Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresse du site :
http://artivision.eu


Quand la revue Science&Vie en remet, une couche, du côté d'Apollo.


    

I Introduction.


      Comme le hasard fait bien les choses, car voilà que c'est justement le jour du treizième anniversaire de la destruction des tours jumelles du World Trade Center de New York, que nous sommes annenés à stigmatiser une fois de plus , l'erreur des médias qui croient encore, à l'épopée lunaire des américains, il y a déjà 45 ans (en 2014).

I I Genèse de l'affaire.


     En effet, c'est à la page 12 du n° de Septembre 2014, de la revue Science&Vie, (qui a, on le sait, pignon sur rue), que nous avons découvert cette configuration :



     Où la rédaction explique d'après elle, l'interrogation suivante d'un lecteur :

Des ombres anormales sur la Lune ?

     " Dans I'article que vous consacrez au documentaire Moonwalk One, en juillet (n° 1162, p. 127), vous présentez une photo avec la légende: "Neil Armstrong plante le drapeau américain sur la Lune". Mais où donc se trouve I'ombre du drapeau? Voici la photo en question presentée ici par ARTivision :


Puisque I'ombre d'Armstrong et celle du module d'alunissage partent vers la droite, ne devrait-on pas s'attendre, logiquement, à voir les ombres de la hampe et du drapeau partir aussi vers la droite? Yves Marpis, abonné depuis 1937
"


     Et voici la réponse stupéfiante de Science&Vie :

     " Vous n'êtes pas le premier à vous poser la question devant ces clichés célébres ! Mais, pas de doute, ces ombres sont tout ce qu'il y a de plus normales. Tous les clichés pris sur la Lune par les astronautes des missions Apollo sont librement consultables sur le site "Apollo Photo Atlas" de la Nasa :

www.lpi. usra.edu/resources/apollo/

     On y trouve 1'ensemble des vues photographiees lors de la mission Apollo 11, et elles permettent de s'en rendre compte : 1'ombre partant vers la gauche, située à proximité du drapeau, n'est justement pas celle du drapeau... mais celle du collecteur de vent solaire (2), installé par les astronautes. Sauf que ce collecteur est hors du champ (comme 1'ombre du drapeau elle-même) sur la photo que nous avons publiée dans le n° 1162. Mais 1'ombre de la hampe , très fine, comme celle du drapeau (4) vont bien dans la même direction que toutes les autres. Elles sont visibles sur les deux photos ci-dessous, prises sous d'autres angles que celle du n° 1162... et tout s'éclaire !


    Autrement dit, au lieu de dire carrément que les projections de la hampe et du drapeau en question sont simplement cachées par des anfractuosités pas très visibles du terrain, la revue tente d'expliquer le phénomène en se basant sur d'autres prises de vues aléatoires, qui elles aussi peuvent être truquées. C'est n'importe quoi !!!     Et "le tout s'éclaire " de ce laïus, n'est qu'un avœu d'impuissance flagrante, pour expliquer cette absence d'ombre notoire en question.

    Le site ARTivision , a depuis des lustres, publié de nombreux articles, dont voici quelques spécimens :



démontrant, noir sur blanc , que tout ce prétendu débarquement sur la Lune, d'Apollo XI à Apollo XVII, s'est chaque fois, déroulé dans un centre de simulation du Névada ou de l'Arizona, où l'on avait reconstitué, l'apparrence du sol lunaire. Mais en y regardant de plus près, certains détails, sont très parlants.

    Cette rédaction de Science&Vie, aura nous en sommes certains bien du mal à expliquer ce qui suit. Résumons donc ici pour Mr Yves Marpis (qui nous l'espérons ne s'est pas laissé embobiner par le blablabla ci-dessus), quelques faits notoires inexpliqués :

    Commençons, par exemple, par Apollo XI, en y extrayant certaines images du site quasi officiel suivant :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html

    Et en cliquant sur l'onglet Apollo11, puis allons d'emblée à l'image ap11-S69-40308 suivante :


     Pas besoin en effet, de sortir de Polytechnique, pour s'apercevoir que l'ombre de "l'astronaute" de droite, est bien plus longue, que celle de son confère. Les rayons du soleil viennent de l'infini, et en plus ce Soleil est assez proche de l'horizon. Les deux ombres doivent être parallèles et surtout pratiquement de même longueur (les individus en question n'ayant que quelques centimètres de différence dans leur taille) , et comme on le voit, ce n'est pas ici, le cas pour la longueur de l'ombre. Pour vérifier cette affirmation, nous avons réalisé la modeste expérience suivante :

      Un jour vers 16 h 20 locales, nous avons simplement placé dehors, deux bouteilles identiques d'eau minérale, et nous avons constaté de visu, que les ombres étaient parfaitement parallèles et que l'ombre portée mesurait 98 cm pour chacune d'elles .


       En conséquence, il s'en suit que :

- Soit que les deux "astronautes" sont éclairés (sur Terre évidemment), par de puissants et différents projecteurs dans la zone de simulation du Névada ou de l'Arizona...

- soit, pire encore, il s'agit d'une vulgaire manipulation photographique de deux photos différentes, prises pour chaque "astronaute" séparément et cela , bien entendu, sur Terre.

       De plus, étant donnée la position de la hampe du drapeau au pied de "l'astronaute" , ce drapeau devrait se projeter sur l'astronaute de gauche grosso modo, comme le montre notre modèle grossier :


     Pourquoi donc ce drapeau n'a-t-il d'ombre sur l'"astronaute" en question ? Certains, vous diront, vite fait, que c'est le blanc du scaphandre, qui a saturé le flaiblard noir de l'ombre du drapeau. Point barre.

      De plus, nous n'avons pas reçu, une seule réponse, concernant le gros point d'interrogation, que nous avions soulevé dans d'autres articles, et qui consiste à simplement dire : Qui a pu filmer et prendre cette image, si bien agencée , des deux "astronautes", évoluant côte à côte, sur la Lune. On sait en effet, que le troisième confrère, nommé Collins , était très éloigné, en haut dans le ciel lunaire, et dirigeait le Module de Commande. Il ne pouvait donc, en aucune manière, prendre une photo aussi nette !!

      Où était fixée la caméra en question ? A-t-elle été commandée automatiquement à distance, ou a-t-elle filmé en continu, quitte à gaspiller de la pellicule, pourtant si précieuse en ce lieu ?

      La même question se pose pour les photos suivantes concernant Apollo 16 :

  

      Qui a pris cette photo coincée entre les gros rochers, que l'on aperçoit à l'avant plan ? Le LRV; ne semble pas pouvoir s'y intercaler. Où était donc déposée la caméra, qui ainsi a pu permettre de faire les photos en question ? On ne nous a jamais présenté, le trépied pouvant permettre d'y placer une imposante caméra !!! Si vous trouvez, une réponse orthodoxe, n'hésitez pas à nous le faire savoir. Merci d'avance...

      Mais il y a toujours, des gens qui veulent se faire mousser sur le Web, pour vendre des images publicitaires. Le site ARTivision, met ici en accusation, les velléités dérisoires, des sites Wikipedia, et bien d'autres du même gabarit, comme celui des Mythbusters, visant à glorifier, les fausses aventures lunaires, des Nord-américains.

      Soyons donc fair play, et presentons aussi donc l'url , de ces deux sites :

http://www.dailymotion.com/video/x9y2yb_mythbusters-l-homme-sur-la-lune-1-c_shortfilms

http://armes.silencieuses.free.fr/doc/apollo_hoax_wikipedia.pdf

et le même site en français :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rumeurs_sur_le_programme_Apollo

     On peut alors lire au début dans l'historique, le passage suivant :

    "À l'époque du débarquement sur la Lune, il existait déjà une petite minorité d'incrédules qui se recrutait aux États-Unis dans les classes sociales les plus défavorisées, coupées de toute connaissance scientifique, et les minorités. L'audience de la thèse du canular lunaire (« moon hoax ») s'élargit dans les années 1970 lorsqu'un climat de défiance vis-à-vis des institutions s'installe chez beaucoup d'Américains... "

    Autrement dit, seuls les scientifiques bien assis dans cette société, sont capables de connaître le vrai, dans cette affaire et les autres quidams incrédules, ne sont que, des mécréants inaptes sans outils adéquats, pour juger,.

     Mais où se trouve le vrai dans l'aventure scientifique ? Peut-être qu'une partie de la réponse se trouve dans nos articles :

http://www.artivision.fr/docs/connaitrelevrai.html
http://www.artivision.fr/docs/Artivisionaubac2011.html
http://www.artivision.fr/docs/ARTivisionBac2013

    Il est bon alors, en premier lieu, de rappeler ici, que le site ARTivision, prétend aussi démontrer dans ses nombreux articles, que le Temps des Révélations est bien arrivé, et que tout un chacun est porteur d'un brin de Vérité, et cela est assimilable à la goutte d'eau de pluie qui va rejoindre immanquablement l'océan, où elle y puisera, force et régénération. Nous sommes donc tous individuellement reliés à cette Énergie Cosmique, qu'ARTivision appelle aussi le Très Haut, actuellement en grande mutation, et nous avons tous notre petite pierre à apporter à l'édifice fantastique qui se construit actuellement, d'en déplaise à ceux, qui croient être les seuls à posséder la vraie connaissance. Point Barre

    Plus bas sur le site Wikipedia , on trouve aussi, alors ceci :

    " Plusieurs photos montrent des ombres portées dans des directions différentes, alors que la lumière solaire venant de suffisamment loin, toutes les ombres devraient être parallèles.

     "Ce ne seraient pas les ombres qui ne seraient pas parallèles, mais le relief du sol qui en donnerait l'illusion. De plus, si une seconde source de lumière était présente, les ombres seraient dédoublées, ce qui n'est pas le cas sur la photo."


    Et toc... Voilà une autre affaire réglée, vite fait et bien fait. Ce que l'on ne précise pas ici, c'est que les contre-expériences, ont été faites avec, un gros projecteur, qui n'était pas placé à l'infini, comme notre Soleil , l'est.

     Mais en ce nous qui concerne, sur ARTivison, nous appliquerons désormais strictement le dicton, que chacun connaît déjà :

"Qui vole un jour un œuf, peut aussi voler un autre jour un bœuf. "

, ce qui signifie en clair, que, si l'on a découvert qu'une photo Apollo 11 est absolument truquée, alors il n'y a aucune raison que ne pas croire, que les autres ne le soient pas aussi.

     Donc tout est à revoir, et c'est, tout ce que nous présente la NASA dans les missions Apollo qui est sans doute faux, ou à reconsidérer totalement.

     Nous attendrons sans doute, longtemps encore, une réponse claire et nette, de la revue Science&Vie en question plus haut, et de ces deux sites, venant d'être nommés, aux deux problèmes que posent les photos suivantes : .

     La première photo, incriminée est référencée NASA AS16-107-17446 :


      C'est grâce au fait que nous possédions par le plus grand des hasards ( Hum hum ), un poster de 47,5 cm sur 40,5cm, de cette image célèbre, que nous y avons découvert une anomalie incroyable. C'est aussi ensuite grâce à la perspicacité d'une aimable internaute, que nous avons pu extraire, de cette photo cette image surprenante du site :

http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg


et sur notre poster plus coloré, nous avons aussi, extrait cette image avec nos commentaires incontournables:



      Donc, on ne peut ici que constater, que les deux traces de roues sont tout à fait différentes...

     Celle de gauche, pourrait s'identifier, à la moitié de la trace d'une jeep Willys, bien connue dans les films de guerre américains :

  

    Cette jeep ne peut rouler sur la Lune, car son carburateur a besoin d'air pour fonctionner.

    L'autre trace du bas, vient de la jeep LRV dont la structure nous est donnée sur le site :
http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/vehicules-et-technologies/lm/lrv.html

     Voici les photos des quatre roues juxtaposées de la jeep (LRV) :

  

       Que peut-on alors dire sur cette nouvelle affaire, de deux traces différentes de jeeps, avec celle de la Willys qui n'est, elle, jamais montée sur la Lune.

    Notons que pendant que nous parlons du même sujet, que nous avons aussi la photo d'Apollo 15 : AS15-85-11435, où l'on découvre une tentative de camoufflage, de deux traces différentes du soi-disant véhicule lunaire LRV . Tentative très mal réussie ici, (il y en a bien d'autres plus nettes encore) :

    

      Et voici enfin, une incroyable anomalie (il y en a beaucoup d'autres) , que nous présentons sous la forme de la photo suivante d'Apollo 17 référencée AS17-137-20979 /


     Alors que l'on aperçoit clairement, les traces de pas de "l'astronaute" , sur le sol lunaire meuble, et des petits grains de sable dans les interstices de la roue arrière droite :

là, on voit que, cette roue arrière droite de la jeep lunaire (dont le garde-boue, nous dit-on, a été bricolé très grossièrement au cours d'une sortie lunaire bien déterminée), n'a laissé aucune trace ni en avant, ni en arrière, prouvant un déplacement quelconque de cette jeep. Autrement dit, la jeep lunaire est arrivée , comme par magie, sans rouler sur le sol lunaire, après pourtant de grandes ballades ailleurs. Comme il n'existait pas de grue pour poser à un moment quelconque en douceur, cette jeep sur le sol, à cet endroit, on peut en déduire, les points suisants :

- Soit tout ceci s'est passé "sur Terre" , avec une vraie grue (et dans la précipitation de l'action, les opérateurs ont oublié les traces de roues obligatoires ).

- Soit, et c'est tout aussi lamentable, il s'agit d'une juxtaposition, de deux photos, et alors on a oublié, la trace que devait laisser la roue arrière droite du LRV (lunar rover vehicule).

     Donc ici la tromperie est très claire, et, si vous avez une autre explication, nous serions très heureux de la présenter prochainement. C'est le très petit détail, qui, comme dans le célèbre film d'Alfred Hitchcock, sorti en 1954 : "Le crime était presque parfait", a confondu le coupable...Point barre.

    Si nous analysons la tranche la fameuse roue immobile de la photo AS17-137-20979, d'Apollo 17 vue plus haut :


    Nous y distinguons clairement, les petits grains de sable, qui sont restés coincés dans les interstices de la roue, quand elle a roulé ailleurs.

         Maintenant scrutez attentivement, la semelle présentée dans la photo AS17-134-20453 :


     Mais, voyons cela, en diminuant le contraste:


      Pas un grain de poussière n'est collé en dessous de la chaussure.

"L'astronaute", est-il passé directement du LEM au LRV sans toucher le sol ? Quelle prouesse ? Aux spécialistes de répondre, si une telle chose est possible !!!

      Mais, soyons plus pointilleux encore : regardez la photo suivante, où nous avons tracé grosso modo deux lignes qui correspondent au bord droit des roues du LRV :


      On voit alors que, les roues de droite du LRV n'ont laissé sur le sol aucune traces visibles dans la direction montrée. Il en est de même d'ailleurs semble t-il, pour la roue arrière gauche.

      Mais retrouvons la photo référencée AS17-147-22526, sur le site presque officiel déjà vu :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html

, où l'on découvre ceci :


      On voit alors que :

  

      Les stries entre les deux roues ne sont presque plus visibles, comme si elles avaient été dénaturées, par une manipulation photographique quelconque.

    Analysons alors cela de plus près, en agrandissant cette trace pour y voir plus clair, on découvre alors, ceci :

  

      On voit alors que cette trace ne correspond pas du tout, au dessin que devrait laisser la roue de la jeep LRV, car les segments intérireurs sont perpendiculaires au bord du ruban laissé au sol. Voici à nouveau plus clairement, le modèle des roues, où l'on voit que les segments sont très inclinés par rapport au bord de la roue :

  

    Voyez vous-même :

  

      Ne trouvez-vous pas cela très bizarre ?

      Et n'est-ce pas le moment de donner, une fois de plus la parole, au grand acteur, que fut Louis Jouvet, en reprenant ce qu'il nous dit dans le film de Marcel Carné , dans le film "Drôle de drame", de 1937 .

MOI J'AI DIT BIZARRE, BIZARRE, COMME C'EST ÉTRANGE

       A vous de juger une fois de plus, documents à l'appui..

III Conclusion .


     Nous pourrions bien sûr présenter à nouveau ici, des dizaines de photos de la NASA, qui posent problème. Mais les choses même étranges ont aussi une fin, et arrêtons ici, ce court exposé.

     Désormais, les détracteurs endurcis ( les Science&vie, les Wikipedia et Mythbusters, dont nous publieront la réponse éventuelle) et autres consorts zététiques, qui n'ont de cesse de trouver une raison pour défendre la NASA, vont mordre la poussière, au moins celle qu'ils croient être de la Lune), et alors , tout penauds, ils vont devoir avouer, que la photo est bien truquée , et qu'elle n'a pas été faite sur la Lune. Mais, pour ne pas perdre la face devant les millions d'internautes, ils font alors dire un jour, que cela était voulu, pour des raisons stratégiques, politiques ou autres, non communicables aux novices ...etc.. etc...

    Comme vous le voyez, le site ARTivision est prêt à répondre à toute réplique tordue des protagonistes en question.

    A vous de juger...


IV Prolongement révélateur en date du 12/09/2014.


      Mais, ARTivision pense avant tout, que ces prétendues opérations lunaires, ne pouvaient nullement déposer en douceur un homme comme Neil Armstrong et bien d'autres, sur la Lune, et surtout les ramener sains et saufs sur Terre.

    De plus, il serait peut-être utile, de présenter ici le passage qui suit du site :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Module_lunaire_Apollo

     " Lorsqu'en 1961, le président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy, fixe comme objectif à l'Agence Spatiale Américaine d'envoyer des hommes sur la Lune, avant la fin de la décennie, le programme spatial américain est encore balbutiant. Après avoir étudié plusieurs configurations pour le vaisseau spatial, la NASA, choisit en 1962 d'avoir recours au LEM, module destiné au débarquement sur la Lune, malgré les interrogations que suscitent à cette époque le recours au rendez-vous orbital lunaire (LOR) que sous-tendait ce choix. Seule cette solution permettait en effet de tenir l'échéance fixée, en réduisant la masse à satelliser et en limitant les coûts et les risques techniques.

     Le LEM comporte deux étages : un étage de descente dont le rôle principal est de faire atterrir verticalement le module lunaire grâce à un moteur à poussée variable, et un étage de remontée doté de son propre moteur et dans lequel se situe la cabine pressurisée où séjournent les astronautes. Malgré la complexité de sa mission, et une contrainte de masse très sévère (15 tonnes), le LEM a réussi à six reprises à amener sans défaillance grave, et faire séjourner deux hommes dans un environnement lunaire particulièrement hostile et à l'époque mal connu..
"

     Fin de citation.

     Vous avez bien noté, nous l'espérons, le fait que des spécialistes affirmaient que le rendez-vous lunaire posait déjà, à l'époque en 1962, de notoires interrogations, et que malgré complexité de la mission, on a tout de même pu, réussir sans embages, 6 jonctions ( et on pourrait aussi ajouter celle d' Apollo10, donc cela fait 7 en tout ), entre un étage de remontée du LEM avec le Module de Commande, d'Apollo tournant autour de la Lune. Surprenant n'est-ce pas !!!

     Ce qu'il faut savoir, dans cette affaire, et les médias ont évité grandement d'en parler, c'est que, d'abord , en premier lieu, c'est un américain même, qui a tout dévoilé, à ces risques et périls dès 1976. En effet tout cela est décrit parfaitement par un nommé Bill Reid Kaysing dans un ouvrage paru aux USA en cette année, et intitulé "We never went to the Moon", publié par la Société of Metaphisicians LTD.

  

  

     Bill Reid Kaysing n'est pas le premier venu dans cette affaire, car c'est un ingénieur à la retraite de la société Rodketdyne qui construisait à l'époque, les moteurs d'Apollo. Son ouvrage, on s'en doute n'a jamais été traduit en français, et il est tout simplement le précurseur incontestable, qui avait déjà à l'époque flairé le Gigantesque Bluff, à l'égard de l'Humanité entière, que représente le prétendu débarquement des astronautes américains sur la Lune par les fusées "Apollo".

     Il est aussi à noter que nous n'avons pu, avoir une copie de l' ouvrage de Bill Reid Kaysing qu'en fin 2000, grâce à l'ami Philippe Lheureux, auteur, on le sait maintenant, de l'ouvrage intitulé "Lumières sur la Lune : Le grand doute" paru aux Editions Carnot fin 2000. Donc ce n'est qu'à la fin de l'an 2000, que nous avons acquis la conviction de l'existence du Grand Bluff, et en conséquence, tous les articles venus avant n'en tiennent pas compte.

     Dans notre article extrêmement détaillé, que certains ont dû lire hélas en diagonales :

http://www.artivision.fr/docs/unplusdansespace.html

     On trouve ceci :

      " Le 15 juillet 1975 fut lancé le vaisseau soviétique Soyouz 19 avec les cosmonautes A. léonov et V. kubasov, et ils effectuèrent 96 révolutions autour du globe terrestre. Cette mission aurait été parfaitement routinière et sans intérêt majeur pour les médias, si l'un des derniers vaisseaux américains Apollo, ne s'y était pas venu amarrer pendant deux jours. Toute la manœuvre d'approche et le passage par le sas de contact, des visiteurs américains : T. Stafford , V.Brand et D.Slayton ont été largement filmés et retransmis dans toutes les télés, radios et presses du monde entier, Les deux équipages ont bien d'abord montré leur grande joie de se rencontrer et par la suite, ils ont expérimenté et testé les processus d'amarrage des deux vaisseaux pour toute nécessité ultérieure. Voir ci-dessous en effet, une photo de cette rencontre mémorable, montrant la joie profonde des astronautes :



    Mais justement maintenant, il nous vient à l'idée que la Nasa n'a jamais montré pour Apollo 11 ( ni d'ailleurs, chose bizarre, pour aucun autre vol d'Apollo), (à notre connaissance bien sûr: les internautes qui en auraient la preuve nous feraient un grand plaisir de nous l'envoyer ), ce qui serait somme toute tout à fait normal et bien chargé d'émotion, les retrouvailles des astronautes Armstrong et Aldrin revenant de la Lune et de leur compagnon d'infortune Collin, lui privé, hélas, du débarquement et qui est resté sagement dans le Module de Commande à attendre leur retour et à suivre leurs évolutions sur notre satellite. Or Collins n'avait-il à sa disposition à l'intérieur de la cabine une caméra pour filmer tout ce qu'il se passait à l'extérieur sur la Lune. Aux spécialistes de répondre ".

     Quelle joie ce serait pour lui de filmer le passage, par le sas d'entrée, après un retour si périlleux de ses deux compagnons et de montrer ensuite ces photos d'intense émotion au monde entier ?

     Non rien de tout cela ne nous a été présenté par la NASA. Seule la photo suivante déjà jaunie par le temps demeure dans nos archives. Elle est tirée d'un calendrier publié en 1971 par les Editions LYS (B -8500) Kortrijk imprimé en Belgique ...


     Cette photo est accompagnée au verso de la légende : " Eagle de nouveau en orbite lunaire le 21 juillet 1969, vers 2 heures de l'après midi. Retournant au Module de Commande d' Apollo 11, Armstrong et Aldrin se trouvent dans le module de décollage, juste après leur lancement de la Lune.. Ils commencent ainsi la première partie de leur voyage de retour à la Terre. En haut sur la photo, notre planète à demi plongée dans la nuit, au dessus de la courbe de l'horizon lunaire. "

      Pas de chance sur cette photo, nous aurions aimé voir fonctionner les tuyères des réacteurs d'approche, mais ce n'était pas sans doute, le bon moment, quand la photo a été prise....

     Cette photo agrandie apparaît aussi sur deux pages dans le n° hors série de la revue Ciel&Espace de 1999 page 42 et 43 avec la légende: " Fin de la première aventure lunaire...ce 21 juillet 1969, l'étage supérieure du module Eagle se propulse vers son rendez-en orbite avec Colombia sur fond de lever de Terre " (C'est dommage que cette revue n'ait pas, elle non plus, pu nous montrer une photo du rendez-vous à l'intérieur de la cabine...) La caméra était-elle fixée à l'extérieur du Module de Commande pour réaliser la photo ci-dessus ? Il est important de le savoir, car nous le redisons encore spécifiquement, nous n'avons jamais vu, pour cette mission d'Apollo 11, ni d'ailleurs pour aucune autre mission Apollo, un seul cliché représentant l'arrivée des astronautes lunaires dans la cabine du Module de Commande...

     Tout de même, voilà deux astronautes qui ont risqué grandement leur vie sur la Lune, qui reviennent au bercail après des péripéties uniques en leur genre et qui sont accueillis, par un troisième compagnon, sans tambours ni trompettes, ni même une petite photo de souvenir ?... Ne trouvez-vous pas cela bien bizarre?

     Nous attendons vos appréciations...

     A propos de cette photo ci-dessus, pendant que nous y sommes, nous remarquons sur la Lune, à droite du vaisseau, une zone rougeâtre très caractérisée, qui n'apparaît plus ensuite, sur les autres photos ultérieures de notre satellite.

     Aux spécialistes de nous dire pourquoi ?

     Cependant le 19/09.2014, nous sommes tombés au travers du site :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Apollo_8


C'est exactement le genre de photos que nous aimerions avoir au moins, pour les missions Apollo 10; 11; 12; 14; 15; 16; 17. Bien sûr, si en plus, il y avait eu, la tête d'un astronaute quelconque, franchissant le sas d'entrée, reliant le Module de Commande, à l'Étage Supérieur Ascensionnel du LEM, ce serait un autre bon point encore plus valable, bien que la NASA, aurait pu parfaitement réaliser en douce, ces photos avant "l'exploit", et les ajouter par la suite, aux autres photos bien plus spectaculaires. Mais, c'est sans doute un oubli, de la même nature que celui de la trace oubliée des roues de la jeep lunaire, d'Apollo 17 et consorts , et oubli déjà vu plus haut.

     A vous de juger document à l'appui...      Mais d'autre part, de plus, nous pensons à un autre point clé (lié au précédent), qui prouve que les américains n'ont pas du tout explicité parfaitement cette affaire, et gardent à ce sujet un secret terrible.

     En effet nous nous souvenons, que ces mêmes américains avaient eu, en Décembre 1965, un gros problème avec Gemini 6 ( avec les astronautes W.Schirra et T Stafford) qui n’a pas pu s’arrimer à un satellite cible qui devait être un étage de la fusée Agena spécialement équipée pour que le nez de la cabine Gemini 6 puisse s’y emboîter. Agena ayant échoué dans son lancement, la Nasa décide brusquement de modifier ses plans. C’est le vaisseau Gemini 7 (avec Fank Borman et J . Lovell ) qui servira de cible à Gemini 6. L’expérience devient alors peu spectaculaire, puisque l’arrimage étant impossible, le 15 Sept 1965, les deux cabines ne vont pouvoir que s’approcher à deux pas l’une de l’autre, et vont effectuer ainsi en tandem plusieurs révolutions orbitales.

     Le véritable rendez-vous avec la fusée Agena inhabitée n’aura en fait lieu qu’en Mars 1966 avec Gemini 8 (avec N. Arsmtrong et D. Scott).

    Nous n’avons pas trouvé d’exemple où des astronautes américains de deux vaisseaux Apollo différents (avant bien sûr la mise en orbite de la navette spatiale), se sont réunis dans la même cabine après un rendez-vous spatial programmé.

     Alors, on se demande comment ces mêmes américains ont pu réussir (comme dans un fauteuil) 6 rendez-vous lunaires sans aucune anicroche, à environ 400 000 km de la Terre, avec des ordinateurs très primitifs qui n'avaient même pas à l'époque la puissance d'une calculette actuelle d'étudiant. Et cela en plus, malgré le terrible cône d'ombre électromagnétique que représentait la Lune, vis à vis de la Terre, en fonction des positions des éléments des vaisseaux à joindre.

   C'était donc là, l'un des moments les plus cruciaux de la trajectoire suivie par ces astronautes revenant de la Lune et, c'est là que nous avons le moins d'information et aucune image de cela ".

Fin de citation

      Si vous étudiez en plus le comportement aberrant de certains astronautes, on reste sidéré devant une telle attitude, car cela ne cadre pas du tout avec le stoïcisme et le caractère avenant que l'on prête en général à un héros de la nation et nous avons même invité, dans de nombreux articles, et en particulirer l'article sorti le 31/08/2012 placé à :

http://www.artivision.fr/docs/LaMerLibreduPoleNord.html

les internautes curieux, à analyser avec le plus grand soin, les quelques lignes suivantes extraites d'un vieux Paris Match n°1242 du 24 Février 1973:


et dans l'article concernant LaMerLibreduPoleNord.html, qui vient d'être cité, on peut lire surtout :

     " Là, comme on le voit, nous passons d'une extrémité à l'autre. Où l'émotion bien humaine s'exprime avantageusement, selon nous, pour Hayes, voici que pour Armstrong décédé le 25 Août 2012, qui, dans une situation encore plus extraordinaire, puisqu'il s'agissait de débarquer sur un autre astre, (et là, il serait tout naturel, à notre avis, d'avoir à cet effet, le souffle coupé devant un tel paysage d'outre-terre), ce dernier, en véritable robot, refuse même de dire devant ces interlocuteurs seulement que la Lune est belle. Voilà, Messieurs les journalistes intrépides, un sujet d'article passionnant, que représente ce parallèle à faire entre deux explorateurs si opposés dans la conception de la Vie. Il y a là, même pour des étudiants en Psychiatrie, Psychologie ou autre Philosophie, une thèse toute trouvée et surtout jamais réalisée à notre connaissance, sur une étude comparative de ces deux modes d'expression, des explorateurs précités... "

      Rappelons aussi au novice, que dès le 30/04/2000 dans notre article :

http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteSA.html

      Nous avions écrit ceci, qui est d'une très grande importance :

      " Mais il y a de plus, dans toute cette affaire, au moins une vérité indiscutable, c'est le fait que certains astronautes sont revenus de la Lune, totalement déboussolés et en particulier le premier d'entre eux Neil Armstrong, qui est comme "un ours en cage" , et ne veut, parait-il, plus entendre du tout parler de la Lune et surtout le second Buzz Aldrin, qui aurait été interné deux fois et qui de plus aurait prononcé cette phrase très insolite, lors d'une interview : "On nous croit des héros, mais la Lune nous a brisés". Voir à ce sujet la page 79 de l'exceptionnel Paris Match n° 1242 du 24 Fév. 1973 dont le titre de l'article est à notre avis déjà, en lui même, très explicite : " Ils sont encore dans la Lune " :



      Mais, il y a mieux que chacun peut vérifier lui-même, et que nous transmet, notre si fidèle amie Nicole ( Les couleurs et la forme, sont bien sûr, d'ARTivison) :

----- Original Message -----
From: Nicole
To: fred idylle
Sent: Monday, September 08, 2014 10:43 AM
Subject: Apollo

            Cher fred

      En ce qui concerne Apollo, il y a l'exceptionnel lapsus de Dan Goldin, chef de la NASA,, concernant l'impossibilité pour l'homme de traverser la ceinture de Van Allen. En effet sur le site http://apollotruth.atspace.co.uk/, lors d’une interview en 1994, par Sheena McDonald, une journaliste de la TV britannique, ( He said that mankind cannot venture beyond Earth orbit, 250 miles into space, until they can find a way to overcome the dangers of cosmic radiation. He must have forgot that they supposedly sent 27 astronauts 250,000 miles outside Earth orbit 26 years earlier), ce qui signifie en substance que l’homme ne peut pas s’aventurer au-delà de l’orbite terrestre, c'est à dire au-delà de 250 miles dans l’espace, tant qu’il n'a pas trouvé comment se proteger des radiations cosmiques...

     Donc finalement, je pense qu'il est extrêmement malhonnète (en 2014), de continuer à berner l'humanité avec la relation d'événements qui n'ont jamais pu avoir lieu pour des raisons scientifiques. L'objectif des revues de vulgarisation est d'expliquer des faits scientifiques, avec un langage à la portée de tout un chacun, et pas de donner des interprétations douteuses à des évènements dont on sait qu'ils sont sujets à caution, dans le monde entier. Peut-être qu'ils n'ont jamais entendu parler de la ceinture de Van Allen.


Fin de citation

V Autre prolongement révélateur en date du 14/09/14


Nous aurions pu parfaitement arrêter là, notre démonstration. Mais certains internautes curieux, qui n'ont pas trop le temps d'aller fouiller dans les arcanes ésotériques du site ARTivision diront : "Vous nous avez mis en appétit, et durement l'eau à la bouche, dites nous en donc un peu plus dès maintenant" . Reprenons donc la photo célèbre d'Apollo 16 NASA AS16-107-17446,

, déja étudiée plus haut et qui présente de très nombreuses anomalies que les médias précités ont préféré taire lamentablement, mais cette fois nous utiliserons celle page 39, du livre de Philippe Lheureux, dont on a déjà parlé, plus haut :


     Si vous suivez le bout de la flèche rouge, vous y découvriez une lettre C, sur le caillou.

    Et cela est bien plus net, sur notre un poster de 47,5 cm sur 40,5cm, (que nous possedons on le sait, depuis 1973), :


     Pourquoi cette lettre C, de l'alphabet est-elle écrite sur un rocher de la surface lunaire ?

    Il s'agit certainement d'une roche calibrée et utilisée, par un Centre de simulation des USA, et cette lettre désigne un emplacement précis, qu'il fallait respecter, mais on a oublié de retourner le rocher, au moment de la prise de la photo. Point Barre

     Mais et mais , est d'une importance capitale, ce C, s'est volatilisé comme par enchantement, sur le site quasi officiel, et aussi sur de très nombreux autres:

http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg

, et aussi sur :

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/78/NASA_AS16-107-17446.jpg

    Comment donc ce C, qui se trouve sur notre poster au moins déjà en 1973, et encore sur l'ouvrage"Lumières sur la Lune : Le grand doute", de fin 2000, et même dans le documentaire que nous avons pu visualiser le Dimanche 6 Février 2005 :


, un volet de 30 minutes de la chaîne "Planète Choc", intitulé "l'espace intersidéral" de la série d'émission" théories du complot", dont le générique était :


et, où on voit nettement ce C tel que :

   


    Alors, comment expliquer que ce C a pu disparaiître comme par magie, sur les sites modernes ?



A vous de répondre...

     Mais, il y a bien mieux, que cette petite affaire littérale.

    Vous l'avez remarqué sur la droite du rocher ci-dessus, on voit une partie du + pouvant servir, on le suppose, au cadrage des éléments du paysage comme le quadrillage établi par les archéologues sur le site d'un terrain ou sous la mer. Ces + devraient toujours se situer en avant des objets de l'image . Mais la photo NASA AS16-107-17446, possède à ce sujet une anomalie notoire, qui se situe à cet endroit de l'image :



    Comme vous le voyez, la branche horizontale gauche du + , passe bien derrière le bout de l'objet de forme rectangulaire et même aussi un tout petit bout de la branche verticale du bas de ce + disparait, lui aussi, derrière l'objet. Ceci est la preuve absolue que cette photo a été réalisée par la juxtataposition de plusieurs photos et l'opérateur de la NASA, ne s'est pas rendu compte de l'erreur lors du montage. Voir cependant le développement plus poussé de cette affaire de croix réticulaire, à notre article : http://www.artivision.fr/docs/Lumieresoit.html où nous neutralisons l'objection disant que c'est le blanc du dessous qui sature le noir de la croix. A vous de juger encore.

    Mais voyons une quatrième anomalie, en revenant encore à l'image agrandie :

http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg

      Analysons alors cette portion :


       On découvre alors un flou caractérisé derrière les roues du LRV (Lunar Roving Vehicle). Il semblerait donc que là encore, ce flou inadmissible ici (vu la masse de la jeep LRV qui dépasse de loin celle de l'astronaute), c'est une tentative de voiler, la trace embarrassante de la jeep Willys par une manipulation photographique dérisoire.

       D'ailleurs, une cinquième anomalie saute aux yeux, quand on analyse de près le dessin des roues de cette photo AS16-107-17446 . En effet d'après le site vue plus haut :

http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/vehicules-et-technologies/lm/lrv.htm

, ,on peut lire : " Pour faire face aux restrictions de masse et permettre la mobilité nécessaire sur la Lune, on développa des roues hors du commun. Outre les jantes en titane et les enjoliveurs en aluminium, celles-ci ne sont pas équipées de pneus conventionnels. En effet, l'enveloppe extérieure de celui-ci est fabriquée en treillage métallique."

       Ce treillis métallique brillant s'est semble-t-il métamorphosé ici en vulgaire pneu conventionnel à enrobement élastique et très terne. Voyez donc le dessin des sculptures :



       Pourquoi la NASA a-t-elle substitué ici pour Apollo 16, les vraies roues par des fausses ? Ces deux roues conventionnelles ne pouvaient en aucune manière fonctionner sur la Lune, à moins être pleines uniquement de matière élastique.

      Mais ce 16/09/2104, disons aussi, qu'il existe encore une cinquième anomalie, qui saute aux yeux, quand on analyse de près, la trace des roues de la Jeep lunaire de cette photo célèbre AS16-107-17446 .

     En effet, certains chercheurs ont supposé que l'astronaute qui a conduit la jeep, où elle s'est arrêtée, était vraiment un piètre chauffeur pour l'avoir fait grimper sur un énorme rocher , (au risque de casser un essieu ou quelque chose d'autre plutot difficcile à remplacer sur la Lune), et qu'il a aussitôt après, en plus, braqué brusquement à presque 90°.

         Mais analysons, voulez-vous, de plus près, cette photo :



   Nous y avons placé deux flèches rouges extrêmement importantes. La flèche n°1 nous montre que les dessins de la roue de droite de la jeep arrivent tout à fait au bord d'un petit monticule de gravas, comme si ces dessins passaient en dessous de ce monticule (Rappelons que cette trace de jeep Willys est déjà impossible sur la Lune). Pour la flèche n°2, regardez en effet bien la trace gauche de la rainure de la roue en question, trace qui démarre d'une manière trés proche derrière le gros rocher, et trace, qui ne devrait pas exister, si la roue était montée vraiment sur ce rocher.

     Avec nos faibles moyens, soyons voulez-vous, encore plus pragmatique et scannérisons la roue arrière de droite de la jeep de notre poster



    Prenons alors, à peu près, le diamètre de cette roue, puis dessinons la sur du papier calque et plaçons le schéma, juste au dessus du caillou, et de telle sorte que le bord de la roue, arrive jusqu'à la trace visible sur le sol. Évidemment la perspective n'est pas très orthodoxe et nous vous prions d'excuser le manque de moyens dans ce domaine et soulignons, alors par un trait rouge, la portion approximative de la trace qui ne devrait pas exister, si la roue etait montée sur le rocher. :



    Bien que notre montage soit très approximatif, on voit parfaitement, la marge qu'il y aurait de trop, sur la rainure gauche de la trace de la roue, au cas où, celle-ci serait vraiment montée sur le rocher.

    Des spécialistes en infographie auront, nous l'espérons vite fait de rectifier l'imperfection de notre montage.

    Si ces spécialistes, qui travailleraient sur les documents originaux, confirment avec une bonne perspective notre montage, on ne pourra qu'en déduire de la roue droite de la jeep n'est pas montée sur le rocher, mais qu'assurément le rocher et la terre avoisinante, ont été placés accidententellement sur les traces déjà existantes de la roue, après le passage du véhicule.

    ll en résulterait alors des implications énormes, car on ne voit pas du tout,Pourquoi un astronaute sur la Lune, considérablement gêné aux entournures dans son scaphandre plutôt rigide, va s'amuser à projeter de la terre, et de gros cailloux, sur les traces du passage d'une jeep. C'est donc une photo, faite sur Terre, dans le centre de simulation du Nevada ou ailleurs , où la terre d'à côté, a été remuée maladroitement pour une raison ignorée, et elle est venue couvrir le dessin de la roue de la jeep, avant que l'on ait pris la photo en question, et cela sans que le photographe de la NASA s'aperçoive de ce détail scabreux.

     Aux spécialistes de répondre au sujet de cette étrange anomalie, et à ce nouveau gros point d'interrogation, que nous soulevons ici.

    Pour être fair play, précisons que les rationalistes détracteurs ont trouvé la parade à cela, en disant que : " En fait on doit imaginer une dénivellation importante, tout de suite derrière le rocher. Comme une sorte de décaissement (que l’on devine peut-être un peu sur la droite) d’au moins 50 cm en pente raide. Donc la roue de la jeep est tombée derrière le rocher sur cette pente abrupte (là pas possible de voir de trace, puis 1m50 plus loin elle réapparaît en fait en remontant la pente (que l’on devine aussi un peu au niveau de la trace arrondie) et elle réapparaît visuellement juste derrière le rocher alors qu’elle se trouve en fait à plus d’1 mètre. Ce qui donne alors l’illusion d’optique d’une impossibilité de voir la trace à cet endroit si on ne tient pas compte de la différence de niveau. De plus la perspective sur les photos Apollo est très trompeuse , tout le décor semble comme écrasé, et il est donc possible que cette dénivellation n’apparaisse pas sur la photo mais qu’elle soit bien là. Et dans ce cas la taille de la trace s’explique aussi, c’est simplement qu’il s’agit d’une trace du passage superposé des DEUX roues droites, celle de l’avant et celle de l’arrière… et avec le décalage la trace qui apparaît comme la trace du passage d’une seule roue à cause de l’illusion d’optique, parait plus grande que nature…et parait donc impossible alors que ce serait logique avec cette thèse."

     Toujours l'explication par l'illusion d'optique, comme vous le voyez. Nous répondons à cela que des infographistes confirmés, peuvent parfaitement déterminer, avec les moyens puissants qui sont à leur disposition, qu'il n'y a aucune dénivellation cachée possible, au bout de la flèche n° 1, tel que :



, et donc, les traces de la roue passent bien sous les gravas et cela, donnera pleinemernt raison à ARTivision. Point barre.

     Mais, avec nos faibles moyens, dès le 7/11/2010, nous avons tenté de présenter une modeste preuve, de cette curieuse affaire, qui se joue au bout de la flèche n°1.

    En effet, partons de l'image très agrandie placée sur le site :

http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg

    Puis extrayons en., la portion adéquate suivante :



    On voit alors que si la roue était montée sur les gravas, elle aurait laissé au moins une trace approximativement à l'endroit, où nous allons placer nos pointillés rouges.



    Or, pas un seul filet de poussiére, ni une seule petite trace ne subsiste aux endroits précités...Revoyez cela, vous même avec une grande attetion l'image précédente :



    On voit alors aussi que la trace de la roue s'arrête brusquement, et que des gravas la couvrent. Ces petits gravas, auraient dû être écrasés par la roue, si elle était montée dessus :



    Donc, nous en déduisons, que les gravas ont bien été projetés sur la trace de la roue et que finalement, celle-ci n'est pas montée sur ces gravas, ni sur le gros rocher en question. Point Barre.

    Il ne reste desormais aux irréductibles détracteurs , de pouvoir nous expliquer, pourquoi un astronaute sur la Lune, considérablement engoncé, dans son rigide scaphandre, va s'amuser à projeter, avec une pelle non visible ici, , une masse importante de terre et de gros cailloux, sur les traces ( déjà fausses) du passage d'une jeep, comme s'il cherchait un trésor.

      A vous de juger une fois de plus, tout cela...

     Mais, nous ne terminerons pas ce dossier, sans vous présenter, cette incroyable photo d'Apollo 12 : AS12-49-7281 :


et en analysant la visière de plus près, on voit alors :


     Que font là cette faramineuse lumière, à gauche et aussi, partant d'elle, cette ribambelle de points très lumineux , qui pourraient être des sortes de projecteurs dont, on aurait caché les supports.

     Dailleurs, si l'on examine l'image du casque, dont l'individu représente, on le suppose Conrad, prenant la photo en question,:


      ,on voit alors que ce denier, semble posséder un objet blanc dans sa main droite, au lieu de tenir la caméra pour bien la diriger vers Bean, et cadrer normalement la photo. On ne voit pas bien hélas, la camera et surtout ce que fait la main gauche. Des spécialistes en infographie, pourraient certainement, de nos jours, nous en dire plus sur ce reflet de la visière de Bean.

     Et, si ces infographistes démontraient que la main gauche de Bean, pend simplement le long de son corps, sans toucher à la camera, se serait la preuve presqu'absolue, qu'il s'agit de manipulations photographiques, et d'un montage bidon. Avis aux amateurs.

      N'empêche que des reflets lumieux insolites, apparaîssent sans aucune explication valable de la NASA , sur de très nombreuses images, des missions "Apollo".


      Voyez vous-même, ce qui suit :

      Voici, une photo célèbre de la NASA, que l'on peut voir page 94 de l'ouvrage "Des Astres, de la vie et des hommes" de Robert Jastrow aux Editions du Seuil , du début de 1971.


      On y voit l'astronaute Aldrin , lors de la mission Apollo 11, qui déploie  un dispositif destiné à mesurer le vent solaire.

     En haut à gauche, on aperçoit clairement deux sources lumineuses insolites , que l'on a cru être pendant des années, des ovnis. Ce qui est le plus surprenant, hélas, c 'est qu' aucune explication, ne nous est  apportée à l'époque par l'auteur du livre, (très grand spécialiste d'Astronomie), sur la présence de ces "deux disques" pourtant extrêmement brillants sur le fond noir du ciel, ce qui prouve son incapacité à en trouver une explication. Des années après, on en a déduit que c'est tout bêtement des reflets de projecteurs, instalés sur le site bien terrestre du Centre de simulation des USA. Notez aussi la brillance de la partie arrière du cou de l'astronaute qui devrait être dans le noir total , et qui semble être directement sous l'effet d'un projecteur, disposé verticalement juste au-dessus

     Mais voici, un petit plus, du même genre :


     3 soleils d'un coup, pour l'astronaute Conrad, les bras chargés d'appareils formant un laboratoire Lunaire , cela fait beaucoup n'est-ce pas !!! d'autant que l'on voit ici parfaitement la réfraction et la diffusion des rayons lumineux, dans une atmosphère qui ne devrait pas dit-on exister sur la Lune...

     Cette etrange photo ( l'une des plus surprenante des missions lunaires) , est pourtant apparut le n°367 de Déc. 2000 de "Ciel & espace", et, là aussi, nous n' avons pas eu droit, à la moinde explication de la part des rédacteurs de la revue.

     De plus ces deux sources lumineuses bizarres ont été gommées comme par enchantement, sur la même photo en couleur, page 66, du Paris-Match n° 1076 de Déc. 69.      Voici le haut du document :

     

     Voyons alors, les pages 66 et 67, de ce document. Nous avons rétréci, la partie centrale des deux pages en question, car elles dépassent de loin les capacités de notre petit scanner:


     On voit, alors que les deux sources lumineuses bizarres vues plus haut, en plus du Soleil, ont été gommées page 66, comme par enchantement, sur la même photo en couleur de ce Paris-Match n° 1076. Alors, bravo , tout de même, à la revue "Ciel & Espace", d'avoir eu l'audace de monter ces sources lumineuses très insolites, et pourtant bien gênantes, puisque le "choc des photos", n'a pas été en 1969, assez puissant, pour que Paris Match , veuille bien nous les montrer.


     A vous de juger, comment on manipule l'information à certains niveaux.

     En fin de compte, l'explication la plus simple, est d'admettre que ces disques lumineux, ne sont que des reflets sur des surfaces brillantes (comme par exemple, les lentilles de la caméra), et donc Conrad et Bean , n'étaient pas du tout sur la Lune, et que cette photo a été prise dans un centre de simulation du Névada ou ailleurs, aux USA ...Point à la ligne...

     Et pour terminer, voici, pour la route, un petit plus du côté d'Apollo16, à l'image AS16-108-17729 :


     Et du côté d'Apollo 17, on a aussi :

  

     Et voici aussi pour Apollo 17, des images avec multiples "soleils" , que les revues spécialisées se sont bien gardées, de montrer et de commenter :

  

  

  

    Le nom des images, donne le numéro de la référence en question.

     Pas mal n'est-ce pas, cette kyrielle de points lumineux ,(et il y en a bien d'autres), et points lumineux, jamais bien sûr expliqués par la NASA...!! A vous de juger ...

     Mais en scrutant attentivement les images, on voit aussi, ceci de bien insolite :

  


    A vous de juger une fois de plus, tout cela...

     Mais regardez bien la colline, en arrière plan de l'image : AS17-145-22160 , telle que :


     Mais, il y a mieux pour l'mage AS17-136-20760 d'Apollo 17, qui nous réserve, bien d'autres surprises :


et en plus :


     Mais propos d'Apollo 17, nous aimerions savoir si les astronautes utilisaient, une perche de plusieurs mètres de long, pour déposer le petit appareil nommé gnomon, soi-disant destiné à donner l'échelle de la photo et servir pour l' étalonnage des couleurs. On voit en effet, ici, qu'il n'y a aucune trace de pas à ses pieds. Comment a-t-on fait pour le mettre en place ?


     Mais, ce 18/09/2014, comme il faut battre le fer pendant qui est chaud, disons aussi, qu'à époque ou Google, n'existait pas, nous avions déjà remarqué, certaines anomalies sur les prétendues photos lunaires du Paris Match n° 1236, sorti le est sorti le 15 Janvier 1973, où figure un article, d'un certain François Caviglioli :

    Mais, pour les puristes , qui aiment voir les documents d'origine, voici la couverture de la revue en question :


     Puis voici aussi, en page 35, le haut d'article :


Cette revue nous présente sur deux pages entières, ( 44 et 45 ) (que nous ne pouvons capter entièrement avec notre petit scanner), cette image d'Apollo 17, que nous tirons du site apolloarchive.com sous le n° : AS17-I40-21496 :


    La légende accompagnant la même photo géante du Paris Match n° 1236 du 13 Janvier 1973, est alors : " Un rocher comme sur la Terre : ce monstrueux bloc de rocher est une autre découverte impressionnante.  Son aspect  déchiqueté et érodé contraste étrangement avec les formes lunaires habituelles, douces et arrondies, telles qu'on peut les voir se profiler à l'arrière plan. Au retour de ce dernier voyage, Apollo 17 a ainsi emporté une moisson fabuleuse d'échantillons que le géologue Harrison H. Schmitt a choisis avec discernement. 270 Kilogrammes de roches ont été  jusqu'à ce jour prélevés sur la lune puis déposés 350 000 kilomètres plus loin sur la Terre. ".

    Comme tout cela est bien envoyé, n'est-ce pas !!

    On s'aperçoit déjà, que ce rocher présente de nombreuses anfractuosités, contenant plusieurs angles droits, et même des trous carrés, que vous n'aurez aucun mal à déceler et qui donnent l'impression que ce rocher aurait été carrément sculpté. (Mais ce n'est qu'une impression que des spécialistes en mathématiques et topologie, n'auront aucun mal à préciser).

    Mais extrayons en, ces deux paties :

    
  

    Reprenons d'abord la photo de gauche, en y plaçant deux petites flèches :

  

    Au bout de flèche rouge n° 1, on découvre une sorte d'inscription voilée représentant un R, et un Y ou un 4. Plus bas, au bout de la flèche 2, on distingue comme une parcelle de la roche qui aurait été comme grattée et dont la couleur est plus foncée. Sur la photo d'à côté, nous avons volontairement accentué le contraste pour que cela soit plus net. On y voit alors parfaitement la forme géométrique de ce grattage, pour  y faire disparaître d'autres inscriptions, mais que l'on a cependant oublié sur les bords du grattage un V, qui apparaît bien nettement, et au-dessous duquel, pointent deux portions de droites bien parallèles.

    Évidemment, tout cela pourrait être le fruit du hasard. ou comme le disent si souvent les détracteurs zélés : " C'est simplement une illusion d'optique" , d'autant que sur les photos utérieures, on ne voit plus rien. Mais, dans le cas où des spécialistes en graphologie, démontreraient, qu'il s'agit vraiment d'une écriture , que l'on a essayé de camoufler, il n'est pas besoin d'insister sur les implications extraordinaires, que l'on pourrait en tirer. Aux spécialistes donc de répondre...

    Venons en alors, à la photo suivante, où nous avons placé une seule flèche :

  

    Au bout de la flèche rouge, on aperçoit une sorte forme circulaire très étrange, et qui pourrait être un outil oublié dans ce coin, ou mieux une sorte de crochet (il y en a, peut-être, d'autres cachés par derrière), pouvant servir à soulever la structure lègère en carton-pâte ou en plastique.


    D'ailleurs le sommet de ce rocher, paraît plutot applati, pour un bloc lunaire, car sur la Lune, on le sait, il n'y a pas en principe d'érosion, susceptible de le raboter de la sorte.

    Mais dans ce super n°1236 de Paris Match consacré à Apollo 17, nous avons aussi repéré l'image du véhicule lunaire (LRV)Lunar Roving Vehicle , placé presque qu'au centre des deux grandes pages 40 et 41, trop étendues pour notre scanner :

    Mais sur le site :
http://www.cidehom.com/apod.php?_date=031109

, nous avons retrouvé en format plus réduit, l'image globale en question :


    Voyons de plus près ce LRV (Lunar Roving Vehicle) du Paris Match :


, qui correspond à la légende de la revue :: " ...Harrisson H. Schmitt parait isolé et perdu avec sa jeep dans ce paysage lunaire fantastique et désolé. C'est ici que vient d'être découverte pour la première fois une roche de couleur orange. Cette couleur est nettement visible de chaque côté du véhicule. trace d'une éruption volcanique ou de la présence d'eau voici des milliards d'années sur la Lune, cette roche sera analysée par les chercheurs. Son origine pose une nouvelle énigme.".

     Pas mal ce laïus très coloré , n'est-ce pas !

     Ce que nous constatons d'emblée, c'est que l'on ne voit aucune trace de pas, ni surtout des roues du véhicule, ni devant, ni derrière. Comment a-t-il pu arriver au centre du paysage sans laisser de traces sur le sol. Bien sûr, on nous dira que c'est la dureté du sol qui en est responsable. Point Barre.

     Maintenant, il faut aussi remarquer les caractéristiques du symbole + pouvant servir, on le suppose, au cadrage des éléments du paysage, comme le quadrillage établi par les archéologues sur le site d'un terrain ou sous la mer. Ce + , devrait, on le sait, toujours se situer en avant, des objets de l'image. Mais la photo du Paris Match, (voir aussi celle numérotée ( AS16-107-17446 du site déjà vu : http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html), possède à ce sujet, une anomalie notoire :


    Comme vous le voyez, la branche horizontale gauche et droite du + , passe bien derrière le bout des objets du LVR, et même aussi presque toute la branche verticale du bas de ce + , disparaît derrière le LVR. Ceci est la preuve absolue que cette photo a été réalisée par la juxtataposition de plusieurs photos, et l'opérateur de la NASA, ne s'est pas rendu compte de l'erreur lors du montage.

      A vous de juger tout cela, documents à l'appui.

VI Quand la NASA fournit de prétendues photos, de certains sites d'alunissage( le 19/09/2014).


      Certainement embarrassée par les très nombreux sites du Web, qui parlent de canular au sujet de ses missions lunaires, la NASA, a réagi, dès le lancement en Juin 2009 , de sa sonde LRO ( Lunar RecionnaissanceOrbiter), dont la masse totale fut de 1 916 kg, et qui embarquait sept instruments scientifiques de haut niveau, et sonde qui fut placée sur une orbite particulièrement basse de 50 km autour de la Lune, qui lui permettait d'effectuer des observations extrêmement détaillées de la surface, avec une résolution de 50 cm dit-on.

      Sur le site :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lunar_Reconnaissance_Orbiter

, on peut lire cette admirable affirmation :

" ...Les instruments optiques de LRO ont fourni des images détaillées des sites des missions lunaires du programme Apollo et les déplacements des astronautes à la surface de la Lune ont pu être repérées sur les photos prises.... " En effet, visible sur le site :
http://www.nasa.gov/mission_pages/LRO/main/index.html

, la phrase précédente, si l'on sait lire entre les lignes, pourrait correspondre à ce genre d'image de LRO:


      Et, comme on le voit, aucun instrument d'Apollo 15, n'est visible ici, et encore moins, les traces laissées au sol, qui sont simplement imaginées.

      Mais pour Apollo 16, c'est un peu mieux :


      Comme on le voit, il n'y a pas de quoi sauter au plafond, comme preuve de la présence des instruments.

      Même topo, pour Apollo11, tel que :


      Et en résumé, on trouve aussi :


      Comme, on lave bien blanc les LEM à la NASA, et que l'on voit qu'ici, ces LEM, brillent formidablement, sur fond noir.

      Mais, avec une résolution de 50 cm, ( le LEM fait environ 9,40 m avec ses pieds déployés) , on aurait pu faire bien mieux, n'est-ce pas :::.

      ,Mais, il y a encore plus fort dans cette affaire, où la NASA exprime, ses vélléités, à devoir se justifier.

      Cela nous vient du numéro n° 391 de la revue suivante :


      En effet, cette revue a présenté en Décembre 2002, un dossier central de 8 pages, consacré à "l'exploit", d'Apollo 17, dont voici pour les puristes, les deux premières pages qui sont, à notre avis, vraiment significatives, de l'état d'esprit, à l'époque, des rédacteurs :

  

     Vous avez bien noté le fait, qu'en Déc. 2002, pour les rédacteurs de la revue, cette mission d'Apollo 17, fut la : " Mission extraordinaire", et sur la photo, où est mentionné cela, on aperçoit déjà une flèche rouge dessinée par nos soins.

    Disons rapidement à titre de digression, à quoi correspond cette flèche rouge :

    Dans cette étendue apparemment désertique, apparaît cependant vers le centre une structure très étrange, et dont la coloration est remarquable. Est-ce un malheureux défaut de la photo ou bien une véritable structure implantée sur le sol lunaire ? Ou encore le LEM qui est entrain de se poser bien que cette structure n'en ait pas du tout la forme ?


    Ah ...si nous avions l'échelle de cette photo, nous pourrions en déduire les mesures de cette structure vraiment insolite :

    Merci déjà mille fois à l'internaute béni qui pourrait nous fournir cette échelle .


     Recherchons alors l'image d'origine plus nette et sans la rayure, et présentons alors celle n° AS17-147-22465 du site quasi officiel déjà présenté :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html
::

et, on y voit alors que :


     A vous de juger, s'il est nécessaire d'en savoir plus...

     Maintenant, voyons finalement cette image, très surprenante du Ciel&Espace n°391 de Déc. 2002 en question :


     En analysant l'image intitulée "La mission de Ron EVANS", on ne distingue pas grand chose du prétendu LEM, bien placé sur le sol lunaire, et même en agrandissant 3 fois, le coin :


rien, de très significatif n'apparaît. C'est du n'importe quoi, et on se demande comment une revue qui a pignon sur rue, a osé imprimer une telle image , en Déc 2002, sans en vérifier la configuration.

     De toute façon, cette image n'a rien à voir avec celle qui suit, et qui fut montrée par la suite , par la NASA, en guise de site d'alunissage pour Apollo 17 :


     Cette affaire, nous avait été envoyée le 6 sept 2011, par l'ami Christian, et était alors placée sur le site qui a disparu bizarrement :

http://www.suivi-soleil.com/article-enfin-des-images-credibles-des-sites-d-alunissages-83547505.html

     Heureusement que l'on peut la retrouver, sur le site béni :

http://web.archive.org/web/20120325222723/http://www.suivi-soleil.com/article-enfin-des-images-credibles-des-sites-d-alunissages-83547505.html

    Pour les puristes, on trouve aussi cela en anglais, directement sur le site de la NASA à :

http://www.nasa.gov/mission_pages/LRO/news/lro-briefing-20110906.html

     Mais, voyons de plus près, de quoi il s'agit :


     Nous avons ici, heureusement, l'échelle, et on découvre que sur notre figure 100 m correspondent à 45 mm, et on voit aussi que la largeurdu cratère noir, ou de la crique noire, où est posé le LEM tout blanc, fait approximativement 5 mm. La largeur réelle de la crique est donc donnée en mêtres, par l'expression ( 100 X 5)/45 = 11,1111.. Pour plus de simplicité, et en raison de l'imprécision de nos mesures, arrondissons à 11 m. Et donc, on admettra aussi que la crique, a presque la forme d'un disque de 11 m de diamètre.


     Alors, le Webmaster, du site en question : "www.suivi-soleil.com", aurait pu se poser, au moins la question de savoir, quelle fut la prouesse technique, à accomplir, pour poser avec une marge infime, (à l'époque en Déc 1972, il y a donc 42 ans, en 2014) , le LEM Challenger, juste au centre de la crique en question parfaitement noire, et cela pour mettre en relief les caractéristiques bien blanches du LEM, (alors que l'on n'a jamais vu les constituants d'aucun LEM d'une telle blancheur). En effet, on s'interroge sur le fait, que si le prétendu LEM, d'Apollo 17, a "aluni" en Décembre 1972, alors à l'époque pouvait-il descendre dans une crique, d'à peine 11 m de large. D'ailleurs, on apprend que le LEM avait un écartement des pieds , que l'on appelle l'empattement de 9,45m . Voir en effet le site :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Module_lunaire_Apollo

, on découvre ceci :


     Donc ce train d'atterrissage, dont l'écartement est donc de 9, 45 m, comporte quatre jambes largement séparées, pour procurer la meilleure stabilité à la pose au sol. De plus, chaque jambe se termine par une semelle incurvée d'un diamètre de 94 cm, qui doit limiter l'enfoncement du LEM, même dans un sol très meuble.

      Un calcul élémentaire donne alors : 11 - 9,45 = 1,55 m  de battement à diviser encore par deux, donc 0,77 m de chaque côté, pour éviter de chevaucher le bord de la crique, sans doute un peu surélevé, comme on le voit sur l'image.

     Pourquoi prendre à l'époque, un tel risque inutile à 0,77 m près ?

     De plus, comment savoir, avant la descente sur le sol lunaire, si le fond très noir de cette crique , était parfaitement plat, et non en forme d'entonnoir, ou bosselé , pour prendre le risque de s'y poser, alors que le champ immense d'à côté, offrait beaucoup plus de garantie pour la pose au sol. Quand aux rayures avoisinantes, n'importe quel infographiste qualifié, peut en réaliser de bien meilleures.

     Pour ARTivision, cette affaire de crique super providentielle, prouve que tout cela est encore bidon.

      Il y a aussi l'éventualité que cette crique noire ait été purement et simplement ajoutée, autour du prétendu LEM tout blanc, pour mieux le mettre en relief... et là encore, c'est une manipulation dérisoire, montrant que tout est faux dans cette affaire.

     A vous, une fois de plus, de juger tout cela, compte tenu de nos petits moyens du bord...

VII Quand ARTvision double la mise ( le 21/09/2014).


      Ce paragraphe est la suite directe de notre article du 2/08/2012, placé à :


, on découvre ceci :

Par dérision on pourrait appliquer à cet exposé le dicton connu : "Qui peut le plus, peut aussi le moins"

     et, par dérision, on pourrait aussi dire cette maxime insolite et inabituelle :

"Qui a volé un jour un bœuf, a pu aussi avoir volé, un autre jour, plus facilement un œuf. "

, ce qui signifie en clair, que, si l'on a découvert que les missions lunaires d'Apollo 11 à 17, sont absolument truquées, alors il n'y a aucune raison que ne pas croire, que les autres missions d'Apollo 8 , 10, et même 13, ne le soient pas aussi.

      Avec nos très faibles moyens, analysons seulement ici, si vous le voulez bien, cette affaire d'Apollo 8 :

     Pour bien nous placer dans l'ambiance et dans l'action des protagonistes, de l'époque, il convient de placer ici le texte qui suit, du petit ouvrage de poche intitulé "la Saga de L'espace" publié chez Gallimard en Octobre 1986:



      "Au début de l'automne 1968, les États-Unis et l'Union Soviétique sont prêts à reprendre leurs vols habités. à la mi-octobre, le vaisseau Apollo 7 accomplit un vol parfait de onze jours autour de la Terre . Les soviétiques suivent quelques jours plus tard : Le 26 octobre Georgi Beregovoi s'élance a bord de Soyouz-3 pour rejoindre sur orbite un Soyouz 2 inhabité, satellisé auparavant. Sa mission ne sera qu'un demi-succès car les deux vaisseaux ne pourront s'amarrer, mais elle rassurera pleinement le pays sur la sécuritc du Sovouz .

Des objets terrestres reviennent de la banlieue lunaire.


      Les succès d 'Apollo 7 et de Soyouz-3 sont importants. Mais lorsque les équipages de ces vaisscaux reviennent de 1'espace fin octobre, la grande affaire n'est plus la realisation de vols spatiaux autour de la Terre. Le problème est de savoir qui de 1'URSS ou des Etats-Unis enverra le premier des hommes autour de la Lune, Les Soviétiques viennent en effet d'accomplir un pas décisif dans cette voie : le 14 septembre 1968, ils ont lancé un prototype de leur Soyouz lunaire, Zond-5, qui a effectué un suryol a 2000 km de la Lune, avant de revenir se poser avec succès dans 1'océan Indien. pour la première fois un objet terrestre est revenu de la banlieu lunaire . Un autre succès suit avec Zond-6, le 17 Novembre. Le doute n'est plus permis : les Soviétiques sont prêts à envoyer un cosmonaute (sans doute Pavel Beliaiev) autour de la Lune. Et une opportunité s'offre à eux de procéder à cette expérience le 7 décembre 1968...

     Mais les Américains n'ont pas attendu le retour de Zond-6 pour prendre une décision d'une audace inouie : le 11 novembre 1968, un nouvel administrateur de la NASA, Thomas Paine, annonce que la mission Apollo-8, prevue pour Décembre, ne sera pas un vol expérimental autour de la Terre, mais une mission habitee autour de la Lune ! Le pari est fantastique.

     C'est vraiment que se situe le tournant dans la course a la Lune. Si 1'Amérique ne.fait pas d'Apollo-8 une mission circumlunaire, elle est sure que 1'Union Soviétique la devancera au cours des mois suivants, et recoltera 1'essentiel des lauriers de la conquête lunaire. A quoi cela servirait-il, des lors, d'envoyer plus tard des hommes sur la Lune ? Mais si la mission Apollo-8 échoue, c'est tout le programme Apollo qui est compromis.

     En fait, 1'Amérique joue là , son avenir spatial à quitte ou double. Et elle va gagner...

Trois hommes fêtent Noël à une centaine de kilomètres de la Lune


     Pour une raison que 1'on ignore, les Soviétiques laissent passer leur dernière occasion de battre les Américains ;      Le 7 Décembre, aucun Soyouz lunaire ne s'élance de Baïkonour. La route est desormais libre pour les Etats-Unis. Le 21 Décembre à 16 h 51
(heure de Paris), les trois astronautes d'Apo11o-8, Frank Borman, James Lovell et William Anders, quittent la Terre au sommet d'une monstrueuse Saturn-5. Deux jours et demi plus tard, leur vaisseau approche de la Lune et passe derriere elle.

     Apollo-8 ne se contente pas de survoler la Lune. Il est placé en orbite autour de 1'astre, et c'est à 112 km au-dessus de la surface lunaire que les trois homrnes passent la nuit de Noël 1968... Ils repartent vers la Terre le lendemain matin et se posent sans probléme dans le Pacifique le 27 Décernbre.

     Lorsqu'ils sont partis, Borman, Lovell et Anders , jouaient leur vie et celle du programme Apollo. Lorsqu'ils reviennent de la région lunaire, ils ont virtuellement fait gagner à 1'Amérique le pari de John Kennedy. Le triomphe d'Apollo-8 marque la defaite de 1'Union sovietique dans la course à la Lune. Après une réalisation aussi brillante, il ne servirait a rien d'envoyer un seul cosmonaute dans un petit Soyouz effectuer un bref survol de la Lune. Le programme Zond habité est donc abandonné. Les preparatifs d'une mission plus ambitieuse rnais plus lointaine, l'alunissage de cosmonautes, sont en revanche poursuivis, au cas où la NASA ne parviendrait pas à atteindre cet objectif. "

     Fin de citation.


     Évidemment, celui qui veut en savoir plus gagnerait, à lire avec attention, le reste de cet excellent petit ouvrage. Nous avons déjà ici mis en relief ici, certaines phrases qui sont selon nous, à double sens, et nous allons maintenant expliquer pourquoi !

      Vous avez bien noté nous l'espérons l'expression ci-dessus que nous avons mise en exergue telle que :

"Lorsqu'ils sont partis, Borman, Lovell et Anders , jouaient leur vie et celle du programme Apollo"

       Pour mieux expliquer cela, jetons d'abord un coup d'Oeil sur cette photo du Paris Match n° 1025 du 25 Déc. 1968, qui présentait en première page, les 3 astronautes de la mission :


    Mais en pages 32 et 33, ce Paris-Match 1025, nous présentait un superbe schéma(53cm -34cm), que nous avons eu bien du mal à reconstituer à cause de notre petit scanner:


    Et pas besoin de sortir de Polytechnique pour deviner, la grande complexité de l'entreprise, qui conduirait les protagonistes jusqu'à environ 400 000 km de la Terre, et entreprise menée à l'aide d'ordinateurs, qui à l'époque, avaient à peine la puissance d'une calculette actuelle de lycéen...

    Mais pour les puristes, présentons en plus clair, les étapes de l'expédition :


    Mais faisons déjà ici, une digression importante, concernant l'étape n° 7 :

    Sur le site :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Apollo_8

     Nous lisons : "Le dernier évènement important avant leur entrée en orbite lunaire consistait à ralentir, pour obtenir une vitesse de 0,6 m/s. À la 61e heure très exactement, alors qu'ils étaient à 39 000 km de la Lune, l'équipage alluma le RCS pendant 11 secondes.

     À la 64e heure de vol, ils préparèrent l'insertion en orbite lunaire (Lunar Orbit Insertion-1, LOI-1). Cette manœuvre ne permettait aucune erreur et devait être effectuée de la face cachée de la Lune, sans contact possible avec la Terre. L'ordre positif fut donné à la 68e heure. Après 68 heures et 58 minutes de vol au total, le vaisseau passa derrière la Lune et perdit tout contact radio avec la Terre.

     Dix minutes avant l'opération LOI-1, l'équipage vérifia les systèmes du vaisseau. Ils aperçurent enfin la Lune, du côté caché. Seulement deux minutes les séparaient du lancement et ils n'avaient que peu de temps pour apprécier la vue.

     L'allumage des propulseurs se fit 69 heures 8 minutes et 16 secondes après le lancement, le moteur brûla pendant 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8 en orbite elliptique lunaire. L'équipage décrivit cet instant comme les "quatre plus longues minutes de leur vie". Si la propulsion n'avait pas duré exactement le temps prévu, le vaisseau aurait eu une trajectoire très excentrique voire aurait été éjecté dans l'espace. Si elle avait trop duré, ils se seraient écrasés à la surface de la Lune.


     Fin de la digression.

     Vous avez bien noté, et nous espérons qu'un spécialiste de l'Espace, nous le confirmera : que l'insertion en orbite lunaire, donc le freinage correspondant pour y arriver, devait se passer lors du premier survol de la face cachée de la Lune, à un moment où aucune communication avec la Terre n'était possible. "

     De plus, on voit que c'est une affaire de seconde en plus ou en moins autour des cruciales 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8 en orbite elliptique lunaire, car c'était ou, l'échappée vertigineuse dans l'espace cosmique, ou pire l'écrasement sur la Lune. Quel dilemme n'est-ce pas !, pour avoir à jongler avec un simple petit bouton.

     A vous de juger...

     Mais de plus, nous allons voir tout de suite, qu'il manque au super schéma en question, certaines étapes importantes, que l'on a , sans doute volontairement oubliées, pour le simplifier.

     En effet, et c'est ici, une exclusivité d'ARTivision, si nous rapprochons les étapes 6 et 7 du superbe schéma :


     On découvre alors que la capsule conique de commande, qui contient les 3 voyageurs a un sens inversé de l'étape 6 à l'étape 7. En effet Apollo 8, à la 61e heure très exactement, devait se trouver à 39 000 km de la Lune, et l'équipage alluma le moteur central du module de service pendant quelques secondes bien précieuses, pour passer de la vitesse de 1 216 m/s à celle dit-on de 0,6 m/s. Un sacré freinage n'est-ce pas !!. Mais ce que ne montre pas le schéma, c'est qu'il faut quelque temps avant, inverser le vaisseau dans son sens de circulation, pour que la tuyère principale du Module de Service, soit en avant de la marche. Cette cette inversion est donc d'une grande délicatesse nécessitant une prise de risque énorme. Or ceci n'est, on va le voir, mentionné nulle part, dans le récit du célèbre Raymond Cartier, très grand reporter à Paris Match, qui a certainement pris, les informations qui précèdent, directement à la NASA. Tout ceci est très curieux, et on se demande, si ce n'est pas la NASA elle-même qui n'a pas jugé bon, de le mettre au courant de cette affaire de retournement du vaisseau Apollo 8, qui en effet , hypothéquait la réussite de l'opération

     Cette affaire de retournement d'Apollo, est mentionnée, certes pour, Apollo 11, par exemple sur le site :

http://larecherche.typepad.fr/la_lune_sprint_final/2009/07/mercredi-16-juillet-1969--3h15-du-matin-l%C3%A9quipage-dapollo-11-constitu%C3%A9-de-neil-a-armstrong-commandant-michael-collins.html

, tel que :

     H + 3h17mn05 s : le troisième étage est largué

     H + 3h24mn03 s : après une manœuvre de retournement, le véhicule Apollo vient s'amarrer au module lunaire. Les trois modules assemblés sont en route vers la Lune.


     Et il y a même mieux en forme de schéma dans un document PDF placé à :

http://www.google.fr/url?url=http://francophone.dansteph.com/%3Fdownload%3D79&rct=j&frm=1&q=&esrc=s&sa=U&ei=-p0dVNXGD8fkar68glA&ved=0CC4QFjADOAo&usg=AFQjCNFrMyO_uS-xNqWxd7r6-zQ09K-jCw

, tel que :


     Tout cela pour bien montrer la complexité de cette affaire d'Apollo 8, comme bien sûr pour les autres missions Apollo.

     Remarquons que cette affaire de retournement pourrait être commandée de la Terre ( à près de de 361 000 km de là avec, on le sait des ordinateurs très balbutiants), mais cette opération pourrait aussi être entreprise directement avec beaucoup de risques par l'équipage d'Apollo 8.

     Mais il y a encore, une autre étape délicate, qui n'apparaît pas sur le super schéma, en question. Voyez vous-vous même ce coin :


On voit très clairement que les vaisseaux en question sont inversés, ce qui signifie qu'à un moment donné, il y a eu un autre retournement, non également mentionné sur ce beau dessin. Ce retournement pourrait avoir lieu en effet, immédiatement après le premier survol de la face cachée de la Lune, mais il aurait pu avoir lieu, à un autre moment des 10 révolutions effectuées autour de la Lune, d'après le site :

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr/article-noel-1968-l-extraordinaire-pari-d-apollo-8-66065643.html

     Mais , ce retournement pourrait devoir être amorcé à partir du survol de la face cachée, et ce sont alors les membres de l' équipage, qui en seraient responsables, avec tous les inconvénients en puissance, car ils ne pourraient communiquer avec la Terre, s'il y avait un pépin.

     Voyons maintenant, d'après Paris Match, quelques prouesses techniques utiles ( les phases vraiment dangereuses sont en violet), pour réussir cet exploit:


     On voit alors bien, que dans ce texte réduit et ramassé, on parle bien de moteurs de Vie et de Mort et jamais du processus de retournement du Module de Service.

     Mais lisons alors ce qui est écrit, au bas de cette photo de Williams Anders ( bien sûr il y aussi celles des autres astronautes et aussi des textes concernant leur curriculum vitae ) :


     C'est donc un quidam plutôt rigoureux et cultivé. Alors, pourquoi a t-il déclaré (d'après Paris Match bien sûr), cette phrase tout à fait insolite et inadaptée ;

     " Nous avons moins à craindre que Lindbergh lorsqu'il vainquit l'Atlantique . "

     Et malgré l'explication fantaisiste et opportuniste, de Paris Match, qui nie les justes réserves du grand astronome anglais Sir Bernard Lowell :


, le site ARTivision, pense que ce propos très insolite d'Anders est une sorte de bouteille à la mer, bien calibrée, pour les générations futures, et cela signifie en clair :

" Soyez logique voyons, tout cela n'est, qu'un grand bluff... "


     A bon entendeur salut !

VIII Quand ARTvision, casse carrément le moule ( le 24/09/2014).


     Mais si, comme nous venons de le suggérer, le voyage lunaire des occupants de la cabine Apollo 8, n'a jamais eu lieu, d'ou viennent alors ces magnifiques photos ( ces occupants, n'avaient pas eux, au moins à rapporter des cailloux lunaires) :

     

     

     Et surtout, il y a cette image incroyable du Paris Match 1028 du 18 Janvier 1969, présentée en exclusivité parARTivision, dès le 28/08/1998.


     On y voit, chose inimaginable, une anomalie qui se présente l'aspect d'un demi porte-avions de prés de 26 à 30 kilomètres de long et dont la partie centrale serait constituée de sphères de près de 4 km de diamètre apparemment surmontées d'une sorte de" flèche gigantesque". Voyez donc les deux agrandissements, un peu colorés ci-dessous :


      Mais avons alors reçu le 27/05/2010, du Service de Création d'une entreprise spécialisée dans la 3D, la structuration de cette anomalie, imaginée telle que :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de cette entreprise, d'avoir accepté de nous structurer en 3D, cette surprenante image du Paris-Match 1028.

     Pour en savoir plus, prière de se reporter à notre article tout à fait hors normes :

http://www.artivision.fr/docs/match.html

et pour le Web Mondial, les spécialistes peuvent se transmettre l'url de la page :

http://www.artivision.fr/docs/pamang.html

     Hélas, ces spécialistes gardent vertueusement, le silence de la tombe, devant une telle chose, pourtant publiée à l'époque dans le Paris Match en question, en près d'un million d'exemplaires.

      Mais pour ceux qui ont loupé le coche qui est pourtant passé avec éclat, sous leur nez, autrement dit, pour ces journalistes, éditorialistes et consorts chroniqueurs blasés et avides d'insignifiantes informations, qui nous apprennent absolument rien sur le destin cosmique de l'humain,(Voir plus bas, l'ouvrage "La Lune Clé de la Bible" de Jean Sendy), voici deux informations clefs, qui devraient leur ouvrir l'entendement, et les remettre dans l'axe des révélations planétaires, qui approchent à grands pas :

     En effet, rappelons au novice incrédule, que nous avons reçu, deux preuves incontournables que la NASA, était parfaitement au courant de cette affaire du Paris Match 1028.

     

Voici la première de ces preuves :



     Le 18 Sep. 2000, nous avons reçu d'un aimable internaute dont nous ne pouvons donner ici le nom, sans son autorisation, mais nous pourrions dire cependant, qu'il a été enquêteur dans la revue très sérieuse d'ufologie LDLN, la missive incroyable suivante :

     Bonjour,

        Juste pour vous signaler qu'en 1991, j'ai eu en main les originaux des photos concernées, remises à un ami à moi, par une personne de la NASA. Ces photos étaient plus nombreuses ( environ une dizaine ) et partaient de la face globale de la Lune pour arriver à un zoom de ce qu'on pourrait qualifier de réservoirs ou de citernes sur les côtés de l'objet.

    Depuis je cherche désespérément à retrouver des photos de la zone en question, mais visiblement tout a disparu... on se demande pourquoi ...?? 
  En tout cas, bravo pour votre investigation et votre site très intéressant. 
         à bientôt.....


  Et voici notre réponse, à ce monsieur, envoyée le lundi 18 Sept 2000

Bien cher Monsieur 

  Je tombe à la renverse, à la suite de votre message. Nous avons fait des pieds et des mains pour retrouver l'original de la page 33 du PM 1028 et vous me dites que vous que vous l'avez eu en main avec d' autres en plus ? C'est tout simplement incroyable.
    Si vous voulez que j'en parle dans mon article, ce serait formidable et vous seriez alors un émule du scientifique J.F.Gille, qui n'a pas hésité de mettre avec éclat, le pied dans le plat (voir mon article... le concernant). En attendant d'avoir, de votre part, plus de détails sur votre incroyable incident, je demeure confiant en votre prochaine missive où vous m'en direz sûrement un peu plus sur tout cela, au sujet duquel, je n'en reviens toujours pas

     Fidèlement Vôtre:
     Fred

Fin de la missive du 18 Sept. 2000.

    

Et voici la deuxième preuve :


    Cette preuve est plus récente et c'est un de nos amis à la retraite, neveu d'un camarade de Faculté, (déjà décédé hélas) qui fait la navette entre la Guadeloupe et les USA, et qui a rencontré là bas, par une chance inouie, (car sa maison est attenante à la sienne), un ancien employé à la retraite de la NASA, dans la maison même où ce dernier vivait. Dans la conversation qui s'en est suivie, ce neveu en question, a parlé, à tout hasard, de l'affaire du Paris-Match 1028, et ce retraité de la NASA, est parti à un moment donné, pour aller fouiller dans ses dossiers, et chose incroyable, il a remis au neveu, un exemplaire du Paris Match en question, (sans doute parcequ'il en avait d'autres à sa disposition), en lui racontant une histoire presqu'analogue à celle qui précède.

     Donc, il faudrait que quelqu'un, puisse arriver à retrouver le négatif du cliché, utilisé à l'époque par Paris Match, qui l'aurait emprunté parait-il à l'Agence World Book Science Service, qui hélas n'existe plus. ( et voici pour les puristes, la preuve de cela, qui est dans le Paris Match 1025, du 28 Déc. 1968, (déjà cité plus haut), où vous trouverez ceci :

 


     Ce que sont devenues les archives de cette Agence est donc en effet d'une importance capitale. Avis aux amateurs )
.


     Voilà alors ce qui serait un vrai buzz, plutôt que ces insignifiances, dont nous parle, ces temps-ci, une certaine Dame, ayant mis en cause les actions d'un Président, (et Dame qui, selon nous, a aussi loupé le coche, car elle est parfaitement au courant de cette affaire du Paris Match 1028), ou encore ces affaires d'espionages informatiques,, tout aussi dérisoires, qui ont fait la une des journaux, il y a quelques temps, et dont nous parle cet entrefilet du journal France-Antilles du 1er Juillet 2013 :



, où nous avons souligné en violet, le fait que les conjurés, ont osé dire que des gens risquaient de mourir, à la suite des révélations d' Edouard Snowden . C'est un comble, et c'est incompréhensible. Les gens vont-ils se suicider, se battre en eux ? Il y aura-t-il des guerres ? Tout cela n'est pour nous, qu'une incitation à susciter, la Peur, chez l'interlocuteur.

      Pourtant, il y a belle lurette ARTivision, a déclaré qu'il convenait de se poser la question de savoir, si des gens auraient tout de même encore envie de se suicider, ou même de tuer lamentablement leurs frères, ( Cela ne s'adresse pas seulement aux groupes fanatiques qui défrayent en ce moment la chronique, mais aussi aux individus timbrés, tel que celui-ci :


et qui méritent d'être enfermés et soignés, dans un hopital psychiatrique)
, si nos dirigeants au plus haut niveau, avaient seulement avoué au peuple, la présence d'Ovnis, dans nos cieux et nos mers, ce qui implique évidemment comme corollaire, qu'il existe d'autres êtres, comme nous, vivant sur la Lune ou dans les environs, ou mieux à l'intérieur de cette planète, ( Près de 100 articles d'ARTivision, tentent de le démontrer), et qui viennent nous visiter de temps à autre. Ces êtres seraient sans doute, prêts à nous faire bénéficier de leur savoir, si nous n'étions pas si vindicatifs et profiteurs envers nos propres frères. Nous nous demandons même, si à ce niveau du récit, l'État d'Israël, aurait été créé, le 14 Mai 1948, si l'on avait avoué, la présence sur notre planète des extraterrestres, comme par exemple, ceux de Missourri dès Avril 1941, ceux de Roswell, en Juillet 1947, ou même comme nous le dit, Milton William Cooper, ceux du 13 Février et du 25 Mars 1948, ce qui nous aurait évité tous les conflits désastreux ultérieurs de la poudrière du Proche et Moyen-Orient qui donnent encore actuellement de gros soucis à nos hommes politiques.

      Que ceux qui ont la chance d'avoir des tympans et des yeux en bonne santé, les utilisent souverainement pour mieux entendre et surtout pour mieux voir (par exemple en page 33 du Paris Match n° 1028), ce qui ne nécessite même pas de loupe, et encore moins de microscope...

      Il nous reste donc alors, qu'à dépister, comment ces extraordinaires images, ont pu arriver jusqu'à nous ?

Premier focus significatif, hors normes .


     Avant d'aborder cette tentative d'explication de l'obtention des photos d'Apollo 8 par les américains, nous allons devoir parler un peu du côté parapsychologique qui préside parfois aux découvertes du site ARTivision, si bien que de très nombreuses fois, nous avons remercié, Surper Hasard d'être intervenu positivement dans nos recherches. Ceci fait que ce site ARTivision, est devenu progressivement ce que l'on pourrait nommé un site "Mystico-rationaliste", vocable que vous ne trouverez dans aucun dictionnaire, et qui résume le fait que rien n'arrive par hasard sur ce site, qui existe bénévolement depuis 1997.

     Disons d'abord, que le cursus historique de la planète Terre est soumis à des cycles, et par exemple le grand chercheur français, Jean Sendy ( pas encore apprécié dans nos universités), nous précise dans son ouvrage tout à fait révolutionnaire, "La Lune clé de la Bible ", publié chez Julliard en 1968 et aussi dans la collection de poche J'ai lu n° A 208 en 1974, que nous sommes bien entrés dans "L'ère du Verseau" et que nous allons subir alors toutes les énergies qui s'y attachent. Pour mieux comprendre cette affaire, lisez donc ce qui suit :

    L'Axe Nord-Sud de la Terre, lorsque celle-ci tourne autour du soleil , n'est pas perpendiculaire au plan de rotation, mais il est incliné d'un angle voisin de 23°,26 . Cet axe ne reste pas immobile et fait un tour complet qui dure 25920 ans (ce chiffre varie un peu chez d'autres auteurs: 25800 pour certains) période que l'on a divisé en 12 ères de 2160 années, chacune portant le nom d'un signe du Zodiaque (voir schéma ci-contre) .

    Notre Ère du Verseau qui suit celle des poissons, durera 2160 ans comme la précédente.

     Mais comme 25920/360 = 72 ans, on découvre qu'il faut donc 72 ans pour voir le Soleil se déplacer de , à l'équinoxe de printemps, le 21 Mars. C'est ce que l'on appelle, le déplacement du point Vernal.( Plus académiquement, on apprend que ce point Vernal, est un des deux points de la sphère céleste où l'équateur céleste et l'écliptique se croisent). Le 21 Mars 1950, certains ésotéristes pensent que le point vernal est passé, de l'ére des Poissons, en Verseau. Il aura avancé d'un degré seulement le 21 Mars 2022.

     Ce phénomène est appelé la précession des équinoxes, et il parait chose incroyable que les sumériens ont inscrit ce phenomême sur leurs tablettes en écriture cunéiforme, il y a 2500 ans environ. 72 ans pour repérer de déplacement du point Vernal, il fallait donc être très fortiche pour découvrir cela. Bravo donc aux sumériens initiés....Mais comment ont-ils pu trouver cela ?. C'est là encore une façon de démontrer empiriquement que le Passé de la Terre est beaucoup plus fabuleux que l'on ne saurait jamais l'imaginer et que ces sumériens ont bien hérité de la connaissance de Maîtres antérieurs initiateurs .

     De plus Jean Sendy, nous a bien précisé ceci :

     " Les descriptions de l'Age d'Or des idolâtres et celles des Temps messianiques des Hébreux, concordent sur un point fondamental :

     Quand on en sera là, nous rabâchent-ils depuis des siècles et des siècles, l'homme saura accomplir les actes attribués par les Mythes aux divers "dieux" , et aux Elohim par la Genèse.
" .

     Extrait de "Les temps messianiques", J'ai Lu A 381 page 33.

     Affaire à suivre donc avec la plus grande minutie, et toute découverte à ce sujet, ne peut que combler de satisfaction, le Webmaster du site ARTivision ....

     C'est ainsi donc que nous allons faire appel ici maintenant, à une source ésotérique transcendante , qui s'implique carrément dans cette théorie des cycles , et source que nous avons reçue dès le 29/08/05. Cette information incroyable peut encore être visible sur les site :

      français :
http://etredelumiere.ordi-netfr.com/DesHumainsGalactiques.php

http://nouveaumonde.clicocila.fr/vue-densemble-changements-importants-civilisation-mondiale/

     Et en anglais :
http://www.scribd.com/doc/16435593/Changes

     Voici donc en couleurs, quelques passages significatifs du début de cet extraordinaire texte :

VUE D’ENSEMBLE DES CHANGEMENTS IMPORTANTS DE LA CIVILISATION MONDIALE

Nouvelles révélations hors normes d'Arcturius .


INTRODUCTION

      Aussi incroyable que cela puisse paraître à beaucoup de monde, l’humanité terrestre traverse un processus de changement évolutionnaire dans sa manière d’expérimenter la vie. Nous devrions devenir une civilisation galactique qui inter-agirait positivement avec plusieurs civilisations de notre galaxie et univers, et aussi avec d’autres univers. C’est notre véritable destinée de passer d’une société basée sur la peur et la compétition à une société basée sur l’amour, la paix et l’harmonie. (Note du Webmaster: C'est exactement ce que nous avons stigmatisé dans notre conte très ésotérique: rencontreinso.html) L’actuel chaos est simplement une partie de l’accélération du changement.

      Nous vivons dans un univers invisible (souvent appelé les royaumes spirituels, ou le Ciel) ainsi que dans univers visible, celui qui apparaît comme le seul à la plupart des gens. La vraie vérité nous a été cachée afin qu’éventuellement nous nous rappelions et découvrions qui nous sommes réellement, de grands êtres immortels de connaissance universelle et de sagesse, reliés étroitement à nos frères et sœurs de l’espace, et à ceux des royaumes spirituels.

      Malheureusement beaucoup de gouvernements, religions et philosophies ont été manipulés pour nous cacher une bonne partie de la vérité, afin que certains puissent garder le pouvoir et le contrôle. Les récentes représailles des soi-disant attaques terroristes aux Etats-Unis montreront, le temps venu, être une des dernières tentatives pour nous garder sous contrôle (Note du Webmaster: Révélation sensationnelle qui donne raison à certains audacieux chercheurs. Mais cela sera expliqué encore mieux, plus bas) . Cependant, il est temps qu’un grand changement dans la compréhension des populations mondiales ait lieu, dont la plupart souhaitent la paix, malgré ce qui nous est présenté par les média manipulées.

      Beaucoup de gens ont l’impression que « quelque chose est sur le point d’arriver », mais parce qu’une grande partie de l’actuel changement se situe dans le monde invisible, avant qu’il se manifeste dans l’univers visible, il est difficile au départ de comprendre ce qui se passe. Nous avons en effet fait partie d’une grande « expérience », et avons accepté à un plus haut niveau de compréhension d’être ici lors de cette excitante « fin des temps », la fin d’une civilisation et le début d’une nouvelle, appelée le Septième Âge d’Or que nous allons co-créer.

      Beaucoup de choses ont été écrites, expliquées, et prophétisées au sujet de notre futur. Certaines de ces informations étaient vraies au moment de leur émission, mais depuis, cela a été modifié. D’autres informations n’ont jamais été vraies, et étaient faites pour nous manipuler. Et d’autres informations étaient correctes et restent encore aujourd’hui valides. Faire le tri parmi tout ceci s’avère difficile. C’est pourquoi ce qui est «vrai» pour une personne n’est pas nécessairement «vrai» pour quelqu’un d’autre. Vous avez besoin d’utiliser votre discernement pour toute information, même pour ce qui est présenté dans cet article. Les gens s’éveillent à des niveaux différents alors que nous continuons d’apprendre.

      Une certaine information est difficilement acceptable, il en est ainsi du fait que notre Terre est creuse, et aussi du fait que les anciennes civilisations, y résident encore. (Note du Webmaster : Il n'est pas besoin ici de préciser qu' ARTivision en a fait justement une spécialité, et que dans de très nombreux articles, on y parle des ouvertures polaires, de la Terre creuse et des intraterrestres). Il en est même du fait que plusieurs personnes ont voyagé en remontant le temps afin de modifier le futur de cette planète et de cet univers, il y a de cela des éons. Il en est ainsi de même du fait que nous avons découvert comment fabriquer les vaisseaux de guerre invisibles, et comment, depuis 1843, effectuer à nouveau le voyage dans le temps . (Note du Webmaster : Voir justement notre article :PreuvesFlagrantesII.html où, nous présentons Andrew D.Basiago et Laura Magdalene Eisenhower, qui ont confirmé l'existence d'une colonie secrète de survie de l'humanité sur Mars. Il y a aussi notre article qui parle clairement du voyage dans le temps : temporellementvotre.html) . Et comment le programme spatial Apollo fût une couverture pour dissimuler une technologie bien supérieure. (Note du Webmaster: Là, nous sommes totalement soufflés, par cette révélation et nous aimerions en savoir vraiment plus ). Des voyages secrets ont eu lieu pour établir des bases sur la Lune et Mars, et explorer d’autres parties de notre système solaire depuis le début des années 60. ( Note du Webmaster : ARTivision, a bien parlé de l'utilisation de tunnels temporels, pour visiter certaines planètes et cette révélation sensationnelle, est confirmée par certains ouvrages.) Finalement, pour stimuler un peu plus votre appétit, ou pour vous rendre plus incrédule, selon votre chemin d’éveil, il est prévu que la Terre ralentisse sa rotation, s’arrête, et inverse son sens giratoire, sans catastrophes, et qu'elle soit déplacée dans l’espace ( OAAh...-la Terre déplacée dans l'espace- voir alors notre article: RoseC.html ) avec les restes du système solaire pour faire partie du système des étoiles de Sirius !


     Fin de citation.


      Arrêtons ici ce texte incroyable qui confirme encore, bien des éléments mis en exergue par ARTivision, depuis ses débuts. Disons alors : Bravo: "Le Temps des révélations", est semble-t-il bien arrivé, et nous espérons que vous avez parfaitement lu, en gros caractères, que : "Des voyages secrets ont eu lieu pour établir des bases sur la Lune et Mars, et explorer d’autres parties de notre système solaire depuis le début des années 60 ", et ceci, illustre bien, la raison de notre focus n°1.

     Franchement les auteurs de ce texte, dont nous vous avons présenté environ la moitié, auraient mieux fait d'écrire un solide roman Science-Fiction, qui ne manquerait pas ( selon nous), de devenir rapidement, un best seller mondial .

     Et que celui qui sait lire, ce qui se dessine clairement entre ces lignes, en tire la conclusion qui s'impose, et surtout , le désir d'en savoir plus.

Deuxième focus significatif surprenant


     Reprenons, si vous le voulez-bien, la phrase déjà écrite ci-dessus et tirée du fascicule "la Saga de L'espace" d'Octobre 1986 :

      " Mais lorsque les équipages de ces vaisscaux reviennent de 1'espace fin octobre, la grande affaire n'est plus la realisation de vols spatiaux autour de la Terre. Le problème est de savoir qui de 1'URSS ou des Etats-Unis enverra le premier des hommes autour de la Lune, Les Soviétiques viennent en effet d'accomplir un pas décisif dans cette voie : le 14 septembre 1968, ils ont lancé un prototype de leur Soyouz lunaire, Zond-5, qui a effectué un suryol a 2000 km de la Lune, avant de revenir se poser avec succès dans 1'océan Indien. Pour la première fois un objet terrestre est revenu de la banlieu lunaire . Un autre succès suit avec Zond-6, le 17 Novembre. Le doute n'est plus permis : les Soviétiques sont prêts à envoyer un cosmonaute (sans doute Pavel Beliaiev) autour de la Lune. Et une opportunité s'offre à eux de procéder à cette expérience le 7 Décembre 1968...

     ...Pour une raison que 1'on ignore, les Soviétiques laissent passer leur dernière occasion de battre les Américains ;    Le 7 Décembre 1968, aucun Soyouz lunaire ne s'élance de Baïkonour. La route est désormais libre pour les Etats-Unis.
"

      On pourrait alors se demander, pourquoi les soviétiques, qui avaient déjà en main les ressorts techniques, pour réussir le survol de la Lune, et s'en retourner vite fait , vers la Terre, n'ont-ils pas profité de la fenêtre du 7 Décembre, en question ?

     Une, des réponses pourrait être (aussi surprenante qu'elle paraisse) , le fait, que ces soviètiques avaient déjà fait ce voyage Terre-Lune , par un procédé non divulgué dans les médias.

      On pourrait alors trouver quelques clefs, sur le site suivant, dont nous ne garantissons nullement le laïus fantastique :

http://www.fourwinds10.net/siterun_data/bellringers_corner/hello_central/news.php?q=1210010968

et qui fut traduit en français par l'ami canadien Jacques Fortier :
http://www.jacquesfortier.com/zweb/jf/lectures/RussieLuneMarsVersusUSA.html

     Si nous comprenons tant soit peu, ce langage, c'est que ceux que l'on appelle les russes blancs ou les russes chrétiens, (dont 20 millions ont été massacrés par les Bolchéviques), ont réussi secrètement à utiliser les travaux ( méprisés et trafiqués aux USA), de Nicolas Tesla, sur l'énergie libre et gratuite du cosmos.

      Mais lisez plutôt ces paragraphes :

      " Les Russes voyagent dans l'espace employant leurs propres véhicules spatiaux fabriqués sur Terre. Vous pouvez vous rappeler qu'Adolph Hitler avait aussi une telle technologie et ne s'est pas suicidé, comme on nous l'avait dit, mais à la fin de la guerre en 1945, il s'est envolé vers le Pérou et ensuite vers sa base au Pôle antarctique, à bord de son vaisseau spatial....

      ...Oui, la Russie (les Russes Blancs) travaille, et avec des Pleïadiens et des Martiens et d'autres Gens des Étoiles [de l'Espace], pour apporter la bonté à notre planète. Je pourrais ajouter que la Terre Shan est la seule planète dans notre système solaire qui n'est pas actuellement dans la cinquième dimension. Vous êtes corrects dans cela que aucune autre nation n'a progressé encore à un niveau d'élévation suffisant permettant de travailler directement avec les Forces de Lumière ...

       ... La base de Mars de la Russie est au-dessous de la surface de Mars et sa base de la Lune est sur la surface cachée de la Lune. On a permis aux États-Unis d'atterrir sur la Lune seulement une fois, le premier vol vers la Lune. Parce que son intention était d'installer des armes spatiales sur la Lune pour contrôler la planète Terre, on a dit aux États-Unis de laisser tomber et de ne jamais y retourner. Tous les vols réussis qui ont suivi vers la Lune, étaient faux et ont été réalisés au Nevada dans le désert et au studio de Hollywood de la NASA pour l'exposition sur les médias ....

.      ..Les Allemands avaient déjà développé une technologie à partir d'un vaisseau spatial qui s'est écrasé en Allemagne dans les environs de 1939 et ils ont développé leurs propres disques anti-gravitationnels volants vers les environs de 1941. (Certains ont aussi avancé le fait que les Pleïadiens auraient là, aidé l'Allemagne. Mais l'engin s'est délibérément écrasé.). l'Allemagne avait donc un OVNI dès 1940... ...etc...
".

      Arrêtons ici les propos ahurissants, de ce Monsieur Patrick H. DATE de Bellringer, dont nous ne savons rien, au sujet de son cursus scientifique ou social. Merci à l'aimable internaute qui pourra nous en dire plus.

      Bien que certaines allégations de ce site, ne concordent pas avec nos conclusions au sujet d'Apollo 8, nous gardons simplement à titre indicatif sans plus, ce cas comme un deuxième focus pour cet exposé.

Troisième focus significatif, tout à fait transcendant


      C'est en effet dans l'ouvrage suivant de Septembre 2001 du Collectif Soria, formé de 4520 entités cosmiques, que nous avons repéré des propos tout à fait extraordinaires :

  

    On découvre alors, en page 205 et 206, ceci :



    Avouons que ce n'est pas du tout, ce genre de discours que pourraient nous diffuser, les tabloïds, même les plus tapageurs, et avides de scoops hors-normes.

      Allez, voici en passant, en pages 34 et 35, un petit plus pour la route :


     Un sacré texte, n'est-ce pas ? Des propos qui bien sûr, ne courent pas les rues.

     Mais, voilà en page 52, ce qui va ravir sans doute, les amateurs de "Star Trek", et de "La Guerre des étoiles" :


et nous voilà maintenant arrivés au contexte de notre 3e focus :

      "Dans des coffres-forts cachés sous terre et bien gardés sont rassemblés, tous les documents attestant des visites d'extra-terrestres, et des expériences tentées sur eux. Vous pourrez lire également les traités signés entre vos gouvernements et les extra-terrestres peu scrupuleux, de votre bien-être à tous. Vous êtes les esclaves des régimes en place. Aucun pays n'ignore ces traités. Nous avons pu observer toutes les réactions de vos gouvernants dans le but de garder leur pouvoir, jouant les apprentis sorciers avec des énergies qui les ont dépassés et mettant en danger l'équilibre de votre planète."

   De plus en effet, de nombreux textes circulent ces temps-ci sur le Web parlant des Petits Gris, qui auraient conclu des accords avec certains dirigeants de cette planète. Une très courte phrase de Soria en page 26 de son 5e livre, "Fleurs D'esprit" du 1er trimestre 2003, semble confirmer au moins leur existence :

      "Alors écoutez ceci : La vie se meut à la surface extérieure de cette planète (votre zone d'habitation) en poursuivant sa progression à l'intérieur de la croute Terrestre. (deuxième zone) où résident des êtres hautement évolués, ( il s'y trouve également des bases, très proches de la surface, habités par des extra-terrestres peu enclins à l'Amour et à la Lumière de Vie) et dans la troisième zone, le cœur de votre sphère de vie . Vous abritez trois secteurs forts de Vie ".

     On voit donc que dans ce passage du livre 5, il n'est plus précisé, que nos gouvernants ont pris contact avec ces êtres négatifs, puisque cela avait déjà été révélé dans le tome 2 .

    En conclusion préliminaire, il n'est pas difficile d'imaginer, que les images d'Apollo 8 (et bien d'autres), ont été facilement et secrètement obtenues, au travers des vaisseaux spatiaux des extraterrestres en question.

    Alors Messieurs les rieurs sous cape, continuez à vous tordre d'hilarité, il ne vous reste que très peu de temps pour cela et, à bon entendeur salut...

Quatrième focus significatif : L'affaire Barboto (présentée le 30/09/2014) .


     Comme nous sommes vraiment arrivés aux Temps des Révélations, et que comme l'avait dit, en son temps Matthieu. X-26: "Il n'y a rien de caché qui ne doivent être découvert, ni de secret qui ne doivent être connu", nous allons révéler ici, cette affaire même si elle met très mal à l'aise, une communauté religieuse, trop confiante en la probité de ses dignitaires.

     C'est dans l'ouvrage suivant, dont nous reparlerons plus tard :


, que nous avons trouvé, ce passage renversant qui jouxte avec la photo du Dr Steven Greer, célèbre partisan de la divulgation des affaires extraterrestres.

    ...Plus les gens ouvriront les yeux sur cet agenda aussi trompeur que manipulateur, plus nous serons nombreux à nous en détacher, parce que si nous le connaissons, nous serons en mesure de ne pas nous faire happer par ce délire de Guerre des Etoiles. Tel est le pouvoir de la connaissance…

    « Ils » opèrent en ayant un certain nombre de personnes «respectables» dans chaque organisme, qui fonctionnent en tant que vecteurs de désinformation, peu importe qu’il s’agisse des Bilderbergers, du CFR, de la Trilateral Commission, du Sénat ou du Vatican. La plupart des gens qu’incluent ces groupes ignorent tout à propos de ces questions !…


Fin de citation.


    Le vocable "Vatican", utilisé par Dr Steven Greer, nous invite donc, ici, à en dire plus à ce sujet, et voilà en quoi consiste cette affaire Barboto :

    Nous avons juste au dessus, mis en évidence, le fait, que certains gouvernements de cette planète, ont fait alliance avec les Petits Gris, pour profiter de leur technologie. On pourrait même, en déduire, que c'est avec les navettes spatiales de ces Petits Gris, que les américains et probablement les soviétiques de l'époque, sont montés sur la Lune, pour y déposer des instruments de mesures et collecter les, environ 380 kg, de roches lunaires, remis aux scientifiques terrestres pour les étudier (et cela n'est même pas probant, car il existe sur Terre des roches quasiment analogues aux roches lunaires, voir notre article : Apollo8enquestion.html ) . Mieux vaut ne pas évoquer ici, ce que ces gouvernements scélérats, ont offert en retour, à ces Petits Gris (entre autres choses, le droit d'enlever des animaux et des humains pour leur expériences génétiques), et ce qui est le plus triste, c'est qu'il paraît même, que le Vatican, est parfaitement au courant de cette affaire. On trouvera sur le Web, les arcanes de l'affaire Barboto, mais le mieux pour nous, est de présenter ici, l'excellent article paru dans le Nexus n° 51 de Juillet-Août 2007:



, et surtout, une restructuration du début des deux premières pages de cet article :



     Pour en savoir plus, veuillez consulter le site :

http://www.fangpo1.com/ufo_vatican2.htm


     Pour être encore plus explicite, voici un passage clef, de cet article :

     " Du point de vue chronologique, l'événement qui a déclenché la création du SIV ( en italien, Service d'information du Vatican), s'est produit aux États-Unis en Février 1954. Ce fut la rencontre à Muroc Airfield (future Edwards Air Force Base), en Californie, d'une délégation d'aliénigènes avec le président Dwight D. Eisenhower, en présence de l'évêque de Los Angeles, James Francis Mclntyre. La rencontre fut filmée par des militaires, utilisant trois caméras 16 mm placées en des endroits différents et chargées de pellicules couleur ".

      Mais il y a mieux : Dans cet article, on apprend avec stupéfaction, que le nommé George Adamski, dont ARTivision, s'est fait l'avocat, avait bien rencontré, le 31 Mai 1963, le pape Jean XXIII, à la grande déconvenue des irréductibles détracteurs, dont les écrivains Jean S.... et Marc H....., avec qui, pour tous les deux, nous avons été en correspondance, il y a longtemps. Ces écrivains avaient fait d'Adamski, leur bête noire, et affirmaient sans retenue, que puisque le pape était mourant, il ne pouvait donc pas recevoir de visites, et on en déduisait alors qu'Adamski, avait menti une fois de plus, comme il l'avait fait, en prétendant qu'il était passé très près de la Lune, en soucoupe volante.

     Mais voyons de plus près, ce que l'on trouve dans ce document au sujet d'Adamski :

" Adamski a rencontré le Pape. Il est allé à Saint-Pierre une fois, précisément après que le pape eut décidé qu'il ne fallait plus poursuivre les contacts avec les aliénigènes, même si ceux-ci étaient amicaux. En outre, Jean XXIII refusait que cette relation soit révélée à la population chrétienne. Adamski se présentait comme chargé de mission par les aliénigènes pour tenter d'obtenir du Pape, qui était mourant, un accord définitif. Il apportait en outre un don pour le saint père : une substance liquide qui devait le délivrer de la gastro-entérite dont il souffrait et qui, évoluait en péritonite aiguë. Le pape ne prit pas cette potion et avant de mourir, tenant le crucifix, déclara : « Les bras ouverts de Christ furent l'objet de mon pontificat. Ainsi que vous le voyez, un pontificat simple et humble dont j'assume toute la responsabilité. Je suis satisfait de ce que j'ai fait et de la manière dont je l'ai fait.»

     En outre, ce geste de la part des aliénigènes convainquit le Pape mourant, dans le peu d'énergie et de lucidité qui lui restait, que même si les "frères de l'espace" se comportaient avec bienfaisance envers l'humanité, il convenait qu'ils agissent de façon autonome, séparément de l'Église et des activités humaines en général, par la prière et des actes conformes à la loi de Dieu et particulièrement sous la direction du Saint Esprit.

     La tentative d'Adamski mit fin au contact direct entre ces êtres et le pape ainsi que ses successeurs qui, faisant confiance en la clairvoyance de jean XXIII, comprirent qu'il ne fallait pas que l'Église entretienne ces contacts.

     Dans un manuscrit secret du Pape Jean XXIII à ses successeurs, qui comprend un dossier spécial sur le SIV, est cité un passage de l'évangile de Marc (Marc 9 : 38-41), qui expose clairement la position que doit adopter l'Église vis à vis des êtres bienfaisants venus d'autres mondes.


     Fin de citation.

     Ainsi donc l'événement contemporain le plus important de toutes actions humaines actuelles, a été camoufflé par l'église Catholique, alors que cet événement possédait en lui-même, la potentialité inestimable d'unir les humains entre eux, et d'en finir, une fois pour toute, avec toutes ces tensions, tiraillements et déchirements, qui l'animent sans cesse de nos jours" .

     A vous de juger une fois de plus tout cela, documents à l'appui.

Cinquième focus significatif : L'affaire du bug radiophonique d'Adamski (présentée le 01/04/2014).


     Il est ici encore très clair, que nous allons appliquer la devise pratique : "Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud", et en effet, puisque nous venons d'évoquer le nom d'Adamski, il convient maintenant de présenter en exclusivité, une affaire de bug radiophonique, qui s'attache étrangement à aux révélations d' Adamski, qui ont le sait, ont mis très mal à l'aise, journalistes, chroniqueurs, écrivains et consorts intellectuels, de son époque jusqu'à nos jours.. Mais, il suffisait à ces détracteurs zélés, de se plonger dans une bibliothèque équipée, dans ces affaires extraordinaires arrivées au Moyen Âge , et concernant des êtres circulant dans le ciel, sous le règne de Charlemagne et de Louis le Débonnaire son successeur. Le texte suivant, est tiré de l'ouvrage remarquable de 1972 , de Jacques Vallée :

  

      Et, aux pages 33 et 34, on découvre ceci :

  

     Vous avez bien noté, nous l'espérons, que dans le texte précédent que Charlemagne et Louis le Débonnaire son successeur imposèrent de lourdes amendes aux supposés tyrans de l'air, ( Jacques Vallée dit qu'ils avaient pour nom "les sylphes", et nous on les appelle désormais simplement des extraterrestes), et que ces dispositions impériales se trouvent dans le premier chapitre des capitulaires des empereurs précités.

    On se demande maintenant pourquoi les historiens et autres spécialistes de l'histoire du Moyen-Âge, n'ont pas cru devoir défendre Adamski (alors qu'il était attaqué presque de toute part), après avoir découvert et verifier, noir sur blanc , cette surprenante affaire. des Sylphes

     C'est donc pour ARTivision, exactement la même situation à laquelle a été confrontée Adamski et heureusement pour lui à son epoque, le bûcher n'existait plus.

    Sautons maintenant de très nombreuses etapes sur cette epopée d' Adamski ( Le novice pourra toujout consulter notre article : Adamski1955.html ), et venons en à cette affaire inouïe de bug radiophonique.

.      Pour mieux appréhender cette affaire, il nous semble utile justement ici, de présenter le texte suivant de l'ouvrage déjà présenté plus haut, et publié chez Gallimard en Octobre 1986, tel que :


    "Les deux premières tentatives, d'Août et de Septembre 1958 furent des échecs. La troisième, le 8 novembre 1958, voit Pioneer 1 s'élever à 113000 km d'altitude (loin encore des 384 000 Km de moyenne qui nous s'éparent de notre satellite); la suivante, le 6 Décembre 1958 conduit à une performance moins bonne : 102 000 km d'altitude pour Pioneer 3 enfin le succès est acquis le 3 mars 1959 avec Pioneer-4 qui passe à 60 000 km de la Lune. Mais les soviétiques ont fait beaucoup mieux entre temps: Le 2 janvier 1959, ils ont lancé leur sonde Luna-1 (alors surnommé Lunik) qui est passé dix fois plus près de la Lune (à 6500 km seulement), quoiqu'elle soit beaucoup plus lourde: 361 kg, contre 5,9 kg seulement pour Pioneer 4...
     En outre l'exploit de Luna-1 n'est qu'un prélude. Le 12 Septembre 1959, Luna-2 prend à son tour la route de la Lune sur laquelle elle s'écrase deux jours plus tard, dans la Mer de la Sérénité. Pour la première fois, un objet construit par l'homme a atteint un autre corps céleste. La performance de Luna-3 lancé le 4 octobre 1959 est encore plus remarquable: passant derrière la Lune, elle obtient les premières photographies de la mystérieuse face cachée. "



    Voyons maintenant les pages suivantes de notre traduction privée du livre d'Adamski de 1961 "Flying Saucers Farwell":

  

    Notons ici que c'est le 15 Mai 1959, qu'Adamski, dit être arrivé à Amsterdam et qu'il fut reçu en audience privée par la Reine, le 18 Mai 1959.

    Et de plus il y a ceci en page 227:


    Mais d'après notre contrôle, cette brêve audition de la BBC, eu lieu le lendemain de la visite à la reine de Hollande, donc le 19 Mai 1959. Or l'ouvrage précité "La saga de l'espace", nous précise bien, que c'est seulement le 4 Octobre 1959, que les soviétiques ont lancé la sonde Luna-3, qui devait contourner la Lune, et photographier la face cachée invisible de la Terre, pour la première fois. Donc soit Adamski, s'est trompé de date de l'audition de la BBC, soit, si l'on retrouve cet entrefilet vocal de la BBC, à la date indiquée, alors depuis belle lurette, on nous prend pour des minus abrutis, à écarter absolument de la réalité cosmique.

    Aux spécialistes de répondre, aux questions que pose ici, cette incongruité manifeste.

    Pour les puristes, qui aiment partir des documents sources, voici d'abord la converture du Science et Vie 507 de Décembre 1959, qui parle de cet exploit soviétique de Luna III lancée le 4 octobre 1959 :


     Et voici la page 93, qui annonce l'exploit :


      Et enfin, voici les pages en question, montrant la photo de la face cachée de la Lune, prétendue photopgraphiée pour la première fois, par les soviétiques :


     Mais, pour bien cibler le problème, reprenons vu son importance, ce passage d'Adamski de la page 227, déjà vue plus haut :

" J'étais curieux de savoir comment les Russes avaient gagné cette information. Mes amis et moi discutâmes les possibilités, plus tard, le matin. Etait-il possible qu'un Russe eut fait une incursion comme-moi, ou qu'il eût reçu l'information de leur satellite, sur la Lune, qui suivit une orbite autour du soleil ?..( L'information reçue au moment où j'écris ceci semble confirmer qu'ils l'ont fait). "

     Alors avez-trouvé l'explication de cette incongruité ?

     Mais dans le texte qui précède, Adamski , ne dit pas clairement qu'il ne peut s'agir que du satellite Lunik 1, lancé le 2 Janvier 1959, qui, parait-il, serait passé seulement à 6500 km de la Lune. On était le 19 Mai 1959, et il est donc inutile d'évoquer Luna 2 du 12 Septembre 59, qui s'est dit-on écrasé sur la Lune, et encore moins on l'a vu Luna 3 lancé le 4 Octobre 1959.

     De plus Adamski ne dit pas non plus, quelle information il a reçue, et qui a confirmé ses soupçons. Comme vous le voyez donc Adamski ne pouvait pas tout dire de ce qu'il savait, car cette information était, selon nous, d'une importance capitale, et relevait de notre impérieuse connaissance historique de l'Astronautique.

     Décidément cet Adamski, nous surprendra toujours davantage ...

      Mais, rêvons un peu, car si Adamski avait eu l'idée d'écrire immédiatement à la BBC après l'audition bizarre, en question (moyennant bien sûr, le paiement des frais d'expédition et de copie), sous anonymat, il aurait pu sans doute obtenir, la copie de la note qui a été lue à la radio de la BBC, autour du 19 Mai 1959. Alors alors ce petit bout de papier, aurait pour ARTivision, une importance capitale, et prouverait sans l'ombre d'un doute, que les soviétiques étaient déjà arrivés sur la Lune, au moins en 1959, et qu'ils y préparaient sans doute l'installation d' une base secrète, et probablement une telle entreprise s'est faite en collaboration avec les américains. Point Barre ...

     Et que celui qui sait lire, ce qui se dessine clairement entre ces lignes, (une exclusivité d'ARTivision) , en tire la conclusion qui s'impose, et surtout , le besoin d'en savoir plus.

Sixième focus significatif : L'affaire incontournable et pourtant vite étouffée, de l'extraterrestre "Orange", du Dr Michael Wolf (présentée le 02/10/2014).


     Le Dr Michael Wolf est un scientifique de très haut niveau :


qui prétendait avoir servi, pendant 25 ans au sein d'un gouvernement satellite américain, et qu'il avait cotoyé ainsi différentes espèces ET dans des bases souterraines comme Dulce et Area 51.

    A la fin de 2006 est sorti un ouvrage racontant son histoire . Il est intitulé : "The Catchers Of Heaven - A Trilogy", auteur: Michael Wolf, Publisher: Dorrance Pub Co Pages: 402 Published: 1996-07 ISBN-10: 0805939075.

    Quelques jours après son décès le 18 Septembre 2000, un certain Chris STONOR, en Octobre 2000 a publié le texte suivant (que nous avons reçu en 2001), sous le titre "The UFO cover up and ET Reality ", que vous pouvez trouver sur le site :


     Pour approffondir les tenants et aboutissants, de cette extraordinaire affaire concernant le Dr WOLF, nous avons alors interrogé le moteur de recherche Google, et d'emblée voici ce que nous avons obtenu en première page :


 

     Ce Docteur Wolf, donc, possède de sérieuses références scientifiques, mais, nous n'allons pas bien sûr pouvoir ici, nous étendre longuement sur toutes les révélations de ce Dr Michael Wolf, car il suffit, pour le français de se reporter, par exemple ( il y a bien d'autres) aux urls des sites singificatifs :



     Cependant, mettons tout de même en exergue, les points suivants, et disons d'emblée au novice ingénu de bien attacher sa ceinture car à l'altitude où l'on va évoluer, il risque de subir les affres de puissantes turbulences :

. Les premiers constats américains de l'écrasement d'un engin ET remontent à 1941. L'engin s'est écrasé dans l'océan Pacifique près de San Diego et il fut récupéré par la Marine américaine. À l'intérieur gisaient les corps de Zétas réticuliens, alias les Gris. Les dépouilles et le vaisseau furent transportés à la Section de la technologie étrangère de la base aérienne Wright-Patterson, à Dayton, Ohio, et étudiées par le groupe de recherche Retfours (Retfours Special Studies Group).
     Suite au démantèlement de l'appareil, des composantes furent expédiées aux installations S4 et Indian Springs au Nevada. L'engin s'était écrasé sous l'influence du nouveau radar à impulsions que l'on venait d'inventer. Au moment du drame, la Marine procédait à des essais sur l'île Tinian, située à 5 kilomètres au sud/sud-ouest de Saipan. La Marine américaine occupe depuis une position dirigeante en matière d'ovnis.

. L'écrasement à Roswell en juillet 1947 est un fait et le récit dont fait état le Colonel Corso dans son livre The Day After Roswell est véridique:


Le Dr Wolf avait en sa possession la liste officielle du gouvernement satellite américain de tous les écrasements/récupérations d'ovnis répertoriés, y compris d'autres incidents survenus entre 1941 et 1947, mais il n'était pas disposé à en livrer les détails.

. Deux engins se sont écrasés à Roswell suite à une collision aérienne survenue au cours d'un orage électrique. L'un des engins contenait des "Gris", l'autre des "Oranges"; les deux espèces furent ainsi nommées en raison de la couleur de leur peau. Les extraterrestres de type "Orange" proviennent du système stellaire Andromède. Le documentaire de Santilli montrant une autopsie est authentique :


Il s'agit d'une autopsie pratiquée sur le corps d'un ET orange. Le Dr Wolf en a vu d'autres. La confusion résulte d'une seconde autopsie exercée à l'époque sur un extraterrestre de type différent.

. L'autopsie pratiquée sur la dépouille du ET orange a produit les constats suivants : une grosse tête; de grands yeux foncés dépourvus d'iris ou de blancs; six doigts:

et six orteils
:
  

un cerveau composé de quatre lobes, et plus développé, mais non connecté au corpus callosum ; des nerfs optiques et orbiculaires de type différent; un système digestif spongieux. Le docteur Wolf affirme avoir rencontré un Orange de son vivant.

. Il existe différents types de "Gris". Il a en côtoyé de très évolués qui contrairement à l'opinion courante, possédaient des personalités et même un sens d'humour. Le Dr Wolf n'a jamais rencontré de Gris qu'il n'aimait pas. À son avis, ils faisaient tous partie d'une grande famille et aimaient câliner les humains. Mais cette marque d'affection ne faisait pas l'unanimité chez ses pairs. L'un de ses collègues les appellait des baise-joux (kissey facey). Leurs corps sont doux au touché, telle la peau d'un dauphin. Il communiquait avec eux par télépathie et s'était tout particulièrement lié d'amitié avec une entité nommée Kolta. La photo de ce Gris apparaît sur la couverture de son livre. Elle fut prise par un ami occupant les fonctions d'amiral dans la Marine.


       Fin de citation.

       Mais, pendant que nous y sommes, c'est donc le moment de sigmatiser à nouveau les rédacteurs et journalistes des revues ( la revue en question dans le titre de cet article, est aux premières loges dans cette triste affaire) , qui ont tiré à boulet rouge sur l' autopsie, montrée à la télévision en 1995, d'un ET orange, dont parle ci-dessus, le Dr Michael Wolf .

     Les revues dont il s'agit, (et il y en a sans doute de nombreuses autres) , vilipendées par ARTivision, (et dont les numéros discrédités vont apparaître plus bas), ne resteront certainement pas longtemps dans les mémoires, sinon comme le type de publications d'époque, ayant comme modèle "La Libre Parole", qui lors de l'affaire Dreyfus, en Octobre 1894, a enfoncé sans preuves, le malheureux dans une sorte de sables mouvants, où il a eu bien du mal à sortir la tête pour respirer un peu.

      N'oublions pas cependant qu'un simple tout petit détail de rien du tout, dans l'écriture de Dreyfus, aurait pu éviter 5 ans de bagne et de déshonneur à ce malheureux militaire : il écrivait en effet, toujours la préposition "à", avec son accent, tandis que le vrai traitre, le capitaine Charles Ferdinand Walsin Esterházy, ne mettait jamais cet accent. Mais les graphologues, pour couvrir leur réputation ont préféré imaginer, (sans doute sous l'instigation des hauts responsables de l'Armée), que Dreyfus, avait contrefait son ecriture pour le cas où il serait découvert. L'adage est bien connu : "Quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage" :

      Voici donc un modelè du journal en question, où seule la haine, d'une catégorie d'humains s'exprime :


      Quant aux auteurs des articles, qui ont poursuivi leurs dérisoires prestations et verbes, dans cette affaire unique en son genre, leurs douteuses déclarations seront vite assimilées un jour, à celle du grand chimiste français du XVIIIe siècle, Antoine Laurent de Lavoisier, que l'on interrogeait à la suite de la chute d'une météorite dans la région, et qui a déclaré ouvertement : "Il est impossible à des pierres de tomber du ciel, parcequ'il n'y a pas de pierres dans le ciel"...

, et sous entendu cela signifie : " Nous ne pouvons pas voyager en dehors de notre système solaire, et par conséquent aucun extraterreste ne saurait le faire et venir jusqu'à nous". Point barre.

     Donc, il est bien clair, que tout ce qui précède s'applique intégralement, à l'article de Mr Pierre Lagrange (Sociologue anti-ovnis par tradition), publié dans le Science&Vie n° 938 de Novembre 1995, dont voici seulement les 3 premières pages, très explicites, quant à la position de ce journal sur l'affaire :




      Si nous avons osé, vous montrer ces pages, c'est parcequ'à la troisième, on trouve tout de même une information importante, que nous avons soulignée en rouge :"Y aurait-il eu ailleurs, avant l'affaire Roswell, un autre crash de soupcoupe volante plus tôt ?". Et c'est en effet cela, que nous allons évoquer, plus bas.

     Mais justement alors, notons déjà, aussi ici, que dans l'excellent ouvrage de 1995 sur l'affaire Roswell de Gildas Bourdais :

  

, on peut lire en page 212, ceci de très significatif :


     D'ailleurs, ARTivision, a démontré qu'il y a avait eu aussi bien plus tôt, l'affaire du crash de Missouri, crash, bien moins connu que celui de Roswell, et qui a aussi fait l'objet d'un article surprenant, placé à :


     Mais soyons plus précis, le 07/12/1995, nous avons eu l'heureuse opportunité, d' enregistrer, l'émission de radio RFO, de 45 mn "Le Monde inconnu", de Roger Raziel, (émission basée à l'époque au 5 Avenue du Recteur Poincarré 75 782 PARIS Cedex 16). qui réalisait justement l'interview de Gildas Bourdais, sur l'affaire Roswell. En fin d'émission, le rédacteur demanda à Mr Bourdais, si le cadavre présenté dans le film si critiqué en question, ne pouvait pas être un terrien malformé génétiquement et ayant des doigts en plus. La réponse fut approximativement, que "si l'on avait trouvé dans les annales médicales un être aussi particulier, on aurait vite montré sa photo, au monde entier pour neutraliser et confondre, les auteurs du prétendu canular". Hélas cet être a en effet, six doigts parfaitement bien constitués, aux mains et aux pieds:

rappel :

, pas de nombril ( aurait-t-il été obtenu par clonage) :


il a saigné au moment où sa peau a été incisée, ses organes internes sont tout à fait différents d'un corps normal, les poumons sont plus petits, pas d'intestins, le cœur ( si c'est bien lui) aurait une forme pyramidale, et un gros organe dans le bas ventre est volumineux bien plus que notre foie (si c'est lui). Son appareil génital est très petit et il semble être du sexe féminin. Les globes oculaires sont plus gros que ceux d'un humain et on a pu y soustraire avec facilité une pellicule sombre, comme une lentille de contact noire :


qui n'existe pas chez nous de cette couleur etc...

    Vous ne trouvez pas que cela fait déjà beaucoup, pour cet être étrange, dont on est sûr, que l'autopsie montrée est véritable, et remonte à une époque d'environ 67 ans ou plus, en partant de 2014 ?

     D'ailleurs, voici la Conclusion de l'ouvrage incontournable de Gildas Bourdais, qu'il convient de lire complètement avec la plus grande attention, étant donnée son analyse pointue de cette affaire :


Selon nous l'immense choc culturel, évoqué ici par Gildas Bourdais, serait, (nous l'avons déjà exprimé dans de nombreux articles), basé avant tout sur de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique.

    Mais pendant que nous y sommes, voici aussi, une autre revue, qui a aussi, lamentablement été à côté de la plaque, dans cette affaire et qui s'en mordra durement les doigts, quand la Révélation finale, qui approche à grands pas, sera effective :


     Et, pour les puristes voici, un petit plus de la page 78 et de la couverture :



    Et, comme vous le voyez, (selon nous), l'un des événements le plus extraordinaires de l'histoire connue de l' Humanité, enseignée dans nos Universités, (mais il y a une autre histoire encore plus fantastique ignorée pour l'instant), n'a même pas fait l'objet d'une petite mention, dans la couverture de cette revue. À vous de juger .

    Mais, pour mieux avancer dans cette affaire, le novice, doit savoir aussi, qu' il y a déjà pas mal de temps, nous avions pris contact avec le collectif Soria, formé (nous l'avons déjà exprimé), de 4520 entités cosmiques, (et collectif en qui nous avons toute confiance), au sujet de l'affaire très ambigüe des Ummites , et la réponse en substance qui nous avait été faite, nous a fait tomber carrément à la renverse : "Pourquoi vous préoccuper, au sujet de cette affaire, puisqu'il y a près d'une cinquantaine d'entités extraterrestres, qui visitent régulièrement cette planète".

    Mais, venons en maintenant, à une dernière revue, bien plus diplomate dans cette affaire Roswell, et qui a su ménager ses arrières à toutes fins utiles. Voyez-vous même :


     Comme on le voit, il s'agit, une fois de plus du périodique VSD, déjà présenté avec honneur plus haut, et cette fois c'est le n° 930 du 22 au 28 Juin 1995, qui a parlé de l'affaire du film en question :

    Pour les puristes, en voici un petit peu plus :


    On note bien ici, qu'il est parfaitement précisé ceci :


     Et que celui qui a de bons yeux pour bien voir, tire déjà ici, la manifeste conclusion qui s'impose...

     Pour les amateurs d'images filmées, il faut savoir que la fameuse autoptie en question, est désormais présentée par de nombreuses vidéos sur Google , dont celle concernant le reporter Jacques Pradel , à qui nous rendons ici hommage, pour le courage dont il a fait preuve à l'époque, et cela lui a causé d'énormes ennuis par la suite :



    Et voici une autre vidéo :



    Voici aussi, la photo de la cassette vidéo, que nous avions pu nous procurer à l'époque. Nous ne savons pas si TF1 à sorti un CD ou un DVD sur l'affaire :


     La question qui se pose ici, est aussi de savoir, pourquoi ces extraterrestres dits " Orange", qui existent donc vraiment, (on vient de le démontrer), ne se sont pas encore montrés sur une place publique connue, comme dans le célèbre film culte , "Le jour où la Terre s'arrêta" de 1951 . Voir ci-dessous la jaquette :


    Il y a certainement de nombreuses raisons à cela, que nous ne pouvons développer ici.

    Mais, on peut déjà se dire, que si les gouvernements ont caché les autopsies réalisées sur les ETs en question, il est quasi certain qu'ils ont profité de la technologie des véhicules utilisés par ces ETs, et ils ont encore mieux camouflés, les trafics et les contrats réalisés avec eux.

      De plus, ces derniers temps, nous avons été amenés à plusieurs reprises, à sortir de notre bibliothèque l'ouvrage de Soria, vieux de 12 ans (en 2014), ci-après :

  

     "...Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n'est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s'en tenir ! Même s'ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu'ils considèrent les habitants de cette Terre comme des retardés mentaux à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d'une grande réputation aux yeux des dirigeants! Étrange, votre choix d'être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd'hui ? Ne l'avez-vous pas assez exploité ? Ou avez-vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?...etc... ".

     Extrait des pages 185 et 186 de Voyage tome III aux Editions Ariane, premier trimestre 2002.

     De nombreux de nos articles, parlent aussi de ces aliens vivant sous terre, dans des bases construites en secret par les sbires du Gouvernement occulte, dont parle le Dr Wolf:


    Une fois de plus, c'est à vous qu'il appartient de juger tout cela, documents à l'appui...

Septième focus significatif : L'affaire hallucinante du martyr Milton William Cooper (présentée le 04/10/2014).


      Les amis d'ARTivision, ont en effet déjà découvert, dans de nombreux articles, les déclarations extraordinaires d'un certain, Milton William Cooper :


, faites dans son ouvrage vraiment hors normes , (Âmes sensibles s'abstenir) :

  


      Milton William Cooper, a été assassiné, (sans doute par les forces de répression américaines ou autres), le 5 novembre 2001, à l'âge de 58 ans, dans des circonstances particulièrement troubles, à Eagar en Arizona.

      Milton William Cooper, a servi dans la Marine américaine (la NAVY), dans un sous-marin d'abord, puis, il a été affecté sur un pétrolier, et peu après, au Vietnam lors de la guerre. Après quoi, il a été affecté à un travail de côte aux quartiers généraux du Commandeur en chef de la Flotte Pacifique.

      Voyons, ce qu'il nous dévoile, sur cette collusion américano-russo-soviétique qui remet totalement en question cette affaire de Guerre Froide, (Peut-être comprendrez-vous dès lors, un peu mieux, le dénouement surprenant, le 26 octobre 1962, de l'affaire des fusées de Cuba), affaire de la Guerre froide, que l'on nous a rabâchée pendant des décénies dans les livres d'Histoire et dans les médias.

      En pages 31 et 32 de son livre, on trouve alors ceci :

      "C'est le président Kennedy qui a lancé le programme spatial "officiel" quand, dans son discours inaugural, il a confié aux Etats-Unis le mandat d'envoyer un homme sur la Lune avant la fin de la décennie. Malgré l'honnêteté de ses intentions, ce mandat permit néanmoins aux responsables de couler des sommes gigantesques vers les projets clandestins tout en détournant le peuple américain du véritable programme spatial. L'Union soviétique élabora un plan similaire qui visait le même objectif, car, en réalité, au moment même où Kennedy s'adressait à la nation, les deux superpuissances, de concert avec les aliénigènes, avaient déjà installé une base conjointe sur la Lune. Le 22 Mai 1962, une sonde spatiale atterrit sur Mars et confirma que l'environnement y était propice à la vie. Il n'en fallait pas davantage pour qu'on s'y rendit aussitôt fonder une colonie. Il s'y trouve aujourd'hui des villes peuplées d'individus spécialement sélectionnés pour leurs compétences particulières , et provenant de toutes les cultures de la Terre. Si l'Union Soviétique et les États-Unis ont, durant toutes ces années, affiché publiquement des politiques soi-disant antagonistes, c'était simplement pour avoir le loisir d'élaborer des projets de ce genre au nom de la Défense nationale, puisque, au fond ce sont les plus grands alliés du monde...

      Depuis que nous avons commencé à pactiser avec les aliénigènes, nous avons acquis une technologie qui va bien au-delà de nos rêves les plus fous. Nous possédons et faisons voler actuellement au Nevada des engins de type anti-gravité alimentés à l’énergie nucléaire. Nos pilotes ont déjà fait des voyages interplanétaires dans ces engins et sont allés sur la Lune, Mars et d’autres planètes. On nous ment au sujet de la vraie nature de la Lune, des planètes Mars et Venus, et de l’état réel de la technologie que nous possédons aujourd’hui, à ce moment même.

      Il existe des régions sur la Lune où se développe une vie végétale (Note du Webmaster: Adamski ne disait pas autre chose. Voir nos articles :RetourauCosmos.html et RetourauCosmosplus.html et aussi FlashbackAdamskien1955.html). Les plantes y changent de couleurs avec les saisons, car il y a aussi des saisons sur la Lune puisque la Lune ne nous présente pas toujours exactement la même face, comme on le pense généralement [NDT: c’est le mouvement de précession de la Lune, qui la fait légèrement osciller sur elle-même, nous découvrant un peu plus des bords de sa face visible]. Il y a aussi des lacs artificiels ainsi que des étangs sur sa surface, et des nuages ont été observés et filmés dans son atmosphère. La pression atmosphérique lunaire étant beaucoup plus faible que sur la Terre, les cosmonautes doivent s'y adapter selon une technique de dépressurisation analogue à celle des plongeurs de profondeur. Cette pression est néanmoins suffisante pour qu'il ne leur soit pas nécessaire de revêtir une combinaison spatiale. Grâce au champ gravitationnel de la Lune, ils peuvent se maintenir à sa surface, munis simplement d'une bouteille d'oxygène comme des hommes-grenouilles.

      J'ai personnellement des photographies officielles de la NASA à ce sujet. Quelque unes sont publiées dans le livre de Fred Steckling intitulé We discovered Alien Bases on the Moon, et dans Someone Else is on the Moon:(en français de George Leonard: Ils n'étaient pas seul sur la Lune ).

   

      En 1969, une confrontation eu lieu entre les soviétiques et les américains sur la base lunaire. Les soviétiques ont essayé de prendre le contrôle de la base et ont pris les scientifiques américains et le personnel en otage. Nous avons pu restaurer l’ordre après pas moins de 66 morts. Les soviétiques ont suspendu leur programme pendant une période de 2 ans. Il y eu finalement réconciliation et nous avons recommencé à agir ensemble...
"


       Fin de citation.

       Stupéfiant n'est-ce pas..!!!

       De plus,, on en déduit aussi, que le concept de "Guerre Froide", instauré dans les années 60 et suivantes, entre américains et soviétiques, n'est qu'un autre gigantesque bluff, mis au point par les magouilleurs, pour noyer le poisson et poursuivre en douce leur scélérate collaboration avec ces Petits Gris. Les soviétiques en effet, n'auraient jamais abandonné, leur dur système politique, sans une raison d'Etat supérieure , à tout ce qui est économiquement et socialement et politiquement valable. S'ils ont laché prise, c'est parce qu'ils ont appris l'existence effective d'un troisième larron ou de bien d'autres, plus puissants que les américains et les soviétiques, et donc que ces deux derniers pays, n'avaient plus aucune raison alors de se taper dessus.

      Devant un tel luxe de détails, il est difficile de croire que Milton William Cooper, puisse avoir tout inventé. Point Barre...

    Mais, la preuve du passage de voyageurs inconnus dans l'environnement terrestre, peut être déjà aperçue sur l'astéroïde Eros, visité le 14 Février 2000, par la sonde américaine Near, qui s'est satellisée à 355 km environ de cet l'astéroïde, qui est dit-on un rocher d'environ 33 km de long, dont la masse volumique est de 2,4 grammes par cm3. Cette sonde Near, a finalement réussi sur Eros , un atterrissage inouï et inespéré le 12 Février 2001 .

    Jetons maintenant, un œil sur les images d'Eros, au travers des sites :


    Le 30/05/2001, nous avons reçu de notre ami internaute Philippe S.........., tirée du site:


, la même remarquable photo d'Eros, précédente prise le 03/05/2000 par la sonde Near, où l'on voit au fond, d'une petite excavation, une forme très bizarre et très structurée, que les sceptiques auront bien du mal à justifier, par l'explication habituelle d'une érosion naturelle issue de phénomènes dont l'existence dans la région reste problématique. L' agrandissement, nous donne ceci :


    Notons en plus, que cette forme surprenante, présente des blocs verticaux à bords parallèles.

    Mais le 29 Mai 2010, nous avons alors eu le privilège de recevoir du Service de Création d'une entreprise spécialisée dans la 3D , les vues modélisées suivantes :





    Et en tenant compte du relief et du bassin dans lequel est placée la structure, on a aussi :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de cette entreprise, d'avoir accepté de nous structurer en 3D, cette surprenante image d'Eros.

    Mais, Il y a bien d'autres structures bizarres, sur Eros, et en particuler :


    On apprend alors aussi , qu'il existe de nombreuses zones d'une blancheur notoire inexplicable, et on décrouvre ici des rayures ayant des barres parallèles coupant à angle droit un axe central. Mais il semblerait que cette blancheur cache parfois (comme le montre la flèche de gauche de la photo précédente et avec une loupe bien sûr c'est encore mieux) des formes très régulières (sortes blocs parallèles et orthogonaux)


  

      A vous de juger, et de trouver quel est le phénomène inconnu, qui pourrait être à l'origine de ces étranges manifestations , sur ce vulgaire rocher , qui se ballade dans les environs de notre Terre...

     Nous avons de plus , eu le grand bénéfice de découvrir que l'on parle d'Eros , dans la revue destinée aux adolescents et merveilleusemment illustrée Science&VieJunior n°139 d'Avril 2001 que voici :


      On découvre alors dans cette revue, super schéma, qui montre bien, la complexité de l'exploit qui a présidé à la descente finale de la sonde NEAR, sur EROS . Cet atterrissage inouï et inespéré, eu lieu le 12 Février 2001. Et, chose très bizarre, cette descente de Near sur Eros, a été anoncée par la NASA, au tout dernier moment, comme si cette manœuvre n'avait pas été préparée de longue date, alors que cela doit être prévu, de très nombreux mois avant le lancement. Que signifie donc ces cachotteries notoires de la NASA ? Avait-on, déjà les photos d'Eros, avant l'arrivée de la sonde Near ? A vous de juger...


      Mais, nous avons ajouté en rouge, sur ce beau schéma, la position de l'Anti-Terre (hors sujet ici).

     Mais le site ARTivision a également parlé de la planète Mars, qui présente aussi des structures phénomènales , dont on evite soigneusement de parler dans les médias qui ont pignons sur rue...

     En effet, pour nous le seul endroit, où il faut envoyer des sondes spatiales sur Mars, est sur le plateau de Cydonia, où les sondes Vikings 76H593 et 17384, ont filmé en 1976, cette structure surprenante :


   Il n'est pas besoin en effet, de sortir de l'école Polytechnique, pour relever le caractère artificiel, de cette structure gigantesque, placée au centre de la photo et appelée par certains chercheurs, la "forteresse", et dont l'épaisseur des "murs", formant deux angles droits, dépasse les 300m. Le voisinage fait aussi apparaître une sorte de "pyramide" dont la hauteur dépasse le km. Bien évidemment, nous l'avons déjà souligné, les revues spécialisées qui ont pignon sur rue, évitent soigneusement de parler de tout cela.

    Et on sait maintenant que la NASA et son complice un certain Michael Malin (et vous verrez que l'on devrait plutôt le nommer, plus diaboliquement parlant, Michael le Malin), ont trafiqué les photos pour en neutraliser les formes non naturelles. Voir pour cela absolument l'article incontournable de la revue Nexus n° 61 de Mars-Avril 2009 :


    Ces protagonistes pervers ont tout fait, pour maquiller sans scrupules cette admirable image, qui est devenue ceci cette masse informe telle que :

    Le texte en blanc ci-dessus dit exactement ceci :" Détail cliché n° 20020413a, sonde Mars Odyssey (13 avril 2002) : contrairement à toute logique, l'insolite structure de forme rectangulaire visible sur l'image Viking 1 n° 35A72 n'est plus visible ici. Comment une image d'une résolution de 19 mètres par pixel peut-elle faire disparaître des éléments visibles sur une autre, plus vieille et de, résolution moindre (47 mètres par pixel) ? C'est le paradoxe de la conquête martienne. À croire que plus les instruments embarquées sont précis, plus la lecture des images devient difficile, le résultat opaque.
"

    Et donc, tant que ces Messieurs les sceptiques, qu'ils soient haut placés ou pas dans cette société modernes et dans l'Université, et tous ces médias et autres prétendus astronomes et scientifiques de tout bord,, se tairont au sujet de cette "forteresse" sur Mars (ou au sujet de cette structure gigantesque placée sur la face cachée de la Lune, et visible sur le Paris Match du 18 Janvier 1969) , le site ARTivision continuera à les pousser dans leurs plus petits retranchements, et les forcer à un jour à parler.

    Voilà une mission très prosaïque, qui n'a rien de magique.

    Les deux sondes Spirit et Opportunity et (d'autres après comme celle nommée Curiosity lancée le 26/11/11 ), qui ont été envoyées sur Mars (soi-disant pour y détecter la vie ), ne sont que des leurres, et de la frime, pour faire travailler les chercheurs de la NASA, mais surtout pas pour prouver que la vie a existé sur Mars, car alors, la preuve est déjà là, en la matière de cette "forteresse" dont chaque mur fait, nous l'avons déjà dit plus haut, près de 300 m de large et qui doit faire à vue d'œil au moins 700 m de haut (alors la Tour Eiffel serait vraiment un petit bambin à côté)

    Le voisinage fait aussi apparaître une sorte de "pyramide" dont la hauteur dépasse le km. La NASA et ses sbires agissent exactement comme si un extraterrestre qui voudrait ralentir la découverte de l'existence d'une civilisation développée sur Terre, commencerait pour noyer le poisson, en faisant atterrir son robot au beau milieu d'une zone aride et stérile du Sahara, oubliant volontairement, les villes comme Paris, New York etc...

     Pour en savoir plus, il y a d'abord, le remarquable fascicule américain publié dès 1988, et intitulé "Unsusual Mars Surface Features" de Vincent DiPietro, Gregory Molenaar, et Dr John Brandendurg, par Mars Resaearch P.O. Box 284 GLENN DALE , MAYLAND 20769 :


, et où l'on découvre la photo claire et nette n° 76H593/17384 de la région <FONT COLOR="#FF0000" size=6>Cydonia sur Mars, faite par la sonde Viking, le 31 Juillet 1976 :


      Nous ne nous éterniserons pas sur cette affaire de visage qui a fait couler beaucoup d'encre, Puis il y a aussi, le très remarquable ouvrage "Guizeh, au dela des grands secrets" de Guy Gruais et Guy Mouny publié aux Editions du Rocher dans la collection l'Age du Verseau en Avril 1997.

    Puis aussi, il y a le livre "Le mystère de Mars" de Graham Hancock, Robert Bauval et John Grigsby publié aux Editions du Rocher en Octobre 2000.

    Il y a aussi, le numéro spécial sur Mars d'Avril 2000 de la revue Science&Vie Junior page 57 et photo visible sur notre article placé directement à :


et le nom de la photo est imcydonia1b.jpg . La voici :


    Cependant (Et voilà ici comment une revue importante, fait comme l'autruche) cette revue à grand tirage (réservée à la jeunesse) en présentant pourtant cette "forteresse" , (placée ici sur la gauche de la photo), n'a à aucun moment, donné la moindre information et encore moins une explication utile à son sujet, même à titre de curiosité et seul le prétendu, le visage, a fait l'objet de commentaires de cette revue sous forme d'illusion d'optique bien sûr.

    C'est une honte et un défi inadmissible, à l'esprit humain que nous montrent ces journalistes soi-disant curieux de nature.

    Mais l'actualité nous montre bien, qu'au lieu de nous parler de ces choses cosmiques , qui rassembleraient assurément les humains plutôt que de mettre en exergue leurs divisions, les intitutions qui soi-disant nous guident, nous montrent la confusion qui régne en leur sein, au sujet des niaiseries et autres futilités, qui les préoccupent en ce moment, alors que la planète part à la dérive :


    Rappelons pour les novices ingénus, et un peu distraits , notre propos, vu plus haut, et qui résume tout cela :

     " Ainsi donc l'événement contemporain le plus important de toutes actions humaines actuelles, a été camoufflé par l'église Catholique, alors que cet événement possédait en lui-même, la potentialité inestimable d'unir les humains entre eux, et d'en finir, une fois pour toute, avec toutes ces tensions, tiraillements et déchirements, qui l'animent sans cesse de nos jours .

     A vous de juger une fois de plus tout cela, documents à l'appui."


      Fin de citation ...

Huitième focus significatif : Quand Steven Greer met le pied dans le plat (présenté le 04/10/2014).


Nous avons déjà fait plus haut état fait mention des travaux du Dr Steven Greer, le spécialiste du disclosure Project, autrement dit le partisan incontournable de la divulgation des affaires extraterrestres que nous cachent aùmerement les gens qui nous gouvernent. Voyons rapidement ce qu'il nous avoue dans son dernier livre (Révélations, Vérités cachées Connaissances Interdites ) de Mai 2008 :


     Commençons si vous le voulez bien pas ce passage hors normes :

    Les théoriciens de la conspiration se trompent complètement sur la façon dont les choses sont contrôlées…La vérité se cache d’elle-même. Si vous êtes en mesure de raconter une version de la vérité qui soit concevable, celle-ci pourra être acceptée. Mais si vous dites vraiment la vérité, toute la vérité et que vous souleviez le voile, celle-ci se cache d’elle-même car elle ne paraît pas crédible. Ce sont cependant les choses les plus étranges qui sont réellement vraies.

     Supposons que vous ayez découvert l’existence d’un organisme transnational redevable envers aucun gouvernement, mais ayant infiltré les plus importants : qui, par des actions criminelles et un comportement impitoyable (y compris l’assassinat) se serait attribué le contrôle illégal des technologies les plus puissantes jamais découvertes, y compris le voyage dans l’espace, des technologies qui pourraient supprimer le besoin en combustibles fossiles, préserver l’environnement, mettre fin à la pauvreté dans le monde et que cet organisme n’ait pas le moindre souci des lois, de la démocratie, de la liberté et du bien-être des peuples ni de l’avenir de la planète : qu’auriez vous fait ?… Parce que si vous aviez su et que telle eût été votre réaction, vous auriez fini comme John Kennedy, ou Lord Mountbatten, qui a sauté sur une prétendue bombe de l’IRA, qui était en fait posée par cet organisme. Ou vous auriez subi le sort de Marilyn Monroe, de Mary Meyer, et de toutes ces personnes qui n’ont pas voulu rentrer dans la combine d’un certain secret. Et malheureusement aussi comme certains membres de mon propre groupe, comme l’ancien directeur de la CIA, Bill Colby… Au début des années 60, Ben Rich, ancien directeur de Lockheed Skunk Works, aujourd’hui décédé, déclarait que nous avions désormais les moyens de voyager dans les étoiles.


      Pour en savoir plus :


     Nous passerons très vite sur l'affaire des assassinats de hautes personalités hostiles au Système , et nous invitons les internautes, qui veulent en savoir plus de se reporter à nos articles:



     Mais pour faire très court, dans cette affaire de révélations du Dr Steven Greer, nous retenons la phrase finale incroyable :

      "Au début des années 60, Ben Rich, ancien directeur de Lockheed Skunk Works, aujourd’hui décédé, déclarait que nous avions désormais les moyens de voyager dans les étoiles".


     Les classiques astronomes, astrophysiciens et consorts, qui étudient le cosmos, vont se tordrent de rire jusqu'au moment où ils tomberont sur ce texte déja présenté par ARTivision, dans un de ses articles :

     Voilà, pour les puristes, le début, que quoi il s'agit , au cas, où cela viendrait à disparaître brusquement du Web :


     Le Gouvernement des USA, après l'affaire authentique de Roswell, a , très secrètement contacté des extraterrestres (les Ebens) venant du système de Zeta Reticular, formé de 2 étoiles de magnitude 5, placées à environ 37 années-lumière de nous, près du Grand Nuage de Magellan. D'un groupement très sélectif de 158 personnes, fut érigée une équipe de 12 scientifiques dont deux femmes pour se rendre sur cette planète nommée SERPO, et pour y rester 10 ans. Mais à cause d'un problème, l'équipe y a vécu 13 ans, de 1965 à 1978, et il y a eu même, deux décès

    "...Une fois parvenue à destination, l'équipe a dû subir plusieurs mois d'adaptation aux conditions de l'atmosphère. Pendant cette période, ils ont souffert de maux de tête, de vertiges et de désorientation.

    Les soleils étincelants de la planète des Ebens ont également causé quelques problèmes. Bien qu'ils aient porté des lunettes de soleil, les membres de l'équipage souffraient toujours de la luminosité et devaient se protéger de l'exposition solaire. Les niveaux de rayonnement de la planète étaient un peu plus élevés que sur Terre. Ils veillaient à couvrir leurs corps à tout moment...

    Les aliens ont construit une petite communauté pour l'équipe. Le seul problème majeur était le temps. Le temps était différent sur la planète visitée. Je pense que personne n'a pu réussir à s'en faire une représentation adéquate. Les visités n'ont aucune horloge. Ils n'apprécient ou ne considèrent le temps comme le faisons. Les visités ont trouvé étrange notre relation au temps.

    Les visités étaient extrêmement disciplinés dans leur vie quotidienne. Chacun travaillait selon un programme, qui n'était pas réglé par une horloge, mais relatif au mouvement de leur soleil. Chaque petite communauté disposait d'une grande tour, qui laissait filter la lumière solaire. Quand le soleil indiquait un point particulier sur la tour, celà signifiait que les visités devaient faire telle chose particulière.

    L'obscurité n'était jamais complète sur la planète des visités. La luminosité faiblissait mais jamais complètement. Les visités avaient des périodes de repos, mais pas semblables à nos périodes de sommeil. Les visités se reposaient trois fois pendant leurs journées ensoleillées. Notre équipe a pu déterminer que la période totale de travail était approximativement de 43 heures. Ils avaient trois périodes de repos pendant ces 43 heures. Ca faisait quand même 14 heures d'affilée... on ne pourrait pas obtenir ça d'un grand nombre de nos travailleurs! Les visités ne connaissaient pas non plus les mois ou les années.

    Ils avaient des âges de la vie, comme notre équipe l'a découvert. Il était impossible d'évaluer l'âge des visités, bien que notre équipe ait remarqué des tombes. La population de la planète visitée était d'environ 650.000. Des petites communautés étaient installées sur toute la planète. Il y avait des fleuves souterrains, qui se jetaient dans les vallées ouvertes. Ils étaient industrialisés.

     Mais toute la nourriture était cultivée, dans des champs ou dans de grands bâtiments. Ils élevaient des animaux. Différents types. D'étranges grandes bêtes, qu'ils employaient pour le travail et d'autres choses, mais aucune viande n'était consommée. L'aspect géologique de la planète était très différent de notre environnement. Peu de montagnes, aucun océan, quelques arbres ou quelque chose de semblable aux arbres et pas d'autre civilisation que les Ebens.

     Au yeux de notre équipe, chacun avait l'air semblable. Mais après un certain temps, les membres de l'équipe ont appris à identifier différents Ebens par leurs voix. Bien que les Ebens ne pouvaient communiquer en anglais, ils émettaient des bruits que nos membres de l'équipe étaient capables de traduire en anglais. Il nous a fallu cinq ans pour parvenir à traduire complètement leur langue en anglais. Le compte-rendu complet du debriefing représente environ trois mille pages...
"


     Pour en savoir plus sur cette inimaginable affaire :


    Il ne nous reste qu'à vous souhaiter un bon courage pour la découverte intégrale de cet incroyable récit...

     Et comme le grand acteur que fut Louis Jouvet nous le disait si bien, dans le film de 1937 "Drôle de Drame" de Marcel Carné, répétons volontier ici, cette tirade célèbre :

Moi, j'ai dit BIZARRE, BIZARRE ? COMME C'EST ÉTRANGE ...


           Fred IDYLLE

     Article mis en page le 11/09/2014 , et revu le 12/09/2014 , et revu le 13/09/2014 , et revu le 14/09/2014 , et revu le 15/09/2014 , et revu le 16/09/2014 , et revu le 18/09/2014 , et revu le 19/09/2014 , et revu le 20/09/2014 , et revu le 21/09/2014 , et revu le 22/09/2014 , et revu le 23/09/2014 , et revu le 24/09/2014 , et revu le 26/09/2014 , et revu le 27/09/2014 , et revu le 28/09/2014 , et revu le 29/09/2014 , et revu le 30/09/2014 , et revu le 01/10/2014 , et revu le 02/10/2014 , et revu le 03/10/2014 , et revu le 04/10/2014 , et revu le 05/10/2014 , et revu le 16/10/2014 , et revu le 23/05/2014 .

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil