Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web
strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas

Pour connaitre le code des couleurs, prière d'aller, SVP, à :
Avant-propos.html




Quand, ARTivision rejoint, une fois de plus, Anne Givaudan, dans son incroyable révélation, tirée de son ouvrage de 1986 : "Le voyage à Shambhalla", écrit en collaboration avec, Daniel Meurois.


I Avant-propos

     La politesse, la plus élémentaire, (hélas cela se perd de plus en plus et on en voit les graves conséquences actuellement), veut d'abord que nous présentions, tant soit peu, ce site ARTivision, (Sigle officiel en couleur et forme), aux néophytes, (qui le découvrent à peine) en ces Temps de Révélations. (ce qui va être explicité très bientôt).

      Pour ceux qui voudraient vraiment sortir des sentiers battus, et vraiment transcender les petits désagréments du confinement actuel de la France, dû au sévère COVID 19, il est préférable d'abord de savoir que pour le Webmaster de la plate-forme ARTivision, cet étrange épisode sanitaire, qui touche le monde entier, est très
élémentaire, dans la vie de cette planète, (voir alors l'épisode du SL9, qui en Juillet 1994, aurait pu remettre les compteurs à zéro, sur cette planète pour 10 000 ans, à notre  article clef :
http://www.artivision.fr/Un-choix-Lumineux-pourARTivision.html)

    Et, il est utile aussi, de savoir que, le Webmaster, de la plate-forme, ARTivision, vit dans une ïle tropicale  , les sensibilités humaines sont à fleur de peau, à cause d'un passé esclavagiste très douloureux, de près de 400 ans, (les ancêtres en connaissent un rayon), et voici d'ailleurs une photo ancienne de ce Webmaster, lors d'un retour à Lyon, où, il a fait toutes ses études :


Fred au parc de la Tête d'OR à Lyon.

       Ce Webmaster très sensible,  aurait en effet bien aimé, recevoir des internautes, ce qui est très rare, quelques encouragements, pour la qualité hors-norme, de ses recherches, (voir pourquoi plus bas) .

       Il est aussi utile de savoir, que ce Webmaster aura, le 13 Mai prochain, 81 ans, et donc, il n'est pas tombé de la dernière pluie, en matière de la connnaissance du Cosmos, qu'il étudie dèpuis les années 60, au travers de nombreux livres rares, et aussi de multiples revues comme Sciences et Avenir (dont nous possédons le n° 1 de Mai 1947, qui nous parle étrangement de l'Amiral Byrd), et aussi les revues comme, Ciel&Espace, Science&Vie, La Recherche, Pour La Science, Planète, Science&vie Junior, Nexus, Occulture, L'Autre Monde, Le Monde de l'inconnu, L'inconnu, Ouranos, Trait d'Union, Ça m'intéresse, Lumière dans la Nuit, Ondes Vives ....etc... Nous avons aussi la chance de possèder, tous les exemplaires de la revue Nostra du n° 1 d'Avril 72 au n° 535 de Juillet 82.

      Toutes ces revues, ont bien sûr eu, à jouer un rôle important dans Ce Temps de la Révélation, et on verra plus tard, pourquoi !...

     Disons maintenant que même,   si vous  étiez  un auteur chevronné de la littérature de la Science Fiction, vous pourriez tout de même, tomber à la renverse, en découvrant les informations surprenantes, que nous allons soumettre ici, à votre attention...

      Il est alors préférable, de vous accrocher solidement, aux murs de votre environnement, avant de poursuivre la lecture de cet article ...

     Nous vous dirons aussi que le site ARTivision, est un très vieux site (voir archaïque), et que son Webmaster, aime utiliser dans ses démonstrations de vieux documents rares irrécusables et incontournables, qui mettent souvent, très mal à l'aise, les bien-pensants zététiques et opportunistes...

     De plus, il va rarement sur le Web, pour ne pas fatiguer ses yeux fragiles sur un écran, et ce sont d'aimables internautes, qui lui envoient leurs découvertes, confirmant parfois,  les faits cités, il y a longtemps, sur le site ARTivision.

     Ce webmaster étudie, les affaires de l'espace, depuis 1960, et voici donc ici, en quelques mots et images, très prosaïques, qui montrent le fait, qu'en ce qui concerne, les informations venant de l'Espace et de la NASA, les intellectuels soi-disant vigilants, se mettent le doigt l'œil, jusqu'au coude, et que les conspirationnistes, sont bien ceux, qui dirigent cette planète, d'une main de fer...

     Il faut donc savoir que le commum des mortels, est très en retard, sur ce qui se passe dans notre environnement cosmique terrestre, et qu'en très Haut Lieu, on nous cache perfidement des faits inouis, et de plus comme par hasard (notion à laquelle nous ne croyons pas du tout), cette super connaissance, vous est diffusée de cette petite ile, la Guadeloupe, que le spationaute Thomas Pasquet, nous a curieusement, un jour béni, joliment photographiée , et vous saurez bien, un autre jour, pourquoi !!


     Depuis 23 ans (en l'an 2020), le site ARTivision se présente comme le premier site d'Archéologie spatiale   de la région caraibe et du Canada français, et il est ce que l'on peut appeler un CoBDES (Cosmic Background Data Explorer Site)  : Site d'exploration des informations de base, liées au Cosmos (note bien la couleur fuchsia relative à la dimension 4 et plus,  du Cosmos). 

      Les informations qui vont être reproduites ici, sont tout à fait hors normes, et ont été déjà présentées, dans de nombreux articles clefs. Cependant, il convient de bien noter, qu'aucune de ces informations n'a été contredite, par les bien-pensants de la sphère officielle académique ou médiatique. Vous ne trouvez pas cela bizarre ?...

      Notons en passant, que le site ARTivision, (qui est totalement bénévole et sans publicité d'aucune sorte), a de très faibles moyens d'intervention, (pas de possibilité de faire des vidéos, des images en 3D, et de transmettre des messages audios. Merci mille fois à l'internaute béni, qui peut aider dans ce sens), car son Webmaster, ne participe, à aucune manifestation, politique, sociale, économique ou religieuse, de quelque nature que ce soit, (pas de Facebook, ni de Twitter..etc...ni de téléphone portable, chez lui), et il ne diffuse son e-mail, que dans des articles très spéciaux et essentiellement cosmiques, du site en question.

        A propos de l'utilisation systématique de la couleur, sur ce site, il serait bon de rappeler à nos aimables internautes, que le site ARTivision est d'abord un site scripto-artistique, (le premier du genre sur le Web français), et cela qui signifie qu'il utilise un code personnel pour les couleurs de l'écriture (en taille et police voir la page :code couleurs), qui sont gratuites sur le Web, même pour les smartphones (sauf bien sûr, pour l'imprimante, mais il existe bien sur, des moyens pour tout imprimer en noir et blanc).

        Cela a déboussolé, beaucoup d'internautes habitués à ne voir que du noir, dans l'écriture qu'ils découvraient sur le Web. Cela ne vous rappelle-t-il pas (hors de toute vanité), la vie de Vincent VAN GOGH, le célèbre peintre neerlandais (1853-1890), très critiqué par les traditionalistes de l'époque, et qui est mort dans la misère, et n'a même pas réussi à vendre en son temps, un nombre de tableaux, se comptant, sur les doigts d'une seule main, alors qu'actuellement, un seul de ses tableaux, vaut des millions d'euros.

     Mais ce jour, rappelons aussi en ces temps de stric confinement du peuple français, pour les gens hélas très pressés, qui survolent souvent en diagonales, les textes très ésotériques, d'ARTivision, que cette plate-forme est de nature mystico-rationaliste, (mot que vous ne trouverez dans aucun dictionnaire), et cela résume le fait que rien n'arrive par hasard sur ce site, qui existe bénévolement depuis 1997, et aussi que cette plate-forme, intégre pleinement des textes dits transcendants, qui nous viennent d'entités dites ascensionnées, comme par exemple : Sananda, Ramtha, Dratzo, SaLuSa, Mikaël, Dorian, Soria, Saint-Germain ...etc...

     Ces textes, pourtant, d'un très haut niveau de connaissance, ne sont jamais discutés, en public sur les plateaux des télés, qui ont pignon sur rue, et pourtant ces textes nous invitent à méditer sur le devenir de cette planète Terre, en très grande mutation

     Ces textes, à coup sûr, font souvent, grincer des dents, de dépit et d'amertume..., bien des technocrates, philosophes, psychologues, psychiatres et consorts intellectuels affiliés blasés.

        Mais, le Temps des Révélations est, on le sait, bien arrivé, et c'est, le rôle d'ARTivision, de démontrer pourquoi !

II Introduction.

         Tout commence donc dans cet article, par le fait que nous avons reçu la missive suivante, d'un ami grand explorateur du Web (ce que nous ne sommes pas du tout)

----- Original Message -----
From: Daniel DURIEUX
To: Fred IDYLLE
Sent: Tuesday, April 07, 2020 5:21 PM
Subject:ANNE GIVAUDAN : nous ne sommes pas en guerre, mais…
https://www.youtube.com/watch?v=RqsiGgslW7Y Superbe vidéo! Merci Anne.


      Fin de citation.

       Rappelons alors ici, pour les novices, que le site ARTivision, a déjà mis en exergue les puissantes révélations d'Anne GIVAUDAN, dans nos articles clefs :


      Disons alors dans cette vidéo, Madame Anne Givaudan :


plonge dans les chemins de la Transcendante Astrale, pour explorer les mondes parallèles (auxquels nous accordons un grand crédit), qui nous environnent, (et il en est de même, de Monique Mathieu : voir son récent texte placé à : https://ducielalaterre.org/un-etre-sage/fr/ , ou les textes de notre amie très vigilante et inspirée Aurélia Ledoux (http://www.unepetitelumierepourchacun.com)


       Alors, les intellectuels blasés, en brandissant leurs brillants diplômes officiels, vont traiter tout cela de "f'ake news" , montées par des conspirationnistes en mal de publicité pour vendre leurs habituelles niaiseries du New AGE.

       Le Webmaster du site ARTivision, répondra du tac au tac, que les tiraillements actuels, qui s'étalent au grand jour, au sujet de l'effet des médicaments pouvant combattre le Covid 19, nous rappelle clairement que l'histoire des sciences, nous permet de savoir que les scientifiques n'agissent qu'en fonction des informations admises par leurs mentors universitaires, et si par exemple, on leur apprend que l'énergie du Soleil est due à des réactions atomiques basées sur le noyau de l'hélium, ils s'en tiendront là, et feront leurs thèses et leurs calculs sur l'équation fondamentale tirant l'énergie de l'hélium. Ils en resteront là, jusqu'à l'apparition d'une nouvelle théorie plus générale.

     Il n'y a pas en effet, si longtemps avant la découverte de la célèbre formule E=MC² d'Einstein, on admirait la théorie de la contraction du soleil, proposée par le savant allemand, Hermann Ludwig von Helmholtz, qui dès 1854, supposait qu'il y avait transformation de l'énergie de gravitation en énergie thermique, et que le Soleil devait se contracter, par simple effet de l'attraction gravitationnelle vers son centre, et produire ainsi de la chaleur par compression des masses gazeuses.

     Eh bien, on le sait maintenant, cette superbe théorie, n' a vécu que, (comme le dit si bien le poète François de Malherbe), l'espace d'un "matin", et celle que l'on applique actuellement ne sera pas plus durable... car notre Soleil, a en réalité, d'après le collectif Soria, une température moyenne de 37,6° C.

      Donc tout est relatif dans ce monde et le domaine de la Science est lui aussi, fonction du niveau d'évolution, de ses chercheurs dans le Temps et l'Espace. Le "Vrai", (à un certain degré de connaissance de nos universités), est donc aussi impalpable, que le "Faux". Les lois que l'on applique à un moment donné doivent s'adapter aux découvertes nouvelles, pour les intégrer tant soit peu. Les révolutions culturelles sont difficilement acceptées par les mandarins et des "martyrs", en font souvent les frais. L'histoire de la Science est criblée de cas de cette nature, comme par exemple celle de Giordano Bruno, d'Immanuel Velikovsky, et de bien d'autres, qui furent des précurseurs très critiqués.

      Que vous le croyez ou pas, Messieurs les sceptiques irréductibles, de cette socièté bancale, cela prouve que le Temps du Grand déballage des choses cachées est bien arrivé ...

       Il y a une raison supérieure très mystérieuse à tout cela, car "rien n'arrive par hasard", comme le dit si souvent, le Grand Maître de Findhorn :

" Rien n'est le fruit du hasard.
Il y a un dessein et un plan parfaits sous-jacents à toute vie,
et tu fais partie de cette globalité;
***********************"

La petite voix : Eileen Caddy.Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 30 Mars, après adaptation d'ARTivision.

      Voilà donc des mots, qui vont certainement mettre très mal à l'aise, les bien-pensants affairistes et autres consorts philosophes, fervents adeptes de la prospective technologique débridée.

      Mais pour bien assimiler cette histoire fantastique, très peu dévoilée dans nos écoles et universités publiques, il convient alors ici, de reparler brièvement, de cette affaire de matrice vivante, si magistralement, exposée par l'entité transcendante Soria, et présentée, dans de très nombreux de nos articles, et en particulier à l' article (matrice vivante.html), et dont les prémices, nous sont dés lors, on le sait, présentées en douce, dans l'extraordinaire entrefilet moderne suivant :


       Ce communiqué de presse, n'est-il pas déjà, s'il en était encore besoin, une marche, vers l'avant-garde de la découverte du fait, prouvant que la Nature, n'est pas du tout un concept soumis aux tribulations d'un hasard aléatoire, comme on a voulu, nous l'enseigner, dans nos écoles et nos universités.

        Mais, il conviendrait aussi, de redécouvrir en passant, dans le même ordre d'idée, le super passage qui suit, et qui est tiré de l'ouvrage extraordinaire de Joseph Whitfield, ISBN 9.782880.580674, publié aux Editions Vivez Soleil en 1991, mais aux USA dès 1983, sous le titre : "The Eternel Quest" :

  

        Il importe aussi de savoir, que c'est une très forte intuition, qui nous a invité à commander ce livre, que nous avons reçu le 25/07/2012 :

    Voici donc, en page 185, le sublime passage en question :


        Comme cela est...tout à fait surprenant...n'est-ce pas !!!

      N'empêche que le site ARTivision, dès le 8 Juin 1999, il y donc exactement déjà, 20 ans de cela en 2019, avait pressenti que le contexte du vivant, était bien plus extraordinaire, que ne sauraient l'imaginer nos meilleurs maîtres de la science-fiction : Voir notre article clef, de l'époque qui prouve absolument tout ce qui précède, au grand désarroi des mécréants zététiques, de toute nature :
      Cet article s'intitulait :

Intercommunications naturelles spécifiques
chez les êtres vivants, et retour
à la dimension cosmique de l'humain.

      Des découvertes récentes, sont venues, bien sûr, confirmer cela, au-delà de toutes nos espérances :



      Mais pour avancer dans ces decouvertes, il va de soi que la plate-forme, ARTivision, elle, (on le sait dejà) depuis près de 23 ans, passe par des faits les plus concrets de notre système solaire, de manière très empirique et irréfutable pour confirmer les dires de cette dame, initiée, par des Maîtres ascentionnés de très haut niveau.

III La genèse de l'affaire.

      Pour mieux mettre en relief, notre démarche, établissons ici alors, un 1er focus ...

Premier focus :

      Prenons par exemple, dans le cortège des articles, cités ci-dessus l'url :


où, l'on peut lire ceci :

       "Mais ce 28 Mars 2019, voici venu le Temps du Grand déballage, où ARTivision, (qui est chacun le sait, un site évoluant dans un contexte Mystico-rationaliste), va sortir son maître joker qui pourrait alors renverser tous les éléments sclérosés du jeu de quilles des bien-pensants blasés "ARTEiques" , et de leurs consorts intellectuels scolastiques...bien engoncés dans leurs cocons feutrés...

    Ayons d'abord le courage de présenter cet ouvrage ésotérique, déjà présenté, dans de nombreux articles du site :

     Disons alors que cet ouvrage constitue l'une première source mystique, à qui nous devons l'idée extraordinaire , de cette affaire impensable de Terre creuse, nous vient alors des pages 193 et 194, de l'ouvrage extraordinaire intitulé "LE VOYAGE A SHAMBHALLA" par Anne et Daniel Meurois-Givaudan publié en 1986 par les Editions Arista.

    On y trouve alors, ce passage à la fois, très significatif, et poétique en plus :

     " Votre terre est creuse, vous le savez, creuse comme le sont toutes les planètes du système solaire, aussi creuse qu'une noix sans ses cerneaux .
     également, vous attendent les prémices d'un avenir fabuleux ou plutôt d'un présent déjà bouillonnant en vous. Lorsque les sages disent aux hommes de chercher à l'intérieur d'eux mêmes, ils sont dans la vérité à tous les stades de compréhension. La Terre vous suggère en certaines contrées la grande flamme de son cœur. Elle la fait s'élancer vers le cieux comme le lotus flamboyant et tel un baiser d'union avec ce qui est en haut. Cette flamme ou plutôt ces flammes sont les aurores boréales ou australes. C'est la radiation cristalline du soleil intérieur enclos dans le grand être qui nous porte tous et qui jaillit par les pôles. C'est aussi une source vitale éthérique, dont vous ne pouvez avoir idée. L'heure ne se présente pas encore d'éluder pour l'homme la totalité des mystères de l'Agartha et du continent central. Nous refusons de précipiter ce temps pour la sauvegarde de la majorité des consciences immatures. Vos gouvernements s'y refusent aussi , bien que partiellement informés, pour la sauvegarde de leur pouvoir "


     Fin de citation de l'article en question.

      Et nous voilà déjà alors arrivés à notre 2 efocus ...

Deuxième focus :

     Autrement dit, si nous comprenons plus avant le texte incroyable, ci-dessus, c'est cette radiation cristalline du soleil intérieur :


qui est vraiment responsable de ces trainées lumineuses flambloyantes (appelées aurores boréales ou australes) qui apparaissent autour des pôles de la Terre.


      Et voici encore, d'autres superbes aurores polaires :



     Ou encore :



     Cette surprenante dernière aurore boréale, nous est due grâce à la courtoisie du Dr Hallinan, et l' astronaute Overmeyer de la NASA.

      Donc, cela n'a rien à voir avec la magnétosphère terrestre, qui d'après nos scientifiques, serait exitée par notre Soleil extérieur, comme nous l'explique si bien, la revue Science&vie1095 de Décembre 2008 :

  

       On voit alors que selon cet article, qu'il n'y a que deux théories qui ont l'agrément des scientifiques et surtout que les mots manquent aux scientifiques pour "expliquer cette spectaculaire violence venue du ciel". Pas question que cette aurore spectaculaire, vienne de quelque partie que soit, de la Terre.Point barre.

       Pourtant l'illustration présentée par cette revue, montre bien que l'intensité de la lumière se manifeste vers le bas donc tout près de la Terre et non du haut du ciel, comme cet article le précise :


     Mais, soyons fair play, et présentons aussi ici, le beau schéma d'explication des scientifiques du même Science&vie1095 de Décembre 2008, concernant le vent solaire, qui vient chatouiller, la magnétosphère terrestre, pour produire les superbes aurores boréales et australes :


      Nous supposons alors que la mission Themis, lancée par la NASA en Février 2007, avait d'autres objectifs plus secrets qu'une ballade de satellites dans le flux solaire. Bref chacun est libre de croire ce qu'il veut en fonction de la nature des informations qu'il détient.

     A vous de juger...

      Mais voilà, que maintenant nous arrivons, à notre très important 3e focus ...

Troisième focus :

      C'est en Janvier 2005 qure le Webmaster d'ARTivisin, en exclusivité mondiale, l'affaire de Titan le gros satellite de Saturne (et affaire bien ignorée actuellement par nos astronomes, astrophysiciens et consorts béni-oui-oui de la NASA, qui ont parlé alors de petit nuage blanc ).

Titanbleuefleche700.jpg
Découverte faite en exclusivité du site ARTivision, dès Janvier 2005.

Les astronomes ont tous, vu un petit nuage blanc.

      Cette image donc, confirme admirablement la superbe révélation, faite ci-dessus par Madame Anne Givaudan, et on revoit ici, très nettement (bout de la flèche rouge). la sorte de superbe réverbération, prouvant que la luminosité du disque, vient bien de l'intérieur de l'astre.

      C'est donc ici pour ARTivision, l'occasion, une fois de plus , d'inverser mgisatralement, le sage proverbe antillais, bien connu, tel que :

"Sa I bon pou Zwa, I tou bon pou kanna"

"Ce qui est bon pour les oies, l'est aussi pour les canards"

       Autrement dit :

" Ce qui est valable pour Titan :


  

l'est aussi pour notre Terre
".

       Rappelons aux novices, (qui lisent souvent en diagonales les articles du site), qu'il n'est pas besoin de sortir de Polytechnique, pour découvrir ici, que cet œil surprenant de Titan, extrêmement brillant, de près de 300 km de diamètre, qui nous interpelle ci-dessus, possède clairement, en desous de lui, de faibles traces cependant bien visibles, soulignant la présence une sorte réverbération, sur les couches de l'atmosphère de la planète, prouvant ainsi absolument, que cette extrême luminosité, vient bien de l'intérieur de l'astre
. (voir le bout de la flèche rouge).


      Mais, comme on le voit sur l'image de droite, le Pôle Nord de Titan est aussi entré dans la danse...

      Il faut aussi remarquer surtout que c'est parce que la sonde Cassini Huygens (qui a fait ces photos et beaucoup d'autres qui n'ont pas été montrées), avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel, aux informations de la sonde. Donc la NASA a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher, ce disque extrêmement lumineux qui est apparu au Pôle Sud de Titan. Point à la ligne...

      Mais il y a mieux dans cette affaire de vortex polaires planétaires, ce qui ne va pas manquer de faire hurler d'amertume les détracteurs zététiques et leurs consorts intellectuels archi-déphasés.

      En effet, nous avons appris, au début d'Avril 2019, que les scientifiques, ont réussi à photographier dit-on, un prétendu trou noir cosmique, tel que :


      Pourtant en 1992, on était déjà, aussi heureux d'exiber cette autre image et on ne parlait surtout pas , dans ce cas, de parhélie, autrement dit, des phénomènes dus à des illusions d'optique :


     Notons en passant, que les Ummites, ces Aliens, qui visitent la Terre, en ce moment, n'aiment pas du tout, cette affaire de trou noir.
      En effet, ces derniers, (voir nos précédents articles), lors d'une conversation téléphonique bien ciblée, ont dévoilé le fait, que les trous noirs n'existent pas dans notre univers, ce que l'astrophysicien Jean-Pierre Petit, (qui a lui aussi reçu en 1992, une lettre ummite venant de Ryad), a l'air de confirmer, au grand dam, de ses confères académiques...

  

  

     Pour les novices ingénus, qui ignorent tout de cette affaire des ummites voir aussi, ce récent petit fascicule remarquable, d'Octobre 2018 :


, qui y consacre 12 pages.

      Mais alors, l'on note aussi, que ces Messieurs les scientifiques, vont à perpette (près de 50 millions d'années-Lumière), chercher l'image d'un obscur vortex, nommé Trou Noir, mais, qu'ils sont incapables de voir, celui bien plus voisin d'eux, très lumineux de l'astre nommé Titan, satellite de Saturne, tiré du site tel que :


      On découvre alors ceci d'abord justement en noir et blanc :

TitanJLPsiteNASAPolesudennoiretblanc.jpg

Et voici alors, un semblant d'explication de la NASA :


     En rouge, on comprend : " Un brillant nuage de particules de méthane apparait au pôle sud des 3 images. .."

     Oh là ...."un nuage de particules de méthane", disons que ce méthane, a dû être chauffé à blanc, et ionisé sous forme de plasma, par un phénomène naturel inconnu, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, amplifiée magnifiquement par les rayons d'un Soleil, qui, on le sait, est très éloigné de Titan, de près d' 1,5 milliard de Km...

       On le voit, ici la NASA, parle "d' un brillant nuage de particules de méthane qui apparait au pôle sud de Titan" , ce qui nous montre une fois de plus que les mots employés nous éloignent, tout aussi assurément, de la réalité.

     Et en couleur, c'est bien mieux sur le même site de la NASA, on trouve aussi ceci :



     Pas besoin d'être fortiche en anglais, pour découvrir que le laïus en dessous de l'image, ne mentionne plus du tout, le disque blanc apparu (Bien sûr, on en a déjà parlé ci-dessus, et pour la NASA, pas de bavardage inutile n'est-ce pas !!). A vous de juger.

     Mais ajoutons une image en couleur, de plus :


     Le point lumineux au bas de la planète, est toujours là, et, étant donnéé sa grosseur, ce point correspond en fait, à un disque superbement lumineux gigantesque d'environ 300 Km de diamètre.

     Terminons, maintenant ce 3e focus en prensentant en passant, (bien que cela remonte à près de 9 ans), le message du Grand Maître SaLuSa, reçu en Mars 2011, et paru à l'époque sur le site :


et texte que vous pouvez aussi trouver à notre article clef :

...

       Mais les éternels zélés détracteurs, qui ont aussi lu, vite fait, les nombreux articles pointus d' ARTivision, sur le sujet, nous diront avec une certaine condescendance :

"S'il existait, des vortex polaires quelconques, les milliers de satellites, qui circulent au-dessus de nos têtes, les auraient déjà photographiés en long et en large. Point Barre... "

        Nous invitons alors, une fois de plus, ces supers bien-pensants, à revoir les photos officielles, suivantes, qui montrent assurément, selon nous bien sûr, une manipulation informatique notoire :





    , et maintenant, de plus près :



    Que sont donc ces nuages noirs filiformes et qui se dirigent tous, vers un point central au dessus du Pôle Nord ?

      A notre humble connaissance, C'est du jamais vu dans un contexte météorologique quelconque. Tout cela doit être , pour camoufler quelque chose...A vous de juger !!!

     D'autre part, sur le super site qui suit :


     , voilà, ce qu'on pouvait aussi, à l'époque y trouver :



      Mais, que veulent donc bien nous montrer, la superbe flèche rouge en question, et le cercle bien net, en son bout ?

      Mais, toujours concernant le pôle Nord, l'après-midi du 10/10/08, en recherchant une information dans nos dossiers, nous sommes tombés sur l'entrefilet suivant de la revue TOP SECRET n° 33 d'Oct-Nov 2007. Voici donc de quoi il s'agit :



      D'abord, félicitons vivement notre ami Roch Saüquere, Directeur de la revue Top Secret , pour la belle formule littéraire suivante :

"" ...Ils"décident de ce que nous devons croire et penser "

      Il nous reste maintenant à nous demander, comment il se fait, que l'énorme étendue glacée et toute éclatante de blancheur de l'Arctique, on aperçoive cette insolite pastille noire et qui évidemment n'a jamais été expliquée, par les commentateurs du journal télévisé de LCI.

      Mais si nous agrandissons un peu, ce dique noir, cela nous donne grosso modo ceci :



      On découvre alors qu'au bout de le flèche rouge, mise par nos soins, il y a une faible luminosité qui semble fuser à deux endroits, en-dessous du disque en question. N'y aurait-il pas alors au centre de ce disque quelque chose de bien plus lumineux que l'on cherche à cacher. A vous de juger !!

        Mais côté, Pole Sud, les magouilles, sont aussi flagrantes :

      En effet, le 29/05/08, nous avons reçu de l'ami Jean-Carlo S... l'invitation à visiter le site : www.worldwidetelescope.org, où l'on pouvait télégarger un logiciel d'astronomie de Microsoft donnant des images extraordinaires, dont celles-ci qui concernent l'Antarctique:

  

     Comme on le voit, l'existence d'une pastille plutôt énorme, à l'emplacement de la région polaire, ne saurait aucunement représenter le pôle géographique en question. Alors que fait donc cette pastille ? A vous de juger!

      D'autre part, nous avons aussi en 2010, reçu la missive suivante :

----- Original Message -----
From: Didier B........
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Tuesday, May 11, 2010 5:47 PM
Subject: Envoi d'un message :Une photo satellite du Pôle Sud : n°P-019-0049-5054.jpg


      Bonjour Fred ,

    Voici une photo satellite du pôle sud qui ne manquera pas d'intéresser tes lecteurs.
     En effet, vers le centre du continent antarctique, on distingue nettement une forme circulaire évoquant un cratere ou bien un trou vers le centre de la Terre. Je ne peux helas pas te donner la source, qui est asiatique d'apres les caracteres incrits sur l'image.

    Merci pour ton travail et bonne continuation.

        Didier B........

     Agrandissons donc ce disque insolite :


    Pour ARTivision, il ne s'agit pas bien sûr, d'un cratère gigantesque, ou d'un trou tout aussi immense, mais simplement d'une pastille de camouflage, qui cache au commun des mortels, des lumières qui lui seraient inexplicables.

    Mais on le sait, sur ARTivision, rien ne se passe au hasard, car justement, voici autre une missive, disons très opportune


     Dans ce super message, il y avait alors ce passage inouï :

     "Par exemple, il y a des preuves incontestables que la vie n’a pas seulement existé sur votre Lune et Mars, mais qu’elle existe encore en ce jour. Il est également connu qu’il existe une Terre intérieure, "la Terre Creuse", qui abrite des Êtres très avancés ... "


         Voilà des propos, qui vont encore faire hurler de dépit et d'amertume nos scientifiques bien blasés l, mais le Webmaster du site ARTivision lui, reste de marbre, devant ces gesticulations désuettes et attardées, et met tout ce beau monde, carrément au pied du mur, tant qu'il ne se prononcera pas officiellement, sur la véritable la nature du fait cosmique qui suit, que ces scientifiques ont volontairement oublié de citer dans leur audacieux fascicule, de la revue "Sciences et Avenir"142 Hors série d'Avril-Mai 2005, et fascicule qui se présente tel que :


     Ce super fascicule hélas, dans les 10 faits présentés a cependant loupé lamentablement le coche (que la NASA, dès Décembre 2004, avait placé, juste devant leur porte), en la qualité de cette image, pourtant surprenante, de Titan, et ils ont été incapables de voir, ce vortex, très lumineux au pôle sud, de l'astre nommé Titan, satellite de Saturne, tel que :

  

Photos publiées par la NASA le 17 Déc. 2004

      A vous de juger donc, tout ce qui précède, documents incontournables, à l'appui...


      Mais, ce 15 Avril 2020, avant d'aborder notre 4 e focus, il serait peut-être utile, pour les novices, qui veulent vraiment approfondir, ce nouvel aspect de la connaissance, (non divulgué dans nos doctes universités), de montrer ici une courte liste, des ouvrages déjà publiés par Madame Anne Givaudan et aussi Mr Daniel Meurois, afin de prouver que cette affaire d'univers parallèles, devrait vraiment, nous interpeller actuellement, et liste tirée de l'ouvrage de 1996, aux Editions Arista :



      Et, il y en a eu beaucoup d'autres. Voir aussi la vidéo récente de 2020 :


     Il n'est pas utile, de démontrer ici, que certains animaux de compagnie, captent, des vibrations venant d'un monde parallèle, et savent nous avertir, par exemple que la mort, (même accidentelle), d'une personne aimée, est proche, pourquoi n'en serait-il pas de même, de certaines personnes très sensibles, comme Anne Givaudan, Monique Mathieu, Aurélia Ledoux, et bien d'autres.., qui nous font voyager dans ces mondes d'Outre-Espace.

Quatrième focus :

      Mais, ce jour, (en ligne directe avec tout ce qui précède), nous allons commencer par vous présenter ici, une image animée, extraite d'un site de la NASA, tellement incroyable, que de nombreux internautes, qui fréquentent parfois les arcanes ésotériques du site ARTivision, ont cru qu'il ne pouvait s'agir, que d'une image que nous avions trafiquée :


      Cette image animée très surprenante et jamais montrée dans nos télévisions qui ont pignon sur rue, est datée du 14/11/2001, et est tirée, du site (encore visible), de la NASA, tel que :


      Alors, Messieurs les cosmologistes officiels, et consorts journalistes blasés, que vous puissiez connaître ou pas, cette superbe configuration lumineuse, de notre belle planète la Terre, elle existe bien et c'est la NASA elle-même, qui nous l'a communiquée, ce qui prouve que ses protagonistes, sont très au courant de l'affaire des "ouvertures polaires" et qu'ils ont voulu , nous lancer indirectement une sorte de "bouteille à la mer"
. Point barre
:

-----Message d'origine-----
De : Pierre ....
Envoyé : Lundi 30 Septembre 2013 04:53
À : Fred Idylle
Objet : Pole Nord

        Bonjour,

     Vous trouverez certainement votre bonheur à :


 Bien cordialement

      Bien sûr, nous avons déjà remercié vivement Pierre, pour sa souvereine participation, aux recherches très pointues d'ARTivision.

      Mais, au cas où ce site venait à disparaître comme par enchantement,, voici le début de sa présentation :


puis on découvre plus bas cette surprenante vue du Pôle Nord

     Mais voyons cela de plus près :


     On voit alors ici, que le satellite ENVISAT, en question, a eu quelques regrettables trous de mémoire, et surtout qu'aucune explication ne nous est également donnée, sur la présence très insolite de ce disque noir, au Pôle Nord.

      D'autant plus, qu'en agrandissant l'image, on voit aussi cela :


     Comme on le voit finalement, il se passe pas mal de choses très mystérieuses, qui s'attachent aux zones polaires de notre planète.

     Mais voici le plus étonnant, tiré de la revue bien connue, Science&vie, de Novembre 2004, numéro 1046
:


     Aucune explication concernant la présence ici, de ce super disque noir, ne fut fournie par cette revue, sauf celle-ci :

"L'Antarctique est surveillé de prés par Envisat".

    Il va s'en dire que cette gigantesque pastille noire, n'est pas , par hasard, et une fois encore, elle vise à masquer une chose incroyable qui s'impose à nous, et donc le satellite Envisat semble bien avoir, ici aussi, quelques trous dans ses mémoires électroniques, d'autant plus que l'on aperçoit des faisceaux très lumineux sous-jacents, s'échapper tout autour du disque noir.


    Ce qui est plus extraordinaire, c'est qu'une revue, qui a pignon sur rue, dans le monde des médias, se permet de présenter une photo de l'Antarctique avec un disque noir gigantesque, sans aucune explication, concernant sa présence très insolite, à l'endroit en question.

    Bien que l'on sache que cette photo est une photo mosaïque (il a fallu de très nombreux passages du satellite pour l'obtenir), on demeure confondu devant tant d'insouciance et de désinvolture, vis à vis des lecteurs de cette revue. (A vous de juger...)

      C'est alors qu'un certain internaute, Fabrice C....., nous a interpelés sévèrement, le 21 Mai 2006, pour nous dire, avec une assurance à toute épreuve :

" Eeeet oui, il ne faut pas d'explications, quand il est EVIDENT qu'il s'agit de la limite de la couverture satellitaire... Mais bon, tant de naïveté offensée est rafraichissante. Vraiment... ".

     Nous avons alors montré, bien sûr, à cet internaute , si fier de sa culture"satellitaire", la photo extraordinaire de Jupiter suivante :


     Et bien sû, ce Monsieur Fabrice C....., est resté, dès lors, muet comme une carpe, voyant de plus, passer près d'elle, un gros requin...

      Cette photo assurément trafiquée de la NASA du pôle nord de Jupiter, est extraite du n° 266 de la revue Ciel et Espace, de Février 1992, et pour ceux qui verraient cette revue, dans une brocante, ou un vide-grenier, mieux vaut ne pas la louper, car elle est digne d'être exposée dans un musée :


     Evidemment, ce qui saute aux yeux, cette fois encore, c'est cette pastille noire, mais en plus quasiment rectangulaire, placée juste au pôle de Jupiter, et sous laquelle on voit nettement fuser également des rayonnements lumineux notoires. Que fait encore , cette obscure pastille bien calibrée, qui, on le voit, n'a rien à voir ici, avec une circulation quelconque de satellites ?

     A vous de juger... On nous prend ici, n'est-ce pas !!, vraiment pour des moutons attardés, et pour des malades mentaux, que l'on peut conduire, par le bout du nez.

       Mais ce 17 Avril 2020, abordons notre 5e focus, qui rend encore hommage à Mr Daniel Meurois et à Mme Anne Givaudan, en extrayant de leur premier livre de 1983 :


       Les paroles d'un Grand Maitre, qui sont alors, en page 14, telles que :


      Et plus loin, vient cette précision extraordinaire, concernant la pyramide de Khéops en page 113 :


      Pas mal
n'est-ce pas... ces indications matématiques très subtiles, que tout un chacun peut verifier. De plus, notez bien aussi que la grande Année en question, peut se subdiviser en 12 periodes zdiacales, de 25800:12 = 2150 année, et donc l'ére du Verseau qui parait-il, vient de commencer, durera 2150 ans.

       A vous de juger, en découvrant en plus, ceci :

     En effet, l'axe Nord-Sud, de la Terre, lorsque celle-ci tourne autour du soleil, n'est pas perpendiculaire au plan de rotation, mais il est incliné d'un angle voisin de 23°26 . Cet axe ne reste pas immobile et fait un tour complet qui dure 25920 ans (d'après Jean SENDY: voir ci dessous), et que ce tour s'est achèvé, ces temps-ci. Alors, puisque, le Temps des Révélations est bien arrivé, bientôt l'on ne pourra plus cacher grand chose aux communs des mortels...

     Soyons plus précis encore et expliquons cette affaire ésotérique, de "l'ére du Verseau", que nous venons d'aborder, durera 2160 années, (nombre on le voit assez voisin ( 2150) de celui du Maître d'Anne Givaudan), et donc cela implique un changement total du contexte vibratoire de la planète Terre et de ses occupants qui vient semble-t-il de s'enclancher...

       Mais, ce jour, disons avec constance, que tout ce qui précède, nous montre une fois de plus, bien , que rien de ce qui se passe sur ARTIvision, ne peut être l'effet du hasard, que certains croient être soumis, à une fonction aléatoire d'évènements synchrones.

       Mais nous l'avons déjà souvent expliqué, dans d'autres articles, que cette planète est bien soumise à des cycles réguliers, et en particulier à celui qui arrive tous les 25920 ans (Mais, il y a d'autres cycles plus longs, connus venant des Mayas et des indiens), d'après l'Einstein de l'ésotérisme humoristique français Jean Sendy (Voir son livre de 1968 ; La Lune Clé de la Bible).


        Mais, comme nous ne sommes pas encore aptes à voyager dans le Temps, (Voir notre article : Le Temps c'est quoi !) ., si d'autres déraillements éventuels inattendus, se produisent bientôt, sur cette planète, il faudra alors bien admettre cette affaire d'Ère du Verseau...

        Cette ère du verseau, est donc celle, où l'on va ici découvrir que toutes les planètes sont creuses et possèdent donc des "ouvertures polaires" pour accéder à l'intérieur. Ces Ouvertures brillantes ont carrément été assimilés à des calottes polaires réfléchissant les rayons du Soleil extérieir

         Vous avez du mal à croire, mais encore une fois, 'il est préférable de ne pas, trop vite, oublier que le site ARTivision, a toujours dans ses dossiers, d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires...

        Présentons alors ci-dessous, quelques vues, qui ne courent les rues ou que l'on ne voit jamais sur les ecrans des télévisions médiatiques. comme par exemple, certaines vues de Vénus, dont on sait maintenant, que sa température tourne autour de 400°, et planète qui ne saurait posséder des calottes polaires couvertes de neige brillante.

     En effet, concernant cette planète Vénus, voici déjà, une importante missive, que nous avons reçue le 01/08 2019 :

----- Original Message -----
From: Annaëlle
Sent: Thursday, August 1, 2019 5:58 PM
To: IDYLLE Fred
Subject: Vénus

          Bonsoir Fred,

       J'ai remarqué tout à l'heure une curieuse photo de la planète Vénus à l'url :


     On voit au pôle de la planète une tache claire que l'on ne peut attribuer à une calotte glaciaire, étant donnée la température. Curieux non ?



     Fin de la missive .

     Et, de plus, nous avions déjà présenté, sur notre site concernant Vénus, ceci :


     Il y a déjà des lustres, certains détracteurs pour noyer le poisson, prétendaient que Vénus, aurait pu avoir comme Mars, une calotte polaire glacée, Mais maintenant que sait, que Venus est brulante, cette hypothèse ne tient plus. Alors d'où vient cette luminosité polaire vue ci-dessus ?

         Nous attendons, avec ferveur, Messieurs les irréductibles détracteurs, vos brillantes suggestions...

     Pour mieux comprendre cette affaire fantastique, disons alors que le novice ingénu, qui découvre à peine le site ARTivision, aura certaines difficultés à assimiler ce qui suit :

      En effet, comme justement, rien n'arrive par hasard sur ARTivision, voici encore, une de nos découvertes très surprenante, faite très opportunément, le 2 Juin 2019, sur la revue suivante du n° 1, spécial d'Octobre 1989 :


       Et, en page 35, voici quelques mots très philosophiques de l'Astrophysicien Ludwik M. CRLNIKIER, chercheur à l'époque au CNRS :


      Nous avons bien sur, noté ce passage admirable :


      Nous espérons que ce chercheur philosophe, s'il est encore vivant, a aussi découvert comme ARTivision, "le petit détail inexplicable", (comme il le dit si bien) des deux voxtex surprenants de l'astre Titan :

  

       Mais allons plus loin dans l'exploration de nos précieux dossiers et présentons alors une petite photo de Mars, tirée de la revue Siences et Avenir n° 108 de Février 1956 (que nous avons le privilège de possèder, et qui doit être plutôt rare à trouver sur le marché), et dont pour les puristes, voici la couverture :


       Et voici la photo en question :


    Cette image, nous montre, la calotte polaire de Mars, qui brille souverainement, alors que la zone tout autour, est dans un noir notoire.

     En effet, nous allons alors présenter ici, des éléments prouvant catégoriquement que la planète Mars, nous offre aussi, depuis belle lurette>, le moyen de résoudre définitivement, l'énigme fantastique>, de ces affaires polaires.

    Commençons, si vous le voulez bien, par ce montage mosaïque, réalisé dès fin Sept 1902, par l'Observatoire Astronomique de Yerkes, appartenant à l'Université de Chicago à Williams Bay dans le Wisconsin :


     Traduisons grosso modo, le texte de l'image : " Vues de Mars, prise à l'observatoire de Yerkes le 28 Septembre 1902, montrant, la prétendue la calotte neigeuse>, se projetant au-delà du globe de la planète, ce qui exclut toute possibilité qu'elle soit faite de neige ou de glace."

    Voici d'ailleurs deux photos agrandies de ce panorama :

  


     Ces images sont extraites, page 80 bis, de l'ouvrage incontournable (Que nous avons la très grande opportunité, d'avoir dans notre bibliothèque) de Marshall B. Gardner (1920), et voici donc, une photo de l'auteur, suivie de celle de la couverture de l'ouvrage en question :

  

    Nous avons alors ici, le plaisir de vous transmettre un paragraphe en pages 84 et 85 :

     "Earlier writers, however, had noticed that the spots were brighter than the other surfaces of Mars, an astronomer, writing in the Scientific American Supplement as early as 1879, in effect, having made that observation. But this writer was not aware of the real nature of the light. In 1892 the celebrated English astronomer, J. Norman Lockyer, repeated in a periodical a number of observations he had made thirty years before and had then communicated to the Royal Astronomical Society of England. Here is a significant quotation :

     "The snow-zone was at times so bright that, like the crescent of the young moon, it appeared to project beyond the planet's limb. This effect of irradiation was frequently visible; on one occasion the snow spot was observed to shine like a nebulous star when the planet itself was obscured by clouds, a phenomenon noticed by Messrs. Beer and Madler, recorded in their valuable work, 'Fragments sur les Corps Celestes.' The brightness, however, seemed to vary very considerably, and at times, especially when the snow zone was near its minimum, it was by no means the prominent object it generally is upon the planet's disc."
"

     Traduisons, à peu près, cela :

     " Cependant, plus tôt, des écrivains , avaient remarqué que les taches étaient plus brillantes que les autres surfaces de Mars, et en effet, dès 1879, un astronome, écrivit dans le Supplément de la revue Scientific American , le fait qu'il avait découvert cette particularité. Mais cet écrivain n'était pas au courant de la vraie nature de cette luminosité. En 1892, le célèbre astronome anglais, J. Norman Lockyer, a repris dans un périodique un certain nombre d'observations qu'il avait faites, trente ans auparavant, et obsevations qu'il a ensuite communiqué à la Royal Astronomical Society d'Angleterre. Voici une citation significative :

     "La zone neigeuse, était parfois si brillante, que, comme le croissant de la lune montante, elle se projetait au-delà du globe de la planète. Cet effet de la luminosité, a été fréquemment constatable. Une fois même,la zone neigeuse, s'est mise à briller comme une nébuleuse>, alors que la planète elle-même était obscurcie par les nuages. Ce phénomène fut remarqué par MM Beer et Madler, et enregistré dans leur précieux ouvrage "Fragments sur les Corps Celestes". La luminosité, cependant, semble varier considérablement, et parfois, surtout quand la zone de neige est près de son minimum, elle n'est alors nullement l'objet en relief qui se projette généralement Au dessus de la planète.". "

    Si les propos ci-dessus, ne vous fait, ni chaud ni froid...Alors, regardez aussi, ce qui suit :

  


    Pas mal, n'est-ce pas, ces "couvre-chefs lumineux", bien en relief, au dessus de la planète !!!

On aura du mal a nous expliquer comme la communauté Scientifique actuelle a pu ignorer les faits clairs  et
 nets
, présentés ci-dessus n'aient pas fait l'objet de la moindre considération dans les nombreuses revues de vulgarisation, qui circulent dans le cursus médiatique actuel , comme par exemple :


Sciences&Avenir74AvrilADucrocq.jpg
Et après ,


ou encore :


    Et en plus, voici encore d'autres images, bien plus modernes, de Mars, où l'on voit, que la calotte brille majesteusement, alors que la région environnante, est parfaitement, dans l'ombre...

  

        Mieux, voyez aussi cette image surprenante, où le pôle de Mars, brille majestueusement, et image tirée du n° spécial 6, de la revue CIEL et ESPACE, de 1993 :


       On reste muet de stupéfaction, devant cette casquette très brillante, et en relief de Mars, que ces spécialistes d'astronomie ont vite qualifiée, de calotte polaire glaciaire, qui brille sous l'effet lumineux de notre Soleil.

       Cependant, il y a aussi une revue, qui elle, a vu juste, un peu plus tard en 2006.


        Bravo, donc à la revue Top Secret, pour sa si judicieuse initiative...

       Mais, voici aussi cette photo superbe, d'un pôle de Mars, tout illuminé :


       Nous insistons alors ici, sur le fait que la photo de Mars ci-dessus, ne vient pas de la NASA, (qui vérouille et camoufle toutes les images venant des sondes spatiales), mais cette photo nous vient du Griffith Observatory, à los Angeles, en Californie, et qui existe depuis 1935... et cette extraordinaire photo de Mars, fut prise le 31 Août 2003, par ce "Griffith Satellite Observatory", lors de la fameuse opposition de 2003, où Mars, était alors au plus près de la Terre, à environ 56 millions de km ...

       Pour les puristes, qui voudraient en savoir plus, prière de contacter cet Observatoire Griffith pour lui demander pourquoi cette superbe image, n'a jamais fait la une des médias qui ont pignon sur rue ... et surtout que l'on nous dise pourquoi le site admirable, qui présentait cette photo à :


a soudainement disparu en 2005, comme par magie.

     On y voyait alors, entre autres choses, ceci :



     Une modeste traduction des 7 premières lignes, donne alors ceci :

" Dimanche 31 Août 2003, par le - Griffith Satellite Observatory, avec un Telescope: 127mm f/12.1 MaksutovAppareil. Appareil photo: Creative Pro EX webcam.

     C'est la meilleure image de Mars qui se compose de plusieurs dizaines d'images sélectionnées, alignées et empilées à partir d'une séquence de prises faites à 12h05. Ce fut peu de temps après l'opposition célèbre cette année (2003 rappel), quand Mars est passé à environ 34.6 millions de miles de la Terre. Un dispositif Barlow x 3, a été utilisé pour donner une taille conséquente à l'image. Le Nord est en haut et l'Est est à gauche ".


           Remarquons que l'Est devrait être à droite, et donc il faut renverser la photo pour que le Pôle Nord soit en haut. Le télescope en effet, inverse les images ...

      Mais vous pouvez cependant, grâce au merveilleux site :


, retrouver, le site Griffith qui a disparu, désormais en passant par exemple par le ( 29 Fev 2008) :


     Le nom de la photo étant Mars083103.jpg, vous pouvez la trouver directement sur le Web à l'adresse :


, ce qui nous donne alors pour le Pôle Nord de Mars, ce superbe spectacle, déjà vu plus haut, qui, en mettant l'Est à droite, et en inversant l'image :


    Quant à prendre en considération, les documents de la NASA, où figurent certaines images, des pôles de Mars, comme par exemple, celles-ci :

  


, C'est alors du temps totalement perdu, car chacun sait, que rien n'est plus facile actuellement pour la NASA, de trafiquer des photos à sa convenance personnelle, pour nous mener carrément en bâteau...

     Bien sûr, nous avons déjà montré dans d'autres articles, d'autres planètes qui présentent aussi des vortex polaires inexplicables, et l'on verra cela bientôt...

     Ainsi donc, après avoir observé Vénus et Mars ci-dessus, ce 19 Avril 2020, jetons un rapide coup d'œil, sur la planète Mercure, si bien étudiée par la super revue suivante :


     Et en page 86, on peut admirer, le magnifique schéma suivant :


     Ceci est un montage qui place Mercure, dans le contexte de ce que l'on appelle les planètes telluriques du système solaire :

     On découvre alors que la trajectoire de Mercure est une ellipse très étirée, dont le point le plus rapproché du Soleil, (le périhèlie), est à 46 millions de km, tandis que le plus éloigné (aphèlie) est à 70 millions de Km. D'ailleurs ce périhélie , qui se déplace d'environ 570 secondes d' arc par siècle, et il a fallut l'ingéniosité d'Einstein, qui seul a pu expliquer en 1916 ce phénomène. Mercure étant très proche du Soleil, la planète ressent les fameux effets relativistes liès à la courbure de l'espace-temps, et c' est pour cela que l' orbite de Mercure, voit son axe, donc aussi son périhèlie, faire un tour complet autour du soleil en trois millions d'années.

     Pour percer les secrets de Mercure, il fallait donc envoyer dans sa direction une sonde spatiale, qui pourrait photographier sa surface d'assez près. C'est ce que réalisa dans les années 1970, la sonde Mariner 10 qui frolla d'abord Vénus, puis bifurqua grâce à l' atttraction gravitationnelle de cette planète vers Mercure. La sonde visita ainsi Mercure le 29 Mars 1974, puis le 21 septembre 1974, et enfin le 16 Mars 1975 et a photographié ainsi, les 40 pour 100 de la surface de cette planète, sous la forme d'environ 2000 images avec une résolution voisine de 1,5 km, mais concernant une seule face de la planète. L'autre reste totalement inconnue.

     Mais le 20/03/2012, en fouillant dans nos boîtes de dossiers, nous sommes tombés sur un article de la revue "Ciel et Espace" de Mars 1992, n° 267, qui nous parle de la découverte de taches brillantes surprenantes aux pôles de Mercure. Voici donc de quoi il s'agit :


     Et voyons maintenant, le début de l'article en question de Mr Pierre Thomas :


     Et voici donc ce que l'on découvre aux pages 57 et 59, après réajustement des colonnes :


     Donnons, plus de relief, à la portion du texte placée, au bas de l'image ci-dessus :


     Cette tache pouvait-elle être la signature radar d' une calotte glacière ? Les chercheurs savent en effet que lorsque sa température est suffisamment basse, la glace réfléchit fortement les ondes radio, comme c'est le cas dit-on pour la planète Mars, où l'on pense que la calotte glacière couvrant le Pôle Sud et qui est d'un blanc éclatant, est aussi couverte de glace. Mais on le sait, pour Mercure, la tempèrature peut monter jusqu' à 430° , en présence du rayonnement solaire et on ne voit pas comment cette glace, même si elle venait de comètes, n'a pas depuis lors été volatilisée dans l' espace sous l' effet du rayonnement solaire qui n'épargne pas les pôles, d' autant plus que la sonde Mariner 10, n' avait rien détecté de cette glace lors de son passage à proximité de Mercure. Les savants sont donc très perplexes et onr dû échafauder des hypothèses sur hypothèses pour résoudre cette énigme. Mais, ils tourneront en rond, tant qu'ils ne prendront pas en compte, le super phénomène, mis en relief dès Septembre 2000, par ARTivision, et concernant les "ouvertures polaires", de toutes le planètes du Système Solaire.

      Mais ce que nous retenons surtout ici, est, le fait que le 8 Août 1991, les astronomes ont bénéficié, ce jour là, d'une fenêtre remarquable pour observer Mercure, puisque de plus, le Pôle Nord de cette planète était légèrement incliné vers la Terre. Ce fut alors l'occasion révée qu'attendaient les chercheurs du Jet Proplusion Laboratory et du Californian Institut of Technologie, pour décrocher, un puissant faisceau radar de 500000W en provenance du radio-télescope de Goldstone en Californie, et dirigé vers Mercure.

     Le signal réfléchi a été alors capté par 27 antennes du Very Large Array, le remarquable réseau de télescopes de 25 m chacun, installé au Nouveau-Mexique.

     La calotte brillante en questionn au Pôle Nord a dit-on, environ 640 x 300 km, qui réfléchissait ainsi les ondes radio. Plus tard le 23 Aout 91, une nouvelle salve radar confirme l' observation precédente et bien que, nous dit-on, Mercure ait tourné d' une centaine de degrés environ, cependant la tache était toujours là...

     D'autre part, nous n'avons pas pu retrouver sur Google, la photo qu'aurait prise Mariner 10 en 1974, juste sur le terminator de l'époque, et qui, nous dit-on ci-dessus, montrait la moitié de cette tache brillante au pôle Nord de la planète. Nous supplions donc avec les mains jointes, l'internaute qui aurait retrouvé quelque part, cette photo de Mariner 10, de nous en faire, SVP, une petite copie. Merci d'avance, mille fois.

      Enfin, Ciel et Espace, nous précise bien qu'en 1993, il y aura une nouvelle fenètre d'observation pour le Pôle Nord et en 1994 pour le pôle Sud qui est en fait très difficile à observer.

   Etant au courant à l'époque de cette affaire, nous avons en vain attendu, que la "Presse spécialisée", nous transmette les résultats de ces observations de Mercure, en 1993 et en 1994, mais hélas jusqu'à ce jour, ce fut le mutisme le plus complet. Pourquoi ? Les bien-pensants vous diront que, les observations n'ont pas pu être faites simplement à cause de perturbations atmosphériques, de poussière parasites ... etc.. Rappelons cependant, que le Télescope Hubble, (qui ne craint aucune perturbations climatiques), a été lancé en Avril 1990, et sa miopie fut réparée en 1993.

     Le Webmaster du site ARTivision, qui n'a pas l'habitude de se tourner les pouces, devant un fait surprenant, a poussé l'audace jusqu'à écrire à la Rédaction de la revue Ciel et Espace, (http://www.cieletespace.fr/), la missive suivante :

----- Original Message -----
From: Fred IDYLLE
Sent: Sunday, April 15, 2012 7:53 AM
Subject: Lettre à Ciel et Espace.
        Très valeureuse équipe.

    Bonjour de l'archipel de la Guadeloupe dans les Antilles françaises.

    Ce message est de la plus haute importance que vous puissiez l'imaginer.

    Cette missive gagnerait à être transmise à votre collaborateur Mr Pierre Thomas, s'il est encore de ce monde, car il a affirmé dans votre n°267 de Mars 1992, que Mariner 10, a, en 1974, photographié le pôle Nord, de Mercure situé juste sur le terminateur où l'on voit ainsi la moitié d'une tache brillante.

    Hélas à mon grand désespoir il n'a pas présenté dans son exposé, cette photo capitale pour mes recherches. Si vous arrivez à me retrouver ce cliché de la NASA, je vous serai alors d'une infinie reconnaissance et je saurai vous le montrer en temps utile.

     En terminant, je vous dis enfin, à un de ces jours prochains si le Maître du Temps, nous en offre l'opportunité.

     Vives cordialités tropicales.

        Fred IDYLLE


     Comme nous n'avons reçu aucune réponse, alors nous pensons ici, que c'est le moment utile de sortir la celèbre réplique de Paul Féval, dans son roman de 1858 le "Bossu" :

"...et, quand il sera temps, si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! "


      Cette missive est donc, une sorte de deuxième lettre ouverte à la revue "Ciel et Espace", la première étant placée à:


     Cet article, n'aurait sans doute pas vu le jour, si nous n'avions pas, on le sait déjà, la très grande chance , d'avoir sous la main, l'ouvrage hors norme de (1920) : de Marshall B. Gardner, qui parle aussi de Mercure, et ouvrage que nous vous présentons volontairement à nouveau, étant donnée son importance :

  

      De la page 96 à 99, on découvre ceci, que nous avons traduit très modestement :

"Le professeur Proctor parle de MERCURE.


     Et juste pour montrer au lecteur comment fonctionne notre théorie universellement, référons-nous à une autre planète sur laquelle les observations peuvent être faites des ouvertures polaires. Il est également Mercure - de la planète qui est si près du soleil qu'il fait le tour autour de lui dans quatre-vingt-huit jours. De cette planète Richard A.Proctor>, est l'un des meilleurs astronomes connus du XIXe siècle, dit :

"on pourrait mentionné en passant un phénomène concernant Mercure, et s'il est vrai, il pourrait, à juste titre, être considéré comme venant d' énergies volcaniques comme ceux qui agissent sur notre propre terre .... Ce phénomène serait d'ailleurs comme en provenant des forces d'un enfant chétif par rapport aux énergies d'un géant. Sur le disque noir de Mercure, quand la planète est en transit, est apparue une sorte d'illumination venant de la surface de la planète ou de son atmosphère. Mais cela ne saurait venir de son atmosphère ni de quelques trainées aurorales vu l'intensité du phénomène. Si la surface de Mercure resplendissait de cette lumière ainsi censée avoir été vue, alors il peut être facilement démontré que plus de la surface de centaines de milliers de miles carrés, doit briller avec une intensité d'éclat par rapport à laquelle la luminosité d'une lumière oxydrique ferait pâle figure. En fait, cette lumière oxydrique est la noirceur absolue par rapport à l'éclat intrinsèque de la surface du Soleil. Et le point lumineux censé appartenir à Mercure, a été observé avec un système de verres très assombris ((et avec d'autres dispositifs pour réduire la lumière du soleil). Mais il peut y avoir aucune espèce de doute que la tache lumineuse soit un phénomène optique seulement. "

La Lumière solaire seule est à prendre en compte.

     Encore une fois, nous sommes d'accord avec l'observation, mais pas avec la conclusion. Voici un spot de lumière, bien vu à travers un télescope, si brillant que l'observateur le compare à l'incandescence d'un soleil. C'est une lumière beaucoup plus lumineuse que n'importe quel simple reflet pourrait donner. Mais nous devons nous rappeler que, pour Proctor une telle apparence doit avoir été stupéfiante à l'extrême. Non seulement il ne m'y attendait pas, mais il était tout à fait non préparé à voir un tel phénomène. Et il était tout à fait incapable de l'expliquer. Et c'est une bonne règle que lorsque l'on ne peut pas expliquer une chose, on la tranforme en une autre chose. Donc, Proctor considère cette lumière comme étant "un phénomène optique seulement". Oui, bien sûr, c' est un phénomène optique, mais pourquoi dit-il "seulement"? Tout ce que nous voyons est un phénomène optique, mais nous essayons généralement d'en expliquer la constitution. Un homme qui a vu les phénomènes optiques qui étaient sans explication, ou sans cause, serait dans une position très ambigüe. Les gens disent qu'il aurai "vu des choses" mais leur explication de suivrait pas. Mais nous ne pouvons pas supposer que les yeux de Proctor lui avaient joué un tour. Il était un observateur astronomique qualifié. Donc, ce qu'il a vu, doit avoir une explication ou une cause. Il ne peut pas avoir vu un"mythe", comme il s'affirme.

     Maintenant, il est évident pour nous que ce qu'il a vu était le soleil central de Mercure rayonnant directement à travers l'ouverture polaire, et que Mercure étant une petite planète le soleil intérieur serait plutôt près de l'ouverture, et il n'y a certainement pas une atmosphère aqueuse avec des nuages, pour assombrir ses rayons , et c'est ainsi que ce soleil allait briller avec une extrême luminosité. Et il est remarquable que ses faisceaux lumineux n'ont pas porté à l'esprit de Proctor le fait qu'ils ressemblaient à ceux du soleil qui brille dans le ciel de toutes les planètes.

     Qu'aurait-on souhaité de mieux pour montrer que Mercure , ainsi que les autres planètes possèdent un soleil central, que la présence d'un tel Soleil est universelle.

     N'est-il pas significatif qu'en commençant par des observations sur Mars, nous avons été en mesure de passer à Vénus, et puis à Mercure, pour appliquer les mêmes critères, et obtenir les mêmes résultats ? Les tests furent l'observation directe ou l'observation photographique. Les résultats en sont, l'apparition invariable d'un soleil central
"


     Fin de citation des propos de Marshall B. Gardner.

     Pour les puristes, qui aiment remonter aux sources, voici les ouvrages publiés par le professeur Proctor au XIX e siècle :


       A vous de juger, tout cela, une fois de plus documents à l'appui...

      Voyons, maintenant, la page 22 du n° spécial intitulé "Planètes les nouveaux mondes" de la revue "Ciel et Espace" de Oct-Nov-Déc 1989 :


     Image ayant une très bonne résolution, mais, bigrement hélas, il y manque justement les régions polaires que nous gardons spécifiquement à l'œil, au bout de ce terminateur.

    Cette absence des pôles est ici, si bien marquante et surprenante, que l'on se demande, si elle n'est pas voulue....

     D'autre part, nous n'avons pas pu encore retrouver sur Google, la photo (présentant une tache brillante sur le terminteur nord), qu'aurait captée Mariner 10 en 1974, et nous nous contenterons maintenant, de présenter l'image que nous avons trouvée, à l'époque, sur le remarquable site suivant :



     Imaginons alors, avec un peu d'audace, ce que pourrait être, le long du terminateur, (avec certes, une luminosité un peu forte)
, cette tache brillante au Pôle Nord de la planète :



     Mais, sur le super site :


, nous venons de découvrir cette image surprenante :


     Et en inversant l'image on découvre, ceci qui pourrait expliquer un peu, cette affaire saugrenue :



    Mais alors, une fois de plus, nous implorons, avec la plus grande des déférences, l'internaute qui aurait retrouvé une photo de Mariner 10, ressemblant à celle qui précède, de nous en faire SVP, une copie. Assurement cet internaute verra un jour, sa démarche. inscrite dans un musée, consacré aux phénomênes polaires, si souvent, mis en exergue, par le site ARTivision.
    Mais il se pourrait aussi, dans d'autres documents, que cette tache lumineuse, ait été purement et simplement escamotée, par la NASA, qui, on le sait, n'a pas hésité très grossièrement, à cacher le Pôle Nord de Jupiter, comme on l'a déjà vu plus haut, et comme, le rappelle, la photo ci-contre...

    Mais, ce jour du 23 Avril 2020, avant de poursuivre l'expression de notre 5e focus, il serait peut-être bon de repréciser pour le novice, qui entre pour la première fois, ce site ARTivision, les tenants et les aboutissants ayant présider, à l'initialisation de cet article...

    Il nous plait aussi, de révéler à ce novice, qu'ARTivision, est avant tout, une sorte de causerie au coin du feu, comme cela se faisait dans l'Ancien Temps, dans nos campagnes de nos îles, avant l'arrivée de la télévision, et donc il n'y a pas de structuration par thèmes, ni de regroupement d'articles. Tout ce qui va suivre est donc, une sorte de synthèse très réduite , des passages importants, déjà exprimés dans d'autres articles, mais cela est voulu, car parait-il notre subconscient s'accommode parfaitement des répétitions, pour en assimiller les données importantes.

      D'autre part, étant donnés, les tiraillements scientifiques, qui s'étalent au grand jour, au sujet du Covid 19 et du confinement de la population, qui en résultent, (un grand hommage doit ceprndant, être accordé aux personnes soignantes très courageuses, qui ont à combattre, ce terrible virus), nous avons jugé bon de repartir des puissantes révélations, lancées ces dernier temps, par Mme Anne GIVAUDAN dans sa vidéo telle que : vidéo Anne Givaudan.

      Mais le site ARTvision, a tout de suite pensé, qu'il fallait dans ce cas remette aussi en exergue une incroyable déclaration, concernant notre planète (Voir plus haut) et déclaration qui est tirée de son ouvrage de 1986 :"Le voyage à Shabhalla", écrit en collaboration avec, Daniel Meurois.

      Chacun a donc la possibilité de confirmer ou d'infirmer les démonstrations très pragmatiques du Webmaster d'ARTivision, et démontrations, qui prouvent que cette incroyable déclation de l'ouvrage en question :


, n'est pas du tout, (en employant un terme moderne), à ranger, dans les "fake News"

      C'est ainsi, que les détracteurs habituels, de notre site (nous l'avons déjà vu plus haut), vont être bientôt, en demeure, de nous expliquer pourquoi, une revue bien connue , à vulgarisation scientifique, a cru devoir admettre, certes implicitement, (comme d'ailleurs l'ensemble de la communauté scientifique contemporaine, actuelle), que l'image suivante de Mars :


ne pouvait s'expliquer que par la brillance intrinsèque, de la calotte glacière du pôle Mars, sous l'effet de notre généreux Soleil...

Cinquième focus :

      Il va sans dire que, (compte-tenu, de la masse de données tangibles, que nous avons pu accumuler à ce sujet), nous, à ARTivision, nous pensons bien sûr, que dans ce cas, c'est l'explication du livre cité plus haut : "Le voyage à Shabhalla", qui s'impose assurément. Point à la ligne...

      A vous de juger donc, cette singulière affaire, documents incontournables, à l'appui...

      Avançons alors, ce jour d'Avril, maintenant, jusqu'à Jupiter :

      Disons alors ici, que malgré la multitude d'engins spatiaux qui tournent autour de notre planète, il est très rare de tomber sur une photo présentant à la fois les aurores boréales et australes de la planète Terre, comme on en découvre une bien superbe, pour Jupiter


      Nous avons aussi pour cette planète les images :

      
  

     Mais il y a mieux, car concernant Jupiter, on découvre alors ceci :

   

     Que dire de plus, devant ces images surprenantes, sinon qu'en Haut Lieu, certains sont vraiment des fervents inconditionnels et très maladroits, d'un drôle de "pastillage"

      Poursuivons dès lors, nos explorations polaires d'autres planètes, et par exemple voici, pour Saturne, des images qui ne courrent pas les rues banales du Web :

  

      D'ou vient donc ce brillant disque lumineux au pole sud de cette Planète?

      Mais soyons fair play, et présentons ici une version officielle, qui nous a été envoyee, en Février 2005 et qui à l'époque, était visible sur les sites actuellement hors-service :

Découverte d'un point chaud inexpliqué sur Saturne :


    Des astronomes ont découvert sur Saturne un phénomène climatique encore inconnu dans le système solaire : il s’agit d’un vortex polaire chaud situé au pôle sud de la planète aux anneaux. Glenn Orton (JPL) et ses collègues ont repéré ce point chaud grâce au télescope terrestre Keck (du Mont Mauna Kea, à Hawaii) et attendent désormais les observations de la sonde Cassini pour mieux comprendre cette curiosité.

    Ces travaux sont publiés aujourd'hui dans la revue Science.

    Sur Terre, ces vortex se forment dans la stratosphère, au-dessus de l’Arctique et de l’Antarctique. La différence de température entre les hautes et les moyennes latitude crée un courant circumpolaire qui isole les masses d’air froides. En Antarctique ce vortex polaire contribue à la destruction de la couche d’ozone pendant l’hiver. Au pôle nord le vortex envoie de l’air froid sur le nord de l’Amérique.
    Que ce soit sur Terre, sur Jupiter, Mars ou Vénus, partout où ils ont été observés ces vortex polaires sont plus froids que l’air environnant. Sauf sur Saturne. Le pôle sud y est déjà particulièrement chaud – il est exposé au Soleil depuis 15 ans. Pourtant, à 30° de latitude du pôle les chercheurs ont repéré un point encore plus chaud.
    Il pourrait s’agir d’une concentration de particules absorbant la lumière du Soleil "coincée" dans la stratosphère. Cependant l’explication est insuffisante. Pour comprendre la formation de ce vortex les astronomes attendent le passage de Cassini et l’observation de cette zone par son spectromètre à infrarouge (CIRS) en mars et mai prochains.


    Fin de citation

    Mais, à son époque, nous pensons que Cassini , a eu largement le temps de photographier le pôle sud de Saturne et l'image suivante, n'a rien de particulier qui puisse nous émerveiller:


    Cassini a-t-il mis, au bon moment, un filtre noir pour ne pas être "aveuglé" par une lumière trop génante, venue du pôle sud de la planète? A vous de juger.>

&         Mais poursuivons maintenant notre analyse du Sciences et Avenir n° 808 de Juin 2014 avec cette image d'Uranus :


        Bien sûr, nous aurions préferé, voir cette image plus complète :

Les aurores sont visibles sous la forme de petites tâches blanches / NASA.


tirée du site :


ou mieux encore celle ci, bien plus significative :


      En agrandissant un peu, le point lumineux central, en bas de l'image, et en jouant légèrement, sur le contraste, on découvre ceci :


      Mais comme ces infos peuvent disparaître un jour comme par enchantement, voici de quoi il s'agit actuellement :

    Lundi 16 Avril 2012.

Le télescope Hubble photographie des aurores sur Uranus.


Par Jill Langlois - 16/04/2012.

    Hubble, le télescope spatial de la NASA a réussi à prendre de précieux clichés d'un phénomène rare. On peut y apercevoir des aurores polaires sur la surface glacée d’Uranus, à presque 3 milliards de km de la Terre.

Les aurores sont visibles sous la forme de petites tâches blanches / NASA.


    Pour la première fois, Hubble, le télescope de la NASA a réussi à photographier des aurores polaires dans l’atmosphère glaciale d’Uranus. Deux tempêtes de courte durée, aussi appelées «les lumières du Nord», ont été capturées par les astronomes, alors qu’ils se focalisaient sur la face éclairée de cette géante gazeuse, en novembre 2011.

Des aurores de quelques minutes.

    Uranus, la 7e planète du système solaire est un astre particulièrement étonnant. D’après le site Wired, son «Pôle Nord» est désormais situé à l’équivalent de notre équateur. Cela serait dû à une collision très ancienne avec une protoplanète (un embryon d’étoile), qui en aurait modifié l’axe de rotation. Sur les clichés, ces nouvelles aurores, dont la durée n’excède pas quelques minutes, sont semblables à de petits points blancs. L’équivalent terrestre en revanche, est souvent décrit comme une longue étendue lumineuse bleu vert, pouvant se prolonger de longues heures durant, et dont l’incroyable beauté a inspiré de nombreux mythes.

Des conditions atmosphériques différentes.

"La dernière fois que nous avons eu un signe d’activité auroral sur Uranus, nous renvoie au voyage de la sonde Voyager 2 en 1986 explique Laurent Lamy, astronome à l’Observatoire de Paris, situé à Meudon. "Mais c'est la première fois que l’on peut véritablement voir ces émissions lumineuses depuis la Terre" précise-t-il à National Geographic.

    En 1986, les conditions sur Uranus étaient très différentes, lorsque Voyager 2 sonda la planète. Le site Wired signale que les pôles magnétiques d'Uranus étaient balayés par un vent solaire (un vent de particules électriquement chargées, en provenance du Soleil). Cette situation générait des aurores de plus longue durée, mais principalement situées sur la face non éclairée de la planète.

    Maintenant qu’Uranus a entamé son équinoxe de printemps, son axe de rotation est désormais perpendiculaire au courant solaire, chargé de particules. Une aubaine pour les astronomes qui pensent tenir la raison de la formation de ces aurores, et ont le loisir de les observer et étudier.

Source: Jol press
Voir aussi sur futura-sciences


    Mais que penser donc de tout cela ?

      Rappelons que des aurores boréales sur Uranus avaient été photographiées le 24 janvier 1986, par Voyager 2 lancé le 20 Août 1977 (donc après près de 9 ans de voyage), à une distance de 107 000 km, et l'on découvrit alors l'image déjà vue, plus haut et un peu plus agrandie:


       Ne trouvez-vous pas déjà, qu'il est plutôt audacieux, de déduire, que cette si brillante tache lumineuse, n'est que, l'effet du flux ionisant de notre très lointain soleil, sur les particules de l'atmosphère d'Uranus ? Dans ce cas, si notre soleil était vraiment responsable de cette luminosité, elle ne saurait être aussi ponctuelle, et surtout aussi intense, à l'endroit considéré.

      En effet, il n'est pas besoin de sortir de l'école Polytechnique pour s'apercevoir que sur les photos précédentes du 16 Nov 2011 et du 29 Nov 2011, on aperçoit une luminosité discoïdale, que voici de nouveau :


vraiment trop ponctuelle, pour qu'elle soit assimilée à un impact de particules venant de notre si lointain Soleil, à moins que ce dernier agisse comme le laser très directif du robot nommé Gort, du célèbre film culte, que nous vénérons grandement : "Le jour où la Terre s'arrêta" , réalisé en 1951, par Robert Wise, et dont voici ci-dessous, la jaquette du DVD sorti en 2003 :


       D'ailleurs, voici une autre image calibré d'Uranus, et là nous trouvons alors, 6,8 cm pour le diamètre d'Uranus, et 0,2 cm pour la hauteur du croissant , dépassant le globe de la planète :


      Le diamêtre réel d'Uranus, serait dit-on, de 47170 km (d'après "l'Atlas de la conquête de la Lune" de Patrick Moore chez Payot Lauzanne 1969), un calcul élémentaire, donne la hauteur réelle du croissant lumineux : 47170 x 0,2 / 6,8 = 1387,3529... que nous arrondissons, à cause de l'imprécision de nos mesures, à 1400 km. La France entière, aurait été noyée et couverte par cette lumière très brillante et en relief, et nous dit-on, éphèmère, qui est produite par notre Soleil, à près de 3 milliards de km de lui.

      A bon entendeur salut...

    Et pour Neptune, on tombe à la renverse :

  

     Comme serait un spectacle éblouissant, si aux antipodes, on pouvait alors voir, ce qui s'y passait, n'est-ce pas !

    Nous avons aussi, de la part de notre amie Aurélia (http://www.unepetitelumierepourchacun.com ), ce panorama neptunien, venant de l'observatoire Keck d'Hawaii :


       En effet, on sait par exemple que , douze ans après son lancement (le 20 Août 1977), la sonde américaine Voyager -2 après avoir survolé, Jupiter, Saturne, Uranus arrive le 25 Août 1989 en vue de Neptune à plus de 4 milliard de km de la Terre et prend parait-il près de 8000 photos de la planète et de son satellite Triton.

   Neptune qui avec ses 144990 km de diamètre (3,53 fois celui de la Terre), ses -200 ° C de température moyenne, et son atmosphère constituée principalement de méthane apparaît alors d'un bleu chatoyant, mais surtout, avec ce que personne n'attendait, et que faute de mieux l'on a qualifié parfois de "petit nuage blanc", un gigantesque "Oeil très lumineux intérieurement" possédant une "frange ovale rouge" extérieure, caractéristique d'une sorte de diffraction spectrale étonnante. Cet "œil fantastique" a-t-il pu correspondre autrefois, à un pôle de la planète qui aurait peut-être basculé sur son axe après un cataclyme ? Seul un spécialiste pourrait nous le dire. Toujours est-il, que nous sommes restés totalement muets, devant cet étrange phénomène qui a dû troubler plus d'un observateur curieux.

         Nous attendons, avec ferveur, Messieurs les irréductibles détracteurs, vos brillantes suggestions, et nous espérons qu'il en sera de même pour ces Messieurs les journalistes blasés, toujours avides de scoops atypiques, et autres consorts astronomes et cosmologistes officiels, bien engoncés dans vos cocons feutrés, du Système des Nations actuelles, et système qui cache des vérités inouies au commun de mortels, pour de vulgaires raisons d'hégémonies, politiques, culturelles, économiques et surtout militaires ... Mais, nous l'esperons vivement, que, la situation mondiale actuelle, remettra bénéfiquement, les compteurs à zéro.

      Terninons par un bref aperçu, du très lointain Pluton :

      En effet, nous avons eu, le 27 Nov.2019 au soir, l'opportunité, de visualiser à la télé, le documentaire à prétention scientifique suivant :


       On y montrait, les pérégrinations de la sonde NEW HORIZONS, avant l'arrivée sur Pluton , la "planète solaire", (déclassée depuis lors, et donc on découvre ici, que des choses très évidentes sont, un jour ou l'autre délaissées ), astre, qui dit-on parfois, est le plus éloigné de notre Soleil.

      Chacun se disait alors que Pluton, était un monde givré et horiblement glacé., car étant donné son éloignement du Soleil, ( à en moyenne 5,9 milliards de km), avec des températures bien en dessous de - 200° C. La sonde spatiale New Horizons, lancée en janvier 2006 par la NASA, fut la première sonde à visiter Pluton..Elle frolera cet astre le 14 juillet 2015, à une distance minimale de 11 095 km , après un voyage de 6,4 milliards de kilomètres.

      Sur le site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pluton, on découvre les principales caractéristiques de l'astre :



      L'image du haut montre en, bas à gauche une portion très sombre et surprenante, pour un astre gélé à mort.

       Mais de nombreux sites dont :



ont par la suite, montré des vues (sans doute retouchées à certains endroits, car on n'y voit pas comme pour Titan, les vortex lumineux polaires), d'une courte vidéo de 1'35'' de la NASA, où l'on voit des images très insolites, par rapport à celles que l'on attendait, comme par exemple, celles-ci avec très peu de givre et de neige :



       Pluton, ayant une épaisse atmosphère, voir plus haut, entre 200 et 800 km (celle de la Terre est à peine de 100 km), ce n'est vraiment pas là, un paysage noyé de matières glacières, et de neige à profusion.

       Mais, il y a aussi cette image surprenante :


       Bien que là, on voit un paysage à peine neigeux (le bord des cratères n'est pas du tout blanc), on aperçoit au-dessus, une sorte de crique à gradins, ayant de nombreux angles droits, reliés à des formes géométriques très caractérisées :


      Avec les puissants moyens informatiques qui existent actuellement, ce cratère aurait dû déjà être présenté, en 3D afin que l'on en découvre tous les petits coins bizarres.

      On voit alors, une fois de plus, que les mots et spécimens photographiques, qui nous sont avancés par la NASA, depuis des lustres, sont très sujets à caution, et sont désormais, remis en cause, par de très nombreux sites...

      Pour comprendre cette affaire de paysage non glacé sur Pluton, Il faut en déduire que la température, y est beaucoup plus élevée et finalement, il faut en revenir, aux déclarations hors normes, d'une part, du Maître Pomar, et d'autre part, des spationautes non officiels Howard Menger et George Adamski, dont vous trouverez certaines déclinaisons, à notre article :


       Mais ce qui est encore plus surprenant, c'est que pour Pluton, aucune lumières polaires ou encore taches aurorales ( comme on le précise, si bien pour Uranus, plus haut , dans le Sciences et Avenir n° 808 de Juin 2014), ne sont mentionnés ici. Point à la ligne ...

     Mais ce jour, ajoutons un petit plus, pour les novices qui veulent vraiment sortir psychiquement, des sentiers battus, du confinement général actuel, dû au méchant covid 19 :
        Il s'agit alors d'une info capitale, reçue en Mars 2007, qui concerne Encelade, l'une des lunes de Saturne, et, nous vous la transmettons ci-dessous :

----- Original Message -----
From : Philippe B......
To : fred.idylle@wanadoo.fr
Sent:Tuesday , March 13, 2007 9:21 AM
> Subject : Un petit plus pour Byrdsuite.html

        Bonjour Fred.

     A propos d'Encelade (source : http://planet-terre.ens-lyon.fr)


    Merci pour ce site passionnant, qu'est ARTivision !

    Vives cordialités..
    Philippe D.......


        Fin de citation.

     Vous avez donc bien lu, nous l'espérons, la conclusion de cet étrange entrefilé du site en question :

" Il y a donc une autre source de chaleur, que le soleil près du Pôle Sud "

      Que ceux, compte-tenu de ce nouveau fait, qui refusent encore la théorie des planètes creuses avec un soleil central, s'évertuent désormais, à en élaborer une nouvelle plus significative et si possible non fantaisiste, et nous seront alors heureux d'en présenter ici, le concept. A bon entendeur salut ...

     A vous de juger, désormais, tout cela, en connaissance de cause... documents à l'appui.

      Mais ce 25 Avril 2020, nous allons aborder notre 6e focus, où notre grand écrivain Jules Verne, va entrer en piste, et nous demandons aimablement alors au novice en confinement actuel (de passage très accidentel sur ce site), de bien vouloir s'accrocher aux murs de votre environnement, car à l'altitude, où nous allons évoluer, il risque pour lui, d'y avoir de très fortes turbulences :

Sixième focus :

      En ces temps de réflexion culturel planètaire, disons à nouveau ici que les Maîtres, qui vivent très longtemps, interviennent depuis des lustres dans les affaires humaines, comme de plus l'illustre, le célèbre film "Retour sur Terre"de Star Trek 4, de 1987 :



     Ceux qui ont eu le privilège de visualiser ce film, se souviennent alors que l'équipage de l'Enterprise, un vaisseau spatial du XXIIIe siècle, remonte le temps et débarque sur Terre en plein milieu du XXe siècle, pour sauver deux baleines menacées ...

     Une fois de plus, le site ARTivision, peut dire ici, que :

"la réalité surclasse souvent, de très loin, la fiction"

,et ce qui suit, va vite, vous le démontrer...

      En effet, avançons un peu plus, vers le stade crucial de notre plongée, dans la Théorie si bien occultée de la Terre creuse, et pour cela, nous allons rejoindre, une fois de plus notre maître français du fantastique : Jules Verne, ce qui va encore faire grincer les molaires des bien-pensants académiques, qui n'ont jamais su (on va vite voir pourquoi ci-dessous), que ce Jules Verne, (ésotériquement parlant) , était un initié contacté par les Maitres, dits ascensionnés...

     Voyez donc ainsi, en passant, cet ouvrage de Michel Lamy republié chez Payot, en Février 1999 .


     Cet ouvrage pourtant, dans le vif du sujet, ne semble pas avoir relevé l'incompable détail que nous allons souligner ci-dessous, et pour cela, reprenons volontairement ce passage déjà vu, dans de nombreux articles très sensibles, où l'on nous donne, le nom ancien de note planète :Urantia Gaïa , et passage qui nous vient du collectif Soria, formé, on le sait, de 4520 entités cosmiques :

     "L'intérieur de votre Terre est creux ; un Soleil y réside, permettant la vie comme sur la croûte extérieure de cette planète. Chaque humanité vit dans une des réalités physiques d'Urantia Gaïa. Suivant le cercle d'influence atomique, certaines peuvent avoir des relations directes et physiques avec le peuple extérieur, vous Ainsi parmi les survols d'ovnis, quelques-uns sont imputables aux intraterrestres. L'harmonie interne de votre sphère d'accueil subirait des interférences si ces êtres n'intervenaient pas dans votre évolution. Il n'est pas rare que les scientifiques internes surveillent les travaux des vôtres, les aidant même en laissant des formules dans la matrice des ordinateurs ou en envoyant l'un des leurs se fondre au sein de votre multitude. Certains occupent des postes importants dans votre société, contrôlant ainsi les progrès, en favorisant certains ou en écartant d'autres, mais en tenant toujours compte de votre degré d'ouverture d' esprit, de vos faiblesses, de vos points forts et du maintien de l'équilibre du centre de la Terre. Parfois, des documents disparaissent, étant jugés sortis trop tôt, pour réapparaître dans une séquence plus appropriée. Il est temps de trouver un point de rencontre conscient entre eux et vous. Seule votre volonté de développer un échange sain, fraternel et respectueux entre chaque ethnie concrétisera cette rencontre. Pourtant, les habitants de l'intérieur de la Terre n'ont jamais été aussi ouverts à une telle éventualité. Votre conscience sera touchée par des informations révélant autant la vie stellaire que la vie intraterrestre. Il est même possible que certaines portes d'accès du centre de la Terre s'ouvrent à quelques-uns d'entre vous afin qu'ils puissent témoigner de la réalité de leur existence. Votre grand visionnaire et prophète Jules Verne, vous a préparés aux ouvertures de ces temps nouveaux. Rapidement et étrangement, vous pourriez éprouver comme une surdose d'informations, déstabilisant ainsi vos croyances établies et fragilisant vos tendances à vous accrocher aux lois actuelles".

     Extrait pages 172 et 173 de "Voyage" tome III de Soria Edition Ariane Mars 2002.

      Mais, si vous savez lire entre les lignes, de l 'extrordinaire texte précédent, on peut imaginer alors que notre incomparable Jules Verne, et sans doute d'autres écrivains bien choisis, ont été contactés, en leur temps, soit par télépathie... soit directement par des missionnaires spéciaux de la Terre intérieure, pour préparer l'arrivée des découvertes extraordinaires, mises en relief actuellement sur le Web , et bien sûr decouvetes faites souvent en exclusivité (avec ses très faibles moyens), par le siteARTivision.

      On pourrait en effet, écrire un ouvrage en entier, uniquement sur le passage en question ( avis aux journalistes, aux éditorialistes et autres amateurs psychologues et philosophes des mystères de ce monde)....

    Nous allons donc plus bas, donner en surbrillance, la phrase clef de Jules Verne, que l'on ne discute jamais dans nos écoles et universités, et phrase publiée, dès 1866, au moins, dans son ouvrage intitulé "Voyages et aventures du capitaine Hatteras".

        Voici donc d'abord deux scannérisations , d'une réimpression moderne de cet ouvrage :

  

, où il est précisé ceci au Tome 2, la phrase suivante, qui fait vraiment TILT dans l'ouvrage précédent :


     Comme on le voit donc, tout cela est dit par Jules Verne, clairement, nettement, et sans bavure...

      On voit là aussi, que Jules Verne, ignorait l'affaire du Soleil central qui provoquait les auroles boréales, qu'il mentionne si bien ci-dessus ...

      Voici en effet, comment Jules Verne parle de la lumière spéciale (assurément pour lui, d'origine électrique), qu'il a découverte au centre de la Terre, qu'il décrit au chapitre XXIII, dans son célèbre ouvrage de 1864 "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE" :


      Donc il est clair, pour Jules Verne, qu'il ne peut s'agir de la lumière d'un Soleil interne, mais d'une lueur "triste et souverainement mélancolique".

          Alors Messieurs les puristes, il ne vous reste, qu'à trouver où sont stockées les notes personnelles, grifonnées par Jules Verne, parallèlement, à l'écriture de ses romans, afin de déterminer si possible, d'où il a pu tirer cette incroyable information. Bien sûr, le Webmaster d' ARTivision, a contacté à ce sujet, la Mairie de Nantes (où existe un musée Jules Verne), en passant par cette adresse : musee-julesverne@mairie-nantes.fr, et nous avons reçu, une réponse détaillée, concernant ces archives, Avis donc aux amateurs...

      Cependant disons aussi que Jules Verne, aurait pu s'inspirer des travaux du précurseur nommé Sir John Leslie (1766-1832), qui lui imagina bien plus, puisqu'il parle lui, de deux soleils, nommés : Pluto et Proserpina, situés à l'intérieur de la Terre. Voir sur le site de l'époque :


le passage : " a Scottish physicist and mathematician, proposed that the earth had a hollow interior containing two suns "Pluto and Proserpina" ."

    Cependant chez Jules Verne, ces deux soleils, sont devenus deux planètes :

" puis, dans la sphère creuse, on imagina l’existence de deux planètes, Pluton et Proserpine, et un air lumineux par suite de la forte pression qu’il éprouvait. "


     Ceci est tiré de l'ouvrage tome 2, de 1866, de Jules Verne " Voyages et aventures du capitaine Hatteras".

      Comment les deux  "soleils"  de Leslie, ont pu devenir "deux planètes" chez Jules Verne ? Aux historiens curieux de répondre.

     D'ailleurs les internautes qui ont le privilège d'écrire aisément l'anglais, pourraient contacter le Webmaster du site précédent pour en savoir plus, et par exemple essayer de découvrir dans quel livre de John Leslie, apparaît cette extraordinaire affaire de deux soleils présents à l'intérieur de la Terre. Voilà déjà ici une avancée, très utile qui pourrait être réalisée dans cette affaire saugrenue
.

          Tout cela serait de la pure Science Fiction si le site ARTivision (On ne parlait pas du tout de "Fake News" et d'images bidonnées à l'époque ), si le Vendredi 13 Février 2004, nous avons eu le privilège de recevoir de l'ami Jean RESTAYN du Canada, grand germaniste, ne nouus avait pas envoye, (Cela fait déjà 16 ans en 2020), l'importanrte missive suivante, dont nous vous donnons, que la fin... (Les couleurs sont de nous, bien sûr) :

.............................................................................................................................................................................................      Rappelons ici que <Mihkaël Omraam Aïvanhof dans ses nombreuses conférences parle aussi de la Terre creuse, et du Roi du monde vivant en son centre. Il s' agit selon lui d' une synarchie. On pourrait la contacter par télépathie.

          J'espère, cher Fred que vous pourrez présenter le cliché envoyé par mes soins, montrant le si beau trou du pôle nord.. Je n'en ai jamais vu d' aussi belle, n'en privez pas vos lecteurs. Elle est issue du site allemand :




     Amitiés

     Jean

          Et, avec quelques unes de nos explications, cette incroyable image devient :



     Après quelques recherches, nous avons appris, il y a déjà quelque temps, que cette photo aurait été captée par un spécialiste informatique d'Allemagne, qui a travaillé, à l'époque, au Centre Spatial de Garchlingen ( Bayern ) et qui connaissait la fréquence du satellite qui survolait la région. Le site qui présentait à l'époque cette incroyable photo n'est plus fonctionnel . Seuls des spécialistes très qualifiés (Voir plus bas la très remarquable déclaration de l'un d'eux) pourront nous dire, si, à l'époque (autour de 2003) un détraque d'Hurluberlu pouvait s'amuser à sortir sur le Web une telle image trafiquée et surtout pour quelle raison?.

    Quelques années plus tard, nous avons aussi par un heureux hasard, réussi à mettre la main, sur cette autre étonnante photo :


    Notre ami de longue date, Frédéric, nous explique que cette photo est extraite de la vidéo plutôt ancienne qui n'est plus opérationnelle. (Merci mille fois à l'internaute beni, qui en retrouvera le nouvel URL )


    On voit donc que cette superbe image, est exactement la même que celle déjà vue plus haut mais elle a été redressée.

    Cette inclinaison, s'expliquerait, par les schéma suivants :

  

    Où l'on voit alors, que le disque représentant le vortex polaire en question, ne se juxtapose pas juste au-dessus du Pôle Nord.

     Mais maintenant, étant donnée son importance, reprenons ici, l'image de 2004, de l'ami Jean RESTAYN du Canada :


      L'image ci-dessus a été bien sûr, étudiée en long et en large par un aimable infographiste canadien très qualifié, (qui a fait de plus, cette étude gratuitement), et qui en a déduit que ses caractéristiques étaient déjà pour l'époque exceptionnelles.

      Voici donc ici, une partie, de la conclusion de cet aimable infographiste.

    "Hors dans ce cas, le film atmosphérique a une forme parfaitement régulière ne dépendant pas des irrégularités de la surface terrestre et son intensité ne dépend que de l'éclairage global du globe, et pas des points immédiatement en dessous, ce qui est normal pour une lumière réfléchie.

  Seule une image extrêmement complexe utilisant du Lancer De Rayon avec un module de calcul de diffraction associé à un nuage de particules fines, peut donner ce résultat en synthèse.

    Mais vu la finesse des détails, il faudrait vraiment posséder une sacrée machine et d'excellents infographistes . De plus je persiste à dire que les outils d'imagerie ont la facheuse habitude à créer des dégradés parfaits,(la bande de dominante rouge aura toujours la même épaisseur que la bande de dominante bleu, et suivra parfaitement la courbure de la surface terrestre), et légèrement sursaturés en couleurs, à l'opposé d'un dégradé naturel où les couleurs sont beaucoup plus mêlées et diffuses...
".

     Fin de citation.

      Si cela s'averrait exact, nous serions , en présence d'un document exceptionnel et inestimable.

      Maintenant, il suffit pour comprendre que les choses bougent en ce moment, de jeter un bref coup d'œil dans une librairie moderne, pour y découvrir cette incroyable ouverture polaire, dans les opuscules, qui fleurissent en ce moment, et photo, que le site ARTivision, fut l'un des premiers à présenter sur le Net français dès 2004, et que voici, à nouveau : .


, et photo qui se retrouve, sans explication aucune, dans les trois opuscules présentés ci-dessus. Les deux premiers de gauche présentent la photo en noir
sur blanc
, (respectivement pages 16 et 52), et le 3e, bien plus agréable, à voir en couleur ( page 23)
.

   

     Pour avoir eu l'audace de publier cette photo, ces opuscules ont dû, très certainement, tirer partie de l'analyse précédente de notre infographiste, mais, ils évitent soigneusement de le dire, et surtout de parler d' ARTivision.

      A vous de juger donc, Messieurs les bien-pensants blasés, qui refusent de croire, à cette affaire d'ouvertures polaires, et à tout ce qui précède qui assurément, vous chiffonne, tant soit peu.

     Mais cependant, il vous faut aussi savoir que le plus dur à croire, est encore à venir ...

      Mais ce 27 Avril 2020, nous allons devoir aborder notre 7e focus, d'où sortira une autre preuve irréfragable et incontournable de cette affaire de vortex polaires, que l'on cache depuis des lustres, en très Haut Lieu, à l'Humanité entière, pour de stupides raisons de doctrines culturelles, religieuses et millitaires dépassées, et la situation actuelle, (nous l'espérons vivement), va déboucher, sur réinitialisation radicale, des compteurs de cette planète, qui part à vau-l'eau...

      Rappelons en passant, que pour de navrantes et désuettes notions économiques et assurément militaires les deux dernières guerres mondiales, ont décimé près de 100 millions d'individus, (sans compter les blessés et les estropiés décédés rapidement plus tard), et que le Covid 19 est heureusement, encore bien loin d'arriver à cette horrible performance.

      Le site ARTIvision, afirme dans ses articles, que notre civilisation peut parfaitement disparaitre de la surface de cette Terre, et que cela est déjà arrivé plusieurs fois, au cours des millénaires passés...(et nous avons, bien sûr, de nombreux documents qui le prouvent ).

       Mais, le petit virus Covid 19, nous offre actuellement, la raison majeure d'unir cette Humanité
, et d'en finir une fois pour toutes avec ces guerres dérisoires et calamiteuses, (toujours au profit des marchands de canons et des cupides profiteurs de cette société), qui la déchirent depuis des siècles. Point à la ligne...

       Quant à ces hurluberlus décérébrés, de jihadistes radicalisés ou pas, ou les consorts anarchistes révolutionnaires, qui tuent leurs frères innocents, sur cette planète admirable, comme ceux, dont on parle dans les entrefilets déjà bien connus, suivants :

  

leurs disciples ( car souvent, ils sont eux-mêmes, déjà dans un monde parallèle) n'auront pas bientôt, assez d'yeux et de larmes, pour pleurer leurs dérisoires méfaits, quand ils apprendront sous peu, qu'ils ne sont que des 3 m (minus, minables, misérables), sur cette planète, qui est bien entrain de remettre, les compteurs à zéro.

Septième focus :

       Il est évident que les journalistes blasés et zététiques, toujours avides de scoops atypiques, et autres consorts astronomes et cosmologistes officiels, bien engoncés dans leurs cocons feutrés, qui pratiquent ouvertement cette attitude bien connue :


ce qui suit ne manquera pas assurément de provoquer chez eux, des grincements stridents de molaires , et nous allons vite ici, leur imposer l'adage très significatif :

" C'est au pied du mur, que l'on découvre le vrai maçon "

       En effet, il est facile de vérifier, que les protagonistes médiatiques cités plus haut, n'ont pas trouvé un seul petit plateau de télé, pour lancer une franche discussion, sur cette image incroyable d'Encelade (déja présentée largement plus haut) telle que :


     Si vous savez lire entre les lignes, les scientifiques avouent, , qu'ils ne comprennent pas pourquoi, la température du Pôle Sud, d'Encelade est anormalement élevée. S'ils avaient fouillé, dans les recits des expéditions polaires au nord de la Terre, ils seraient vite dédouanés à ce sujet, car en effet, dans de très noubreux articles, de notre site, on peut lire, ce qui suit :

     Passage tiré du livre remarquable, du grand explorateur polaire américain Elisha KANE 1857 :


     Et pour les puristes, voici en anglais, le paragraphe surprenant qui nous intéresse :


      Et voici une traduction de cet étrange paragraphe:

      " Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ?
"

    Que dire de plus, si ce n'est que l'on découvre, ici, encore une fois, l'incompréhension des observateurs de l'époque, devant ce phénomène hors-norme de la mer libre du pôle, et dont nous parlerons utérieurement

       Venons en maintenant à notre 7e focus, qui est, on va le voir tout à fait, époustouflant, et nous attendrons sans doute, en ces temps de confinement général très salutaire,encore bien longtemps à ce sujet, les commentaires judicieux et réalistes, des cosmologistes officiels (Astronomes Astrophysiciens Directeurs et journalistes de revues se consacrant à l'étude des choses de l'Espace et du Cosmos, mais aussi les ecclésiastiques de tout gabarit (prêtres, évêques, pasteurs, mollahs, grands rabbins, chefs bouddhistes... etc.. et même les savants hébraïques orhodoxes actuels...).

     Mais Le Temps des Révélations, est bien arrivé et s'ils se taisent encore, on ne pourra plus écouter, leurs beaux discours.

     C'est le 09/09/05, que nous avons eu le grand privilège, de recevoir de l'ami Claudisa....le message suivant :

----- Original Message -----
From: Claudisa..
To: Fred Idylle
Sent : Friday, September 09, 2005 1:34 PM
Subject: Nouvelobs.com quotidien temps réel vous informe...

Pas beaucoup d'explication sur la tache de lumière !!!

La vraie nature de Cérès

Lire : http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/espace/20050909.OBS8748/la-vraie-nature-de-ceres.html

    Amitiés

    Claudisa



        Bien sûr, nous avons remercié à l'époque l'ami Claude pour sa si extraordinaire information.

       Voici alors ce que l'on pouvait voir à l'epoque sur l'URL cité :

© Le Nouvel Observateur

La vraie nature de Cérès

  Hubble a observé Cérès pendant une rotation complète (9 heures) afin de confirmer l’homogénéité de sa forme. (NASA/ESA/Parker, Thomas, McFadden)
   L’astéroïde Cérès, le plus gros représentant connu de la ceinture principale d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter, aurait pu être une planète. Si Jupiter ne s’était pas formée, si du même coup elle n’avait pas empêché nombre d’objets de la cette ceinture de continuer à grossir en acquérant de la matière, Cérès serait peut-être devenu une planète. La forme sphérique de l’astéroïde accrédite l’hypothèse d’un objet homogène, possédant un cœur et un manteau, selon une étude publiée cette semaine dans la revue Nature.

De nouvelles observations menées en décembre 2003 et janvier 2004 par le télescope spatial Hubble montrent que Cérès est un objet sphérique, pas aplati, suggèrant que sa forme est contrôlée par une force de gravité. De plus sa rotation correspond à une distribution homogène de la matière, expliquent Peter Thomas (Cornell University) et ses collègues.

Cérès pourraient donc être composé de deux couches : un cœur rocheux et un manteau riche en glace d’eau. Une structure comparable à certaines lunes glacées du système solaire. Pour se faire une idée plus précise et plus définitive, les chercheurs attendent avec impatience la mission Dawn, conçue pour rendre visite à Cérès et à Vesta, et qui se mettrait en orbite autour de Cérès en 2015.

Cécile Dumas
(09/09/05)

    ;Fin de citation.


    Vous constatez effectivement, comme le souligne l'internaute Claude, que dans cet entrefilet, il n'est question nulle part de cette lumière éclatante , qui éclabousse Cérès Est-ce un reflet de la lumière lointaine de notre Soleil sur de la glace de l'astéroide? Aucune suggestion, ne nous est proposée. A vous de juger ce mutisme notoire

      Mais, le même jour on découvrait ausei sur le site :


, alors ceci :



où, chose très surprenante, on ne voit aucune photo de Cérès, cette fois-ci . Il était donc préférable en effet de ne pas montrer la photo troublante, dont on avait aucune explication connue, à présenter, concernant le disque lumineux éblouissant et surtout très embarrassant... A vous donc de juger cette distortion stupefiante.

    Mais, à la même époque, il y a eu aussi, cet entrefilet qui est tiré du journal "20 minutes TOULOUSE", qui est offert gratuitement. Il est daté du 13 Septembre 2005 :



    Vous voyez que là, au moins, nous apprenons que le diamètre de Cérès mesure 930 km, et surtout que les astronomes disent qu'ils n'ont pour l'instant aucune explication à proposer, au sujet de cette tache blanche très lumineuse, qui apparaît sur les photos....

      Plus tard, le 22/11/05, nous avons eu le privilège de rentrer en possession du "Ciel&espace" n°426 de Novembre 2005, où, nous y avons trouvé l'entrefilet suivant :


    Donc, nous découvrons ici, que contrairement à l'entrefilet du "Nouvel Observateur" en date du 09/09/05, sous le plume de Cécile Dumas, où nulle part, il n'est fait état de cette éclatante lumière, visible sur chacune des 4 photos présentées,(sans doute ces gens-là portaient-ils des lunettes ayant un fort pouvoir obscurcissant), ici, on reconnaît même, que cette tache claire (notez bien l'adjectif "claire", qui banalise l'affaire et s'oppose à notre expression "éclatante lumière"), est si nette, qu'elle a permis de mesurer la période de rotation de Céres sur lui-même, soit de 9 heures.

    Dans l'entrefilet ci-dessus, cette tache "claire" serait peut-être due à un cratère d'impact, sans toute dans une couche de terrain fait de matériaux calcaires (style albâtre gypseux), qui justifierait cette blancheur notoire. Pourquoi pas ! A moins que l'on découvre aux antipodes de ce cratère, un frère jumeau d'une blancheur analogue. Dans ce cas, cette hypothèse relative à un cratère d'impact, serait plutôt sujette à caution, n'est-ce pas ? Hubble détient, sans doute, la clef de ce mystère.

    En conclusion, dans ces deux entrefilets cités, voilà deux poids variables et deux mesures bien différentes, pour le même phénomène, qu'Hubble a eu la grande ingéniosité de nous dévoiler, au grand désarroi (on le sent bien), des spécialistes de l'espace, dont il est question plus haut, et qui ont souhaité s'exprimer sur cette affaire.

    A vous de juger tout cela ...

       Nous avons alors, en début d'Octobre 2005 pousser l'audace, jusqu'à demander par l'intermediaire de Mme Régine Françoise Fauze, qui channellise Le collectif Soria, formé, on le sait, de 4520 entités cosmiques , de nous en dire plus sur l'affaire, et le 13/10/05, nous avons été comblé par le fait, de recevoir ces fantastiques mots :

" Quand la Science vient confirmer la vision transcendante de certains médiums... Nous vous apprenons très particulièrement que le noyau solaire de Cérès est de 71,300Km, et il y aura d'autres découvertes...Donc affaire à suivre..."

     Nous avons évidemment imméditement fait un petit calcul, qui tient compte du diamètre de 930 km de Cérès, et de celui de la Terre de 12760 km. Donc toute proportion gardée, s'il elle existe, le diamètre du soleil intérieur de notre planète Terre, serait donné par l'expression : d = ( 960 x 930) / 12760 km = 947, 69583...km et pour simplifier, nous arrondissons alors à 950 km, ce qui est bizarrement très voisin du nombre de 960 km, avancé en 1920, par Marschall B.Gardner auteur de l'ouvrage (déjà présenté plus haut) :

  


      D'abord en anglais et en milles :


      Puis en français tiré du livre, quasiment introuvable, et très cher :


      Et en km, on a alors :


    Mais pour certifier tout cela, il faudrait d'abord pouvoir filmer l'autre hémisphère de Cérès, et voir ainsi si l'on y découvre aussi une lumière éclatante similaire.

    Donc, dans cette affaire extraordinaire de Cérès, nous voyons que, dans ces entrefilets la question de la lumière étrange, apparaissant à la surface de cet astéroïde :


, a embarrassé assurément certains observateurs, qui ont préfèré, comme dans le premier cas cité, plus haut, pour éviter d'expliquer tant soit peu, la présence de ce disque lumineux qui, carrément, nous éblouit et nous subjugue...

     A vous de juger cette affaire, documents à l'appui..., et affaire qui prouve bien que cette histoire de planètes creuses, avec un soleil central, est très dure, même actuellement, à encaisser, et on fait tout pour éviter d'en parler.


    Mais concernant Cérès, il y a eu ces derniers temps, du nouveau, que nous tirons du site :


    Voyez vous-même cela ;


     Selon le chercheur Christopher Russell : "Les scientifiques de Dawn peuvent maintenant conclure, que la luminosité intense de ces zones est due à la réflexion de la lumière solaire par un matériau hautement réfléchissant sur la surface, éventuellement de la glace."

    "Il reste maintenant à confirmer qu’il s’agit bien de glace", dira ce chercheur...

     De la glace, sur ce corps céleste aride sans atmosphère, et ni eau, ni air ? Et bien sûr, on nous dira, que cette glace, viendrait d'une comète...

     Mais, ARTivision, se tord de rire, à cette explication, car ces lumières possèdent une configuration ayant de nombreux angles droits, qui en aucune façon ne sauraient être, l'effet du hasard...


    Mais il y a mieux : On a repéré "une sorte de pyramide", sur le sol, pourtant désertique, de Cérès, et les mêmes scientifiques diront, vite fait, qu'il s'agit d'un monticule tout à fait naturel:


    Nous attendrons sans doute longtemps encore, avant que, les cosmologistes et consorts assimilés, nous donnent une seule petite explication orthodoxe des phénomènes étant à l'origine des configurations des structures précédentes bien étranges. N'est-ce-pas !! .

         Nous pourrions, (et nous l'avons déjà fait, dans de nombreux autres articles), présenter ici, beaucoup d'autres structures insolites, découvertes sur d'autres astéroïdes, (Comme les structures très insolites découvertes sur Éros, dont voici une :

 

qui nous subjugue énormément)
, et cela prouve de manière incontournable, l'expression d'une vie assurément intelligente venant des ALIENS, qui patrouillent depuis des lustres, dans notre Système Solaire , et cette présence d'ALIENS, a été occultée systématiquenent, au commun des mortels, (mais rassurez-vous, les hauts dirigeants eux, sont parfaitement au courant).

      Mais, ce 30 Avril 2020, avant de poursuivre notre exploration des mystères cosmiques essentiels, bien occultés par les magouilleurs de très haut niveau, et compte tenu du côté
mystico-rationaliste, (déjà expliqué lus haut) de la plate-forme ARTivision, rendons hommage ici, une fois de plus, à toutes les opératrices et opérateurs médico-sanitaires, d'un grand courage, qui nous aident à combattre, ce terrible virus Covid 19
, et dont l'action est stipulée ouvertement, ce jour, par le Grand Maître de Findhorn :

      En effet, ceux qui croyaient devoir tromper indûment et éternellement leurs semblables, doivent savoir aussi qu'il existe une Loi Cosmique, à laquelle, on ne peut échapper, et que, des entités de haut niveau semblent vouloir mettre en exergue, ces temps-ci. Les paroles qui suivent correspondent en effet, tout à fait à la situation mondiale actuelle, et paroles qui, de plus, s'articulent parfaitement avec les principes d'ARTivison, mis en avant sur le Web, dès Janvier 1997 :

Donner est une joie immense.

Au fur et à mesure que tu apprends à donner

et à offrir de tout ton cœur, tes dons et tes talents

(tout le monde en a de multiples, et ils fonctionnent tous à des niveaux différents),

tu grandis en stature et en grâce.

Si tu as une nature heureuse, gaie, qui rayonne où que tu sois,

cela te sera retourné mille fois plus, car tout le monde répond à une nature gaie.

Souviens-toi toujours:

"tu récolteras selon ce que tu as semé".

Si tu sèmes la critique, l'intolérance, la déloyauté et la négativité,

tu les récolteras aussi, car tu les attires à toi.

Pourquoi ne pas commencer dès maintenant à semer

des graines de joie, de bonheur, d'amour, de tendresse et de compréhension,

et voir ce que cela te procurera ?

Ton regard sur la vie changera,

et tu verras que tu attires vers toi le meilleur de la vie.

La joie que tu donnes sera reflétée par toutes les âmes autour de toi,

car tout le monde aime quelqu'un qui donne joyeusement et y répond !


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or(1994).
Méditation pour le  30 Avril,après adaptation d'ARTivision.

       Pour bien comprendre, ce texte du Grand Maître de Findhorn, il faut savoir que dans d'autres méditations, il affirme que l'âme humaine, expérimente, par nécessité, plusieurs vies sur Terre, pour forger son devenir (comme l'affirmaient aussi, environ 30 années plus tôt, les spationautes non officiels George ADAMSKI et Howard MENGER, si souvent évoqués dans d'autres articles de notre site).

       Certains bien-pensants, fervents d'un certain agnosticisme académique, et plutôt adeptes de la technologie moderne la plus débridée, et du principe bien commercial "Ôtes-toi de là, que je m'y mette", vont se tordre de rire, à la lecture de cette méditation, mais ce qu'ils ignorent c'est que le site ARTivision, a dans ses dossiers, de très nombreuses données, qui pourraient les mettre au pied du mur, et briser ainsi, cet égo démesuré, qui les caractérise, si ces temps-ci, l'épisode du virus Covid 19, n' arrivait pas à changer leur psychisme délirant.

       Revenons maintenant, à cette affaire incoyable de la mer libre de glace en pleine banquise polaire nord, si bien mise, plus haut plus haut, en exergue plus,en 1857, par l'ouvrage remarquable, du grand explorateur polaire américain Elisha KANE, et prenons alors, un un très lourd marteau, pour enfoncer davantage le clou, de cette affaire très occultée en Haut Lieu, en faisant cette fois état, d'un fait extraordinaire contemporain, qui nous a été rapporté, dès le mois de Mai 2003, par un très aimable internaute...

Remarque
: Le lien présenté à l'époque ci-dessous, dans cette missive, ne fonctionne plus, mais nous avons retrouvé, le texte en question, à l'url :

     Pour le 19 Mars 2003 à (on peut aussi retrouver ce texrte, à d'autres dates):


     En effet, c'est le 18 Mai 2003, que nous avons eu le privilège de recevoir l'aimable missive suivante (les couleurs et la police des caractères, sont de nous, évidemment) :

----- Original Message -----
From : V... T...
To: Fred IDYLLE
Sent: Tuesday, May 18, 2003 8:43 PM
Subject: plus de glace au Pôle Nord

          Bonjour Fred

     J'ai trouvé sur le site : http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N1999.asp cet article plutôt bizarre. Et vous qu'en pensez-vous ?...

       v.........t

  Pas de glace au Pôle Nord  

Une expédition qui s'est rendue au Pôle Nord cet été n'y a pas vu de glace. Là où aurait dû se trouver la banquise, il n'y avait que l'océan Arctique. Une première en... 50 millions d'années. 

États-Unis 

21/08/2000 - James McCarthy, un océanographe américain qui faisait route vers le Pôle Nord dans un brise-glace russe en compagnie d'un groupe de touristes a eu la surprise de sa vie. À son arrivée, début août, pas de glace. Il n'y avait que de l'eau, sur au moins deux kilomètres de largeur. Selon l'expert, ce serait la première fois depuis 50 millions d'années, que le pôle n'est pas couvert par la banquise. D'autres spécialistes contestent : le mouvement des glaces crée parfois des trouées temporaires, même à cette latitude extrême.



Le paléontologue Malcolm C. McKenna, qui était aussi de l'expédition, croit toutefois que c'était la première fois, que l'on trouvait les eaux du pôle libres de glace. Il ajoute que le navire russe n'a traversé que de la glace très mince pendant tout son voyage. Dans cette région, l'été, elle fait normalement au moins trois mètres d'épaisseur. Cette fois-ci, les touristes ont dû s'éloigner à 10 kilomètres du Pôle Nord avant de trouver de la glace assez solide pour pouvoir y marcher.

Autre détail troublant : des goélands ont été vus en train de voler au-dessus du Pôle. Là encore, ce serait une première. Ces oiseaux, qui se nourrissent de créatures marines, ne vivent habituellement pas des ces régions en principe couvertes d'une épaisse banquise.

Les participants de l'expédition voient dans toutes ces premières une preuve de plus de la fonte rapide de la calotte polaire. Des observateurs extérieurs croient plutôt que la banquise s'est temporairement déchirée lorsque la glace a été emportée par le vent ou les courants marins. Quoi qu'il en soit, tous les spécialistes s'entendent pour dire que la banquise recule, au moins à sa limite sud, et que son épaisseur a diminué d'au moins 40 % depuis 50 ans. À ce rythme, elle pourrait complètement disparaître d'ici 2100

Philippe Gauthier


       Mais, nous avons fait chou blanc, en tentant de joindre les protagonistes de ce super-communiqué, et nous gardons les missives en question, à la disposition des puristes passionnés...

     Voilà donc, un fantastique communiqué, qui parle souvent de première fois, et chose surprenante, ce communiqué n'a pas eu, à notre connaissance, un seul petit écho favorable, dans le contexte des télévisions, ayant pignon sur rue... (voir cependant plus bas, une revue célèbre qui en parle succinctement, mais pas un seul film, n'a été montré à la télé), alors que "l'expédition touristique", en question avait certainement des caméras, à sa disposition n'est-ce pas !!! . Devinez alors pourquoi, une découverte d'une telle importance, est passée carrément à la trappe...

     Ce communiqué montre bien, aussi, l'ignorance totale de ses auteurs, en matière de connaissance des récits concernant les explorations polaires, et, il ne dit pas autre chose, sur "La mer libre du Pôle", que ce que raconte justement l'ouvrage du même nom et de l'explorateur americain, Isaac Israël Hayes :


      Cet ouvrage extraordinaire, a été publié en 1868, en France par l'éditeur Hachette, sous le titre "LA MER LIBRE DU PôLE" Voyage de découvertes dans les mers arctiques exécuté en 1860-61 Paris, In-8 , 517 pages. Traduit de l'anglais par Ferdinand de Lanoy. Ouvrage illustré de 70 gravures sur bois et de 3 cartes. Vous trouverez ce livre, en PDF à l'url :


     Et, nous voilà donc, en plein milieu, de cette affaire de La mer libre du Pôle Nord, niée actuellement par nos universités, mais longuement évoquée, par de très nombreux explorateurs des régions polaires, et aussi des chercheurs passionnés, sur la géographie polaire, comme les nommés : Le Dr Elisha Kent Kane, le Dr Isaac Israël Hayes, le Comte de Buffon, Daines Barrington, Boiteau, J-p Bellot, Nansen, Greely, Hall, Edward Parry, Ingleflied, Jules Verne, Jules Gay, De Wrangell, etc...

      Mais, rappelons aussi, à toutes fins utiles, que le Webmaster, de la plate-forme ARTivision, a constaté avec surprise, que rien ne se faisait par hasard, sur ce site, (libre à vous de démontrer, que c'est par, pur hasard, que nous avons découvert, dans la petite île de la Guadeloupe, un jour de 1983, dans une vieille malle, à 600 m de chez nous, -- voir cette incroyable affaire à :Tonton -- l'ouvrage condensé, de I.I. Hayes de 1877 suivant) :


      Mais pour mieux saisir, cette incroyable affaire, voici ce jour, le résumé des propos d' Isaac Israël Hayes, à son arrivée devant cette mer libre de glace au Pôle Nord :

    On trouve alors ceci, aux pages 188 à 189 , de ce super ouvrage :

        "
Tout le démontrait : j'avais atteint les rivages du bassin polaire. L'océan dormait à mes pieds.... il m'était donc impossible d'aller plus loin. La crevasse dont j'ai parlé eût déjà suffit pour nous empêcher d'atteindre le nord de la baie; mais, au large, les glaces paraissaient encore en pire état. Plusieurs flaques d'eau s'ouvraient près du littoral, et sur l'une d'elles venait de s'abattre une bandes de "dovekies" ou de guillemots à miroir blanc. En remontant le canal kenedy, j'avais reconnu nombre de leurs stations d'été; cependant j'étais assez surpris de voir les oiseaux eux-mêmes à une époque si peu avancée de la saison. Les mouettes bourgmestres volaient au dessus de nous, se dirigeant vers le nord où elles cherchaient les eaux libres pour leur nourriture et leur demeure... "

    et le 19 Mai 1861:

        " Cette note placée dans une petite fiole apportée tout exprès, fut soigneusement déposée sous le cairn, puis nous poursuivîmes notre route en nous tournant vers le sud; mais je quittais avec répugnance ce lieu qui exerçait sur moi une fascination puissante, et c'est avec des sensations inaccoutumées que je me voyais seul avec mon jeune camarade, dans ces déserts polaires que nul homme civilisé n'avait foulé avant nous. Notre proximité de l'axe du globe, la certitude que de nos pieds, nous touchions une terre placée bien au delà des limites des découvertes précédentes, les pensées qui me traversaient l'esprit en contemplant cette vaste mer ouverte devant nous, l'idée que peut-être ces eaux ceintes de glaces baignent des rivages d'îles lointaines où vivent des êtres humains d'une race inconnue: telles sont les considérations qui semblaient donner je ne sais quoi de mystérieux à l'air que nous respirions...
"


      Fin de citation.

      Cet admirable laïus, n'a hélas, pas du tout plu, à certain explorateur français, Paul -Emile Victor (1907-1995), et nous parlerons de cela une prochaine fois.

        Tout ce qui est raconté ci-dessus, est superbement rassemblé, dans une gravure, montrant ce fantastique paysage, qui, à juste titre, a suscité beaucoup d'émotion chez Hayes et son compagnon. Voici donc cette gravure sublime, représentant en page 190 bis, cette surprenante Mer libre du Pôle :



    Il nous reste cependant, à bien analyser cette gravure dans ses détails les plus fins, et surtout en ce qui concerne les oiseaux, dont nous parlerons plus bas.

    Et en couleur c'est mieux, grâce à la une petite contribution de notre ami Christian C....... qui réalise d'amirables aquarelles (Aquarelle et voyage):


      Mais tout cela aurait pu être classé dans le domaine de la Science-Fiction, s'il n'y avait pas eu auparavant, (le texte qui suit, déjà présenté plus haut, qui s'interroge au sujet de la mer libre en question), du très grand explorateur, le Dr Elisha Kent Kane, qui fut un officier médecin (28 Février 1820 - 16 Février 1857), de la Marine des USA, et un explorateur polaire du 19 e siècle.

  

      Reprenons, étant donnée son importance, la traduction, déjà vue plus haut, de cet étrange paragraphe :

"Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ?
"


    Que dire de plus, si ce n'est que l'on découvre, ici, encore une fois, l'incompréhension des observateurs de l'époque, devant ce phénomène hors-norme de la mer libre du pôle.

     Mais, pour les puristes, qui aiment remonter aux sources d'une affaire, voici encore un autre document très significatif à cet égard, et venant du " The New York Times" du 21 Octobre 1871 :



      Donc, juste au début, on découvre que : " le 20 Octobre .- Des rapports complets de la dernière expédition allemande vers le Pôle Nord ont été publiés. Il y est fait état que l'expédition fut un succès. Une mer polaire fut découverte libre de glace, et grouillant de baleines"....

     Tous ces gens qui affirment l'existence, d'une mer libre de glace au Pôle Nord, ne peuvent avoir menti, surtout à l'époque, où l'on ne plaisantait pas avec la rigueur morale...


      Disons aussi, que notre grand maître du fantastique Jules Verne, était parfaitement au courant de cette affaire de la mer libre au pôle nord, que nous cachent si bien, nos gouvernements.

     En effet, c'est l'aimable l'internaute, Renaud F......, qui nous fait découvrir que Jules Verne, parle clairement de "la Mer libre du Pole" , au chapitre 7, dans son roman : " Le pays des fourrures" , en ces termes :

     " - Croyez-vous, monsieur Hobson, demanda Mrs. Paulina Barnett, que l'homme puisse jamais atteindre le pôle même ?
- Sans aucun doute, madame, répondit Jasper Hobson, l'homme, - ou la femme, ajouta-t-il en souriant. Cependant, il me semble que les moyens employés jusqu'ici par les navigateurs afin de s'élever jusqu'à ce point, auquel se croisent tous les méridiens du globe, doivent être absolument modifiés. On parle de la mer libre que quelques observateurs auraient entrevue. Mais cette mer, dégagée de glaces, si elle existe toutefois, est difficile à atteindre, et nul ne peut assurer, avec preuves à l'appui, qu'elle s'étende jusqu'au pôle. Je pense, d'ailleurs, que la mer libre créerait plutôt une difficulté qu'une facilité aux explorateurs.
"

      Comme vous le voyez, Jules Verne, était parfaitement au courant de cette affaire de mer libre, dont on ne parle jamais dans nos écoles et nos universités.

        D'ailleurs, à propos de légende (qui signifie ce qui doit être lu), attachée ici, à la cartographie
, en voici une très officielle, qui figure dans un livre qui était réservé aux élèves de 6e, et publié en 1977 par Fernand Nathan :



     Chacun sait en effet, que le texte explicatif figurant en dessous de l'image, est appelé justement une légende. N'est-ce pas ?

     Vous avez bien noté, cependant que cette carte, place le Pôle Nord, en plein dans la zone dite, de la "banquise permanente", (encerclée d'un trait vert pâle), alors que le site ARTivision, prétend démontrer que ce Pôle Nord, se trouve dans une "Mer libre de glace".

      Reste à savoir, pourquoi nos gouvernements, nous cachent, cette superbe Mer libre du Pôle Nord, dont il est question, dans de très nombreux articles du site ARTivision.

       Nous allons donc, à ce sujet, ce jour, carrément mettre le pied dans le plat , et cela va mettre une fois encore, très mal à l'aise nos zélés bien-pensants littéraires, qui n'ont jamais parlé de cela, dans leurs si brillantes emissions de radio ou de télé consacrées à la litterature fantastique...

     En effet , il convient ici de savoir que dès 1908 est paru, aux USA, le livre suivant tout à fait renversant (ouvrage auquel nous accordons, un très grand crédit, et qui, selon nous bien sûr, surclasse de très loin, le célèbre ouvrage de Jules Verne : "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE" de 1864).

     De plus, ce récit est confirmé par les révélations du Maître DORIAN, et révélations souvent évoquées dans nos articles :

  

     Ou encore, avec une courte explication :


     Le navigateur norvégien, Olaf Jansen, en se dirigeant vers le Nord, avec le sloop de pêche de son père, à une certaine période d'Avril 1829, nous dit ceci :


que nous traduisons, très modestement :

"Devant nous et directement au nord, s'étendait une mer libre.".

      Le site ARTivision, a d'ailleurs été, le premier du Web français, à traduire en amateur, l'ouvrage en question, et cela dès le 6 Avril 2001...et la traduction se trouve à :


       Mais, de nombreux malotrus du WEB, ont recopié carrément notre traduction (en changeant bien sûr quelques petits mots), sans citer une seule fois le nom d'ARTivison, qui avait mis à l'époque plus d'un mois, à effectuer cette traduction aidé, bien sûr, d'un petit logiciel : Quick Translator :

     Comparez vous-même notre traduction, avec les textes suivants :

  

     A vous de juger tout cela, en connaissance de cause... documents incontournables à l'appui.


         Et, à bon entendeur salut !!.


         Mais ce 03 Mai 2020, il serait peut-être aussi utile de raconter ici, cette annecdote très significative , qui s'est passée y a quelques années, (nous avons deux fois hélas, perdu le dépliant qui présentait ce forum. Merci mille fois à l'internaute béni qui en retrouvera une copie), que nous avons eu, un jour, le bénéfice, d'assister au Fort Delgrès de Basse-Terre en Guadeloupe, à un forum de la BD, où les plus grands spécialistes du genre, montraient leurs œuvres. Nous avons étonné tout un chacun, en prétendant que nous recherchions en priorité un dessinateur de BD Norvégien, pour l'inviter à sortir un album très classique, sur l'histoire du "Smoky God", de l'écrivain nord-américain Willis George Emerson, paru en 1908 . Il s'agissait de sortir une version française en BD, très classique (Sans aucune déformation de visage), comme ce qui suit, et qui a été établi en 1968 à New York:

  

         Hélas, il n'y avait aucun dessinateur norgévien, dans le coin et tout le monde a voulu prendre notre photo, quand nous avons sorti le Paris Match 1028 du 18 Janvier 1969, où l'on voit à vue d'œil, une super structure gigantesque placée sur la face cachée de la Lune.

    Mais, ensuite ce fut tout. Ces messieurs spécialistes de la BD, ont replongé dans leur petit train-train quotidien, et pas un, ne nous a contacté après, pour en savoir plus sur l'ouvrage extraordinaire "Smoky God", (que nous avions aussi montré, à tout un chacun). Ils s'en mordront les doigts, car le Temps des Révélations, est bien arrivé, et ils ont loupé le coche comme beaucoup d'autres.

     Mais, on sait que c'est en 1964 qu'est sorti l'ouvrage extraordinaire du DR Raymond Bernard, (qui en réalité s'appelait Walter Seigmeister, et qui est décédé le 10 Septembre 1965) tel que :

  

        Cet ouvrage, nous décrit, en pages 13 et 14, avec forces détails, une histoire digne des " Voyages de Gulliver " de J.Swift (1726), racontée par le Dr Nephi Cottom de los Angeles :


(mais nous n'avons pas pu encore, trouver une copie des lettres incontournables en question) où un de ses patients qui habitait la Norvège, prétend avoir un jour voulu avec un ami, aller aussi loin que possible dans le Nord, avec un petit bateau de pêche muni d'une voile et rempli de provisions pour près d'un mois. Au bout de ce mois de navigation, ils ont pénétré parait-il, dans un étrange pays où il faisait si chaud qu'ils n'arrivaient pas à dormir. Puis ce patient explique :

" Nous vîmes plus tard quelque chose de si étrange que nous en restâmes muets de stupeur. En pleine mer, devant nous, se dressait soudain une sorte de grande montagne dans laquelle, à un certain endroit, l'océan semblait se déverser. Intrigués, nous continuâmes dans cette direction et nous nous trouvâmes bientôt en train de naviguer dans un vaste cañon qui conduisait au centre du Globe. Nous n'étions pas au bout de nos surprises. Nous nous rendîmes compte un peu plus tard qu'un soleil brillait à l'intérieur de La Terre"...

     Ce récit est, tout à fait dans le même style, que celui de Olaf Jansen, déjà présenté plus haut. Nous ne pouvons pas ici, bien sûr, rapporter tout ce que ce patient a révélé de son extraordinaire récit, où il est fait aussi mention, entre autres choses, de plantes et animaux et même d'humains gigantesques et il est étonnant qu'un tel récit soit passé si inaperçu alors qu'il prétend être authentique et déclasse de loin les récits les plus imaginatifs.

         La traduction bien appropriée, du livre en anglais de R Bernard de 1964, (nous l'avons déjà vu plus haut) , se présente, telle que :

Ouvrage publié en 1971, chez Albin Michel,
et est devenu un objet rare et très couteux

        Ce livre nous parle de cette affaire des "ouvertures polaires", (les guillemets ont une très grande importance), et aussi du fait fantastique, qu'il existe un mini soleil, au centre de la Terre et qui est responsables des aurores polaires.

        Cette incroyable affaire, nous fut alors révélée, qu'en 1972, quand une amie de la Métropole, a eu la très géniale idée, de nous envoyer le livre en question, désormais incontournable.

     Les internautes, qui nous disent posséder, le livre ci-dessus, dans leur bibliothèque, font désormais partie d'un club de privilégiés, dont les membres se comptent sur les doigts des deux mains. (et on peut même, aussi lire quelque part, sur notre site, que les autorités ont fait mains basses sur tous les exemplaires qui traînaient chez les libraires et bouquinistes de France, non avertis).

       Ces derniers temps, il faut aussi savoir, que l'on peut trouver sur le marché, cet autre ouvrage, en remplacement du précédent, publié aux Editions Hades en Septembre 2017 :



      Evidemment, on le sait, cette théorie de la Terre creuse, n'est pas admise dans le cursus universitaire actuel, car elle s'oppose catégoriquement, à notre connaissance actuelle de la composition interne de la Terre mais, on l'a vu plus haut , le Grand Maître SaLuSa, en parle souvereinement. Donc, la plupart des scientifiques officiels, non recyclés sur l'histoire des phénomènes polaires, vont la rejeter impitoyablement...

     Mais ce jour, pour les puristes, qui aiment remonter aux documents clefs, disons que l'ouvrage incontournable "The Smoky God", a été aussi publié, en 2007, par notre amie canadienne Ischaia, tel que :


     Mais, en Mars 2020 est sorti sur le sujet, un certain ouvrage de Mr C. FAYET, tout à fait renversant, et qui est tel que :


     Comme on le voit, désormais, le Temps des Révélations, est bien arrivé...

      Mais, il nous reste encore, un élémént de preuve incontournable de la littérature russe ou autre, de cette affaire de vortex polaire nord . Cet élément clef se trouve à la fin de l'ouvrage de 1873, d'un certain Jules Gay (qui fut à l'époque, professeur de Physique à Montpellier), et ouvrage intitulé :"La Mer libre du Pôle Nord" :



      Et voici le passage clef, qui a fait tilt, chez nous :

         " Enfin, les renseignements que l'on a pu recueillir auprès des rares habilants de ces contrées désolées sont venus confirmer ces indices d'un climat plus doux vers le nord. "Un vieux prêtre russe que j'ai connu à Iakutsk, dit Mr. de Wrangel, et qui a longtemps vécu chez les Tchoukises ( Note il s'agit, bien sûr, du nom des esquimaux de la région), m'a assuré que, selon la tradition, des bateaux et des hommes venus d'une île plus chaude située au nord, sont arrivés sur leurs côtes."

         Nous voilà donc arrivés, au passage le plus surprenant de l'opuscule de Jules GAY, et c'est ce passage qui nous a déterminé à mettre en ligne ce texte. ( voir notre article :Jules GAY.html)..

       Donc, sans peut-être s'en rendre compte Jules Gay, anticipe et amplifie ici la phrase, très audacieuse vue plus haut du livre de Hayes ainsi énoncée : "les pensées qui me traversaient l'esprit en contemplant cette vaste mer ouverte devant nous, l'idée que peut-être ces eaux ceintes de glaces baignent des rivages d'îles lointaines où vivent des êtres humains d'une race inconnue ..." (On ne dit pas, hélas, du tout ici, quelles étaient leurs tailles : voir plus haut: SmokyGod.html).

      Bien sûr ni Hayes, ni Gay ne pouvaient imaginer à l'époque qu'il ne sagissait pas que quelques îles éparses de la région polaire, mais bien d'un continent immense et intérieur à notre Terre.

     Etant donnée, l'importance cette déclararation de l'amiral Wrangel, le Webmaster du site ARTivision, serait bien aux anges, s'il pouvait en découvrir l'origine russe, et l'ouvrage qui l'a publiée en premier. Hélas cela fait des lustres, que nous attendons qu'un internaute, parlant le russe, découvre cet ouvrage...

         Mais ce 08 Mai 2020, il serait peut-être utile, dans un huitième focus, d'en dire un peu plus, sur cette affaire des "ouvertures polaires", et affaire parfaitement dissimulée, en très haut lieu, et cela va nous montrer une fois de plus, qu'il se passe pas mal de choses très mystérieuses
, qui s'attachent aux zones polaires de notre planète.

Huitième focus :

     Voici alors une information très significative qui nous vient, de la chaine bien connue ARTE et donc, on n'aura aucun mal à vérifier qu'il ne s'agit pas d'une affaire de "fake news"

      Le Jeudi 15 Mars 2012, la chaine ARTE, a passé le documentaire suivant :


que l'on pouvait à l'epoque aussi capter, à l'url :


      On voit alors apparaître dans le film, à un certain moment, la salle de contrôle et d'enregistrement des données.


      Puis, apparait, une carte montrant les flux de chaleur induits par les courants marins :


     On apprend alors sur le Net que " Le «Tara» est un laboratoire flottant. Cet immense voilier dont l'équipage est composé des meilleurs climatologues mondiaux a une mission majeure à remplir. Conçue pour rester prisonnière de la banquise, cette goélette de 36 mètres permettra aux scientifiques d'étudier l'évolution du pôle Nord. "

    Puis, sans explication aucune, sur la présence d'un large disque bleu pale à la place du Pôle Nord alors qu'un point noir aurait largement suffi, on découvre ceci :


     Mais, chose étonnante, une seconde image est présentée, comme si le caméraman voulait nous dire en douce : "Regardez cela un peu mieux" , mais le narrateur est resté lui, muet comme une carte, à ce sujet :


      Et bien sûr, aucun des climatologues en question, n'a donné la moindre explication sur ce disque insolite , placé au cœur de la zone arctique.

      A vous de juger, une fois de plus, cette nouvelle incongruité, documents à l'appui...


      Autre chose d'extrordinaire, c'est dans la revue bien connue, Science&Vie n° 893 de Février 1992, que l'on trouve, un super article évoquant la trajectoire des multiples débris de satellites, orbitant autour de la Terre,, et dont voici le début en page 80 :



      C'est alors que la revue nous présente aussi une simulation informatique de l'évolution,4 ans après en 1989 , des orbites des fragments de l'explosion d'un étage supérieur de d'Ariane :


      Nous serions curieux de découvrir cette simulation pour 2020 !

      Mais ce qui frappe en priorité dans cette figure c'est== >que toutes les trajectoires semblent passer tangentiellement à un disque ou à un cylindre, dont le centre serait sur l'axe des pôles de la Terre.

      Pas un débris ne traverse diamétralement ce disque. C'est très bizarre n'est-ce pas !!.

      Bien sûr, les rationalistes endurcis, trouveront, une explication très vaseuse à cela.

    D'autres gens, qui se disent cultivés, ont affirmé en public, que certains satellites, survolent allègrement les pôles :

    Mais, voici alors un passage significatif de notre article :


      A la note 7 du Webmaster, de cet article, on trouve alors :

     " Comme vous le voyez, le Contre-Amiral Lepotier n'a pas écrit "et passent au dessus du pôle", mais bien ,"près du pôle". Il n'ignore pas en effet, que les boussoles se dérèglent totalement au Pôle, et que les avions ne pourraient plus contrôler leur direction. Mais ce défaut de la boussole peut être contourné (Voir l'entrefilet qui suit)...Il sait aussi que les autorités gouvernementales interdisent aux pilotes des avions militaires ou pas, le survol du Pôle Nord."

    Voyez donc cet entefillet d'un journal du Petit Parisien du 25 Avril 1958 :



    ou, avec un peu plus de détails :



    Ainsi en examinant le trajet des vols à travers les régions polaires, nous nous apercevons, que ce trajet, contourne toujours le pôle ou passe à côté, mais ne le survole jamais (Voir une ancienne carte Air France, ci-dessous que nous avons personnellement ramenée d'un voyage)


    N'est-ce pas étrange ? Il ne fait aucun doute que si l'on annonçait un vol passant directement au dessus du Pôle, il attirerait un grand nombre de passagers désireux d'éprouver une sensation nouvelle. Or chose bizarre, aucune ligne aérienne n'a jamais offert un tel vol. Tous les itinéraires passent à côté de ce point stratégique, car il y a aussi le gros risque de pénétrer dans le vortex polaire, et cela le Contre-Amiral Lepotier, le savait certainement déjà en 1952.

    Fin de la citation du texte de l'amiral Lepotier de 1952.

    Mais faisons aussi ici, une petite digression..Bien que cela n'intéresse pas l'article du"Contre Amiral Lepotier" puisque les satellites n'existaient pas encore en 1952, (le premier fut lancé par l'URSS le 4 Octobre 1957), disons pour le novice que, plus surprenant , à l'instar des avions, aucun satellite espion ou pas, ne passe exactement au dessus des pôles. Des gens qui se disent cultivés affirment pourtant encore que certains satellites, survolent allègrement les pôles :

      D'autre part, rappelons qu'ARTivision, a déjà évoqué cette affaire de circulation des satellites aux pôles de la Terre, dans de très nombreux articles dont :


    En effet le 14 Nov. 2000, nous avons enregistré sur la chaîne Tempo, (qui a cessé d'émettre depuis des années dans la Caraïbe), la rediffusion de l'émission bien connue de Frédéric Courant, Jamy Gourmaud et Bernard Gonner,"C'est pas sorcier", consacrée justement aux satellites de la Terre. Mais écoutons textuellement ce que nous dit Jamy au sujet du satellite SPOT, qui orbite à 830 Km de la Terre:

  "Comment le satellite SPOT, peut-il observer toute la Terre, d'autant que lorsqu'il passe au dessus de nos têtes, il ne couvre qu'une bande d'une centaine de Km ? Eh bien d'abord, il faut savoir que SPOT a une orbite polaire, autrement dit, il fait le tour de la Terre en passant par les deux Pôles, et il boucle un tour complet en un peu plus d'une heure et quarante minutes. Seulement comme la Terre tourne, elle aussi autour d'un axe, hé bien d'un tour à l'autre, SPOT ne passe pas au même endroit et peut ainsi couvrir toute la Terre en un peu plus de 26 jours..."

    Nous avons évidemment souligné en rouge, les mots clés de cette déclaration, qui montrent comment on nous induit petit à petit en erreur en prétendant que les satellites connus passent par les pôles, et qu'ils balayent ainsi toute la Terre, bien que l'on sache que ce genre d'émissionest destiné à la jeunesse, et qu'il ne faut pas lui demander une grande précision. Reste à savoir, cependant, si les protagonistes, eux-mêmes, de cette émission, ont été"initiés" à"cette affaire polaire" , vue plus haut.

  Nous attendons vos éventuelles suggestions ... car d'autre part, dès 1992, nous avons eu le privilège de visiter "la Cité des Sciences et l'Industrie" à la Porte de la Villette à Paris, et nous avons été surpris de constater, à la section réservée aux moyens concernant l' étude de la Terre par satellites, que ces derniers ne passaient jamais par les Pôles, mais circulaient tous à la limite d'un disque précis entourant chaque Pôle.

    Le Samedi 7 Octobre 2000, en recherchant un ouvrage égaré, nous avons découvert une cassette vidéo, contenant une information remarquable à ce sujet, que nous vous transmettons ci-dessous:

    En effet en 1993, nous avions enregistré une émission de RFO, produite par Jean Yves Casgha et intitulé "Science Frontière" et où Cathy Nivez a fait l'interview dans le cadre du magazine "C'est à dire" d'Ichtiaque RASOOL, alors Directeur de programmes concernant la géosphère et la biosphère à la NASA, professeur à l'époque à Paris, à l'Ecole Normale Supérieure et au Collège de France. Le programme "Global Change", qui revient par an, à environ un milliard de dollars aux USA, et dont s'occupe encore sans doute ce savant, a pour mission la surveillance de la planète Terre et même des autres planètes par des satellites géostationnaires, ou des satellites à défilement, comme par exemple SPOT et NOAA, qui sont capables de repérer des détails détails de 10 à 20 m,... Le film montré à cette occasion, nous présente les trajets de ces satellites à défilement, et nous précise que les trajectoires de ces derniers"ne sont pas tout à fait polaires",termes exacts utilisés, alors qu'on aimerait bien savoir si "ces trajectoires ne sont jamais polaires".

    Toujours est-il que le film nous présente la Terre entrain de tourner et le faisceau des trajectoires qui reste "étrangement tangent" au bord d'un "disque polaire d'un diamètre remarquable" (Voir ci-dessous, deux images du film:):

  

     La question qui reste pour l'instant sans réponse, serait de savoir pourquoi, pas un seul de ces satellites, ne traverse diamétralement ce disque polaire, alors qu'il aurait tout intérêt à le faire et que,de plus, sa trajectoire n'est pas soumise, elle, comme pour un avion, aux évaluations d'un altimètre ?

    Mais le 04/01/2011, nous avons aussi trouvé, les images suivantes :

    D'abord sur le site :



    Et puis sur le site :




     Ou encore, sur le site :



    Pas mal, n'est-ce pas, cette étrange zone polaire, qui fait fuir les satellites."

    Mais, apportons ici quelques précisions supplémentaires :

     Le 19 Octobre 2012, nous avons reçu, la très intéressante missive suivante :

From: Jean-Philippe.......
Sent: Friday, October 19, 2012 4:50 PM

To: 'Fred IDYLLE'
Subject: RE: Terre creuse et Lune

     Merci pour tes articles Fred, voici une image que tu dois connaître qui est tirée du site :



    Certains diront : «Rien d'étrange du tout dans ces trajectoires, c'est simplement de la mécanique spatiale » voir le site:


???

    Amitiés.
    JPh


     Nous avons déjà bien sûr, remercié vivement Jean-Philippe, pour sa si aimable contribution, aux recherches pointues d' ARTivision.

    D'abord, pour les fortiches en Math, nous ne résistons pas au plaisir d'extraire du site précédent, la formule régissant l'orbite d'un satellite terrestre :


     Mais, nous serions heureux d'apprendre par un spécialiste de l'art des maths, que cette formule, prend bien en compte le fait, que nous montre l'image envoyée par Jean-Philippe, à savoir que les nombreux satellites passant au-dessus de l'Antarctique, restent encore cette fois-ci, tous tangents à un disque, de diamètre bien déterminé.

       Mieux, ce disque semble se juxtaposer étrangement, à ce disque bien noir, déjà vu plus haut, et concernant la revue bien connue Science&vie de Novembre 2004, numéro 1046. qui n'a on le sait dejà, donné aucune explication, concernant le gigantesque disque noir, en question, placé au centre de l'Antarctique :


       Cette image semble bien en correspondance avec celles-là :

  

, que l'on peut encore trouver sur le site :


      A vous donc de juger, toute cette affaire très saugrenue, documents incontournables, à l'appui...

      Mais ce 11 Mai 2020, date désormais mémorable en France, disons maintenant que, côté satellites, au Pôle Sud, sur le remarquable site :


, on découvre aussi ceci :


    Pas mal, n'est-ce pas, cette étrange zone polaire, qui rebute invariablement les satellites.

    Tout cela pourrait être, tant soit peu, éclairci au travers du super site :


    On peut alors y découvrir ce paragraphe :

        " The negative anomalies over the polar openings are so great that the U.S. has lost satellites over them. In the early 1960's when the U.S. was trying to put its first satellites into polar orbit, they kept losing them over the Arctic pole until they decided to put them into orbit on either side of the polar opening. When they tried to send their satellites over the polar opening, several satellite cones were lost because they followed the earth's curvature into the earth's hollow interior where they crashed. "

    Que nous pourrions traduire bien modestement : " Les anomalies perverses concernant les ouvertures polaires sont si grandes que les Etats-Unis, y ont perdu des satellites. Au début des années 1960, alors que ce pays essayait de mettre ses premiers satellites sur une orbite polaire, ces derniers furent perdus au dessus du pôle arctique jusqu'à ce qu'on décide de faire passer ces satellites tangentiellement à l'ouverture polaire. Aussi longtemps que l'on a essayé d'envoyer les satellites au travers de l'ouverture polaire, plusieurs ogives de satellites ont été perdues, parce ces satellites ont suivi, vers l'intérieur, la courbure de la Terre creuse, où ils ont été engloutis.

    Mais poursuivons voulez-vous, en français cette fois la suite :

" l'auteur Ray Palmer a écrit en 1959: "la preuve la plus récente qu'il y a quelque chose d'étrange aux pôles terrestres nous vient du lancement des satellites en orbite polaires. Les six premières des fusées lancées par les Etats-Unis de la côte de Californie furent des motifs de déceptions et d'etonnements. Les deux premieres, bien que les lancements furent parfaits, ont mal tourné à la dernière minute et bien que l'on croyaient qu'elle suivaient la bonne orbite, elles ont échoué lors de leur premier passage complet autour de la Terre. Techniquement on pourrait dire, qu'elles ont emprunté la bonne orbite mais qu'en réalité, elles n'y étaient pas installées. Il s'est passé quelque chose et cela dans le secteur polaire....

    Les deux satellites suivants portaient des ogives semblables à celles dans lesquelles un futur astronaute aurait pu être placé en orbite. Dans chacune de ces ogives se trouvaient un émetteur de radio puissant, car l'ogive était de la taille d'une automobile et transportait de lourdes batteries. Il y avait aussi de puissants projecteurs pouvant être éclairés en temps voulu. La technique du largage du satellite devait s'opérer par un dispositif déclenché par radio quelque part au nord de l'Alaska. Une fois ouverte, l'ogive a perdu de l'altitude pour effectuer une révolution de plus sur son orbite. Arrivée sur le pôle son altitude fut assez basse ( calculs faits par des spécialistes des fusées ) pour descendre au dessus d' Hawaii, et grâce à un parachute l'ogive amérirrait lentement, puis de gros avions en attente, iraient le repêcher et l'emporterait prendrait dans l'avion avant qu'il n'ait plongé dans l'océan pour récupérer intact ainsi son important contenu, sans dégâts.

     Et voilà ce qui arriva : On n'a pas entendu les signaux radio puissants du tout, ni vu non plus aucun feux. Le radar, avec une longueur d'au moins 500 milles n'a absolument rien détectés. Chaque expérimentation fut un échec complet, parce qu'il n'y avait rien à faire pour la modifier...

     Chaque lancement était parfait. Les orbites finement déterminée à la bonne distance, la vitesse, ont été réalisée et suivie constamment à la trace etc.. A la fin l'ogive s' est détachée avec succès et cependant tout tourna au désastre, et le résultat fut la disparition complète et inexplicable de l'ogive...

    .... Ce peut-il que l'ogive soit tombée à l'intérieur de la Terre, de cette "terre de mystère" découverte par l'Amiral Byrd ?

      Où donc, cette ogive a-t-elle pu s'éclipser? Si on regarde les pôles de la Terre sur les cartes d'aujourd'hui, comment des lancements successifs sur une orbite basse peuvent-ils donner le même résultat inexplicable ? - Cette disparition défie la raison, n'est-ce pas ? (Lands beyond the poles par Ray Palmer, publié par Gray Barker pp. 13-14)

    Aujourd'hui il n'y a aucun satellite ayant une orbite polaire passant directement sur les pôles. Ceux qui ont une orbite polaire passent tangentiellement au bord des ouvertures polaires, sauf deux. Il y a deux satellites qui ont été découverts sur une orbite polaire en passant directement sur les pôles. Ces satellites n'appartiennent à aucune nation connue sur la Terre. Et ils diffèrent de nos satellites. Ces deux satellites mystérieux consistent en deux blocs de roche d'une taille d'environ 15 tonnes . (RAPPORT D'OVNI août 1977, p. 29)

    Il semblerait que ces deux satellites polaires "de roche" appartiennent à la nation à l'intérieur de Notre Terre Creuse qui sait comment faire pour que ses satellites compensent du manque de gravité sur les trous polaires. Ces satellites "de roche" ne peuvent pas être confondus à les météorites qui ont été capturés sur une orbite polaire. Ceci est pratiquement impossible d'après un consensus de scientifiques sur l'éventualité de météores tombant naturellement sur terre. Et la possibilité de deux entrées pour la même orbite, et leurs stabilisations est impossible sans une supervision intelligente."


Fin de citation.

    Bien que ce texte est d'un style assez vieillot, et étant donnés les détails précis, qu'il avance, il ne saurait être traité de texte de science fiction, et nous lui apportons dés lors notre confiance jusqu'à preuve du contraire.

    Mais, chersamis puristes , vous vous qui avez trouvé tout cela, bien curieux, sachez que, ce qui va suivre, va être encore, bien plus extraordinaire...


      En effet, ce jour, nous allons carrément mettre le pied dans plat, ce qui va encore faire grincer les molaires de nos "détracteurs zététiques", et de leurs consorts scolastiques...


     Analysons alors le site suivant, qui hélas a disparu du Web ( merci d'avance à tout internaute qui en retrouvera le nouvel url) :


où, on trouvait alors en 2004, cette image :



     Et aussi, ces propos surprenants :"Un évènement particulier a été observé en octobre 2004. Le nuage du Pôle sud est devenu extrêmement actif (Schaller et al., 2005) et a recouvert toute la région polaire. L'origine du phénomène et sa caractérisation physique sont encore largement inconnus. Il est probable que le "sursaut" de l'albédo de Titan que Griffith et al. (1998) a détecté est en fait un évènement similaire à celui-là."


     Comme on le voit ici encore, pour cet astronome Rannou, la superbe luminosité du disque du bas de l'image, ne peut venir que d'un nuage notoire, et très particulier.

      Et de plus, tout est ici, très clair : On ne sait pas du tout de quoi il s'agit...


     Notez bien cependant, la présence du vocable "Griffith", mot que nous avons déjà évoqué plus haut....

     Donc, il y a bien un hic, dans cette affaire.

     Cette luminosité inexplicable d'un disque au Pôle sud de Titan, nous place bien bien ici, dans le cas où la science "interprète à la va vite, un fait étrange, à défaut d'en connaître sa structure véritable".

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront, que tout cela est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires :

     En effet, le Webmaster, de ce site, a eu l'idée un jour, de se demander, si, au Pôle Nord de Titan, il existe aussi un tel disque lumineux ?

     Hélas nous sommes d'abord tombés sur cette image du Pôle Nord de cet astre, où subsiste une ombre notoire très génante, comme si, l'on tenait à cacher quelque chose, car l'on va voir, justement qu'il s'y trouve bien, un mystère très étrange...



     Mais, le 14 Janvier 2010, Super Hasard, est venu une fois de plus à notre secours, car en pénétrant occasionnellement, dans le site :


, à la rubrique concernant Titan ( faire bouger l'ascenseur à côté de GO jusqu'à Titan), et alors on y découvre dans le tableau n°1 de 12 clichés, cette extraordinaire image :


, avec comme explication en dessous : Reflection of Sunlight off Titan Lake.

     On peut retrouver aussi bien sûr cette photo de Titan, sur le site officiel de la NASA :


tel que l'on trouve ce montage :


     Vous avez bien lu, nous l'espérons la mention "The cassini spacecraft will look for a glint of sun light reflecting off a methane lake", que nous traduirons grosso modo :

     "la sonde Cassini regardera un reflet d'un rayon du soleil qui s'est réfléchi sur la surface d'un lac de méthane".

      Comme vous le voyez, c'est de la NASA elle-même qu'est sortie cette fumiste explication, que bien d'autres revues ont reproduite, sans même voir qu'elle était nulle et non avenue...

     Mais, en droite ligne de cette incroyable affaire, présentons aussi ici, le super entrefilet, de la revue bien connue de notre ami Roch Sauquere "TOP SECRET" n° 47, publié en Février 2010. Et pour les puristes, qui aiment partir des sources, voici d'abord la photo de couverture de cette revue :



     Et voici maintenant le texte important de cet entrefilet (les couleurs sont de nous, évidemment):

TITAN.

Un point lumineux récurrent.

      La NASA a dévoilé, samedi 18 Décembre 2009, une incroyable photographie de Titan. On y découvre une forte lueur jaune qui serait selon l'agence le reflet du soleil sur un lac de méthane.

     Ce "reflet spectaculaire" au pôle nord a été photographié par la mission Cassini depuis l'hémisphère nord de cette lune.

     Curieusement, par le passé, la NASA, nous a déjà montré plusieurs photos de Titan montrant déjà la même lumière au pôle Sud. Une première fois la NASA avait parlé de nuages et une autre fois de "tempête tropicale"... Nous vous parlions déjà de cette anomalie dans les news de TOP SECRET N°20, N°30, et aussi dans le Hors Série N°1 page 55-56. Sur certaines images la lumière semblait même jaillir de la planète. Alors ?

     Après nous avoir parlé de nuages de méthane, ou de tempête tropicale, et maintenant de lac de méthane, la question que nous avons envie de poser à la NASA, c'est comment expliquer qu'il y ait toujours ce même "reflet", très brillant, à la même place et d'un même diamètre ? Cette lumière n'est-elle pas plutôt issue de l'intérieur de Titan ? Ce qui nous ramène une nouvelle fois à l'hypothèse des "Planètes creuses"...


     Fin de l'entrefilet.

      Cette explication officielle, ne tient donc pas du tout debout, pour ce disque polaire nord si brillant ..., surtout si l'on sait, d'après les dires des savants officiels. que le Soleil est très loin de là, et que sa lumière devrait arriver à bout de souffle à cet endroit...

     Or d'après ce que dit Mr Emmanuel Monnier, dans le n° Spécial de Mars 2008, suivant :


, il se trouve que, le flux de lumière, qui arrive dans ces contrées reculées est 900 fois plus faible, qu'au voisinage de la Terre. Lisez bien, cela vous-même :


    Alors, on se demande, comment ce faiblard flux, pourra à 1,5 milliard de Km du Soleil, venir par une concentration quasi magique, exciter les épaisses couches atmosphériques de Titan de 1200 km d'épaisseur, contre environ 100 km pour la Terre. C'est donc, tout à fait, stupéfiant...

    De plus, les scientifiques nous affirment que la température qui régne sur Titan doit avoisiner les -180° .

      Mais les images suivantes de Titan :

  

ne présentent pas du tout un paysage glaciaire correspondant cette température de -180° , prônée par les savants, mais plutôt, à des paysages d'une zone désertique très chaude, comme celle du Sahara. A vous de juger tout cela...

     Vous avez bien noté, le passage souligné en rouge, qui précise que le flux de lumière est 900 fois plus faible qu'au voisinage de la Terre. Et pourtant ce flux de lumière, très affaibli, est arrivé tout de même, à nous faire une superbe réflexion sur un hypothétique lac inconnu de Titan, et de plus, le rayon réfléchi, tombe, pile-poil, en plein Pôle Nord de l'astre.

     On a du mal n'est-ce-pas, à ne pas se tordre de rire... à la lecture de cette aberrante incongruité.

       Mais, ce 14 Mai 2020, disons puisqu'il convient généralement dit-on de "battre le fer pendant qu'il est chaud", nous allons ici, mettre la barre à un niveau très supérieur, quitte à faire, grincer davantge, les molaires déja bancales de pas mal de scientifiques et autres philosophes, psychologues, psychiatres et consorts intellectuels affiliés blasés du système terrien, qui part, (chacun le voit bien), à vau-l'eau...

     Notons d'abord en passant, qu' une première tentative d'explication du disque brillant au pôle sud de Titan, déja largement vu plu haut, nous vient de la revue Science&vie n° 1043 d'Août 2004

     Voyez donc ce qu'on dit à ce sujet :


     Vous constatez donc que l'on qualifie ce disque superbement brillant, de Titan de "champs de nuages de méthane", ce qui diffère peu "du petit nuage Blanc", que l'on avait soi-disant repéré, sur Neptune en Août 1989, et qui brillait encore plus (Voir plus haut).

     Décidément ces savants ont de la suite dans les idées, comme ceux qui pendant des siècles, ont affirmé que c'était le Soleil qui tournait autour de la Terre.

     S'il s'agissait vraiment, de nuages de méthane, ce dernier aurait dû être chauffé à blanc et ionisé; sous forme de plasma, par un phénomne naturel inconnu, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, car notre soleil est à près de 1,5 milliard de km, de Titan, et ne peut en aucune manière, être à l'origine de ce brillant nuage.

    Soyons tout de même fair play, en présentant ici les propos d'un astronome officiel , au sujet du Pôle Sud de Titan.

     En effet, c'est le 12/11/2004, nous avons reçu d'un aimable internaute dont nous conserverons l'anonymat, puisqu'il le désire, un article particulièrement intéressant du Journal "Le Monde" du 10/11/04, dont nous avons placé les éléments à l'url :


    De l'article précédent, nous extrayons surtout les propos suivants, qui ont particulièrement retenu notre attention :

"
Les détails de l'atmosphère font également l'objet de toute l'attention des chercheurs. " "Notamment une sorte de nuage" - que l'on appelle ainsi faute de pouvoir mieux le qualifier - qui ressemble à un système météorologique complexe, un vortex tournant autour du Pôle Sud de la planète ", raconte Mme Coustenis". (fin de citation)

     Notez bien donc que Mme Athéna Coustenis, astronome à l'époque, à l'Observatoire de Paris et spécialiste de Titan, dit qu'elle ne sait pas comment qualifier ce disque extrêmement brillant que l'on aperçoit au Pôle sud de Titan, tel que nous l'avons souvent figuré plus haut :


     Voila donc, enfin une astronome qui avoue que sur Titan, il y a une sorte de nuage (mais elle évite bien de parler de son extrême brillance), qui se présente sous la forme d'un vortex, tournant au pôle sud de la planè;te, et vortex, qu'elle qualifie cependant de complexe météorologique . A vous de juger maintenant tout cela documents à l'appui ...

       Mais allons plus loin... Il n'y a pas si longtemps en effet, Super-hasard, est encore monté au créneau, car, il nous a offert l'occasion de visualiser un classique documentaire, concernant Titan, présenté, tel que nous le montre, le TV Mag du regretté France-Antilles :


     Ce documentaire qui, on le voit déjà bien, porte un titre ronflant bouffi d'orgueil, car les humains ont toujours besoin de croire qu'ils sont des conquérants de l'impossible , alors qu'en réalisté, ils ne sont que des enfants turbulants avides de compétitions entre eux, vis à vis d'autres intelligences très voisines de nous, ce documentaire donc, nous expose une entreprise réalisée par des équipes scientifiques américaines et européennes au cours de la mission spatiale de la sonde nommée Cassini Huygens.

     Voici donc quelques images significatives, et les interrogations qui s'y rapportent :


     Après 7 ans d'un voyage très périleux, la sonde Cassini Huygens , arrive aux abords de Saturne, pour nous monter, ces incroyages images, jamais vues aussi nettes.

  

     Puis, après la double traversée très risquée, des anneaux de saturne, c'est la satellisation autour de Titan, telle que :



     Puis les divers passages, auprès de Titan nous offrent les images surprenantes suivantes:


     En effet la première photo, nous montre une brilance notoire du Pôle sud :


     Mais lisons avec soin, ce que nous dit la scientifique suivante :


"... et puis, il y avait un détail assez extrordinaire qui montrait, sur ces images, que les pôles étaient plus brillants qu'à l'équateur... "

     Ceci pouvait s'expliquer disait-elle en substance, par des dépots organiques ou autres, qui empéchaient la luminosité de l'équateur.

      Notez bien, qu'elle parle des deux pôles, alors que les photos que l'on nous présente ici, ne concernent que le Pôle Sud. Jamais ce documentaire, ne nous a, en effet, montré cette image inouïe du Pôle Nord .


     Pourquoi donc cette scientifique, parle-t-elle de lumière apparue aux deux poles, alors qu'aucune photo du Pôle Nord, de Titan , n'a jamais été ni montrée ni commentée, dans le film en question ? A vous de juger !!!

     Il est aussi précisé, dans ce documentaire, que les scientifiques furent très étonnés de découvrir sur Titan, un cycle climatique très élaboré, avec évaporation, condensation, formation de nuages de pluie d'hydrocarbures, donc une géologie très dynamique, alors que l'éloignement de Titan du Soleil aurait dû en faire un astre froid dont la température oscille, autour de -180°, comme par exemple, ce spectacle glacé de Ganymède, aussi un satellite de Saturne :


      En effet, concernant Ganimède, certains scientifiques pense que : "Ganymède, est un océan formé d'une croûte, mélange de glaces et de silicates. Cette croûte n'est qu'une succession de terrains sombres, très fracturés, et de terrains brillants plus jeunes, séparés de façon assez nette par des bandes claires; On cherche encore à comprendre dans le détail, les mécanismes de cette transformation ".

     Voyons alors maintenant, quelques images radar de haute sensibilité, que nous a captées Cassini Huyens , sur Titan.


     Il existe certainement de puissants logiciels capables de transformer ces images radar, en paysages plus naturels. Mais là, rien de tout cela, ne nous a été présenté, et de plus ces paysages ne ressemblent pas du tout à des structures glaciales et neigeuses d'un astre, qui a une atmosphère épaisse et qui est pourtant à près de 1,5 milliard de km de notre Soleil !!!

      Mais, agrandissons cependant, l'image 3, où l'on voit nettement des blocs à côtés parallèles et orthogonaux, surplomblant une sorte de tracé bien rectiligne, que certains qualifieront vite fait de failles géologiques :


     Comme vous le voyez les mystères de Titan, existent bien et nous attendons bien sûr, que les spécialistes veuillent débattre, à leurs sujets, sur nos plateaux de télévision, dont les protagonistes, sont toujours à l'affut des scoops très médiatiques.

     Mais, pour en savoir plus, présentons maintenant, l'entrefilet suivant du très regrétté, France-Antilles, paru le 29 Avril 2017 :


     Et retenons d'abord les mots importants suivants :

     On découvre alors ici, que les 127 survols de Titan, par la sonde Cassini, ont pris fin le 22 Avril 2017, date importante, et on va vite voir pourquoi !

     On s'étonne alors franchement en effet, donc, que dans ces 127 survols, déjà effectués, (mises à part les photos bien conuues :


qui semblent être, n'est-ce pas, la même photo, présentée avec des couleurs différentes, exceptée celle à droite, qui est l'unique, que nous connaissons, du Pôle nord de Titan)
, qu'aucune autre photo significative, n'est apparue, des vortex superbes nord et sud de Titan, (On devrait découvrir, si nous admettons grosso modo jusqu'à 12 photos rapprochées connues, comme celles qui précèdent, il en resterait alors près de 115, totalement inconnues et jamais montrées, dans les sites de la NASA, et dans les colonnes de la Presse spécialisée...) !!!

     Que sont donc devenus, ces 115 autres clichés fantastiques du pôle Nord et Sud de Titan, et photos qui, on le sait, nous interpellent, au plus haut point ?

     Il y a , bien plus qu'une anguille sous roche... n'est-ce pas !!!

       Analysons donc maintenant plus avant, quelques photos de plus, du fameux Titan, astre, si souvent mis en relief par ARTivision.

       Voici pour commencer, une photo ce satellite de Saturne, Titan, que nous avait présentée, le "Figaro Magazine" du Samedi 13 Nov. 2004 :


      On voit alors que la partie droite de l'image de Titan du "Figaro magazine" en question, présente une très remarquable luminosité, et, on nous dit alors dans la revue, que c'est "notre soleil qui illumine par derrière, l'épaisse atmosphère de Titan.".

      Voici encore une autre photo de Titan tirée cette fois-ci, du n° 415 du "Ciel&Espace" de Décembre 2004 :


     On apprend alors que, cette belle image de Titan ci-dessus, aurait été captée par Cassini Huygens, le 26 Octobre 2004, en passant à 1176 km de la planète. Cette photo ne semble pas très différente de la précédente ci-dessus, du "Figaro magazine", où la partie droite du globe de Titan, brille d'une manière étonnante, pour un astre placé, si loin de notre Soleil. (Nous n'avons hélas pas eu le bénéfice de découvrir sur un site de la NASA, ces images. Merci mille fois à l'internaute béni qui nous en trouvera, l'URL)

     On ose alors nous dire, que cette luminosité remarquable, vient aussi de notre Soleil, qui fait ainsi briller admirablement, l'atmosphère de Titan...

     Mais revoyons donc, ce que dit Mr Emmanuel Monnier, dans le n° Spécial de la revue Science&Vie, de Mars 2008 suivant, que nous présentons à nouveau de manière plus complète, étant donnée son importance :

     Voici à nouveau le Science&Vie, en question :


     Relisons alors SVP, ce qui suit, avec un petit plus, où l'on nous dit bien, que, le flux de lumière, qui arrive dans ces contrées reculées est, 900 fois plus faible, qu'au voisinage de la Terre :


    Alors, on se demande encore, comment ce faiblard flux, pourra, à 1,5 milliard de Km du Soleil, venir par une concentration quasi magique , exciter les épaisses couches atmosphériques de Titan de 1200 km d'épaisseur, contre environ 100 km pour la Terre. C'est donc stupéfiant, et ceci est en ligne directe avec les propriétés de notre Soleil, et nous expliquerons cela, une autre fois...

    Mais ce 18 Mai 2020, pour expliquer plus avant, l'extraordinaire affaire solaire précédente, nous allons devoir ouvrir ici, un 9e focus tout à fait hors norme.

Neuvième focus :

       L'étrange théorie, que nous allons évoquer ici, nous a été présentée, la première fois dans l'ouvrage ci-dessous, que nous avons acquis à Lyon en 1966, et qui se presente tel que :


paru aux Editions DERVY-LIVRES en Juillet 1965.

       Pour mieux vérifier tout cela, nous nous sommes alors procuré le document d'origine, en anglais, de 1959, et qui est tel que :

  

où l'auteur, affirme noir sur blanc, au début de la page 150, qu'il est passé en soucoupe volante au large du Soleil, et voici ce qui raconte à ce sujet :


,etla traduction qui est tirée de l'ouvrage précédent en français, donne alors :

      "Ma première réaction, quand je me levai, fut d'aller jusqu'au hublot et de regarder à l'extérieur pour voir où nous étions. Des sortes de boules de couleurs étaient partout visibles, ainsi qu'une boule rouge de dimensions gigantesques, qui semblait être une énorme planète. Ils me dirent plus tard que c'était le Soleil; je ne sais pas pourquoi, il n'était pas brillant."

       Notons déjà, que la phrase précédente témoigne aussi de la grande modestie de l'auteur (ce qui manque grandement à ces bien-pensants et consorts intellectuels blasés, qui aiment à nous dicter notre cursus culturel). Là, Howard Menger nous raconte, un voyage qu'il aurait fait autour de la Lune en Septembre 1956, (cela fait donc 64 ans 2020, et ARTivision va démontrer ici une fois encore que le sieur Howard Menger, a dit la vérité), car à l'époque, il était pratiquement impossible, qu'il puisse inventer une telle phrase... ( Aux psychologues, psychiatres, oiciologues, ethnologues et consorts journalistes affilliés, de nous en dire plus, maintenant).

       Mais, à propos de cette affaire qui s'attache, on le voit, à la Science pure, nous n'avons jamais reçu le moindre petit mot de ces Messieurs du sérail scientifique et académique, concernant cette déclaration hallucinante, du spationaute non officiel Howard Menger, comme il en d'ailleurs de même, aucun mot des surprenantes déclarations du même acabit, d'un autre spationaute non officiel, nommé George Adamski :

     Surprenant n'est-ce pas !!! surtout pour cet Howard Menger, qui n'avait justement, rien des qualités d'un astrophysicien. Rappelons aussi, que cet Howard Menger, a aussi produit dans son livre, des photos de la Lune, et voici comment, il explique cela :


     Et l'image incroyable qui accompagne ce paragraphe :


      Et avec quelques couleurs, c'est mieux :


    Alors, nous aimerions que l'on, nous explique maintenant, (et dans cet on, sont compris les, astronomes, astrophysiciens, Directeurs et journalistes de revues se consacrant à l'étude des choses de l'Espace et du Cosmos, mais aussi les ecclésiastiques de tout gabarit (prêtres, évêques, pasteurs, mollahs, grands rabbins, chefs bouddhistes... etc.. et même les savants hébraïques orhodoxes actuels...), comment un citoyen américain, dans le courant du mois de Septembre 1956, (On ne pouvait pas, alors utiliser les traitements d'images informatiques), a pu prendre cette photo vraiment étonnante de la Lune, où l'on aperçoit le bord d'un hublot dans le coin supérieur gauche. Certains quidams pas bien informés, diront vite, pour noyer le poisson, que Menger n' a pu publier cette photo qu'en 1959, lors de la publication de son livre, et à l'époque il y a avait déjà des sondes envoyées vers la Lune et donc qu'Howard, a pu subtiliser en douce, à la NASA ou chez les soviétiques, le cliché en question. Nous avons souvent démontré, que cela est totalement faux.

     Mais le Temps des Révélations, est bien arrivé
, car dans le n° 94 de Déc 2017-Janv 2018, de la Revue TOP Secret, que tout chercheur en astroarchélogie devrait avoir sous la main :


, il y a l'article sensationnel de 5 pages, du le brillant chercheur actuel, Georges METZ, dont voici, les deux premières pages :



, où, il démontre que sur Google Moon, il a découvert, l'exacte position, approxivement à 30° 39' S et 43° 30' O, du fameux cliché ci-dessus, de la Lune, de ce bouleversant Howard Menger...

      Pour en savoir plus, prière SVP, de consulter notre page :


      Autrement dit, selon nous, cette déclaration hors-norme confime tout à fait, ce que dira plus bas le Maitre Pomar et là mieux vaut prendre d'abord, un sérieux remontant phamaceutique, avant de lire la suite...car, de plus, cet Howard Menger, a fait une autre déclaration, encore plus fantastique, que celle qui précède, et nous verrons cela, une prochaine fois ...

      Mais ce 20 Mai 2020, avant de poursuivre dans notre 9e focus, cette extraordinaire "affaire solaire", de notre exposé, présentons dans une digression très particulière, le fait que cet Howard Menger est vraiment un quidam tout à fait hors mormes, et nous invitons bien sùr tout internaute touriste , de bien vouloir s'accrocher à son siège de voyage, car à l'altitude, où nous allons évoluer, il risque pour lui, d'y avoir de très fortes turbulences...

      Pour commencer cette digression, il nous appartient ce jour, de reprendre ici la super méditation Grand Maître de Findhorn, du 11 Novembre, et qui nous en dit plus sur le cheminement qui nous appartient de réaliser ici bas pour sortir des chemins tortueux.

      Ceci va une fois de plus nous interpeller grandement de manière philosophique, et même scientifique, cela va encore faire hurler de dépit, les pontifes agnostiques de nos universités...

T out ce que tu as besoin tu l'as en toi
qui attend d'être reconnu, développé
et qui attend de sortir

Un gland contient en lui, un chène puissant

Tu contiens en toi un énorme potentiel .

Exactement comme le gland doit être planté, et soigné
pour qu'il puisse grandir et devenir ce chène puissant,
Ce qui est en toi doit être reconnu avant de pouvoir émerger

et être utlisé pleinement.

Sinon cela reste dormant en toi.

Ce qui arrive à beaucoup d'âmes est que
cet énorme potentiel ne se developpe jamais dans cette vie

et est souvent transporté d'une vie à une autre.

Ce processus est complètement inutile.

C'est maintement le moment de faire émerger

et d'utiliser tout ce que tu as en toi .

Saches que tu peux faire toute chose

Parce que La Source est là renforçant et guidant

Chacun de tes mouvements et chacune de tes décisions,

jusqu'à ce que comme ce gland, tu aies fait éclater

tes limites et que tu sois


libre de croître en un chène puisant


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 11 Novembre , après adaptation d'ARTivision
.


       On voit ici encore une fois, que ce Grand Maître, fait ici clairement allusion à la notoin de réincarnation, toujours niée parnos doctes mentors de l'Université, et, les propos qui précèdent, s'alignent sans ambiguité aucune, sur ce que ce Maitre, nous avait déjà dit le 11 Avril tel que :

Tu es dans le monde mais tu n'es pas de ce monde...

            Cela signifie bien, le fait que l'être humain a un rôle prépondérant à jouer, sur la Terre , qui possède plusieurs dimensions, et qu'il n'évolue pas seulement dans cette troisième dimension, où les humains déaxés ne pensent qu'à se faire la Guerre psychique ou economique, pour des futilités dérisoires.

     Le site ARTivision, a déjà de nombreuses fois, traité ce sujet, et vous pouvez en lire quelques éléments significatifs à notre article daté du 18/12/2011, et placé à :


       Mais, ce 22 Mai 2020 étant données, les quelques bribes d'information ci-dessus, concernant cette affaire très troublante de réincarnation qu'un aimable internaute vient de nous remettre en mèmoire telle que :

----- Original Message -----
From: Jean-Pierre ..........
. To: FRED IDYLLE ;
Sent: Wednesday, May 13, 2020 3:18 AM
Subject: Deux histoires troublantes autour de la réincarnation | Visiontimes France


Fin de citation

disons que tout cela, va nous ramener a la déclaration surprenante suivante du sieur Howard Menger tirée des pages des ouvrages déjà vcité plus haut et donc nous redonnons ici en rédiuction, l'image de couverture étant donné son importance :


    Les termes cités juste plus haut viennent-ils simplement de l' éducation religieuse classique d'Howard Menger, ou d'une instruction spécifique, venue de "ses amis de l'espace", comme il qualifiait les êtres, qu'il dit avoir rencontrés. Affaire à suivre, donc avec la plus grande minutie...

    Dans ce livre, on découvre aussi à propos de ce qu'il appelle des disques d'observation, également évoqués par Adamski, dans un de ses ouvrage :

     Pour mieux éclaircir le sujet disons d'abord que bien avant 1955, de nombreux quidams avaient observé de petits engins très lumineux de diverses formes, qui se posaient sur le sol, où circulaient dans son voisinage, et cela tout à fait sans bruit, si ce n'est, un petit sifflement.

     Le Jeudi 8 Janvier 1981, un engin surprenant s'est posé devant Mr Renato Niccolaï, vers 17 heures, à Trans en Provence, dans le Var, et cette affaire de Renato Niccolaï, est l'une des affaires d'ovnis qui a, été minutieusement étudiée par des spécialistes ufologues et par des scientifiques très qualifiés, et on se demande alors pourquoi les grands médias, (Journaux , Radios, Télévision , ayant pignon sur rue, n'en parlent presque jamais)

     Pour les puristes, disons que les rapports très complets, des études en question sont parus en substance, dans la revue ufologique très côtée , "Lumières dans la Nuit", d'abord dans le n° 207 d'Août-Septembre 1981, puis dans les n° 231-232 de Septembre 1983, (qu'il convient absolument d'avoir sous la main, pour approfondir cette affaire), et dont, voici aussi les images des couvertures :

  

     Mais, pour ces peuristes, voici aussi une partie du journal disparu France-Soir du Mercredi 4 Janvier 1984, qui parle aussi de l'affaire :


     Et voici, encore un petit plus, sur l'affaire Renato Nicolaï, tirée d'un dossier de 10 pages du VSD n° 1032 du 5 au 11 juin 1997:


     Pour en savoir bien plus plus prière de consulter notre page à :



     Voyons maintenant, ce que nous dit dans son ouvrage déjà présenté plus haut, Howard Menger, sur cette affaire de disques d'observation qui partent des vaisseaux-mères utilisés par ses amis de l'espace :

     " I put the camera in my jacket, walked to him and shook hands with a tall, handsome man whose blonde hair fell to his shoulders and who wore a one-piece uniform. He led me across the field and when we were at the edge of the woods he pointed to something lying on the ground among the trees.

     It appeared to be a circular, translucent object about a foot thick and three or four feet in diameter. It was pulsating different warm colors. As we approached it, the colors changed from white to blue and back to white with a tinge of yellow.

     "Hold it, Howard," my friend warned, as he put his hand on my shoulder. "This is as close as we can go safely."

     I noticed his voice was rich and deep as he informed me it was an observation disc controlled remotely from the ship to our rear.

     "This little disc is recording all your emotions, thoughts, possible intents."

     I didn't feel a thing, though it was shaking to know that a mechanical device was reading my thoughts.

     "Don't worry," he reassured, "it's white. When it changed to white I knew you were all right."

     He said the same colors were being indicated on an instrument panel within the ship and would be recorded on a chart which would be kept as a permanent record....

     ...Our conversation was interrupted as the observation disc suddenly rose, becoming brighter as it gained altitude, and lighting up the woods beneath it as it projected patches of light and dark through the trees. It rose to about a hundred feet and then went in the direction of the ship where it seemed to disappear within the craft.

     As we walked back my friend explained such discs always return to the point from where they are sent out from ships on magnetic beams similar in a way to a bowling alley where the ball returns to the bowler in a grooved channel.

     "You've just had a going over that would put any psychiatrist to shame," he remarked with a trace of a laugh in his voice.

     "Is it something like psychoanalysis?" I asked.

     "Yes, you could say that. But it is far superior. Psychiatrists touch only surface conditions, while these probes go much deeper into indi­viduals' makeups. In fact while that disc was there near you it gathered an entire summation of all the lives of your particular soul. But there is one thing it can't tell us," and with the last remark he was pensive.

     "What is that?"

" Man has free will; the pattern of his emotions and thoughts and consequent future actions are subject to change. No, Howard, our pretty little light is not infailible....".
"

     Traduction :

     " Je mis mon appareil photographique dans ma poche, marchai vers lui et serrai la main d'un homme grand et beau, qui avait une chevelure blonde qui tombait sur ses épaules, et qui portait un uniforme d'une seule pièce. Il m'emmena à travers le champ et quand nous fîmes à la lisière des bois, il désigna du doigt quelque chose qui était placé sur le sol, entre les arbres.

     Cela paraissait être un objet circulaire et transparent d'environ trente centimètres d'épaisseur, et de quatre-vingt-dix centimètres à un mètre vingt de diamètre.. Il émettait plusieurs couleurs chaudes pulsatiles.. Tandis que nous nous approchions, sa couleur passa du blanc au bleu, ensuite à un blanc teinte de jaune..

     "N'avancez plus, Howard " me dit mon ami en mettant sa main sur mon épaule. . "I1 serait dangereux que vous, vous approchiez plus...."

     Je notai, que sa voix était riche et profonde. Il m'informa que c'était un disque d'observation contrôlé de loin par le navire de 1'espace que nous avions laissé derrière nous..

     "Ce petit disque nous informe de toutes vos émotions, de vos pensées et de vos intentions possibles."

     Ce qu'il me dit, ne me fit guère d'effet, bien qu'il était impressionnant de savoir qu'un dispositif mécanique lisait mes pensées.

     "Ne vous inquiètez pas " me rassura-t-il, " il est blanc. Quand il est devenu blanc, j'ai su que vous réagissiez bien"

     Il me dit que les mêmes couleurs étaient reproduites sur un instrument du tableau de bord du navire, et qu'elles seraient enregistées sur un graphique qui serait conservé dans des archives ....

     ...Notre conversation fut interrompue. Le disque d 'observation s'éleva brusquement à travers le ciel. Il devint plus brillant tandis qu'il gagnait de l'altitude, et il illumina au-dessous de lui les bois, qui furent pleins de taches lumineuses et noires.. Il s'éleva jusqu'à environ trente mètres, ensuite se dirigea dans la direction du navire de 1'espace, et disparut dans 1'intérieur de 1'astronef.

     Tandis que nous rentrions, mon ami m'expliqua que que ces disques retournent toujours à leur point de départ en suivant des rayons magnétiques de la même manière qu'une boule de bowling suit une rainure directrice. .

     "Vous venez d'être examiné d'une façon qui gênerait un psychiatre", remarqua-t-il avec un rire dans la voix. .

     "Est-ce que c'est quelque chose comme la psychanalyse ?" demandai-je..

     "Oui, vous pouvez le dire. Mais c'est quelque chose de très supérieur. . Les psychiatres américains ne considèrent que la surface, tandis que ces radio-sondes pénètrent bien plus profondement au-delà des apparences. En fait, pendant que ce disque était près de vous, il enregistrait aussi complètement toutes les vies passées de votre âme. Mais il y a une chose qu'il ne peut pas nous dire". Son regard devint pensif.


     "Qu'est-ce que c'est donc ?"

" L'homme a son libre arbitre, le type de ses émotions et de ses pensées peut changer. Non, Howard, notre bel appareil n'est pas infaillible....".
"


       Les disques d'observation décrits par M. Menger, ont parfois été vus par d'autres gens. Une photographie d'un de ces disques découvert après son atterrissage en 1958, à Scarborough (Angleterre) dans un buisson et a paru dans le numéro de Paris-Jour du 7 Mars 1965. (Merci mille fois à l'aimable internaute curieux et béni, qui pourra nous en procurer une copie)..

    Vous avez bien noté, cette chose inouie que nous a déclarée Howard Menger, à savoir que le disque d'observation est capable d'enregistrer l'expression de nos vies antérieures, concept banni de nos universités et nommé aussi, on le sait déjà, la réincarnation.

    De deux choses l'une : soit cet Howard Menger a voulu ici glissé ici une notion qu'il avait découverte dans un enseignement secret, venant en principe de l'orient, soit il l'a bien apprise de ses amis de l'espace.

    Dans le premier cas, les historiens, (et autres éternels détracteurs) , doivent clairement découvrir, (avant de qualifier cet homme d'affabulateur), d'où pouvait venir en 1956, cet enseignement oriental ou pas, et si Howard Menger avait pu un jour, dans son contexte culturel de l'époque, approfondir cet enseignement.

    Dans le second cas, compte tenu des preuves matérielles supplémentaires, apportées par cet homme, il convient d'admettre, d'une manière péremptoire, qu'il a vraiment été en contact avec des êtres venant d'une autre planète, très en avance sur notre connaissance scientifique et ésotérique.

    Certains pourraient dire que c'est simplement de la frime sans fondement. Mais lisez plutôt ce qui suit :

    " Ce que vous appelez la réincarnation, est précédé par une transition ou un changement appelé mort, mais celui-ci n'est pas la fin de la conscience, mais la continuation d'expériences vécues sans l'intermédiaire des sens du corps physique. Votre niveau de conscience est supérieur, et vous découvrez que vous pensez sans cerveau physique. Mon fils, je peux vous dire que la mort n'est qu'une illusion, sinon vous ne seriez pas ici. Vous avez toujours, été, et vous existerez toujours - vous êtes éternel, comme I'univers, comme Dieu.

    Vos savants approfondissent de plus en plus leurs connaissances de la vie sur votre planète. Quand la science arrive, l'homme commence à trouver l'explication de nombreux phénomènes bizarres. Pourtant, à votre époque, la science se crée à elle-même des limites, et entrave les progrès de votre population, en n'acceptant de s'occuper dans l'ensemble que de phénomènes que 1'on peut prouver objectivement, et non pas des réalités vraies perçues d'une façon subjective. Ces savants observent un phénomène qui se produit devant eux, mais, s'ils ne peuvent pas dire comment ou pourquoi il est arrivé, le rejettent, et ce phénomène n'est pas catalogue comme scientifique aussi longtemps qu'iIs ne peuvent pas 1'expliquer par une théorie scientifique admise. La science dans sa forme actuelle ne peut leur permettre de tout expliquer, c'est pourquoi vos savants devront élaborer une nouvelle science, supérieure à la science, moderne.


    Ne trouvez pas que cet Howard Menger, était plutôt gonflé d'attaquer ainsi, déjà en 1956, la communauté scientifique alors qu'il ne connaissait encore, tous les scandales (sang contaminé, pollution à amiante, Médiator...etc...), créés par des apprentis sorciers, qui ne juraient que par les bienfaits de la Science ?

      Voici d'ailleurs où en sont certaines recherches modernes:



       Une thèse en Médecine... sur la NDE ... nous n'avions jamais entendu parler de la cela, à radio et encore moins à la télé... Et vous ?


    Mais voici aussi tiré du n° 79 Juin Juillet 2015 de la revue Top Secret de l'ami Roch Saüquere :


, une enquête que pourrait mener un journaliste ou un écrivain passionné et curieux :


     Que dire de plus en face de toutes ces choses incroyables, qui jaillissent en ce moment dans notre environnement, pour progressivement mettre en lumière le fait que le Temps des Révélations , est très proche. Restons donc plutôt ZEN, puis advienne que pourra et qui vivra verra.

     D'autre part, il ne faut pas oublier que le site ARTivision, demeure l'un des premiers sites, ayant lancé sur le Web français dès 1997, la notion d'Archéologie Spatiale, pour la région Caraïbe et pour le Canada français. Disons alors en passant, que les intellectuels bien-pensants, qui ont traité de science fiction la téléportation, (Howard Menger, en parle aussi péremptoirement, dans son ouvrage cité plus haut), présentée dans la serie télévisée des films de Star Trek avec les célèbres acteurs William Shatner, Leonard Nimoy, Nichelle Nichols etc... vont tombés carrément à la renverse, en lisant cet incroyable passage concernant les Atlantes et passage tiré de l'admirable site :




     Si l'on sait lire entre les lignes, de ce texte fabuleux, cela signifie que nous ne sommes même pas au cours préparatoire, dans notre dévelopemment soi-disant moderne, par rappoert au niveau de l'agrégation culturelle fantastique, à laquelle était parvenue la civilisation Atlante, il y a 13 000 ans environ. Et pourtant, cette civilisation a été balayée de la surface de cette planète (voir notre article :http://www.artivision.eu/bimini.html ), et nous prenons le même chemin. A bon entendeur salut...

    De plus, tout un chacun, a bien remarqué ces temps-ci que les tergiversations actuelles des scientifiques, vis à vis du Covid 19 , nous montrent parfaitement que , la prétendue science académique en matière biologique de nos pontifes contemporains, est largement sujette à caution, et qu'ils sont tout aussi désarmés sur les découvertes d'ARTivision concernant l'astre Titan, comme d'ailleurs, nos découvertes sur notre Soleil lui-même, et nous allons le montrer très bientôt ...

      Mais, ce 24 Mai 2020, alors que les médias s'en donnent à cœur joie, au sujet de la chloroquine sensée être efficace ou pas, sur le Covid 19, le site ARTivision, lui va mettre tous ces scientifico-philosophes, (et cela confirme largement nos dires précédents concernant les prouesses technologiques, des Atlantes), en face d'un texte tout a fait renversant, qui casse méchamment l'orgueil très égotique de tous ces palabreurs opportunistes. Mais trève de bavardage, voici ce que nous dit le Grand Maitre de Findorn, en ce 24 Mai tapant, qui, cette fois encore, n'y est pas allé avec le dos de la cuillière :

Sors de ton petit trou
et élargis ta conscience,
et réalise qu'il n'existe pas de limite.
Il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas voir plus loin qu'eux-mêmes
ou le groupe ou la communauté où ils vivent.
Ils sont tellement liés par des petites choses mesquines
qu'ils ont de la difficulté à grandir de quelque manière que ce soit.
C'est là que d'immenses changements sont nécessaires, et au plus vite.
Ne sois pas satisfait uniquement par
ce que tu peux comprendre
,
mais sois prêt à aller plus loin, à oser aller là
où tu n'as plus pied
et à faire ce qui est apparemment impossible.
C'est ainsi que tu progresses.
Accepte d'être étiré jusqu'à être sur le point de craquer, et encore plus loin !
Vis aux confins de quelque chose
de complètement nouveau
.
Ne crains pas le nouveau et l'inconnu,
mais fais simplement un pas à la fois
dans la confiance et la foi absolues
,

en sachant que chaque pas te conduira vers
Le Merveilleux Ciel nouveau ,

La Merveilleuse nouvelle Terre .


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 24 Mai, après adaptation d'ARTivision.


       Curieux n'est-ce pas !!, que ces, très audacieux propos, jamais commentés par les médias en vogue toujours à l'affut du moindre petit scoop dérisoire et propos qui confirme parfaitement, ce que l'on peut aussi lire en partie, au 17 Octobre :


"Donc, ne te limite d'aucune façon,
mais sens que tu t'élargis et t'élargis,
en assimilant de plus en plus de choses.
Tu n'atteindras jamais les limites,
parce qu'il n'y en a pas.


       Les magouilleurs gouvernementaux, qui ont caché et fait main basse sur les extraordinaires révélations d'ARTivision , comme cette construction gigantesque, placée sur la face cachée de la Lune, à semble-t-il à, 27° de la latitude Nord et 235 ° de longitude Est, telle que :


dont 2 agrandissements élémentaires donnent :


       Mais ce n'était qu'un début, car ils ont aussi caché, la découverte d'une civilisation très avancée par rapport à nous, faite, à près de 3 km sous la glace de l' Antarctique,

       La révélation de cette découverte pourrait subjuguer les va-en-guerre bornés actuels, et les ammener à embrasser leurs frères humains, qu'ils massacrent régulièrement avec les armes qu'on leurs distribue en douce facilement. Il en est de même, de l' incroyable civilisation, découverte récemment dans des cavités énormes de la montagne de Bucegi en Roumanie, et dont voici quelques éléments significatifs découverts en 2003. (il y en a beaucoup d'autres) :



        Mais, ce jour, en raison de nos faibles moyens d'investigation, oublions pour l'instant, l'affaire du de la Montagne de Bucegi , et; donnons alors quelques menus détails, sur cette affaire de civilisation extraordinaire, découverte, il y quelques temps déjà, en Antarctique.

       Disons très rapidement, sans pouvoir affirmer, quoi que ce soit que c'est d'abord dés le 23 Decembre 2017, sur le site :




     Puis plus tard sur le site :



, que l'on peut découvrir quelques détails élémentairies extraordinaires, de l'affaire Antarctique, mentionnée ci-dessus:


Et voici un bon petit préambule :



qui donne raison au Grand Maitre de Findhorn, qui affirme bien juste au-dessus : "qu'il n'y a pas de limite au développement de la Connaissance Humaine"...

       Comme toutes les vraies photos, ont été classées assurément "Ultra top secrètes", admirons cependant, ces superbes croquis, tirés du site en question :

  


        Hélas... combien de temps encore, tout cela va-t-il être camouflé, et que les jihadistes et autres consorts anarchistes barbares, vont poursuivre leurs ignobles forfaits comme nous le montre cet entrefilet du regretté France-Antilles :


        Venons en mainrenant à l'affaire qui nous préoccupe grandement concernant cette photo de Titan de la NASA , référencée à la NASA telle que : 270px-Titan_multi_spectral_overlay et qui a été reproduite (voir plus haut), par le n° 415 du "Ciel&Espace" de Décembre 2004 et aussi par le "Figaro Magazine" du Samedi 13 Nov. 2004


     On apprend alors, dans les péridiques cités ci-dessus, que, cette belle image de Titan ci-dessus, aurait été captée par Cassini Huygens, le 26 Octobre 2004, en passant à 1176 km de la planète,. et l'on voit nettement< que >FONT FACE="Arial Black" SIZE=5 COLOR="#800000">la partie droite du globe de Titan, brille d'une manière étonnante, pour un astre placé, si loin de notre Soleil...

     Pour expliquer cela, voyons maintenant quelques déclarations élémentaires, accessibles à tout un chacun, mentionnant également, le fait extraordinaire, que le soleil ne serait pas brulant.

Première déclaration :

     Au mois de Décembre 2000, la revue "Ciel & espace", a sorti son n° 367, en spécifiant qu'il était "exceptionnel", car il représente, nous dit-on le "journal du siècle en Astronomie", et voici pour les puristes, la couverture du numéro en question :



     Il convient donc de garder précieusement ce numéro, où nous avons noté, à l'époque, certaines anomalies .

     Concernant notre Soleil, à la page 41 de cette revue, nous notons le texte suivant: "Retour vers le futur: Plus de 50 ans après, "on ne connaît toujours pas le mécanisme précis du chauffage de la couronne". Il semble que< Hans Alfvèn ( Prix Nobel de Physique en 1970) soit le plus proche de la réalité. Certaines ondes dites "magnétohydrodynamiques" se propageraient dans la couronne et la chaufferaient. Les satellites d'observation du Soleil, comme Yohkod, Soho, ou Trace, ont mesuré sa température : Elle dépasse les 2 millions de degrés !"

     Vous avez bien lu nous l'espérons : "On ne connaît pas encore le mécanisme du chauffage de la couronne", et nous souhaitons que les appareils de mesure de cette couronne ne soient pas du même gabarit que ceux qui ont mesuré la température de Titan(-180 °)

     Dans la même veine psychique, présentons aussi cette information, qui vaut son pesant, non pas d'or, mais de chaleur :


      Et, nous espérons, que vous avez bien lu, le passage suivant, de ce curieux entrefilet :



       Rappelons aussi, à toutes fins utiles, pour les puristes, cet entrefilet de l'AFP du 10 Février 1992, disant que la sonde Ulysse a "frollé" la planète Jupiter, le 8 /02/92, à une vitesse d'environ 98000 Km à l'heure, soit à peu près 27,22 Km par seconde, et soit bien plus de deux fois la vitesse d'un astronaute pour aller ensuite curieusement froler les deux poles de notre SOleil... .


Tiré, à l'époque, du site: http://tpesoleil.free.fr/partie_1_a.htm


     Le 22/11/06, en fouillant dans nos archives pour trouver un document égaré, nous sommes tombés très opportunément, sur le n° 266 de la revue Ciel&Espace de Février 1992, où nous avons découvert un remarquable article de Mr Guillaume Cannat, qui nous a fait beaucoup plaisir.

En voici le titre :


     Cette sonde enropéenne qui a quitté la Terre, le 6/10/90 à bord de la navette Discovery, va survoler Jupiter à partir du 8 Février 1992 pour profiter du champ gravitationnel de la planète pour bifurquer hors du plan l'écliptique où circulent les planètes de notre système. Puis Ulysse foncera vers le Soleil, et réussira ainsi à survoler ses deux pôles, et faire de nombreuses mesures du vent solaire et de son champ magnétique. Le magnifique schéma suivant, nous explique cette super "Odyssée d'Ulysse" :


       Tout cela, n'a donc pas suffi pour que nos savants puissent dire : "Le Soleil, on connait bien, voyons..."

Deuxième déclaration :

     Bien que cela soit assez ancien, et ambigu, il convient d'en dire deux mots :

     A la page 289 d'un livre remarquable intitulé "La barrière du temps" de l'écrivain explorateur Andrew Tomas, Edité par Julliard., Paris (1969) :



, nous lisons alors, la phrase attribuée vers 1882 , aux "Mahatmas" : " Le Soleil n'est ni un corps solide, ni un liquide. Ce n'est pas cependant un gaz incandescent, mais une boule gigantesque de force électromagnétique, le réservoir de la vie et du mouvement universel ".

      Etonnant n'est-ce pas !!! Dommage que l'on ne nous dit rien, au sujet de sa température .

     Donc, laissons aux spécialistes, le soin de discuter de tout ceci, et surtout de ce que nous allons vous révéler ci-dessous, car nous n'avons pas la compétence requise pour savoir si cela est vrai ou non. Notre rôle se résume, nous l'avons déjà exprimé ailleurs, à montrer des documents qui n'ont pas connu, en leur temps, la publicité, qu'ils auraient dû normalement avoir.

Troisième déclaration :

       Nous voilà arrivé, au point le plus crucial, de cet exposé:

    En effet, il convient de présenter d'abord ici, l'ouvrage publié; en 1953, chez Werner Laurie Hc, est intitulé "Flying saucers have Landed". Il fut écrit en collaboration avec un auteur anglais Desmond Leslie ancien pilote de la RAF et était le neveu de Wiston Churchill , qui a quitté ce monde en 2001 à 79 ans :


     On peut encore peut-être avoir la chance de trouver cet ouvrage en français chez "J'ai Lu"A 260, dans la prestigieuse collection hélas disparue "L'aventure mystérieuse du cosmos et des civilisations disparues", publié au début de 1971 sous le titre "Les Soucoupes volantes ont atterri":


     C'est alors que, Desmond Leslie, nous déclare pages 144 à 145, du livre en français, ceci , qui est tout à fait hors-normes :

    " Mais pour le moment, notre propos est de découvrir l'origine des véritables soucoupes interplanétaires. Les planètes voisines semblent apporter la réponse la plus plausible: Mars et Vénus. Mais alors, pourquoi pas aussi Saturne, Jupiter, Uranus, Neptune, Pluton et toutes les planètes encore inconnues? On nous oppose que la chose est impossible car toutes les planètes au-delà de l'orbite de Mars sont trop glacées pour que la vie puisse y exister, et que Vénus et Mercure sont trop brûlantes, mais rien ne nous affirme que la chaleur en tant que telle émane du soleil. Les textes anciens nous apprennent que le Soleil produit une énergie irradiante mais pas de chaleur (telle que nous la connaissons) que cette chaleur n'est qu'un sous-produit de l'énergie soumise à la friction de notre atmosphère. Dans ce cas, cela expliquerait la ceinture d'air chaud récemment découverte à 60 kilomètres d'altitude où toute vie serait impossible dans ces températures avoisinant 170°. Selon les Anciens, une atmosphère planétaire agit à la fois comme convertisseur d'énergie et comme filtre réglant la quantité de chaleur ainsi formée. Ainsi, il est fort possible que toutes les planètes de notre système aient une atmosphère semblable à la nôtre. Imaginons un instant que nous puissions emporter nos instruments sur Mars et contempler la Terre, nous verrions cette ceinture brûlante et nous penserions qu'à la surface de ce globe la température est de 170°. Et si les Martiens n'ont pas de meilleurs instruments que nous, on leur pardonnera de penser que toute vie humaine est impossible sur la Terre. Donc, tant que nous ne serons pas allés examiner de près les autres mondes, il serait plus sage de ne pas pontifier dans un sens ou un autre."

      Que dire de plus devant une telle affirmation de Desmond Leslie, qui rappelons-le, était le neveu de Wiston Churchill , et n'avait donc pas l'habitude de raconter des balivernes. Il est bien dommage cependant que cet auteur ait oublié de citer au moins un des textes anciens auxquels il fait référence, de même que les travaux sur lesquels, il s'appuie pour affirmer l'existence d'une ceinture brûlante placé à 60 Km d'altitude dans notre atmosphère. Nous invitons les internautes spécialistes qui auraient quelques informations à ce sujet, à bien vouloir nous contacter pour tirer au clair cette affaire. Merci d'avance...

      De même, Adamski reprend cette curieuse affaire concernant le soleil dans son troisième ouvrage de 1961, publié aussi par Abelard-Schuman, qui restera non traduit en français, pour le grand public, pendant 55 ans. Mais voir plus bas la trduction de 2017 :



     On peut découvrir ce livre en PDF, sur le site :


     Mais ARTivision posséde, une traduction privée de 1962, exécutée par la courageuse, Mme H. Verdin Roussel. Voici d'abord, de ce livre, (extrêmement précieux et sans doute introuvable actuellement), l'image de la couverture que nous avons du refaire parce qu'elle était abimée et surtout, celle de la première page avec la typographie et les inscriptions de l'époque:

   


     Nous lisons alors chapitre II (intitulé "l'activité de l'espace dans notre système solaire") page 32 :

     " La première chose à réaliser est que le Soleil n'émet pas de la lumière et de la chaleur sous la forme que nous observons sur Terre. La radiation du Soleil ne se manifeste comme lumière et chaleur que lorsqu'elle pénètre dans l'atmosphère des planètes elles-mêmes. L'espace extérieur est dépourvu de lumière, telle que nous la connaissons. Dans l'espace extérieur la lumière est une lumière froide, causé par la phosphorescence de vastes nuages de particules et de gaz, répondant à la radiation émise par le Soleil. Pour un observateur humain, l'espace extérieur parait être un vaste vide obscur, rempli de billions de billions de minuscules étincelles de lumière multicolore. Toutes ces minuscules lumières sont en état de mouvement continuel et d'activité. "

     Notons en passant que ce n'est du tout là, le genre de discours utilisé par un affabulateur psychopathe, ou un gourou de secte. C'est en effet, à ce genre d'individu que certains auteurs, (émules de la désinformation officielle ou encore auteurs qui ont oublié de se recycler en données ésotériques modernes), ont voulu assimiler cet Adamski, qui n'a pas fini de nous étonner.

     Tout le chapitre en question, est pratiquement consacré à la lumière et l'espace. Nous signalons cependant que les premiers astronautes comme Glenn et Carpenter ont bel et bien été confrontés à ce problème de particules lumineuses dansant devant leur hublot, et particules qu'Adamski avait lui-même qualifiées, bien avant eux, de "lucioles" (Voir ci-dessous le "France Soir" du 25/05/62, ou le Paris-Presse l'Intransigeant : même date:)

   


       En 2017, une traduction du troisième livre d'Adanski est sortie, telle que :

        A vous de juger...

        Si donc, vous savez lire entre les lignes, de ce qui précède concernant notre Soleil, c'est qu'il n'est pas du tout, un corps brulant, ayant une température atteignant des milliers de degrès Celsius, (mais nous l'avons déjà dit plus haut), il a en réalité, d'après le collectif Soria, une température moyenne de 37,6° C.

       Dur Dur... n'est-ce pas !!! à encaisser, cette nouvelle affaire, qui, après celle très fantastique, de Titan, met nos intellectuels blasés, tout à fait au pied du mur..., et nous en dirons bien plus, la prochaine fois ...

      Nous voilà arrivés ce 27 Mai 2020, (date mémorable liée au triste Passé esclavagiste de la Guadeloupe) à la 4e déclaration, qui va aussi clore ce premier volet de notre article pour éviter, chez certains internautes un trop long temps de chargement de l'article :

Quatrième déclaration :

      Nous invitons alors très aimablement le novice ingénu qui découvre actuellement par hasard, le site ARTivision de trouver une solide chaise pour s'y bien asseoir, et de plus de sortir une solide corde de marin pour s'y attacher car le document qui va lui être présenté ci-dessous, risque d'entraîner psychiquement chez lui,de très fortes turbulences...

       Sortons donc de nos archives le document extraordinaire suivant, que n'ont jamais présenté ni décortiqué sur un plateau de télé, les bien-pensants bien carrés et autres journalistes fervents amateurs de scoops fantastiques :


      C'est dans cette revue que l'on trouve la renversante déclaration du Maître cosmique, nommé Pomar...

     Voici donc, ce jour, un texte que le Webmaster d'ARTivision, posséde depuis 47 ans (en 2020), et texte qui, selon nous bien sûr, ferait tomber à la renverse, nos meilleurs auteurs de Science-Fiction ...

     C'est dans cette revue, que nous avons découvert à l'époque, cet article de 5 pages, qui débute ainsi :

     Et voic ile texte intégral en question :

VOYAGE EN OVNI : le système solaire

Extrait de la revue Ondes Vives n°83 de Mars 1973

     "Nous avons pris contact avec un groupe de Bologne (Italie), qui reçoit des messages télépathiques d'Extra-Terrestres. Ce groupe présente l'immense intérêt d'avoir des relations directes avec eux. De ce fait le témoignage des sens exclut toute fantaisie imaginative. Voici un résumé d'une de ces entrevues qui eut lieu le 15/10/62. C'était la 7e rencontre. Ondes Vives : (Itacar et Saki sont deux extraterrestres)

     Le 15 Août 1962, à 23 heures, appelé télépathiquement comme d'habitude, je me rendis au lieu de rencontre. Itacar et Saki m'y attendaient et m'embrassèrent. Nous entrâmes dans la soucoupe volante. Itacar , passant la main sur le triangle, démarra. Quelques minutes plus tard nous étions arrivés. Nous sortîmes et je vis que nous étions dans un grand cratère volcanique dont le fond poli servait de base d'atterrissage. Itacar me dit que nous étions sur le satellite de la Terre, c'est-à-dire la Lune. J'eus tout loisir d'examiner l'installation avec ses grandes portes en arche, éclairées comme en plein jour. Nous entrâmes par l'une d'elles et suivîmes un corridor de 4 m de large et 400 m de long, éclairé par le plafond, mais on ne voyait pas de lampes. De part et d'autre, il y avait des portes surmontées de signes géométriques. Nous entrâmes dans l'une qui portait comme sigle un cercle avec un point rouge au centre. Je vis une chambre circulaire de 20 m de diamètre avec, au centre, une table ronde aussi, de 3 mètres de diamètre, entourée de sièges. Itacar et moi nous nous assîmes tandis que Saki, sortait.

     Bientôt entra un homme que je connaissais déjà. Je me levai et lui serrai la main. Il me dit:


     "Je suis POMAR, de la planète ATOUN. Me trouvant sur la Terre où je devais passer plusieurs jours, je pensais te revoir et te parler de choses que tu ne sais pas et que tu ne comprendras peut-être pas maintenant. Néanmoins, imprime-les bien dans ta pensée afin de t'en souvenir et de les répéter à tes frères. Donc écoute:

     Nous appelons votre Terre SARAS, d'un mot chaldéen ancien :SHAN-RAN (SHAN la Croix, RA cercle) Saras fait partie du Système solaire en vertu du mouvement qui l'anime. Si ce mouvement venait à cesser, il en résulterait une rupture d'équilibre qui affecterait l'harmonie de la Création et bouleverserait les lois précises qui la gouvernent. La Terre ne pourrait plus exister comme telle. Il lui faut donc, pour subsister, continuer son mouvement qui lui permet non seulement de parcourir son orbite définie, mais de se mouvoir selon les calculs extrêmement exacts de la nature, en synchronisme avec tout le reste du Cosmos.

     Dans l'espace compris entre tes mondes "matériels", il existe un immense filet éthérique, un océan éthérique où ces mondes naviguent avec leurs satellites. Le Cosmos où nos mondes orbitent est TRINO parce qu'il représente la totalité des formes "intérieures". La nature est conforme à la loi binaire parce qu'elle est la manifestation des formes "extérieures". L'un est le point de départ, l'autre le point d'arrivée. Les deux sont reliés au cercle éternel des phases dualistes naturelles, d'évolution ou d'arrêt. Ce dualisme trouve sa réplique dans divers symboles. En fait, sur ta Terre, l'axe vertical symbolise l'ascension, la vie, la flamme montant vers le haut, le principe, la levée. Au contraire l'axe horizontal représente l'assise, la fin, l'eau, l'immobilité, le sommeil, la mort.

     L'union et l'équilibre de ces deux lignes, verticale et horizontale, forme la CROIX, symbole métaphysique des événements de la nature dans son dualisme , accouplement des deux forces fondamentales qui générèrent l'équilibre des quatre éléments représentés par les quatre bras de la croix.

     Vos savants se sont-ils demandé la véritable signification du symbole de la croix ? Jamais, parce qu'ils sont athées ou semi-athées. Cela veut dire que, n'ayant pas foi en Dieu et ne connaissant pas à fond la métaphysique, ils ne réussiront jamais à comprendre les lois cosmiques multiples qui règlent les mondes et leurs évolution.. Vos hommes de science n'ont jamais pensé à ce que deviendrait l'existence humaine si ces lois venaient à faillir ne serait-ce qu'un instant. Eh bien, cela pourrait se produire, pour absurde que cette hypothèse puisse sembler à la suite de multiples explosions atomiques. L'astre solaire, étincelle de la création est par rapport à l'Univers comme l'Esprit est au corps. De même que l'Esprit vivifie la matière, le Soleil anime tout le système solaire. S'il vous était donné de le regarder hors de votre atmosphère, vous seriez stupéfaits de le voir comme une balle violette aux reflets verts opaques, parfois iridescents d'une multitude de couleurs où domine le bleu profond. Vous auriez aussi pour la première fois l'impression que le Soleil est "obscur" , et que l'énergie de chaleur et de lumière qui semble émaner de lui, n'est qu'un aspect de la radiation effective de l'astre.

     Combien de conceptions erronées ont été émises par vos savants, et combien de doutes les assaillent ! Tout cela parce qu'ils marchent sans foi dans une voie fausse. En fait, le Soleil ne représente pas autre chose qu'un centre d'émanation, une source d'ultra-micro-ondes radioactives à une fréquence extrêmement haute concentrant un potentiel de haute valeur.

     Tel quel, il ne peut donc être qu'absolument froid, ce qui est contraire aux conclusions de vos savants qui attribuent au soleil, une chaleur de millions de degrés, tentant d'établir la valeur thermique de l'astre. - Se peut-il que la loi de Wien soit fausse ? La sensibilité des bolomètres serait-elle en défaut ? Rien de tout cela et cependant le Soleil est froid en réalité. L'erreur est dans le principe, sans lequel il est inutile de formuler une théorie. Il faut rechercher la cause de la lumière et de la chaleur, dans les phénomènes qui se manifestent dans le non parcours ou encore mieux dans la "réaction" de résistance que son énergie suscite loin du centre d'émanation. Les vibrations radiantes projetées par le soleil dans l'espace, sont reçues par l'éther qui n'est pas le vide absolu, mais bien un ensemble d'espaces qui s'étendent de planéte à planète et qui les unissent comme le ferait une mer dont les substances éthériques agissent comme des conducteurs d'énergie.

     La résultante de ces oscillations n'est pas la lumière mais un "rayon" inconnu de vous, qui part du Soleil et se propage dans le Cosmos en vertu du vide éthérique et par conséquent porteur d'une charge électrique à corpuscules radioactives, grâce auxquelles il acquiert la puissance radiante.

     Vous connaissez déjà quelques-unes des propriétés du radium par les simples applications que vous en faites et vous savez combien est mystérieuse cette substance qui émet une incalculable énergie soit sous forme radioactive, soit en pouvoir dissociant et consumant (dûs tous deux à des propriétés positives et négatives complexes et inconnues de vous).

     Vous avez fait des expériences avec le radium, et vous avez constaté que tout objet soumis à son action ne peut que bruler ou devenir lumineux. Le même phénomène se produit dans le Cosmos et les radiations du Soleil bien que froides et obscures, peuvent donner, en des points déterminés "d'arrivée", lumière et chaleur. En fait, le rayon obscur qui traverse l'espace, acquiert cette propriété ignorée de vous, selon la planète sur laquelle il est projeté. Son effet étant en rapport avec l'atmosphère déterminée qu'il traverse.

     L'émanation radioactive obscure à l'origine, et transportée à travers le Cosmos, se transforme donc en rayons lumineux au contact de l'atmosphère qui peut être plus ou mois dense et volumineuse. Il se produit en ce cas une réaction entre l' énergie "d'arrivée" et les composants gazeux de l'air. Il en résulte une production de micro-ondes lumière dont l'intensité augmente à mesure qu'elle approche de la croûte de la planète lorsqu'il y a des substances gazeuses toujours plus raréfiées. Un rapport analogue entre puissance irradiante et radiation se trouve dans votre lumière électrique que vous ne connaissez pas encore à fond. L'énergie est produite dans une lointaine centrale hydroélectrique alors que l'effet lumineux à travers le filament conducteur se manifeste à distance, dans un ballon de verre où existe une ambiance idoine pour porter le filament à l'incandescence.

     La Terre est comme une énorme lampe lorsqu'on la voit dans la nuit éthérique. Elle illumine une partie infinitésimale de l'infini et ce faisant, elle brille. Le cercle d'illumination en montre le diamètre alors que la ligne équatoriale en symbolise la résistance. C'est maintenant compréhensible parce que règne la plus profonde obscurité dans les espaces sidéraux infinis. Ce phénomène est vérifiable, bien qu'il soit en contradiction avec les conclusions de toutes vos recherches scientifiques. Il est donc tout simplement absurde de formuler un principe selon lequel la chaleur est inversement proportionnelle à la distance. Il s'ensuivrait pour vous, terriens, comme résultat logique, que Mercure devrait être une fonderie de bismuth et de plomb, alors qu'au contraire Mercure possède les mêmes éléments que la Terre, et il est le centre radio de notre système habité par des hommes physiologiquement et spirituellement plus élevés, que vous. Donc votre science erronée est en contradiction avec la leur en tant qu'ils obéissent aux lois universelles de l'Esprit Créateur : Dieu.

     Il y a aussi un autre fait qui contribue à démolir les théories scolastico-scientifiques grâce à la giration de la Terre autour du Soleil, vous avez l’été lorsque vous êtes au point le plus éloigné du Soleil, et l’hiver quand vous en êtes au plus près. Pour justifier anomalie votre science a émis l'hypothèse de l'obliquité des rayons et de la durée des jours. Cela est vrai, mais en fait, c'est dû à l'action des rayons obscurs qui viennent du soleil. S'il en était autrement, l'énorme accroissement de température que la Terre devrait subir au périhélie ne pourrait expliquer le retour cyclique de votre pâle et froid soleil des journées d'hiver. Je chercherai plus tard à vous confirmer le principe que je viens d'exposer : plus grande est la densité des stratifications atmosphériques traversées, plus grande est la chaleur des rayons. Comme toute autre planète, votre Terre, dans son mouvement de rotation autour de son axe, doit entraîner la rotation de l'atmosphère qui prend de ce fait un aspect parabolique. Elle se dispose donc sous une forme ellipsoïde avec le petit axe superposé à celui de la Terre. Il s'ensuit que le rayon solaire traversant l'équateur trouvera une plus grande épaisseur atmosphérique et par conséquent produira plus de chaleur qu'aux pôles. Voilà pourquoi la zone équatoriale est brûlante alors qu'en zone polaire règne la glace. En conclusion il faut se convaincre de l'erreur de vos savants qui font du Soleil ce distributeur d'énergie, une gigantesque pile infernale, qui devrait être aussi la cause des valeurs hyperboliques de la température des étoiles.

     Ceci est une autre théorie bâtie par vous, terriens, avec vos fausses convictions qui amènent des conclusions inexactes , à cause de l'insuffisance du préjugé initial. L'orgueil de nier l'Esprit Créateur et Ses lois dans le crépuscule où vous êtes, vous fait approcher toujours davantage de minuit.

     Que celui qui a des oreilles entende; que celui qui a des yeux les ouvre à la lumière"


     Pomar se tut. Je me sentais étrangement léger de corps et d'âme. Je comprenais parfaitement tout cela comme je l'avais toujours su. Je fus coupé de mes réflexions par Pomar qui me dit :

     "D'ici peu tu connaîtras d'autres frères de SARAS qui croient et qui travaillent selon leurs possibilités, mais avec foi. Ils t'aideront en tout ce dont tu auras besoin pour continuer ta vie. Beaucoup d'obligations te sont réservées et tu seras instruit en conséquence. Maintenant je dois partir ".

     Il se leva, me tendit la main et dit : " j'ai vite appris ta langue. Donc nous nous reverrons bientôt."

     Il partit. Nous sortîmes de la salle et nous rejoignîmes la soucoupe où Saki, nous attendait. Nous décollâmes à la verticale et, en peu de minutes je fus déposé à l'endroit habituel. Nous nous saluâmes..

     De retour à la maison, je m'aperçus qu'il était 3 heures du matin. J'étais resté avec eux pendant 4 heures. Par bonheur tout le monde dormait à la maison. Personne, même ma femme, ne s'aperçut de mon absence.


     NOTA : Lors de son voyage à Catane, en Octobre 1972, Mr J.C.Salémi (le rédacteur en chef et directeur de la revue Ondes Vives) a présenté ce récit à Mr Eugénio SIRAGUSA
, pour lui demander s'il était authentique, puisqu'Eugenio a des rapports avec les E.T. depuis 22 ans, et qu'il a lui-même voyagé en Soucoupe Volante. Eugénio a répondu: "que c'est bien ainsi que les choses se passent" .


     Ondes Vives

     Fin du texte de la revue "Ondes Vives"

     En somme, si nous comprenons bien tout cela, le système fonctionnerait comme le four à micro-ondes, qui chauffe rapidement l'aliment que l'on y place, mais le four lui-même, demeure parfaitement froid, dans son environnement.

     Avouons donc que, si tout ceci est sorti du cerveau d'un auteur plein d'imagination, (depuis 1962 on en parle en italie, soit il y a 58 ans en 2020), il est alors vraiment fortiche, et il pourrait facilement écrire un roman de Science-Fiction qui surclasserait de loin les meilleurs du genre. A vous de juger.

    Ce qu'il faut aussi savoir, c'est que nous avons été en correspondance avec le Directeur de la revueOndes Vives J.C Salémi, et il nous a dit, ses vifs regrets, de n'avoir pas pu obtenir plus d'information sur le Maître Pomar, présenté par le Groupe de Bologne d'Italie. Nous demandons donc avec la plus grande déférence ,à toute personne connaissant l'italien, de rechercher plus avant, ce qu'est devenu, ce Groupe de Bologne, qui opérait déjà, on le sait, en 1962.

            Merci mille fois d'avance.

    Rappelons à l'internaute néophyte, que le site ARTivision, n'est pas du tout un site scientifique, où l'on sort des formules mathématiques élaborées, mais, c'est avant tout une sorte de causerie au coin du feu, comme cela se faisait dans l'Ancien Temps, dans les campagnes de nos îles, avant l'arrivée de la télévision, et ce site ne présente pas de structuration par thèmes, ni de regroupement d'articles. Tout ce qui précède est donc, une sorte de synthèse très réduite, des passages importants, déjà exprimés dans d'autres articles, (et basés sur des documents irrécusables, que nous avons la grande chance de posséder), mais cette reprise de données hors normes, est voulue, car parait-il notre subconscient s'accommode parfaitement des répétitions, pour en assimiller les données qui semblent être pour nous importantes, mais chacun est libre d'y croire ou pas, et mieux de sortir les faits contradictoires qui s'imposent. Hélas en 23 ans (en 2020), nous n'avons pas reçu un seul texte, qui va à l'encontre de nos documents présentés, et par exemple, nous n'avons pas reçu, depuis tout ce temps, un seul texte qui démontre vraiment, que les supers structures sous-marines, découvertes près de l'ile de Bimini à environ 1200 km de l'archipel de la Guadeloupe, étaient d'origine naturelle :



Extrait de L'ouvrage de Pierre Carmac "l'Histoire commence à BIMINI"
publié en 1973 chez Robert Laffont dans la prestigieuse collection : "Les énigmes de l'Univers" (voir notre vieil article de Juillet 1997 : bimini.html ) .

    Avis aux amateurs... .

        Pour expliquer plus avant, cette affaire effarante, prenons l'exemple simple suivant, en partant du simple schéma de fonctionnement, d'une loupe convergente :


     Un primitif vivant au fin fond de l'Amazonie, qui serait déjà surpris, en voyant qu'en plein jour que l'on peut allumer un feu avec cette simple loupe, il serait encore plus étonné de découvrir qu'après l'arrivée de la flamme dans les brindilles de bois, ou de paille, que la loupe est parfaitement froide.

    Transposons alors, grossièrement, ce schéma de la loupe, pour mieux saisir ce qui se passe au niveau de notre environnement solaire :


    Précisons alors que cette coupe diamétrale, n'est pas du tout à l'échelle, et que le complexe moléculaire et vibratoire, en forme de loupe, est en réalité une sorte de sphère, qui existe tout autour de la Terre.

     Cette analogie avec la loupe, va nous permettre à un niveau bien supérieur, de comprendre ce qui se passe du côté du Soleil.

     On sait en effet, que l'axe de l'équateur et celui de l'écliptique sont inclinés l'un sur l'autre de 23° environ et, il en résulte que le pôle n'est plus le point où la lempérature est minima. Pour mieux visualiser tout cela, empruntons à l'ouvrage "Astronomie et l'exploration spatiale", publié à Hachette Jeunesse en juillet 1985, le schéma suivant, que nous avons un peu modifié:



     Mais, ce qui est rarement expliqué dans les manuels scolaires, c'est qu'étant donné que la Terre ne décrit pas exactement un cercle autour du Soleil, mais une ellipse, on découvre alors que la distance de la Terre au Soleil est environ de 147 millions de kilomètres au mois de Janvier, et est de 152 millions de kilomètres au mois de Juillet, et autrement dit le Soleil est, paradoxalement plus près de la Terre en hiver, qu'en été, ( Et le Maître Pomar l'a bien spécifié, plus haut) de 5 millions de Km. Le site :



, nous illustre schématiquement tout cela, admirablement :


Et on voit bien là, que la Terre, est plus proche du Soleil en hiver, qu'elle ne l'est en été.

     Dans les sphères officielles, on explique ce phénomène justement par l'inclinaison de 23,26° de l'axe de la Terre par rapport au plan de l'écliptique et qui fait que les rayons du soleil sont toujours obliques par rapport à l'axe de rotation de la Terre. Et, pour ARTivision, cela est très discutable...

     Si donc, le soleil était une boule de feu émettant chaleur et lumière en direction de la Terre, son action aurait certainement augmenté grandement en avançant de 5 millions de Km de sa cible. Des maquettes à l'échelle, et des simulations informatiques, le démontreraient sans doute, vite fait...

     Surprenant n'est-ce pas !!! Qui dit mieux !!!


          Mais, pour diminuer, le temps de chargement, cet article a désormais pour suite , l'url :


       A suivre... Fred IDYLLE.


    Article mis en page le 12/04/2020, et revu le 13/04/2020, et revu le 15/04/2020, et revu le 17/04/2020, et revu le 18/04/2020, et revu le 19/04/2020, et revu le 20/04/2020, et revu le 23/04/2020, et revu le 25/04/2020, et revu le 26/04/2020, et revu le 30/04/2020, et revu le 03/05/2020, et revu le 08/05/2020, et revu le 11/05/2020, et revu le 14/05/2020, et revu le 18/05/2020, et revu le 20/05/2020, et revu le 22/05/2020, et revu le 24/05/2020, et revu le 25/05/2020, et revu le 27/05/2020.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil