Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web
strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas

Pour connaitre le code des couleurs, prière d'aller, SVP, à :
Avant-propos.html




Quand, ARTivision fait le Buzz, qui correspond à deux autres preuves irrécusables, faisant état de l'incroyable expédition High Jump du vice amiral Byrd, au Pôle Sud de la Planète....


     Cet article est la suite directe de la page :

http://www.artivision.fr/http://www.artivision.eu/Quand-on-vole-un-jour-un-OEUF.html

Deuxième focus très "souveinement périodique " :

      En effet nous allons nous demander, ce jour, du 13 Février 2020,
à nos irréductibles détracteurs, de nous expliquer, concernant cette fantastique affaire High Jump, pourquoi des scientifiques de haut niveau, se sont interrogés sur la vraie quintessence de son élaboration, et de son flagrant bide...

      Ainsi donc, même la revue à vulgarisation scientifique "Sciences et Avenir", de début Mai 1947 dans son n° 1, (que nous avons la très grande chance de posséder), se pose aussi des questions très justifiées à ce sujet.

        Voici d'abord une partie de la couverture de cette revue qui à l'époque avait pour dimension 40,5 cm et 29,5 cm, ce qui dépasse de loin les capacités de notre scanner :


     Puis, voici le début de l'article, suivi de sa fin, où l'on s'interroge sur les vraies motivations de cette expédition :





     Vous avez, donc bien noté, nous l'espérons vivement, que, devant l'incroyable armada, mise en route par l'expédition de Byrd, la revue Sciences et Avenir de Mai 1947, se pose effectivement la question de savoir, si cette expédition "n'avait pas d'autres visées non avouées".

       Ainsi, les journalistes et les rédacteurs, socialement bien en vue, de la revue Sciences et Avenir, ( il y a de cela 73 ans en 2020), avaient donc, déjà en début Mai 1947, tout le loisir d'approfondir, dans leur propre revue, les phénomènes insolites, (si souvent mis en exergue, par ARTivision...), et phénomènes, qui se passent aux pôles de notre planète, pour en tirer aussi les extraordinaires conséquences, qui s'imposent...

        Mais, ce 13 Février 2020, nous voilà arrivés à la clef de voûte de cet article, qui consiste à épiloguer sur le vocable "Huitième continent", très maladroitement, utilisé par la Chaine ARTE, lors de son émission suivante, que nous avons déjà stigmatisée, il y a quelques temps :


    En effet, pour ceux qui tout de même, douteraient de notre énigmatique propos, voici de quoi les mettre au pied du mur, pour plusieurs raisons... :

    En effet, sur le site de GoogleOldNews , il y a quelques temps, à l'url :


    Url, qui a lui aussi disparu comme par enchantement du site en question, on pouvait alors lire, ce qui suit dont nous vous présentons pour une raison évidente, que le début :


     Nous avons souligné en rouge, les termes qui, ici, nous interpellent grandement .

     Traduisons, à peu près, le titre et les paragraphes en question :

Byrd prédit qu'un huitième Continent sera trouvé dans les régions Antarctiques

Par Lee Van ATTA
Participant à l'expédition de Byrd dans l'Antarctique.

"L'amiral Richard E Byrd a exprimé l' intuition que son expédition, puisse dans les quatre semaines suivantes, faire " La plus grande découverte géographique primordiale du 20 siècle "- soit : un huitième continent."

     Donc ici, seule la croyance affirmée du Vice amiral Byrd. de l'époque, Grand Chancelier de l'Ordre de la Fayette et de la Croix du Mérite, secrétaire perpétuel de l'Académie Fédérale de la Marine et des Sciences, nous intéresse en premier lieu, car, en substance, ce dernier stipule à ce moment, clairement, l'existence "d'un huitième continent", qui pourra être ajouté à la cartographie mondiale, après son expédition.

     Mais que signifie donc tout cela ?...

      Précisons d'abord, ce que l'on découvre au sujet des continents sur le site :



     Comme on le voit, il a bien 7 continents, et l'Antarctique est déjà un des 7. Alors comment se fait-il que Byrd, parle d'un "huitième continent" qui existerait encore en Antarctique ?


     La seule façon de comprendre ce langage tout à fait énigmatique, (voulu sciemment par Byrd, et qui a autorisé Lee Van ATTA à l'utiliser), est d'admettre, une fois pour toutes, que Byrd, ayant déjà, à plusieurs reprises pu pénétrer, (en quelques milliers de km) dans "l'ouverture polaire sud" ( les guillemets ont ici une très grande importance) ( et rappelons aussi que Byrd, l'a fait également pour celle du pôle Nord en 1926), est certain cette fois, avec la puissante armada de l'opération "High Jump", de pouvoir démontrer définitivement l'existence de ce continent, qui s'étend à l'intérieur de la Terre.

     Mais si nous utilisons d'une part, la super carte tirée de l'incomparable livre, de Marshall B. Gardner de (1920)

  


et aussi d'autre part, la carte extraite l'ouvrage désormais incontournable (actuellement pratiquement introuvable en France), de R. Bernard " La Terre creuse", paru chez Albin Michel, en 1971 :



      Voici donc ces deux shémas :

  


      On voit alors après quelques recherches que:

   Diamètre de la Terre : 12 756 km
   Superficie 510 065 700 km²
   Formule : 4 × p × R 2.
   Diametre Terre intérieure 12756 - 2600= 10156
   Rayon Terre interieure 10156 : 2 = 5078 km
   Superficie Terre intérieure : 4 x 3,1416 x 5078 x 5078 : 324038245,9776 arrondissons à : 324 038 246 Km2
   Superficie totale de la Lune : 37 895 642,64 Km 2 arrondissons à 37 895 643 km2
     Autrement dit, La Terre interieure, a 324038246 - 37895643 = 286142603 ... soit environ, 286 millions de Km2 en plus que la Lune, qui ne représente alors, sauf erreur, ( 1,169 %) soit 1,17 % de la Terre intérieure, qui est bien le "huitième continent", comme le préconisait le Vice amiral Byrd de l'époque ...

      Donc ce n'est pas la Lune, qui doit être un "huitième continent", comme le racontent les journalistes et les rédacteurs zélés, et autres propagandistes blasés de la Chaine ARTE, qui de plus, doivent maintenant, répondre à la question suivante, qui concerne aussi les psychologues, psychiatres, sociologues, géographes, et consorts intellectuels affiliés :

      Comment expliquer brièvement, pourquoi le journal Palm Beach Daily News, en date du 9 Février 1947, que nous avions découvert dès le 23 Nov 2014, a entièrement disparu du portail GoogleOldNews, (https://news.google.ca/newspapers?), et qu'il en a été de même du journal Miami Daily News, en date du 25 Juin 1926, qui lui aussi avait, une déclaration fracassante de Byrd. ?

      Merci d'avance pour vos judicieux éclaircissements.


      Mais, par contre, grâce aux nombreux articles très pointus, du site ARTivision, on le sait déjà, que le Vice amiral Byrd de l'époque, rencontrera alors, lors de son expédition dite "High Jump" au Pôle Sud, une résistance hors-normes, et il s'en retournera hébété, au point de parler ensuite, de manière ambigüe, de menaces voilées et peu explicites, envers les USA, (venant des deux pôles).

     Voir nos articles :


     Mais, qui fut donc ce Lee Van ATTA, qui savait tout ? C'est maintenant , qu'il faut chercher, des éclaircissements supplémentaires, n'est-ce pas ...!

    C'est à vous qu'il appartient désormais, de juger tout cela, documents à l'appui, et encore merci à Super Hasard, de nous avoir permis de faire ici, un flash-back, toujours utile, sur les déclarations insolites de l'amiral Byrd, qui a quitté ce monde, rappelons-le à toutes fins utiles, à 68 ans, au soir du 11 Mars 1957.

        Mais, nous voilà ce 13 Février 2020, en demeure d'en dire bien plus encore sur cette affaire du "huitième continent", si mal interprétée, par ces Messieurs les journalistes et autres rédacteurs zélés, de la Chaine ARTE, qui n'ont jamais lu un seul article du site ARTivision, ou encore qui ont cru que son Webmaster était un gratte-papier, en mal de publicité dérisoire.

     Nous allons donc ce jour, "enfoncer le clou", plus profondement et et ainsi produire d'autres documents, tout aussi renversants que les précédents...

        Extrayons alors du fameux document fantôme du journal Palm Beach Daily News, en date du 9 Février 1947 ce passage :


      Notre modeste traduction, de la phrase en rouge, donne: "La plus importante découverte géographique du vingtième siécle : Un huitième continent".

      Comment à l'époque, (le Traité de l'Antarctique, interdisant toute mesure de nature militaire et non pacifique qui a pris effet le 23 Juin 1961, n'était donc pas encore en vigueur), l'exploration de quelques veines apparentes de charbon ou d'autres minerais utiles à l'industrie, pouvait-elle être considérée comme la plus importante découverte géographique ou géologique qui soit ?

       Ce que ne savent pas les touristes culturels novices de cette affaire, c'est que Vice amiral Byrd. de l'époque avait parlé de cette affaire d'énorme découverte géographique, 10 jours plus tôt, tel que :


dans ce journal devenu grâce à ARTivision, aussi incontournable que les précédents:


       Ce vice Amiral Byrd, montre bien ici, qu'il a de la suite dans les idées et celui qui veut le traiter de fumiste, en prendra pour son grade en temps voulu, exactement comme celui, qui a été fier de démontrer, à la fin du XIX e siècle que le plus lourd que l'air ne volerait jamais. A bon entendeur Salut!!

      En effet... nous avons attendu avec ferveur, que l'on puisse nous expliquer brièvement ces temps-ci, ( et nous le reprenons précautionneusement à dessein, ici ), pourquoi le journal Palm Beach Daily News, en date du 9 Février 1947, que nous avions découvert dès le 23 Sept. 2013, a entièrement disparu du portail GoogleOldNews, (https://news.google.ca/newspapers?), et qu'il en a été de même, (voir cela, dans un autre article à la date du 22 Juin 2019 ), du journal Miami Daily News, en date du 25 Juin 1926, qui lui aussi avait, une déclaration époustouflante, de Byrd...

      Gageons alors que, ces urls vont réapparaitre, le jour où le grand déballage va nous exploser à la figure, à la plus grande satisfaction du Webmaster d'ARTivision.

      Mais quelques explorateurs modernes des régions polaires, pourraient aisément nous dire, très ironiquement :
" Nous avons traversé, de part en part, les régions centrales des zones polaires et nous n'avons pas vu, l'ombre d'un vortex quelconque, et de plus dans l'Histoire Universelle des Explorations en 4 volumes des années 1970 :



, on trouve cette carte, où nul vortex n'apparait "



      Ce que ces gens oublient, c'est que les gouvernememts qui interdisent déjà, le survol par avion des deux zones polaires, merci déjà mille fois, à l'internaute béni, qui nous fournira un document officiel, à ce sujet) , demandent toujours de fournir l'itinéraire de l'expédition, avant aucune démarche, et bien sûr, on accorde le droit de réaliser cette expédition, quand elle passe loin du trou polaire, qui d'ailleurs se ferme périodiquement :


      Ces temps-ci, il nous est venue l'idée, et nous l'avons dit souvent ailleurs, compte tenu de nos faibles moyens artistiques et autres), d'essayer de réaliser cela, en passant par les images connues, dont d'abord celle ci, connue, dès 2004 :


      C'est une photo mosaïque surprenante, qui est bien sûr encore rejetée par les détracteurs de la Théorie de la Terre creuse, mais dont un infographiste qualifié, nous en a dit de très bons attributs.

       Remarquons par ailleurs, que cette incroyable photo mosaïque :


, qui a, fut un temps, circulé dans les sphères du Web, ne represente nullement le trou polaire nord, s'ouvrant et se fermant, mais simplement des manipulations photographiques, pour camoufler justement ce vortex polaire.

      Puis, il y aura aussi ce schéma extraordinaire au sujet duquel n'avons pas la compétence requise, pour en discuter les éléments, et schéma que l'on peut trouver sur le site :




      Enfin, sur le site précédent, on trouve aussi cette carte étonnante :


      Si donc nous compilons toutes ces données hors normes, nous pouvons alors dresser le document suivant qui gagnerait, bien sûr à être structuré en 3D :


      Le trou polaire nord, n'est pas bien sûr, à l'échelle, sur cette plaquette fictive.

      Comme on le voit, les expéditions polaires au Nord, coloriées d'une part en jaune, et d'autre part en bleu, dont revoici l'image de l'Encyclopédie des explorations, en question :


sont bien passées, hors du trou en question, représenté en rouge, (avec bien sûr, un diamètre non à l'échelle.)

      Voyons maintenant du côté du Pôle Sud :

      En Juillet 1989, la célèbre revue GEO, publiait dans son n° 125, un article intitulé : ANTARCTIQUE SANS FRONTIÈRES tel que :



      Il y avait surtout en pages 22 et 23, cette superbe carte de l'expédition antarctique proche :


      Là encore, on voit que l'expédition est passée, loin du vortex (disque rouge non à l'échelle), et encore faudrait-il savoir, si ce trou aurait été ouvert à l'époque... et comment le phénomène se réalise, puisque , aucune photo n'est arrivée jusqu'à nous.

      Gageons que cette dame audacieuse, qui voulait atteindre, le Pôle Sud en tracteur, elle non plus, n'avait, pas beaucoup de chance de tomber sur le vortex en question :


      Tout ce qui précède n'a bien sûr, aucune valeur pour des scientifiques, mais les journalistes curieux, pourraient eux, en prendre de la graine, et poursuivre, la recherche de documents précieux à la Bibliothèque du Congrès des USA.

      Rappelons, à toutes fins utiles que tout ce qui précède, est essentiellement axé sur le fait indéniable qui nous vient de la NASA dés Décembre 2004, en la matière de la photo extraordinaire suivante de Titan, et aussi du fait que ces Messieurs les scientifiques, vont à perpette (près de 50 millions d'années-Lumière), chercher l'image d'un obscur vortex, nommé Trou Noir, mais, qu'ils sont incapables de voir, celui bien plus voisin d'eux, très lumineux de l'astre nommé Titan, satellite de Saturne, tel que :



      On revoit ici, très nettement ( bout de la flèche rouge), la sorte de superbe réverbération, prouvant que la luminosité du disque, vient bien de l'intérieur de l'astre.

      C'est donc ici pour ARTivision, l'occasion, une fois de plus , d'inverser mgisaralement, le sage proverbe antillais, bien connu, tel que :

"Sa I bon pou Zwa, I tou bon pou kanna"

"Ce qui est bon pour les oies, l'est aussi pour les canards"

       Autrement dit :

" Ce qui est valable pour Titan :


  

l'est aussi pour notre Terre
".

       Rappelons aux novices, (qui lisent souvent en diagonales les articles du site), qu'il n'est pas besoin de sortir de Polytechnique, pour découvrir ici, que c'est cet œil surprenant de Titan, extrêmement brillant, de près de 300 km de diamètre, qui nous interpelle ci-dessus, possède clairement en desous de lui, de faibles traces cependant bien visibles, soulignant la présence une sorte réverbération, sur les couches de l'atmosphère de la planète, prouvant ainsi absolument, que cette extrême luminosité, vient bien, (nous le répétons à dessein), de l'intérieur de l'astre (voir le bout de la flèche rouge).

      Mais, comme on le voit sur l'image de droite, le Pôle Nord de Titan est aussi entré dans la danse...

      Il faut aussi remarquer surtout que c'est parce que la sonde Cassini Huygens (qui a fait ces photos et beaucoup d'autres qui n'ont pas été montrées), avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel, aux informations de la sonde. Donc la NASA a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher, ce disque extrêmement lumineux qui est apparu au Pôle Sud de Titan. Point à la ligne...

      Mais ce 16 Février 2020, nous allons montrer, une fois de plus, que la NASA dissimule assurément, des images secrètes de Titan, et cela va faire l'objet d'un troisième focus supplémentaire :

Troisième focus très "significatif d'un manque d'images de Titan" :

      En effet, présentons maintenant, pour expliquer cela, l'entrefilet très important suivant du regretté journal, France-Antillesparu en date du 29 Avril 2017 (et journal, qui a accompagné souverainement ARTivision, pendant 23 ans de 1997 à 2020):


     Et retenons d'abord les mots importants suivants :

     On découvre alors ici, que les 127 survols de Titan, par la sonde Cassini, ont pris fin le 22 Avril 2017, date importante, et on va voir pourquoi !


     On s'étonne en effet donc, alors franchement, que dans ces 127 survols, déjà effectués, qu'aucune autre photo, n'est apparue des vortex superbes Nord et Sud de Titan, dans les sites de la NASA, et dans les colonnes de la Presse spécialisée...!!!

      Le nombre de ces photos, (à part, celles qui se comptent sur les dix doigts de la main, et encore, c'est souvent la même photo, coloriée différemment), devrait tourner autour d'une centaine.

     Notons cependant que les photos qui ne montrent pas de vortex nord ou sud, sont aussi importantes, car ces vortex se ferment et s'ouvrent, régulièrement, et l'on en dira plus, à ce sujet, plus bas....


     Que sont donc devenus, ces autres clichés fantastiques du pôle Nord et Sud de Titan, et photos qui, on le sait, nous interpellent, au plus haut point ?

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront pour noyer le poisson que tout cela est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie des parhélies, soit donc des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs et consorts zététiques blasés oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires :

     Mais, il y a dans ce qui suit, bien plus, qu'une anguille sous roche... et de quoi faire franchement halluciner, notre néophyte, de service, et les consorts zététiques irréductibles officiels.

        En effet, analysons donc aussi, quelques photos de plus du fameux Titan, trouvées dans la Presse habituelle. (Merci déjà, à l'internaute béni, qui trouvera les références de la NASA, pour les photos en question).

       Voici pour commencer, une photo, de ce satellite de Saturne, Titan, que nous avait présentée, le "Figaro Magazine" du Samedi 13 Nov. 2004 :


      On voit alors que la partie droite de l'image de Titan du "Figaro Magazine" en question, présente une très remarquable luminosité, et, on nous dit alors dans la revue, que c'est "notre soleil qui illumine par derrière, l'épaisse atmosphère de Titan.".

      Voici encore une autre photo de Titan tirée cette fois-ci, du n° 415, du "Ciel&Espace" de Décembre 2004 :


     On apprend alors que, cette belle image de Titan ci-dessus, aurait été captée par Cassini Huygens, le 26 Octobre 2004, en passant à 1176 km de la planète. Cette photo, ne semble pas très différente de la précédente ci-dessus. et l'on voit aussi que la partie droite du globe de Titan, brille d'une manière étonnante, pour un astre placé, si loin de notre Soleil. , et l'on nous avoue aussi que cette luminosité remarquable, vient de même de notre Soleil, qui fait ainsi briller admirablement, l'atmosphère de Titan...

          On voit alors, que ces images qui sont passées comme une lettre à la poste dans des organes de presse ayant pignon sur rue, et qui n'ont jamais remarqué la bizarrerie de cette étrange luminosité ...

     Mais revoyons donc, ce que dit Mr Emmanuel Monnier, dans le n° Spécial de la revue Science&Vie, de Mars 2008 suivant, que nous présentons ici, avec une grande émotion...


     Relisons alors SVP, ce qui suit, où l'on nous dit bien, que le flux de lumière, qui arrive dans ces contrées reculées est, 900 fois plus faible, qu'au voisinage de la Terre :


    Alors, on se demande encore, comment ce faiblard flux, pourra, à 1,5 milliard de Km du Soleil, venir par une concentration quasi magique, exciter les épaisses couches atmosphériques de Titan (de 1200 km d'épaisseur, contre environ 100 km pour la Terre). C'est donc stupéfiant, et ceci est en ligne directe avec les propriétés de notre Soleil, et nous expliquerons cela, une autre fois.

    Mais, sur le site très moderne :


, on découvre au début, ces temps-ci, ceci :


qui nous montre parfaitement, que l'on s'interroge en haut lieu, sur le fonctionnement inconnu de notre Soleil, et pourtant la revue "Ondes Vives" n° 83 de Mars 1973 (que nous avons la très grande chance de posséder), nous avait déjà, à l'époque, mis les points sur les Is, à ce sujet.

       Mais, ce 19 Février 2020, disons puisqu'il convient généralement dit-on de "battre le fer pendant qu'il est chaud", nous allons ici, mettre la barre à un niveau très supérieur, quitte à faire, grincer, et même sans doute à faire s'ébranler, les molaires, de dépit et d'amertume... de pas mal de scientifiques et autres philosophes, psychologues, psychiatres et consorts intellectuels affiliés blasés du système terrien, qui part, (chacun le voit bien ), à vau-l'eau...

        Mais rappelons-nous, d'abord maintenant, cette étrange information qui vaut son pesant, non pas d'or, mais de chaleur, du regretté France-Antilles :



      Et, nous espérons, que notre néophyte de service, a bien lu, le passage suivant, de ce curieux entrefilet :



     Pour éclairer davantage tout ceci, disons aussi, que c'est en effet, au mois de Décembre 2000, que la revue "Ciel & espace", a sorti son n° 367, en spécifiant qu'il était "exceptionnel", car il représente, nous dit-on le "journal du siècle en Astronomie", et voici pour les puristes, la couverture du numéro en question :



     Il convient donc de garder précieusement ce numéro, où nous y avons noté, à l'époque, certaines interrogations, concernant notre Soleil, et ainsi nous notons à la page 41, le texte suivant :

"Retour vers le futur: Plus de 50 ans après, on ne connaît toujours pas le mécanisme précis du chauffage de la couronne".

     On y trouve aussi ceci :
      
"Il semble que Hans Alfvèn (Prix Nobel de Physique en 1970) soit le plus proche de la réalité. Certaines ondes dites "magnétohydrodynamiques" se propageraient dans la couronne et la chaufferaient. Les satellites d'observation du Soleil, comme Yohkod, Soho, ou Trace, ont mesuré sa température : Elle dépasse les 2 millions de degrés !"

     Vous avez bien lu, nous l'espérons :

"On ne connaît pas encore le mécanisme du chauffage de la couronne" .

     Nous souhaitons alors que, les appareils de mesure de cette couronne, ne soient pas du même gabarit, que ceux qui ont mesuré la fausse température de Titan (-180 °), ou celle moyenne de Pluton qui serait de - 200°, toute aussi fausse...

           En effet, voyez déjà pour Titan , ces deux images :

  

        Pour ARTivision, bien sûr, ces images ne présentent pas du tout un paysage glaciaire, correspondant à cette température de -180°, prônée par les savants, mais plutôt, à des paysages d'une zone désertique très chaude, comme celle du Sahara.

        D'autre part, nous avons eu, le 27 Nov. au soir, l'opportunité, de visualiser à la télé, le documentaire à prétention scientifique suivant :


       On y montrait, les pérégrinations de la sonde NEW HORIZONS, avant l'arrivée sur Pluton, la "planète solaire", (déclassée depuis lors, et donc on découvre ici, que des choses très évidentes sont, un jour ou l'autre délaissées), astre, qui dit-on, est parfois, le plus éloigné de notre Soleil.

      Chacun se disait alors que Pluton, était un monde givré et horiblement glacé, étant donné son éloignement du Soleil, ( à en moyenne 5,9 milliards de km), avec des températures bien en dessous de - 200° C.

      La sonde spatiale New Horizons, lancée en janvier 2006, par la NASA, fut la première sonde à visiter Pluton..Elle frolera cet astre le 14 juillet 2015, à une distance minimale de 11 095 km, après un voyage de 6,4 milliards de kilomètres.

      Sur le site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pluton, on découvre les principales caractéristiques de l'astre :



      L'image du haut montre en, bas à gauche une portion très sombre et surprenante, pour un astre gélé à mort.

       Mais de nombreux sites dont :



ont par la suite, montré des vues (sans doute retouchées à certains endroits, car on n'y voit pas comme pour Titan, les vortex lumineux polaires), d'une courte vidéo de 1'35'', de la NASA, où l'on voit des images très insolites, par rapport à celles que l'on attendait, comme par exemple, celles-ci avec très peu de givre et de neige :



       Pluton, ayant une épaisse atmosphère, voir plus haut, entre 200 et 800 km (celle de la Terre est à peine de 100 km), ce n'est vraiment pas là, un paysage noyé de matières glacières, et de neige à profusion.

       Mais, il y a aussi cette image surprenante :


       Bien que là, on voit un paysage à peine neigeux (le bord des cratères n'est pas du tout blanc), on aperçoit au-dessus, une sorte de crique à gradins, ayant de nombreux angles droits, reliés à des formes géométriques très caractérisées :


      Avec les puissants moyens informatiques qui existent actuellement, ce cratère aurait dû déjà être présenté, en 3D, afin que l'on en découvre tous les petits coins bizarres.

      On voit alors, une fois de plus, que les mots et spécimens photographiques, qui nous sont avancés par la NASA, depuis des lustres, sont très sujets à caution, et sont désormais, remis en cause, par de très nombreux sites...

      Pour comprendre cette affaire de paysage non glacé sur Pluton, il faut en déduire que la température, y est beaucoup plus élevée et finalement, il faut en revenir, aux déclarations hors normes, d'une part, du Maître Pomar, et d'autre part, des spationautes non officiels Howard Menger et George Adamski à découvrir bientôt...

        Pour expliquer plus avant, cette affaire effarante, prenons l'exemple simple suivant, en partant du simple schéma de fonctionnement, d'une loupe convergente :


     Un primitif, vivant au fin fond de l'Amazonie, qui serait déjà surpris, en voyant qu'en plein jour que l'on peut allumer un feu, avec cette simple loupe, il serait encore plus étonné, de découvrir qu'après l'arrivée de la flamme dans les brindilles de bois, que la loupe est parfaitement froide.

    Pour mieux saisir ce qui se passe vraiment, transposons alors, grossièrement, ce schéma de la loupe, au niveau de notre environnement solaire :


    Précisons alors que cette coupe diamétrale, n'est pas du tout à l'échelle, et que le complexe moléculaire et vibratoire, en forme de loupe, est en réalité une sorte de sphère, qui existe tout autour de la Terre.

     Cette analogie avec la loupe, va nous permettre à un niveau bien supérieur, de comprendre ce qui se passe du côté du Soleil.

     On sait en effet, que l'axe de l'équateur et celui de l'écliptique sont inclinés l'un sur l'autre de 23° environ et, il en résulte que le pôle n'est plus le point où la lempérature est minima. Pour mieux visualiser tout cela, empruntons à l'ouvrage "Astronomie et l'exploration spatiale", publié à Hachette Jeunesse en juillet 1985, le schéma suivant, que nous avons un peu modifié:



     Mais, ce qui est rarement expliqué dans les manuels scolaires, c'est qu'étant donné que la Terre ne décrit pas exactement un cercle autour du Soleil, mais une ellipse, on découvre alors que la distance de la Terre au Soleil est environ de 147 millions de kilomètres au mois de Janvier, et est de 152 millions de kilomètres au mois de Juillet, et autrement dit le Soleil est, paradoxalement, plus près de la Terre en hiver, qu'en été, (et le Maître Pomar va bien le spécifier, dans notre article dont l'url est cité, plus bas) de 5 millions de Km. Le site :



, nous illustre schématiquement tout cela, admirablement :


      Et on voit bien là, que la Terre, est plus proche du Soleil en hiver, qu'elle ne l'est en été.

     Dans les sphères officielles, on explique ce phénomène justement par l'inclinaison de 23,26° de l'axe de la Terre, par rapport au plan de l'écliptique, et qui fait que les rayons du Soleil sont toujours obliques, par rapport à l'axe de rotation de la Terre. Mais, pour ARTivision, cela est très discutable...


     En effet donc, si le soleil, était une boule de feu, émettant chaleur et lumière, en direction de la Terre, son action aurait certainement augmenté grandement en avançant de 5 millions de Km, de sa cible. Des maquettes à l'échelle, et des simulations informatiques, le démontreraient, sans aucun doute.


     Surprenant n'est-ce pas !!! Et, Il y a , de quoi flipper prodigieusement !!!


        Pour en savoir bien plus, vous trouverez certaines déclinaisons de tout cela, à notre article clef :


      Cette affaire hallucinante, débute dans cet article, au troisième focus, tout de suite après la présentation, du document inouï, que nous avons la très grande chance, de posséder dans nos archives, dès Mars 1973, (Il y a donc 47 ans en l'an 2020 ) :

     Du courage cher néophyte, car, , le Maitre Pomar, casse carrément la baraque, mais ARTivision, a aussi, d'autres documents pour vérifier cette affaire très saugrenue.

     A vous de juger, désormais, tout cela, en connaissance de cause... documents à l'appui.

     Mais ce 22 Février 2020, (Rappelons aussi qu'il y a 22 lettres dans l'aphabet hébreu, venu, on ne sait d'où) , il nous appartient de monter vertigineusement le niveau ésotérique, de cette affaire inouïe de soleil non brulant en parlant, tant soit peu, du livre célèbre : "Le Troisième Oeil", publié en Angleterre, dès 1955 par Lobsang Rampa :

 
 


      Cet auteur L. RAMPA, fut à l'époque très critiqué comme les spationautes non officiels, George Adamski, et Howard Menger, par des journalistes et consorts écrivains ignares du fait cosmique, que nous connaissons maintenant, En effet 1955, ces individus essentiellement matérialistes, n'avaient jamais appris que l'être humain est branché sur divers univers vibratoires,

      En effet d'après l'inité Lobsang Rampa , l'être humain, serait constitué, par exemple,, d'abord du corps physique, (seul enseigné dans nos écoles et nos uuiversités), du corps éthérique (que l'on a photgraphié autour des feuilles d'une plante - effet kirlian- tel que :


donc bien visible ici)
, et phénomène, qui débouchera, sans doute un jour,, sur la photographie de l'aura humaine, telle que nous le montre ce dessin du fourreau aurique, qui à la forme d'un œuf, et que seules les personnes sensibles; ou très entrainées, peuvent entrevoir :


Image tirée de notre article : RetourIsis.html.

    Mais, de plus, l'initié tibétain , Le Lama Lobsang Rampa, nous affirme que ce foureau aurique, (que voient certains animaux), posséde aussi des couleurs très caractérisées, comme celles d'un arc-en ciel, et chaque couleur représente un état mental ou physique de l'individu, et par exemple, l'individu qui ment, cela apparaît par une couleur spéciale de son aura. Ah si notre Justice, pouvait bénéficier de ce procédé pour connaître la vérité !!!

      Après le corps éthérique, vient le corps astral ( inconnu dans nos écoles), qui voyage pendant notre sommeil, (on dit aors que l'on rêve, à ce moment là ), et corps spécifique que l'on pourrait apprendre à diriger, pour explorer, non seulement la Terre, mais aussi, les autres planètes de notre système solaire, et même aller bien plus loin. Et ce n'est pas fini, il y a aussi d'autres corps, que nous ne pouvons développer ici, sans alourdir notre exposé.

      Tout cela pour dire, qu'il nous faut relire avec une attention toute soutenue, cet extraordinaire passage exprimé en Italie, dès l'année 1962 ( il y a donc déjà 68 ans en 2020 de cela), de l'ET nommé POMAR , et passage si bien mis en évidence dans notre incroyable article : Vision extraordinaire de l'ET Pomar sur notre Soleil, où il déclare tout de go :

       " Les vibrations radiantes projetées par le soleil dans l'espace, sont reçues par l'éther qui n'est pas le vide absolu, mais bien un ensemble d'espaces qui s'étendent de planéte à planète et qui les unissent comme le ferait une mer dont les substances éthériques agissent comme des conducteurs d'énergie."

      Reprenons donc, pour le néophyte de service, les expressions fantastiques, qui amplifièrent tout cela :

      Début de citation :

          " Disons alors, que cette notion d'éther évoquée par le Maitre Pomar, a divisé la communauté scientifique dès la fin du XIX e siècle. En effet en 1887, eu lieu la célèbre expérience de Michelson et Morley qui, a conduit les physiciens à mettre en doute l'existence de l'Éther, qui était le pensait-on le support matériel des vibrations d'une onde électromagnétique comme la lumière, ou tout au moins de son mouvement. Cela montrait aussi que la vitesse de la lumière était la même dans toutes les directions. C'est dans l'histoire de la physique l'une des plus importantes et l'une des plus célèbres expériences, qui valut à Michelson le prix Nobel en 1907. Et jusqu'à nos jours tous les scientifiques officiels, en sont restés . Voilà un fait, clair et net, que l'on croit avoir démontré, une fois pour toute.

     Mais, ces temps-ci, un scientifique ayant aussi étudié l'alchimie, Isaac Plotain, remet en cause les conclusions de cette célèbre expérience, en disant, qu'elle avait été mal orchestrée, à l'époque, et que l'éther existe bien. Voici deux ouvrages qui présentent cette histoire plutôt "éthérique" :

  

     Cela est d'ailleurs, confirmé par le groupe transcendant Soria, souvent évoqué sur ARTivision, et voici par exemple quelques propos de Soria, à ce sujet dans divers ouvrages :

     "Nous leur lançons un avertissement sérieux et espérons ne pas voir la réalisation de cette réalité qui, malheureusement, est déjà en train d'être enregistrée dans l'éther de votre planête...

     ...La chimie subtile de la rose circule dans les couches d'air, aussi bien celles de la Terre qu'autour ou dans l'éther lointain. Cette chimie véhicule des énergies fines pouvant réactiver l'ouverture d'un cœur (son chakra). Celles-ci s'infiltrent dans le réseau de la chaîne de ce chakra, glissent dans les molécules de l'air et parviennent au cœur de la plus petite parcelle de vos atomes. L'énergie de la rose demeure la nourriture la plus subtile nécessaire à l'apport de la chimie de l'Amour dont a besoin une bibliothèque intérieure.

     L'Éther est une matrice vivante, animée par des atomes.
...etc....


     Oh là..., une "matrice vivante" , les meilleurs ouvrages de Science-Fiction sont alors là, tout à fait surclassés n'est-ce pas !!

     Mais, pour clarifier encore mieux tout cela et puisque le Maitre Pomar, nous parle asssi de Mercure, voici un petit plus, à ce sujet et relatif encore à cette affaire d'éther, ignorée, on le sait, de nos scientifiques contemporains. Cette information est tirée du volet V de l'affaire Kraspédon de la revue ONDES VIVES n° 94 de Fév 1974, que nous avons vraiment aussi la grande chance, de possèder :


     Et en page 5, on trouve ceci, et chers novices, veuillez SVP bien attacher solidement votre ceinture :



     Vous avez bien lu, nous l'espérons, que la couche éthérique est de 624 000 km pour Mercure, alors qu'elle n'est que de 400 000 pour la Terre, (elle arrive donc, jusqu'à la Lune), et que la largeur de la couche d'éther d'une planète, est inversement proportionnelle à son éloignement du Soleil.

     Décidément cette Nature qu'ARTivision nomme parfois, La Source ou le Très Haut, nous surprendra toujours plus, quand on veut bien analyser son fonctionnement, dont les prémices apparaissent assurément sous-jacentes dans l'entrefilet capital suivant : .


       Ce communiqué de presse, n'est-il pas déjà, s'il en était encore besoin de le dire, une marche, vers l'avant-garde de la découverte du fait, prouvant que la Nature, n'est pas du tout un concept soumis aux tribulations d'un hasard aléatoire, comme on veut nous l'enseigner, dans nos écoles et nos universités.


        Mais il conviendrait aussi, dans le même ordre d'idée, de découvrir le super passage qui suit, et qui est tiré de l'ouvrage extraordinaire de Joseph Whitfield, ISBN 9.782880.580674, publié aux Editions Vivez Soleil en 1991, mais aux USA dès 1983 sous le titre : "The Eternel Quest" :


  

        Il importe aussi de savoir, que c'est une très forte intuition, qui nous a invité à commander ce livre, que nous avons reçu le 25/07/2012 :

    Voici donc, en page 185, le sublime passage en question :


        Comme cela est...tout à fait surprenant...n'est-ce pas !!!, et la première conclusion, que l'on peut tirer de tout cela, est que la planète Terre est un organisme qui a tous les attributs d'un être vivant comme l'homme, et en possède tous les flux vibratoires intrinsèques
"

        Fin de citation.


        Rappelons à nos braves puristes, qui aiment toujours aller au fond des choses, que le site ARTivision, dès le 8 Juin 1999, il y donc exactement déjà, 21 ans de cela en 2020, avait pressenti que le contexte du vivant, était bien plus extraordinaire, que ne sauraient l'imaginer nos meilleurs maîtres de la science-fiction : (Voir ci-dessous l'URL, de notre article clef, de l'époque), qui prouve absolument tout ce qui précède, au grand désarroi des mécréants zététiques, de toute nature :


      Cet article s'intitulait :

Intercommunications naturelles spécifiques
chez les êtres vivants, et retour
à la dimension cosmique de l'humain.

      Et cependant, des découvertes récentes, sont venues, bien sûr, confirmer cela, au-delà de toutes nos espérances :



       Reprenons maintenant, cette information hors norme du regretté France-Antilles, déjà présentée plus haut :



        On découvre alors que la sonde nommée Parker, a couté à l'époque la bagatelle d' 1,5 milliard de dollars, jointe à ce qu'a couté récemment, la sonde Spatiale européenne Solar Orbiter
, déjà présentée plus haut, et aussi d'autres sondes comme la sonde Ulysse en 1992, et donc que tout cela nous montre, que les scientifiques sont particulièrement intrigués par le comportement aberrant de notre Soleil, et qu'ils dépensent des milliards de dollars, pour en saisir le troublant fonctionnement.

       Rappelons aussi, à toutes fins utiles, pour les puristes, cet entrefilet de l'AFP du 10 Février 1992, disant que la sonde Ulysse a "frollé" la planète Jupiter, le 8 /02/92, à une vitesse d'environ 98000 Km à l'heure, soit à peu près 27,22 Km par seconde, et soit bien plus de deux fois la vitesse d'un astronaute.


Tiré, à l'époque, du site: http://tpesoleil.free.fr/partie_1_a.htm


     Le 22/11/06, en fouillant dans nos archives pour trouver un document égaré, nous sommes tombés très opportunément, sur le n° 266 de la revue Ciel&Espace de Février 1992, où nous avons découvert un remarquable article de Mr Guillaume Cannat, qui nous a fait beaucoup plaisir.

En voici le titre :


     Cette sonde enropéenne qui a quitté la Terre le 6/10/90 à bord de la navette Discovery, va survoler Jupiter à partir du 8 Février 1992 pour profiter du champ gravitationnel de la planète pour bifurquer hors du plan l'écliptique où circulent les planètes de notre système. Puis Ulysse foncera vers le Soleil et réussira ainsi à survoler ses deux pôles, et faire de nombreuses mesures du vent solaire et de son champ magnétique. Le magnifique schéma suivant, nous explique cette super "Odyssée d'Ulysse" :


       Tout cela, n'a donc pas suffi pour que nos savants puissent dire : "Le Soleil, on connait bien, voyons..."

      A vous de juger donc tout cela, documents tangibles à l'appui, ...et à bon entendeur salut !

       A suivre... Fred IDYLLE.

    Article mis en page le 13/02/2020, et revu le 16/02/2020, et revu le 19/02/2020, et revu le 22/02/2020, et revu le 23/02/2020.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil