Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresse du site :
http://artivision.eu


Quand ARTivision découvre, comment la NASA et ses sbires, ont "caviardé", des photos de la Lune, ou de Mars, pour en neutraliser les formes assurément artificelles.


    

I Introduction.


      Cet article s'adresse en priorité au novice ingénu, qui entre pour la première fois dans le site ARTivision, mais et qui aurait pu écrire aussi cette très suffisante missive :

----- Original Message -----
From: D..... M
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Monday, December 15, 2014 10:29 AM
Subject: Votre Site
     Bonjour,

     J'ai lu quelques théories émises sur votre site et franchement je ne suis pas convaincu,
particulièrement sur les doutes que l'on ait marché sur la Lune en 1969. Complètement farfelu.

     Quant aux digressions sur les feux follets la foudre en boule les feux de st-elme c'est vraiment à mourir de rire ...

     Les feux follets ont une explication chimique, la foudre en boule une origine électrique avec combinaison semble-t-il de réactions chimiques environnementales. Quant aux feux de st-elme il s'agit encore de phénomènes electriques.

     Dans le passé les témoins avaient tendance à mettre du surnaturel
sur ce qu'ils n'expliquaient pas, c'était normal.

     Maintenant il faut arrêter de raconter des niaiseries et voir des complots partout,
comme pour les ovnis, on peut parier que ce sont des phénomènes naturels dans bien des cas
et pour les pilotes militaires qui en ont vu,
j'en connais un, il n'y a pas de théorie de l'origine
mais on peut parier sur des essais qui n'ont rien d'extraterrestre.

     De toute façon personne ne peut rien prouver aucun débris corps
ou épave n'a jamais été trouvé et quand il est assuré le contraire cela s'avère un bobard ...

     Cordialement D..M...


Fin de citation.

     Mais on voit alors que ce brillant zélé internaute, a utilisé l'adresse fred.idylle@wanadoo.fr, qui est périmée depuis au moins 7 ans, ce qui prouve que cet internaute, a lu un article venant des sites obsolètes bloqués à 100 Mo, et dont nous avons même perdu les codes, qui auraient pu les effacer :

http://pagesperso-wanado.fr/artivision/

http://perso.wanadoo.fr/fidylle/

http://www.chez.com/idylle/

     Il est donc même à craindre, que cet internaute D.M., n'a rien lu des récentes découvertes incontournables, du site ARTivision, et découvertes dont nous allons de ce fait, encore faire état, plus bas, dans cet article.

     En attendant, voici la première réponse, que nous avons adressée à ce Monsieur, qui semble être, un bon physicien de l'Université.

----- Original Message -----
From: Idylle Fred
To: D...M...
Sent: Tuesday, December 16, 2014 3:29 PM
Subject: Re: votre site .

      Cher internaute blasé, qui croit encore au Père Noël, et aux bobards des américains et consorts russes.

 
Bonsoir de la Caraïbe.
 
      Ne perdez jamais votre temps pour écrire au Webmaster du site ARTivision, car je vois que vous avez assurément 14 ans ( je dis bien quatorze ans) de retard sur les incroyables découvertes de mon site, qui ne se base dans ses démonstrations que sur des éléments très pragmatiques que tout un chacun peut se procurer dans des ouvrages et bibliothèques. Vous ne faites que pleurnicher pour défendre le Système qui vous trompe depuis des lustres, sans apporter la moindre explication aux faits incontournables présentés, sur mon site, et par exemple, ce ne sera pas la peine de répondre à cette missive, si vous ne trouvez aucune explication, (que je n'hésiterai pas à publier si elle est valable), à ce qui suit :

      Voici une photo publiee par le n° 391 de la revue suivante de Décembre 2002:


et, à la page VI, du volet central consacré à la mission Apollo17, réalisée, on le prétend, en Décembre 1972, vous trouverez alors cette image où est expliquée le cursus du voyage :



      On note bien ici, que les rédacteurs de l'article, ne mentionnent pas du tout, où et comment le garde-boue de la jeep lunaire a été cassé.

      Mais, on dit tout de même, que cela a eu lieu lors de la première sortie des "astronautes", et sur le site quasi officiel :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html

, on trouve aussi :


       Alors, que l'on apperçoit là clairement , les traces de pas de l'astronaute sur le sol lunaire meuble, la roue arrière droite de la jeep lunaire (dont le garde-boue, nous dit-on, a été bricolé très grossièrement au cours d'une sortie lunaire bien déterminée), n'a laissé aucune trace , ni en avant, ni en arrière, prouvant un déplacement quelconque de cette jeep. Autrement dit la jeep lunaire est arrivée , sans rouler sur le sol lunaire après pourtant de grandes ballades ailleurs
. Comme il n'existait pas de grue pour poser à un moment quelconque en douceur cette jeep sur le sol, à cet endroit, soit tout ceci s'est passé "sur Terre"avec une vraie grue (et dans la précipitation de l'action les opérateurs ont oublié les traces de roues), ou soit et c'est encore bien plus grave, il s'agit d'une vulgaire manipulation photographique de diveres prises de vues, bien terrestres et réalisées plus tôt. Donc ici la tromperie est très claire, et si vous avez une autre explication, je serais très heureux de la présenter prochainement sur mon site . C'est le très petit détail qui, comme dans le célèbre film d'Alfred Hitchcock, sorti en 1954 : "Le crime était presque parfait", a confondu le coupable...Point barre.

     Donnez-moi donc une seule petite explication à cette affaire, et je croierai en vos vaines diatribes. Je pourrai vous citer des dizaines de photos ainsi truqueés de la NASA, mais je ferai court cette fois.

      Cependant lisez tout de même ceci :

    Le monde entier, a admiré à l'époque, cette superbe photo d'Apollo 11 :


     Mais, on le sait, le site ARTivision, évite toute spéculation et bavardages non basés sur des faits précis concernant cette affaire de débarquement sur la Lune, de Neil Armstrong et consorts.

     Pas besoin en effet, de sortir de Polytechnique, pour s'apercevoir que l'ombre de l'astronaute de droite, est bien plus longue, que celle de son confère. Les rayons du soleil venant de l'infini et en plus ce Soleil étant assez proche de l'horizon, les deux ombres doivent être parallèles et surtout de même longueur, car les "astronautes" ont des tailles très voisines, et comme on le voit ce n'est pas le cas ici pour la longueur.

     Pour vérifier cette affirmation, nous avons réalisé la modeste expérience suivante :

      Un jour vers 16 h 20 locales, nous avons simplement placé dehors, deux bouteilles identiques d'eau minérale, et nous avons constaté de visu, que les ombres était parfaitement parallèles, et que l'ombre portée mesurait 98 cm pour chacune d'elles.


       En conséquence, il s'en suit que :

- Soit que les deux astronautes sont éclairés (sur Terre évidemment, par de puissants et différents projecteurs dans la zone de simulation du Névada ou de l'Arizona)...

- Soit que pire encore, il s'agit d'un montage de deux photos différentes prises pour chaque astronaute séparément et, bien entendu, sur Terre.

      De plus, nous n'avons pas reçu, une seule réponse, concernant le gros point d'interrogation, que nous avions soulevé dans d'autres articles, et qui consiste à simplement dire : Qui a pu filmer et prendre ces images si bien agencées, des deux astronautes, évoluant côte à côte, sur la Lune. On sait en effet que le troisième confrère nommé Collins , était très éloigné en haut dans le ciel lunaire, et dirigeait, dit-on le Module de Commande. Il ne pouvait donc, en aucune manière, prendre ces photos si claires !!

      Où était fixée la caméra en question, a-t-elle été commandée automatiquement à distance, ou a-t-elle filmé en continu, quitte à gaspiller de la pellicule, pourtant si précieuse en ce lieu ?

      Et je ne vous parle même pas de l'ombre du drapeau, qui devrait se projeter sur le devant de l'astronaute de gauche.

     J'attends votre réponse détaillée sur ces affaires, sinon oubliez définitivement ARTivision, et tournez 7 fois au moins votre main au dessus de votre clavier, avant de glorifier le Système, comme vous venez de le faire si fièrement. Point Barre...

Vives cordialités  tropicales.
        Fred IDYLLE. 
 
http://www.artivision.fr
et à un niveau plus élevé:

     
    Bien sûr, comme nous le supposions cet internaute D.M., en répondant à notre missive a totalement éviter de résoudre lui-même, ou avec ses confrères consorts, les deux énigmes proposées, montrant ainsi qu'il bavarde dans le vide, et préfère rester au chaud, dans le carcan habituel du Système.

I I Cenèse de l'affaire.


       Après ce petit préambule, venons-en alors aux détails de notre article, et dont voici le premier focus :

Premier focus : Quand la NASA, s'emmêle les pinceaux, avec la troisième lettre de l'alphabet.

    Ce focus est intimement lié à cette photo concernant la mission Apollo 16, qui eu lieu nous dit-on en Avril 1972 :



    Mais visualisons maintenant ceci :


    Cette page est tirée de la page 41 d'un fascule intitulé "Textes et Documents pour la Classe", TDC 671, dont nous avons hélas perdu la date de sortie, et dont le sigle de couverture, se présente tel que :


    Merci mille fois à l'internaute béni qui étant en contact avec la Bibliothèque Nationale de Paris, pourra nous relever la date de parution de ce fascicule TDC 671.

    Le 3/01/2014, un très aimable internaute François..., nous apprenait que ce TDC, était daté du 1er au 15 Mars 1994, et donc que notre poster avait été réalisé, près de 22 ans, après "l'exploit", d'Apollo 16, en question.

    Si nous vous avons présenté tout cela, c'est parce que ce fascicule possédait un grand poster, de 47,5 cm sur 40,5cm de cette image d'Apollo16, où certains détails sont donc plus visibles et décelables, que sur la photo d'Apollo 16 vue plus haut.

    Pour mieux appréhender ce qui va suivre, il importe d'abord de revoir l'excellent documentaire intitulé "l'espace intersidéral", et qui est passé le Dimanche 6 Février 2005,, pendant 30 minutes de la chaîne "Planète Choc" (qui n'existe plus) dans la série d'émissions des "Théories du complot" ( n° 9 de 2001), et le programme de télévision de la semaine à l'époque nous montrait ceci :



    Nous ne pourrons évidemment que vous présenter, certains passages de ce film, que nous avons jugé assez significatifs. Les puristes, pourront toujours un jour, si ce n'est pas déjà fait, le visualiser complètement et merci à l'internaute qui nous en retrouvera l'url de la version en streaming.

    Mais que découvre-t-on de surprenant dans ce petit film ?

    D'abord le générique nous montre ceci :



    La première personne questionnée, ancien membre de la NASA (Nom non mentionné que nous appellerons par commodité Monsieur X ) :



     "Apollo, c'est comme le couvercle de la boîte de Pandore. Il y a assez de preuves pour me faire douter qu'un homme est vraiment marché sur la Lune".

   La deuxième personne questionnée :. On apprend après, qu'il s'agit du britannique David Percy, photographe professionnel et producteur de films qui démontre que l'éclairage des photographies d'Apollo n'aurait pas pu être obtenu ailleurs que dans un studio sur Terre. Il affirme même connaître un informateur de la NASA qui aurait confirmé ses doutes.



    "Tout semble être faux, quand on regarde les enregistrements des premiers pas de l'homme sur la Lune".

    La troisième personne questionnée: (nous l'appellerons: Monsieur Y)



   "Pourquoi les événements de l'espace sont-ils dissimulés? C'est très simple, les affaires étouffées, c'est la spécialité de la politique officielle."

    On voit ensuite Armstrong posant le pied sur la Lune et qui dit "Un petit pas pour l'homme un grand pas pour l'humanité".



    Puis le commentateur reprend:

" Mais une autre version existe, une version de complot, de dissimulation et de culpabilité".



    Le même Monsieur Y :" Je regardais ce petit et ce grand pas, je me suis dit que, c'est fantastique, c'est extraordinaire, l'homme a marché sur la Lune, je croyais ce que je voyais. Mais cela s'est-il vraiment passé, comme on nous l'a montré ? La mission Apollo est-elle une farce ?"

    Puis le commentateur explique a nouveau : "Selon un complot possible, la NASA n'a pas pu atteindre la Lune et les missions ont donc été truquées. Au lieu de monter dans les fusées les astronautes auraient été emmenés dans un studio de cinéma secret au fin fond du désert du Névada. L'atterrisage sur la Lune, y a été filmé puis les séquences ont été envoyées à Houton ainsi qu'aux télévisions crédules du monde entier."


     Commentaire à chaud du Webmaster: Il n'était pas nécessaire que les astronautes quittent la fusée, car les séquences d'alunissage (en zone de simulation au Nevada) pouvaient avoir été filmées et fignolées bien avant le vrai départ pour l'espace. Les astronautes se contentant d'effectuer une simple mission de satellisation autour de la Terre, pour redescendre juste au moment voulu. Ainsi cela restraignait le nombre de gens dans le secret.

    Pour en savoir plus, sur ce documentaire, prière de se reporter à notre article :

http://www.artivision.fr/docs/Ameriquechocretour.html

    Venons en maintenant, à cette affaire incroyable de la lettre C, placée sur un rocher :

    Alors Mr David Percy complète en présentant la photo célèbre NASA AS16-107-17446, d'Apollo16 , déjà vue plus haut:



    C'est l'astronaute Charles M. Duke Jr, le pilote du module lunaire d'Apollo 16, qui se tient debout, le 22 Avril 1972, à côté du Lunar Roving Vehicle.

     " Regardez le rocher en bas à gauche de cette photo (flèche rouge).

   


    On y voit écrit dessus, la lettre C. Pourquoi une lettre de l'alphabet devrait-elle être écrite sur roche de la surface lunaire ? Il s'agit certainement d'un rocher utilisé par des studios de cinéma, et cette lettre désigne un emplacement précis"


Commentaire à chaud du webmaster : Certains détracteurs n'ont pas hésité à dire que cette lettre C, comme le + placé à côté et utlisé pour le cadrage de la photo, n'est pas sur la roche, mais correspond uniquement, à des repères sur la pellicule. Mais hélàs, aucun d'eux, n'a été capable de présenter le négatif en question avec le C correspondant. Donc, on en déduit qu'il s'agit bien, d'une erreur de manipulation de cette pierre, (en zone de simulation, au Névada bien sûr), et pierre qui devait être tournée à l'opposée, pour que cette lettre n'apparaisse pas sur le film.

     Sur notre poster cette lettre C, est clairement visible :


     Mais, pour les puristes, prière de consulter aussi , l'admirable livre "Lumières sur la Lune" (le grand doute) de Philippe Lheureux, publié aux Editions Carnot en Novembre 2000:

  
Voir la nouvelle édition sur le site : http://lheureux.free.fr/


On y découvre surtout en page 39 cette image :



     Mais, si vous jetez un coup d'oeil, sur la page actuelle suivante en relation avec la NASA:

http://dayton.hq.nasa.gov/IMAGES/LARGE/GPN-2000-001123.jpg

    Sur la droite et en bas de l'image des flèches permettent de l'agrandir très confortablement. On voit alors avec un grand étonnement, que, sur le rocher en question le C , a disparu comme par enchantement. Ne trouvez-vous pas cette disparition plutôt suspecte ?

   

    Meme topo, sur le quasi officiel déjà présenté plus haut:

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html


     La lettre C, a aussi , disparu comme par magie. Pourquoi ? Qui avait intérêt à la faire disparaître ?

    Bien sûr, en fouillant encore un peu plus dans cette photo, on découvrirait d'autres anomalies notoires, qui ont été largement mis en évidence, dans de nombreux articles d'ARTivision.

      C'est à vous qu'il appartient désormais, de juger tout cela, documents tangibles à l'appui.


     Mais, ce 26 /12/2014, il importe que nous lançions un deuxième focus, très significatif :

Deuxième focus : Où il est question du livre Voyage de Soria, de la découverte par une certaine dame Dona Hare, d'un caviardage de photos par la NASA, et surtout des performances du télescope Wilson en Californie.

     Pour illustrer tout cela, qu'il est utile de reprendre ici le passage du livre de Soria, page 47 intitulé Voyage, tome III aux Editions Ariane, premier trimestre 2002.

:
   

      "...Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n'est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s'en tenir ! Même s'ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu'ils considèrent les habitants de cette Terre comme des retardés mentaux à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d'une grande réputation aux yeux des dirigeants! Étrange, votre choix d'être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd'hui ? Ne l'avez-vous pas assez exploité ? Ou avez- vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?...etc... ".

    C'est exactement la confirmation de ce que le site ARTivision, a souvent évoqué dans ses articles au sujet de la NASA et ses sbires, qui nous prennent assurément pour des débiles mentaux .

    Mais ce jour, plaçons encore ici, ce petit plus, des pages 189 et 190 du même ouvrage :

      "...Afin de vous aider a intégrer ces mondes intra et extra-planétaires, des rencontres sont prévues à cet effet. Ne vous étonnez pas de la publication éventuelle de livres relatant celles-ci. Les mots, c'est bien ; les actes, c'est encore mieux ! Comme une partie de cette humanité travaillera à construire une harmonisation entre nos trois mondes, les échanges doivent s'installer non pas officieusement, mais officiellement, la première approche conduisant à la seconde. Cet événement occasionnera de grands remous dans vos sociétés. Les gouvernements ont bien du mal à cacher leurs relations avec une humanité extra-terrestre éloignée de son centre d'amour. Ils seront confrontés à l'explosion de leur silence et aux dialogues avec d'autres formes de vie. Gageons que vos chefs nationaux passeront des nuits d'insomnie et se feront des cheveux blancs, leur crédibilité étant détruite ! Une période très instable s'annonce désormais dans le monde émotionnel.

    Si les Etats-Unis ne changent pas d'attitude guerrière et continuent à imposer leur supériorité, ils vivront des instants très difficiles. Ils risquent même de se retrouver seuls, sans aucune oreille attentive pour les écouter. Rassurez-vous, je n'ai rien contre ce pays ; il se trouve simplement qu'il cristallise tous les vieux instincts. Et ces réactions risquent d'être encore amplifiées par un adversaire aussi déterminé et prêt à recourir aux mêmes armes pour démontrer sa ferme détermination à vivre sur son propre sol selon ses aspirations. Votre planète offre une diversité d'expressions qui perdurera dans le temps. Vous êtes présentement devant la nécessité de cette reconnaissance. Un état gouvernemental mondial deviendra viable le jour où cette plurialité sera acceptée dans sa totalité et envisagée comme richesse. Alors, vous verrez siéger à une table commune tous les représentants de cette multitude. Le gouvernement mondial, tel que nous l'entendons, pourra alors voir le jour. Quand le respect de la Vie circulera sur toute la surface du globe terrestre, vous pourrez envisager une monnaie unique. Vos tentatives actuelles de mondialisation sont basées sur le profit et le servage de l'humanité accompagné d'une nouvelle forme d'esclavage. Celui-ci n'est pas physique (bien que...) mais émotionnel et financier. Avant la fin de ce demi-siècle, tous les travers de personnalité vont exploser, montrant l'horreur totale de la perversion humaine "
.


    Mais pour ceux qui doutent encore, voici un passage très significatif, que vous trouverez dans l'article de Mr Jean Sider, placée dès 09/07/2002 à :

http://www.artivision.fr/docs/Sidervisages.html

    " D'autre part, il existe une preuve officielle montrant que la NASA n’a pas ce profil honnête que ses dirigeants affirment aux médias quand elle est questionnée par le presse sur les données collectées par ses sondes martiennes. En effet, dans un autre domaine que celui qui nous intéresse ici, elle a été prise en flagrant délit de dissimulation de l’information par un membre du Congrès américain. Il s’agit du Représentant du Michigan Howard Wolpe qui a révélé il y a plusieurs années que des enquêteurs du Congrès avaient fait un constat ahurissant. En conduisant des investigations sur un programme de réacteur nucléaire spatial SP-100 dirigé par la NASA, ils ont découvert deux pages d'instructions expliquant comment il était possible de contourner le Freedom of Information Act. Cette loi sur la liberté de l’information oblige, en théorie, à divulguer tout document ne mettant pas en cause à sécurité nationale à n’importe quel demandeur. Ces pages conseillaient de réécrire ou de détruire les documents réclamés, ou encore de les mélanger et de caviarder certains de leurs termes.(UFO Magazine, Vol.15, n°2, 2000, USA, p. 30.).

     De plus, dans le deuxième livre du chercheur Steven Greer, figure le témoignage de Mme Dona Hare. C’est une ancienne employée d’une firme sous-traitante de la NASA. Durant les années 1970 et 1971, elle a travaillé dans l'immeuble n° 8 de l’agence spatiale pour le compte de la société Philco Ford, qui avait un contrat avec l’agence spatiale.

     Un jour, elle est entrée dans le laboratoire de l’immeuble, car elle avait accès à la classification top secret. Il s’agissait d’un laboratoire équipé pour développer les photos et les films réalisés par les missions spatiales de la NASA. Le responsable de ce service était aussi chargé de "lessiver" les photos qui devaient être mises à la disposition du public. Par "lessiver", il faut comprendre le travail suivant : faire disparaître des photos tout ce que le public ne devait pas voir. Parmi les choses qui devaient être « lessivées », il y avait des ovnis.

     Mme Dona Hare prétend également avoir pu bavarder avec un homme qui faisait partie d’une équipe chargée de mettre les astronautes en "quarantaine", après chaque mission. Selon les confidences qu’il lui aurait faites, certains de ces pionniers de l’espace ont signalé avoir vu des ovnis suivre leur capsule en orbite terrestre. De plus, l’un des équipages s’étant posés sur la Lune aurait vu trois ovnis sur le sol de notre satellite. Ceux qui auraient été témoins de ces faits auraient été incités à ne pas parler de ce qu’ils avaient vu et ont dû même signer des déclarations certifiant qu’ils s’engageaient à ne pas les divulguer en public. (Steven Greer, Disclosure, Crossing Point Inc., Crozet, VA, 2001, pp. 419-420)......

     .....Un conseil pour terminer: N'ACCORDEZ JAMAIS LA MOINDRE ONCE DE CRÉDIT A CE QUE DISENT LES ORGANISMES ÉTATIQUES A PROPOS DES OVNIS ET DE L’EXPLORATION SPATIALE DE NOTRE SYSTÈME SOLAIRE. Ils ne sont pas payés pour dire la vérité au public dans ces domaines. Bien au contraire ils sont chargés de cacher la vérité sur tout ce qui s’oppose aux dogmes en place dont se satisfont les gouvernants. C’est la même chose pour la grande presse des pays industrialisés qui sont à leurs ordres. Si certaines personnes doutent de ce que je viens d’énoncer, qu’ils lisent le livre du journaliste américain Terry Hansen. Il y raconte en détail comment l’information est contrôlée aux Etats-Unis, et comment se pratique la censure sans que le public s’en rende vraiment compte. C’est absolument ahurissant, révoltant, et aussi édifiant. (Terry Hansen, The Missing Times: News Media Complicity in the UFO Cover-up, Xlibris Corporation, USA, 2000).
"

    Le témoignage très explicite de Mme Dona Hare, est repris très récemment dans la page révélatrice :

http://wikistrike.over-blog.com/article-des-ruines-extraterrestres-sur-la-lune-85183206.html

    Mais l'actualité nous interpelle ici maintenant :


      Vous avez bien noté que cet entrefilet concerne la "Conquête de l'espace" , (Quel orgueil démesuré!!), par une sonde disons, très "curieuse". ARTivision pense, que ce n'est pas demain la veille, que cette "conquête", nous apprendra grand chose, car on le sait déjà, les sondes précédentes Spirit et Opportunity, et consorts, qui ont été envoyées également sur Mars (soi-disant pour y détecter la vie ), ne sont que des leurres, et de la frime, pour faire travailler les chercheurs de la NASA, mais pas pour prouver que la vie a existé sur Mars, car alors, la preuve est déjà là, en la matière de cette "forteresse", filmée dès 1976, par les deux Vikings de l'époque, et qui, pour ARTivision, est une vraie pyramide effondrée, après des millénaires d'existence.


     En effet, le site ARTivision, dans ce cas, sera amené à croire, qu'il est dans la bonne voie, tant que, ces messieurs les bien-pensants (qui s'évertueront à faire comme l'autruche), et n'auront pas donné une explication claire et nette ( l'illusion d'optique étant exclue ) sur le contenu de cette photo qui nous vient on le sait, de l'espace depuis 1976, à l'époque où l'on ne se préoccupait pas trop de la vie extraterrestre.

    De plus, on sait maintenant que la NASA et son complice un certain Michael Malin, (et vous verrez que l'on devrait plutôt le nommer, plus diaboliquement parlant, Michael le Malin), ont trafiqué les photos pour en neutraliser les formes non naturelles. Voir pour cela absolument l'article incontournable de la revue Nexus n° 61 de Mars-Avril 2009 :


    Ces protagonistes pervers ont tout fait, pour maquiller sans scrupules cette admirable image, qui est devenue cette masse informe, telle que :

    Le texte en blanc ci-dessus dit exactement ceci :" Détail cliché n° 20020413a, sonde Mars Odyssey (13 avril 2002) : contrairement à toute logique, l'insolite structure de forme rectangulaire visible sur l'image Viking 1 n° 35A72 n'est plus visible ici. Comment une image d'une résolution de 19 mètres par pixel peut-elle faire disparaître des éléments visibles sur une autre, plus vieille et de, résolution moindre (47 mètres par pixel) ? C'est le paradoxe de la conquête martienne. À croire que plus les instruments embarquées sont précis, plus la lecture des images devient difficile, le résultat opaque."

     Et donc, tant que ces Messieurs les sceptiques irréductibles, qu'ils soient agrégés ou pas de la faculté, et tous ces médias et autres prétentus astronomes et scientifiques de tout bord, se tairont au sujet de cette "forteresse" sur Mars, ARTivision, continuera à les pousser dans leurs plus petits retranchements et les forcer à un jour à parler ...Voilà une mission très prosaïque, qui n'a rien de magique.

     Il faut en effet, alors savoir que chaque mur observé ( dont deux croisements visibles, se font à un angle droit parfait), de cette "forteresse", fait près de 300 m de large, et ils doivent, faire à vue d'oeil, au moins 700m de haut (alors la Tour Eiffel serait vraiment un petit bambin à côté). Le voisinage fait aussi apparaître une sorte de "pyramide" dont la hauteur dépasse le km. Pourquoi n'a-t-on pas envoyé ces sondes, justement au pied de ces mega-structures, pour mieux les analyser ? C'est exactement comme si un extraterrestre qui voudrait ralentir la découverte de l'existence d'une civilisation dévéloppée sur Terre , commencerait pour noyer le poisson, en faisant atterrir son robot au beau millieu d'une zone aride et stérile du Sahara, oubliant volontairement, Paris, New York etc...

     Vous pouvez chercher une analyse de cette "forteresse" , dans toutes les revues à vulgarisation scientifique, qui ont pignon sur rue, aucune n'a osé en parler même à titre de curiosité, car leurs journalistes n'ont aucune explication orthodoxe à présenter sur ce cas. Par contre, ces revues s'en sont données à coeur joie, sur le fameux visage car , l'explication de l'illusion d'optique s'appliquait à merveille. D'ailleurs, on l'a vu plus haut, la NASA, a tout fait pour neutraliser les formes trop géométriques des structures fantastiques en question.

     Pour ceux qui veulent en savoir, vraiment plus, sur ces structures étranges de Mars, situées dans la région de Cydonia, voici quelques ouvrages de référence :

1°) Le fascicule  américain intitulé Unsusual Mars Surface Features "  de Vincent DiPietro,Gregory Molenaar, et Dr John Brandendurg. publié 1988 par Mars Resaearch P.O.   Box 284 GLENN DALE , MAYLAND 20769.
 
 2°) L'ouvrage "Guizeh, au dela des grands secrets" de Guy Gruais et Guy Mouny  publié aux Editions du Rocher dans la collection chez l'Age du Verseau en Avril 1997.
 
3°)  le livre " Le mystère de Mars" de Graham Hancock, Robert Bauval et John Grigsby publié aux Editions du Rocher  en Octobre 2000.
 
4°) Le numéro spécial sur Mars d'Avril 2000 de la revue Science&Vie Junior  page 57 et photo visible sur notre article placé directement à: 
http://http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteSVJ.html
 et le nom de la photo est imcydonia1.jpg . La voici :


   Cependant (Et revoilà cette affaire d'autruche citée plus haut), cette revue à grand tirage (réservée à la jeunesse) en présentant cette "forteresse" , voir la fléche rouge à gauche de l' image ci-dessus, n'a à aucun moment  donné, la moindre information, et encore moins une explication utile à son sujet,  même comme curiosité et seul le visage a fait l'objet des commentaires de cette revue sous forme d'illusion d'optique bien sûr. C'est une honte et un défi inadmissible à l'esprit humain, que nous montrent ces journalistes soi-disant curieux de nature.

    Si vous croyez, que nous poussons le bouchon un peu loin, en parlant de manipulations photographiques de la NASA, alors jetez un furtif coup d'oeil, sur ceci :


    Autrement dit, le visage s'effrite progressivement, et donc en 1976, les appareils étaient plus performants qu'en 1998. Donc ici, on voit que la résolution de l'image est inversement proportionnelle au progrès réalisé en matière de photographie spatiale. ( Regardez bien en effet le relief très caractérisé en 1976, du petit cratère à gauche en bas, et ce même relief très avachi en 1998)

    Découvrons d'ailleurs ce qu'en dit le n° 18 de la revue Top Secret, page 37, dans un dossier de Nicolas Montigiani :

    Le texte en blanc ci-dessus dit exactement ceci :" Détail cliché n° 20020413a, sonde Mars Odyssey (13 avril 2002) : contrairement à toute logique, l'insolite structure de forme rectangulaire visible sur l'image Viking 1 n° 35A72 n'est plus visible ici. Comment une image d'une résolution de 19 mètres par pixel peut-elle faire disparaître des éléments visibles sur une autre, plus vieille et de, résolution moindre (47 mètres par pixel) ? C'est le paradoxe de la conquête martienne. À croire que plus les instruments embarquées sont précis, plus la lecture des images devient difficile, le résultat opaque."

    Pour en savoir davantage, prière de consulter le site:

Artificial Structures on Mars.

    Soyons sérieux, et arrêtons d'agir comme l'autruche, en fourrant la tête sous le sable et en faisant confiance à ces Messieurs de l'Ombre. Chacun sait qu'à notre époque, il est superbement facile de trafiquer une image avec les procédés informatiques dont on dispose.

    Tout cela est évidemment lié, aux magouilles des organismes souterrains, qui nous manipulent ouvertement. A bon entendeur salut !!.

Pour compléter ce qui précède, faisons enfin, ici, une courte digression, très utile, on le verra plus bas :

    En 1977, nous avons fait l'acquisition de l'ouvrage de 400 pages, paru en chez Larousse en Avril 1975 :

  


    On y trouve de nombreuses références à l'Observatoire du Mont-Wilson, en Californie, qui était à l'époque de l'entre deux guerres, le plus puissant du Monde, avec son télescope de 2,50 mètres de diamètre, et avoisinant un plus petit de 1,50 mètre de diamètre, et placé tous les deux, sur une sommet boisée qui s'élève à près de 1700 mètres de hauteur :


    Ce télescope du Mont-Wilson, eut un énorme succès jusqu'à l'inauguration en 1948 du grand télescope du Mont-Palomar. (ce dernier fut placé à 1830 m d'altitude et à environ 80 km, au nord de San Diego, également en Californie. Au sommet du Mont, cet Observatoire avait alors comme télescope principal un miroir de 5 mètres de diamètre, qui sera le plus imposant du Monde de 1947 à 1975).

    Mais ici nous tournons notre regard plutôt vers le télescope du Mont-Wilson, et on va vite comprendre pourquoi !

    Mais, lisons d'abord ceci en page 249 de l'ouvrage précité ci-dessus :


    Si donc, d'après les performances décrites, le télescope du Mont-Palomar, pouvait voir deux fois plus loin, que celui du Mont-Wilson, on peut donc en déduire que, grosso modo, ce dernier était tout de même, capable de voir une bougie à au moins 12 000 km , et donc selon nous, observer la Lune avec une certaine netteté.

      Pour complétér ce qui précède, nous allons lancer, un troisième focus, tel que :

Trosième focus : Où l'on découvre, comment une structure lunaire vraiment insolite, en forme de pont, a été neutralisée pour ne plus paraître comme artificielle..

      En effet, ce 27/12/2014, nous allons vous avouer que Super Hasard, a encore fait des siennes, en nous faisant relire, l'incontournable n° 559, venant de la revue Science&Vie d'Avril 1964, que tout fervant des mystères de la Lune, devrait avoir en sa possession, et dont voici la couverture :


     Nous avons en effet, d'abord trouvé dans la rubrique L'UNIVERS, en page 63, un article incroyable pour l'époque , jamais repris ensuite dans ce magazine, et intitulé à la page 63 : " Des lueurs étranges sur la Lune". Voici donc comment se présente le début de cet important article :


     Nous en reparlerons. Mais dans ce n° 559 incroyable, de Science&Vie d'Avril 1964, nous sommes alors tombés, par un très heureux hasard, à la page 68, sur cette photo qui fut prise bien, plus tôt bien sûr, par l'observatoire du Mont Wilson en Californie, et Observatoire qui, on le verra plus bas, a justement pris aussi la photo de certain cratère Rutherford sur le bord du grand Cratère Clavius mentionné bizarrement dans le film " 2001 l'Odyssée de L'Espace." de Stanley Kubick de 1969.


     Cette image nous présente le surprenant cratère Copernic, qu'officiellement, on classe dans les cratères météoritiques avec, comme nous le dit si bien la revue, "ses projections radiales de poussière", et dont nous avons parlé sous le vocable de rayures concentriques, dans notre article :

http://www.artivision.fr/docs/FlasbacksurlaphotoclefApollo8.html

     Notez aussi que sur cette photo, on découvre en haut à gauche sous la chaîne de montagnes nommée "Carpathian Montains" :

, et pas loin en dessous du cratère Tobias Mayer, on distingue, une toute petite structure rectiligne insolite, à peine visible :


et structure, que par commodité, nous appellerons "le petit pont", sans bien sûr affirmer, qu'il s'agit d'un cratère traversé diamétralement par un pont. Aux spécialistes de répondre...

  

     Nous remarquons en passant la rectitude notoire ( sans bavures latérales), de cette structure transversale du petit cratère en question. Cette photo a été réalisée, on le sait déjà, par le télescope Wilson de Californie, bien avant 1964 à l'époque, où les ordinateurs n'avaient aucune possibilté de trafiquer cette image officielle.

     Revoyons donc par plaisir cette affaire en clair :


     Notons en passant, que sur Google, on découvre que le diamètre de Tobias Mayer peut étre évalué à 30,5 Km,, alors le soi-disant "le petit pont", aurait selon nous, grosso modo, un diamètre voisin de 6 km. Merci mille fois à l'internaute béni, qualifié pour ce genre d'évaluation, de nous de préciser cela .

     Mais, où l'affaire se corse, c'est que notre grande amie Aurélia, nous avertit que sur le site Wikipedia, on trouve la photo de Tobias Mayer, prise par la sonde Orbiter 4, telle que :

http://en.wikipedia.org/wiki/File:T._Mayer_crater_4133_h2.jpg


      Comme, on le voit, notre "le petit pont", est devenu un ensemble élargi plutôt complexe, en forme d'X. tel que :


      Comparons de plus près ces structures:


      Donc, il y a bien une grosse anguille sous la roche, et le petit pont insolite, est devenu comme par enchantement, une sorte de montagne superbement assise, entre deux cressasses, toutes les deux bien banales et il n'y a donc, , plus rien d'insolite à voir. Point Barre...

      Pour les puristes qui en veulent plus, on trouve sur le site :

http://www.lpi.usra.edu/resources/lunar_orbiter/images/aimg/iv_133_h2.jpg

Et c'est sans doute la même sonde lunaire Orbiter 4, qui a pris cette photo agrémentée, bien sûr, de quelques manipulations propices de la NASA et consorts affilliés:


     Que celui, qui a de bons yeux, pour voir tout cela, en tire l'illumination logique qui s'impose, et surtout, le désir latent, d'en savoir plus.

     Mais, ce 29/12/2014, voici le quatrième focus :

Quatrième focus : Quand l'on découvre, qu'une structure lunaire insolite, du cratère Copernic de forme extérieure rectangulaire et possédant un cercle et des arcs de cercles à l'intérieur, a été neutralisée sur toutes les autres photos de la NASA, pour ne plus paraître comme artificielle..

     Voici donc une photo très rare, tirée de l'ouvrage "The Moon" de Mr Zdenek Kopal chez l'Editeur D. Reidel Publication à Dordrecht. Merci mille fois à l'internaute qui nous dira, quel télescope a pu prendre une telle photo...:


     Cette photo a été présentée dès 1973 par notre ami (hélas décédé en 1990) Alfred NAHON dans son remarquable ouvrage "la Lune et ses défis à la science"? paru aux Editions Mont-Blanc.

  

     On y voit clairement dans le cercle indiqué un engin indiscutablement non naturel, entrain de raboter la partie droite du cratère Copernic. Il va sans dire que cet engin peut parfaitement être antigravitationnel, et utiliser des énergies inconnues de nous, pour extraire du sol du cratère, des minéraux utiles aux occupants. La poussière lunaire, peut donc s'y coller progressivement, et surtout s'y détacher en fonction des directions rectilignes empruntées pour le transport de ces minéraux. Cela est à l'origine de la blancheur du cratère, et des fameuses rayures concentriques blanchâtres, que l'on découvre autour de ces cratères d'exploitation minières. Par exemple le cratère Tycho, de 85 km de diamètre et qui possède aussi ces rayures centrales :

  

     Si vous avez une meilleure explication du phénomène, soyez assez aimable de nous l'envoyer, afin que nous puissions la publier, dès réception....

    N'empêche qu'il faut vraiment, vouloir imiter l'autruche, pour dire, que ceci qui suit, est tout à fait naturel :


     Si l'on sait que ce cratère Copernic mesure environ 93km, un calcul élémentaire donne pour la largeur de l'engin excavateur, près de 12,4 km, que nous arrondissons volontier, à cause de l'imprécision de nos mesures à : 12 km. Comment donc il se fait, qu' un engin de près de 12 km, est passé totalement inaperçu dans les colonnes des revues d'astronomie et consorts analogues et cela bien avant 1973, date de publication du livre d'Alfred NAHON ?

     Bien sûr, aucune autre photo moderne de Copernic, ne nous présente ce super engin excavateur, et nous formulons ici, le grand espoir qu'un courageux infographiste, pourra enfin, nous mettre en 3 D, cette super-structure, tout à fait hors normes.

A vous de juger, documents, à l'appui...

     Mais, ce 01/01/2015, voici que nous arrivons au cinquième focus :

Cinquième focus : Quand le Webmaster d'ARTivision, découvre dans sa bibliothèque, un ouvrage de vulgarisation en astronomie des structures tout a fait insolites dans le Cratère Rutherford de la Lune , strutures qui ont été neutralisée sur toutes les autres photos de la NASA.

     Cet ouvrage, que nous possédons dès 1973, porte le titre "Des Astres, de la vie et des Hommes" de l'americain Robert Jastrow et publié en 1972 par les Editions du Seuil à Paris, sises à l'époque au 27, rue Jacob, Paris 6e :


     Et à la page 86 de cet ouvrage on découvre cette image

     Et si nous agrandissons, la partie encadrée, on obtient en page 87:


     Mais voyons cela de plus près :


     Jetons maintenant un rapide coup d'oeil sur le grand cratère Clavius, où nous apercevons une étrange configuration dans le petit cratère Rutherford (61 ° S, 9 ° W).

      Et voici maintenant un agrandissement de la zone cerclée de rouge :

  


     Selon nous bien sûr, on y découvre, une profusion des formes géométriques spéciales avec de nombreux blocs à bords parrallèles et à angles droits. Tout cela ne laisse >, aucun doute, sur le caractère artificiel des structures, que l'on y voit , et cependant Mr Jastrow, n'y fait nullement allusion dans son ouvrage.

     Cet ouvrage qui est paru en anglais dès 1967 , est très connu dans les milieux de l'Astronomie anglosaxone, et est intitulé alors "Red Giants and White Dwarfs", de Robert JASTROW, chez Harper and Row Publishers incorporeted, à l'époque situé à : 49 East 33rd Street New York N.Y. 10016 .

      Nous avons le privilège de possèder la 3 ème édition de 1969, en version de poche, publiée par The New American library (Signet Science book Y4741) et dont voici les deux couvertures:

   


     En page 109, on trouve alors bien sûr, la même image, et en l'agrandissant, on a :


      La flèche rouge nous indique que le complexe très structuré de Rutherford est toujours là. Il y a une sorte d'obélisque surélévé sur une plateforme carrée. On y voit aussi cette sorte d'arche gigantesque en suspension sur du vide, puique son ombre apparaît en dessous de son extrémité comme l'indique notre flèche bleue. Notons toujours à droite de cette arche, de nombreux blocs à bords parallèles ou orthogonaux.
     Surprenant n'est-ce pas!!!

     Nous avons même poussé l'audace, à commander la version plus récente de 1990, du livre de Robert Jastrow, et aussi intitulé "Red Giants and White Dwarfs", considéralement agrémenté d'images nouvelles dont plusieurs en couleur ( le cratère Rutherford y est aussi ingnoré totalement) , telle que :

  


      Et, en page 119, on y trouve aussi ceci, de déjà vu :



     La photo ci-dessus est de l'observatoire du Mont Wilson, et remonte à plus de 40 ans, à l'époque où personne ne se préoccupait de traces d'extraterrestres sur la Lune,...

     Ce négatif doit bien dormir quelque part et il faut absolument le retrouver, car Monsieur Robert Jastrow doit être très agé (s'il est encore de ce monde), et lui il connaît certainement, où a été archivé ce négatif.

    Si donc l'on pouvait mettre la main sur le négatif, utlisé par l'auteur et l'Editeur pour publier cette photo de la Lune dans l' ouvrage en question, on pourrait agrandir tout cela, comme il faut pour en savoir bien plus.

    Le site ARTivision n'est pas resté inactif à ce sujet :

    D'abord nous avons contacté les Editions du Seuil à Paris, sises à l'époque au 27, rue Jacob, Paris 6e, éditeurs en 1972 en français du livre, de Robert JASTROW, intitulé alors "Des Astres, de la vie et des Hommes". Et nous avons fait chou blanc. Ils n'ont jamais eu en main ce négatif et de plus ils n'ont même pas été capables de nous fournir l'adresse , (qu'ils ont obligatoirement connue), de l'éditeur américain du livre qu'ils ont traduit.

    C'est alors que, nous avons ensuite eu l'idée de demander notre ami londonien Eric Barkian de se charger de contacter l'Editeur américain Harper and Row pour savoir s'il avait gardé par chance, ce négatif.

   Voici la missive que nous avons reçue de lui :

----- Original Message -----
From: Eric Barkian
To: fred.idylle
Sent: Monday, February 28, 2005 12:49 PM
Subject: Echos de mes recherches "Red Giants and White Dwarfs"

Cher Fred,

   Vous m'avez contacté, le mois dernier, afin de vous aider à retrouver le négatif d'une photo publiée en 1971 dans l'ouvrage "Red Giants and White Dwarfs" de Robert Jastrow aux Editions Harper and Row.

   Mes recherches se sont vite orientées vers le groupe d'Edition HarperCollins auquel j'envoyai une requête et qui m'informait, quelques jours plus tard que le groupe n'était plus propriétaire des droits d'auteurs et n'avaient donc plus le document en question en leur possession. Il m'était précisé que puisque le livre n'était plus publié, il était très improbable que le négatif existe encore et m'était suggéré de contacter le cabinet Greenbaum, Wolff & Ernst, à New york, spécialisé dans les transactions de droits intellectuels.

Mes investigations m'apprenaient que ce cabinet n'existait plus.

   Il me restait, comme vous l'aviez vous meme suggéré, à explorer une derniere piste: contacter l'observatoire qui avait pris la photo, celui du Mont Wilson.

   Apres une rapide visite sur leur site, je leur addressai un e-mail pour leur faire part de mes recherches.

   L'observatoire me conseillait de prendre contact avec L'observatoire de l'Institution Carnegie de Washington qui mettait un point final a ma recherche en m'informant que l'Institution n'avait plus de copie du négatif en question et qu'il était improbable que celui-ci existe encore.

   A bientot donc.
Eric.


   Comme vous le voyez, le Maître Temps, a fait son œuvre, et il fallait hélas penser à tout cela plus tôt, surtout si l'on avait les moyens, comme certains éditorialites et groupes médiatiques qui ont pignon sur rue dans cette socièté. Ils préfèrent donc fuir les reportages conduisant à la découverte d'une dimension plus cosmique de notre humanité. En voici un exemple parmi tant d'autres :

   En effet, plusieurs Chaînes de Télévision, n'ont-elles pas, il y a quelques temps, dépêché juqu'aux USA, des "super envoyés spéciaux", pour retrouver les méfaits d'un habile escroc qui a grugé de nombreuses personnalités importantes du Show Business, comme s'il n'y a avait rien mieux à faire que d'encourager d'autres escros, à agir davantage, encore dans le même sens, pour faire ensuite, la Une des journaux à sensation, bien que l'on sache que ce genre d'émission pourrait très modestement, servir aussi à avertir les gens encore crédules qui ont pourtant déjà été mis en garde par la presse et la radio ? N'y a-t-il pas, n'est-ce pas, bien plus de sujets importants, à monter en épingle, que cette affaire d'escroc, dans ces temps difficiles de la planète ? A vous de juger !

      Donc, les journalistes, les astronomes et consorts écrivains, plus éditeurs, qui ont eu en main le livre de Jastrow en question n'ont absolument rien vu concernant ces structures fantastiques de ce petit cratère Rutherford, , placé on le sait , à la page 87 du livre en français, et cela qui accrédite parfaitement la superbe phrase de Lionel Hubert dans son ouvrage : "les phénomènes Psi" aux Editions F. Lanore, Avril 83, page 61 :

"Ce n'est pas la lumière qui manque... mais, c'est le désir de voir, qui fait défaut"


     Mais, comme il n'est jamais bon d'avoir un seul son de cloche ( bien que cette fois notre cratère Rutherford apparait ici, dans 3 ouvrages de 3 éditions différentes, que nous possédons ), nous devons une, fois encore, remercier vivement Super Hasard, pour nous avoir permis de mettre la main, sur une autre image, ne venant pas de la NASA, du cratère Rutherford.

     En en effet, en feuilletant, un peu plus avant, cette même revue (déjà mentionnée plus haut) , de Science&Vie d'Avril 1964, dont étant donnée son importance, nous vous donnons une fois de plus, la couverture :


     En arrivant alors, jusqu'à à la page 69 de cette revue, devenue incontournable pour ARTivision, nous sommes tombés à la renverse, en y découvrant une photo, pas très superbe, il est vrai, mais assez significative, de, devinez de quoi... du cratère Rutherford, et qui de fait, a été mentionné dans nos articles


et voici l'image en question :



     En effectuant une petite comparaison, voilà ce que cela donne :



      Il y a beaucoup de concordances entre ces deux photos n'est-ce pas !!!

     Peut-être aussi qu'un aimable internaute parlant l'anglais couramment, pourrait-il obtenir une autre photo de Rutherford, d'un autre observatoire astronomique (par exemple celui du télescope terrestre Keck du Mont Mauna Kea, à Hawaii. Nous avons écrit pour cela par envoi postal, à l'Observatoire en question. Peut-être, un jour aurons-nous une réponse, voir les pages en question placées à :


mais, nous n'y croyons plus du tout...
ou encore le Grand Télescope des Canaries, GTC) . Nous refusons évidemment toute photo venant de la NASA, surtout par la sonde Clémentine.

    En effet, dans notre article : http://www.artivision.fr/docs/Nasatangible.html, notre ami Frendelvel astronome amateur, nous a présenté, entre autres images, une photo de Rutherford prise en 1964 par la sonde américaine Clémentine, et voici ce que cela donne, (Le cratère Rutherford est encerclé en rouge).

 


     A moins que cela soit dû à un jeu de lumières parasites, qui annulle tout relief notable, nous voyons clairement que ces deux photos de Rutherford sont totalement différentes de celle de Jastrow vue plus haut.

Le vendredi 3 Octobre 2014, nous avons reçu de notre amie Aurélia, les photo de Rutherford prise à l'époque par Clémentine, et aussi par la sonde lunaire LRO :

   

    Puis concernant la sonde lunaire LRO :

   

     Jamais on ne voit le pilier central et surtout le fameux arche si bien caractérisé .

Cela n'a rien à voir, n'est-ce pas avec la photo de Clémentine. Voyez plutôt :

     


     A vous de juger ces étranges différences, de formes et de structures de ces deux images.

    Nous avons alors, encore ici, une preuve absolue, que l'on se moque majestueusement, de nous.

     Alors, pensez-vous que la NASA soit encore crédible ?

     D'autre part, nous avons découvert, par hasard, dès le 22/02/02, une autre photo de Clavius  prise par un télescope de 305 mm Schmidt-Cassegrain :

    Bien que l'intérieur de Rutherford soit malheureusement dans l'ombre, le bout de la flèche fait apparaître cependant une structure bizarre, jointe à une flèche pointue, qui on l'a vu, ne semble pas être du tout apparente sur les photos de la sonde Clémentine.

    En terminant, cette affaire Rutherford, nous avons une petite pensée pour le regretté Stanley Kubrick, dont l'admirable film "2001 L'odysée de L'espace", nous a fait rêver en son temps. Or le scénario de ce film est d' Arthur C. Clarke (membre de l'Académie Astronautique, inventeur des satellites artificiels, prix kalinga de vulgarisation) qui avait imaginé, comme par hasard, que c'était justement dans le cratère Clavius (qui on l'a vu, englobe presque entièrement Rutherford), que l'on avait découvert un monolithe en forme de parallélépipède, signe du passage sur la Lune, d'une civilisation très avancée. L'auteur a pourtant choisi, ce cratère parmi des milliers d'autres. Comme le Hasard, fait bien les choses, ne trouvez-vous pas ?

     Pour les puristes, disons aussi que A.C. Clarke, avait déjà parlé dès 1948, de cette pierre noire, (sorte de balise cosmique prouvant le passage sur la Lune d'êtres très évolués) dans une "nouvelle" (qui a précédé son livre), et qui était intitulée " La sentinelle". Nous avons eu le privilège de pouvoir découvrir cette nouvelle en entier, dans la revue hélas disparue, Planète N° 32 du Jan-Fév. 1967.

     Mais, ce 04/01/2015, voici le sixième focus :

Sixième focus : Quand l'on découvre, qu'une sorte de "pont" insolite, traverse étrangement un cratère lunaire nommé Marius, et cratère qui nous été impossible de trouver parmi les autres photos modernes de la NASA.

      Voici venant toujours de l'ouvrage, présenté plus haut, de notre ami Alfred Nahon ( hélas décédé, on l'a déjà dit, en 1990), intitulé: "La Lune et ses défis à la science", paru aux Editions Mont-Blanc en 1973, en Suisse :

      On y découvre alors la figure 41, ou l'on decouvre qu'une sorte de "pont" insolite, traverse étrangement un cratère lunaire nommé Marius :


     En haut à gauche, on aperçoit la juxtaposition surprenante de deux structures cylindriques notoires :


     Et comme légende, de cette photo, on découvre ceci :



     On voit alors que cette photo, vient de la NASA et serait donc datée d'avant 1973. Hélas la référence exacte de cette photo de la NASA est amèrement absente...

     Mais, où donc, se trouve ce cratère Marius sur la Lune ?

     Sur le site de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Marius_(crat%C3%A8re) on découvre :


     Donc apparenment, ce n'est pas le même cratère Marius dont il s'agit, mais d'un autre sans doute plus petit, car aussi d'après Wikipedia, il existe beaucoup d'autres cratères qui portent le même nom Marius :


      Il ne nous reste qu'à trouver, celui qui est traversé diamétralement par une structure en forme de pont. Si vous le trouvez, vous aurez assurément gagné le super Gros lot.

      Mais notre amie Aurélia, qui est vraiment une bénie des Dieux, nous a envoyé le 7/01/2015, l'url, de la photo suivante:

http://en.wikipedia.org/wiki/File:Marius_crater_hills_2213_med.jpg

, où l'on découvre , oh grand miracle, la même image, plus agrandie, de la page 41 du livre d'Alfred Nahon en question, et cela avec toutes ses importantes caractéristiques :


      Le cratère avec son espèce de pont, est bien là, en dessous du grand cratère. Il ne doit pas être très difficile, de déterminer son nom :


      Des ruines avec de nombreux angles droits, sont également présentes:


      Et même, les deux structures cylindriques très caractérisées, vues plus haut :


      Ah, si l'on pouvait mettre tout cela, en 3D !!!

      Mais poursuivons notre investigation :

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Marius_Crater.jpg


      En attendant, voyez que sur le site :

http://sciencepost.fr/2014/10/lune-activite-volcanique-beaucoup-recente-presuppose/


On ne voit aucun cratère traversé par un pont...

      De même sur le site :

http://volcanspassion.blogs-de-voyage.fr/2010/08/24/crateres-lunaires-et-volcaniques/


On ne voit pas non plus un cratère traversé par un pont...

      De même sur le site , en PDF

http://jeromegrenier.free.fr/atlaspdf/craterel-o.pdf


On ne voit pas, le plus petit pont, sur un cratère quelconque de l'image ...

Bonne chance dans vos investigations... et à vous de juger tout cela, documents à l'appui.

     Mais, ce 06/01/2015, voici le septième focus :

Septième focus : Quand l'on découvre, que la photo clef d'Apollo 8, parue en page 33 du Paris Match 1028, du 18 Janvier 1969 , a disparu des sites modernes de la NASA et des consorts affiliés

      Cette affaire est selon nous, la plus fantastique qu'a eu à révéler en exclusivité, dès le 28/08/1998 le site ARTivision. De nombreux sites indélicats , pour se faire mousser sur le Net français, ont retrancrit cette affaire, sans même citer un seule fois le nom d'ARTivision. Reprenons ici, pour le noviceingénu, la genèse de cette incroyable affaire :

     Disons pour commencer, que si nous nous rappelons l'affaire du Watergate qui, en 1974, entraîna la chute du président Richard Nixon, et qui fut déclenchée par l'opiniâtreté et l'ardeur laborieuse de deux journalistes américains, alors cette affaire ne sera considérée sans doute que comme une anecdote très banale, quand les tenants et les aboutissants de l'Affaire du Paris Match n° 1028, éclateront au grand jour. Aucun journaliste de profession ayant pignon sur rue, n'a jusqu'alors ni révélé, ni même, nous le pensons, rêvé un jour d'avoir à dévoiler une telle affaire. Mais comme le dit si bien un texte sacré bien connu :  " Il n 'y a rien de caché qui ne doive être un jour découvert, ni de secret qui ne doive être connu . " ( Voir aussi à ce sujet l'article sur "les Mystères de la Bible").

    Voici à titre indicatif, la couverture de ce PARIS MATCH 1028 :


      C'est en 1972 que nous fûmes contactés en Guadeloupe par Mr Michel GIRARD (A qui nous dédions cet article, car il a quitté ce monde le 30 janv 2003) par l'intermédiaire du Cercle Français de Recherche Ufologiques (CFRU) dont nous étions à l'époque tous les deux membres actifs. En fin 1973, Mr GIRARD, alors imprimeur de son état, nou montrait une étrange anomalie qu'il venait de découvrir en agrandissant une photographie de la face cachée de la Lune prise par l'équipage d'APOLLO 8 en fin de Décembre 1968 et publiée dans le n°1028 du Paris Match du 18 Jan. 1969.


   Nous avons alors commandé immédiatement ce n°1028 à Paris Match que nous avons reçu sans problème environ 15 jours plus tard. Nous avons eu eu alors tout le loisir d'examiner à la loupe l'anomalie en question et de nous apercevoir qu'elle présentait l'aspect d'un demi porte-avions de prés de 26 kilomètres de long et dont la partie centrale serait constituée de sphères de près de 4 km de diamètre apparemment surmontées d'une sorte de" flèche gigantesque". Voyez donc les deux images ci-dessous:


     Nous avons alors reçu le 27/05/2010, du Service de Création d'une entreprise spécialisée dans la 3D, et dès lors, la structuration imaginée en 3D, devient la suivante :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de cette entreprise, d'avoir accepté de nous structurer en 3D, cette surprenante image du Paris-Match 1028.

     Mais nous serions très heureux pour comparer, qu'un internaute avec un puissant logiciel moderne, nous réalise automatiquement, sans aucune intervetion manuelle, cette structure en 3 D .

     A vous donc déjà, de juger, maintenant tout cela.

    Disons même, que certains journalistes de Paris Match, sont au courant de cette affaire, et ils ont préféré fourer la tête sous le sable comme l'autruche, plutôt que de risquer de démolir leur profession bien assise dans cette socièté...

    Disons de plus, que nous sommes même presque convaincus, qu'une certaine dame très en vogue ces temps-ci , ayant travaillé près de 10 ans comme journaliste à Paris Match , (et dont le livre qui met en cause un Président bien connu est devenu un best-seller), a très tristement "loupé le coche" (et cette expression a pour ARTivision une signification très péjorative et désastreuse), en ne révélant pas cette affaire, très opportunément en passant, dans son livre, qui , aurait vraiment "casser la barraque" , et mettant au pied du mur ceux qui l'avaient offusquée. Elle aurait ainsi assurément sorti les médias de leur torpeur notoire, et provoquerait un immense choc culturel, qui replacerait l'être humain dans sa légitime liaison cosmique, que nous cachent sournoisement, ceux qui nous dirigent , pour de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique.

     Soyons cependant logique, l'éditeur de l'ouvrage en question, et la Direction de Paris Match, n'auraientt jamais laissé passer une telle information, ( mais cette Dame étant donnée, sa notorité, aurait vite assurément trouvé, une un autre éditeur, sans doute moins connu , qui oserait lancer l'affaire.)

     Mais revoyons l' agrandissement en couleur déjà vu cidessus :


     Pour simplifier l'analyse disons que :

1°) Soit qu'il s'agissait d'un vaisseau spatial de près de 30 km de long, et que ce dernier se serait déplacé par la suite pour aller ailleurs, car toutes les autres photos de la Lune ultérieures ne présentaient plus rien au même endroit.

2°) Soit qu'il s'agissait d'une vraie ville gigantesque qui a été camouflée volontairement, pour les même raisons, qui veulent que nos gouvernements cachent tout ce qui concerne les ovnis, pour ne pas affaiblir leur autorité auprès des masses laborieuses.

     Poursuivons alors l'épopée de cette affaire inouïe.

      C'est dans le courant du 2ème trimestre 1974,que la revue OURANOS (alors organe du Cercle Français de Recherches Ufologiques, le CFRU)a publié grâce à notre initiative, la première photographie très nette de ce que nous appellerons désormais "la superstructure ", du PM n°1028 :

     Voici la couverture de la revue et cette image d'Ouranos d'Avril 1974 :

  

     Et voici le texte de présentation :

  

     Puis c'est le quotidien FRANCE-ANTILLES qui publiera, le 14 Fév. 1975, un article plus détaillé sur la question que nous lui avions envoyé. Puis deux nouveaux articles seront publiés par le même journal le 31 mai 1976 et le 22 août 1979 sur le même sujet. Puis ce sera la revue française NOSTRA qui à son tour publiera 2 de nos lettres, le 25 Juillet 1979 dans le n°381 et surtout le 8 sept. 1983 dans le N°586 avec la photographie de la "superstructure" en question.

     Enfin le premier ouvrage qui fera état de cette affaire sera celui d'Alfred NAHON "Les Extra-Terrestres et les mutations mondiales de l'ère du verseau." édité par Buchet-Chastel.Jan 1983 p.160.

Nous lui rendons ici hommage en publiant aussi sa photo :

  

     Rappelons qu'Alfred Nahon fut le premier auteur à publier le catalogue des Anomalies lunaires d'après un rapport de la NASA, (près de 570 cas de taches lumineuses brillantes et de changements temporaires sur la Lune, allant de 1725 à 1967), dans un ouvraqe remarquable publié en 1973, aux Editions MONT BLANC en Suisse et intitulé : "La Lune et ses défis à la science".

     Quant à savoir si cette "superstructure" est naturelle ou artificielle, seule l'étude scientifique du négatif de la NASA utilisé par Paris Match pour publier cette partie de la face cachée de la Lune à la page 33 du n°1028 pourra trancher cette question capitale.

  Mais voilà où l'affaire prend une tournure insolite , ce négatif est introuvable. Ce négatif a été la propriété de l'Agence World Book Science Service , qui hélas n'existe plus :

     Voici la preuve, que cette agence est bien mentionnée, au bas de l' image de droite, présentant un autre article de l'époque, de Paris Match :

 

    Donc dans cette affaire Paris Match n'a été qu'un support intermédiaire, très fortuit...

     Le 7 Nov 2010 (Nous aurions pu, bien sûr, en parler plus tôt, dans par exemple dans notre article déjà très détaillé: LuneAffairetardive.html, ce qui prouve qu'ARTivision, a encore de la ressource dans cette étrange affaire), nous avons reçu la missive étonnante suivante (les couleurs et la taille des caractères sont d'ARTivision):

----- Original Message -----
From: Jacques N.......
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Sunday, November 07, 2010 4:11 PM
Subject: Anomalie concernant le Paris Match 1028
           Très cher Fred

     Je viens de découvrir sur le Forum : http://88.191.91.156/SMF/index.php?topic=2438.0, la déclaration suivante d'un intervenant :

     "A noter enfin que le numéro de Paris Match est le 1028, daté du 18 Janvier 1969. La photo apparaît aux pages 32 et 33. Ce numéro a été retiré une seconde fois 10 jours après sa première publication, et l'anomalie n'est plus présente sur la photo. On pourrait croire alors à une erreur d'impression du magazine, mais l'anomalie refait son apparition dans un bouquin, "Quelques pas sur la Lune", éditée en Belgique en décembre 1969. La photo provient de L'Associated Press."



     Qu'en pensez-vous ?

     Très amicalement Jacques.

     Et voici le début de notre réponse de l'époque :

----- Original Message -----
From: Fred Idylle
To: Jacques .......
Sent: Monday, November 08, 2010 9:45 AM
Subject: Re: Anomalie concernant le Paris Match 1028.

     Très cher Jacques de B........

          Bonjour de la Caraïbe.

     C'est toujours avec un grand plaisir que je reçois votre missive. Mais cette fois-ci votre info me fait carrément tomber à la renverse , car je croyais être le premier à avoir révélé dès le 28/08/1998 , cette extraordinaire affaire du Paris Match 1028 , et voila que vous m'apprenez que l'on parle de cela, déjà en 1969 dans ouvrage. J'ai commandé immédiatement ce livre à AbeBooks.fr pour la somme de 14 € + frais d'envoi, et j'ai maintenant hâte de le parcourrir . Merci donc pour cette importante info.

     En attendant, je vous souhaite encore de bonnes découvertes sur ARTivision (qui bouge beaucoup ces temps-ci, est-ce un signe ?.... )
     Fin de citation...

     Nouvelle missive de nous en date du 7 Janvier 2011.

----- Original Message -----
From: Fred Idylle
To: Jacques .......
Sent: Sent: Friday, January 07, 2011 1:21 PM
Subject: Re: Anomalie concernant le Paris Match 1028.

     Très cher Jacques,

      Bonjour de la Caraïbe.

     Je viens de recevoir l'ouvrage de John Barbour  "Quelques pas sur la Lune" , et je n'y ai pas trouvé, l'anomalie mentionnée par l'internaute du forum en question :




et, en analysant de plus près je vois que :



, rien n'est donc visible à l'emplacement requis et sur le forum, on voit que c'est une affirmation en date 26 février 2008, parfaitement fantaisiste de ce Monsieur Akeenoya .

     Je suis, vous vous en doutez, tout à fait déçu.

     Amitiés tropicales
Fred


      Ce monsieur, sans doute pour se faire mousser sur le Web, auprès des copains de ce forum, n'a certainement pas eu en main l'ouvrage de Mr John Barbour, pour vérifier son affirmation totalement imaginaire et délirante...

     Hélas ce forum ne semble plus opérationnel, et vous comprenez maintenant un peu plus, pourquoi ARTivision ne rentre dans aucun forum, et nous le répétons encore ici à dessein, ARTivision n'appartient à aucun parti politique, aucun groupement, ne participe à aucun réseau social ou pas, ne praticipe aucune religion, et ne fréquente aucun séminaire, et même ne participe à aucune association...


     Mais, comme rien ne se passe par hasard sur ARTivision, nous nous sommes permis un jour, de regarder de plus près cette photo de la page 145, du livre de John Barbour, publié en 1969, dans la collection Desclée De Brouwer, mais ouvrage sorti, la même année, dans un dossier de l'Associated Press à New York :



     Revoyons donc plus avant, une partie de l'image en question bien qu'elle soit plutôt floue , et intitulée en page 145 " Vue de la Lune prise par Apollo 8 : Une vaste planète inospitalière.. " :

     Chacun sait justement que le site ARTivision, s'est efforcé depuis le 28/08/1998, de démontrer que bien au contraire, la Lune n'était pas si inhospitalière que cela .



et d'encore plus près, car il semblerait que l'on aperçoit faiblement poindre, une pastille de camouflage

   


    Des spécialistes possèdant, les logiciels adéquats découvriront, certainement mieux que nous, si c'est bien, une pastille de camoufflage, qui apparaît dans notre petit cadre bleu.

      D'autre part, il va nous falloir ici, éclaircir cette affaire citée aussi par ce Monsieur Akeenoya qui s'est permis aussi d'ecrire évidemment sans aucune vérification : "Ce numéro a été retiré une seconde fois 10 jours après sa première publication, et l'anomalie n'est plus présente sur la photo. "

     Cette assertion bidonnée, a été lancée par de nombreux sites dont celui-là qui oublie volontairement aussi de parler d'ARTivision:

http://photovni.free.fr/anomalie%203/pm1028.htm

Et on y découvre ceci :

" Que cette photographie a été escamotée par "X", et ce dans un délai extrêmement court, car elle ne semble plus figurer dans les bases numérisées de la NASA, ni dans le rapport de la Mission Apollo 8 édité par la NASA en 1969. Sans rentrer dans les détails, nous savons que ce fameux Paris Match n° 1028 a été publié une seconde fois pendant les dix jours suivant sa première publication et que la photographie, objet de cet article, ne présentait plus "l'artefact" concerné. Mais ceci est une autre histoire...
"


     Dans la même veine, Il y a aussi le texte du n° 61 de la revue Nexus de Mars Avril 2009, où apparaissait un super dossier intitulé : "La face cachée de NASA". Hélas dans ce dossier de Nexus nous découvrons aussi en page 19, un entrefilet concernant l'affaire du Paris Match 1028, où l'on a aussi oublié de citer le nom d'ARTivision.

     Que cette revue oublie de mentionner l'url d'ARTivision, dans les liens internet, qu'elle presente à la fin de son article, n'est pas une chose qui nous chiffonne beaucoup, nous en avons l'habitude. Mais la revue a osé déclarer, entre autres choses, ceci :

" Vite épuisé, le même numéro a fait l'objet d'un tirage complémentaire sur lequel la photographie, objet de cet article, ne présentait plus "l'artefact" concerné. "

     Nous avons écrit à cette revue pour lui signaler que lorsqu'elle a écrit les mots "vite épuisé", c'était une erreur, car pendant des années, nous avons commandé, progressivement, à la rédaction de Paris Match environ une dizaine d'exemplaires du n° 1028, et que chaque fois l'artefact en question, s'y trouvait, bien en place. Nous avons reçu une réponse qui nous affirmait que l'on ne pouvait plus actuellement obtenir ce Paris Match 1028 à la Rédaction.

     Mais comme ARTivision aime remonter aux sources d'une affaire, en vérifiant sur le site Web de Paris Match, nous avons constaté que cette assertion de la revue est encore fausse, car tout un chacun, nous l'avons vu le verifier , peut encore se procurer de nos jours, le fameux n° 1028 à :

http://paiement.parismatch.com/commande_numero/journal_commander.php
 
     Nous avons souligné cela à la revue Nexus, mais , ce fut le silence de la tombe, ce qui nous étonne grandement, vu le caractère affable que nous avons toujours accordé aux journalistes de cette revue.

     A vous de juger, une fois de plus, tout cela...

     D'ailleurs, voici le début d'une autre missive qui prouve notre propos :

----- Original Message ----
- From: Mikael.............
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Friday, June 12, 2009 2:59 AM

            Bonsoir Fred

      J'ai commandé le Paris Match 1028, directement sur le site de Match, qui vend les anciens numéros, à l'adresse suivante :


     Le service est impeccable. Le prix, frais de port compris, est calculé automatiquement suivant l'adresse du demandeur.

      J'ai retrouvé effectivement la superstrucure en question à la page 33 de la revue.

...............................

Fin de citation.



     Pour confondre ces vélléitaires de l'information, ARTivision, une fois de plus, va devoir sortir des documents privés de ses dossiers, en demandant humblement aux protagonistes impliqués, de nous excuser de mettre ainsi à nu leurs correspondances. Les historiens et fins chercheurs, qui ne manqueront pas un jour de fouiller dans cette incroyable affaire du PM 1028, nous seront reconnaissants d'avoir mis en exergue ces documents privés ...

     Toute cette affaire de Paris Match caviardés est partie de ce qui suit, initié par ARTivision bien sûr :

     Voici déjà une missive envoyée en Février 1999, par le Directeur de l'entreprise ci-dessous désignée :





      Donc, le 8 Février 1999, nous avons reçu de notre ami Fabrice Bardeau :



, auteur de nombreux ouvrages et en particulier chez R. Laffont de "Les clés secrètes de la chimie des Anciens", une photocopie de la page 33 d'un Paris Match n°1028 qu'il a eu la chance de découvrir dans un lot acheté en vrac de plusieurs Paris Match. Mais quelle ne fut pas notre surprise de découvrir qu'à la place exacte de la superstructure, il y avait une tache blanche caractéristique "d'un caviardage notoire" sans doute exécuté avec un scalpel soit sur le négatif avant tirage, soit sur la revue elle même bien que l'on distingue cependant la ligne inférieure de la structure .Voyez donc l'image ci-dessous:


au lieu d'avoir ceci :


     Hélas, les analyses poussées , qui auraient dû être faites sur deux Paris-Match différents (nous lui avons envoyé la page 33 d'un Paris-Match correct), pour tirer ceci au clair, n'ont pas pu être réalisées, alors que ces analyses auraient relancer le suspense de cette affaire à un niveau tout à fait Hors-normes .

     A notre plus grand regret, nous avons été obligé de laisser tomber cette piste côté Couiza de l'Aude.

     Les Webmasters, qui ont brodé leur texte autour de cette étrange affaire du Paris Match 1028, ont maintenant le fin mot de l'histoire. S'ils contestent les documents présentés ici, qu'ils nous avancent alors leurs propres preuves, au lieu des banalités dérisoires de leurs sites.

     Mais l'affaire ne fut pas close pour autant...Nous la poursuivrons prochainement.

     Venons en maintenant, à cette affaire d'images caviardées de la NASA, qui fut là encore, la découverte d'ARTivision, ce dont certains évitent soigneusement d'évoquer, et là encore nous allons sortir des documents incontournables qui le démontrent.

     En effet, voici une misive que nous avons adressée, le 30 Mars 1988 au chercheur chevronné et très connu Jean SIDER, auteur de plusieurs ouvrages très documentés sur les ovnis (et en particulier "ULTRA TOP-SECRET: ces ovnis qui font peur" préfacé par le Pr Rémy CHAUVIN (voir alors notre article RemyChauvininderirables.html) aux Editions AXIS MUNDI 1990) :


     Cette lettre , comme on le voit fourmille de détails significatifs sur l'affaire en question des clichés de la NASA, et sur l'affaire du Paris Match 1028. Quant à notre amie de Paris Colette Lefèvre Cyril, ( qui fut secrétaire du "Courrier interplanétaire" dirigé par l'ami Alfred Nahon) , elle est justement décédée en 1988, le 21 Juin, et alors pas besoin d'essayer de la contacter.

    Voici donc les clichés que nous avons reçu de Jean Sider qui les avait commandés directement à la NASA:


Et au verso apparaît ce texte :

puis il y a aussi :


Et au verso apparaît ce texte, hélas pas très bien imprimé:

Puis il y a eu aussi ces agrandissements de la NASA:



    Pas besoin de sortir de l'Ecole Polytechnique, pour s'apercevoir que l'on a installé une superbe pastille de camouflage, juste à l'endroit où nous avons détecté la Superstructure en question :

   

ou encore :

   

A vous de juger tout cela, documents à l'appui, et nous n'avons pas tout montré...

    Alors Messieurs les velléitaires de l'info facile, réflléchisez à deux fois avant de vampiriser en douce les données pointues d'ARTivision.

    Mais tournons nos regards maintenant vers la mission Apollo 8 , qui aurait pris cette photo incroyable de la page 33 du Paris Match 1028 et analysons certaines caractéristiques de cette mission, car nous pensons que cette photo a été prise par un autre moyen, Un autre vaisseau spatial qui n'avait rien a voir avec Apollo 8 ...

      Avec nos très faibles moyens, analysons seulement ici, si vous le voulez bien, cette affaire d'Apollo 8 :

     Pour bien nous placer dans l'ambiance et dans l'action des protagonistes, de l'époque, il convient de placer ici le texte qui suit, du petit ouvrage de poche intitulé "la Saga de L'espace" publié chez Gallimard en Octobre 1986:



      "Au début de l'automne 1968, les États-Unis et l'Union Soviétique sont prêts à reprendre leurs vols habités. à la mi-octobre, le vaisseau Apollo 7 accomplit un vol parfait de onze jours autour de la Terre . Les soviétiques suivent quelques jours plus tard : Le 26 octobre Georgi Beregovoi s'élance a bord de Soyouz-3 pour rejoindre sur orbite un Soyouz 2 inhabité, satellisé auparavant. Sa mission ne sera qu'un demi-succès car les deux vaisseaux ne pourront s'amarrer, mais elle rassurera pleinement le pays sur la sécuritc du Sovouz .

Des objets terrestres reviennent de la banlieue lunaire.

      Les succès d 'Apollo 7 et de Soyouz-3 sont importants. Mais lorsque les équipages de ces vaisscaux reviennent de 1'espace fin octobre, la grande affaire n'est plus la realisation de vols spatiaux autour de la Terre. Le problème est de savoir qui de 1'URSS ou des Etats-Unis enverra le premier des hommes autour de la Lune, Les Soviétiques viennent en effet d'accomplir un pas décisif dans cette voie : le 14 septembre 1968, ils ont lancé un prototype de leur Soyouz lunaire, Zond-5, qui a effectué un suryol a 2000 km de la Lune, avant de revenir se poser avec succès dans 1'océan Indien. pour la première fois un objet terrestre est revenu de la banlieu lunaire . Un autre succès suit avec Zond-6, le 17 Novembre. Le doute n'est plus permis : les Soviétiques sont prêts à envoyer un cosmonaute (sans doute Pavel Beliaiev) autour de la Lune. Et une opportunité s'offre à eux de procéder à cette expérience le 7 décembre 1968...

     Mais les Américains n'ont pas attendu le retour de Zond-6 pour prendre une décision d'une audace inouie : le 11 novembre 1968, un nouvel administrateur de la NASA, Thomas Paine, annonce que la mission Apollo-8, prevue pour Décembre, ne sera pas un vol expérimental autour de la Terre, mais une mission habitee autour de la Lune ! Le pari est fantastique.

     C'est vraiment que se situe le tournant dans la course a la Lune. Si 1'Amérique ne.fait pas d'Apollo-8 une mission circumlunaire, elle est sure que 1'Union Soviétique la devancera au cours des mois suivants, et recoltera 1'essentiel des lauriers de la conquête lunaire. A quoi cela servirait-il, des lors, d'envoyer plus tard des hommes sur la Lune ? Mais si la mission Apollo-8 échoue, c'est tout le programme Apollo qui est compromis.

     En fait, 1'Amérique joue là , son avenir spatial à quitte ou double. Et elle va gagner...

Trois hommes fêtent Noël à une centaine de kilomètres de la Lune

     Pour une raison que 1'on ignore, les Soviétiques laissent passer leur dernière occasion de battre les Américains ;      Le 7 Décembre, aucun Soyouz lunaire ne s'élance de Baïkonour. La route est desormais libre pour les Etats-Unis. Le 21 Décembre à 16 h 51
(heure de Paris), les trois astronautes d'Apo11o-8, Frank Borman, James Lovell et William Anders, quittent la Terre au sommet d'une monstrueuse Saturn-5. Deux jours et demi plus tard, leur vaisseau approche de la Lune et passe derriere elle.

     Apollo-8 ne se contente pas de survoler la Lune. Il est placé en orbite autour de 1'astre, et c'est à 112 km au-dessus de la surface lunaire que les trois homrnes passent la nuit de Noël 1968... Ils repartent vers la Terre le lendemain matin et se posent sans probléme dans le Pacifique le 27 Décernbre.

     Lorsqu'ils sont partis, Borman, Lovell et Anders , jouaient leur vie et celle du programme Apollo. Lorsqu'ils reviennent de la région lunaire, ils ont virtuellement fait gagner à 1'Amérique le pari de John Kennedy. Le triomphe d'Apollo-8 marque la defaite de 1'Union sovietique dans la course à la Lune. Après une réalisation aussi brillante, il ne servirait a rien d'envoyer un seul cosmonaute dans un petit Soyouz effectuer un bref survol de la Lune. Le programme Zond habité est donc abandonné. Les preparatifs d'une mission plus ambitieuse rnais plus lointaine, l'alunissage de cosmonautes, sont en revanche poursuivis, au cas où la NASA ne parviendrait pas à atteindre cet objectif. "

     Fin de citation.


     Évidemment, celui qui veut en savoir plus gagnerait, à lire avec attention, le reste de cet excellent petit ouvrage. Nous avons déjà ici mis en relief ici, certaines phrases qui sont selon nous, à double sens, et nous allons maintenant expliquer pourquoi !

      Vous avez bien noté nous l'espérons l'expression ci-dessus que nous avons mise en exergue telle que :

"Lorsqu'ils sont partis, Borman, Lovell et Anders , jouaient leur vie et celle du programme Apollo"

       Pour mieux expliquer cela, jetons d'abord un coup d'Oeil sur cette photo du Paris Match n° 1025 du 25 Déc. 1968, qui présentait en première page, les 3 astronautes de la mission :


    Mais en pages 32 et 33, ce Paris-Match 1025, nous présentait un superbe schéma(53cm -34cm), que nous avons eu bien du mal à reconstituer à cause de notre petit scanner:


    Et pas besoin de sortir de Polytechnique pour deviner, la grande complexité de l'entreprise, qui conduirait les protagonistes jusqu'à environ 400 000 km de la Terre, et entreprise menée à l'aide d'ordinateurs, qui à l'époque, avaient à peine la puissance d'une calculette actuelle de lycéen...

    Mais pour les puristes, présentons en plus clair, les étapes de l'expédition :


    Mais faisons déjà ici, une digression importante, concernant l'étape n° 7 :

    Sur le site :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Apollo_8

     Nous lisons : "Le dernier évènement important avant leur entrée en orbite lunaire consistait à ralentir, pour obtenir une vitesse de 0,6 m/s. À la 61e heure très exactement, alors qu'ils étaient à 39 000 km de la Lune, l'équipage alluma le RCS pendant 11 secondes.

     À la 64e heure de vol, ils préparèrent l'insertion en orbite lunaire (Lunar Orbit Insertion-1, LOI-1). Cette manœuvre ne permettait aucune erreur et devait être effectuée de la face cachée de la Lune, sans contact possible avec la Terre. L'ordre positif fut donné à la 68e heure. Après 68 heures et 58 minutes de vol au total, le vaisseau passa derrière la Lune et perdit tout contact radio avec la Terre.

     Dix minutes avant l'opération LOI-1, l'équipage vérifia les systèmes du vaisseau. Ils aperçurent enfin la Lune, du côté caché. Seulement deux minutes les séparaient du lancement et ils n'avaient que peu de temps pour apprécier la vue.

     L'allumage des propulseurs se fit 69 heures 8 minutes et 16 secondes après le lancement, le moteur brûla pendant 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8 en orbite elliptique lunaire. L'équipage décrivit cet instant comme les "quatre plus longues minutes de leur vie". Si la propulsion n'avait pas duré exactement le temps prévu, le vaisseau aurait eu une trajectoire très excentrique voire aurait été éjecté dans l'espace. Si elle avait trop duré, ils se seraient écrasés à la surface de la Lune.


     Fin de la digression.

     Vous avez bien noté, nous l'espérons que des spécialistes de l'Espace, le confirmeront : que l'insertion en orbite lunaire, donc le freinage correspondant pour y arriver, devait se passer lors du premier survol de la face cachée de la Lune, à un moment où aucune communication avec la Terre n'était possible. "

     De plus, on voit que c'est une affaire de seconde en plus ou en moins, autour des cruciales 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8, en orbite elliptique lunaire, car c'était ou, l'échappée vertigineuse dans l'espace cosmique, ou pire l'ecrassement sur la Lune. Quel dilemme n'est-ce pas !, pour avoir à jongler avec un simple petit bouton.

     A vous de juger...

     Mais de plus, nous allons voir tout de suite, qu'il manque au super schéma en question, certaines étapes importantes, que l'on a , sans doute volontairement oubliées, pour le simplifier.

     En effet, et c'est ici, une exclusivité d'ARTivision, si nous rapprochons les étapes 6 et 7 du superbe schéma :


     On découvre alors que la capsule conique de commande, qui contient les 3 voyageurs a un sens inversé de l'étape 6 à l'étape 7. En effet Apollo 8, à la 61e heure très exactement, devait se trouver à 39 000 km de la Lune, et l'équipage alluma le moteur central du module de service pendant quelques secondes bien précieuses, pour passer de la vitesse de 1 216 m/s à celle dit-on de 0,6 m/s. Un sacré freinage n'est-ce pas !!. Mais ce que ne montre pas le schéma, c'est qu'il faut quelque temps avant, inverser le vaisseau dans son sens de circulation, pour que la tuyère principale du Module de Service, soit en avant de la marche. Cette inversion est donc d'une grande délicatesse nécessitant une prise de risque énorme. Or ceci n'est, on va le voir, mentionné nulle part, dans le récit du célèbre Raymond Cartier, très grand reporter à Paris Match, qui a certainement pris, les informations qui précèdent, directement à la NASA. Tout ceci est très curieux, et on se demande, si ce n'est pas la NASA elle-même qui n'a pas jugé bon, de le mettre au courant de cette affaire de retournement, du vaisseau Apollo 8, qui en effet , hypothéquait la réussite de l'opération

     Cette affaire de retournement d'Apollo, est mentionnée, certes pour, Apollo 11, par exemple sur le site :

http://larecherche.typepad.fr/la_lune_sprint_final/2009/07/mercredi-16-juillet-1969--3h15-du-matin-l%C3%A9quipage-dapollo-11-constitu%C3%A9-de-neil-a-armstrong-commandant-michael-collins.html

, tel que :

     H + 3h17mn05 s : le troisième étage est largué

     H + 3h24mn03 s : après une manœuvre de retournement, le véhicule Apollo vient s'amarrer au module lunaire. Les trois modules assemblés sont en route vers la Lune.


     Et il y a même mieux en forme de schéma dans un document PDF placé à :

http://www.google.fr/url?url=http://francophone.dansteph.com/%3Fdownload%3D79&rct=j&frm=1&q=&esrc=s&sa=U&ei=-p0dVNXGD8fkar68glA&ved=0CC4QFjADOAo&usg=AFQjCNFrMyO_uS-xNqWxd7r6-zQ09K-jCw

, tel que :


     Tout cela pour bien montrer la complexité de cette affaire d'Apollo 8, comme bien sûr pour les autres missions Apollo.

     Remarquons que cette affaire de retournement pourrait être commandée de la Terre ( à près de de 361 000 km de là avec, on le sait des ordinateurs très balbutiants), mais cette opération pourrait aussi être entreprise directement avec beaucoup de risques par l'équipage d'Apollo 8.

     Mais il y a encore, une autre étape délicate, qui n'apparaît pas sur le super schéma, en question. Voyez vous-vous même ce coin :


     On voit très clairement que les vaisseaux en question sont inversés, ce qui signifie qu'à un moment donné, il y a eu un autre retournement, non également mentionné sur ce beau dessin. Ce retournement pourrait avoir lieu en effet, immédiatement après le premier survol de la face cachée de la Lune, mais il aurait pu avoir lieu, à un autre moment des 10 révolutions effectuées autour de la Lune, d'après le site :

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr/article-noel-1968-l-extraordinaire-pari-d-apollo-8-66065643.html

     Mais , ce retournement pourrait devoir être amorcé à partir du survol de la face cachée, et ce sont alors les membres de l' équipage, qui en seraient responsables, avec tous les inconvénients en puissance, car ils ne pourraient communiquer avec la Terre, s'il y avait un pépin.

     Voyons maintenant, d'après Paris Match, quelques prouesses techniques utiles ( les phases vraiment dangereuses sont en violet), pour réussir cet exploit:


     On voit alors bien, que dans ce texte réduit et ramassé, on parle bien de moteurs de Vie et de Mort et jamais du processus de retournement du Module de Service.

     Mais lisons alors ce qui est écrit, au bas de cette photo de Williams Anders ( bien sûr il y aussi celles des autres astronautes et aussi des textes concernant leur curriculum vitae ) :


     C'est donc un quidam plutôt rigoureux et cultivé. Alors, pourquoi a t-il déclaré (d'après Paris Match bien sûr), cette phrase tout à fait insolite et inadaptée ;

     " Nous avons moins à craindre que Lindbergh lorsqu'il vainquit l'Atlantique . "

     Et malgré l'explication fantaisiste et opportuniste, de Paris Match, qui nie les justes réserves du grand astronome anglais Sir Bernard Lowell :


, le site ARTivision, pense que ce propos très insolite d'Anders est une sorte de bouteille à la mer, bien calibrée, pour les générations futures, et cela signifie en clair :

" Soyez logique voyons, tout cela n'est, qu'un grand bluff... "


     Alors, vous croyez toujours, que c'est Apollo 8, qui a pris cette photo inouïe du Paris Match 1028 ?

      Il ne nous reste qu'à prononcer alors, l'aphorisme : A bon entendeur salut !

     Disons, ce 7 Janvier2015, après cette importante parenthèse, visant à démontrer que la mission Apollo 8, a été parfaitement bidonnée, et que ce n'est pas dutout les excursionnistes de cette mission qui ont, pu prendre cette incroyable photo de la Lune, qui nous a été présentée , pour la première et dernière fois aux pages 32 et 33, du Paris Match n° 1028, dès le 18 Janvier 1969, et cela fera donc exactement 46 ans dans 11 jours.

      Inutile de préciser que nous avons fait toujours chou blanc en recherchant sur le Net français une image semblable a celle du Paris Match 1028 ou apparaîtrait la super-structure en question :


     Mais, en tapant sur Google, l'expression : Apollo 8 Moon's views, nous avons sélectionné d'abord, le site :

http://www.lpi.usra.edu/lunar/missions/apollo/apollo_8/photography/

     Et nous y avons trouvé avec joie, cette superbe photo, qui ressemble à celle du PM 1028 avec en haut à gauche, l'éclatant cratère Giordano Bruno, placé au début d'un gigantesque cañon :



     Hélas, nous nous sommes vite aperçus, qu'il y manquait l'essentiel :

  

     Vive déception donc. Bravo à l'internaute qui retrouvera l' image de gauche, plus élargie.

     Sur ce site, nous avons trouvé aussi, cette image très peu significative, car elle a du blanc partout :



     De nombreux autres sites, ne montrent rien, concernant notre image, et c'est bien dommage :

http://nssdc.gsfc.nasa.gov/planetary/lunar/apollo8info.html
http://www.youtube.com/watch?v=dE-vOscpiNc&feature=youtube_gdata
https://www.google.fr/#q=nasa+apollo+8+photos
http://www.youtube.com/watch?v=z_NZ4rSvBCg
https://www.google.fr/#q=nasa+1968++%2B+Apollo+8
........................etc..........................


     Mais nous avons été très surpris de decouvrir sur le site déjà présenté plus haut :

http://photovni.free.fr/anomalie%203/pm1028.htm

     Les photos d'Apollo 8 suivantes : n° AS8-18-2872 et n° AS8-18-2884 telles que :

  

     Et il appartient dès lors, aux infographistes de nous dire s'ils détectent une pastille de camoufflage, dans les petits carrés rouges présentés.

      Et, le plus surprenant est, que le site quasi officiel, des photos de la NASA:

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html

, ne montre rien, qui concerne les deux photos précédentes AS8-18-2872 et AS8-18-2884

     Merci à l'internaute qui pourrait, nous retrouver l'url du , site d'origine de ces deux photos.

      Avouez que cela est très curieux, et nous plonge dans une très grande perplexité

     Cependant disons aussi en passant, que le 23/02/2014, en tapant sur Google, ceci :


, nous avons obtenu, donc les quatre images qui précèdent, et en posant simplement le curseur sur la première image et en cliquant sur l'onglet inférieur "Images similaires", nous avons trouvé en partie ceci :


     Bien sûr, c'est la sixième image qui a fait tilt, pour nous :


     Comme cette image ressemble, n'est-ce pas à celle du Paris-Match 1028 !!!

     Mais voyons cela de plus près :

  

     Mais scrutons alors le cratère suivant, du Paris Match 1028 :

  


     et aussi le même, de la sonde chinoise en question :



     A la finesse des détails du Paris Match 1028, on trouve en bas des traits grossiers et limités. Ce qui prouverait que ce globe lunaire de la sonde Chinoise Chang'-3, n'est qu'une reconstitution en carton-pate, comme on nous le montre, sur les photos suivantes, où l'on découvre que la NASA, avait reconstitué le globe lunaire entièrement :

  

     Pour en savoir bien plus, prière de consulter le site :

http://apolloreality.atspace.co.uk/

, ou encore, le site :

http://www.thelivingmoon.com/45jack_files/02archives/Apollo_Reality.html

     Mais si l'on pousse le raisonnement plus avant, on peut dès lors, se demander si les chinois ont refait eux-mêmes un autre globe lunaire gigantesque comme celui les americains ( ce qui représente des mois d'un travail assidu) , ou s'ils ont tout simplement utilisé l'image carton-pate déjà fignolée de la NASA, que leurs auraient fourni leurs copains russes...Aux spécialistes de faire les ajustements et les comparaisons. Notre rôle à nous, est simplement de suggérer le fait.

     Mais ce 26/02/2014, il nous vient l'idée de remonter alors à l'image vue plus haut concernant Apollo 8 :


     Cette image, rappelons-le, nous venait du site :

http://www.lpi.usra.edu/lunar/missions/apollo/apollo_8/photography/

     Et voyons de plus près, le même cratère en question :

  


    Comme on le voit, alors ce cratère a aussi des traits grossiers du carton-pate, qui sont loin de la finesse de ceux de l'image du Paris Match 1028, déjà présentée ci-dessus. .

     A vous de juger tout cela, documents à l'appui ...

     Au moment où nous terminons cet article, nous apprenons que le journal Charlie Hebdo, vient de subir un terrible attentat terroriste.

     Le site ARTivision, tout en transmettant ses sincères condoléances aux parents des victimes, et sa profonde sympathie aux bléssés, redit une fois encore, que la seule façon, d'avoir une chance de neutraliser ces terroristes, c'est d'avouer une fois pour toutes, qu'il existe, sur la Lune et dans les environs, de très nombreuses structures insolites, qui prouvent de manière incontournable, l'existence et la pernanance d'une vie assurément intelligente, qui utilise ces structures hors normes.

     Les êtres, (on peut aussi les appeler les Dieux mythologiques ), qui ont construit ces structures, (comme celle, montrée sur le Paris Match 1028), nous considèrent comme des insignifiants minus, affectionnant des querelles insipides, pleines d'agressivité et souvent meurtrières, et n'ont donc nulle envie, de mettre le pied dans notre très excentrique fourmillière .

     C'est pourquoi, cette découverte extraordinaire, qui est, selon nous, par exemple, bien plus importante que le passage une comète dans le ciel, a été (et est toujours), pour de vulgaires questions de prestige national, et de puissance technologique ou militaire, soustraite à la connaissance de l'Humanité entière, alors que, la révélation flagrante, de cet événement, porte en elle-même, la raison majeure d'unir cette Humanité, et d'en finir une fois pour toutes, avec ces guerres dérisoires et calamiteuses, qui la déchirent depuis des siècles.

      Les humains conscients de cette réalité, doivent, tout faire, pour ne plus être davantage, les dindons de la farce....

     Mais ce 10 Janvier 2015, disons qu'en ces temps troublés par des manifestations terroristes terribles, il se peut que le novice ingénu, qui entre pour la première fois dans le site ARTivision, par cet article , ne comprenne pas bien la signification des propos sybillins et très denses qui précèdent.

     Nous allons donc éclairer tant soit peu sa lanterne, par d'autres exemples précis :

     Revoyons voulez- vous les agrandissements suivants, de la superstructure de près de 30 km de long (mieux vaut ne pas évoquer ici sa hauteur) , paru dans le Paris Match 1028 du 18 Janvier 1968:


     Et voici alors, le texte du Paris Match 1028 qui accompage cette superstructure, que personne n'a vu à l'époque :

     On voit donc bien ici, encore une fois, que c'est l'Agence World Book Science Service qui a fourni à Paris Match les négatifs de la NASA qui ont servi, pour élaborer l'article en question. Et le premier devoir d'un journaliste, digne de ce nom, serait de retrouver, où sont les archives de cette Agence, World Book Science Service, qui, on le sait, n'existe plus. Et ce journaliste pourait se vanter d'avoir touché, le super gros lot, s'il retrouvait dans ces archives, le négatif, utilisé par le Paris Match 1028. Mais ne rêvons pas plus que cela, voulez-vous !

     Dans cette affaire, il convient ici de reprendre de dicton bien connu :

Aux innocents les mains pleines.

     Mais certains innocents préfèrent assurément aussi, faire la politique de l'autruche, même quand ils ont été informés, en temps utile.

     Et, en ces temps où l'on parle beaucoup de caricatures, en voilà une, qui illustre parfaitement, le propos précédent :


     Tiré de la page 1, de l'ouvrage remarquable suivant :


     Et profitons alors, pour découvrir aussi, en page 15, ceci :


     Mais, nous avons découvert bien mieux, sur le site :

https://www.pinterest.com/doramariaq/httpsfbcdn-sphotos-f-aakamaihdnethphotos-ak-prn213/

, où l'on trouve ceci :


      Ici, ARTivision, doit apporter une petite précision : Les extraterrestres qui nous surveillent depuis des siècles, n'ont pas nécessairement, les étranges silhouettes, que nous présente l'image ci-dessus, mais ils auraient plutôt notre apparence. En effet, disons, qu'il y a plus de 12 000 ans, qu'une civilisation très avancée, "l'Atlantide" , avait pris naissance sur Terre. Mais, elle a été balayée par un gigantesque cataclysme et son continent a sombré dans l'Océan Atlantique (Voir notre article:bimini.html). Cependant, il y a eu des rescapés priviliégés, (comme toujours dans ces cas là), qui se sont installés sur notre satellite, et aussi quelque part "ailleurs" (voir nos articles concernant l'amiral Byrd). Ils possédaient en effet, déjà à l'époque, des moyens de locomotion plus modernes que les nôtres ( A ce sujet, voir par exemple à titre documentaire, la "lecture" d'Edgar CAYCE n° 2157-1 du 27 Mars 1940), et ils continuent donc à utiliser actuellement comme nous, des minerais et des métaux pour évoluer. A cet effet, ils " ratissent tout naturellement probablement à l'aide d'engins automatiques téléguidés ", les sols des "gros cailloux planétaires", ainsi que le sol de la Lune et celui d'autres astres, pour se procurer les matériaux qui leurs sont utiles.

    Voilà donc, une thèse qui n'a rien de magique (comme celle que l'on nous propose pour résoudre le cas si insolite de Miranda) (Voir notre article:AstroArcheologie.html), et thèse, qui a aussi le mérite de résoudre bien d'autres énigmes, qui nous environnent (qui sont évoquées en partie sur le site d'ARTivision), même si , cette thèse casse notre orgueil démesuré, qui veut que notre civilisation soit la seule, depuis l'histoire de l'humanité, qui ait atteint le développement scientifique et technique connu actuellement. Quant à savoir pourquoi ces Atlantes ne prennent pas contact avec nous...? C'est selon nous , d'abord parce qu'ils considèrent que les humains vivant à la surface de cette Terre, et qui n'arrêtent pas de s'entretuer pour des miettes, ne sont que de misérables minus, qui se croient être les plus beaux et les plus intelligents de la création divine. C'est donc bien, en raison de l'actualité terrible que des terroristes ont orchestrée, en ce mois de Janvier 2015, le moment très propice, de mettre encore en exergue, l'affaire extraordinaire du Paris Match 1028 du 18 Janvier 1969, si souvent exposée par notre site.

      D'autre part, c'est le 4 Novembre 2013, que le France-Antilles local, publiait l'entrefilet très affligeant suivant :


     Nous avons bien sûr, supprimé la photo des deux journalistes, pour ne pas augmenter encore le chagrin et l'amertume, de leurs proches.

      Mais reprenons aussi, avec un certain humour, le texte tiré de l'url :

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/people/62803/otages-quand-sarkozy-appelle-pflimlin.html

      On y trouve alors ceci :


     Comme vous le constatez, nous avons souligné en rouge, les termes de ce communiqué qui nous interpellent dans le paragraphe suivant :

     "Aujourd'hui, alors que les ex-otages n'ont pas encore posé le pied sur le sol national, Rémy Pflimlin confirme que la mission du service public lui impose d'envoyer des journalistes en Afghanistan comme sur tous les théâtres de guerre. « A partir du moment où les forces françaises sont impliquées dans un conflit, nos équipes ont le devoir d'en rendre compte en étant sur place tout en limitant au maximum la prise de risque. C'est le devoir de France Télévisions ".

(Nous nous sommes même permis de rectifier deux fautes d'orthographe de ce texte (en vert) impensables à ce niveau journalistique).

     Mais avant de commenter cette déclaration finale de Mr Rémy Pflimlin, et d'autres de même nature, qui auraient été dites au sujet de la très triste affaire des journalistes de RFI, nous allons vous présenter, un autre communiqué selon nous très important, n'ayant eu lui, aucune couverture médiatique des réseaux, ayant pignon sur rue, et réseaux que dirigent en partie justement ces PDG de France Télévisions et de France Médias Monde.

     Le 27 Juin 2011, donc deux jours avant l'annonce de la libération des journalistes en question, nous avons reçu cette missive de notre grand ami Claude... (Les couleurs sont d'ARTivision, bien sûr)

----- Original Message -----
From: Claude.
To: Fred IDYLLE
Sent: Monday, June 27, 2011 6:43 PM
Subject: Roswell...

           Cher Fred,

      Voici une info, venant de la page :


• Roswell révélation.


     Le témoignage récent d'un ancien soldat américain lève un coin du voile sur la légendaire affaire "Roswell". Se sachant mourant, Paul Epley (80 ans) a décidé de libérer sa conscience en racontant à plusieurs journalistes ce dont il avait été le témoin 60 ans plus tôt.

     Durant l'été 50, alors qu'il se trouvait sur la base militaire de camp Perry en Virginie, il avait insisté pour connaître le contenu d'un Bunker gardé par un de ses amis. Celui-ci avait finalement accepté de lui laisser jeter un coup d'œil à l'intérieur. Paul avait alors pu voir clairement, à 5 ou 6 mètres de lui, un être hors du commun enfermé dans une cage minuscule. Cet être de +/- 1,30 m , avait une couleur de peau orangé-grisâtre qui évoquait celle d’un cadavre. Hormis sa couleur et ses doigts très effilés, il était très semblable aux humains. Son ami lui avait expliqué que c'était le 5e de "Roswell".

     Il comprit alors qu'il devait garder le secret le plus absolu sur ce qu'il venait de voir, et choisit de garder le silence jusqu'à la veille de son décès en août dernier.

Source : Agenda Plus n° 224 – Fév. 2011

traduction de : http://allnewsweb.com/page1199999414.php


     Fin de citation du communiqué.

     Nous n'avons pas hélas les moyens, comme ce monsieur Mr Rémy Pflimlin cité plus haut, ni les moyens du PDG de France Médias Monde, pour aller vérifier l'authenticité d'une telle information. En effet, ils pourraient facilement dans ce cas, envoyer sur place, leurs correspondants journalistes outre-atlantique, à la source de l'info, et nous demandons avec déférence, à tout internaute pouvant faire cette vérification, d'être assez aimable de nous en toucher deux mots.

     Néanmoins, ainsi que dans l'affaire Dreyfus, si, ces PDG, avaient fait comme Emile Zola, une action historique, en dénonçant les contrevérités des autorités sur cette affaire exceptionnelle qui intéresse l'humanité entière, ils se seraient alors félicités assurément d'avoir envoyé là-bas leurs journalistes en question, plutot que de les exposer à des dangers redoutables dans des zones de non-droit, dont voici quelques caractéristiques actuelles :


     Mais pour satisfaire à un intêret passager, très médiatique et tout à fait conventionnel, voilà ce que l'on peut lire dans l'entrefilet suivant :


     On nous dit donc en substance donc que la mission d'informer et que la Liberté de la presse ne sont pas des acquis...et que ce métier de journaliste a des exigences telle que l'investigation, le terrain ... . On s'en doutait n'est-ce pas un peu, vu le large éventail des conflits qui émaillent la vie des sociétés de cette planète (voir l'affaire actuelle des terroristes qui ont agi en plein Paris, et ont tué des tas de gens). Et finalement, on nous dit, qu'il y a un risque à prendre pour informer le grand public en toute indépendance.

     Mais, pour ARTivision, il reste à définir ce qu'il est avant tout important de dire, pour soi-disant informer le citoyen lambda.

     En effet, il n'est pas besoin d'être un agrégé en philosophie, pour savoir que chacun situe son appréhension des choses et ses priorités, en fonction de ses préocupations immédiates. Mais il arrive souvent que quelques temps plus tard, (Il a fallu des siècles pour comprendre cette affaire des Elohim des textes bibliques), ces préoccupations se révèlent n'avoir été que des futilités, qui n'apportaient rien à la compréhension de notre environnement et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète en grande évolution.

     Par ailleurs, qui se souvient (historiens mis à part) du nom des fameux correspondants de guerre (comme on les appelait pompeusement à l'époque ), et de leurs articles plutôt ciblés, concernant les théatres de conflits, de l'Indochine, du Vietnam, de l'Algérie..etc... Ils avaient aussi pris des risques notoires, pour nous informer sur le vif, des faits conflictuels de l'époque.

      L'ingratitude du Temps est passée par , n'est-ce pas ? Et vous auriez bien raison de le dire.


      Donc Messieurs les PDG de France Télévisions et de France Médias Monde, et de tous autres médias, ayant pignon sur rue, si cette affaire Roswell est vraie, et il y a tout lieu de le croire désormais, alors le monde entier doit le savoir, car cela modifiera tout notre comportement entre les humains, et les turpitudes guerrières des forces en présence, sur des zones de non-droit ou autres, en seraient vite affectées.

     L'avenir saura juger... ne vous en faites pas, ceux qui ont dissimulé outrageusement, cette énorme vérité cosmique !!!

      Que celui qui a bien lu tout ce qui précède, en tire le bienfait illuminatoire qui s'impose, et surtout le désir latent d'en savoir plus.

     Mais ce 17/01/2015 compte-tenu des affaires de terroristes qui ont surgi dans la première moitié du mois de Janvier, en France, en Belgique ... nous sommes obligés d'introduire ici un huitième focus :

Huitième focus : Quand un grand savant confirme, dans une conférence remarquable la présence des Elohim, dans le texte biblique, ce que cachent sournoisement la NASA et ses consorts affiliés

     En effet c'est le 05 Janvier 2015, que nous avons reçu cette importante missive :

----- Original Message -----
From: Sébastien .............
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Monday, January 05, 2015 7:25 AM
Subject: Mauro Biglino

     Bonjour Fred,

     Je n’ai pas vu mention de cet auteur sur votre site, et j’ai pensé que cela pourrait vous intéresser.

     Cordialement,

     Sébastien .



     Et voici le début de notre réponse à Sébastien :

Très cher internaute Sébastien l "inspiré" du Temps des Révélations.<:SPAN>

Bonjour de l'Archipel de la Guadeloupe, dans les Antilles Françaises.

    Je viens de visualiser le debut de la conférence du savant Mauro Biglino, et je vous remercie pour l'url en question.
   Cela me rappelle les découvertes du grand ésotériste français Jean Sendy qui a publié en 1968 chez Julliard cet ouvrage vraiment hors normes, et intitulé : "La lune clé de la Bible". :

  

 Sur le même sujet dès le 20/04/1998, j'ai publié progressivement  les articles:

http://www.artivision.fr/bible.html
http://www.artivision.fr/peupleciel.html
http://www.artivision.fr/DocumentsermentObama.html
http://www.artivision.fr/Elohimfeminin.html
http://www.artivision.fr/blaspheme.html
http://www.artivision.fr/Elohimamer.html
http://www.artivision.fr/SirLaurenceGardner.html

 J'ai d'ailleurs plaisir à vous rappeler que le site ARTivision (notez bien la couleur fuchsia réservée à la 4ème dimension ou plus) existe depuis 18 ans .
 
Cependant au sujet de cette conférence d'un très haut niveau, je note les  deux commentaires suivants :

Cartagina Dinesco  il y a 2 mois .

J'en ai toujours rêvé, depuis mon enfance! Il faudrait demander l'Asile Politique chez eux, quelque part. Il faudrait ratifier des nouvelles lois étiques dans notre galaxie de La Voie Lactée. C'est un scandale qu'après nous avoir manipulé, dans tous les sens du terme, ils nous laissent nous exploser de la sorte!
Shame on you, fathers
C'est exactement le cheminement intellectuel emprunté par ARTivision.


tG QF : il y a 3 mois :

Je lis la bible en hebreu. Cet homme est trés malhonnete sur ses traduction. Certaines sont vraies, d'autres non, et certains passages sont inventés de sa tete! Le tout pour servir ses objectifs. Le plus etonnant c'est qu'il se pretende intelectuellement honnéte. Il sait que la majorité de son public ne pourra jamais verifier. Quand aux quelques juifs pratiquants et...


Ce Monsieur qui connaît l'hébreu est persuadé être arrivé au Graal de la connaissance , et dit bien que " Il sait que la majorité de son public ne pourra jamais verifier" .
 

     Pour sa déconvenue , il existe justement, le site ARTivision qui affirme, documents à l'appui, que la vérification très pragmatique des propos de Jean Sendy et de Mauro Biglino,  existe bien.
 
 Je vais donc ici vous en dire plus, au cas où vous voudriez transmettre cette vérification à vos amis qui ignorent l'existence de mon site. 
 
     Fin de citation, le reste de la missive, avec des carricatures et la superstructure du Paris Match 1028, est déjà présenté plus haut.

    De dire de plus maintenant, que nous sommes confrontés cette affaire actuelle de terroristes, qui une sorte de contexte religieux inverse de celui qui opposait à l'époque des libres penseurs comme les Cathares et consorts, à l'Inquisition, cette institution réactionnaire et barbare, érigée autour de 1233, par la Papauté, qui aujourd'hui veut jouer les bons offices entre les citoyens de cette planète, en oubliant vite fait, les exécrables actions , qu'elle a menées à l'époque, pour asseoir son autorité dans le monde. Cette Papauté, oublie qu'elle avait aussi condamné résolument le système de Copernic, totalement admis actuellement, et qui affirmait que c'est la Terre qui tourne autour du soleil, et non l'inverse.

    Et en effet, on sait, que le 5 Mars 1616, l'Inquisition, a mis à l'index ce système de Copernic qui expulsait la planète Terre hors de sa position privilégiée au centre de l'Univers, et niait ainsi le Géocentrisme prôné par Ptolémée, du 2ème siècle après J.C, et dont le principal ouvrage intitulé "l'Amalgeste" restera, pendant près de 14 siècles soit 1400 ans, le recueil de référence pour les astronomes et des savants. La condamnation du système de Copernic fut ainsi rédigée : "Le Saint-Office considère qu'affirmer que le soleil est immobile au centre du Monde est absurde, faux, hérétique, et nettement contraire aux Écritures. De même affirmer, que la Terre n'est pas le centre du Monde, qu'elle n'est pas immobile, et qu'elle tourne sur elle même, est une opinion absurde et erronée du point de vue théologique."

      On ne saurait être plus dictatorial et catégorique dans une déclaration, n'est-ce pas !!! C'était cela, ou c'était le bûcher. Point à la ligne.

      Et pourtant c'est Copernic qui avait raison et son système a fini par s'imposer à la longue, et la sinistre Inquision a dû disparaître progressivement. Mais il faut alors savoir que le Vatican, a fait bien pire, que les terroristes actuels, en massacrant des "hérétiques", (nous l'avons dit comme les Cathares du sud de la France), mais aussi, de vrais savants et philosophes comme Giordano Bruno, brulé sur ordre du pape Clément VIII, le 17 Février 1600, en place publique sur le bûcher du Campo di Fiori. Et pour les puristes, voici en plus, le summum :

Dessin tiré du n°13 de la revue Maths&malices Sept-Oct 1993

      De plus plus près de notre époque, cela n'était même pas fini, car Giordano Bruno sera rebrûlé en effigie cette fois, à Rome au dix-neuvième siècle, et jamais cet homme ne sera réhabilité
, jusqu'à présent, comme on l'a fait avec un retard considérable pour Galilée.

      Nous sonmmes maintenant arrivés, à un contexte civilisationnel tout à fait identique, à ce qui précède , et qui oppose des fanatiques religieux moyenâgeux et babares qui agissent exactement les brutes incultes qui opéraient au sein de l'Inquisition .

     Mais, c'est là, qu'ARTivision intervient, car dans de nombreux articles, il a démontré, noir sur blanc , qu'il n'est pas besoin, du tout, désormais, de connaître les sciences occultes ou même ésotériques, pour comprendre que,  la Bible, et bien d'autres textes dits sacrés comme le Coran, ne sont que le condensé, du compte-rendu, du résumé, d'événements extraordinaires qui se sont passés dans les temps anciens, et qui ont été plus ou moins traduits de générations en générations, avec toutes les lacunes,  les erreurs,  et omissions, voulues ou pas,  par les transmetteurs et vecteurs, des textes en question,  et donc il est  tout à fait vain et dérisoire de s'entretuer pour des idées exposées dans ces textes.

     Mais la vérité est déjà dite"Il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu ".Matthieu. X-26. Selon ARTivision ce Matthieu., était bien un médium comme Edgar Cayce, à la différence que lui, il n'avait pas besoin de s'autohypnotiser pour explorerles Annales Akashiques , qui sont le disque dur de l'Univers.

      Pourtant, ce Secret, paraît bien déjà un peu dévoilé, dans ces versets de l'Ecclésiaste :

     "On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard". Chap.1 vers.11.

      "Ce qui a été, c'est ce qui sera et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, il n'y rien de nouveau sous le soleil". Chap. I vers.9.

     Mais il y a encore mieux :

     "S'il est une chose dont on dise: Vois ceci, c'est nouveau! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés". Chap. I vers.10.

      Pas mal n'est-ce pas ces étranges affirmations qui sont devenues les principes de base du site ARTivision dont la devise est désormais : "
" Il n'y a de nouveau, que ce qui a été oublié ".

      Mais pour cela, le site ARTivision a dû attentivement scruter les premières photos des sondes envoyées en dehors de la Terre, où nous espérions trouver des constructions notoires , prouvant, par exemple le passage des Elohim et de leurs fils , mentionnés dans les articles déjà présentés plus haut et que, vu leur importance, nous présentons à nouveau :

 

On sait maintenant par exemple, que des constructions ont été découvertes sur Mars, et (on le sait) la NASA, a tout fait, pour les discalifier et les caviarder.

     En effet, pour nous le seul endroit, où il aurait fallu envoyer des sondes spatiales sur Mars, est sur le plateau de Cydonia, où les sondes Vikings 76H593 et 17384 ont filmé en 1976 cette structure surprenante :


   Il n'est pas besoin en effet, de sortir de l'école Polytechnique, pour relever le caractère artificiel de cette structure gigantesque placée au centre de la photo et appelée par certains chercheurs, la "forteresse", et dont l'épaisseur des "murs", formant deux angles droits, dépasse les 300m. Le voisinage fait aussi apparaître une sorte de "pyramide" dont la hauteur dépasse le km. Bien évidemment, les revues spécialisées qui ont pignon sur rue, évitent soigneusement de parler de tout cela.

    Et on sait maintenant que la NASA et son complice un certain Michael Malin (et vous verrez que l'on devrait plutôt le nommer, plus diaboliquement parlant, Michael le Malin), ont trafiqué les photos pour en neutraliser les formes non naturelles. Voir pour cela absolument l'article incontournable de la revue Nexus n° 61 de Mars-Avril 2009 :


    Ces protagonistes pervers ont tout fait, pour maquiller sans scrupules cette admirable image, et donc tant que ces Messieurs les sceptiques, qu'ils soient haut placés ou pas dans l'Université, et tous ces médias et autres prétendus astronomes et scientifiques de tout bord, se tairont au sujet de cette "forteresse" sur Mars (ou au sujet de cette structure gigantesque placée sur la face cachée de la Lune, et visible sur le Paris Match du 18 Janvier 1969 ), le site ARTivision, continuera à les pousser dans leurs plus petits retranchements, et les forcer à un jour à parler.

    Voilà une mission très prosaïque, qui n'a rien de magique.

    Les deux sondes Spirit et Opportunity et (d'autres après comme celle nommée Curiosity lancée le 26/11/11 ) qui ont été envoyées sur Mars (soi-disant pour y détecter la vie ), ne sont que des leurres, et de la frime, pour faire travailler les chercheurs de la NASA, mais surtout pas pour prouver que la vie a existé sur Mars, car alors, la preuve est déjà là, en la matière de cette "forteresse" dont chaque mur fait, nous l'avons déjà dit plus haut, près de 300 m de large et qui doit faire à vue d'œil au moins 700 m de haut (alors la Tour Eiffel serait vraiment un petit bambin à côté)

    Le voisinage fait aussi apparaître une sorte de "pyramide" dont la hauteur dépasse le km. La NASA et ses sbires, agissent exactement comme si un extraterrestre qui voudrait ralentir la découverte de l'existence d'une civilisation développée sur Terre, commencerait pour noyer le poisson, en faisant atterrir son robot au beau milieu d'une zone aride et stérile du Sahara, oubliant volontairement, les villes comme Paris, New York etc...

     Pour en savoir plus, il y a d'abord, le remarquable fascicule américain publié dès 1988, et intitulé "Unsusual Mars Surface Features" de Vincent DiPietro, Gregory Molenaar, et Dr John Brandendurg, par Mars Resaearch P.O. Box 284 GLENN DALE , MAYLAND 20769 :


, et où l'on découvre la photo claire et nette n° 76H593/17384 de la région Cydonia sur Mars, faite par la sonde Viking, le 31 Juillet 1976 :


      Nous ne nous éterniserons pas sur cette affaire de visage qui a fait couler beaucoup d'encre, Puis, il y a aussi le très remarquable ouvrage "Guizeh, au dela des grands secrets" de Guy Gruais et Guy Mouny publié aux Editions du Rocher dans la collection chez l'Age du Verseau en Avril 1997.

    Puis aussi, il y a le livre "Le mystère de Mars" de Graham Hancock, Robert Bauval et John Grigsby publié aux Editions du Rocher en Octobre 2000.

    Il y a aussi, le numéro spécial sur Mars d'Avril 2000 de la revue Science&Vie Junior page 57 et photo visible sur notre article placé directement à :

http://www.artivision.fr/lettreouverteSVJunior.html

et le nom de la photo est imcydonia1b.jpg . La voici :


    Cependant (Et voilà ici comment une revue importante, fait comme l'autruche) cette revue à grand tirage (réservée à la jeunesse) en présentant cette "forteresse" , (placée ici sur la gauche de la photo) n'a à aucun moment, donné la moindre information et encore moins une explication utile à son sujet, même à titre de curiosité, et seul le prétendu, le visage, a fait l'objet de commentaires de cette revue sous forme d'illusion d'optique bien sûr.

    C'est une honte et un défi inadmissible, à l'esprit humain que nous montrent ces journalistes soi-disant curieux de nature.

   Mais, pas besoin d'aller jusqu'à Mars pour découvrir des structures insolites . Voyez par exemple cette photo incroyable venant d'abord du site :

http://near.jhuapl.edu/iod/20000503/index.html

     Rappelons, à toutes fins utiles, que c'est le 14 Février 2000, que la sonde américaine Near se satellisait à 355 km environ de l'astéroïde 433 Eros, un rocher en forme d'haricot, d'environ 33 km de long, dont la masse volumique est de 2,4 gramme par cm3, et dont on nous dit bien, que les instruments de la sonde, y ont noté la présence de plusieurs types de roches dont du pyroxène et de l'olivine des minerais à haute teneur en fer.

     Mais voyons ce que l'on y a découvert, avec un agrandissement d'environ 6 fois:

 

   Une structuration en 3D, nous donne alors ceci :


    Puis aussi les autres vues suivantes :




    Et en tenant compte du relief et du bassin dans lequel est placée la structure, on a aussi :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de cette entreprise, d'avoir accepté de nous structurer en 3D, cette surprenante image d'Eros.

    A vous de juger.

     Vous n'allez tout même pas nous dire que cet artefact est venu là, sur Eros, par l'opération du Saint-Esprit, et ces Messieurs les sceptiques, vont encore toujours fourrer la tête sous le sable et se taire, mais, il ne pourront pas, nous dire, que c'est une illusion d'optique ou un trucage informatique, car c'est bien là, la NASA, elle-même, qui on le sait, nous a photographié avec sa sonde Near, cette structure bizarre sur l'astéroïde Eros, où d'ailleurs cette sonde s'est posée au grand étonnement de chacun, car cet exploit, n'a été révélé qu'au dernier moment. Pourquoi tant de cachotteries de la part de la NASA ?

     Mais ce 20/01/2015, disons que cet l'astéroïde Eros, possède beaucoup de structures insolites inexplicables, que les spécialistes de l'astronomie et consorts affiliés, évitent soigneusement de montrer dans leurs revues et à la télévision : Voyez-vous même :

    On découvre ceci :



    Mais regardons de plus près :



    On découvre alors qu'il existe de nombreuses zones d'une blancheur notoire inexplicable, et on voit ici, des rayures ayant des barres parallèles coupant à angle droit un axe central. Mais il semblerait que cette blancheur cache parfois (comme le montre la flèche de gauche de la photo précédente et avec une loupe bien sûr c'est encore mieux) des formes très régulières (sortes blocs parallèles et orthogonaux)

    Nous aimerions connaître l'explication des spécialistes sur la nature du phénomène qui est à l'origine d'une telle érosion du sol de cet astéroïde, où rappelons le, il n'y a sur Eros, ni air, ni eau, ni vent, ni volcan, etc..

    Voici d'ailleurs, une autre photo toute aussi insolite :


    Nous avons trouvé, cependant une tentative d'explication de quelques spécialistes en vulgarisation astronomique :

    En Avril 2000, la revue "Ciel & Espace" dans son n°359 publiait d'excellentes photographies de ce rocher, et en voulant commenter ces rayures insolites du cratère précédent, elle nous dit ceci : " Dès le 14 Février cette image du pôle d'Éros a montré des détails d'une trentaine de mètres . On y voit en particulier, à l'intérieur d'un gros cratère de 6 km de diamètre, des rainures parallèles qui sugèrent la présence de strates . C'est l'indice que l'astéroide est issu d'un corps différencié bien plus important ".

     Donc si nous savons lire entre les lignes, cela signifie qu'Éros ne peut qu'être qu'un fragment d'un beaucoup plus gros rocher, détruit probablement par une collision gigantesque avec un autre corps céleste, et cela aurait été la raison de la présence de ces strates géologiques sur Éros. Le problème est que ces prétendues strates paraissent d'une fraîcheur inouie. A vous de juger tout cela...

    Mais voici un autre spectacle tout aussi insollite :


ou encore :

    

    Il ne nous reste qu'à attendre aussi que l'on nous explique la nature du phénomène capable que créer dans l'espace, sur un rocher en forme d'haricot plein de rondeurs, une topographie aussi structurée.

    Au mois de Décembre 2000, la revue "Ciel & espace", a sorti son n° 367, en spécifiant qu'il était "exceptionnel", car il représente, nous dit-on le "journal du siècle en Astronomie". Cependant à la page 88, une photo d'Eros prise le 26 Octobre 2000, à 7 km d'altitude, par la sonde américaine Near, (qui, la revue le précise surtout bien, a réalisé des prises de vue avec grand un luxe de détails), mais, où l'on ne voit, chose surprenante, qu'un terrain presque uni sans aucune des rainures et anomalies extraordinaires relevées plus haut et qui pourtant font partie de "ce luxe de détails" que nous aimerions bien voir de plus près. Voir l'image suivante:



     A vous d'en tirer les conclusions judicieuses qui s'imposent.

     Allez voici, parmi beaucoup d'autres anomalies, un petit plus pour la route :

     En effet, il y a aussi, ces fameux blocs tout blancs, nommés "boulders", qui se dressent verticalement sur le sol uni d'Eros :



    Il ne nous reste qu'à attendre aussi que l'on nous explique la nature du phénomène capable, que créer dans l'espace, sur un rocher en forme d'haricot, plein de rondeurs, une topographie aussi structurée.

     Mais notre ami Christian Macé, a aussi découvert, sur Eros, cette très étrange sphère :


Photo NASA de l'astéroïde EROS :
au fond du cratère, une sphère de pierre
.
    Bien sûr, les zélés détracteurs endurcis, auront vite fait de nous dire, que sur Terre, on peut trouver aussi des rochers qui ressemblent à des sphères, quand on les regarde d'en haut, et , qu'il n'y a pas de quoi en faire un plat.

    Sauf que ces zélés détracteurs oublient, (nous l'avons déjà dit plus haut) que sur Eros, il n'y a pas d'air, ni de phénomène naturel, qui puisse être à l'origine d'une telle érosion du sol de cet astéroïde. Point Barre et, à vous de juger.

    Pour en savoir bien plus, prière de consulter notre article :


    Franchement, ne trouvez-vous pas ici encore, que l'on nous prend pour des nigauds très arriérés...?

    Mais ce 21 Janvier 2015, reprenons une partie de l'important passage, exprimé plus haut :

      " Mais, c'est là, qu'ARTivision intervient, car dans de nombreux articles, il a démontré, noir
sur blanc , qu'il n'est pas besoin, du tout, désormais, de connaître les sciences occultes ou même ésotériques, pour comprendre que,  la Bible, et bien d'autres textes dits sacrés comme le Coran, ne sont que le condensé, du compte-rendu, du résumé, d'événements extraordinaires qui se sont passés dans les temps anciens, et qui ont été plus ou moins traduits de générations en générations, avec toutes les lacunes,  les erreurs,  et omissions, voulues ou pas,  par les transmetteurs et vecteurs, des textes en question,  et donc il est  tout à fait vain et dérisoire de s'entretuer pour des idées exposées dans ces textes. "

     En voulez-vous ici un exemple flagrant , concernant d'abord la Bible, et en particulier l'Ancien Testament :

     Jetons alors un furtif coup d'oeil, sur par exemple un passage clef, de la Bible du Chanoine A. Crampon, publiée on le sait, en 1939 par Desclée & Co, à Tournai en Belgique :



     Il faut ici préciser, que c'est ce passage des textes bibliques, qui a considérablement embarrassé tous les traducteurs et exégètes, des textes en question, car il s'y trouve, on le voit des révélations tout à fait fantastiques...

     Cette traduction apparaît dans toutes les bibles classiques françaises connues, sauf deux (celle d'abord de Edouard DHORME (COL. La Pléiade, Gallimard 1956), puis celle André CHOURAQUI,(COL.Desclée de Brouwer 1974).

     
Le site ARTivision , (compte-tenu de l'avis de nombreux spécialistes de l'hébreu), dans de nombreux articles, a expliqué clairement que le passage en question devrait se traduire tel que :


     En effet, l'hébreu "bnei ha Elohim", signifie sans contestation possible : "les fils des Elohim",(voir à ce sujet : La Lune clé de la Bible de J. SENDY de chez Julliard 1968, déjà présenté plus haut :

  

     Ou encore chez l' Editeur J'AI LU n° A 208, édité en 1974, sans doute plus facile à trouver et de plus cette version possède une postface importante, qui n'existait pas chez Julliard :

  

     Donc pendant des siècles, on nous a trompés sur la signification réelle de cet Ancien Testament A vous de juger...


     N'empêche, que le site ARTivision pense qu'il est grand temps, qu'un Editeur courageux, nous sorte enfin, la "Bible cosmique", qui expliquerait assez bien, les découvertes faites dans notre Système solaire, et qui ont été évidemment, cachées en Haut Lieu au commun des mortels, et cela pour de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique .

     Autre exemple concernant la représentation du Prophète Mahomet. Voici alors, une gravure du Moyen Âge :


     Bien sûr nous ne sommes qualifiés pour affirmer que les traits représentés correspondent bien à ceux du prophète. N'empêche qu'à l'époque, on avait donc bien le droit de representer le prophète Mahomet.> A vous de juger...

     Mais sur le site :


, on découvre aussi ceci :

     Allez, un petit dernier, pour route, sans vouloir embêter personne :


     Comme on le voit, à cette époque, on ne se formalisait pas, pour représenter le Prophète en question, et d'habiles manipulateurs, ont trafiqué les textes à leur profit, et maintenant à cause de cela, voilà le désatreux et catastrophique résultat :


     Alors, Messieurs les Hauts Dignitaires religieux de tous bords, et particulièrement celui qui a évoqué, récemment, une affaire de progéniture lapine, pour arrêter ces conflits dérisoires et dévastateurs, osez, au moins une fois, montrer à vos fidèles et turbulents disciples, ceci qui est placé sur la face cachée de la Lune :


     Alors sans doute, ils n'auront plus envie de se taper dessus, et mieux, ils prieront pour que les Maîtres, qui nous surveillent depuis des lustres, nous donnent en douce, un petit coup de pouce, pour que nous puissions assurément, mieux nous intégrer dans notre cosmos d'origine.

     Et à bon entendeur, salut...

      Mais ce 23/01/2015, nous pensons que les intellectuels contemporains et consorts journalistes, resteront encore sceptiques, pour quelques temps jusqu'à la révélation finale qui approche à grands pas, et ils diront alors à ce moment là, qu'ils étaient parfaitement au courant, mais qu'ils ne pouvaient mettre en cause leur réputation (bien assise) dans cette sociéte.

       Nous allons donc ici reprendre, les propos transcendants du groupe SORIA, qui est un collectif d'êtres cosmiques venant de la Fraternité Universelle, qui s'occupe, entre autres choses, de notre système solaire . Ce groupe Soria est channellisé par la française Mme Régine-Françoise FAUZE.

       Ce Collectif Soria, est formé de 4520 entités cosmiques, et voici une révélation fantastique, tirée de l'ouvrage de 2002 :

  

:

       "...Alors, réjouissons-nous ! L'isolement ou plutôt l'isolation créée dans ces temps-là sera retirée en 2012. Quand vous lirez ces pages, il vous restera dix petites années pour vous préparer à votre réintégration dans le corps communautaire des humanités résidant sur les autres planètes. Vous devrez réapprendre les lois d'échanges au sein de cette grande famille. Alors, mettez-vous-y maintenant. Nul doute, il y aura beaucoup de travail à effectuer.

       À force de croire que vous êtes les seuls êtres vivants de cette immensité, (Note 1 du Webmaster dans l'article du Sciences et Avenir n° 108 de Février 1956 : "Existe-t-il d'autres mondes habités?" il est écrit ceci : "un Astronome aussi connu qu'Arthur Ellington n'a pas hésité à écrire qu'après tout, il croyait assez volontier que notre humanité pouvait être la seule à contempler les beautés de l'Univers". Voyez vous même :


Rappelons que cette image, nous montre d'abord, la calotte polaire de Mars, qui, chose très étrange, brille majesteusement, et en plus est en relief, alors que la zone tout autour, est dans le noir. A l'époque, il fallait tout de même, une sacrée dose d'orgueil, pour en arriver à cette conclusion, n'est-ce pas !!)
, vous avez développé des traits de caractère et des réactions qui représenteront à coup sûr des entraves quand vos frontières planétaires s'ouvriront .... ".


      Et en page 51, il vient aussi :

       "Les voiles posés sur les mondes habités de manière à vous faire croire à la non-existence d'autres vies seront retirés. Les communications interplanétaires seront rétablies, les échanges télépathiques restaurés et les voies de navigation spatiales réouvertes. Beaucoup de changements auront lieu, beaucoup de changements ! Le plus spectaculaire pour vous sera de vous rendre compte que des êtres d'autres planètes cohabitent déja en ce moment avec vous, vous cotoient et vous regardent vivre. Je pense que ces premiers moments ne seront pas aisés pour tous. Certains crieront au scandale et de vieux instincts de guerilleros pourraient même revoir le jour. Quand la comprehension du rôle joué par les gouvernements sera integrée, travaillez alors la tolérance et le pardon. Cela évitera des scènes pathétiques.. .... "

      Et voici le summum, en page 47 :

     "...Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n'est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s'en tenir ! Même s'ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu'ils considèrent les habitants de cette Terre comme des retardés mentaux à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d'une grande réputation aux yeux des dirigeants! Étrange, votre choix d'être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd'hui ? Ne l'avez-vous pas assez exploité ? Ou avez-vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?...etc... ".

    
Allez, voici un petit plus, très significatif, qui va couronner tout ce qui précède, et qui concerne Miranda, l'impossible satellite d'Uranus.

    Du 3 au 7 novembre 1986 s'est tenu à Paris, un congrès de Planétologie, auquel la revue "Sciences et Avenir" a consacré un numéro spécial n°61 hors série fin 1986. Mais citons plutôt le préambule de l'article de Mr Pascal Lee de la page 14, qui est très significatif au sujet de l'incompréhension totale des scientifiques concernant le phénomène planétaire de Miranda, petite lune d'Uranus, photographiée en début d'année 1986:

     "Pour les astronomes, la plus petite lune d'Uranus représente un véritable miracle: Sur sa surface est réunie la quintessence des curiosités géologiques rencontrées sur les planètes. Reste à expliquer pourquoi ? Voir l'image n°1, incroyable de Miranda, ci-dessous:


    Sur tout le congrès, la belle ombre de Miranda aura plané. Même si ce sujet de conversation devait à tout prix être évité, la mystérieu se lune d'Uranus laisse perplexe : Miranda est taboo !.. On se souvient en effet des extraordinaires clichés transmis le 24 Janvier 1986 par voyager-2 . Passé à moins de 29000 km de Miranda, avec une vitesse proche de 72000 km/h, la sonde avait pu enregistrer au prix d'une subtile manœuvre de pivotement compensatrice , une magnifique mosaïque de huit scènes (paysages) couvrant l'ensemble de l'hémisphère austral. La résolution spatiale des meilleures , images obtenues a atteint 600 m, soit une finesse qui n'avait encore jamais été obtenue au-delà de Mars. Nous avons ainsi découvert un monde tout à fait différent de ce qu'on présumait. On imaginait volontiers, avant l'arrivée des "Voyager", Miranda comme une classique boule de glaces et de roches, criblée de cratères et sans signe d'activité importante. Or les astronomes se sont trouvés en présence de terrains extrêmement variés, contrastés, présentant des structures complexes, évoluées, qui témoignent d'une histoire très mouvementée. Même les plus imaginatifs sont surpris. Les géologues distinguent aujourd'hui sur ce monde une dizaine de types de terrains différents. Ils parleraient plutôt "d'unités géomorphologiques " que l'on peut en fait regrouper selon deux catégories principales, avec d'une part des surfaces anciennes cratérisées, émoussées, bosselées et d'autre part des terrains cannelés de sillons parallèles et serrés, moins cratérisés..
."

    Donc nous avons bien noté les termes de "miracle" de "conversation à éviter", de "perplexe", de "taboo", (On se demande d'ailleurs pourquoi? Faut-il faire absolument le silence sur les phénomènes que l'on ne comprend pas ? Si c'est cela l'esprit scientifique...? Alors vous comprenez maintenant la raison de l'existence notre notre site Web ARTivision qui dénonce ce genre d'attitude) et surtout on trouve aussi l'expression : "Même les plus imaginatifs sont surpris" ce qui veut dire en clair que "la réalité dépasse de très loin la fiction même la plus imaginative".

    Ainsi pour terminer résumons que Miranda présente d'une part, des terrains anciens n'ayant pas bougé depuis un temps immémorial, et d'autre part, des surfaces qui correspondent à des modifications plus récentes très insolites, qui dessinent de vastes figures aux contours très nets renforçant le contraste avec la toile de fond ancienne . Certaines figures sont en forme d'ovales très allongés et dont les structures évoquent incontestablement des champs de courses de chars romains à la "BEN HUR".Voir l'image n°2, de Miranda, ci-dessous:


     D'autres encore présentent des formes étonnantes d'une structure anguleuse tel le désormais célèbre "chevron" situé au pôle Sud .Voir l'image n°3 de Miranda, ci-dessous:


    La seule explication scientifique trouvée de nos jours pour justifier une telle fantaisie de relief sur Miranda est toute aussi incroyable en elle même : Miranda serait une planète ressuscitée, c'est à dire qu'elle aurait volé en éclat à la suite d'une violente collision, mais ses morceaux au lieu de se disperser dans l'espace se seraient agglomérés de nouveau pour former dans le désordre, ce puzzle sphérique que nous avons découvert, montrant à sa surface des "grumeaux" provenant des entrailles de son incarnation intérieure.(sic)

      Que celui qui a de bons yeux, pour voir, tout ce qui concerne, la stupéfiante Miranda, en tire la clef lumineuse qui s'impose, et, surtout le désir latent d'en savoir plus.

      Mais ce 26/01/2015, suite à la réception d'une importante missive, nous allons ajouter à cet article, un neuvième focus :
Neuvième focus : Quand un internaute inspiré nous remet en mémoire les renversantes déclarations, de notre bien méridionale amie Rose C

      Le 21 Janvier 2015, nous avons reçu cette missive importante :

------ Original Message ----- From: Louis H..................
Cc: fred.idylle@orange.fr
Sent: Wednesday, January 21, 2015 10:55 AM
Subject :Une infirmière parle du crash de Roswell.

      Bonjour et BONNE ANNEE Fred, bien que, ne vous ayant pas contacté depuis des années je suis régulièrement vos articles. Si je me permets de reprendre contact avec vous aujourd'hui, c'est que je viens de lire sur un site internet un article tres troublant. Cet article serait la retranscription des contacts répétés, qu'aurait eu par télépathie l'infirmière MATILDA O'DONNELL MACELROY, qui se serait occupée de la créature survivante du crash de Roswell qu'elle nomme ; Airl .

       Ce qui m'a le plus interpellé c'est le fait qu'elle parle elle aussi, de la Terre comme d'une planète prison!... Cela ne vous rappelle rien ? Le recit de Rose C, paru sur votre site ARTivision.

       Alors bien sur, je suppose que tout n'est pas à prendre pour argent comptant, mais il y a suffisament d'éléments troublants pour que je vous en fasse part, Mais peut-etre êtes-vous déja au courant de ce récit ? Dans le doute, je vous donne l'adresse du site en question, la lecture et un peu longue, mais ça vaut le coup quand même :


      Avec toute mon amitié,
    Louis


    Fin de citation .

      Nous avons bien sûr, répondu à Louis à ses vœux de Bonne Année et que le reste de nos vœux, était placé au début de notre Page de Garde à : http://www.artivision.fr . Nous lui avons aussi dit, que nous étions au courant de cette affaire d'infirmière de Roswell par l' url:
http://www.arcturius.org/chroniques/roswell-une-ancienne-infirmiere-de-lus-army-air-force-livre-son-entretien-avec-un-alien/

      En ce qui concerne, Rose C, nous lui avons dit, que nous avions beaucoup de considération pour elle, car nous avions été en communication téléphonique avec elle, à 7000 Km de là, un mois avant son dècès survenu le 18 Avril 2000.

      Mais, pour le novice ingénu qui ne sait pas du tout, de quoi il s'agit, voici ce que nous écrivons le 4/12/1999, en introduction de notre article intitulé : L'incroyable aventure de Rose C.

       " Rassurez-vous, il ne s'agit pas de la "Rose Calvert" du fameux film "Titanic" de James Cameron, qui a su si bien nous faire revivre, en 1998, une tragédie mémorable. Nous avons attendu cependant bien longtemps avant de lancer sur le Web, l'histoire qui va vous être contée ici, car elle est si fantastique, qu'elle dépasse de loin tout ce que vous pouvez imaginer en matière d'aventures et d'enseignements cosmiques. Mais il faut désormais faire vite, si l'on apprend que la principale intéressée de l'histoire aura 72 ans en l'an 2000 et que les gens qui l'on connue jeune femme, ne doivent plus être bien nombreux pour confirmer les faits inimaginables de cette histoire, dont on trouve pourtant des corrélations remarquables dans la théorie révolutionnaire, la plus avancée, jamais émise, de deux savants soviétiques : Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov et dont l'hypothèse a été cependant formulée dès 1968 par Jean SENDY (à qui nous rendons ici hommage) à la page 110 de son livre "La Lune clé de la Bible" paru chez Julliard.

    Rose C. pouvait-elle connaître, cette théorie en Juillet 1970, année où le magazine Spoutnik la publia pour la première fois en russe ? Rose C. A-t-elle parlé de son aventure ( du 10 Avril 1952) à quelqu'un d'autre avant 1970 ? A-t-elle aussi pu lire le livre de J. SENDY en 68 ? Seules les personnes l'ayant connue entre 52 et 68 peuvent nous le confirmer. Si l'on pouvait en trouver une seule, cela serait une preuve avancée que tout cela n'est pas de la Science Fiction. L'ésotériste bien connu Guy Tarade qui a préfacé le Livre publié sous le titre "Rencontre avec les Extra-terrestres" de ROSE.C aux Editions du Rocher au début de 1979 ,

  

prétend avoir connu Rose C depuis "plusieurs années" et pourrait donc confirmer notre interrogation, s'il lui arrivait de rentrer dans notre site, qui est d'ailleurs un forum ouvert où chacun doit apporter sa petite pierre. Le Web sert avant tout à cela. Nous invitons donc toute personne ayant des informations à ce sujet de nous en faire part, car il y va de notre saine recherche de la vérité et même vous allez vous en rendre compte par la suite, de notre meilleure compréhension de notre Univers " .

      Fin de citation.

     Pour faire très court, disons qu'un soir d'Avril 1952, Rose qui avait 24 ans, a rencontré près, d'une petite habitation appelée Mazet en provence, un humain ancien instituteur français, qui prétentait vivre sur une autre planète, où il avait été amené par des aliens beaucoup plus tôt. Cet humain, accompagné d'alien géants, lui raconta alors, d'abord que la Terre était une sorte de bagne, où l'on déposait les mauvais larrons du Cosmos, et d'autre part ( parmi bien d'autres choses), que la Lune était un satellite artificiel de la Terre, mis en place par des êtres extrêmement évolués.

     Bien sûr, Rose est tombée à la renverse en entendant cela, et jusqu'à sa mort a eu du mal à y croire .

     Tout cela serait, pour ARTivision, de la pure Science-Fiction, si nous n'avions pas mis la main sur l'hypothèse des savants Russes Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov, qui eux, en Juillet 1970, proposèrent aussi l'hypothèse osée que la Lune serait artificielle, comme Rose C, a eu à découvrir, on le sait, dès 1952, grâce à ses étranges visiteurs :

      Mais notons également en passant que cette incroyable hypothèse est aussi totalement accréditée par une autre voie parfaitement ésotérique (puisque les informations sont obtenues par channelling), venue du Canada à la page 198 du livre "Terre Clé Pléiadiennes de la bibliothèque vivante" de Barbara MARCINIAK publié en 1998 aux Ed. ARIANE. Pour ceux qui n'ont pas eu encore la chance d'avoir en main ce livre remarquable, citons ces quelques mots :

     "La Lune est un satellite fabriqué. Elle fut ancrée à l'extérieur de l'atmosphère terrestre pour agir comme un appareil de méditation et de surveillance, comme un super-ordinateur, ou un oeil dans le ciel. Elle affecte toutes les formes de vie sur cette planète, bien au-delà de ce qui vous est actuellement perceptible. Votre histoire fait état de deux Lunes orbitant la Terre. Vous n'entendez pas cela souvent, mais certains savent..."

     Dans un autre ouvrage, absolument de même nature, paru au premier trimestre 2000, chez l'Editeur S.O.I.S. et intitulé "Alliance" d'Anne Givaudan, auteur de nombreux livres best-sellers à contenance très spirituelle, dont certains en collaboration avec Daniel Meurois, nous révèle qu'autrefois notre Lune était en mouvement sur elle-même, puis elle fut immobilisé, et par la suite, elle a bel et bien été "stabilisée" par des "entités de haut niveau", sur lesquels nous ne pouvons actuellement, donner plus de détails ici. Citons aussi cependant, ces quelques mots :

     "Votre lune est depuis longtemps maintenue artificiellement sur son axe, ainsi vous ne voyez toujours qu'une de ses faces, tandis que l'autre que vous nommez parfois la face cachée, sert de point de rencontre aux différents vaisseaux venant des planètes confédérées. Ces bases permettent des regroupements et des départs vers d'autres mondes tels que le vôtre par exemple."

      Surprenant n'est-ce pas que tout cela !!! cher novice. Pour en savoir bien plus, sur Rose C , prière de se reporter aux articles vraimenthors normes :

http://www.artivision.fr/RoseC.html
http://www.artivision.fr/Roselune.html

      Mais les zélés détracteurs, vont continuer à rire sous cape, jusqu'à ce qu'il voit, ce qui suit et qui va leur faire grincer amerment des dents.

      En effet Rose C, nous invite ici, à proposer aussi, après l'affaire de Miranda, celle de l'impossible satellite de Saturne : Japet (Iapetus en anglais) , que nous a photographié la merveilleuse sonde Cassini Huygens.

     En nous présentant Japet (qui avait été déjà photographié par Voyager 2 en Août 1981), lors de son Sixième tirage en 1994, les auteurs de l'ouvrage "Constellation et Planètes" sous la forme cartographiée stylisée :



, étaient loin de s'imaginer que ce satellite allait plus tard étonné, (au sens le plus fort du terme), toute la communauté scientifique, car il présente une caractéristique unique dans le système solaire.

     On savait déjà, que ce satellite, à peu près en forme de noix, avait un diamètre d'environ 1460 Km et, comme on le voit sur la photo, qu'il avait un hémisphère orienté dans le sens de son mouvement autour de Saturne aussi noir que du charbon (nommée Cassini Régio), et qui ne reflétait à peine 5% de la Lumière, tandis que l'autre hémisphère était blanc comme de la neige sale et réfléchisait 50% de la lumiére reçue.

     Mais voyons donc maintenant, comment officiellement, en 2005, on voyait cette affaire de Japet :



     Notre modeste traduction pourrait donner :

" Japet une lune de Saturne montre un ceinturon exorbité . 7 Janvier 2005


(Source : Jet Propulsion Laboratory )

     Images renvoyées par les caméras de Cassini de la NASA lors de survol à la Saint-Sylvestre de Japet, satellite de Saturne (tuss oeil-APP-eh) montrent des caractéristiques étonnantes à sa surface, qui alimentent chaudement les discussions scientifiques, sur leur origine, .

     Une de ces caractéristiques est une longue crête étroite qui se trouve presque exactement sur l'équateur de Japet, et qui le divise en un hémisphère sombre et qui atteint 20 kilomètres d'altitude (12 miles). Cette crête s'étend sur 1 300 kilomètres (808 miles) d'un côté à l'autre, le long de son équateur. Aucune autre lune du système solaire n'a une aussi surprenante caractéristique géologique. Par endroits, la crête est composée de montagnes. En hauteur, ces montagnes rivalisent avec l' Olympus Mons sur Mars, et sont environ trois fois la hauteur du Mont Everest, ce qui est surprenant pour le si petit corps qu'est Japet. Mars est presque cinq fois la taille de Japet."


    Fin de la traduction.


     Mais voyons cela de plus près :


    Puis rapprochons nous, un peu plus :



     ...Et en couleur, c'est encore plus beau :



     Pas mal n'est-ce pas, ce bourrelet de 20 kilomètres de hauteur, et autant de largeur...

     ...Enfin en stylisation complète, tout est imaginable :





     Les Dieux , qui ont su téléporter une lune autour de la Terre, n'ont sans doute eu, pas grand mal à construire et placer Japet, aux alentours de Saturne... n'est-ce pas !!

           Fred IDYLLE

     Article mis en page le 24/12/2014 , puis le 26/12/2014 , puis le 27/12/2014 , puis le 29/12/2014 , puis le 01/01/2014 , puis le 04/01/2014 , puis le 06/01/2014 , puis le 07/01/2014, puis le 08/01/2014, puis le 10/01/2014, puis le 12/01/2014, puis le 17/01/2014, puis le 20/01/2014, puis le 21/01/2014, puis le 23/01/2014, puis le 26/01/2014.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil