Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresse du site :
http://artivision.eu


Flash back sur une épopée journalistique,
du "The Tuscaloosa News".


    

I Introduction.


      Pour plus de clarté, voici aux USA, où se situe la ville de Tuscaloosa, qui comptait 90 468 hab en 2010. Sur le site :

http://en.wikipedia.org/wiki/Category:Publications_established_in_1818

, on apprend que le journal The Tuscaloosa News, existerait depuis 1818 .


     C'est de là, que nous vient le journal "The Tuscaloosa News" , dont nous allons ici, donner quelques infos.

II Genèse de l'affaire.


     Bien sûr, ces informations sont relatives aux exploits polaires de l'explorateur Richard E, Byrd, et exploits souvent évoqués dans nos articles.

     Précisons d'abord que, sur Google à :

http://news.google.com/newspapers?nid=XUmZziu-z7kC&dat=19570312&b_mode=2&hl=fr

, on ne trouve aucun journal ( et comme cela est regrettable car ce journal existait déjà au XIXesiècle), de 1926 ( date du premier exploit de Byrd au Pôle Nord)

et donc nous ne pouvons pas pour l'instant savoir si ce journal a publié le 26 Juin 1926, un article de l'Agence "Associated Press", article comme celui du journal "Miami Daily News", où il est mentionné ces phrases incroyables :


qu'après mûres réflexions, nous avons traduites, telles que :

    " Il y a une terre, dans le voisinage du Pôle Nord " comme le croit le commandant Byrd.

" Il pourrait y avoir une terre quelque part, là, et je pense, que c'est vrai".

    Il serait donc très important, de mettre la main sur la première page au moins, de ce "The Tuscaloosa News", du 25 Juin 1926. Merci mille fois déjà, à l'internaute béni , qui pourra l'avoir sous la main.




     Commençons alors, si le voulez bien, par la présentation de ce journal en date du 29 Novembre 1929 ou l'on parle tout de même de l'expédition de Mai 1926:


     Laissons aux spécialistes de l'anglais le soin, de traduire ce texte, où nous l'assurons, il n'y a aucune mention de la découverte faite par Byrd, d'une quelconque terre inconnue, dans cette région polaire sud .

     Mais allons plus loin, jusqu'au 7 Septembre 1933


     Traduisons seulement le passage souligné en rouge tel que ;


"Il espérait découvrir un nouveau continent dit-il en complément de celui qui existe déjà afin d'affirmer que les montagnes du Pôle Sud sont dans le prolongement de la cordilière des Andes; afin de cartographier ce territoire jusqu'à présent inexploré et afin de déterminer si l'actuel terre gelée a été autrefois une terre tropicale comme l'Inde.

     De nombreux vols seront entrepris vers une zone aussi vaste que les Etats-Unis et le Mexique réunis, dit-il
."

     Au sujet de cette affaire de découverte " d'un nouveau Continent", les rédacteurs et consorts journalistes du journal en question, se sont assurément dits, qu'il s'agissait de cette zone immense effectivement non répertoriée, très glacée, couverte de neige et de givre à profusion, et où la température avoisine souvent les - 50 degrés Celsius. Un point c'est tout, et nous allons voir plus bas pourquoi ...

     D'autre part, nous avons déjà, dans de nombreux articles, expliqué le non-sens officiel, de cette affaire de zone aussi vaste que les USA et le Mexique réunis (voir par exemple, notre article :FlashbacksurlePortmouthTimes).

     Mais, il y a aussi cette courte phrase :


    Que nous pourrions traduire ainsi ainsi :

" Byrd révéla aujourd'hui qu'il serait aux commandes du prochain vol au-dessus et au-delà du Pôle Sud, un plus dangereux saut, que le dernier, et il espérait , "mettre le paquet cette fois""

    Là non plus, rien d'extraordinaire, car l'expédition comportait effectivement le risque, que l'avion pourrait tomber en panne, et l'équipage serait bien alors, dans une position dangereuse, comme cela s'est passé en Juin 1928 , pour le dirigeable "l'Italia", commandé parle général Nobile, qui voulait traverser la région du Pôle Nord.

    D'ailleurs pour sa future expédition en avion au Pôle sud, en 1929, Byrd , très précautionneux, avait pris le soin de commander des chiens au Canada dès 1928. Voyez vous-même, cette image que nous a envoyée, le 30 juillet 2014, notre ami Pierre Samuel du Canada :


    Mais, comparons alors cet entrefilet du "The Tuscaloosa News", à celui de la même date, et de la même Agence : "Associated Press" du "Spokane Daily Chronicle" , et placé à l'url :

http://news.google.ca/newspapers?nid=ddB7do2jUx8C&dat=19330907&printsec=frontpage&hl=fr


    On voit alors que , l'on retrouve les mêmes expressions concernant l'affaire du territoire aussi vaste que les USA et le Mexique réunis, et surtout l'affaire inouïe "du nouveau continent"

    Mais, il manque hélas, chez le The Tuscaloosa News ce passage important :


que nous pourrions traduire :
    " Aussi longtemps qu'il existera une étendue aussi géante que cela, sur la face de la Terre , dit-il , nous devons nous attacher à la connaître. Il y a aussi le fait que nous devons compléter certains liens manquants relatifs aux problèmes scientifiques en explorant cette contrée qui s'attache à notre ère glacière "

       Ce passage ( surtout que Byrd, y fait allusion à des liens manquants du domaine scientifique), était en effet beaucoup plus difficile à comprendre pour les rédacteurs et autres journalistes, du The Tuscaloosa News . Ils l'ont alors purement et simplement supprimé.

      Cette façon d'agir, n'est bien sûr, pas propre à ce journal, et beaucoup d'autres que nous n'avons le temps de mentionner ici,en ont fait de même.

     Mais allons plus loin, et en particulier jusqu'au 31 Janvier 1947, où dès le 26 Février 2011, notre ami canadien Sébastien, nous a fait découvrir sur le site :

:
http://news.google.ca/newspapers?id=Kb9TAAAAIBAJ&sjid=kDgNAAAAIBAJ&pg=5209,4664847&dq=south+pole+secret&hl=en

     Cet ahurrissant article du "The Leader Post", de la ville de Regina dans le Saskatchewan


     Mais pour mieux saisir la portée de ce qui va suivre , voyons ici même rapidement, de quoi il s'agit :

British United Press , deveuue désormais simplement, l'United Press

     Le titre surprend déjà : Byrd annonce ses objectifs pour aller investiguer dans le secret polaire.

      Ah Ah...comme vous le voyez, il y a tout de même un secret à découvrir, dans ces immenses zones glacées extrêmement froides et couvertes de neige à l'infini n'est-ce pas ?

     Traduisons quelques paragraphes, où il y a des phrases soulignées en rouge.

     D'abord tout au début, on trouve " Little America. 31 Jan. Le Vice Amiral Richard E.Byrd a atterri à Little America Jeudi et immédiatement annonça ses objectifs en vue d'un vol à travers le Pôle Sud, dans un territoire inexploré pour déterminer si l'Antarctique est un continent unique, ou une masse de deux grandes îles.

     Byrd dit que l'expédition de la Navy sous son commandement allait devenir peut-être "La plus importante découverte géographique qui reste à entreprendre dans ce monde".


     Quel tissu de sous-entendus, Byrd nous livre ? Il faut savoir lire entre les lignes, bien sûr.

     En effet d'abord, pour savoir si l'immense continent possède des failles profondes (rappelons qu'à certains endroits, il y a près de 4000m d'épaisseur de glace, d'après le dessin en perspective suivant tiré du Paris Match n° 1088 du 14 Mars 1970 :


où l'on voit que l'épaisseur de la glace peut monter jusqu'à 4200m )
, capables de le séparer en divers portions, il faudrait des centaines d'avions munis de radars puissants pouvant sonder sous la glace et de vastes équipes au sol pour baliser le terrain. Donc, cette affaire d'îles à déterminer est un énorme bluff pour noyer le poisson, et détourner l'attention des journalistes.

     Puis, il y a ceci :"La plus importante découverte géographique qui reste à entreprendre dans ce monde". Cette phrase ressemble n'est-ce pas bizarrement à celle de Giannini en date de 28 Nov 1955 ; "This is the most important expedition in history of the World", et pourtant on est ici en fin Janvier 1947, soit environ 8 ans plus tôt. Giannini avait donc quelques retard dans son texte. (voir encore, notre article :FlashbacksurlePortmouthTimes)

     De plus, comment à l'époque (le Traité de l'Antarctique interdisant toute mesure de nature militaire et non pacifique qui a pris effet le 23 Juin 1961, n'était donc pas encore en vigueur), l'exploration de quelques veines apparentes de charbon ou d'autres minerais utiles à l'industrie, pouvait-elle être considérée comme la plus importante découverte géographique ou géologique qui soit ?

    Puis, il y a cette déclaration inouïe de Byrd : "I'd like somebody to get into that vast unknown area on the other side of the pôle" : "J'aimerais que quelqu'un pénètre dans cette vaste zone inconnue, située de l'autre côté du Pôle".

     Nous avons déjà aussi discuté de l'imense portée de cette phrase dans divers articles et en particilier dans :

http://www.artivision.fr/docs/ByrdTrouvaillesinsolites.html

     Maintenant, il faut savoir que le journal The Tuscaloosa News, était à la fois abonné aux Agences "United Press", et "Associated Press". Voyez vous même :



    Alors comment expliquer que ce 31 Janvier 1947 à l'adresse suivante :

http://news.google.com/newspapers?nid=XUmZziu-z7kC&dat=19470131&printsec=frontpage&hl=

,on ne trouve à ce journal, The Tuscaloosa News, que ceci en titre principal :


, et sur toute la premiere page, cela :


Et comme vous le voyez nous ne découvrons aucun entrefilet, concernant Byrd dans cette premire page, et les 9 autres pages suivantes.

     Hélas Google , n'a pas présenté non plus, le The Tuscaloosa News du 1er Février 1947, et on ne peut pas conclure que l'on n'y parle pas de Byrd.

     Mais, étant donnée la notoriété de l'amiral Byrd, une si importante déclaration envoyée par une des deux Agences en question, aurait dû apparaître quelque part dans les pages du journal, ce 31 Janvier 1947, et sans doute pas le lendemain.. Tel fut le cas des journaux qui, comme le "The Leader-Post" (déjà présenté plus haut), ou le "Spokane daily Chronicle", ou le "Youngstown Vindicator ", ou le "The Portsmouth Times Spokane", ou le "The Washington Reporter", et bien d'autres non encore connus, ont eux publié, ce 31 Janvier 1947, des entrefilets sur Byrd, et il est franchement étonnant que The Tuscaloosa News, abonné, on l'a vu, à deux Agences de Presse, très importantes, n'ait pas trouvé, une petite place , pour y introduire, au moins, cette phrase pourtant inouïe de Byrd :

     "I'd like somebody to get into that vast unknown area on the other side of the pôle", et phrase qui a été donc, carrément rayée des colonnes de ce The Tuscaloosa News ce 31 Janvier 1947.

     A vous de juger désormais cette notable incongruité ...

III Conclusion.


     Mais, il n'est pas besoin d'être un docteur en Philosophie, pour savoir, que chacun situe son appréhension des choses et ses priorités, en fonction de ses préocupations immédiates. Cependant, il arrive souvent que quelques temps plus tard, ( pour les textes bibliques, par exemple, il faudra attendre des siècles) , ces préoccupations se révèlent n'avoir été que des futilités qui n'apportaient rien la compréhension de notre environnement , et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète en grande évolution .

     Mais ce 2 Août 2014, un sceptique bien assis sur les déclarations officielles, nous dirait alors :" La phrase citée ci-contre de Byrd :      "I'd like somebody to get into that vast unknown area on the other side of the pôle" est tellement incroyable, que nous ne pourrions y apporter un certain crédit, que si Byrd lui-même, l'avait confirmée vocalement, dans une interview quelconque... " .

IV Quand Byrd s'exprime vocalement dans une interview télévisée.


     C'est effectivement le 27 Juillet 2014, que nous avons reçu de notre ami canadien André, la missive suivante :

----- Original Message -----
From: André J.......
To: Fred Idylle
Sent: Sunday, July 27, 2014 7:35 PM
Subject: Admiral Byrd
     Rare interview télé avec ton copain Byrd et espérons que ça pourra être traduit très bientôt.

http://ufosightingshotspot.blogspot.ca/2014/07/rare-tv-interview-with-admiral-richard.html

    Fin de citation .

     Pour ceux qui veulent en savoir plus, prière de consulter aussi les sites :

http://www.youtube.com/watch?v=tzWHqooAJtM#t=26

http://beforeitsnews.com/alternative/2014/07/admiral-byrd-there-is-never-before-seen-land-at-bottom-of-the-world-3000952.html

     Et voici quelques images de ce film remarquable :

    

     N'étant pas du tout familiarisé avec l'américain parlé, nous avons demandé à notre très aimable amie Nicole, de nous en dire un peu plus sur cette interview de Byrd, tout à fait rare et sans doute exceptionnelle.

     Et voici sa réponse :

----- Original Message -----
From: Nicole
To: fred IDYLLE
Sent: Monday, July 28, 2014 11:48 AM
Subject: Interview Byrd

         Bonjour cher Fred,
       Même quand on parle et comprend couramment l'anglais, il est très difficile de suivre la video car Byrd n'articule pas bien, sa tête est tournée donc le micro n'est pas bien orienté - ils auraient au moins pu le cadrer un peu mieux - et avale la moitié des mots. Je trouve qu'il a l'air bien fatigué. J'ai bien réécouté la vidéo et effectivement au début, il dit:

"That there is a secret land mass the size of the United States that has NEVER been seen by any human being beyond the South Pole ."

       Vous avez parfaitement compris le début du texte et à part cette phrase d'introduction il n'en dit guère plus, car il enchaine avec des considérations parlant des progrès matériels permettant des explorations plus faciles, grâce à des technologies de pointe et des avions plus puissants etc. Il dit d'autre part qu'il organise en effet une expédition pour établir des bases au Pôle Sud (Little America), et ils reviendront en Avril. Je pense que l'interview doit dater de l'Operation Deep Freeze en 1955-56. En effet, les préparations pour l'Année Géophysique 57-58, ont commencé à partir de Novembre 1955 pour se terminer en Avril 1956. Donc je pense que l'interview est bien dans cette fourchette. Cela doit être voulu exprès, que la date de l'interview n'est pas dévoilée, car on se demande comment d'aucuns ont pu mettre la main dessus. Cela doit venir d'archives d'époque où les Etats n'avaient pas encore complètement essayé d'étouffer l'affaire, ou alors ils ont laissé échapper des documents involontairement (ou pas). Comme on dit: Nobody is perfect, on ne peut pas toujours tout voir, certains détails finissent pas faire surface. Comptons là-dessus.

       On peut quand même remarquer, qu'il ne semble pas en très bonne santé puisqu'il disparaît en 1957. La technique d'interview aussi semble pointer vers ces années-là. Ensuite il enchaine sur le fait que ce continent inaccessible est un reservoir gigantesque de ressources minières en particulier charbon, uranium et autres minéraux qui suffiraient à approvisionner le monde moderne pendant très longtemps. Il parle aussi de la ruée mondiale vers le Pole Nord , qui est plus accessible sans autre commentaire, mais ne manque pas de faire remarquer que le Pole Nord (surface liquide) n'a pas le meme interet que le Pole Sud qui est un continent.

       A mon avis il n'a pas voulu s'étendre sur sa vraie mission, probablement par prudence de toute évidence. Mais ses paroles sont bien là et ne pretent pas à contestation. Donc apparemment il veut donner l'impression que ses expéditions n'ont pour seul but que la recherche de matières premières !!. On ne peut certainement pas lui reprocher sa prudence sachant à quoi il s'expose. Mais un fait est certain: cette vidéo apparaît un peu partout, de + en + de gens cherchent la vérité bien cachée mais un jour ou l'autre, elle sera officiellement dévoilée. Beaucoup de monde s'intéresse à la Terre Creuse , et un jour ou l'autre quelqu'un finira par apporter une preuve indubitable. Actuellement les populations mondiales sont sous pression médiatique pour des tas d'évènements montés en épingle sciemment pour occuper le terrain. Ce sont des manœuvre bassement politiques pour noyer le poisson. Si jamais on arrive à demontrer par a+b que la Terre est creuse, vous rendez-vous compte de la révolution qui s'attachera aux dogmes bien établis, car tout le monde va se demander comment il peut y avoir un noyau solide dans une sphère creuse ?? C'est bien là que le bat blesse, toute révélation contestant l'orthodoxie, révolutionnerait le savoir mondial et toutes les données pseudo-scientifiques qu'on nous a inculquées depuis notre enfance, et c'est pourquoi ils sont prets à tout et freinent des 4 fers pour empêcher cette révélation qui sonnerait le glas de leurs carrières et de leur crédibilité, donc une affaire de gros sous, car dans ce cas, ils ne pourraient jamais plus exercer.

       Peut-être que votre correspondant pourra vous donner plus de détails. J'apprécie beaucoup la suite de votre article en cours.

       Amicalement


       Fin de citation.

      Remercions donc d'abord ici, mille fois, notre amie Nicole, pour cette magistrale explication, qui s'applique admirablement à un document filmé d'une grande rareté, tout à fait incomparable, et où à l'époque, Byrd , osait encore avouer, l'existence d'une Terre inconnue en plein Pôle Sud : "That there is a secret land mass the size of the United States that has NEVER been seen by any human being beyond the South Pole", que nous pourrions traduire modestement par :"C'est qu'il y a une terre secrète, au-delà du Pôle sud, de l'étendue des USA, qui n'a jamais été observée par un humain quelconque" .

      C'est donc clair, net, et sans bavure..., et le site ARTivision, s'est efforcé de démontrer cela, dès Septembre 2000. A bon entendeur Salut ...

     Mais ce 03/08/2014, il nous vient aussi à l'idée de présenter cette portion de texte du livre de A. Giannini ( info qu'il a dû recevoir en douce d'un militaire de ses amis de l'époque) et portion de texte aussi tirée de son ouvrage de 1959, intitulé : "Mondes au-delà des pôles"

  


    Mais voici alors cette portion texte tirée de la page 1,4 de son livre ( Les couleurs sont d'Artivision bien sûr) :


     Et notre modeste traduction donne :

" Janvier 1956: " Le 13 Janvier, des membres de l'expédition des Etats-Unis ont accompli un vol de 4300 km à partir de la base de McMurdo Sound, située à 640 km à l'ouest du pôle Sud et pénétré dans une terre sur une distance de 3700 km au-delà du pôle". Message radio en provenance de l'expédition antarctique de Byrd, confirmé par la presse américaine du 5 Février 1956."

     Compte-tenu, des oublis systématiques du journal " The Tuscaloosa News " vus plus haut, nous sommes persuadés qu'une telle information, ne peut apparaître, que dans un journal de seconde importance, et certainement pas dans le New York Times . Mais on ne sait jamais.

     Or d'après le communiqué de Giannini, il a dû y avoir un journal de seconde zone, qui a publié cette révélation extraordinaire, faite dit-il d'abord à la radio. Comme il est presqu'impossible de retrouver les enregistrements radios de l'époque, seul un coup de chance inouï, nous permettra de tomber sur un journal qui a publié cette superbe déclaration. Alors Messieurs les journalistes et autres éditorialistes blasés, allez donc fouiller dans les petits journaux de l'époque (américains ou canadiens), du 5 ou 6 Février 1956, et , si vous trouvez quelque chose qui correspond aux dires de Giannini, ARTivision, vous assure que vous aurez touché bien plus que le Gros Lot. Point Barre. .

     Pour ceux que tout cela ferait encore sourire sous cape en disant qu'il s'agit de balivernes, lisez alors la fin du texte de Giannini en page 14, où l'on trouve aussi ceci :


Que l'on pourrait traduire par : 1957 : "...ce continent enchanté dans le ciel, terre de l'éternel mystère !"
    Rappelons aussi enfin, que c'est tout de même dans le LIFE



du 25 Mars 1957, que nous avons trouvé cette phrase sublime de Byrd en anglais:

"that enchanted continent in the sky, land of everlasting mystery."


     Et voici, ce que l'on y trouve en page 47 :



    Pour que les puristes, ne s'arrachent pas les yeux pour lire le texte en anglais de l'image, le voici en plus clair :

A HERO OF AIR AND ANTARCTIC

Admiral Byrd, who staked U.S. claims on a continent, dies at 68

    Even before he set foot on Antarctica, Rear Admiral Richard Evelyn Byrd was a popular legend - and remained one until his death last week at 68. In 1926 he and Floyd Bennett made the first flight over the North Pole. In 1927, with a crew of three, he flew the Atlantic nonstop, just I0 days after Lindbergh.
    But it was the next year that Byrd went to that part of the world that was never to loose its hold on him, when he led the first of five expedition to Antarctica. First to fly over the South Pole, he recongnized the Antarctica potential resources and importance. He directed rnapping of nearly half of the continent and, more than any other man, staked out U.S. claims there. Last year he returned for the last time to that he called "that enchanted continent in the sky, land of everlasting mystery."


    Et voici notre modeste traduction :

Un héros de l'Air et de l'Antarctique.

l'Admiral Byrd, qui a revendiqué les droits des Etats-unis sur un continent, décède à 68 ans.

    Même avant qu'il ait mis le pied sur l'Antarctique, le contre-amiral Richard Evelyn Byrd était une légende populaire - et il en est resté une, jusqu'à sa mort la semaine passée à 68 ans. En 1926, avec Floyd Bennett, il fait le premier vol au dessus du Pôle Nord. En 1927, avec un équipage de trois personnes, il a effectué un vol sans escale au dessus del'Atlantique, juste 10 jours après Lindbergh.
    Mais ce fut, l'année suivante que Byrd s'est rendu dans cette partie du monde, qu'il n'a jamais abandonnée, quand il conduissit la première de ses cinq expéditions en Antarctique. Premier à survoler le Pôle Sud, il mis en évidence les ressources potentielles de l'Antarctique, et son importance. Il a dirigé la cartographie de près de la moitié du continent, et, plus que tout autre homme, il a revendiqué les droits des Etats unis sur ce continent. L'année dernière, il est retourné pour la dernière fois, à ce qu'il appelait "ce continent enchanté dans le ciel, terre de l'éternel mystère!".
.

    Fin de la traduction.

    D'ailleurs, nous le pensons assurément, il y a une façon très claire, de comprendre cette phrase très énigmatique de Byrd, que nous délivre le LIFE en question, (sans hélas nous en préciser la provenance) :

"ce continent enchanté dans le ciel, terre de l'éternel mystère!"

     En effet, ce mystère s'explique parfaitement, si l'on sait que Byrd en pénétrant à l'intérieur de la Terre, par l'ouverture polaire, nord ou sud, voyait dans le ciel, le paysage qui lui était diamétralement opposé. (Voir l'image ci-desous où Byrd dans son avion voyait parfaitement dans le ciel un continent suspendu au-dessus de sa tête).


     Merci donc à Super Hasard, de nous avoir aiguillé, une fois de plus, dans une bonne direction pour tomber sur ce formidable LIFE, du 25 Mars 1957.

       Mais ce 05/08/2014, pour bien montrer que parfois, un tout petit grain de sable, peut bloquer le mécanisme d'une horloge, sur le ton de la confidence, souvent mis en avant par ARTivision, nous allons vous conter, une autre annecdote relative à, cette affaire de Terre creuse.

      Cela se passait en 1994, quand la revue hélas disparue, "Mystère", nous parlait de la "Terre creuse".

       Cette revue "Mystère", était un magazine qui acompagnait l' émission de télévision du même nom, et émission qui fut diffusée sur TF1 entre le 8 Juillet 1992 et le 27 Mai 1994, et commentée par l'excellent présentateur Alexandre Baloud. On ne s'en doute presque pas, les Forces de l'Ombre, et les rationalistes endurcis, ont œuvré, en douce, pour faire disparaître cette émission, où les faits étranges étaient légions.

       Mais, c'est dans le n° 15 d'Octobre 1994 de la revue "Mystères" en question, qu'ARTivision , a découvert ultérieurement, certains faits, que nous allons évoquer ici.

      Mais nous pensons désormais, que le Temps de la Divulgation , étant arrivé, il faut alors que chacun puisse donner un coup de main, pour faire jaillir la Vérité, et si de plus, l'on sait lire entre les lignes, on comprendra vite, que ce qui suit n'est qu'une astuce, pour récapituler des points importants des textes du site ARTivision , car chacun sait que le subconscient, s'accommode parfaitement des répétions bien orchestrées, pour assimiler les données essentielles à sa disposition.

     Voici donc pour les puristes, qui aiment partir des sources, la couverture de la revue en question :


      On voit déjà, que l'affaire de la Terre creuse, n'est pas mentionnée sur cette couverture, alors que pour ARTivision, c'est le sujet qui surclasse de loin, tous les autres. A vous de juger déjà ce petit détail...

     Et voici maintenant, les premières pages de l'article de Monsieur Eric Bony , à qui, à l'époque, nous avions écrit pour préciser certains point.

  

     Analysons alors voulez-vous, simplement le début de cet article :

     SCIENCE ET LÉGENDES.

MYTHOLOGIES DE LA TERRE CREUSE.


     Et si nous n'êtions pas seuls et qu'au lieu d'aller chercher les petits hommes verts dans les étoiles, on allait les dénicher sous nos pieds ?...

     C'est une des nombreuses théories de la Terre creuse, une idée qui semble se fonder sur une multitude de mythes, et que les scientifiques n'ont pas totalement creusée...(Note 1 du Webmaster : Superbe jeu de mots de l'auteur, car en effet les scientifiques se basent sur le fonctionnement de leurs appareils, qui eux-mêmes sont construits en fonction de la théorie admettant une Terre sphérique pleine de matière).

     Les humanoïdes qui peuplent la 3° planète de notre système solaire - comprenez la Terre - ont beaucoup d'imagination... Mais il est un sujet sur lequel ils ont développé de nombreuses théories plus ou moins fantaisistes : leur propre planète. On la croyait immobile au centre de l'Univers jusqu'a ce que Copernic, peut-être moins égocentrique que les autres, place le Soleil au centre du système. On la croyait plate, on mettait en garde le drakkar viking qui se perdait au bout du monde car il risquait de tomber tout simplement dans un gouffre ?

À présent, cette croyance n'est plus qu'un lointain souvenir... Encore qu'il existe toujours une association qui regroupe des personnes convaincues que la Terre est plate. « Et les photographies prises de l'espace ? » « Elles sont truquées pour manipuler l'opinion publique et faire croire à tous que la Terre est ronde ! » Que voulez-vous répondre à cela ?

     Mais il existe une vision tout aussi étrange de notre globe qui perdure : l'idée suivant laquelle la Terre serait creuse et son centre habité...

UN ENDROIT PAS TRÈS FRÉQUENTABLE.


     Mythes, croyances et religions attestent de l'existence de "la Terre creuse". Après tout, nous vivons à la surface mais qu'y a-t-il sous nos pieds ? Les grottes existent, les souterrains sillonnent le sol, les volcans sont des ouvertures vers un autre monde, celui des ténèbres et de l'inconnu. (Note 2 du Webmaster : C'est la thèse développée par un certain américain nommé"Richard Shaver" qui pense que nos montagnes sont criblées de grottes et de cavernes, d'où sortent parfois des individus peu recommandables, les "Deros" et les " Teros". Nous avons découvert tout cela dans un petit fascicule de 36 pages édité en 1974 par un certain Kurt Glemser qui s'intéressait à l'époque aux soucoupes volantes et qui pensait qu'elles pouvaient provenir de l'intérieur de la Terre :





Cet ouvrage donc évite soigneusement de s'étendre sur le cas où notre Terre pourrait être creuse avec un soleil Central.)     II n'en faut pas plus, pour fantasmer. Que trouve-t-on dans les entrailles de la Terre ? L'enfer, bien , entendu ! L'emplacement est idéal, il y fait chaud et c'est suffisamment sombre et lugubre pour faire peur... Dans la mythologie grecque, le royaume des morts, qui se situait sous terre, était gouverné par Hadès (Pluton pour les Romains). Selon L'Odyssée d'Homère, le chemin qui y mène passe par-dessus les confins de la Terre et traverse l'océan. On peut aussi y parvenir par de nombreuses cavernes, crevasses et lacs profonds. Homère le décrit comme "un monde vague et ombreux habité par des ombres". Le poète latin Virgile fixe clairement la géographie des Enfers : on y descend par un sentier qui mène à l'endroit où l'Achéron, fleuve de l'affliction, se mêle au Cocyte, fleuve des gémissements. Là, Charon, le passeur, prend dans sa barque les âmes des morts pour les emmener sur l'autre rive. ...etc..."(Note 3 du Webmaster :: le site ARTivision, qui ne ne recherche que des informations positives et merveilleuses, n'attache aucun intérêt, à ces histoires déprimantes et infernales.)

TERRE, VÉRITABLE FOURRE-TOUT.


    Mais que les amoureux du sous-sol se rassurent, on ne rencontre pas toujours dans les entrailles de la Terre la forge de Vulcain, des harpies menaçantes ou des monstruosités indescriptibles... N'oublions pas le sympathique périple au centre de la Terre imaginé par Jules Verne. Les explorateurs, passant par le cratère d'un volcan, découvrent un monde souterrain peuplé d'animaux préhistoriques, un océan et de fabuleuses richesses. Ce roman est un des rares de ce grand visionnaire qui reste totalement de la science-fiction car les découvertes scientifiques ne l'ont pas encore rendu entièrement crédible. (Note 4 du Webmaster : Le site ARTivision, s'efforce jutement de démontrer que ce roman de Jules Verne, n'a rien, à voir avec de la science-fiction, et qu'en plus, ce roman n'a que quelques éléments mineurs, se rapprochant des faits réels. Autrement dit, il est très loin en-dessous de la réalité. Notons cependant ici que dans le tome 2 de son ouvrage publié dès 1866 que voici :

  

,Jules Verne a déclaré en page 439, cette chose incroyable :

" Enfin, de nos jours, on a prétendu qu’il existait aux pôles une immense ouverture, d’où se dégageait la lumière des aurores boréales, et par laquelle on pourrait pénétrer dans l’intérieur du globe; "
     Comme on le voit donc, tout cela est dit par Jules Verne, clairement, nettement et sans bavure.

     Donc dès 1866 au moins, deux ans deux après la publication de son célèbre ouvrage: VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE, en 1864, Jules Verne, a su que la Terre, "était peut-être trouée aux deux pôles", alors que nous, ici dans notre petite île de la Guadeloupe, nous n'avons appris cela, qu'en 1972, quand une amie de la Métropole a eu la géniale idée, de nous envoyer le livre (actuellement pratiquement introuvable en France dans les librairies, même spécialisées) de R. Bernard "La Terre creuse", paru chez Albin Michel en 1971 :


     Les internautes, qui nous disent posséder ce livre dans leur bibliothèque, font désormais partie d'un club de privilégiés, dont les membres se comptent sur les doigts de la main.

     Il va sans dire que Jules Verne n'avait aucun moyen de savoir si ces ouvertures polaires existaient bien (sauf en montant une expédition dans ces zones polaires) , mais nous, avec nos satellites, nous le pouvons parfaitement...bien que la NASA et ses complices, s'arrangent sournoisement, pour nous en soustraire les preuves.

     Mais, si l'on découvre la phrase qui suit celle qui précède où Jules Verne écrit aussi : " Puis, dans la sphère creuse, on imagina l’existence de deux planètes, Pluton et Proserpine, et un air lumineux par suite de la forte pression qu’il éprouvait. "
    Autrement dit Jules verne, ne connaissait pas l'existence d'un petit Soleil, placé au centre de la Terre , et qui y favorise Vie et Civilisations. L'un des premiers écrivains, ayant "imaginé", la présence de ce soleil central au cœur de notre planète, est l'américain Marshall B. Gardner, dans son ouvrage désormais incontournable, publié en 1920. Voici donc une photo de l'auteur, suivie de celle de la couverture de l'ouvrage en question :

  

    Fin de la note n° 4.


    
D'autres personnages célèbres ont fait l'expérience de ce voyage intraterrestre : Tarzan pénètre dans un royaume souterrain et libère l'Impératrice. (Note 5 du Webmaster : en effet l'écrivain Edgar Rice Burroughs, a exposé superbement cette théorie de la Terre creuse dans la série des Pellucidar (Au cœur de la Terre en 1914) pour se poursuivre avec 6 autres volumes dont l'un est intitulé "Tarzan au cœur de la Terre" sorti en 1930. l'écrivain Edgar Rice Burroughs, a exposé superbement cette théorie de la Terre creuse dans la série des Pellucidar (Au cœur de la Terre en 1914) pour se poursuivre avec 6 autres volumes dont l'un est intitulé "Tarzan au cœur de la Terre" sorti en 1930. Mais ce Tarzan d' Edgar Rice Burroughs, nous présente l'histoire de David Innes, ingénieur des mines, qui a accepté de financer la construction d'un excavateur de type nouveau inventé par son ami Abner Perry. Les deux hommes effectuent un test dans le désert du Sahara, et tombent dans le monde intérieur inconnu de Pellucidar. Donc il n'est pas du tout question ici du Pôle Nord. Voir le tome 1 sur le site à :


     Donc ce Tarzan, ne connaissait donc pas les ouvertures polaires, comme celui de Russ Manning, dont nous allons donner ci-dessous quelques infos.

      Nous en déduisons alors que ce Mr Eric Bony, n'a pas eu, hélas, le grand privilège, d'avoir comme nous, eu en main la BD, imaginée par le grand dessinateur Russ Manning intitulée Tarzan à Pellucidar, d'après l'œuvre de Edgar Rice Burroughs:


     Il nous faut en effet maintenant savoir que, le texte d' Edgar Rice Burroughs, nous présente l'histoire de David Innes, ingénieur des mines, qui a accepté de financer la construction d'un excavateur de type nouveau inventé par son ami Abner Perry. Les deux hommes effectuent un test dans le désert du Sahara, et tombent dans le monde intérieur inconnu de Pellucidar. Donc il n'est pas du tout question ici du Pôle Nord. Voir le tome 1 sur le site à :


     C'est donc Russ Manning lui-même, qui autour de 1970, a imaginé cette affaire de voyage de Tarzan en dirigeable vers le Pôle Nord. Bravo à lui, car cela montre qu'il connaissait parfaitement, la théorie de la Terre creuse, et l'on va voir ci-dessous pourquoi...(Cette théorie, on le sait est parfaitement bien occultée dans notre enseignement scolaire puisque nous-mêmes, nous l'avons souvent dit, nous ne l'avons découverte qu' autour de 1972, après avoir pris lecture de l'ouvrage désormais incontournable sur le sujet de R.Bernard: La Terre creuse de 1971 ).

      En effet, voici donc, grâce à l'amabilité de notre ami Joël Baran, quelques vignettes la BD réalisée, on l'a vu plus haut, par Russ Manning , et concernant l'affaire du monde de Pellucidar. Ces vignettes sont parues en France, journellement par bandes de trois au maximum, du 23 Nov. 1971 au 29 Juillet 1972, puis groupées dans la revue HOP n° 42 de 1987. On y voit alors Tarzan monter dans un Zeppelin pour se rendre au pays de Pellucidar en passant.... par l'ouverture du pôle Nord, vous l'avez bien lu....Voici donc quelques éléments choisis, de cette bande dessinée remarquable hélas en noir et blanc (Tout internaute qui pourrait avoir cela en couleur, serait bien sûr plus que béni) :






     Vous avez bien noté que dans cette BD, il est mentionné que Pellucidar se trouve au centre de la Terre que l'on peut y accéder, soit par l'insolite ouverture du Pôle Nord, soit à travers le seul autre chemin que Tarzan connaisse, c'est-à-dire une couche de 800 km de roche, (donc sans doute par des tunnels connus secrets de lui). Il y a aussi cette information qu' à l'ouverture polaire le brouillard est éternel à cause de la rencontre de l'air froid du Pôle et l'air chaud qui monte du centre de la Terre à travers un tunnel de 800 km.


     De plus on apprend que dans le trou polaire, il faut suivre une route en spirale car la boussole (le compas) est inutilisable :


      Mais il y a aussi le fait qu'à intérieur de la Terre existe un Soleil et que donc l'horizon qui n'est plus une ligne droite, mais une surface courbée qui remonte toujours plus.


     Pas mal n'est-ce pas cette imagination hors norme de l'auteur !!!

      Cependant, si l'on voit dans ces quelques images, déjà apparaître des reptiles volants préhistoriques, nommés des Ptéranodons, nous ignorons, si dans le reste de la BD, il est fait aussi mention des mammouths. En tout cas, bravo donc à l'imagination si fertile de Russ Manning, qui nous laisse dès lors pantois, et surtout, imagination qui tend à s'aligner parfaitement, sur ce que nous dit William Reed dès 1906 dans son ouvrage "Fantôme des pôles", et bien d'autres auteurs, comme par exemple Raymond Bernard, dans son ouvrage incontournable de 1964 "the Hollow Earth" deux ouvrages, que Russ Manning avait probablement lus...

     Á vous de juger tout cela...

    Cependant rappelons aussi que, dès le 6 Avril 2001, le site ARTivision, a été le premier traducteur en français, du livre extraordinaire "The Smoky God" de l'écrivain nord-américain Willis George Emerson, paru en 1908 aux USA, et dont voici une édition de poche moderne :

  

      Le navigateur norvégien Olaf Jansen, le principal narrateur de cette incroyable histoire, a eu bien du mal à décrire le monde surprenant qu'il a visité, car c'était un humble marin qui n' avait pas à sa disposition, à son époque, les mots et le langage techniques que nous aurions utilisés actuellement pour décrire un tel récit. Mais il prétend bien, qu'il a rencontré des géants de plus de 12 pieds (voisins de 3,67m) et qu'a l'intérieur de la Terre, il y a un autre Soleil, qu'il nomme justement "The Smoky God". Pour en savoir plus prière de consulter la page :


      Notre amie canadienne Editrice Ischaïa, a désormais sorti une traduction très professionnelle telle que :

  

      Il ne vous reste plus, si cela n'est pas encore fait, qu'à plonger dans le fabuleux monde intérieur avec Olaf Jansen,...et bon voyage... Fin de la note n° 5 )


Nous arrêtons ici le survol rapide de l'article de MR Eric Bony et voici pour terminer la courte bibliographie qu'il présente :


     Comme on le voit, il ne semble pas que Mr Eric BONY ait eu en mains, à l'époque en 1992, l'ouvrage incontournable , vu plus haut , de R. Bernard "La Terre creuse", paru chez Albin Michel en 1971.

     Depuis ARTivision, a mis en ligne une bibliographie plus étoffée, et placée à :

http://www.artivision.fr/docs/biblioterrecreuse.html

     Finalement, il faut savoir que nous avons aussi tenté de contacter l'auteur de l'article en question, par l'intermédiare de la revue Mystères, et qu'il convient donc de dire ici, deux mots à ce sujet.

      Nous avons donc d'abord contacté, la Rédaction du magazine, par ce petit mot :

          Saint-Claude le 9 Octobre 1994 .

      A la revue Mystères
     10 rue de Crussol
          75011 Paris


      Abonné et fervent lecteur de votre revue(dont je vous félicite
pour la haute qualité des articles qu'elle contient)
,

      J'ai été particulièrement intéressé par l'article de Mr Eric BONY
concernant "Les Mythologies de la Terre creuse".
Je vous serais particulièrementreconnaissant de transmettre de ma part à Mr BONY,
la lettre timbrée ci-jointe en y aposant simplement son adresse,
si vous le voulez bien.

      En vous remerciant à l'avance , je vous prie monsieur le Rédacteur

de recevoir, l'expression de mes meilleurs sentiments.
           Signé Fred IDYLLE

PS: Félicitations également pour l'émission de télévision, qui j'espère reprendra bientôt.


     Et voici maintenant la missive adressée à Mr Eric BONY aux bons soins de la revue Mystères, en précisant qu'à l'époque tout était tapé à la machine en noir et blanc, mais fidèle à nos habitudes, nous préférons mettre actuellement, les textes en couleurs, pour mieux en souligner les détails importants:

Bien cher Monsieur,

     Je viens de prendre connaissance de votre article sur la "Théorie de la Terre creuse" , dans le n°15 de Mystères d'Octobre 1994, et je viens ici vous féliciter d'avoir osé aborder ce sujet qui je pense est plus que tabou en haut lieu, et je vous en dirai la raison ultérieurement.

     J'ai en ma possession certains documents qui indiquent, sans l'ombre d'un doute, qu'il se passe des choses très bizarres aux Pôles de la planète, et il en est de même, à ceux de Mars , ainsi qu'à ceux de bien d'autres planètes de notre système Solaire. Je vois que vous avez mentionné dans votre bibliographie, l'ouvrage de Christiama NIMOSUS, qui est un pseudonyme, et avec qui j'ai été en correspondance dans les annéées 90. Son livre hélas n'est que le "résumé" d'un ouvrage fondamental intitulé "La Terre creuse" d'un docteur américain Raymond Bernard et retiré de la circulation pour des raisons concernant la sécurité des gouvernants . Je vois aussi que vous donnez comme référence, le célèbre ouvrage "Le Toisième Oeil" de Lobsang Rampa auteur très contesté, mais dont j'ai le privilège de possèder un document confidentiel, et qui n'aborde vraiment le sujet de la Terre creuse que dans son ouvrage intitulé "Crépuscule", où il fait des révélations sensationnelles à ce sujet.

     Je vous expliquerai ultérieurement si cela vous intéresse, et si vous me gratifiez d'une réponse( et je joins un timbre à cet effet), comment je suis entré en possession de l'ouvrage extraordinaire intitulé "La Mer Libre du Pôle" du Dr J.J. HAYES, de 1877 et qui nous parle avec force détails d'une expédition réalisée vers le Pôle Nord, où il existerait une mer inconnue totalement libre de glace.

     Je vous enverrai également la photocopie de deux pages, assez surprenantes concernant le Pôle Sud du n° 510 de la revue "Science et Vie" de Mars 1960, à l'epoque où cette revue s'intéressait à l'inexplicable, et évitait de pourfendre systématiquement, tout chercheur versé dans ce domaine.

     Je vous adresserai enfin un document, tout à fait insolite concernant la face cachée de la Lune, qui ne manquera pas de vous troubler, si vous vous intéressez aux mystères de notre satellite.

     Recevez en terminant l'expression de mes plus cordiales salutations.

          Fred IDYLLE

     Franchement, rester muet après une si aimable déclaration, cela est très difficilement explicable, d'autant que nous avions joint un timbre pour la réponse. Nous pensons plutôt que c'est la Rédaction de la revue, (une obscure secrétaire sans doute), qui sachant que le magazine et l'émission, étaient entrain de "battre de l'aile", ou si vous préférez, de "laisser des plumes", n'a pas jugé bon de transmettre notre missive à Mr Eric Bony, qui était à l'époque un enquêteur de ce magazine, avec les sieurs Fabien Bleuze et Nicolas Maillard. Si un internaute connaît l'un de ces Messieurs, (ou même le Rédateur en chef Jean-Yves CASGHA), qu'il soit assez aimable pour leur dire, que l'article de Mr Eric Bony, sur la Terre creuse, n'a pas pris une ride , depuis sa parution en 1994, et que le site ARTivision, vient d'en faire un symbole éclatant. Point Barre.

     Les Amis d'ARTivision, savent désormais que ce site, a depuis lors, su mettre en exergue, dans divers articles, certains points de cette dernière missive, que Mr Eric BONY, n'a pas eu la grande chance, de découvrir.

     Mais, ce 6/08/2014, restons fair play, et présentons tout de même l'entrefilet que le The Tuscaloosa News présenta, notez bien, en première page, venant de l'agence "United Press" le 12 Mars 1957, soit le lendemain du décès brutal de Byrd, comme l'ont aussi fait de très nombreux journaux de l'époque :


     Comme vous voyez, il n'y aucune mention, dans cet entrefilet, de nouveau continent ou de huitième continent que Byrd aurait découvert, et qui serait aussi vaste que les USA et le Mexique réunis.

     Cependant, il y tout de même, cette petite phrase :


    Que nous pourrions traduire : " On lui attribua le fait d'avoir cartographié quelques deux millions de mille carrés; ( 5 180 000 km²), de la surface de la Terre qui n'auraient jamais été vus pas l'homme.. Personne n'en a fait, de même."

    Si les biens-pensants de l'époque, comme d'ailleurs les journalistes du The Tuscaloosa News en question, ont parlé de cette info sans aucune réticence, car pour eux, il n'y avait , rien d'extraordinaire, et il ne s'agissait, toujours pour eux, (on le sait déjà); que de cette zone immense effectivement non répertoriée, très glacée, couverte de neige et de givre à profusion, et où la température avoisine souvent les - 50 degrés Celsius. Point Barre .

    Donc ces journamlistes ont oublié, un peu vite, que ce sont eux-mêmes qui lors de la sortie du 7 Septembre 1933, de leur périodique, avaient clairement imprimé cela, que nous replaçons ici volontairement :


"Il espérait découvrir un nouveau continent dit-il en complément de celui qui existe déjà afin d'affirmer que les montagnes du Pôle Sud sont dans le prolongement de la cordilière des Andes; afin de cartographier ce territoire jusqu'à présent inexploré et afin de déterminer si l'actuel terre gelée a été autrefois une terre tropicale comme l'Inde.

     De nombreux vols seront entrepris vers une zone aussi vaste que les Etats-Unis et le Mexique réunis, dit-il
."

     Donc tout cela, a été vite oublié dans ce texte écrit à la mémoire de Byrd. Seulement les deux millions de milles carrés cités ici, sont loin du total obtenu en réunisant les superficies des USA et celle du Mexique du texte précédent.

     En effet, analysons alors, les vignettes suivantes, donnant la superficie des USA et du Mexique :


     Au total, cela fait en tout pour la superficie de ces deux pays : 9 529 063 + 1 958 201 = 11 487 264 Km2 soit environ : 4, 435 millions de milles carrés

     Il manque donc encore, près de 2 millions de milles carrés cité par Byrd, et qui lui resterait à répertorier, n'est-ce pas ?

    Mais, il y a justement un cas où, en 1955, Byrd, ne parle plus du Mexique, tout en invoquant une surface de 3 millions de milles carrés (soit environ 7 770 000 km²). Voyez donc la fin de l'article suivant :


    Mais où donc Byrd a-t-il pu découvrir ces 7 770 000 km²en question ( les 3 millions de miles carrés), surtout tout à fait inconnus des humains.      Cala entraîne le fait, clair et net , que le territoire occupé par autres nations (voir par exemple, notre article :PreuvesFlagrantes.html), se réduit évidemment, comme une peau de chagrin ?

    Alors, Messieurs les détracteurs zélés irréductibles, vous avez le choix dans ces deux options :

-- Soit le vice amiral Byrd de l'époque, était tout à fait timbré, et un blagueur fini.

-- Soit, il a bel et bien pénétré, dans le vortex polaire sud, que nous cachent nos gouvernements depuis des lustres, et vortex qui conduit, quand il s'ouvre, à l'intérieur de la Terre creuse, où il y a vraiment un immense continent à découvrir, possédant vies et civilisations très développées par rapport à nous.

     Et pour clore cette affaire, présentons aussi un autre entrefilet d'un autre journal, aussi en date du 12 Mars 1957, où l'on retrouve strictement la même phrase, parlant des 2 millions de milles carrés répertoriés par Byrd, et pourtant, il ne s'agit pas de la même agence. A vous de juger, documents à l'appui...



     Article mis en page le 01/08/2014 , et revu le 02/08/2014 , et revu le 03/08/2014 , et revu le 05/08/2014 , et revu le 06/08/2014 .

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil