords parallèles ou orthogonaux.      Surprenant n'est-ce pas!!! L'auteur Arthur C. Clarke, a pourtant choisi, ce cratère Clavius parmi des milliers d'autres. Comme le Hasard fait bien les choses, ne trouvez-vous pas ?

     Donc nous sommes presque certains que ce scientifique Paul Davies, avait dans sa bibliothèque l'ouvrage, très connu dans les milieux de l'Astronomie anglosaxone, intitulé "Red Giants and White Dwarfs", de Robert JASTROW publié dès 1967 chez Harper and Row Publishers incorporeted.

     S'il n'avait pas eu en main, à 22 ans, cet ouvrage anglais de 1967,, il a probablement pu obtenir cette troisième édition, que nous possèdons, et qui est de 1969, version de poche, publiée par The New American Library (Signet Y4741 Science book):

  


     Nous n'affirmons qu'il a découvert l'affaire de Rutherford, car selon nous, il aurait vite fait de se procurer le négatif de l'image en question, et il nous aurait agrandi tout cela avec délectation.

     Donc cher Monsieur Paul Davies, vous avez peut-être, sans le savoir, chez vous-même la preuve incontournable, de ce que que vous cherchez sur la Lune, depuis des lustres :



     La photo ci-dessus est de l'observatoire du Mont Wilson et remonte à plus de 40 ans, à l'époque où personne ne se préoccupait de traces d'extraterrestres sur la Lune, ce qui, cher Mr Davies semble vous polariser grandement plutôt tardivement... Si vous ne pouvez mettre la main sur le négatif en question, il ne vous reste trouver un logiciel performant, capable de nous mettre en 3D , ces fantastiques structures de Rutherford, et alors vous allez effleurer probablement, le Gros lot.

      Venons en maintenant aux scientifiques américains qui veulent enrôler des volontaires pour identifier une vie extraterrestres sur la Lune. Nous ne sommes pas du tout preneurs, car nous pensons que ces scientiques ont à peu près 40 ans de retard dans leur démarche. Il leur aurait suffi en effet, de lire, fut un temps, l'ouvrage remarquable de notre ami Alfred Nahon ( hélas décédé en 1990) intitulé: "La Lune et ses défis à la science", paru aux Editions Mont-Blanc 1973, en Suisse :

  

     Bien sûr, ce livre incontournable, ne se trouvait peut-être pas à l'époque, (surtout en anglais) dans la bibliothèque de l'austère faculté de ces scientifiques, et c'est sans doute pour cela qu'ils n'y ont pas découvert, en temps utile, la figure 29 suivante :


     On y voit clairement un engin excavateur qui triture le sol lunaire (voir la structure très insolite au centre du cercle) , sur un contrefort du cratète Copernic , déjà bien raboté, n'est-ce pas, sur sa droite .

     Mais, parmi les surprenantes images de cet ouvrage, extrayons aussi celle-ci :


      Mais, dans ce même livre, l'ami Alfred Nahon, nous avait aussi présenté une structure très bizarre, découverte par Monsieur Delcorps à l'époque Directeur du Laboratoire LAET de Liège. Cette structure apparaît sur une photographie prise par le Planétarium de la Haye :

  

     Il faudrait vraiment être de mauvaise foi, pour affirmer que cette structure est tout à fait naturelle, et qu'il ne s'agit encore que, d'une illusion d'optique.

     Allons plus loin, ces scientifiques recruteurs pourraient aussi se demander pourquoi, la NASA n' a-t-elle pas envoyé plutôt (dans les 6 missions qui ont exploré le sol lunaire), des astronautes sur les bords du cratère Vitello, où l'on voit sans discussion possible des traces de plus de 600 mètres de long, laissées par deux "véhicules" d'environ 5m et 25m de large pesant des centaines de tonnes et qui ont remonté les pentes de deux petits cratères ?

    En effet, en Août 1967, la sonde américaine "Lunar orbiter V" a photographié (Ref. NASA 67-H-1135), nous l'avons dit, à l'intérieur du cratère Vitello sur la Lune, situé à l'extrémité sud de la Mer des Humeurs et diamétralement opposé au célèbre cratère Gassendi (ce dernier lui même étant criblé de rainures ayant des formes géométriques très étonnantes) deux pistes d'inégales longueurs laissées par deux objets ayant respectivement environ 5m et 25m de large et brillamment illuminés par le soleil, ce qui empêche notablement d'en voir, en détail les contours. Dans l'image de droite, nous avons matérialisé en blanc les deux trajectoires :

  


    Mais, il est cependant aisé de constater que le petit mobile qui a tracé la piste la plus longue, est sorti d'un cratère en remontant son versant intérieur pour poursuivre sa trace sur l'autre versant sur près de 700 m . Comment une masse de près de 500 tonnes a-t-elle pu quitter l'intérieur d'un cratère pour aller ensuite, sur une pente ne dépassant pas les 25 degrés, se promener sur une si longue distance en laissant un tracé aussi large qu'un chemin de servitude (environ 5m) alors que la Lune n'a aucune activité volcanique reconnue susceptible de provoquer une telle expulsion ?

    D'ailleurs on constate que le fond à gauche de ce cratère est parfaitement jonché de structures blanchâtres ayant des formes géométriques remarquables surprenantes, qu'un meilleur grossissement fait par des spécialistes (ce que nous ne sommes pas) devrait mettre très bien en évidence.

    Et que dire alors de l'autre mobile bien plus colossal qui est d'une blancheur éblouissante, et en forme de tronc de cône et flanqué d'un appendice triangulaire parfaitement centré sur son côté gauche et qui lui confère ainsi un axe de symétrie remarquable et une notoire impossibilité de rouler naturellement ?

    Comment ce mobile, (dont la masse devrait s'approcher de celle de la célèbre pierre "Hadjar el Gouble" de Baalbeck très connue, mais qui pèse 6 fois moins sur la lune ), a-t-il pu donc se déplacer en laissant sur près de 500 m, une piste, de la largeur d'une route nationale ( environ 25 m) et qui présente des structures ressemblant parfaitement à des empreintes de chenilles?

    Notons l'explication pour ce cas de la revue Science et vie de Mars 1968 N° 606 page 71 : "Un gros bloc vient de débouler creusant un long sillon. Providentiellement un lunar Orbiter V a pu le photographier".

    Voilà une information très fantaisiste, qui a pour but , selon nous bien sûr, de "noyer le poisson", car comment peut-on prouver que ce bloc gigantesque "a glissé" juste au moment où la sonde passait (les mots "vient de débouler" sont bien écrits) ? A-t-on surpris un nuage de poussière ? Il n'y a pas d'atmosphère dit-on sur la Lune pour le tenir en suspension. Il y avait certainement des dizaines d'années ou plus que ce bloc avait bougé ? Et pourquoi la revue n'a-t-elle pas jugé bon de montrer l'autre mobile, juste à côté, sorti d'un autre petit cratère? Évidemment les deux mobiles ne pouvaient pas avoir "déboulé" en même temps de deux endroits différents...! et il était bien préférable alors de n'en montrer qu'un seul. Voir l'image 2 ci-dessous:


    Le 04/12/04, grâce à notre ami Christian Macé, le Maître es exploration du Web, nous avons pris connaissance d'un super site scientifique intitulé : "Qui est déjà sur la Lune ? " et dont voici l'adresse:

http://www.geocities.com/CapeCanaveral/Launchpad/4629/plan.htm

    Toutes nos félicitations aux concepteurs de ce site.

     Nous pourrions bien sûr, vous présenter de très nombreuses autres photos du sol lunaire, prouvant qu'il y règne une notoire activité, de nature, disons, "industrielle", mais cela risquerait de devenir trop assomant ou indigeste, pour le lecteur.

(Cependant le 08/05/09 , nous avons reçu de l'internaute, déjà mentionné plus haut, Gabriel les bons mots suivants:"... je suis à nouveau plongé dans votre dernier article sur la Lune et je viens d'avoir un tilt sur une image que j'ai pourtant déja vue maintes fois :


    En la regardant tout à l'heure, j'ai noté soudain que les irrégularites dans la trace laissée derriére ce mobile, suggèrent étrangement un deplacement correspondant à une marche pédestre. Veuillez noter la disposition en quinconce des trous apparaissant dans les empreintes. Il semblerait que cet engin dispose, soit de jambes, ce qui m'étonnerait un peu, soit par contre d'un système de chenilles à multipattes du genre de ceux qui sont développés dans des Centres, tel que la célèbre NASA and co.
     Bien amicalement depuis le continent : Gaby "
)


     Nous avons nous-mêmes explicité certains phénomènes lunaires très surprenants dans trois lettres, parues dans le journal France-Antilles, et dont vous pouvez découvrir la première parue dès le 14 Février 1975, dans notre article plutôt corsé :

http://www.artivision.fr/docs/PetitpasHomme.html

     Mais, tout de même, il nous parait plus vraisemblable, que ces scientiques américains (qui prétendent vouloir en savoir plus sur la Lune) auraient dû avoir en mains à l'époque au moins la traduction anglaise, du remarquable article de la revue Science&Vie d'Avril 1964, dont nous allons dire quelques mots, plus bas.

     En effet, il faut savoir que La Lune n'est pas morte, comme on pourrait le croire. Des phénomènes lumineux insolites, ont été aperçus à sa surface depuis très longtemps. Au cours des trois derniers siècles et en 1971, on notait près de 1500 cas de taches lumineuses brillantes, et de changements temporaires, nommés pudiquement phénomènes transitoires, par les spécialistes, (TLP :Transient lunar phénoména), qui ont été notés sur la surface lunaire, dont plus de 200 concernent,la seule région du cirque d'Aristarque.

     Voici donc un extrait du super article venant de la revue en question, donc du Science&Vie d'Avril 1964 dont voici la couverture :


     Cet article est issu de la rubrique L'UNIVERS, et est intitulé : " Des lueurs étranges sur la Lune". Voici donc comment se présente le début de cet important article :


     Et voici le début du texte en question : (les couleurs sont de nous évidemment)

     "Flagstaff (Arizona) le soir du 29 octobre 1963, peu avant la tombée de la nuit.

     Deux astronomes de l'Observatoire Lowell, James A. Greenacre et Edward Barr, dont le travail de routine consiste à prendre des séries de photographies de la Lune en vue de l'établissement de la grande carte lunaire au 1 millionième de l'U.S. Air Force, venaient de pointer vers notre satellite la célèbre lunette de 60 cm d'ouverture au moyen de laquelle P. Lowell, puis E. C. Slipher, tentèrent autrefois de percer les secrets de Mars. Ils examinaient, l'oeil à l'oculaire, la région tourmentée des cratères Hérodote et Aristarque et de la grande crevasse sinueuse au fond large et plat appelée vallée de Schroter. Leur intention était de comparer certains détails de cette région à ceux qui sont portés sur la carte. L'atmosphère au-dessus du désert de l'Arizona était assez agitée, rendant les images bouillonnantes, mais elle devint progressivement plus calme et un oculaire grossissant 500 fois fut adapté à la lunette.

     C'est alors - il était 18 h 50 - que l'attention de Greenacre fut attirée par deux taches lumineuses de couleur rouge orangé tout à fait insolites, situées à 45 km l'une de l'autre, sur les sommets de deux monticules voisins de l'extrémité méridionale de la vallée de Schroter. La tache la plus petite mesurait 2,7 km de diamètre, et la plus grande, de forme ovale, 2,7 km sur 9 km environ. Au cours des deux minutes suivantes, les deux taches devinrent ensemble extrêmement brillantes, et Greenacre, stupéfait, appela son collègue afin qu'il puisse à son tour observer et confirmer le phénomène. Les taches étaient toujours visibles trois minutes plus tard (c'est-à-dire à 18 h 53) lorsque Greenacre, qui avait repris l'oculaire, découvrit une troisième tache brillante, de couleur rose, recouvrant sur une vingtaine de kilomètres l'arête méridionale du rempart d'Aristarque. A 19 heures, les deux premières taches avaient perdu leur éclat initiale et leur couleur était devenue rouge rubis sombre. Dix minutes plus tard, elles avaient disparu, tandis qu'on distinguait encore faiblement la troisième tache, laquelle cessa à son tour d'être visible à 19 h 15. Aucune caméra photographique n'étant fixée à la lunette, il fut impossible d'obtenir des clichés.


UN MOIS A L'AFFUT


     Vingt-huit jours plus tard, le 27 Novembre 1963, la région d'Aristarque se présentait dans des conditions d'éclairage similaires et nos deux astronomes, qui n'avaient pas cessé de surveiller la Lune depuis l'observation précédente, mirent une fois de plus l'oeil à l'oculaire. Leur espoir ne fut pas déçu. A 17 h 30, une tache allongée rou&e rubis apparaissait, cette fois encore, sur l'arête du rempart d'Aristarque, mesurant 22 km de long. Greenacre et Barr n'étaient plus seuls : ils s'étaient fait accompagner sous la coupole par Fred Duggan et par le Dr John S. Hall, Directeur de l'Observatoire Lowell. Ce dernier, ayant constaté le phénomène, téléphona immédiatement à son collègue Peter Boyce qui disposait, à quelque distance de là, du grand télescope Perkins de 1,75 m d'ouverture, et lui signala qu'un phénomène coloré insolite était visible sur la Lune dans la région d'Aristarque, sans lui donner d'autre précision. Boyce découvrit immédiatement la tache rouge allongée et en confirma la position. Les minutes passaient et la tache était toujours visible. Des clichés en noir et blanc furent obtenus. Ce n'est qu'à 18 h 50 que la tache disparut : le phénomène avait duré 1 h 1/4 .


Les flèches indiquent où apparurent les lumières et leurs dispositions

     "I1 n'y a pas de changement sur la Lune". Cette vieille assertion, professée jusqu'à ces dernières années par l'immense majorité des astronomes professionnels, se révèle quelque peu erronée et il apparait au contraire que notre satellite pourrait bien être le siège de phénomènes lumineux passagers assez fréquents. Quelle est l'origine de ces lumières? Nul ne le sait. Est-ce le sol qui, en certains endroits, est recouvert de cristaux réfléchissant sélectivement les rayons solaires par le jeu des lois de la réfraction ? S'il en était ainsi, les taches observées auraient dû passer par les différentes couleurs de l'arc-en-ciel, et tel n'est pas le cas. S'agirait-il alors d'émissions de gaz, rendus luminescents par le rayonnement ultra-violet solaire ? Un argument de poids en faveur de cette hypothèse est apporté par la célèbre observation spectrographique de Kozyrev, dont nous parlerons en détail plus loin. Mais quelle pourrait être l'origine de ces émissions ? On a supposé qu'il s'agirait de la mise au jour de poches gazeuses occluses dans la roche lunaire, sous l'effet d'impacts météoritiques, ou encore de la volatilisation de la matière des météorites elles-mêmes. Mais par quel miracle alors le cirque d'Aristarque aurait-il été, à deux reprises, le siège de tels impacts, répartis d'ailleurs sur une bande de 20 km de longueur épousant très exactement l'arête même de ses remparts ? Ajoutons que, dans le vide (la Lune, ne l'oublions pas, ne possède aucune atmosphère), le libre parcours moyen des atomes et des molécules est infini : si une bouffée gazeuse était émise au voisinage du sol lunaire, elle se dissiperait très rapidement dans l'espace et cesserait bientôt d'être visible. Dans le cas présent, il faudrait donc admettre un renouvellement continu de l'émission des gaz pendant une durée assez longue (plusieurs dizaines de minutes) ; il faudrait admettre également que chacune des taches lumineuses était produite par plusieurs sources d'émission assez rapprochées, de façon à expliquer en particulier la forme extrêmement allongée et la grande dimension des deux lueurs observées sur Aristarque ; enfin, il faudrait supposer que ces émissions de gaz furent déclenchées, au méme moment, par un même processus, puisque les trois taches lumineuses du 29 Octobre 1963 présentèrent des variations d'éclat concomitantes.

     Tout cela fait penser, soit à une activité interne (tectonique ou volcanique), soit encore à une action calorifique du rayonnement solaire sur le sol de la Lune, produisant un dégazage des roches après la longue nuit lunaire (il est peut-être significatif à cet égard que les quatre lueurs observées prirent naissance, aussi bien le 29 octobre que le 4 novembre, un peu moins de deux jours après le lever du Soleil sur la région d'Aristarque).

     Rien enfin n'empêche, d'imagininer - mais ici nous tombons quelque peu dans la science-fiction que les taches brillantes apparues aient eu une origine artificielle, témoignant de l'activité d'êtres intelligents à la surface de la Lune.

      La vie n'a certainement pas pu se dévélopper sur notre satellite, mais si une expédition d'astronautes extraterrestres venus des espaces intersidéraux explorait le système solaire , on peut supposer que ces astronautes établieraient une base sur la Lune, ne serait-ce que dans le but d'étudiier la terre à faible distance sans être repérés. Dans un récent article sur les voyages intersidéraux publié dans la revue Planetary and Space Science, le très serieux astrophysicien américain Carl Sagan a froidement envisagé une telle possibilité, qui soulève cependant encore les plus grandes réserves chez la plus part des astronomes...

     Comme on le voit, l'exploration de la Lune, nous réservera sans doute bien des surprises...
"

Fin de l'extrait

     En ce qui concerne le côté brillant de certaines structures de la Lune, signalons aussi que le 22 Mars 09, nous avons reçu une missive très intéressante de l'aimable internaute Mike, qui nous invitait à prendre connaissance de la superstructure suivante découverte il y a peu de temps, dans cratère Copernic de la Lune ( 9.3° N, 19.25° W / Eastern Oceanus Procellarum, Mare Insularum). En effet nous avons été particulièrement surpris de découvrir ceci :



     et en agrandissant un peu :


     Et cette structure très étrange est visible dans les vidéos :

http://www.youtube.com/watch?v=65B5lvHa5cc

http://www.dailymotion.com/video/x8jmac_structure-atypique-sur-la-lune_tech
:

     Pour la suite, il ne nous reste qu'à souhaiter qu'un intrépide infographiste veuille bien nous traduire en 3D cette si étrange configuration. Donc alors, comme disent les anglosaxons restant dans l'expectative, Wait and see !

    Mais terninons ce rapide survol des phénomènes lunaires, par le plus énigmatique qui soit.

     En effet le premier ouvrage qui fera état de cette affaire incroyable sera celui d'Alfred NAHON, (déjà mentionné superbement plus haut) "Les Extra-Terrestres et les mutations mondiales de l'ère du verseau." édité par Buchet-Chastel.Jan 1983 p.160.

Nous lui rendons ici hommage en publiant aussi sa photo :

  

     Rappelons qu'Alfred Nahon fut le premier auteur à publier le catalogue des Anomalies lunaires d'après un rapport de la NASA, (près de 570 cas de taches lumineuses brillantes et de changements temporaires sur la Lune, allant de 1725 à 1967), dans l'ouvrage remarquable, déjà présenté, publié en 1973, aux Editions MONT BLANC en Suisse : "La Lune et ses défis à la science".

     C'est aux pages 159 et 160 de cet ouvrage de 1983 de Mr A. Nahon , que l'on peut lire : " Paris Match, le 18 Janvier 1969 a publié une photo de la face cachée prise par Apollo 8 , et que j'ai sous les yeux. On y distingue clairement au sud-est d'une vaste région, une espèce de "super-structure" allongée, toute blanche , qui se détache nettement du paysage lunaire où elle se trouve . mon ami Fred IDYLLE .....dans le journal France-Antilles du 14 Février 1975 , écrivait " Dans le cas le plus dévavorable, nous avons estimé sa longueur à 26 km au moins..."

     Pour les puristes, qui veulent aller aux sources, voilà, en mieux, de quoi il s'agit :

     En effet, il y aura un grand chambardement dans les médias, quand les tenants et les aboutissants de "l'affaire du Paris Match N° 1028 " éclateront au grand jour. Aucun journaliste de profession n'a jusqu'alors ni révélé , ni même, nous le pensons, rêvé un jour d'avoir à dévoiler une telle affaire. Mais comme le dit si bien un texte sacré bien connu :  " Il n 'y a rien de caché qui ne doive être un jour découvert, ni de secret qui ne doive être connu . " ( Voir aussi à ce sujet l'article sur "les Mystères de la Bible à bible.html").

    Voici à titre indicatif, la couverture de ce PARIS MATCH 1028:


     Il est cependant important de savoir que c'est en 1972 que nous fûmes contactés en Guadeloupe par Mr Michel GIRARD, (il a quitté hélas ce monde le 30 janv 2003) par l'intermédiaire du Cercle Français de Recherche Ufologiques (CFRU) dont nous étions à l'époque membre actif. En fin 1973, Mr GIRARD, alors imprimeur de son état, nous montrait une étrange anomalie qu'il venait de découvrir en agrandissant une photographie de la face cachée de la Lune prise par l'équipage d'APOLLO 8 en fin de Décembre 1968 et publiée dans le n°1028 du Paris Match du 18 Jan. 1969. Voyez donc l'image 1 ci-dessous:


   Nous avons alors commandé immédiatement ce n°1028 à Paris Match que nous avons reçu sans problème environ 15 jours plus tard(nous avons plus tard commandé, progressivement, au moins une dizaine d'exemplaires pour bien contrôler cette affaire). Nous avons eu alors, tout le loisir d'examiner à la loupe l'anomalie en question et de nous apercevoir qu'elle présentait l'aspect d'un demi porte-avions de prés de 26 kilomètres de long, et dont la partie centrale serait constituée de sphères de près de 4 km de diamètre apparemment surmontées d'une sorte de " flèche gigantesque". Voyez donc les deux images ci-dessous:


    Nous avons alors reçu le 27/05/2010, du Service de Création d'une entreprise spécialisée dans la 3D, et dès lors, la structuration imaginée en 3D, devient la suivante :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de cette entreprise, d'avoir accepté de nous structurer en 3D, cette surprenante image du Paris-Match 1028.

     Pour en savoir vraiment plus, on peut découvrir l'article :

http://www.artivision.fr/docs/match.html

     A vous donc de juger, maintenant tout cela.

     Dans le courant du 2ème trimestre 1974, la revue OURANOS (alors organe du CFRU) publie grâce à notre initiative, la première photographie très nette de ce que nous appellerons désormais "la superstructure "du n°1028 :

     Voici la couverture de la revue et cette image d'Ouranos d'Avril 1974 :

  

     Et voici le texte de présentation :

  

     Quant à savoir si cette "superstructure" est naturelle ou artificielle, seule l'étude scientifique du négatif de la NASA utilisé par Paris Match pour publier cette partie de la face cachée de la Lune à la page 33 du n°1028 pourra trancher cette question capitale.

  Mais voilà où l'affaire prend une tournure insolite , ce négatif est introuvable.

    Notre ami Jean SIDER, auteur de plusieurs ouvrages très documentés sur les ovnis (et en particulier "ULTRA TOP-SECRET: ces ovnis qui font peur" préfacé par le Pr Rémy CHAUVIN aux Editions AXIS MUNDI 1990) a fait des pieds et des mains pour retrouver ce négatif à Paris et à la NASA et a, finalement dû abandonner ses recherches.

    En janvier 1987, le Chef des Archives Photos de Paris Match que Jean Sider a interrogé à ce sujet, n'a pas su donner des détails sur les références codées de ce négatif, ni même sur la destination précise qui lui a été octroyée après son utilisation par sa revue et Mr Sider a été aiguillé vers l'Agence Scoop (Service de diffusion d'articles) qui ignorait également ce qu'est devenu cet important négatif, qui aurait été la propriété de l'Agence World Book Science Service qui hélas n'existe plus. Voici la preuve que cette agence est bien mentionnée, au bas de l' image de droite, présentant un autre article de Paris Match :

 

    Donc dans cette affaire Paris Match n'a été qu'un support intermédiaire, très fortuit...

(Voir les missives en question dans notre article) :

http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteTF1.html

    Précisons bien que tous les clichés d'Apollo 8 expédiés par la Nasa à Mr Jean Sider ne présentaient plus rien, au même emplacement où était supposée être cette " superstructure" sur le Paris Match 1028. (Voir le cercle rouge de la photo Nasa 1) :


(Voir aussi la photo Nasa 2):


    Mais il est à noter qu'à l'intérieur de ce cercle rouge, dessiné par nos soins, apparaît une auréole caractérisée qui pourrait être le résultat de l'application d'une "pastille de camouflage" .

     Alors Messieurs les scientifiques enrôleurs, partez plutôt à la recherche des archives de cette Agence World Book Science Service, hélas disparue, et si vous trouvez ces archives, alors, votre quête des signes de vies sur la Lune, aura fait un très grand bond en avant, si ce n'est pas le meilleur. Point Barre.

III Conclusion.

     Donc ces chercheurs américains, côté Lune , ont bien, loupé le coche, il y a belle lurette. Mais mieux vaut tard que jamais, car ils savent que désormais, le Temps de la Révélation est bien arrivé, et ils essayent de prendre le train en marche. Cependant, qu'ils fassent, bien attention , à ne pas glisser brutalement sur le ballast et les dures traverses de la voie ferrovière.

IV Quand un écrivain réputé, a lui aussi, loupé lamentablement le coche par un manque de perspicacité notoire (Paragraphe en date du 16/01/2012).


     Voici une portion d'un article que nous avons publié en Mars 2004 dans le n° 12 de la revue "Top secret" de notre ami Roch Saüquere.. Nous avons alors supprimé par délicatesse les mots qui permettraient d'identifier immédiatement cet auteur, un peu trop sûr de lui à l'époque.


     En effet à cette époque, cet auteur n'avait lu que notre entrefilet paru en 1974 dans la revue Ouranos et dont le texte est mentionné plus Haut. A aucun moment, il n'a pris contact avec le Directeur de cette revue Ouranos, pour en savoir plus, et donc, il a ignoré totalement que la superstructure se trouvait dans le Paris Match 1028. Il aurait pu alors commander ce périodique, afin de visualiser lui-même de quoi il s'agisait vraiment. Pourtant, il s'est permis d'écrire " pas du genre de celle constituée par une photo prise par l'équipage d'Apollo 8, alors qu'ils survolaient la face cachée de la Lune..."

    Heureusement que nous possédions le livre de ce Monsieur qui jugeait sans preuve, sinon cette boutade mesquine, nous serait passée totalement inaperçue. Mais, nos amis le savent déjà, rien ne se fait par hasard, sur ARTivision.

     Voilà donc, comment ce Monsieur a totalement loupé le coche, et il doit en ce moment s'en mordre les doigts.

    En effet, suite à notre article sur le Top secret n°12, ce Monsieur nous a écrit une missive, dont voici quelques bribes :

----- Original Message -----
From: M..............
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Sunday, April 04, 2004 4:27 AM
Subject: AFFAIRE PARIS MATCH 1028

     Jean S....., que j'ai eu hier au téléphone, m'a dit que je pouvais vous contacter sans craindre de recevoir une volée de bois vert.
     C'est votre article dans le dernier numéro de TOP SECRET qui m'intéresse à 3 titres concernant cette fameuse photo lunaire de la face cachée montrant une gigantesque "structure":

- pour ce que vous en dites en citant mon livre :" ................ ." A l'époque, j'avais 36 ans et je ne conteste pas que ce que j'en disais était bien superficiel.

- pour tenter d'en savoir plus.

- je ne crois pas aux retoucheurs de la NASA comme le laisse entendre votre "rebondissement" de l'affaire en septembre 2000.

     Le sujet des mystères lunaires n'a cessé de m'intéresser depuis 25 ans. En témoigne le long article que j'ai publié dans le numéro 2 de la Gazette Fortéenne. Et celui sur les "spires" publié il y a quelques années sous le titre ! Ils voyaient des menhirs sur la Lune, dans ANOMALIES, N° 5, mars 1999, en collaboration avec Robert Dehon.

Je suis aussi au jour le jour la découverte des TLP avec grand intérêt.

     Pour ce qui est de la fameuse photo de Paris Match, avez-vous l'article original? Si oui pourriez-vous m'en faire un scan? Merci d'avance. Est-on sûr que le cliché Clementine est bien la zone indiquée? Comment est-on arrivé à cette certitude?.....

     Fin de citation de l'extrait....

     Et voici, un extrait de notre réponse de l'époque, à ce Monsieur.

----- Original Message -----
From: fred.idylle
To: M........................
Sent: Wednesday, April 07, 2004 11:02 AM
Subject: Re: AFFAIRE PARIS MATCH 1028

Cher internaute

      Je ne suis pas surpris de recevoir une missive de vous, après mon laïus, vous concernant dans mon article paru dans le "Top secret" n°12.  Ce que je prétends en condensé, dans ce n° 12, c'est qu'à l'époque à la sortie d'Ouranos en Avril 1974, vous auriez pu avec (les moyens dont vous disposiez) contacter quelqu'un travaillant à Paris Match et obtenir plus facilement que moi, qui vivait dans mon île à 7000 km de Paris des renseignements précieux sur ce qu'était devenu ce fameux négatif ayant servi à la revue pour imprimer l'énorme  globe lunaire ( jamais revu par la suite dans cette revue) de ce PARIS Match 1028.

     En 1992, j'ai tenté de faire cela en me rendant directement à Paris Match qui siégeait à l'époque aux Champs-Élysées. J'y ai rencontré un certain monsieur
P.... T......  (préposé s'occupant des lettres de lecteurs) qui en me remettant deux PM 1028 que j'avais commandés, m'a promis, lorsque je lui ai montré la "superstructure" sur les deux exemplaires,  de me retrouver vite fait et bien fait, le négatif en question. Et jusqu'a présent je n'ai plus eu de ses nouvelles, malgré mes lettres de rappel, et même mes vœux de bonne année. Alors, je n'ai pas hésité à placer le nom de ce Monsieur dans mon article ( ce nom a été retiré depuis par ARTivision ) concernant cette affaire et placé directement à :


qui vous apprendra bien plus sur cette affaire que le n°12 de Top secret. Il y a aussi les articles:


    Donc cher Monsieur ............., vous trouverez dans ces articles tous les documents qui vous sont nécessaires pour avancer dans cette affaire, hélas bien tardivement. Il m'est impossible de vous sanneriser l'original du globe lunaire qui fait 52 cm sur 34 cm ce qui dépasse de loin le cadrage de mon scanner. D'ailleurs, comme tout chercheur qui se respecte, vous avez intérêt à placer rapidement dans vos archives cet incroyable Paris Match, car vu mes articles, l'affaire commence à se savoir et les prix vont monter en flèche.....

     Fin de citation de l'extrait.

    Comme on le voit cette affaire du Paris Match 1028, a des côtés cachés, (il y en a bien d'autres), qui seront mis à jour progressivement, et les scentifiques recruteurs, dont il est question plus haut, auraient déjà un superbe bon point, s'ils arrivaient à éclaircir, tant soit peu, cette scabreuse affaire....

V Quand une Dame connue , adepte résolue d' Alain Kardek, a aussi loupé lamentablement le coche, en fermant totalement son esprit, à toute approche concernant le sujet du Paris Match 1028 (Paragraphe en date du 18/01/2012) .


      Pour mieux exposer cette nouvelle affaire, faisons d'abord une petite digression qui risque de faire grincer les dents de certains bien-pensants si fiers de leur culture orthodoxe officielle .

     Voici les deux couvertures du petit livre de poche incontournable concernant l'extralucide américain Edgar Cayce :

 

     Et en pages 42 et 43, on trouve ceci d'extraordinaire :

 

     Donc sans que l'on lui ait posé aucune question sur l'ancienneté de l'être humain sur cette planète Terre, Edgar Cayce, parle d'une présence remontant à 10 500 000 années, ce qui, en 1925, a dû faire rigoler à gorge déployée, les scientifiques de l'époque, mais vu les découvertes modernes, gageons que ceux de maintenant, auraient certainement une réaction moins désopilante. Voyez d'ailleurs un extrait du contexte où l' on en était à l'époque, dans le début d'un article de trois pages du Science&Vie n° 680 de Mai 1974 signé Pierre Andéol. Gageons que depuis lors, les données préhistoriques ont changé...


     Notez bien que hélas, que personne n'a eu l'idée à l'époque de demander à Edgar Cayce, par quel procédé a-t-il été possible de faire apparaître les 5 races mentionnées en même temps ?.

      De même, à l'époque, personne, non plus, n'a pensé lui poser une question sur la possdibilité d'une vie animée sur la Lune, et encore moins, une question sur la vie à l'intérieur de notre planète.

     Comme on le voit l'intérêt d'un individu pour un sujet quelconque, n'est fonction que du niveau culturel du moment, et niveau qui est formaté souvent par les institutions officielles.

     Rappelons que le 03/01/2012 nous avons parlé très remarquablement d'Edgar Cayce, dans motre article :

http://www.artivision.fr/docs/Unplusapyramides.html

au paragraphe :

VIII Quand des scientifiques audacieux s'opposent aux archéologues égyptiens, et avancent la date de construction à 10 500 ans avant JC, pour la Pyramide de Kheops.(Paragraphe en date du 03/01/2012).

     Fin de la digression.

     Venons en maintenant à l'affaire de Madame Rose Gribel que nous avons rencontrée le 8/12/1993, lors de son passage en Guadeloupe, pour présenter les ouvrages que voici :

  

     Depuis lors, il y a dû en avoir d'autres, mais ARTivision ne veut pas le savoir, ni les lire, même si cette Dame, nous les offrait gratuitement.

     Notre but en contactant cette Dame, était (vu ses contacts avec l'Au-delà qu'elle dit avoir eus dans ses ouvrages ) de l'inviter respectueusement à demander à son mentor, quelle est l'origine véritable du négatif, qui a permis à Paris Match, de publier en page 33 de son n° 1028, cet immense globe lunaire, jamais revu par la suite dans cette revue. Pour assurer l'efficacité de cette importante recherche, il nous fallait donc remettre à cette Dame un exemplaire entier de ce Paris Match 1028, et c'est ce que nous avons fait, ce 8/12/1993, lors de notre furtive rencontre. Mais à notre grande surprise, cette Dame nous déclara, tout de go, que "la Lune était un corps mort", et qu'il "n'y avait rien de particulier à y trouver", bien que nous lui ayons eu l'idée, de lui montrer d'abord, la superstructure que l'on voyait clairement à la page indiquée plus haut.

     Hélas, Oh désespoir,, cette Dame Rose Gribel, en est restée, à son opinion bien affirmée sur la Lune, et n'a jamais répondu, à nos nombreuses missives...

     Nous avons profité, par exemple, du fait que cette Dame a envoyé globalement des vœux non nominatifs, à ses contacts, pour la relancer, et voici donc le corps de notre missive en date du 22 Janvier 1998 :

Bien chère Madame,


     J'ai bien reçu vos meilleurs vœux, pour 1998 et je vous en remercie vivement. En retour, je vous adresse les miens de Santé, de longue vie et prospérité pour l'Union Spirite A.Kardec, dont vous avez l'honneur d'être la Fondatrice et la Présidente. Je me souviens très bien encore de notre rencontre à la Librairie Encre Marine de Basse-Terre (Guadeloupe) le 8/12/93, où vous m'aviez dédicacé votre premier livre, et je pense bien, un jour, vous faire dédicacer aussi le second "Mon âme dans les espaces divins" lors de votre prochain passage dans notre petite île.

     Je vous avais dit dans une missive en date du 22/12/93 toute mon admiration pour les révélations sensationnelles que vous aviez dévoilées aux pages 268, 269 et 270 de votre premier livre et qui sont confirmées actuellement par les remarquables ouvrages sur Edgar Cayce, que vous connaissez sans doute :`"les Mystères de l'Atlantide revisitée"de E.E Cayce . . .aux Editions de Mortagne, ou "L'univers d'Edgar Cayce" de D.K. de BIZEMONT n° 2786, Ed. de poche "J'AI LU New Age" .

    Je me demande donc, si notre civilisation n'est pas entrain de recommencer les mêmes erreurs faites par les Atlantes, et c'est pour cela que je vous avais transmis un document extrêmement important (le Paris Match 1028 du 18 Janvier 1969) afin que vous puissiez, de visu, en analyser à la page 33, la photographie de la face cachée de la Lune où l'on découvre une "superstructure" gigantesque et qui n'apparaîtra plus jamais sur les autres photos identiques de la NASA. J'ai toujours pensé que vous alliez m'aider à découvrir l'incroyable origine de ce document (Ce que represente cet objet sur la Lune et surtout où se trouvait le négatif utilisé par la revue Paris-Match pour imprimer un tel document et qui a disparu dès lors : voir ma page WEB à ce sujet). Si vous n'avez pas égaré cette revue, et si vous ne pensez plus l'utiliser, je serais très très heureux que vous puissiez me l'expédier par la Poste, vos frais vous seront évidemment remboursés, car j'ai en ce moment le moyen de faire sur ce document un traitement informatique qui n'était pas possible à l'époque et qui devrait confirmer mes doutes sur le fait que les Atlantes ont bel et bien émigré sur la Lune et sur Mars. D'ailleurs j'attends avec impatience les photographies de la sonde "Mars Global Surveyor", qui est en ce moment même, entrain de stabiliser son orbitre autour de Mars et qui devrait nous montrer des images 50 fois plus précises que celles de Viking II en 1977 et dont je vous joins une photographie du site de Cydonia Mensaé, où apparaissent un énorme visage et aussi des pyramides dont une tronquée, dont on voit l'intérieur. Voir à ce sujet la page 326, que je vous joins également, de la remarquable étude de Guy Gruais et de Guy Mouny : "Guizeth au delà des Grands Secrets" Aux Éditions du ROCHER.

    En conclusion, si nous démontrons que la Lune ou Mars possèdent des vestiges archéologiques, toute notre Histoire sera à revoir intégralement. Alors les hommes, au lieu de s'entretuer, comme ils le font souvent (voir les effroyables tueries d'Algérie en ce moment, doux pays où vous avez cependant eu le privilège de vivre), auront au moins l'excuse de se dire "frères", vis à vis de ces Maîtres Cosmiquess, qui nous observent depuis des lustres. Alors peut-être pourront-ils se tourner vers des valeurs plus fondamentales que le Christ était venu nous apprendre et que votre Maître Bien Aimé ALLAN KARDEC, vous a chargé de transmettre à l'Humanité.

    Très Chaleureusement et Fidélement Vôtre :

    Fred IDYLLE

    Cette lettre très diplomatique, n'a pourtant reçu aucune réponse...

    Elle fut donc suivie de cette dernière missive du 22 Février 1998 :

Bien chère Madame Rose Gribel


    Je suis très étonné de n'avoir, jusqu'à présent reçu aucune réponse de ma lettre du 22 janv. 1998, où je vous implorais de me renvoyer le Paris-Match n°1028 du 18 Jan. 1969 (Tous vos frais vous seraient remboursés et en plus je vous aurai envoyé, par la même occasion, ma participation à votre magnifique œuvre USA). I1 y a deux jours, le Jeudi 26 Février, la Guadeloupe a vécu un évènement très exeptionnel pour une vie humaine: Une éclipse totale de soleil, exactement à 14 h 32 mn (heure locale) qui a duré près de 3mn dans certains lieux. Ceci n'a pas été, vous vous en doutez, sans provoquer des commentaires des très nombreux des astronomes, astrophysiclents, philosophes. psychiatres etc.. du monde entier qui sont venus pour l'occasion ici. De mon côté, j'en ai profité, pour reposer sur Internet, mes interrogations sur les mystères de la Lune et de Mars, non encore résolus, ni même encore évoqués sur le Web français (voir à ce sujet, ma page Web nouvelle car j'ai dû changer de serveur). Et j'attends donc avec une acuité particulière, les réponses qui me seront faites à ce sujet, et je me retourne à nouveau vers vous pour savoir si vous pouvez vraiment me renvoyer ce Paris-Match, afin que je le fasse traiter par des spécialistes de l'informatique qui feront enfin éclater cette vérité incroyable que l'on nous cache au plus haut niveau, et qui est susceptible de modifier toutes les données géopolitiques de planète.

    Envoyez moi donc, un seul petit mot pour me rassurer, soit par courrier, soit par e-mail. je vous en remercie à l'avance.

    En attendant, recevez chère Madame Gribel, l'expression de mes meilleurs sentiments.

    Fred IDYLLE

    Nous attendons toujours un simple mot de cette Dame, nous disant, par exemple, qu'elle a égaré ou perdu, la revue en question.

    Comme vous le voyez, cette Dame qui avait sans doute les moyens de résoudre cette incroyable affaire, du Paris Match 1028, non seulement a loupé piteusement le coche, mais en plus, elle lui a mis un bâton dans les roues, quand ce coche (ou cette diligence), est passé (ou est passée), au plus près d'elle.

    A notre avis, à l'époque, cette Dame n'a sans doute, même pas jugé bon, de charger ses bagages, de la revue en question, et elle l'a mise directement à la poubelle de son hôtel, avant de quitter la Guadeloupe. Point Barre.

VI Quand une Agence de photos de la NASA, ayant pignon sur rue, et basée à l'Ambassade Américaine de Paris, a également lamentablement loupé le coche, bien avant la Dame Gribel (Paragraphe en date du 21/01/2012) .


     On pourrait maintenant se demander pourquoi à l'époque en 1969, Paris Match n'avait pas pu se procurer ses propres négatifs, pour monter ses articles, et cela reste pour nous, un vrai mystère, vu que cette revue avait ses entrées à la NASA comme nous rentrons dans notre cuisine. D'ailleurs en 1977, nous avons, nous même, facilement obtenu à L'agence USIS (United States Information Service ) : sise à l'époque au cœur même de l'Ambassade Américaine, 2 rue Saint-Florentin Bureau 200 75042 Paris, pour la modique somme de 50 F de l'époque, un négatif presque identique à celui du Paris Match 1028, mais il s'agissait d'une photo prise par Apollo 11 en Juillet 69. Hélas la partie de la face cachée de la Lune qui nous intéressait était justement et malheureusement surexposée et l'on n'y voyait plus rien. Voici une photo du négatif en question :


     Et voici ce que l'on découvre après développement :



     Le cercle rouge tracé par nos soins, montre bien la blancheur notoire du secteur en question, où toute structure éventuelle a disparu, ce qui nous fait dire que la netteté de l'image est ici inversement proportionnelle au n° d'Apollo et autrement dit, chez Apollo 8, les images étaient bien plus révélatrices que chez Apollo 11, alors que cela, devrait être en principe l'inverse. A vous de juger.

     Voici d'ailleurs les tampons de l'Agence figurant au verso de la photo :



      L'Agence USIS, n'avait chose bizarre à l'époque, que ce négatif à nous fournir et alors que nous lui avions apporté, en personne, la revue du Paris Match 1028, afin que son resposable puisse voir de visu la page 33 où se trouvait cette superstructure phénoménale d'Apollo 8. Ce responsable, dont le nom figure sur le tampon inférieur, nous avait promis de retrouver à la NASA, rapidement le négatif qui nous intéressait. Mais jusqu'à présent nous n'avons reçu aucune réponse, malgré diverses relances. Que les internautes qui connaissent ce Monsieur soient assez aimables de lui transmettent notre souvenir très amer de la Guadeloupe.

     Pour entrer justement, à l'intérieur de l'Ambassade américaine, il fallait montrer patte blanche. Heureusement que nous avions, la carte de journaliste de la revue Ouranos (vue plus haut), ce qui nous a permis d'accéder à cette Agence. Mais avant de parler à ce Monsieur du Paris Match 1028, nous lui avons demandé de nous montrer toutes les photos du Pôle Nord de la Terre, qu'il avait en sa possession. Il n'a trouvé qu'une seule que voici :


     Ce document serait d'après les indications de la NASA, une photo mosaïque, réalisée par le Dr David S. Johnson du "National Environnement Satellite Center", à partir des prises de vue en Avril 1967 du satellite Essa. On constate alors, une fois de plus, que la zone concernant le Pôle Nord, et qui nous intéresse justement, a été encore ici, tout simplement escamotée, sans aucune explication, ni de la NASA, ni de l'Agence USIS. On aimerait bien savoir pourquoi, n'est-ce pas!!!

VII La très déconcertante affaire, d' un responsable de la documentation à Paris Match, avec qui ARTivision, a eu des contacts en 1992, au sujet du Paris Match 1028 (Paragraphe en date du 24/01/2012).


     Reprenons, voulez-vous, ce passage du paragraphe IV précédent :

     " En 1992, j'ai tenté de faire cela en me rendant directement à Paris Match qui siégeait à l'époque aux Champs-Élysées. J'y ai rencontré un certain Monsieur P.... T...... (préposé s'occupant des lettres de lecteurs) qui en me remettant deux PM 1028 que j'avais commandés, m'a promis, lorsque je lui ai montré la "superstructure" sur les deux exemplaires, de me retrouver vite fait et bien fait, le négatif en question. Et jusqu'a présent je n'ai plus eu de ses nouvelles, malgré mes lettres de rappel, et même mes vœux de bonne année. Alors, je n'ai pas hésité à placer le nom de ce Monsieur dans mon article ( ce nom a été retiré depuis par ARTivision ) concernant cette affaire et placé directement à :

http://www.artivision.fr/docs/match.html (url actualisé)

qui vous apprendra bien plus sur cette affaire que le n°12 de Top secret.... "

     Fin de citation

     Si nous avons évité de donner le nom entier de ce responsable de Paris Match, ce n'est pas du tout, comme on pourrait le croire, pour ne pas le vexer, ou pour ménager sa succeptibilité.

     D'ailleurs dans la première mouture de notre article match.html, nous avions écrit ce paragraphe :

     "Pour se procurer le n° 1028 en question, on peut écrire à Paris Match pour en connaître le tarif, ou prendre contact discrètement avec Monsieur T........ P......., qui travaille au siège social 63 Rue des Chanmps Elysées 75008 Paris Tel 41 74 70 00, qui est au courant de cette affaire, et qui nous a aussi promis de faire des recherches." .

     Ce paragraphe n'avait pour but, que d'inviter les journalistes qui s'intéressaient vraiment à l'affaire , et qui avaient surtout, des amis à Paris Match, de se rapprocher de ce Monsieur T........ P......., pour l' inviter à dévoiler,, ce qu'il avait découvert sur l'affaire.

     Mais le 29 Fevrier 2008, nous avons reçu cette étonnante missive, d'un internaute :

----- Original Message -----
From: S.............
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Friday, February 29, 2008 3:31 AM
Subject: L'Affaire du Paris Match n°1028.

      J'ai lu le passage de l'article où vous parlez d'un certain T.... P...., qui aurait été en 1992 "un responsable de la correspondance avec les lecteurs de Paris Match" et qui vous aurait promis de faire des recherches sur le négatif de la photo parue dans le n° 1028 .

     J'ai connu à la même époque une personne du même nom et prénom, à la différence qu'il était documentaliste dans la même publication. Seulement, aux dernières nouvelles, il a disparu en 1994, mystérieusement et je ne sais s'il a réapparut depuis. ( il a disparu un soir, alors qu'il sortait du "Hard Rock Café" dans le 2ème arrondissement de Paris. On m'a dit qu'il était allé retirer de l'argent au distributeur et que sa trace se perdait à cet endroit. Il n'a plus reparu à son domicile, ni retiré le moindre argent sur son compte durant les mois suivants. Son nom est resté quelques années sur "l'ours" de Paris Match, alors qu'il n'y travaillait plus, comme si c'était en sa mémoire..)

     Il y a même eu une édition de l'émission "Avis de recherche" ou "Perdu de vue" à son sujet dans les mois qui ont suivi sa disparition. Paris Match avait fait enquêter pour tenter de retrouver ses traces.

      Et puis, plus rien, jusqu'à ce jour..

     Peut être est-ce une coincidence ou une anecdote n'ayant rien à voir avec votre recherche, toujours est-il que c'est troublant ...

     Sa famille était originaire de Laval ou Angers, je crois...

     J'ai vu sur Internet qu'il existe plusieurs personnes du même nom et prénom, dont un est documentaliste aux archives municipales de C....... (près d'Angers) voir à :


     Peut-être est-ce le même ?

     Je vous souhaite une bonne continuation.

     Cordialement.


Fin de missive

     Nous avons contacté alors cet homonyme  documentaliste à C....... et il s'averre que ce n'est pas du tout la même personne, d'après la missive que cet homonyme nous a envoyée.

     Nous aurions pu considérer cela comme une méchante blague digne d'un potache d'université , s'il n'y avait pas eu, en plus, cette missive en date du 8/06/2009 :

     Bonjour,

     En cherchant un peu plus, je vois sur votre site que vous aviez écrit dans le dit article :


     Je peux donc vous poser ma question directement : Lors de vos recherches concernant les photos parues dans ce numéro 1028 de PM, il semble que vous étiez en contact avec T..... P..... du dit journal. Etait-ce le cas ? Avez-vous idée de la date de votre dernier contact avec lui ?

     Par avance, merci,

     Patrick.


     Nous avons bien sûr transmis à cet internaute, la missive précédente en date du 29 Février 2008, et nous avons alors reçu cette autre missive :

----- Original Message -----
From: Patrick P........
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Tuesday, June 09, 2009 11:01 AM
Subject: Re: Post concernant le N° 1028 Paris Match

Re-bonjour,

     En continuant mes recherches, j'ai communiqué avec une autre personne qui avait traité le sujet de ces photos et qui me dit avoir échangé avec vous il y a une dizaine d'années. Vous êtes donc bien réel et c'est déjà une bonne nouvelle ! Vous avez peut-être trouvé ma requête un peu étrange. Voilà de quoi il retourne : La personne de Match que vous citiez dans votre article et que vous avez visiblement rencontrée en 1992 est mon frère. Nous sommes sans nouvelles de lui depuis 1995. Même après ces années, je n'abandonne pas la recherche et tout nouvel élément concernant cette époque m'intéresse forcément. J'espère que ces quelques explications complémentaires vous donneront envie de me contacter.

     Par avance, merci,

     Patrick


Fin de citation .

      En conclusion, nous transcrivons ici les propos très éclairés de notre ami artiste Guy Rivière(http://www.griviere.com) : " Certe, il y a quantité de disparitions chaque année, dans le monde et en France comme ailleurs. D'après les statistiques, plus de 40000 en France, dont 10000 non retrouvées, chaque année ! C'est énorme, mais dans le cas du PM, on ne peut tout de même qu'être troublé par la coïncidence..."

     A vous de tirer de tout cela, les conclusions notoires , qui s'imposent ...

VIII Quand un internaute, qui affirme avoir eu en mains les clichés originaux du Paris Match 1028, refuse délibérément de collaborer avec ARTivision, en lui envoyant un simple croquis. (Paragraphe en date du 27/01/2012).


      Pour mieux exposer cette nouvelle affaire, faisons d'abord une seconde petite digression qui risque de mettre mal à l'aise certains internautes qui ont osé traiter cette affaire du PM 1028 de mirage .

     Lisez Svp donc d'abord ceci qui est une portion d'un message qui nous a fait tomber carrément à la renverse :

----- Original Message -----
From: X....
To: fred Idylle
Sent: Saturday, January 15, 2011 2:50 PM
Subject: Réponse : communication enrayée

           Rebonjour,

     Il y a certainement un problème de communication, entre nous. Je sais bien lire entre les lignes, vous me faites un procès d'intention?

     Je ne peux tout vous dire et je n'ai pu tout écrire :

"J'ai déjà contacté de nombreux internautes qui se disent médiums et aucun n'a pu resoudre ce problème. J'en déduis ainsi qu'ils en étaient simplement incapables. Pour moi , seul le résultat compte."....

...Savez-vous que des amis d'enfance m'ont mis à l'écart à cause de ces histoires, il n'y a personne pour nous, nous sommes hors société, des fous quoi.

     je comprends votre impatience, mais j'ai compris que les hommes n'ont pas à savoir certaines choses.

     Pour la Lune, les dernières preuves vues sur le Net, c'était un chercheur russe qui prouvait la haute radioactivité accumulée sur le sol sélène. Tout être fait de chairs et d'os ne tiendrait pas longtemps.

     Pour les engins appelés OVNIS, il apparaît que leur "force motrice", ne fonctionnerait qu'en atmosphère.

     L'affaire du Paris-Match 1028 serait, d'après mes informations d'un homme de vérité et de bien, un phénomène naturelle éphémère, qui a certainement emballé les grandes puissances à l'époque et empêcher la guerre nucléaire mondiale.

     Sans vexer personne, " ils " pourront toujours prétexter un défaut de cliché, d'imprimerie ou de poussières.

     On veut nous faire croire à des bases lunaires "humaines", qui fera croire aux ovnis, qui fera croire aux voyages dans l'espace....

     Quelle imagination n'est-ce pas ? Mais à chacun ses suppositions aussi fantaisistes qu'il le désire ...

     Mais chacun le sait, sur ARTivision, c'est le pragmatisme le plus élémentaire, qui fait foi. En effet cet internaute a oublié assurément ce passage pourtant très clair que nous avions déjà cité, dans certains de nos articles :

     " - Beaucoup de vos savants ont exprimé l'idée que la Lune est un corps mort. Si cela était vrai et que la Lune était morte, suivant le sens que vous donnez à ce mot, il y a longtemps qu'elle aurait disparu de l'espace par désintégration. Non ! Elle est bien vivante et supporte une vie qui comprend des humains. Nous avons nous-mêmes un grand laboratoire juste au-delà du bord de la Lune, hors de la vue de la Terre, dans la section tempérée et fraîche de ce corps."

     Page 81 de l' ouvrage extraordinaire intitulé "A l'intérieur des vaisseaux de l'espace" publié chez Michel Moutet Editeur en 1979 :



     Ceux qui ont critiqué à l'époque l'auteur de cet ouvrage, savent tout à fait, maintenant, que la NASA et ses Sbires, ont menti à l'Humanité entière, au sujet de la Lune...Point Barre

     Mais pour le novice, qui entre pour la première fois dans ce site, voici quelques articles qui le prouvent :

http://www.artivision.fr/docs/Ameriquechocretour.html
http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteinternaute.html
http://www.artivision.fr/docs/Lumieresoit.html
http://www.artivision.fr/docs/PetitpasHomme.html
http://www.artivision.fr/docs/TheCanadianNatNewspaper.html
http://www.artivision.fr/docs/Nexus73.html
http://www.artivision.fr/docs/leFigaro110629.html
..etc..


     La superstructure du PM 1028, pourrait n'est-ce pas, parfaitement jouer le rôle du Laboratoire évoqué ci-dessus...et bien sûr, tout a été camouflé, quand on s'en est aperçu.

     Voici donc une partie, de notre réponse à cet internaute, à qui nous avons dû révéler à l'époque, ce qui figure désormais dans les paragraphes précédents et qu'il ignorait totalement :

---- Original Message -----
From: fred Idylle
To:X....
Sent: Saturday, January 15, 2011 4:32 PM
Subject: Une affaire de radiation...

           Cher ami .

     Je ne comprends pas du tout votre phrase :

"L'affaire du Paris-Match 1028 serait , d'après mes informations d'un homme de vérité et de bien, un phénomène naturelle éphémère, qui a certainement emballé les grandes puissances à l'époque et empêcher la guerre nucléaire mondiale."

     Si cela était un phénomène naturel, il y a longtemps que les autorités et les debunkers l'auraient agrandi et mis en 3 D, comme elles l'ont fait pour le visage de Mars. Puis ces autorités auraient vite fait de nous lancer à la figure leur habituelle illusion d'optique passe partout. Votre raisonnement ne tient pas ici.

     J'ai demandé à, un cabinet spécialisé (Moyennant bien sûr, finances) , afin qu'il puisse me mettre cette superstructure du PM 1028 en 3D, selon leur perception basique , et voici ce que cela a donné :


     Bien sûr, c'est une reconstitution imagée et seule la possession du négatif utilisé à l'époque par Paris Match, peut parfaire cette représentation (Mettez donc la main dessus, où on l'a caché et tout sera clair et net). Mais ce négatif, hélas a disparu et Paris Match lui-même ne sait pas ce qu'il est devenu. C'est tout de même curieux qu'une grande revue comme Paris Match ait pu emprunté à l'époque un négatif à une autre agence nommée l'Agence World Book Science Service (qui n'existe plus) sans avoir eu l'idée d'en faire une copie, alors que moi personnellement j'ai pu obtenir, facilement à L'agence USIS (United States Information Service ) : sise à l'époque au cœur même de l'Ambassade Américaine, 2 rue Saint-Florentin Bureau 200 75042 Paris, pour la modique somme de 50 F, un négatif presque identique à celui du Paris Match 1028, mais il s'agissait d'une photo prise par Apollo 11 en Juillet 69......

     Bien sûr, la suite se trouve dans notre paragraphe VI précédent.

     Mais il y a eu aussi, la suite, telle que:

----- Original Message -----
From:X
To: Fred
Sent: Monday, January 17, 2011 11:47 AM
Subject: Ne prenez pas en mal mes messages.

           BONJOUR très cher Fred,

     Il est bien évident que tout le monde est libre de ses opinions, même les débunkers. Je vous ai donné les miennes vis à vis de mon vécu personnel, mais sans vous vexer, je voulais plutot vous dire à propos de cette photo de Paris-Match, que ce n'est pas "fracassant" . Sur certains forums, on lit les différentes interventions à ce sujet : Peut-être que oui... peut-être que non...

.............................................

     Ah ces fameux forums de référence (pour cet internaute), où ARTivision ne rentre jamais...

---- Original Message -----
From: fred Idylle
To:X.....
Sent: Friday, January 21, 2011 11:30 AM
Subject: Un autre volet qui vous est inconnu de l'affaire du Paris Match 1028 .

           Cher ami.

     Bonjour de la Caraïbe.

     Pour mieux encore, éclairer mes précédentes missives, et montrer combien votre phrase " mais sans vous vexer, je voulais plutot vous dire à propos de cette photo de Paris Match , que ce n'est pas "fracassant" ; sur certains forums, on lit les différentes interventions à ce sujet : peut-etre que oui, peut-être que non.", a été prononcée sans bases réelles authentifiées, voici un autre épisode, que vous ne trouverez pas sur mon site et qui concerne cette affaire du PM 1028 , décidement plus troublante qu'on ne saurait l'imaginer...

...............................................


     Bien sûr, la suite se trouve dans notre paragraphe VI précédent.

     Alors Messieurs les Scientifiques recruteurs et les internautes plein d'imaginations débridées, sachez que cette affaire du PM 1028, mérite d'être approffondie avec tout le sérieux et les outils modernes qui s'imposent...

     Fin de la digression.

     Venons en maintenant au sujet de ce paragraphe VII dont certains internautes connaissent déjà ce qui suit .

Le 18 Sep. 2000, nous avons reçu d'un aimable internaute dont nous ne pouvons donner ici le nom, sans son autorisation, mais nous pourrions dire cependant qu'il a été enquêteur dans la revue très sérieuse d'ufologie LDLN, la missive incroyable suivante :

           Bonjour,

     Juste pour vous signaler qu'en 1991, j'ai eu en main les originaux des photos concernées, remises à un ami à moi par une personne de la NASA, ces photos étaient plus nombreuses ( environ une dizaine ) et partaient de la face globale de la Lune pour arriver à un zoom de ce qu'on pourrait qualifier de réservoirs ou de citernes sur les cotés de l'objet.

    Depuis je cherche désespérément à retrouver des photos de la zone en question, mais visiblement tout a disparu... on se demande pourquoi ...?? 
  En tout cas bravo pour votre investigation et votre site très intéressant. 
         à bientôt.....


  Et voici ma réponse  à ce monsieur envoyée le lundi 18 sept 2000

Bien cher Monsieur 

     Je tombe à la renverse, à la suite de votre message. Nous avons fait des pieds et des mains pour retrouver l'original de la page 33 du PM 1028 et vous me dites que vous que vous l'avez eu en main avec d'autres en plus ? C'est tout simplement incroyable.
     Si vous voulez que j'en parle dans mon article, ce serait formidable et vous seriez alors un émule du scientifique J.F.Gille, qui n'a pas hésité de mettre avec éclat, le pied dans le plat (voir mon article... le concernant). En attendant d'avoir, de votre part, plus de détails sur votre incroyable incident, je demeure confiant en votre prochaine missive où vous m'en direz sûrement un peu plus sur tout cela, au sujet duquel, je n'en reviens toujours pas
     Fidèlement Vôtre:
     Fred

Fin de la missive du 18 Sept. 2000.


     A vous donc de juger, maintenant que vous avez en main, des éléments disons..."substantiels", qui ont été purement oubliés par l'internaute X....., cité précédemment.

     Bien sûr en 1991, cet enquêteur n'a pas eu l'idée, ou n'a pas eu le temps à l'époque de se précipiter chez un photographe pour faire des copies des précieux documents qu'il avait eus en mains. Mais il faut savoir cependant, que le webmaster du site ARTivision, lui, aurait foncé au plus vite chez le photographe le plus proche de sa maison car le quotidien FRANCE-ANTILLES, avait déjà publié, le 14 Fév. 1975, un article détaillé sur la Lune que nous lui avions envoyé. Puis deux nouveaux articles seront publiés par le même journal le 31 mai 1976, et le 22 août 1979 sur le même sujet. Puis ce sera la revue française NOSTRA qui à son tour publiera 2 de nos lettres, le 25 Juillet 1979 dans le n°381 et surtout le 8 sept. 1983 dans le N°586 avec la photographie de la "superstructure", en question, et enfin de compte nous étions déjà bien éveillé sur cette affaire.

     Mais il y eu aussi cette autre missive de l'enquêteur en question...

     Le 02/09/08, nous avons eu la grande surprise de recevoir la missive : (Les couleurs sont de nous bien sûr)

----- Original Message -----
From: Pierre .........
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Tuesday, September 02, 2008 11:29 AM
Subject: Photos de la structure lunaire du Paris Match.

            Bonjour Fred,

      Il y a de cela quelques années, je vous avais contacté pour vous dire que j'avais eu en mains les clichés originaux de cette structure, je le confirme aujourd'hui, n'ayant plus grand chose a perdre de toutes façons...

      C'est le contacté "Jean Miguères" m'a montré ces photos lors d'une soirée à mon domicile (auquel ont participé d'autres témoins), il n'y avait pas que ces photos, mais aussi des agrandissements suffisamment précis pour voir les détails de la structure. Ces photos au format A4 (il y en avait environ 6 ou 7) démarraient de la vue globale telle que celle présentée sur le site, puis cela zoomait jusq'au détail des espèces de container (ou silo ou réservoir ???) dire si c'était une base ou un vaisseau alors là.... Mais je vous renvoie à la série Stargate Atlantis, ou visiblement la cité peut aussi être un vaisseau.... après tout plus rien ne semble impossible.

     Quant à la traduction :

"...And how the Apollo Moon Program was a cover-up of higher technology."

      Cela pourrait signifier : "..et comment le Programme Apollo n'était qu'une couverture pour une technologie supérieure", ce qui tend à confirmer que l'on nous prend pour des lapins de 6 semaines...

     Ma conviction profonde (sans aucune preuves matérielles), basée sur quelques années de travail et d'analyse de tous ces matériels (articles, livres, videos, rencontres de contactés et j'en passe), est que les autorités américaines (entre autres) ont sûrement réussi a faire du rétro-engineering, à partir de vaiseaux extra-terrestres récupérés à partir de crashs (si ce sont bien des crashs et non des vaisseaux laissés volontairement, comme on laisse des stylos ou des objets humains à des singes, pour voir ce qu'ils en font...)

     S'ils sont arrivés à construire ce genre d'engins, ils ont très bien pu visiter le système solaire et le reste, maintenant pour tout ça, il faut des sous.... donc le programme Apollo était une bonne couverture et un bon moyen de débloquer des fonds pour la NASA (d'où les hypothèses de photos refaites en studio etc...)

     Si on veut bien lire tout cela de façon globale, il y a bien une trame logique, qui explique bien des choses....

          Voilà...

     Au plaisir et bonne continuation pour votre site...

          Pierre


     Comme vous le voyez, la traduction de Pierre .... de la si énigmatique phrase :

"...And how the Apollo Moon Program was a cover-up of higher technology."

, est devenue alors :"..et comment le Programme Apollo n'était qu'une couverture pour une technologie supérieure", ce qui n'a pas la même consonnance que la traduction déjà connue :...et également comment le Programme lunaire d’Apollo était une technologie supérieure secrète.. Aux spécialistes donc de juger...

     Nous avons alors adressé à cet internaute la missive suivante :

----- Original Message -----
From: Fred IDYLLE
Sent: Wednesday, September 10, 2008 10:43 AM
To: Pierre....
Subject: Un croquis de la plus grande importance

Tres cher Pierre.
 
 Bonjour  de l'Archipel  de la Guadeloupe.
 
Comme suite à votre missive insérée dans mon paragraphe X de mon article :
 
http://www.artivision.fr/docs/mondeillusion.html
 
   Il est de la plus haute importance que vous puissiez (même si le dessin n'est pas votre passe-temps de prédilection) que vous ( ou un de vos amis présent à ce moment là ) puissiez me tracer (de mémoire évidemment ) une simple  ébauche du premier zoom de la superstructure en question, afin que l'on puisse en avoir un aperçu  plus significatif , que celui du Paris Match.
 
 Merci d'avance pour votre participation aux recherches d'ARTivision , et je vous dis à un de ces jours prochains si le Maître du Temps, nous en laisse le loisir .

   Vives amitiés tropicales. 
 

     Fred Idylle.
     Réponse de Pierre :

----- Original Message -----
From: Pierre .....
To: 'Fred IDYLLE'
Sent: Friday, September 12, 2008 9:57 AM
Subject: RE: Un croquis de la plus grande importance

           Bonjour, fred ,

     Je comprends tout a fait votre demande légitime, je ne voudrais pas décrédibiliser le sujet en traçant de tête une structure vue une fois en 1991 ! Je ne pense pas que cela servirait "La Cause". Toutefois je vais essayer de faire de mon mieux.

     AU FAIT : Bien joué pour le coup des journalistes de Paris Match ! Ce qui serait intéressant au moins c’est de savoir s' ils ont conservé une trace de la PROVENANCE de ces photos (voie officielle de la NASA, autre source … qu’en sait-on finalement ?)

           Bien Amicalement

           Pierre


      Hélas, nous n'avons plus jamais entendu parler de Pierre, ni reçu le moindre petit croquis...

      Comme c'est bien dommage , car on aurait pu certainement faire structurer en 3D , ces croquis. Une fois de plus, nous avons loupé lamentablement le coche...

IX Quand, il nous vient l'idée de rendre un hommage bien mérité à la revue NOSTRA, considérée à l'époque par les bien-pensants, comme une feuille de chou dérisoire.(Paragraphe en date du 29/01/2012).

     En effet, il a été question plus haut, du fait que le 8 sept. 1983 dans son N°586 la revue NOSTRA avait publié une de nos lettres, avec en plus la photographie de la "superstructure", du PM 1028. Plutôt que de parler en l'air, voici donc en premier lieu la missive en question :


     Mais pourquoi ne pas placer aussi, ici, en deuxième lieu, ceci qui se trouvait déjà, 3 ans plus tôt, en page 8 du Nostra n°405 du 10 au 16 Janv. 1980 :


     Alors Messieurs les journalistes de Futura-Sciences, et de 20 Minutes on line, soyez assez aimables pour tenter d'approcher vos scientifiques qui se disent à l'affût de la Lune, et, pour leur permettre de gagner un temps précieux, invitez-les alors à contacter au moins ces scientifiques M.V. KELDITCH et A.P. VINOGRADOV soviétiques de l'époque, (s'ils sont encore vivants ou leurs collègues plus jeunes), et ils auront alors directement accès à un dossier hors normes, qui ne circule pas encore dans le grand public.

     On se demande d'ailleurs, pourquoi des périodiques, à l'époque, haut de gamme, comme "le Monde" , "Science&Vie", "Science et Avenir", "La Recherche", ..etc..., n'ont pas publié, ( à notre connaissance bien sûr, et nous publierons alors toute information à ce sujet), une seule ligne, sur cette conférence de presse scientifique soviétique. Il faut aussi remarquer que ce genre d'information venant des soviétiques, était chez Nostra, sous le regard scrutateur du savant atomiste, Jacques Bergier, l'homme phénomène, qui était un lecteur rapide hors normes, et cela en plusieurs langues, dont le Français, l'anglais, le russe, l'espagnol, l'hébreu, le tchécoslovaque, le polonais, l'italien et deux ou trois autres langues encore. Donc côté russe, il avait certainement quelques amis fidèles pouvant lui transmettre en "temps réel", des données sensibles.

     Pour en savoir plus sur Jacques Bergier et ses prouesses, qui ont mis mal à l'aise de nombreux bien-pensants de l'époque, prière de se reporter à notre article :

http://www.artivision.fr/docs/Nostramystere.html

     Pour les puristes qui aiment remonter aux sources, voici quelques articles de ce Jacques Bergier parus dans la revue "Science et Avenir" des années 56 et 57 :

- n°111, Mai 1956, "Les travaux de Pontecorvo en URSS, pour découvrir l'anatomie du proton".
- n°112, Juin 1956, "L'oxygène atomique de la haute atmosphère, combustible des engins téléguidés de demain".
- n°114, aout 1956, "Quand l'industrie annexe l'alchimie".
- n°115, Septembre 1956, "Le 17 Septembre, la planète Mars ne sera qu'à 59 700 000 km de la terre".
- n°117, Novembre 1956, "Qu'est-ce que le feu ?".
- n°118, Décembre 1956, "Les dernières équations d'Einstein recèlent-elles les secrets de l'antigravitation ?".
- n°122, Avril 1957, "Les déchets des piles atomiques feront naître demain une radio-chimie".
- n°123, Mai 1957, numéro spécial "Les portes de l'an 2000", auteurs non différenciés (Pierre de Latil, Albert Ducrocq, Jacques Bergier, etc.) Présomption articles de JB : "Les hommes de demain raisonneront-ils avec des machines " et "Au-delà des usines sans hommes, la nation automatique".
- n°125, Juillet 1957, "La plus grande révolution de la physique depuis Einstein : le principe de parité s'effondre".
- n°128, Octobre 1957, "Des progrès décisifs dans la domestication de l'énergie H".

     Comme vous le voyez, ce savant ne se tournait pas les pouces à cette époque, et pour en savoir bien plus, prière de rejoindre le site de l'ami Claude Thomas :

http://www.claudethomas.net/bergier.htm

     Mais revenons à nos moutons. On voit alors que 1980 à 2012, cela fait bien 32 ans de retard, pris par les scientifiques évoqués, avec tant d'emphase, par les périodiques Futura-Sciences, et de 20 Minutes on line. Il était donc, bien temps de prendre le train en marche...n'est-ce pas !!! Bonne redécouverte donc, et... à la revoyure, si le cœur vous en dit...

     A vous donc de juger, tout cela, documents "prosaïques", à l'appui.

X Quand, Alfred Nahon interpelle la revue NOSTRA, au sujet du vocable "Top secret", que nous avions utilisé dans une de nos missives, publiée, par cette revue, en fin Juillet 1979.(Paragraphe en date du 31/01/2012).

     Voici donc un extrait de notre missive publiée dans le Nostra n°381 de la semaine autour du 25 Juillet 1979. Nous avons re-structuré les deux colonnes de l'article qui étaient trop longues et souligné en rouge le vocable qui a fait tilt :


     Mais NOSTRA, sans doute faute de place, n'a pas publié la fin de notre missive, où l'on pouvait pourtant lire ceci de très important (les couleurs sont bien sûr actualisées. Tout était à l'époque tapé à la machine, en noir et blanc):

     "Il n'est pas en principe impossible que nous soyons nous même, en mesure un jour dans les siècles prochains, de fabriquer, des satellites de plusieurs kilomètres de diamètre, si la Terre n'est pas rasée d'ici là, êvidemment. Alors pourquoi pas, une Lune artificielle dans quelques milliers d'annèes...?

     J'aurais souhaiter cependant que ce débat réponde à tant de questions, qui nous brûlent les lèvres, et entre autres à celles-ci dont les références permettront â chacun d'en vérifier facilement le bien fondé :

l°) Quelle est la nature de la tache en forme d'ovale allongée sur près de 22 km de long, très brillante, couleur rouge rubis, découverte par les astronomes J. H. Greenacre et E. Barr, le 27 Nov. 1963 sur l'arète du rempart du cratère d'Aristarque et dont on peut voir la photographie à la page 65 de la revue Science et Vie n° 559 d'Avril 1964 ?

2°) Quelle est aussi la nature de forme géométrique très structurée et colossale de près de 26 km de long, d'une hauteur ph6noménale et où apparaissent des sphères "surmontées" d'une gigantesque? Cette super-structure est visible sur la face cachée de la Lune, sur une photo de la Nasa publiée en page 33 par le Paris Match n° 1028 du 18 Jan. 1969.

3°) Pourquoi enfin, la NASA n'a-t-elle pas envoyé plutôt des astronautes sur les bords du cratère Vitello oâ apparaissent sans discussion possible des traces de plus de 600 métres de long, laissées par deux "véhicules" d'environ 5m et 25m de large et qui ont remonté les pentes de deux petits cratères ? Ces traces sont très nettement visibles sur la photo n° 67-H-1135 de la NASA et qui est présentée, dans les ouvrages de A. Nahon : " La Lune et ses défis à la science" ( Mont-Blanc) 1973 et G. Leonard "Ils n'étaient pas seule sur la Lune" (Belfond) 1978 .

     Idylle Fred

     Saint-Claude ( Guadeloupe )
"


     Nous supposons alors, que si cette fin de missive avait été publiée par Nostra ( une importante partie, le sera dans notre missive vue plus haut du n° 586 de début Sep 83), alors notre ami Alfred Nahon, n'aurait pas écrit dans les mêmes termes, la missive très osée qui suit :


     Alors Messieurs les journalistes et vos consorts scientifiques, n'oubliez pas que des intrépides précurseurs, vous ont déjà offert les éléments principaux de votre quête actuelle, concernant la Lune, sur un plateau d'argent...Tirez-en alors, dès maintenant, sans tergiversations, les conclusions hors normes qui s'imposent. Point Barre.

     Article mis en page le 15/01/2012 , et revu le 16/01/2012, et revu le 18/01/2012, et revu le 21/01/2012, et revu le 23/01/2012, et revu le 24/01/2012, et revu le 26/01/2012, et revu le 27/01/2012, et revu le 29/01/2012, et revu le 30/01/2012, et revu le 31/01/2012, et revu le 08/02/2012, et revu le 23/02/2012.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil