Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web
strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas

Pour connaitre le code des couleurs, prière d'aller, SVP, à :
Avant-propos.html




Quand, ARTivision fait le Buzz, qui correspond à deux autres preuves irrécusables, faisant état de l'incroyable expédition High Jump du vice amiral Byrd, au Pôle Sud de la Planète....


     Cet article est la suite directe de la page :



      Et le site ARTivision ajoute, qu'Apollo 8, fut en fait, le premier témoignage de cette fumisterie d'affaire, et toutes les autres missions "Apollo", sont à mettre, dans le même sac.

      Notons bien alors, maintenant, que ce 3 e focus, pourtant irréfragable, est resté totalement inaperçu dans les colonnes des revues d'astronomie et consorts analogues... bien qu'il soit extrait depuis des lustres (28/12/2003 et il y a donc déjà 17 ans en 2020), d'un ouvrage très sérieux, et nous demandons ici, une fois encore, à tous astronomes, astrophysiciens et consorts cosmologistes affiliés, conscients de l'importance colossale de cette affaire, tout à fait claire  et
 nette , (donc dénuée de toute entourloupe), de nous dire au moins deux petits mots, sur cette affaire Jastrow car il n'est plus temps, selon nous bien sûr, de se voiler la face devant cette irréffutable dossier.

       En effet ce dossier, on ne peut en douter, mettra très mal à l'aise nos irréductibles intellectuels zététiques, blasés du système culturel actuel qui part, (on le voit bien), à la dérive. Ils n'hésiteront, pas bien sur, à sortir leurinsignifiante et habituelle affaire de parhélie, synonyme de l'illusion d'optique.

       Mais ARTivision, a désormais le moyen de les pousser dans leurs derniers bastions que le Web, se fera un plaisir de pulvériser en sortant les modèles en 3 D correspondants ...

       Disons alors, que pour résumer cette affaire extraordinaire, elle consiste en la découverte faite tout à fait par hasard par le Webmaster du site ARTivision, d'artefacts très structurés, dans le cratère Rutherford, de la Lune, sur un bord du grand Clavius...

      Toute cette affaire a démarré, vers la fin de l'année 2001, quand le Webmaster du site ARTivision, (site on le sait, en priorité artistique), découvre dans sa bibliothèque, ( Merci une fois encore à Super Hasard), un ouvrage de vulgarisation en astronomie où apparaissent, dans le cratère Rutherford, de la Lune, des structures tout à fait insolites, visibles à l'œil nu, et structures qui ont été neutralisées, sur toutes les autres photos de la NASA. (et en cherchant bien un peu, on trouverait certainement beaucoup d'autres structures de même nature. Bravo à l'infographiste curieux qui les découvrira).

     Cet ouvrage, que nous possédons dès l'année 1973, porte le titre "Des Astres, de la vie et des Hommes", de l'astrophysicien américain Robert Jastrow, ( 7 Sept 1925 - 8 Février 2008), et publié en 1972 par les Editions du Seuil à Paris, sises à l'époque au 27, rue Jacob, Paris 6e :

  

     Et à la page 86, de cet ouvrage, on découvre cette image :


     Et si nous agrandissons, la partie encadrée, on obtient en page 87:


     Mais voyons cela de plus près :


     Jetons maintenant un rapide coup d'oeil sur le grand cratère Clavius, où nous apercevons une étrange configuration dans le petit cratère Rutherford (61 ° S, 9 ° W).

      Et voici maintenant un agrandissement de la zone cerclée de rouge :

  


     Selon nous bien sûr, on y découvre, une profusion des formes géométriques spéciales, avec de nombreux blocs à bords parallèles et à angles droits. Tout cela ne laisse, aucun doute, sur le caractère artificiel des structures que l'on y voit, et cependant Mr Jastrow, n'y fait nullement allusion dans son ouvrage, et c'est , pour un quidam bien candide, vraiment, fourrer la tête sous le sable, comme l'autruche, pour n'y voir que des formes naturelles...

     Cet ouvrage qui est paru en anglais dès 1967, est très connu dans les milieux de l'Astronomie anglosaxone, sous le titre "Red Giants and White Dwarfs", de Robert JASTROW, chez Harper and Row Publishers incorporeted, à l'époque situé à : 49 East 33rd Street New York N.Y. 10016 .

      Nous avons le privilège de possèder la 3 ème édition de 1969, en version de poche, publiée par The New American library (Signet Science book Y4741) et dont voici les deux couvertures:

   


     En page 109, on trouve alors bien sûr, la même image, et en l'agrandissant, on a :


     La flèche rouge nous indique que le complexe très structuré de Rutherford, est toujours là. et on y voit bien une sorte d'obélisque surélévé sur une plateforme carrée. On y voit aussi cette sorte d'arche gigantesque en suspension sur du vide, puisque son ombre, apparaît en-dessous de son extrémité comme l'indique la flèche bleue. Notons toujours à droite de cette arche, de nombreux blocs à bords parallèles ou orthogonaux .

     Surprenant n'est-ce pas...que tout cela !!!

     Nous avons même poussé l'audace, à commander la version plus récente de 1990, du livre de Robert Jastrow, et aussi intitulé "Red Giants and White Dwarfs", considéralement agrémenté d'images nouvelles dont plusieurs en couleurs (le cratère Rutherford y est aussi ignoré totalement), pourtant, il y figure telle que :

  


      Et, en page 119, on y trouve aussi ceci, de déjà vu :



     La photo ci-dessus est de l'observatoire du Mont Wilson, et devrait remonter à plus de 50 ans, à l'époque, on le sait, où personne ne se préoccupait de traces d'extraterrestres sur la Lune...

     Le négatif de cette photo, doit bien dormir quelque part dans les dossiers de Mr Robert Jastrow, et il faut absolument le retrouver. Mais hélas, ce Mr est décédé en Février 2008, et c'est surtout lui, qui aurait pu nous dire, où avait été archivé, ce négatif.

          C'est alors que, nous avons ensuite eu l'idée de demander notre ami londonien Eric Barkian de se charger de contacter l'Editeur américain Harper and Row pour savoir s'il avait gardé par chance, une copie de ce très précieux négatif :

   Voici la missive que nous avons reçue de lui :

----- Original Message -----
From: Eric Barkian
To: fred.idylle
Sent: Monday, February 28, 2005 12:49 PM
Subject: Echos de mes recherches "Red Giants and White Dwarfs"

Cher Fred,

   Vous m'avez contacté, le mois dernier, afin de vous aider à retrouver le négatif d'une photo publiée en 1971 dans l'ouvrage "Red Giants and White Dwarfs" de Robert Jastrow aux Editions Harper and Row.

   Mes recherches se sont vite orientées vers le groupe d'Edition Harper Collins auquel j'envoyai une requête et qui m'informait, quelques jours plus tard que le groupe n'était plus propriétaire des droits d'auteurs et n'avaient donc plus le document en question en leur possession. Il m'était précisé que puisque le livre n'était plus publié, il était très improbable que le négatif existe encore et m'était suggéré de contacter le cabinet Greenbaum, Wolff & Ernst, à New york, spécialisé dans les transactions de droits intellectuels.

Mes investigations m'apprenaient que ce cabinet n'existait plus.

   Il me restait, comme vous l'aviez vous même suggéré, à explorer une derniere piste: contacter l'observatoire qui avait pris la photo, celui du Mont Wilson.

   Apres une rapide visite sur leur site, je leur addressai un e-mail pour leur faire part de mes recherches.

   L'observatoire me conseillait de prendre contact avec L'observatoire de l'Institution Carnegie de Washington qui mettait un point final à ma recherche en m'informant que l'Institution n'avait plus de copie du négatif en question et qu'il était improbable que celui-ci existe encore.

   A bientot donc.
Eric.


   Comme vous le voyez, chers puristes le Maître Temps
, a fait son œuvre, et il fallait hélas penser à tout cela plus tôt, surtout si l'on avait les moyens, comme certains éditorialistes et groupes médiatiques, qui ont pignon sur rue dans cette socièté. Mais ils préferaient à l'èpoque fuir les reportages, conduisant à la découverte d'une dimension plus cosmique de notre humanité.

        En voici un exemple, parmi tant d'autres :

   En effet, plusieurs Chaînes de Télévision, n'ont-elles pas, il y a quelques temps, dépêché juqu'aux USA, des "super envoyés spéciaux", pour retrouver les méfaits d'un habile escroc qui a grugé de nombreuses personnalités importantes du Show Business, comme s'il n'y a avait rien mieux à faire que d'encourager d'autres escros, à agir davantage, encore dans le même sens, pour faire ensuite, la Une des journaux à sensation, bien que l'on sache que ce genre d'émission pourrait très modestement, servir aussi à avertir les gens encore crédules qui ont pourtant déjà été mis en garde par la presse et la radio ? Mais n'y a-t-il pas, n'est-ce pas, bien plus de sujets importants, à monter en épingle, que cette affaire d'escroc, dans ces temps difficiles de la planète ? A vous de juger !


      Donc, Messieurs, les journalistes, les astronomes et consorts écrivains, et autres bibliothécaires, qui ont eu en main le livre de Jastrow en question et qui n'ont absolument rien vu concernant ces structures fantastiques de ce petit cratère Rutherford, placé on le sait, à la page 87 du livre en français, peuvent faire leur mea culpa, en découvrant la superbe phrase de Lionel Hubert dans son ouvrage : "les phénomènes Psi", aux Editions F. Lanore, Avril 83, page 61 :


"Ce n'est pas la lumière qui manque... mais, c'est le désir de voir, qui fait défaut"

     Mais, comme il n'est jamais bon d'avoir un seul son de cloche (bien que cette fois notre cratère Rutherford apparait ici, dans 3 ouvrages de 3 éditions différentes, que nous possédons), nous devons, une,fois encore, remercier vivement Super Hasard, pour nous avoir permis de mettre la main, sur une autre image du cratère Rutherford, ne venant pas de la NASA...

     En effet, en feuilletant, un jour, la revue, Science&Vie d'Avril 1964, (qui possède auss un extraordinaire aricle sur des etranges lureurs sur la Lune), et dont voici pour les puriste la couverture :


     En arrivant alors, jusqu'à la page 69 de cette revue, devenue incontournable pour ARTivision, nous sommes tombés à la renverse, en y découvrant une photo, pas très superbe, il est vrai, mais assez significative, de, devinez de quoi...

du cratère Rutherford, et qui de fait, est tel que :


      Un spécialiste pourra dire un jour, si cette image a été retouchée ou pas. Nous n'en avons pas la capacité. Cependant faisons une petite comparaison, et voilà ce que cela donne :



      Il y a beaucoup de concordances entre ces deux photos n'est-ce pas !!!

     Peut-être aussi qu'un aimable internaute parlant l'anglais couramment, pourrait-il obtenir une autre photo de Rutherford, d'un autre observatoire astronomique (par exemple celui du télescope terrestre Keck du Mont Mauna Kea, à Hawaii. Nous avons écrit pour cela le 5 Mars 2009, par envoi postal, à l'Observatoire en question, et nous n'avons jusqu'à ce jour, reçu aucune reponse, Voir les pages en question placées à :


         Peut-être chers puristes, que vous aurez plus de chance que nous, en écrivant au
Grand Télescope des Canaries, GTC) . Mais nous, nous refusons évidemment toute photo venant de la NASA, surtout par la sonde Clémentine.

         C'est alors qu'intervient, notre ami passionné des choses de l'espace, José Frendelvel...

    Le ">20/02/02 nous avons reçu de l'ami José le message suivant :

="#2F4F4F"> ----- Original Message -----
From:José F.
To Fred Idylle
Sent: Wednesday, February 20, 2002 1:18 PM
Subject: Re: revelations à Clavius

Cher Fred

    J'ai pris le temps de regarder de plus près cette zone lunaire car l'impression d'une colonne est en effet assez saisissante. Toutefois cette colonne au centre du cratère Rutherford devrait alors des dimensions gigantesques puisque le cratère Rotherford fait 48 km de diamètre.
  Voici la zone des cratères Clavius et Rutherford vue par la sonde Lunar Orbiter 4 en 1967 (4-130-h3.jpg).

   

   Cette photo correspond à peu près à la zone encadrée de la seconde image. Clavius est le grand cratère, tandis que Rutherford est le petit cratère interne cerclée en rouge pointillé.
  La forme de colonne est déjà nettement moins évidente.
  Alors que la photo de Lunar Orbiter est prise pratiquement à la verticale du lieu, celle du Mont Wilson est prise très en biais. Par conséquent s'il y avait une immense colonne  au centre de Rutherford, elle ne devrait pas apparaître dirigée vers le haut, mais vers le bas-gauche.
     Voici maintenant des photos de la sonde Clémentine en 1994.
    Le cratère Rutherford est toujours encerclé en rouge.

 


   Il semble donc à priori que cette "colonne"soit due à un effet d'ombre.
  Par ailleurs c'est en explorant ainsi piste après piste que l'on finira par trouver quelque chose.
  Bien cordialement.
..........
     Revoyons alors les images de Rutherford vues par Clémentine de José Frendelvel :

 


     A moins que cela soit dû à un jeu de lumières parasites, qui annulle tout relief notable, nous voyons clairement que ces deux photos de Rutherford sont totalement différentes de celle de Jastrow vue plus haut.

     Le vendredi 3 Octobre 2014, nous avons reçu de notre amie très vigilante Aurélia (http://www.unepetitelumierepourchacun.com ), les photo de Rutherford prise à l'époque par Clémentine, et aussi par la sonde lunaire LRO :

   

    Puis concernant la sonde lunaire LRO :

   

     Jamais on ne voit le pilier central et surtout la fameuse arche, si bien caractérisée .

     Cela n'a rien à voir, n'est-ce pas avec la photo de Clémentine. Voyez plutôt :

     


     A vous de juger ces étranges différences, de formes et de structures de ces deux images.

    Nous avons alors, encore ici, une preuve absolue, que l'on se moque majestueusement, de nous.

     Alors, pensez-vous que la NASA soit encore crédible ?

   Bravo donc à l'ami josé Frandelvel, pour les informations précieuses et rapides qu'il nous apporte sur le cratère Clavius et son petit voisin Rutherford.. C'est là que l'on voit combien l'internet est un précieux média.

   En ce qui concerne les images transmises, nous constatons d'une part que l'image de Luna orbiter 4, tout en montrant un pilier bien moins structuré que celui du Mont Wilson, présente juste à sa gauche une forme très en relief en W évasé, tandis que l'image de sonde Clémentine, où la résolution est plus grande, ne nous montre plus du tout ce W et de plus le pilier est devenu comme par enchantement une colline aux formes bien arrondies.

     D'autre part, nous avons découvert comme par hasard le 22/02/02, une autre photo de Clavius  prise par un télescope de 305 mm Schmidt-Cassegrain:

    Bien que l'intérieur de Rutherford, soit malheureusement dans l'ombre, le bout de la flèche fait apparaître cependant une structure bizarre, jointe à une flèche pointue, qui ne semble pas être du tout apparente, sur les photos de la sonde Clémentine. Sans doute, nous dira-t-on que, c'est encore un effet d'optique qui nous cache la structure en question :

         Notez bien aussi que les dirigeants du fameux télescope Hubble, ne nous ont jamais officiellement, présenté une seule petite photo de Rutherford. Si vous en trouvez une dans un petit coin ne nous oubliez pas Messieurs les journalistes curieux d' ARTE ...

A vous de juger.

         Mais voici un petit plus significatif tiré du site : http://www.astrosurf.com/iluj/5%20fevrier%202012.html

          Pas besoin de sortir de Polytechnique pour voir que là encore, le cratère Rutherford a été caviardé à souhait, et mesurons en mm, les deux cratères Clavius et Rutherford :


      Comme les résultats dépendent de l'agrandissement choisi, les mm sont remplacés par un petit u.

Sur le site :


, on decouvre, le diamètre de Clavius et de Rutherford :

      On voit ainsi que, selon la prise de nos mesures le cratère Clavius messure 225 km de large, notre Rutherford mesurerait alors : (225X26)/110= 53,1818, et avec l'imprécision de nos mesures, nous arrondissons volontier à 53 km, bien que le site en question, nous donne pour Rutherfurd (en anglais) : 75 km.

     Avec nos mesures approximatives, nous en déduisons alors, pour l'arche qui donne 5 mm sur notre image imprimée, et Rutherford 15 mm : (53 x 5 )/ 15 = 17, 66 soit arrondi à 17 km, pour l'arche en question ...


     Donc en conclusion, cette arche est bien gigantesque, et ce ne sont pas de minus entrepreneurs, qui l'ont érigée... n'est-ce pas !!!

           En terminant, nous avons une petite pensée pour le regretté de Stanley Kubrick dont l'admirable film "2001 L'odysée de L'espace" nous a fait rêver en son temps. Or le scénario de ce film est d' Arthur C. Clarke (membre de l'Académie Astronautique, inventeur des satellites artificiels, prix kalinga de vulgarisation) qui avait imaginé, comme par hasard, que c'était justement dans le cratère Clavius (qui contient Rutherford) que l'on avait découvert un monolithe en forme de parallélépipède, signe du passage sur la Lune, d'une civilisation très avancée. L'auteur a pourtant choisi, ce cratère parmi des milliers d'autres. Comme le hasard fait bien les choses, ne trouvez-vous pas?

        Finalement tout ce qui précède, montre de manière irréfutable, que certaines photos des télescopes, et celles de sondes spatiales, sont trafiquées à souhait, pour les rendre totalement naturelles et les vrais conspirationnistes sont ceux qui manipulent ces photos de la Lune pour que l'on ne sache pas que nous ne sommes que des minables, mesquins, minus (les 3 m ), vis à vis d'êtres très évolués qui pourraient comme dans les temps anciens, nous aider si l'on n'était pas devenus de belliqueux va-t-en-guerre, sous la férule des dirigeants assoiffés d'or maudit, et de gloire éphémère, de nos communautés à la dérive.

      Disons aussi ici, que si l'astrophysicien américain Robert Jastrow, n'a jamais fait allusion dans les 3 ouvrages signalés plus haut, aux diverses structures insolites du cratère Rutherford, c'est pour une raison bien précise, car selon nous, il a dû certainement découvrir cela, en choisissant très scrupuleusement, les images à paraître dans son ouvrage.

      Cependant, il ne pouvait en parler à l'époque, où il n'était pas du tout très prudent pour un astronome d'évoquer, la présence d'extraterrestres, autour de nous. Il a donc, si l'on peut le dire ainsi, jeter en douce "une bouteille à la mer", et c'est ARTivision, qui l'a très heureusement récupérée. Point barre...


    Mais, le site ARTivision, n'est pas resté inactif à ce sujet, car d'abord nous avons contacté le 30/06/2003, les Editions du Seuil à Paris, sises à l'époque au 27, rue Jacob, Paris 6e, éditeurs en 1972 en français du livre, de Robert Jastrow, et nous avons hélas, fait chou blanc, car les responsables de cette maison, n'ont pas su nous dire, où se trouvait actuellement, ce précieux négatif, et pourtant notre missive possédait une très haute priorité, et nous avions bien précisé que notre recherche était de la plus haute importance. Cependant, ils n'ont même pas été capables de nous fournir l'adresse, (qu'ils ont obligatoirement connue), de l'éditeur américain du livre qu'ils ont traduit.

      Ces responsables de la Maison en question, et les bien-pensants blasés actuels (astronomes, astrophysiciens et consorts chroniqueurs des choses de l'espace, qui ont eu en mains l'ouvrage en question ), et qui n'ont pas reconnu, cette admirable "bouteille à la mer", de Mr Robert Jastrow, ont donc lamentablement loupé le coche, que le site ARTivision, avait conduit juste devant leur porte, et, ils s'en mordront bientôt les doigts jusqu'à l'os, car le Temps du Grand Déballage est arrivé, et ils ne pourront même pas prendre le train en marche, et l'on sait déjà pourquoi !

          Bravo tout de même, par anticipation donc, aux intrépides internautes infographistes, qui réussiront avec leurs puissants ordinateurs et avec les logiciels appropriés, à reconstituer en 3 D, la sublime une bouteille à la mer en question :


du très vigilant astrophysicien américain Robert Jastrow...

        Mais ce 02 Mars 2020, poursuivons les extraordinaires révélations de l'initié tibétain, le Lama Lobsang Rampa, qui dans son fameux "Le Troisième Oeil", nous dit ce qui suit, dans son chapitre 8 intitulé "Le Potala" :

       "On pensera peut-être que sans vitre, ni longues-vue, ni miroir, le Tibet devait être un drôle de pays, mais notre peuple n'avait pas envie de ce genre de chose. De même ne voulions-nous pas de roue. Les roues servent la vitesse et la prétendue civilisation. (Note du Webmaster: Voir à ce sujet, notre article : Fouvolant.html), Nous avions compris depuis longtemps que la vie dans le monde des affaires est trop précipitée pour laisser le temps de s'occuper des choses de l'esprit. Notre monde physique s'était transformé avec lenteur pour que nos connaissances ésotériques puissent grandir et se développer. Depuis des milliers d'années, nous avons percé les secrets de la clairvoyance, de la télépathie et des autres branches de la métaphysique

      Il est tout à fait exact que de nombreux lamas sont capables de s'asseoir nus dans la neige et de la faire fondre par la seule puissance de leur pensée, mais ce ne sera jamais pour distraire les amateurs de sensations fortes. Des lamas qui sont des maîtres de l'occultisme, peuvent vraiment se soulever par lévitation, mais ils ne se servent jamais de leurs pouvoirs pour amuser un public plus ou moins naïf. Un maître, au Tibet, s'assure toujours que son élève est moralement digne de connaître de tels secrets. Comme il doit être absolument certain de l'intégrité morale de son élève, les pouvoirs métaphysiques ne sont jamais galvaudés, car ils ne sont confiés qu'aux gens qui en sont dignes. Ces pouvoirs n'ont absolument rien de magique, ils résultent simplement de l'application de certaines lois naturelles.

      Dur Dur... n'est-ce pas !!!, cette sévère diatribe contre notre prétendue culture matérialiste, que vantent si bien, nos technocrates toujours plus endurcis...

      Avouez cependant, Messieurs, les psychologues, psychiatres, sociologues, ethnologues ...etc... et consorts intellectuels bien-pensants blasés actuels, qu'il fallait cependant déjà, en 1955, (à l'epoque, où justement le sieur George Adamski racontait ses aventures spatiales non officielles) être super gonflé, pour sortir une telle diatribe sur notre société.

       Mais le temps des révélations est bien arrivé, et l'url très moderne suivant, nous le laisse entendre très ouvertement :

----- Original Message -----
From: Daniel Durieux
To: Fred Idylle
Sent: Thursday, February 27, 2020 10:31 PM
Subject: La technologie est un poison

https://messagescelestes.ca/la-technologie-est-un-poison/

https://ducielalaterre.org/les-grandes-transformations-arrivent/fr/

Canalisé par Monique Mathieu


      Tout cela nous fait comprendre que la connaissance humaine est cyclique, dans son développement didactif, et, il n'est pas besoin d'être un docteur en Philosophie, pour savoir, que chacun situe son appréhension des choses et ses priorités, en fonction de son niveau culturel, et de ses préocupations immédiates. Cependant, il arrive souvent que quelques temps plus tard, (pour les textes de l'Ancien Testament, par exemple, il faudra attendre des siècles pour en comprendre la substance première ancrée en partie, sur la Lune et dans les environs ), ces préoccupations se révèlent n'avoir été que
des futilités, qui n'apportaient rien, à la compréhension de notre environnement, et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète en, grande évolution...

      Allez voici chers puristes, un petit plus pour la route du Grand Lama, toujours du chapitre 8 :

       " Au Tibet, certains ont besoin de compagnie pour se perfectionner, tandis que d'autres doivent se retirer du monde. Ceux-là gagnent des lamaseries éloignées où ils vivent dans une cellule d'ermite, une petite chambre, bâtie dans la plupart des cas à flanc de montagne (Note du Webmaster: C'est, bien sûr, pour eux, un moyen d'atteindre leur bonheur). Les murs de pierre sont épais - leur épaisseur atteint parfois deux mètres -- pour qu'aucun bruit ne puisse y pénétrer. Quand l'ermite a décidé d'y faire retraite, l'entrée est murée. C'est dans cette boîte de pierre vide qu'il va vivre seul, sans lumière, sans meubles, sans rien. Une fois par jour, il reçoit de la nourriture par une trappe, par où ne passent ni lumière ni son. Son premier séjour dure trois ans, trois mois et trois jours, pendant lesquels il médite sur la nature de la vie et sur celle de l'homme. Son corps physique ne doit quitter la cellule sous aucun prétexte. Un mois avant la fin de sa réclusion, le toit est percé d'un trou minuscule qui laisse entrer un faible rayon de lumière. Ce trou est ensuite élargi progressivement pour que les yeux de l'ermite se réaccoutument à la lueur du jour. Sinon, il deviendrait aveugle dès sa sortie de la cellule. Il arrive très souvent qu'après quelques semaines à peine dans le monde, ces ermites regagnent leur retraite où ils restent jusqu'à leur mort. Une pareille vie n'est ni stérile ni inutile comme on pourrait le penser. L'homme est un esprit, une créature d'un autre monde; une fois libéré des liens de la chair, il peut parcourir l'univers et se rendre utile par l'intermédiaire de ses pensées.Les pensées, comme nous le savons très bien au Tibet, sont des ondes d'énergie. La matière est de l'énergie condensée (Note du Webmaster: Einstein l'a bien démontré n'est-ce pas !). Une pensée, soigneusement dirigée et partiellement condensée, peut déplacer un objet (Note du webmaster: C'est ce que l'on appelle la Psychométrie plutôt difficile à accepter par les rationalistes endurcis, qui n'y voient évidemment que truquages). Dirigée différemment elle peut aboutir à la télépathie qui permet de faire faire à une personne éloignée, une action déterminée. Pourquoi serait-il si difficile de me croire, alors que tout le monde trouve normal qu'un homme muni d'un microphone puisse diriger l'atterrissage d'un avion malgré le brouillard épais et la visibilité nulle ? Avec un peu d'entraînement, et à condition de n'être pas sceptique, l'homme pourrait diriger ces atterrissages par télépathie, au lieu d'utiliser une machine qui n'est pas infaillible. (Note du Webmaster: dur-dur, n'est-ce pas ? Sans doute une chose qui existera dans quelques centaines d'années. On sait aussi que certains Aliens, qui se sont crashés sur Terre, commandaient leurs vaisseaux, avec un bandeau autour de leur tête).

    Mon éducation ésotérique ne comporta pas de longue réclusion dans une obscurité complète. Elle se fit par une autre méthode qui n'est pas à la portée de la plupart de ceux qui ont une vocation d'ermite. Je suivis un entraînement conçu en fonction d'un objectif bien déterminé et cela sur ordre exprès du Dalaï Lama. On m'instruisit selon une méthode particulière et aussi par hypnotisme, toutes choses qui ne peuvent être discutées dans un livre comme celui-ci. Qu'il me suffise de dire que je reçus plus d'éclaircissements que la moyenne des ermites n'en obtient au cours d'une très longue vie... "


       Au chapitre X, intitulé "croyances tibétaines", on trouve aussi ce passage extraordinaire pour l'époque :

       " Nous croyons que la vie nous est donnée maintes et maintes fois . Mais pas seulement sur Terre. Il existe des millions de mondes et nous savons qu'ils sont habités pour la plupart. Leurs habitants peuvent être très différents des êtres que nous connaissons et ils est possible qu'ils nous soient supérieurs. Que l'homme représente le point le plus avancé et le plus noble de l'évolution est une opinion que nous n'avons jamais partagée J'ai vu au Tibet des textes où il est question d'étranges machines volantes, appelées généralement "chars des Dieux". Le Lama Mingyar Dondup m'a raconté qu'un groupe de lamas étant entré en communication télépathique avec ces "dieux", ceux-ci avaient dit qu'ils surveillaient la terre, sans doute comme les hommes observent les animaux sauvages et dangereux d'un zoo. (Note du Webmaster: Rappelons que ceci a été écrit en 1955, alors que l'on croyait fermement que seule la Terre était habitée dans le système solaire et que l'homme en était le plus beau fleuron et beaucoup le croit encore, malgré la découverte de pyramides sur Mars : Voir les artefacts suivants ci-dessous :


que l'on a cherché, à camoufler par toutes sortes de magouilles
).


      En effet, voici une revue ancienne, (Sciences et Avenir n° 108 de Février 1956), que nous avons la grande chance de posséder :



et revue qui, a justement publié à l'époque, un article remarquable intitulé :


      Mais, voici le texte en question :



    Cette image, nous montre d'abord, la calotte polaire de Mars qui brille d'une manière surprenante, alors que la zone tout autour, est encore dans le noir.

         Faisons alors ici, une petite digression très utile :

          Comme vous le voyez, ci-dessus, un astronome bien connu de l'époque, (il y a déjà 64 ans en 2020), nommé Arthur Eddington, (il est certainement décédé actuellement), n'avait pas hésité à écrire, (hélas on ne dit pas où) :

"qu'il croyait assez volontiers que notre humanité pouvait être la seule à contempler les beautés de l'Univers".

        Cette idée prévalait assurément, au début du XXe siècle, avant la première guerre mondiale, mais cependant dans les années 50, il fallait tout de même, une sacrée dose d'arrogance, pour en arriver à cette conclusion, n'est-ce pas !!!

       Pourtant cette idée est à l'origine de l'orgueil démesuré, qui caractérise l'action des dirigeants et autres pontifes culturels de notre société à la dérive, ou actuellement, la vie humaine est devenue une quantité négligeable...


       On sait d'ailleurs qu'actuellement, il est préférable de ne pas évoquer dans une conversation courante, la notion de visiteurs extraterrestres, sans susciter chez nos protagonistes scientifiques ou autres intellectuels officiels, des sourires narquois caractérisés.

      Selon nous, c'est le simple fait d'avoir peur de l'inconnu ( fait mis en exergue par nos livres et films extravagants contemporains), qui suscite cette attitude stupide que Lobsang Rampa avait disqualifié, on le sait bien, dès 1955.

    On reste donc confondu, devant l'audace de tels propos qui devraient nous donner une sacrée leçon de modestie et qui depuis l'époque où ils ont été écrits, auraient pu sauver des milliers de vies humaines, en modérant nos actions, et cela évidemment chez ceux qui en auraient cru le bien fondé, après avoir comme nous apprécié fabuleusement, la lecture de ce " Troisième œil" du Grand Lama.


       Fin de la digression.

      Mais ce 5 Mars 2020, compte-tenu des extraordinaires révélations qui précèdent, le Webmaster du site ARTivision, a épluché les textes et les images du Net, pour trouver des traces tangibles du passage sur Terre, des dieux en question, et dont voici quelques motifs, qu'il a pu rassembler :


      Mais comme on le sait, les contortionnistes psychiques culturels officiels de l'histoire humaine, nous diront vite fait, que ces silhouettes ressemblant, à des astronautes, ne représentent que des éléments de cérémonies rituelles religieuses...

      Mais, cependant ces contortionnistes intellectuels, éviteront le plus possible de faire un débat télévisuel, concernant les énormes blocs mégalitiques, qui parsèment la planète, et dont ils n'ont pas la moindre explication, sur la taille, l'agencement, et le transport, de ces gigantesques blocs, dont voici, un représentant célèbre :


      Il s'agit de la phénoménale pierre "Hadjar el Gouble" située à Baalbek au Liban de 22,73 m de long - 4,55 m de large - 4,68 m de haut - Masse : environ 1200 tonnes. Nos moyens modernes, n'est-ce pas !!!, auraient un mal fou, à découper dans une carrière, et à transporter avec une machine, un tel bloc...


      Ce bloc, était sans doute, destiné à compléter ce complexe :

  
La Terrasse de Baalbek d'après une vidéo d'Erich Von Daniken.

     On trouve aussi cette boule de 12 tonnes, que montre notre page d'accueil, et qui est attentivement analysée, par le Dr Stirling et sa femme :



       Mais, si vous voulez en voir plus, analysez donc avec le Dr Smith, cette magnifique courbure, d'une autre boule :



       Là non plus, on ne pourra pas nous dire, que se sont des artistes bricoleurs, qui ont réalisé ces boules si parfaites, avec les outils primitifs qui sont supposés, d'après nos universités, exister à l'époque,

      On trouve ces boules bien pleines, parfois au milieu de la jungle, sur de hautes montagnes, dans les deltas des fleuves et elles sont dispersées çà et là . Leur diamètre nous dit-on va de quelques centimètres, à près de 3 mètres. (Actuellement la boule la plus lourde qu'on ait déterrée parait-il, pèse environ30 tonnes, d'après la page 303 du livre de Gérard DEMARCQ : Les PARATERRESTRES Editions RAMUEL Juin 1997. Merci mille fois déjà, à l'internaute béni, qui nous fournira, une photo de cette boule.)

      Il en est de même, pour cette architecture fabuleuse, où les mentors des Universités, n'ont en effet jamais pu fournir une seule explication pleine de discernement logique, concernant la taille et le transport des énormes pierres, et la construction des murs trouvés en Amérique du Sud, tel que :


     La pierre placée derrière, la jeune femme (placée là, uniquement pour donner l'échelle et qui elle, fait environ 1,60 de haut) , mesure à peu près 5 m de large, et bien que l'on ne connaisse pas ici la profondeur, elle pourrait peser, plus de trois cents tonnes. Elle est, on le voit, formée de 11 angles d'ajustement. Comment a-t-on pu, non seulement déplacer un tel bloc, mais en plus le tailler et le polir de telle sorte qu'il s'ajuste si parfaitement (et sans aucun ciment), avec les 7 autres blocs voisins, si bien que l'on ne puisse pas glisser, une lame de rasoir, dans les jointures ? Les Incas n'avaient pas des burins en acier, et même s'ils en avaient, cette perfection est tout simplement époustouflante. Nos pontifes de la culture contemporaine, se fourrent le doigt dans l'œil, jusqu'au coude, en voulant expliquer, cette réalisation architecturale insolite, par l'utilisation de burins de pierre de granit et autres stupidités de même nature.

     D'ailleurs, c'est le silence de la tombe qui accompagne, on le sait, depuis le 28/08/1998, (Voir notre acticle : match.html), leur explication de la présence sur la face cachée de la Lune, de cet artefact gigantesque, dont voici deux agrandissements élémentaires :


     Mais pour les puristes que cette affaire passionnent, prière de lire aussi, à toutes fins utiles ce qui suit, et qui nous vient du Collectif Soria formé (nous l'avons déjà exprimé de nombreuses fois), de 4520 entités cosmiques, (et collectif en qui nous avons toute confiance) :

     "...Ici, je vais profiter de l'occasion qui m'est offerte pour vous dire ceci : "Tous vos dieux et déesses mythologiques furent des visiteurs de l'espace en mission temporaire sur votre sol." Leur histoire demeure encore vivante dans vos livres en ce qui a trait à leurs manifestations passées. Votre mémoire présente range ces existences anciennes dans une catégorie que vous appelez ironiquement mythe. Si votre mémoire ancestrale conserve le souvenir plus précis >de ces dieux et déesses, elle n'a pas retenu tous les êtres vivant autour d'eux et en provenance des mêmes étoiles. Chaque grande épopée accompagnant les humanités a vu atterrir les vaisseaux voyageurs que vous désignez actuellement par le mot ovnis....

     À ce sujet, il y a fort longtemps que votre Terre n'accueille plus de visiteurs de l'espace consciemment et en instituant des échanges. Vous vous apprêtez toutefois â renouer avec une de ces époques. Les précédentes ont d'abord connu une phase d'essor entre les intéressés, puis une autre de dissension entraînant enfin un repli des visiteurs stellaires. Le dernier repli fut à l'origine de la décision de la pose des cercles d'isolement. Le départ de chaque vague de visiteurs a aussi entraîné une période de décadence de l'humanité résidente. Sur l'Atlantide, ce fut l'amorce de la disparition physique de cette portion de terre et de la décision d'une partie de ses habitants d'entrer dans les entrailles de cette planète. La dernière civilisation à adopter la même attitude fut, du temps de l'Égypte, au faîte de son histoire. Actuellement, vous n'en étudiez que la phase décadente ; les pharaons installés dans l'aisance des communications et des échanges entre le ciel et la Terre n'ont pas laissé de traces.....etc... "

Extrait des pages 185 et 186 de Voyage tome III aux Editions Ariane, premier trimestre 2002.

     C'est pour cela, avec preuve à l'appui, que le site ARTivision, propose une explication hors normes, qui consiste à faire intervenir pour cette construction des Maîtres visiteurs venus du Cosmos, comme ces Ummites, actuellement sur Terre, que l'on nous cache lamentablement en Haut-Lieu.

     Ces Maîtres, voyageurs du Cosmos, ont été, on le sait donc déjà, appelés des Dieux, dans toutes nos mythologies...

     Voyez aussi dans le même chapitre, cette photo extraordinaire, où figure un collègue (qui donne l'échelle), visitant en 1972 l'incomparable mur de Sacsayhuamán au Pérou, avec autre un ami, qui a pris la photo :


     Et voici, aussi le célèbre bloc avec 12 angles d'ajustement, (bien sûr sans ciment et le petit écolier donne l'échelle) :


     Hélas, ce petit écolier, ne trouvera actuellement, aucune maitresse (ou maître), capable de lui enseigner, comment ses ancêtres, ont réussi à réaliser une telle construction ! !

     Mais il y a aussi cela :


     Voilà, à Ollantaytambo au Pérou, à près de 2800 m d'altitude, on trouve ces pierres gigantesques, dont l'échelle nous est donnée par la présence du même collègue en 1972. La taille est si parfaite que l'on ne peut pas passer une lame de rasoir entre les pierres. Comment a-t-on pu d'ailleurs, les transporter à une telle altitude, car les carrières sont très éloignées de là, dans la vallée ?

     Mais de plus, regardez bien la corniche qu'indique la fléche rouge. Elle n'a pas été encastrée dans la pierre, mais c'est la pierre qui a été rabottée tout autour de cette mince corniche, pour la mettre en relief. Vous voyez donc, le travail, que cela a dû occasionner.

     Mais regardez aussi les 6 superbes pierres placées encore plus haut dans la montagne :

     Un ami de taille normale (1,70 cm), a pu grimper sur leur flanc, ce qui fait que certaines d'entre elles, ont environ 4 m de hauteur :


     Et regardez bien alors aussi, la finesse des pierres de jointure, où l'on ne peut même pas glisser une lame de rasoir :

    

     Alors donc, il faut se faire à l'idée, que les gens qui ont exècuté cette architecture fabuleuse, existaient bien avant (sans doute des siècles), ces faiblards d'incas, qui ont été balayés par les conquistadors, car étant donnée, la puissance de la technologie, utilisée par ces anciens incas, pour la construction des murs en question, les espagnols auraient été vite lessivés, en se mesurant à eux.

     Donc, soit ces Maîtres bâtisseurs sont repartis dans l'espace à un certain moment, soit ils ont été annéantis par un cataclysme quelconque...qui peut aussi nous menacer . A vous de choisir....

     Allez, voici un petit plus, pour la route, que l'on peut trouver sur le site :


      Mais, au cas où ce site, disparaîtrait comme par enchantement, voici quelques infos préliminaires, données à Epoch Times le 08/12/2016 :


Ou encore :


       Le visiteur est ici bien minuscule, vis à vis de ces gigantesques blocs.

       Comme tout cela est surprenant n'est-ce pas ? Mais de plus, le meilleur va apparaitre dans ce qui suit et cela va faire encore hurler de dépit et d'amertume, les historiens, les ethnologues et autres consorts affiliés, du contexte amérindiens d'avant Christophe Colomb.

       Ainsi ils resteront muets comme une carpe, devant nos questions péremptoires ayant trait à la présence et surtout à la provenance des têtes géantes dites olmèques, qui ont parfois, des traits négroïdes très caractérisés, comme celle-ci, publiée le 2 Février 1947, par le journal américain "The Miami News" :


       Et avec d'autres têtes, on a aussi :


ou encore celle-ci située, près de Veracrux, et qui pèse, près de 18 tonnes...


      La question à 1000 €, est désormais de savoir comment des êtres qui vivaient normalement en Afrique, (comme le prétend l'ouvrage "They came before Columbus" présenté plus bas ), sont arrivés là, au Mexique, bien avant le commerce appelé pudiquement " le commerce triangulaire", dit aussi esclavagiste ?

      Certains détracteurs qui se disent cultivés, (engoncés dans leur fière culture officielle), vont encore se tordre de rire, jusqu'à se rouler par terre, lorsque nous allons affirmer que, ces géants dont certains (on l'a déjà révélé plus haut), ont des traits négroïdes très caractérisés, comme ceux des deux têtes suivantes :

  


venaient d'une manière quasi certaine, de l'Atlantide, avant sa disparition totale, il y a près de 12 000 ans.

      Cependant, ce qu'ils n'ont jamais appris dans leurs Universités, c'est que ces Atlantes avaient atteint un niveau de civilisation, bien plus évolué, que le nôtre actuellement, et donc, l'on trouvera obligatoirement, la trace de leur passage sur la Lune, sur Mars ...etc...

      Concernant Mars, et tiré du trés remarquable ouvrage de GUY GRUAIS et de GUY MOUNY, paru en Avril 1997, et intitulé : "Guiseh, au-delà des grands secrets":

  

, oú ces auteurs, nous font part des recherches qu'ils ont effectuées, sur près de 500 clichés de la NASA, obtenus par le Service d'Imagerie Planétaire de la Faculté d' Orsay-Sud , voici alors, une colline circulairede 2200 m de diamètre, à étages possédant un replat tout rond à mi-hauteur, mettant bien en relief une coupole supérieure et supportant un gigantesque rectangle de près d'un km de long et le tout connecté à une sorte de rampe d'accès à bords parfaitement rectilignes de plus de 900 m :


      Et tout cela est intégré dans un cadre géométrique, où règnent le nombre d'or et les coudées égyptiennes .

      Mais, si les zélés détracteurs cités plus haut, avaient d'autre part, de bonnes lectures, ils se seraient aussi, assurément étouffés de stupéfaction, s'ils avaient eu la grande opportunité, de lire, dans le remarquable ouvrage de 2013, de Mr Guillaume Delaage, tel que :


, ce passage inouï, que l'on découvre aux pages 143-144
:



      Dommage que l'auteur, n'ait pas jugé bon, de nous en dire bien plus, sur cette affaire tout à fait hors-norme d'aviateurs, qu'il évoque si bien, au sujet de nos géants Olmèques en question, et géants dont les traces historiques, sont désormais, pour ARTivision, irréfutables.

      L'ouvrage qui suit :


intitulé : "They came before Columbus", (ils étaient là avant Christophe Colomb), prétend que les africains se sont rendus en Amérique, une centaine d’années avant Colomb.

      On découvre tout cela sur le site :


      Un ami nous disait alors récemment : "L’histoire officielle a du mal à accepter et digérer des arguments et preuves qui sont des vérités risquant de troubler l’ordre officiel et prédominant. Mais le Temps des révélations est bien arrivé, et nous en sommes tous les deux de modestes artisans ... ".

      Puis, nous avons même aussi reçu de notre grande amie belge, cet url qui est le PDF du livre en question :


Où, il est précisé que ces géants à traits négroïdes, sont arrivés près d'un siècle, avant Christophe Colomb, ce qui selon ARTivision, est archi-faux, et nous allons voir pourquoi, plus bas...

      Ce que ces zélés détracteurs, oublient aussi de dire, c'est que ces têtes sont casquées et sanglées comme des explorateurs en mission, et même, regardez bien l'oreille droite, et gauche de ces quatre têtes suivantes :

  

    En effet, sur l'oreille gauche des 2 premiers sujets, et l'oreille droite des deux derniers, apparaît nettement branché, une sorte d'appareillage très particulier :


      A quoi cet appareillage pouvait-il bien servir ? Ces explorateurs connaissaient-ils un moyen d'amplifier et de capter le son à distance ?

      Bien sûr, les archéologues officiels, vous diront que c'est simplement un dispositif pour tenir en place le casque. Point barre...

      Mais, disons aussi que, ce que ces archéologues officiels, éviteront aussi d'expliquer, c'est quelle usine à l'époque, aurait pu fabriquer ces casques aussi sophistiqués, dignes de designers et stylistes, des plus modernes ?

        Voyez-aussi la magnifique ciselure en creux, et coupée à angle droit, réalisée sur le casque de la 2e photo vue, plus haut :

  


      Mais ce que les pontifes des universités évitent à tout prix d'évoquer, c'est la question de savoir, avec quels outils sophistiqués, ces habiles ouvriers ont-ils pu, si finement, tailler ces blocs faits, d'une pierre très dure ?

       La science actuelle n'a aucune réponse à nous fournir à ce sujet.. (Et c'est pour cela qu'ARTivision, s'intéresse si profondément à cette affaire) , car même avec nos puissantes machines outils et nos ordinateurs modernes, on aurait un mal fou pour réaliser de tels exploits. Comment donc ces extrordinaires ouvriers s'y sont-ils pris ?


      On est certain que ces ouvriers n'avaient pas de burins en acier, et chose bizarre dit-on, ils ne connaissaient pas, la poulie, ni le treuil, ni la roue, et le site ARTivision a démontré que pour la roue...cela est faux... car on a trouvé, de petits jouets, ayant des roues, dans certains tombeaux...

      Ce que l'on évite aussi soigneusement de dire, c'est que l'on a trouvé certaines de ces têtes mexicaines profondément enfouies dans le sol, comme par exemple celles-ci :

    

       Etant donné, le profond enfouissement (les savants actuels peuvent parfaitement, en déterminer le temps nécessaire), de ces sculptures, cela démontre, selon nous bien sûr, leur énorme ancienneté, et finalement, c'est le cas de dire ici, que la vérité au sujet de ces géants, sort donc du puits, progressivement, comme il en est de même, pour les statues de l'île de Pâques, île, qui a dû faire partie, il y a bien longtemps de la fameuse la Lémurie, si bien évoquée on le sait, par le très grand médium, Edgar CAYCE.

  

      Ces admirables photos sont tirées du site :



       Pour le Webmaster d' ARTivision, nous le répétons avec obstination, ces géants ne pouvaient venir, que de l'Atlantide, juste autour 12 000 ans, quand ce légendaire territoire s'est brutalement enfoncé sous les eaux. Mais d'autre part, comme à notre connaissance bien sûr, on n'a pas encore trouvé de squelettes de ces géants dans le sol mexicain, c'est bien qu'ils sont partis ailleurs... Pourquoi pas sur la Lune, d'où étaient basés leurs ancêtres... et Lune, qu'occupent actuellement d'après le super lanceur d'alerte, Corey GOODE, leurs descendants, depuis des lustres.


      Affaire à suivre donc, avec la plus grande attention et rigueur utiles.

     Mais ce 16 Mars 2020, ARTivision, va sortir, (toujours en relation avec les recherches cosmiques, précédentes), un 4 e focus tout à fait renversant et qui va à l'encontre de ce qui nous est inculqué dans nos universités. :

Quatrième focus où "une affaire de "roue" inconnue de certaines civilisations amérindiennes et égyptiennes ",

      En effet, nous avons écrit plus haut, les mots suivants :

      "On est certain que ces ouvriers n'avaient pas de burins en acier, et chose bizarre dit-on, ils ne connaissaient pas, la poulie, ni le treuil, ni la roue..."

      Pour les égyptiens, analysons d'abord le remarquable ouvrage de William FIx et de D.K. de Bizemont, publié aux Editions du Rocher en 1990:

  


       Et voici, en page 67, les soi-disant instruments que les égpytologues actuels prétendent qui existaient à l'époque de certains pharaons égyptiens, et instruments qui ont été utilisés, pour constriure des tombeaux en forme de pyramides :


     On constate bien que , ne figurent ni la roue, ni la poulie, ni le treuil...,

     Mais, avant de poursuire notre affaire de roue, disons que le Webmaster d'ARTivision, restera longtemps encore, confondu par l'extraordinaire performance de ouvriers de cette epoque, super casseurs de carrières, et constructeurs de monuments qui ont défié le temps, et cela utilisant des outils si dérisoires.

     Et les tenants de la culture officielle, veulent nous faire avaler que c'est, avec ces instruments primitifs, que l'on a construit les grandes pyramides d'Egypte, et cela dans un temps record puisqu'elles étaient destinées à être des tombeaux pour leurs commanditaires. Faisons un simple calcul élémentaire : Pour la seule pyramide de Khéops qui contient, parait-il 2 300 000 blocs, avec nos ordinateurs, nos grues et nos camions, etc... nous estimons que si nous arrivions à placer et à ajuster avec la perfection découverte sur ce monument, une trentaine de blocs par jour de 2,5 tonnes chacun, (on ne parle même pas des blocs de granit de près de 80 tonnes placés à l'intérieur pour former des couloirs parfaits), soit environ en arrondissant tous les mois à 30 jours: 365x30=10950 blocs par an, et ainsi la construction prendrait alors : 2 300 000 : 10950 = 210,04 (et des poussières) années. Ne trouvez-vous pas que cela fait un peu long pour construire un tombeau pour un pharaon, si puissant soit-il.

     Même si l'on imagine qu'il y avait des milliers d'esclaves, ils ne pouvaient, se piétiner et se réduire, en chair à patée, pour faire mieux.

     En page 87 d'un ouvrage époustoufflant Victorino del Pozo intitulé " SIRAGUSA messager des extraterrestres", paru aux Éditions COSMICA en 1979, tel que :

, où nous lisons les propos suivants qui ne présentent eux aucune ambiguité...:

     "Les grandes pyramides, les originelles, furent, des temples de la sagesse, où étaient imparties les connaissances et les concepts qui servirent de guide à cette génération. Elles ne furent pas construites par des masses d'esclaves, mais avec l'intervention de grands moyens provenant du développement atlante. Pour leur construction, on compta sur l'aide extérieure. Les pierres pouvaient être remuées facilement, car dans la zone, on opéra en limitant la force de gravité. Et les immenses blocs de pierres ne furent pas tirées par des esclaves, mais furent fabriqués sur le lieu même de leur utilisation par un procédé de cristallisation du sable. "

Dur Dur... n'est-ce pas !!!, cette sévère remise en question des enseignements officiels concernant la construction des Grandes Pyramides d'Egypte, dont le rôle se resumait dit-on servir de tombeau, à quelques phararons stupidement audacieux.

     Nous pourrions citer d'autres déclarations similaires concernant les pyramides mondiales, mais il nous appartient désormais de poser aux tenants de la thèse officielle, voulant que ces monuments soient simplement des objets de divers cultes, disons puisqu'il convient généralement dit-on de "battre le fer pendant qu'il est chaud", nous allons ici, mettre la barre à un niveau très supérieur, quitte à faire, grincer, et même sans doute à faire s'ébranler, les molaires, de dépit et d'amertume... de pas mal de scientifiques égyptologues et autres philosophes, psychologues, psychiatres et consorts intellectuels affiliés blasés du système actuel qui part à vau-l'eau.

     Pour illustrer, notre démarche demandons, avec déférence, à la revue "Science&Vie Junior" dans son remarquable n°125 de Février 2000, de nous presenter certains schémas admirables, qui montrent comment, on prétend que les blocs ont été acheminés à l'èpoque, de la carrière jusqu'au socle des pyramides, en question :



        Ce schéma indique parfaitement les pistes de halage des blocs, etraits d'une éventuelle carrière du coin. Bien sûr, les blocs étaient tirés par des cordes, posés sur le sol même, et on utilisait dit-on un onguent pour les faire glisser, ou éventuellement des rouleaux de bois, qui soi-disant, remplaçaient la roue non connue.

         Chacun le sait, on n'a retrouvé aucune de ces pistes de halage des blocs en question, Où sont-elles passées ?

         Les bien-pensants, vous diront, vite fait, que "ces pistes furent, à la longue recouvertes de sable, par le vent et les tempètes". Point à la ligne...

        Nous répondrons alors à ces bien-pensants, que le transport de ces blocs de pierres a forcément, raboté le sol et durci la consistance des pistes en question sur les lieux de passage ... Si ces pistes avaient été ensevelies sous le sable à la suite de tempêtes de sable, la réverbération du rayonnement infrarouge du soleil, devrait changer sensiblement la couleur du sable et les avions ou les satellites ne manqueraient pas de détecter, les traînées colorées de ces bandes de sable.

        Mais, il y a autre chose, bien insolite à relever :

         Voyez aussi ces images magnifiques, tirées de la même revue "Science&Vie Junior" n°125 de Février 2000, où l'on découvre comment avec des outils primitifs, était obtenue l'extraction des carrières et était pratiquée la taille des blocs, et on aperçoit surtout dans l'image suivante, parfaitement, les éclats qui déboulent aux pieds des blocs:




      Mais alors, que sont devenus les millions de blocs ou éclats de pierres résiduels qui n'ont pas manqué de chuter lors de la découpe des millions de blocs parallélépipédiques utilisés pour la construction de ces pyramides ? Il devrait en exister des montagnes.

     La Chaîne Planète cable Antilles du 25 Nov 2002, nous expliqua dans un volet (13/9) d'une émission intitulée "Un siècle pour le pire et le meilleur" : "Catastrophes en série" qu' en Angleterre, le 21 Oct. 1966, à 9h15 du matin, à la suite de pluies diluviennes, des crassiers, aussi appelés terrils sortes de montagnes constituées de poussière de charbon amassée lors du concassage des veines houillères dans les mines, se sont écroulés sur 20 maisons et aussi sur des baraquements servant d'école aux enfants des mineurs (La Panglas Junior School), ensevelissant ainsi en pleine vie, 28 adultes et 116 enfants pendant leur classe... De la poussière de charbon qui formait des montagnes capables de glisser...!!

     Mais voyez donc plutôt l'image suivante :



     On voit bien, en arrière plan, sur cette photo, la hauteur impressionnante que peuvent atteindre ces terrils et c'est seulement, un pan du terril n° 7, qui en glissant à la suite des pluies, a causé ce grand désastre.

     Pour en savoir sur cette épouvantable tragédie, prière de consulter le Paris-Match n° 917 du 5 Novembre 1966 :



     Allons bon, soyons cool et disons que, nous vous faisons alors ici, pourtant cadeau de la poussière accumulée pour les pyramides, (au cours des âges, elle s'est envolée dans la nature). Mais tout de même, où sont donc passés ces milliards de débris, éclats et blocs cassés et ratés, accumulés pendant des années dans les carrières énigmatiques où l'on aurait parait-il, extrait les pavés des pyramides ?

     A-t-on encore demandé à ces malheureux "ouvriers spécialisés" de les "écraser" pour les faire tomber en poussière afin que des vents les dispersent souverainement par la suite ?

     Ou bien encore, a-t-on utilisé des concasseurs inconnus de la science officielle et qui devraient faire pâlir de jalousie les ingénieurs actuels qui dirigent les carrières d'extraction des minerais ? A vous de choisir !...

     Mais, de plus nous vous faisons aussi, encore cadeau franchement des effets de l'application concernant les grandes pyramides de ce que l'on appelle le parement calcaire (opération qui elle aussi entraînait des millions de nouveaux éclats et blocs de pierres) et parement qui avait pour but de lisser parfaitement l'extérieur de la pyramide, qui devait en faire des monuments d'une beauté fabuleuse un peu plus brillants et plus lisses que ceci :


     Donc l'opération que l'on a appelé le lissage consistait en plus à recouvrir la pyramide entièrement, d'une chape de blocs de calcaire superbement polis, qu'il a fallu tailler avec encore plus de précision et qui comme le montre l'image suivante, a encore été à l'origine (on l'a dit ci-dessus), d'un autre amoncellement d'éclats et petits morceaux de roches, qui se sont également évanouis dans la nature, comme par enchantement et aucun historien n'a jugé bon de nous dire ce qu'ils sont devenus.

     A titre d'exemple nous vous présentons l'image qui suit, extraite du même ouvrage précédent de William FIx et de D.K. de Bizemont, publié aux Editions du Rocher en 1990:



     Cet admirable bloc, qui subsiste, au pied de la pyramide, (heureusement, car les autres ont été dérobés pour en faire des mosquées et d'autres batiments dans les environs du site), du parement extérieur, fait déjà lui-même, cependant, près de 15 tonnes. A vous de juger les difficultés qui ont dû être vaincues, pour recouvrir toute la pyramide de ces superbes blocs de calcaire.

          Il y a, bien sûr, d'autres mystères concernant les pyramides, que nous pourrions évoquer ici ...Mais il nous semble plus utile maintenant, de présenter en passant, (bien que cela remonte à près de 9 ans), le message du grand Maitre SaLuSa, reçu en Mars 2011.

Sent: Sunday, March 27, 2011 8:33 AM
Subject: Le super message de SaLuSa.

Sur le site :


Message de SaLuSa de Sirius le 21 Janvier 2011.


     D’être vraiment libre, est en soi, un tel grand progrès, mais cela vient avec la reconnaissance de l’Unicité de Tout Ce Qui Est. Nous souhaitons aider à diminuer la souffrance qui règne dans les pays défavorisés, et bien sûr partout ailleurs dans le monde. Nous avons toute l’expérience nécessaire à disposition pour changer les choses assez rapidement. En fait, on peut voir les problèmes plus en profondeur que vous et savons exactement ce qui est nécessaire pour les résoudre immédiatement. Tenez le coup, Très Chers, car l’aide arrive très bientôt de la manière la plus efficace et la plus douce.

     Il n’est pas du tout inhabituel pour une période conduisant à la fin des Temps d’être chaotique, mais comme les anciens paradigmes tombent, une nouvelle voie se dessine. Vous devriez maintenant être en mesure de discerner la direction dans laquelle vous allez et voir si cela est conforme au plan de l’Ascension. Tenant compte de vos propres expériences personnelles, vous remarquez des changements dans votre conscience et découvrez ce qui vous maintient centré et vous empêche d’être facilement troublé par des événements extérieurs.

    La fin des Temps est un bon test qui détermine dans quelle mesure vous avez évolué. Vos sens sont sans cesse agressés et le spectacle de la mort et de la destruction semble constamment occuper les médias. Si vous pouvez partager votre amour et compassion avec ceux qui y sont impliqués et n’être pas affecté émotionnellement, alors vous vous placez au-delà de la portée d’une réaction négative. La colère qu’elle éveille chez certaines personnes ne fait qu’ajouter à la crainte qui existe déjà, et nourrit ceux-là mêmes qui tentent de vous déstabiliser.

     Regardez autour de vous et vous devriez pouvoir trouver suffisamment de bonnes nouvelles pour répondre à vos attentes. Les signes sont là indiquant que les forces obscures perdent rapidement la lutte pour votre contrôle. Remarquez comment les dirigeants chinois font des concessions aux Occidentaux et usent de leurs pouvoirs pour empêcher les Illuminati de s’imposer davantage à l’Est. Ils font partie d’un mouvement grandissant de stabilisation du monde et déracinent les influences qui ont tenté de vous mêler à un autre scénario de guerre.

      Nous ne pouvons pas stopper des altercations ou confrontations mineures, mais nous préviendrons toute escalade menant à une guerre totale. Cela relève de notre autorité et c’est également en réponse à l’élévation des niveaux de conscience des peuples qui aspirent à la paix. Une petite minorité ne peut plus dicter le cours de l’humanité et comme vous le savez, les voies s’ouvrent aux étapes finales de la dualité.

      Au cours de nombreuses vies et à travers de nombreuses civilisations, vous avez expérimenté presque toutes les religions et cultures, et aujourd’hui vous êtes devenus des âmes extrêmement avancées. Votre intuition s’est raffinée grâce à ces expériences et vous avez peu d’autres choses à apprendre si ce n’est d’appliquer vos connaissances aux situations quotidiennes. De cette façon, vous devriez être capables de prendre des décisions qui maintiennent votre place dans la Lumière. Tous vos liens avec les différents aspects des activités obscures devraient être éliminés, car vous communiquez avec votre Soi Supérieur. Cela deviendra le moyen normal avec lequel vous menez votre vie, et cela se traduira par l’harmonie et l’équilibre.

      Les Lois humaines sont une piètre image des Lois Universelles et parfois vous devez vous battre pour obtenir justice. Avec notre venue, des modifications seront introduites et votre Constitution sera restaurée avec de légères modifications, pour une population qui est prompte à reconnaitre la nécessité d’une telle action. La cabbale obscure, a toujours suivi en toutes choses son propre chemin, la différence est que jusqu’à une époque récente, elle a agi tout à fait ouvertement. La Lumière a cependant travaillé dans les coulisses et a préféré l’anonymat pour des raisons de sécurité. En fait, la Lumière n’a jamais cessé de travailler pour votre élévation.

     Maintenant vous attendez des changements gouvernementaux, la divulgation et des programmes d’abondance pour vous emporter dans la période restante de ce cycle. Il y a des progrès et au moment opportun nous passerons à l’action et la vie changera de façon spectaculaire. Nos déclarations initiales seront si importantes pour gagner la confiance et le soutien du peuple et beaucoup d’attention est accordée à cet aspect. Il y aura de la confusion, mais la vérité au sujet de votre histoire récente permettra d’éliminer des informations trompeuses ou fausses. Vous avez été délibérément induits en erreur et maintenus dans l’ignorance au cours de nombreux événements, de ce fait, en tant qu’Êtres Souverains vous avez tous les droits de connaître la vérité.
     Par exemple, il y a des preuves incontestables que la vie n’a pas seulement existé sur votre Lune et Mars, mais qu’elle existe encore en ce jour. Il est également connu qu’il existe une Terre intérieure, "la Terre Creuse", qui abrite des Êtres très avancés et nous ne faisons pas référence à des bases militaires souterraines qui abritent aussi bien des Humains que des Extraterrestres. Vous avez vraiment beaucoup à apprendre pour remettre vos connaissances à jour et certaines informations seront à la fois choquantes et sensationnelles.

     Il sera très important que nous puissions apporter des preuves irréfutables sur toutes les informations que nous vous donnerons, et nous le ferons d’une façon qui vous étonnera en faisant remonter le passé. Vous avez un penchant pour les mystères, mais vous apprécierez les réponses d’autant plus et vous pourriez prendre la Grande Pyramide à titre d’exemple. Elle a causé tant de spéculations quant à savoir quand elle fut édifiée et dans quel but. Certains chercheurs ont fait de grandes découvertes, mais la grande majorité d’entre vous n’en ont aucune idée. Disons que cela remonte à environ 10.000 années en arrière des Extraterrestres, qui ont créé tout un réseau de tels édifices géants partout sur la planète, ainsi que vous le découvrirez.

     Généralement, votre histoire à ce sujet est très limitée et inexacte et cela s’applique à une grande partie de votre passé de 12.000 ans et plus. Ce qui est intéressant, c’est que vous étiez vos propres ancêtres. Par conséquent, cela explique pourquoi certains d’entre vous ressentent une telle attraction pour certaines civilisations. Cela peut affecter vos goûts et préférences, même aujourd’hui, et cela est manifeste dans de nombreux foyers.  Cela vous fascinera lorsque nous vous montrerons exactement comment la Grande Pyramide a réellement été construite, en vous rapportant le passé.

     Mes Chers, sachant ce qui vous attend, réjouissez-vous en et trouvez de la satisfaction pour cette connaissance. Les forces de l’ombre n’auront plus leur mot à dire en la matière et auront été retirées de tous les postes de pouvoir. De grands Êtres spirituels les auront remplacés et l’Humanité aura enfin été menée hors de l’obscurité vers la Lumière, la Vérité et la Compréhension. Quels temps heureux vous attendent juste maintenant et nous le savons parce que nous sommes une partie d’eux. Pouvez-vous imaginer quel poids sera retiré de vos épaules et avec quelle rapidité la situation de crise sera modifiée ? D’être vraiment libre, est en soi, un tel grand progrès, mais cela vient avec la reconnaissance de l’Unicité de Tout Ce Qui Est.

     Je suis SaLuSa de Sirius et peut vous dire que nous, de la Fédération Galactique, sommes excités à l’approche du jour où notre présence sera officiellement reconnue dans le monde entier. Nous souhaitons aider à diminuer la souffrance qui règne dans les pays défavorisés, et bien sûr partout ailleurs dans le monde. Nous avons toute l’expérience nécessaire à disposition pour changer les choses assez rapidement. En fait, on peut voir les problèmes plus en profondeur que vous et savons exactement ce qui est nécessaire pour les résoudre immédiatement. Tenez le coup, Très Chers, car l’aide arrive très bientôt de la manière la plus efficace et la plus douce.

     Merci SaLuSa.Mike Quinsey
Traduit et interprété par
Alain Bonet


      Dur Dur... n'est-ce pas !!!, cette révélation très significative du Grand Maitre SaLuSa, qui va à l'encontre des affirmations universitaires sur le Passé de L'Egypte ancienne, et surtout sur la vacuité interne de notre planète, que la plateforme ARTivision, a su mettre en exergue dès le 28/08/98...

      Mais, ce 20 Mars 2020, poursuivons alors cette diatribe de SaLuSa, et prouvons, une fois de plus, contrairemenrt à ce qu'affirment nos dits cultivés bien-pensants, que la roue, était bien connue des anciennes civilisations égyptiennes et amérindiennes, mais qu'elles n'avaient pas le droit de l'utiliser, comme nous l'a si bien dit le Maitre tibétain Lobsang Rampa (voir plus haut)...

    En recherchant une information sur la revue LDLN, le 06/08/06, une revue de Nov 1967, nous est tombée proprement dans les mains, et en la feuilletant, nous avons été très étonné d'y trouver une information que nous recherchions depuis longtemps. Merci encore mille fois à Super Hasard, qui sait nous combler de joie au moment voulu.

    Pour démarrer cet article, voici donc la couverture de la revue en question :


    Nous avons évidemment cerclé de rouge l'article qui a su retenir d'abord notre attention.

         Pour vous éviter d'aller patrouiller sur le Net, voici à nouveau ce que nous disions dans notre article:
    Début de citation.

"b) Où le lama casse carrément notre orgueil d'utiliser la roue.

     On n'a constaté que de nombreuses civilisations, pourtant très évoluées pour construire de magnifiques pyramides comme par exemple les égyptiens, n'utilisaient pas la roue. Il paraît cependant que l'on aurait trouvé dans des tombes des miniatures en forme de jouets qui en possédaient (information à vérifier). Ce qui signifie, si cela est vrai, que ces civilisations avaient jeté un interdit puissant sur l'utilisation de la roue que nous, nous considérons comme un grand progrès dans notre civilisation. Mais que peut-on qualifier vraiment de progrès ?

     Dans son ouvrage extraordinaire "Le Troisème Oeil", le Lama Lobsang Rampa toujours très controversé par les journalistes novices mal informés ( voir notre article ci-dessous:


nous déclare sans ambages : "On pensera peut-être que sans vitre, ni longues-vue, ni miroir, le Tibet devait être un drôle de pays , mais notre peuple n'avait pas envie de ce genre de chose. De même ne voulions-nous pas de roue. Les roues servent la vitesse et la prétendue civilisation. Nous avions compris depuis longtemps que la vie dans le monde des affaires est trop précipitée pour laisser le temps de s'occuper des choses de l'esprit. Notre monde physique s'était transformé avec lenteur pour que nos connaissances ésotériques puissent grandir et se développer. Depuis des milliers d'années, nous avons percé les secrets de la clairvoyance, de la télépathie et des autres branches de la métaphysique."

    Fin de citation.

    Cette affaire, que nous cherchions, de jouets à roulettes, venant de ceux qui ignoraient soi-disant la roue, nous ne l'avons pas trouvé hélas en Egypte, mais bien de l'autre côté de l'Atlantique chez les civilisations précolombiennes, qui elles aussi, n'utilisaient pas la roue (notez bien que nous n'avons pas écrit : "qui elles aussi ignoraient la roue" )

    En effet à la page 56 du Sélection du Reader Digest en question, on peut lire :


    Ce jouet extraordinaire se trouve au Musée National d'Anthropologie de Mexico, un des plus beaux musées du monde. Il s'étendait à l'époque, sur une surface totale de 4 hectares et fut inauguré, le 17 Septembre 1964. On y a l'opportunité de découvrir l'histoire et la culture de l'ensemble des civilisations précolombiennes. Voici ce que l'on disait déjà en 1967 :

  


    Ce jouet, qui défie pourtant les dires des archéologues, ne fut cependant pas, à notre grand regret, présenté dans cette revue Sélection de Septembre 1967, mais nous avons eu l'heureuse opportunité de le découvrir sur le site Internet :


    Voici donc l'image en question :


    Cet objet insolite, est le témoignage irréfutable que ces civilisations précombiennes connaissaient bien l'existence du symbole de la roue, mais ils n'avaient pas le droit de l'utiliser, au risque (comme, nous le dit, le lama L.Rampa) de perdre certains pouvoirs psychiques, comme ceux qui conduisent par exemple à l'utilisation du pouvoir de la lévitation, et autrement dit en langage plus moderne, les pouvoirs reliés au secret de l'anti-gravitation, que cherchent avec tant de vigueur, nos savants actuels.

    L'ouvrage suivant, nous explicite clairement cette assertion :

  

    Guy-Claude Mouny, est membre de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, et colonel de réserve honoraire. Il est l'auteur de très nombreux ouvrages dont aussi "Les Engins, l'Espace, & Ceux qui l'occupent"

    Pour être plus clair et avec la bienveillance de l'auteur, voici l'image de la page 19 de cet ouvrage remaquable :


Digression importante :

Additif en date du 04/08/07 : Grâce à une information en date du Lundi 30 Juillet 2007, nous apprenons de notre ami Christian Macé :

le décès de l'auteur du livre en question .

    Que , Lumière, Harmonie, et Paix,  accompagnent désormais Guy Claude Mouny dans son retour au sein du Grand Tout , auprès duquel il retrouvera,  l' Authentique Connaissance  qu'il a si  minutieusement recherchée, sur Terre .
Fin de la digression.

    Cela ne vous rappelle-t-il pas le schéma extraordinaire suivant ?


    Schéma qui est présenté et bien expliqué, par le regretté Jean Anne , (qui hélas a quitté ce monde le 17/01/03) sur nos pages :



    Surprenant n'est-ce pas que tout cela ?

    Mais revenons à notre revue Sélection de Nov.67. Il y a de plus, cette déclaration :

"Il y a seulement quelques années, l'une des plus anciennes, celle des Olmèques, était totalement inconnue, quand une expédition archéologique découvrit, au fond de la forêt vierge de Tabasco, au Mexique, des têtes géantes en pierre, admirablement sculptées. Ces têtes mystérieuses, hautes (pour certaines) de près de trois mètres , révélèrent pour la première fois l'existence des Olmèques, dont la culture fort avancée semble être soudain sortie du néant, dans toute sa splendeur. La plus belle des têtes découvertes à Tabasco est aujourd'hui le clou de la section olmèque du musée.

    Ce qui n'est pas dit ici, c'est que ces têtes géantes (Sans doute, effigie à leur époque de dieux venus d'ailleurs) ont incontestablement on le sait, des traits négroïdes, et en principe leurs représentants d'origine devraient venir d'Afrique. Mais les peuples noirs sont arrivés en Amérique, bien après Christophe Colomb. Alors doit-on comprendre que des africains ont découvert l'Amérique des lustres avant Christophe Colomb ? Nous avons déjà plus haut explicité cela. ...

    Sur le site internet précédent, on découvre l'image suivante :


    Voici encore deux images où la présence d'une amie sert à donner l'échelle.



    Il y a beaucoup d'autres mystères évidemment, qui nous interpellent dans ce musée de Mexico , et les réponses ne tarderont pas, à s'imposer, et, nous le croyons, au grand étonnement de tout un chacun.

     Merci donc, encore à Super Hasard, de nous avoir permis de découvrir cette affaire de jouet insolite, qui nous prouve une fois de plus que le Passé de la Terre, nous réserve encore bien des surprises au grand dam des détracteurs, toujours prêts à fourrer la tête sous le sable comme l'autruche, pour ne pas voir arriver les informations désagréables qui remettent en cause leurs éphémères certitudes.

    Le 12/08/06, nous avons eu la grande satisfaction de recevoir d'une aimable internaute au charmant nom de Dalana quelques adresses Web concernant cette affaire insolite de roue dans des civilisations qui ne l'utilisaient pas. C'est ainsi que l'on découvre :

D'abord Sur le site :


    On découvre ceci:

"La roue : une invention délaissée ?

    Aux environs du Ier millénaire avant notre ère, la roue, s’est répandue dans l’Ancien Monde. Les charrettes n’étaient apparues sur le continent américain qu’après la conquête espagnole, 2 500 ans plus tard.

    Les historiens en avaient conclu que les habitants du Nouveau Monde ne connaissaient pas la roue. Mais, dans les années 40, à Veracruz, au Mexique, des fouilles de sites funéraires apportèrent la preuve du contraire.

    On mit au jour plusieurs petites figurines d’argile, chacune équipée d’une paire de roues.

    Les statuettes à roues ont été construites pendant plusieurs siècles. Certaines pouvaient servir de sifflet, d’autres ressemblent à des jouets.



    Les charrettes ne sont apparues sur le continent américain qu’après la conquête espagnole, soit 2 500 ans plus tard.

    Cette découverte prouve que la roue, était bien connue. Pourtant, on peut se demander pourquoi ces populations ne tirèrent aucun avantage, de cette extraordinaire invention.

Fin de citation.

    De plus, sur le site :http://www.dinosoria.com/jouet_ancien.htm, à Veracruz, au Mexique, des archéologues ont découvert sur des sites funéraires datant du 1er siècle, avant notre ère, des petites figurines d’argile, équipées d’une paire de roue :



    Toujours en amérique sur le site : http://www.archeographe.net/article61.html
    Au Musée de la Banque Centrale de Quito est l’un des plus beaux musées précolombiens d’Amérique du Sud, on découvre ceci:



    Fin de citation ".

    Enfin nous avions plus haut regretté de n'avoir rien trouvé à ce sujet du côté de l'Égypte. Eh bien voilà :

    Sur le même site : http://www.dinosoria.com/jouet_ancien.htm

, on découvre alors ceci :


Jouet d'enfant (vers 1150 avant notre ère) Musée du Louvre

    C'est donc à vous, qu'il appartient désormais, de juger tout cela, documents à l'appui...

    Mais ce 23 Mars 2020, en pleine période d'un strict confinement du peuple français, et confinement dû au sévère COVIT 19, épisode très élémentaire, dans la vie de cette planète, (revoir l'épisode du SL9, qui aurait pu remettre les comptreurs à zéro, sur cette planète pour 10000 ans, à notre article clef : http://www.artivision.fr/Un-choix-Lumineux-pourARTivision.html)

, nous allons donc poursuivre ici, la super révélation du grand Maitre SaLuSa qui était, rappelons la, telle que :

"Par exemple, il y a des preuves incontestables que la vie n’a pas seulement existé sur votre Lune et Mars, mais qu’elle existe encore en ce jour. Il est également connu qu’il existe une Terre intérieure, "la Terre Creuse", qui abrite des Êtres très avancés ... "

         Voilà des propos, qui vont encore faire hurler de dépit et d'amertume nos scientifiques bardés de diplômes à l'égo démesuré habituel, mais le Webmaster du site ARTivision lui, reste de marbre, devant ces gesticulations désuettes et attardées, et met tout ce beau monde, carrément au pied du mur, tant qu'il ne se prononcera pas officiellement, sur la veritable la nature du fait cosmique qui suit, que ces scientifiques ont volontairement oublié de citer dans leur audacieux fascicule, de la revue "Sciences et Avenir"142 Hors série d'Avril-Mai 2005, et fascicule qui se présente tel que :


     Ce super fascicule hélas, dans les 10 faits présentés a cependant loupé lamentablement le coche (que la NASA, dès Décembre 2004, avait placé, juste devant leur porte), en la qualité de cette image, pourtant surprenante, de Titan, et ils ont été incapables de voir, ce vortex, très lumineux au pôle sud, de l'astre nommé Titan, satellite de Saturne, tel que :

  

Photos publiées par la NASA le 17 Déc. 2004

      En effet, on revoit ici, très nettement (au bout de la flèche rouge), la sorte de superbe réverbération
, prouvant que la luminosité du disque, vient bien de l'intérieur de l'astre.

      Il faut aussi remarquer surtout, que c'est parce que la sonde Cassini Huygens, (qui a capté ces supers images de Titan), avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel, aux informations de la sonde. Donc la NASA, a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher, ce disque extrêmement lumineux, qui est apparu au Pôle Sud de Titan...

    Mais ce jour , le site ARTivision, va démontrer ici noir
sur blanc
, que nos zélés détracteurs habituels qui nient le vortex de Titan vu ci-dessus, se fourrent le doigt dans l'œil, jusqu'au coude
, sans de plus, s'en rendre compte.

     En effet, la sagesse populaire antillaise prétend que :

"Sé vyé Cana-nari ki ka fè bon soup ".
"C'est dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleures soupes".


     En effet, un début de confirmation de cette affaire de Terre intérieure , superbement évoquée ci-dessus par le
Grand Maître SaLuSa, nous est venue d'un ancien ouvrage, (c'est lui, la vieille marmite), et intitulé"Bêtes Hommes et Dieux", du Dr Ferdinand Ossendowski, voyageur polonais illustre, homme de science et écrivain, dont le manuscrit original, a été publié dès 1924, chez Plon, et dont nous ne possèdons que l'édition de poche, publiée au 2e trim. 1970 chez l'éditeur "J'ai lu"A 202, dans la prestigieuse collection hélas disparue, "L'aventure mystérieuse du Cosmos et des civilisations disparues" :

  

     Mais, voyons déjà, ce que l'on trouve à la page 109, de cet ouvrage : :


      Les occidentaux vont bien sûr, être surpris par ces propos audacieux, mais il y a bien mieux encore, dans les pages 289 et 290, du livre de poche en question :

     " Le lama Turgut qui fit le voyage d'Ourga à Pékin avec moi, me donna d'autres détails :

     "La Capitale d'Agarthi est entourée de villes où habitent des grands prêtres et des savants. Elle rappelle Lhassa où le palais du Dalaï lama, le Potala, se trouve au sommet d'une montagne recouverte de temples et de monastères. le trône du Roi du Monde est entouré de deux millions de dieux incarnés Ce sont les Saints panditas...

     ...Ils peuvent dessécher les mers, changer les continents en océans et répendre les montagnes parmi les sables du désert. A leur commandement, les arbres, les herbes et les buissons se mettent à pousser; des hommes vieux et faibles deviennent jeunes et vigoureux et les morts ressussitent. Dans d'étranges chariots, inconnus de nous, ils franchissent à toute vitesse les étroits couloirs à l'intérieur de notre planète
"".

Fin de citation.

      Avouons, que ces propos du Dr F. Ossendowski, surclassent de très loin, les meilleurs auteurs de Science-Fiction, et à l'époque, même un tabloid très réputé, et avide de scoops journalistiques sensationnels, n'aurait pas eu le courage de publier ce qui précède...

     Les portions des pages 289 et 290, citées ci-dessus, montrent que le peuple de l'intérieur a des millénaires d'avance sur nous dans la compréhension du Cosmos, et de sa manifestation sur la Terre que nous appelons La Nature. (Voir à ce sujet, notre article très écologiste : http://www.artivision.fr/FlashbackNature.html )

      Mais pour mieux assimiler, les réactions actuelles de cette Nature en face des nombreuses agressions, qu'elle a subies ces dernières décénnies, il convient alors ici, de reparler brièvement, de cette affaire de matrice vivante, qui entoure la Terre, et qui a été si magistralement, exposée, par l'entité transcendante Soria, et présentée, dans de très nombreux de nos articles, et en particulier à l'article (matrice vivante.html), et dont les prémices, nous sont dés lors, on le sait, présentées en douce, dans l'extraordinaire entrefilet moderne suivant :


       Ce communiqué de presse, n'est-il pas déjà, s'il en était encore besoin de l'avouer, une marche, vers l'avant-garde de la découverte du fait, prouvant que la Nature, n'est pas du tout un concept soumis aux tribulations d'un hasard aléatoire, comme on a voulu, nous l'enseigner, dans nos écoles et nos universités.

      Mais, il y a bien mieux encore, voyez cet ouvrage publié en 1955 par Abelard-Schuman, tel que :


     Le texte de ce livre, peut être désormais trouvé alors sur le site :


     Cet ouvrage fut traduit en français seulement, 24 ans plus tard, en 1979, chez Michel Moutet Editeur sous le titre : "A l'intérieur des vaisseaux de l'espace" :


     En page 105, on trouve alors ceci :

     " - l'homme, n'est pas une manifestation temporaire. Il est une manifestation éternelle. Et ceux de nous qui ont appris cette vérité vivent dans un continuel présent, car c'est toujours le présent... "


     Dur... dur, n'est-ce pas cette phrase surprenante pour nos bien-pensants et consorts intellectuels blasés du système et surtout venant d'un gourou de secte, et d'un barman distributeur de hot-dogs et de coca-colas, (c'est en effet ainsi, que le qualifiaient les bien-pensants blasés de l'époque), dans sa résidence à Palomar Gardens en Californie... Il est vrai que chacun sait que "quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage".


     Voyez alors, ce qui est écrit en partie, aux pages 79 et 80, condensées dans l'image suivante :


      On n'y parle d'invisibilité (bien avant la création des avions dits furtifs, des américains), par action sur la fréquence vibratoire des engins, mais il y a aussi surtout le fait que l'on peut échapper à la mort, au travers d'une renaissance, (c'est ce que les grands Maîtres nomment la Réincarnation), et obtenir ainsi un nouveau corps. Mais, il y a aussi en bas, l'affirmation péremptoire, que la Lune possède bien, une atmosphère.

     Avouez, tout de même, Messieurs les psycho-sociaux (comme on les appelle en ufologie), que cet Adamski devait être gonflé à bloc, pour prendre à l'époque, en 1955, carrément le contrepied, des déclarations officielles à ce sujet...
, et, contre toute attente, il a osé horripiler les astronomes et leurs consorts affiliés, en les carressant assurément à rebrousse-poil...


     Mais voyez aussi, en passant, ceci :

  

     L'image de droite, est tirée du numéro 69 de la revue Top Secret, d'Octobre-Novembre 2013, et ces deux entrefilets sont très importants, car ils montrent, sans l'ombre d'un doute, que la NASA et ses sbires, assurément, nous prennent, "pour des abrutis notoires ".

     À vous de juger... tout cela, documents incontournables à l'appui.

     Mais ce 28 Mars 2020 , pour les psycho-soiaux en question qui pullulent sur le Web en ce moment, disons que l'expression "pour des abrutis notoires ", que nous avons utilisée ci-dessous n'est pas du tout une parole en l'air, pour faire le buzz, en ces temps de confinement du commun des mortels du Pays, mais, ceci a été déjà dès 2002, bien explicité dans l'ovrage suivant, déjà présenté au premier volet et qui nous vient, du collectif Soria, formé, on le sait, de 4520 entités cosmiques et, en page 47, tel que :

  "..Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n'est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s'en tenir ! Même s'ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu'ils considèrent les habitants de cette Terre, comme des retardés mentaux à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d'une grande réputation aux yeux des dirigeants !
      Étrange, votre choix d'être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd'hui ? Ne l'avez-vous pas assez exploité ?
     Ou avez-vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?".

     Fin de citation .

      Dur Dur... n'est-ce pas !!!, cette sévère diatribe contre nos gouvernants bouffis d'orgueil, alors qu'en réalité, ils ne sont considérés eux-mêmes, que comme des minus désaxés par les Aliens (Les Dracos, les Petits Gris, ( Short Greys), les Grands Blancs ...etc ...), qui depuis des lustes, occupent la Lune, et les arcanes du système solaire.

      Mais, il existe aussi, (nous l'avons souvent exprimé, dans de très nombreux articles), une deuxième "vieille marmite", encore plus ancienne que celle du Dr Ferdinand Ossendowski, et nous allons donc aussi , ce jour enfoncer davantage le clou une fois de plus, en reparlant du phénomène de la Mer libre du pôle, phénomène lui aussi, totalement occulté, par nos zélés bien-pensants zététiques : et bravo pour le puriste qui arrive à savoir rapidement, pourquoi nos gouvernements, nous cachent si obstinément, cette fanstastique Mer libre du Pôle Nord...

     Nous savons déjà, en effet que dès 1908, est paru aux USA, l'exceptionnel ouvrage nommé "The Smoky God" (c'est la 2 e marmite en question), et ouvrage auquel nous accordons, un très grand crédit.

  

ou encore, pour les anglo-saxons curieux, tiré de la revue "Flying Saucers Review" de Juin 1970, page 35 :

TheSmokyGodFS1970Juinp35.jpg

Olaf Jansen
, en se dirigeant vers le Nord avec le sloop de pêche de son père Jens, à une certaine période d'avril 1829, nous dit ceci :


que nous traduisons, très modestement :

"Devant nous et directement au nord, s'étendait une mer libre."...


      Le site ARTivision, a d'ailleurs été, le premier du Web français, à traduire en amateur, l'ouvrage en question, et cela dès le 6 Avril 2001. Cet ouvrage, selon nous bien sûr, surclasse de très loin, celui de Jules Verne, bien connu : "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE"(1864).

      Notre traduction, depuis le 6 Avril 2001 se trouve à :


     Et, nous voilà donc, en plein milieu, de cette affaire de La mer libre du Pôle Nord, niée actuellement par nos universités, mais longuement évoquée, par de très nombreux explorateurs des données polaires comme les nommés : Le Dr Elisha Kent Kane, le Dr Isaac Israël Hayes, le Comte de Buffon, Daines Barrington, Boiteau, J-p Bellot, Nansen, Greely, Hall, Edward Parry, Ingleflied, Jules Verne, Jules Gay, De Wrangell, etc... et voici d'ailleurs un ouvrage que nous avons eu la très grande chance, en 1983, de découvrir dans une vieille malle à 600 m de chez nous...


        Nous savons aussi déjà que, de nombreux malotrus du WEB, ont recopié carrément notre traduction (en changeant bien sûr quelques petits mots), sans citer une seule fois le nom d'ARTivison, qui avait mis à l'époque plus d'un mois, à effectuer cette traduction aidé, bien sûr, d'un petit logiciel : Quick Translator et de 3 dictionnaires :

     Comparez donc vous-même, notre traduction, avec les textes suivants :

  

     Mais, rappelons aussi le fait significatif, qu'il y a quelques années
, (nous avons deux fois hélas, perdu le dépliant qui présentait ce forum. Merci mille fois à l'internaute béni qui en retrouvera une copie), que nous avons eu, un jour, le bénéfice, d'assister au Fort Delgrès de Basse-Terre en Guadeloupe, à un forum de la BD, où les plus grands spécialistes du genre, montraient leurs œuvres. Nous avons étonné tout un chacun, en prétendant que nous recherchions en priorité un dessinateur de BD Norvégien, pour l'inviter à sortir un album très classique, sur l'histoire du "Smoky God", de l'écrivain nord-américain Willis George Emerson, paru en 1908 . Hélas il n'y avait aucun dessinateur norgévien, dans le coin et tout le monde a voulu prendre notre photo, quand nous avons sorti le Paris Match 1028 du 18 Janvier 1969, où l'on voit à vue d'œil, une super structure gigantesque placée sur la face cachée de la Lune.

    Mais, ensuite ce fut tout. Ces messieurs spécialistes de la BD, ont replongé dans leur petit train-train quotidien, et pas un, ne nous a contacté après, pour en savoir plus sur l'ouvrage extraordinaire "Smoky God", (que nous avions aussi montré, à tout un chacun). Ils s'en mordront les doigts, car le Temps des Révélations, est bien arrivé, et ils ont loupé le coche comme beaucoup d'autres.

     Mais, plus près de nous en 1964, on découvre en anglais, une 3e marmite, qui nous vient du DR Raymond Bernard ,(qui en réalité s'appelait Walter Seigmeister, et qui est décédé le 10 Septembre 1965) tel que :

  

        Cet ouvrage, nous décrit, avec forces détails, une histoire digne des " Voyages de Gulliver " de J.Swift (1726), racontée par le Dr Nephi Cottom de los Angeles (mais nous n'avons pas pu encore, trouver une copie des lettres incontournables en question) où un de ses patients qui habitait la Norvège, prétend avoir un jour voulu avec un ami, aller aussi loin que possible dans le Nord, avec un petit bateau de pêche muni d'une voile et rempli de provisions pour près d'un mois. Au bout de ce mois de navigation, ils ont pénétré parait-il, dans un étrange pays où il faisait si chaud qu'ils n'arrivaient pas à dormir. Puis ce patient explique: " Nous vîmes plus tard quelque chose de si étrange que nous en restâmes muets de stupeur. En pleine mer, devant nous, se dressait soudain une sorte de grande montagne dans laquelle, à un certain endroit, l'océan semblait se déverser. Intrigués, nous continuâmes dans cette direction et nous nous trouvâmes bientôt en train de naviguer dans un vaste cañon qui conduisait au centre du Globe. Nous n'étions pas au bout de nos surprises. Nous nous rendîmes compte un peu plus tard qu'un soleil brillait à l'intérieur de La Terre."

     Ce recit est, tout à fait dans le même style,, que celui de Olaf Jansen, présenté plus haut. Nous ne pouvons pas ici, bien sûr, rapporter tout ce que ce patient a révélé de son extraordinaire récit, où il est fait aussi mention, entre autres choses, de plantes et animaux et même d'humains gigantesques et il est étonnant qu'un tel récit soit passé si inaperçu alors qu'il prétend être authentique et déclasse de loin les récits les plus imaginatifs.

         La traduction bien appropriée, du livre en anglais de R Bernard de 1964, se présente telle que :

Ouvrage publié en 1971, chez Albin Michel.

        Ce livre nous parle de cette affaire des "ouvertures polaires", (les guillemets ont une très grande importance), et aussi du fait fantastique, qu'il existe un mini soleil, au centre de la Terre. Cette affaire, nous fut alors révélée, qu'en 1972, quand une amie de la Métropole, a eu la très géniale idée, de nous envoyer le livre en question, désormais incontournable et ( pratiquement introuvable en France).

        Notons en passant que notre grand écrivain, Jules Verne, déjà en1866, a aussi parlé de ces "ouvertures polaires" de la planète, et nous en reparlerons plus loin.

     Les internautes, qui nous disent posséder, le livre ci-dessus, dans leur bibliothèque, font désormais partie d'un club de privilégiés, dont les membres se comptent sur les doigts des deux mains. (et on peut même, aussi lire quelque part, sur notre site, que les autorités ont fait mains basses sur tous les exemplaires qui traînaient chez les libraires et bouquinistes de France, non avertis).

       Ces derniers temps, il faut aussi le savoir, on peut trouver sur le marché, cet autre ouvrage, en remplacement du précédent, publié aux Editions Hades en Septembre 2017.



      Evidemment, on le sait, cette théorie de la Terre creuse, n'est pas admise dans le cursus universitaire actuel, car elle s'oppose catégoriquement, à notre connaissance actuelle de la composition interne de la Terre mais, on l'a vu plus haut , le Grand Maître SaLuSa, en parle souvereinement. Donc, la plupart des scientifiques officiels, non recyclés sur l'histoire des phénomènes polaires, vont la rejeter impitoyablement...

     Mais ce 04 Avril 2020, pour les puristes , qui aiment remonter aux documents clefs, disons que l'ouvrage incontournable "The Smoky God", a été aussi publié, en 2007, par notre amie canadienne Ischaia :


     Mais ce jour, ces mêmes puristes, pourraient avouer qu'il leur serait aussi bien utile, de découvrir quelques images de vortex, concernant d'autres planètes de notre Système Solaire, comme par exemple, Vénus, dont on sait maintenant, que sa température tourne autour de 400°, et planète qui ne saurait posséder des calottes polaires couvertes de neige brillante.

     En effet, concernant donc Vénus, voici déjà, une importante missive, que nous avons reçue le 01/08 2019 :

----- Original Message -----
From: Annaëlle
Sent: Thursday, August 1, 2019 5:58 PM
To: IDYLLE Fred
Subject: Vénus

          Bonsoir Fred,

       J'ai remarqué tout à l'heure une curieuse photo de la planète Vénus à l'url :


     On voit au pôle de la planète une tache claire que l'on ne peut attribuer à une calotte glaciaire, étant donnée la température. Curieux non ?



     Fin de la missive .

     Et, de plus, nous avions déjà présenté, sur notre site concernant Vénus, ceci :


     Il y a déjà des lustres, certains détracteurs pour noyer le poisson, prétendaient que Vénus, aurait pu avoir comme Mars, une calotte polaire glacée, Mais maintenant que sait, que Venus est brulante, cette hypothèse ne tient plus. Alors d'où vient cette luminosité polaire vue ci-dessus ?

         Nous attendons, avec ferveur, Messieurs les irréductibles détracteurs, vos brillantes suggestions...

     Pour mieux comprendre cette affaire fantastiquedisons alors que le novice ingénu, qui découvre à peine le site ARTivision, aura certaines difficultés à assimiler ce qui suit :

      En effet, comme justement, rien n'arrive par hasard sur ARTivision, voici une de nos découvertes très surprenante, faite très opportunément, le 2 Juin 2019, sur la revue suivante du n° 1, spécial d'Octobre 1989 :


       Et, en page 35, voici quelques mots très philosophiques de l'Astrophysicien Ludwik M. CRLNIKIER, chercheur à l'époque au CNRS :


      Nous avons bien sur, noté ce passage admirable :


      Nous espérons que ce chercheur philosophe, s'il est encore vivant, a aussi découvert comme ARTivision, "le petit détail inexplicable", (comme il le dit si bien) des deux voxtex surprenants de l'astre Titan :

  

      Mais pour Mars, on sait que l'on a aussi :

  


       Et pour Saturne, c'est encore plus beau :

  

    Et pour Neptune, on tombe à la renverse :

  

     Comme serait un spectacle éblouissant, si aux antipodes, on pouvait alors voir, ce qui s'y passait, n'est-ce pas !

    Nous avons aussi, de la part de notre amie Aurélia (http://www.unepetitelumierepourchacun.com ), ce panorama neptunien, venant de l'observatoire Keck d'Hawaii :


       En effet, on sait par exemple que , douze ans après son lancement (le 20 Août 1977), la sonde américaine Voyager -2 après avoir survolé , Jupiter, Saturne, Uranus arrive le 25 Août 1989 en vue de Neptune à plus de 4 milliard de km de la Terre et prend parait-il près de 8000 photos de la planète et de son satellite Triton.

   Neptune qui avec ses 144990 km de diamètre (3,53 fois celui de la Terre), ses -200 ° C de température moyenne, et son atmosphère constituée principalement de méthane apparaît alors d'un bleu chatoyant, mais surtout, avec ce que personne n'attendait, et que faute de mieux l'on a qualifié parfois de "petit nuage blanc", un gigantesque "Oeil très lumineux intérieurement" possédant une "frange ovale rouge" extérieure, caractéristique d'une sorte de diffraction spectrale étonnante. Cet "œil fantastique" a-t-il pu correspondre autrefois, à un pôle de la planète qui aurait peut-être basculé sur son axe après un cataclyme ? Seul un spécialiste pourrait nous le dire. Toujours est-il, que nous sommes restés totalement muets, devant cet étrange phénomène qui a dû troubler plus d'un observateur curieux.

         Nous attendons, avec ferveur, Messieurs les irréductibles détracteurs, vos brillantes suggestions, et nous espérons qu'il en sera de même pour ces Messieurs les journalistes blasés, toujours avides de scoops atypiques, et autres consorts astronomes et cosmologistes officiels, bien engoncés dans vos cocons feutrés, du Système des Nations actuelles, et système qui cache des vérités inouies au commun de mortels pour de vulgaires raisons d'hégémonies, politiques, culturelles, économiques et surtout militaires ... Mais, nous l'esperons vivement, que, la situation mondiale actuelle, remettra bénéfiquement, les compteurs à zéro.


      A bon entendeur salut...

     Mais aussi, comme le disent parfois les anglo-saxons : "Let us make hay, while the sun shines" (faisons du foin, quand le Soleil brille), avançons un peu plus, vers le stade crucial de notre plongée, dans la Théorie si bien occultée de la Terre creuse, et pour cela, nous allons rejoindre, une fois de plus notre maître français du fantastique : Jules Verne, ce qui va encore faire grincer les molaires des bien-pensants académiques qui ne connaissent pas, ce que signifie le fait, que c'était un initié contacté par les Maitres, de l'ésotérisme, le plus pointu qui soit.

     Voyez donc aussi, en passant, cet ouvrage de Michel Lamy republié chez Payot, en Février 1999 .


     Cet ouvrage pourtant, dans le vif du sujet, ne semble pas avoir relevé l'incompable détail que nous allons souligner ci-dessous :

         Mais reprenons volontairement ce passage déjà vu, dans de nombreux articles très ssensibles :

     "L'intérieur de votre Terre est creux ; un Soleil y réside, permettant la vie comme sur la croûte extérieure de cette planète. Chaque humanité vit dans une des réalités physiquesd'Urantia Gaïa. Suivant le cercle d'influence atomique, certaines peuvent avoir des relations directes et physiques avec le peuple extérieur, vous Ainsi parmi les survols d'ovnis, quelques-uns sont imputables aux intraterrestres. L'harmonie interne de votre sphère d'accueil subirait des interférences si ces êtres n'intervenaient pas dans votre évolution. Il n'est pas rare que les scientifiques internes surveillent les travaux des vôtres, les aidant même en laissant des formules dans la matrice des ordinateurs ou en envoyant l'un des leurs se fondre au sein de votre multitude. Certains occupent des postes importants dans votre société, contrôlant ainsi les progrès, en favorisant certains ou en écartant d'autres, mais en tenant toujours compte de votre degré d'ouverture d' esprit, de vos faiblesses, de vos points forts et du maintien de l'équilibre du centre de la Terre. Parfois, des documents disparaissent, étant jugés sortis trop tôt, pour réapparaître dans une séquence plus appropriée. Il est temps de trouver un point de rencontre conscient entre eux et vous. Seule votre volonté de développer un échange sain, fraternel et respectueux entre chaque ethnie concrétisera cette rencontre. Pourtant, les habitants de l'intérieur de la Terre n'ont jamais été aussi ouverts à une telle éventualité. Votre conscience sera touchée par des informations révélant autant la vie stellaire que la vie intraterrestre. Il est même possible que certaines portes d'accès du centre de la Terre s'ouvrent à quelques-uns d'entre vous afin qu'ils puissent témoigner de la réalité de leur existence. Votre grand visionnaire et prophète Jules Verne, vous a préparés aux ouvertures de ces temps nouveaux. Rapidement et étrangement, vous pourriez éprouver comme une surdose d'informations, déstabilisant ainsi vos croyances établies et fragilisant vos tendances à vous accrocher aux lois actuelles".

     Extrait pages 172 et 173 de "Voyage" tome III de Soria Edition Ariane Mars 2002.

      Mais, si vous savez lire entre les lignes, de l 'extrordinaire texte précédent, on peut imaginer alors que notre incomparable Jules Verne, et sans doute d'autres écrivains bien choisis, ont été contactés, en leur temps, soit par télépathie... soit directement par des missionnaires spéciaux de la Terre intérieure, pour préparer l'arrivée des découvertes extraordinaires, mises en relief actuellement, avec ses faibles moyens, par le site ARTivision.

      On pourrait en effet écrire un ouvrage en entier, uniquement sur le passage en question ( avis aux journalistes, aux éditorialistes et autres amateurs psychologues et philosophes des mystères de ce monde).

    Nous allons donc plus bas, donner en surbrillance, la phrase clef de Jules Verne, que l'on ne discute jamais dans nos écoles et universités, et phrase publiée, dès 1866, au moins, dans son ouvrage intitulé "Voyages et aventures du capitaine Hatteras".

        Voici donc d'abord deux scannérisations , d'une réimpression moderne de cet ouvrage :

  

, où il est précisé ceci au Tome 2, la phrase suivante, qui fait vraiment TILT, dans l'ouvrage précédent :

" Enfin, de nos jours, on a prétendu qu'il existait aux pôles une immense ouverture, d’où se dégageait la lumière des aurores boréales, et par laquelle on pourrait pénétrer dans l'intérieur du globe... "

     Comme on le voit donc, tout cela est dit par Jules Verne, clairement, nettement, et sans bavure...

      On voit là aussi, que Jules Verne, ignorait l'affaire du Soleil central qui provoquait les auroles boréales, qu'il mentionne si bien ci-dessus ...

      Voici en effet, comment Jules Verne parle de la lumière spéciale (assurément pour lui, d'origine électrique), qu'il a découverte au centre de la Terre, qu'il décrit au chapitre XXIII, dans son célèbre ouvrage de 1864 "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE" , déjà présenté plus haut :



      Donc il est clair, pour Jules Verne, qu'il ne peut s'agir de la lumière d'un Soleil interne, mais d'une lueur "triste et souverainement mélancolique".

          Alors Messieurs les puristes, il ne vous reste, qu'à trouver où sont stockées les notes personnelles, grifonnées par Jules Verne, parallèlement, à l'écriture de ses romans, afin de déterminer si possible, d'où il a pu tirer cette incroyable information. Bien sûr, le Webmaster d' ARTivision, a contacté à ce sujet, la Mairie de Nantes (où existe un musée Jules Verne), en passant par cette adresse : musee-julesverne@mairie-nantes.fr, et nous avons reçu, une réponse détaillée, concernant ces archives, Avis donc aux amateurs...

      Cependant disons aussi que Jules Verne, aurait pu s'inspirer des travaux du précurseur nommé Sir John Leslie (1766-1832), qui lui imagina bien plus, puisqu'il parle lui, de deux soleils, nommés : Pluto et Proserpina, situés à l'intérieur de la Terre. Voir sur le site de l'époque :


le passage : " a Scottish physicist and mathematician, proposed that the earth had a hollow interior containing two suns "Pluto and Proserpina" ."

    Cependant chez Jules Verne, ces deux soleils, sont devenus deux planètes :

" puis, dans la sphère creuse, on imagina l’existence de deux planètes, Pluton et Proserpine, et un air lumineux par suite de la forte pression qu’il éprouvait. "


     Ceci est tiré de l'ouvrage tome 2, de 1866, de Jules Verne " Voyages et aventures du capitaine Hatteras".

      Comment les deux  "soleils"  de Leslie, ont pu devenir "deux planètes" chez Jules Verne ? Aux historiens curieux de répondre.

     D'ailleurs les internautes qui ont le privilège d'écrire aisément l'anglais, pourraient contacter le Webmaster du site précédent pour en savoir plus, et par exemple essayer de découvrir dans quel livre de John Leslie, apparaît cette extraordinaire affaire de deux soleils présents à l'intérieur de la Terre. Voilà déjà ici une avancée, très utile qui pourrait être réalisée dans cette affaire saugrenue
.

       A suivre... Fred IDYLLE.

    Article mis en page le 13/02/2020, et revu le 16/02/2020, et revu le 19/02/2020, et revu le 22/02/2020, et revu le 23/02/2020, et revu le 25/02/2020, et revu le 28/02/2020, et revu le 02/03/2020, et revu le 05/03/2020, et revu le 16/03/2020, et revu le 17/03/2020, et revu le 20/03/2020, et revu le 23/03/2020, et revu le 24/03/2020, et revu le 28/03/2020, et revu le 31/03/2020, et revu le 04/04/2020, et revu le 05/04/2020.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil
     
http://www.artivision.fr/http://www.artivision.eu/Quand-on-vole-un-jour-un-OEUF.html

Deuxième focus très "souveinement périodique " :

      En effet nous allons nous demander, ce jour, du 13 Février 2020,
à nos irréductibles détracteurs, de nous expliquer, concernant cette fantastique affaire High Jump, pourquoi des scientifiques de haut niveau, se sont interrogés sur la vraie quintessence de son élaboration, et de son flagrant bide...

      Ainsi donc, même la revue à vulgarisation scientifique "Sciences et Avenir", de début Mai 1947 dans son n° 1, (que nous avons la très grande chance de posséder), se pose aussi des questions très justifiées à ce sujet.

        Voici d'abord une partie de la couverture de cette revue qui à l'époque avait pour dimension 40,5 cm et 29,5 cm, ce qui dépasse de loin les capacités de notre scanner :


     Puis, voici le début de l'article, suivi de sa fin, où l'on s'interroge sur les vraies motivations de cette expédition :





     Vous avez, donc bien noté, nous l'espérons vivement, que, devant l'incroyable armada, mise en route par l'expédition de Byrd, la revue Sciences et Avenir de Mai 1947, se pose effectivement la question de savoir, si cette expédition "n'avait pas d'autres visées non avouées".

       Ainsi, les journalistes et les rédacteurs, socialement bien en vue, de la revue Sciences et Avenir, ( il y a de cela 73 ans en 2020), avaient donc, déjà en début Mai 1947, tout le loisir d'approfondir, dans leur propre revue, les phénomènes insolites, (si souvent mis en exergue, par ARTivision...), et phénomènes, qui se passent aux pôles de notre planète, pour en tirer aussi les extraordinaires conséquences, qui s'imposent...

        Mais, ce 13 Février 2020, nous voilà arrivés à la clef de voûte de cet article, qui consiste à épiloguer sur le vocable "Huitième continent", très maladroitement, utilisé par la Chaine ARTE, lors de son émission suivante, que nous avons déjà stigmatisée, il y a quelques temps :


    En effet, pour ceux qui tout de même, douteraient de notre énigmatique propos, voici de quoi les mettre au pied du mur, pour plusieurs raisons... :

    En effet, sur le site de GoogleOldNews , il y a quelques temps, à l'url :


    Url, qui a lui aussi disparu comme par enchantement du site en question, on pouvait alors lire, ce qui suit dont nous vous présentons pour une raison évidente, que le début :


     Nous avons souligné en rouge, les termes qui, ici, nous interpellent grandement .

     Traduisons, à peu près, le titre et les paragraphes en question :

Byrd prédit qu'un huitième Continent sera trouvé dans les régions Antarctiques

Par Lee Van ATTA
Participant à l'expédition de Byrd dans l'Antarctique.

"L'amiral Richard E Byrd a exprimé l' intuition que son expédition, puisse dans les quatre semaines suivantes, faire " La plus grande découverte géographique primordiale du 20 siècle "- soit : un huitième continent."

     Donc ici, seule la croyance affirmée du Vice amiral Byrd. de l'époque, Grand Chancelier de l'Ordre de la Fayette et de la Croix du Mérite, secrétaire perpétuel de l'Académie Fédérale de la Marine et des Sciences, nous intéresse en premier lieu, car, en substance, ce dernier stipule à ce moment, clairement, l'existence "d'un huitième continent", qui pourra être ajouté à la cartographie mondiale, après son expédition.

     Mais que signifie donc tout cela ?...

      Précisons d'abord, ce que l'on découvre au sujet des continents sur le site :



     Comme on le voit, il a bien 7 continents, et l'Antarctique est déjà un des 7. Alors comment se fait-il que Byrd, parle d'un "huitième continent" qui existerait encore en Antarctique ?


     La seule façon de comprendre ce langage tout à fait énigmatique, (voulu sciemment par Byrd, et qui a autorisé Lee Van ATTA à l'utiliser), est d'admettre, une fois pour toutes, que Byrd, ayant déjà, à plusieurs reprises pu pénétrer, (en quelques milliers de km) dans "l'ouverture polaire sud" ( les guillemets ont ici une très grande importance) ( et rappelons aussi que Byrd, l'a fait également pour celle du pôle Nord en 1926), est certain cette fois, avec la puissante armada de l'opération "High Jump", de pouvoir démontrer définitivement l'existence de ce continent, qui s'étend à l'intérieur de la Terre.

     Mais si nous utilisons d'une part, la super carte tirée de l'incomparable livre, de Marshall B. Gardner de (1920)

  


et aussi d'autre part, la carte extraite l'ouvrage désormais incontournable (actuellement pratiquement introuvable en France), de R. Bernard " La Terre creuse", paru chez Albin Michel, en 1971 :



      Voici donc ces deux shémas :

  


      On voit alors après quelques recherches que:

   Diamètre de la Terre : 12 756 km
   Superficie 510 065 700 km²
   Formule : 4 × p × R 2.
   Diametre Terre intérieure 12756 - 2600= 10156
   Rayon Terre interieure 10156 : 2 = 5078 km
   Superficie Terre intérieure : 4 x 3,1416 x 5078 x 5078 : 324038245,9776 arrondissons à : 324 038 246 Km2
   Superficie totale de la Lune : 37 895 642,64 Km 2 arrondissons à 37 895 643 km2
     Autrement dit, La Terre interieure, a 324038246 - 37895643 = 286142603 ... soit environ, 286 millions de Km2 en plus que la Lune, qui ne représente alors, sauf erreur, ( 1,169 %) soit 1,17 % de la Terre intérieure, qui est bien le "huitième continent", comme le préconisait le Vice amiral Byrd de l'époque ...

      Donc ce n'est pas la Lune, qui doit être un "huitième continent", comme le racontent les journalistes et les rédacteurs zélés, et autres propagandistes blasés de la Chaine ARTE, qui de plus, doivent maintenant, répondre à la question suivante, qui concerne aussi les psychologues, psychiatres, sociologues, géographes, et consorts intellectuels affiliés :

      Comment expliquer brièvement, pourquoi le journal Palm Beach Daily News, en date du 9 Février 1947, que nous avions découvert dès le 23 Nov 2014, a entièrement disparu du portail GoogleOldNews, (https://news.google.ca/newspapers?), et qu'il en a été de même du journal Miami Daily News, en date du 25 Juin 1926, qui lui aussi avait, une déclaration fracassante de Byrd. ?

      Merci d'avance pour vos judicieux éclaircissements.


      Mais, par contre, grâce aux nombreux articles très pointus, du site ARTivision, on le sait déjà, que le Vice amiral Byrd de l'époque, rencontrera alors, lors de son expédition dite "High Jump" au Pôle Sud, une résistance hors-normes, et il s'en retournera hébété, au point de parler ensuite, de manière ambigüe, de menaces voilées et peu explicites, envers les USA, (venant des deux pôles).

     Voir nos articles :


     Mais, qui fut donc ce Lee Van ATTA, qui savait tout ? C'est maintenant , qu'il faut chercher, des éclaircissements supplémentaires, n'est-ce pas ...!

    C'est à vous qu'il appartient désormais, de juger tout cela, documents à l'appui, et encore merci à Super Hasard, de nous avoir permis de faire ici, un flash-back, toujours utile, sur les déclarations insolites de l'amiral Byrd, qui a quitté ce monde, rappelons-le à toutes fins utiles, à 68 ans, au soir du 11 Mars 1957.

        Mais, nous voilà ce 13 Février 2020, en demeure d'en dire bien plus encore sur cette affaire du "huitième continent", si mal interprétée, par ces Messieurs les journalistes et autres rédacteurs zélés, de la Chaine ARTE, qui n'ont jamais lu un seul article du site ARTivision, ou encore qui ont cru que son Webmaster était un gratte-papier, en mal de publicité dérisoire.

     Nous allons donc ce jour, "enfoncer le clou", plus profondement et et ainsi produire d'autres documents, tout aussi renversants que les précédents...

        Extrayons alors du fameux document fantôme du journal Palm Beach Daily News, en date du 9 Février 1947 ce passage :


      Notre modeste traduction, de la phrase en rouge, donne: "La plus importante découverte géographique du vingtième siécle : Un huitième continent".

      Comment à l'époque, (le Traité de l'Antarctique, interdisant toute mesure de nature militaire et non pacifique qui a pris effet le 23 Juin 1961, n'était donc pas encore en vigueur), l'exploration de quelques veines apparentes de charbon ou d'autres minerais utiles à l'industrie, pouvait-elle être considérée comme la plus importante découverte géographique ou géologique qui soit ?

       Ce que ne savent pas les touristes culturels novices de cette affaire, c'est que Vice amiral Byrd. de l'époque avait parlé de cette affaire d'énorme découverte géographique, 10 jours plus tôt, tel que :


dans ce journal devenu grâce à ARTivision, aussi incontournable que les précédents:


       Ce vice Amiral Byrd, montre bien ici, qu'il a de la suite dans les idées et celui qui veut le traiter de fumiste, en prendra pour son grade en temps voulu, exactement comme celui, qui a été fier de démontrer, à la fin du XIX e siècle que le plus lourd que l'air ne volerait jamais. A bon entendeur Salut!!

      En effet... nous avons attendu avec ferveur, que l'on puisse nous expliquer brièvement ces temps-ci, ( et nous le reprenons précautionneusement à dessein, ici ), pourquoi le journal Palm Beach Daily News, en date du 9 Février 1947, que nous avions découvert dès le 23 Sept. 2013, a entièrement disparu du portail GoogleOldNews, (https://news.google.ca/newspapers?), et qu'il en a été de même, (voir cela, dans un autre article à la date du 22 Juin 2019 ), du journal Miami Daily News, en date du 25 Juin 1926, qui lui aussi avait, une déclaration époustouflante, de Byrd...

      Gageons alors que, ces urls vont réapparaitre, le jour où le grand déballage va nous exploser à la figure, à la plus grande satisfaction du Webmaster d'ARTivision.

      Mais quelques explorateurs modernes des régions polaires, pourraient aisément nous dire, très ironiquement :
" Nous avons traversé, de part en part, les régions centrales des zones polaires et nous n'avons pas vu, l'ombre d'un vortex quelconque, et de plus dans l'Histoire Universelle des Explorations en 4 volumes des années 1970 :



, on trouve cette carte, où nul vortex n'apparait "



      Ce que ces gens oublient, c'est que les gouvernememts qui interdisent déjà, le survol par avion des deux zones polaires, merci déjà mille fois, à l'internaute béni, qui nous fournira un document officiel, à ce sujet) , demandent toujours de fournir l'itinéraire de l'expédition, avant aucune démarche, et bien sûr, on accorde le droit de réaliser cette expédition, quand elle passe loin du trou polaire, qui d'ailleurs se ferme périodiquement :


      Ces temps-ci, il nous est venue l'idée, et nous l'avons dit souvent ailleurs, compte tenu de nos faibles moyens artistiques et autres), d'essayer de réaliser cela, en passant par les images connues, dont d'abord celle ci, connue, dès 2004 :


      C'est une photo mosaïque surprenante, qui est bien sûr encore rejetée par les détracteurs de la Théorie de la Terre creuse, mais dont un infographiste qualifié, nous en a dit de très bons attributs.

       Remarquons par ailleurs, que cette incroyable photo mosaïque :


, qui a, fut un temps, circulé dans les sphères du Web, ne represente nullement le trou polaire nord, s'ouvrant et se fermant, mais simplement des manipulations photographiques, pour camoufler justement ce vortex polaire.

      Puis, il y aura aussi ce schéma extraordinaire au sujet duquel n'avons pas la compétence requise, pour en discuter les éléments, et schéma que l'on peut trouver sur le site :




      Enfin, sur le site précédent, on trouve aussi cette carte étonnante :


      Si donc nous compilons toutes ces données hors normes, nous pouvons alors dresser le document suivant qui gagnerait, bien sûr à être structuré en 3D :


      Le trou polaire nord, n'est pas bien sûr, à l'échelle, sur cette plaquette fictive.

      Comme on le voit, les expéditions polaires au Nord, coloriées d'une part en jaune, et d'autre part en bleu, dont revoici l'image de l'Encyclopédie des explorations, en question :


sont bien passées, hors du trou en question, représenté en rouge, (avec bien sûr, un diamètre non à l'échelle.)

      Voyons maintenant du côté du Pôle Sud :

      En Juillet 1989, la célèbre revue GEO, publiait dans son n° 125, un article intitulé : ANTARCTIQUE SANS FRONTIÈRES tel que :



      Il y avait surtout en pages 22 et 23, cette superbe carte de l'expédition antarctique proche :


      Là encore, on voit que l'expédition est passée, loin du vortex (disque rouge non à l'échelle), et encore faudrait-il savoir, si ce trou aurait été ouvert à l'époque... et comment le phénomène se réalise, puisque , aucune photo n'est arrivée jusqu'à nous.

      Gageons que cette dame audacieuse, qui voulait atteindre, le Pôle Sud en tracteur, elle non plus, n'avait, pas beaucoup de chance de tomber sur le vortex en question :


      Tout ce qui précède n'a bien sûr, aucune valeur pour des scientifiques, mais les journalistes curieux, pourraient eux, en prendre de la graine, et poursuivre, la recherche de documents précieux à la Bibliothèque du Congrès des USA.

      Rappelons, à toutes fins utiles que tout ce qui précède, est essentiellement axé sur le fait indéniable qui nous vient de la NASA dés Décembre 2004, en la matière de la photo extraordinaire suivante de Titan, et aussi du fait que ces Messieurs les scientifiques, vont à perpette (près de 50 millions d'années-Lumière), chercher l'image d'un obscur vortex, nommé Trou Noir, mais, qu'ils sont incapables de voir, celui bien plus voisin d'eux, très lumineux de l'astre nommé Titan, satellite de Saturne, tel que :



      On revoit ici, très nettement ( bout de la flèche rouge), la sorte de superbe réverbération, prouvant que la luminosité du disque, vient bien de l'intérieur de l'astre.

      C'est donc ici pour ARTivision, l'occasion, une fois de plus , d'inverser mgisaralement, le sage proverbe antillais, bien connu, tel que :

"Sa I bon pou Zwa, I tou bon pou kanna"

"Ce qui est bon pour les oies, l'est aussi pour les canards"

       Autrement dit :

" Ce qui est valable pour Titan :


  

l'est aussi pour notre Terre
".

       Rappelons aux novices, (qui lisent souvent en diagonales les articles du site), qu'il n'est pas besoin de sortir de Polytechnique, pour découvrir ici, que c'est cet œil surprenant de Titan, extrêmement brillant, de près de 300 km de diamètre, qui nous interpelle ci-dessus, possède clairement en desous de lui, de faibles traces cependant bien visibles, soulignant la présence une sorte réverbération, sur les couches de l'atmosphère de la planète, prouvant ainsi absolument, que cette extrême luminosité, vient bien, (nous le répétons à dessein), de l'intérieur de l'astre (voir le bout de la flèche rouge).

      Mais, comme on le voit sur l'image de droite, le Pôle Nord de Titan est aussi entré dans la danse...

      Il faut aussi remarquer surtout que c'est parce que la sonde Cassini Huygens (qui a fait ces photos et beaucoup d'autres qui n'ont pas été montrées), avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel, aux informations de la sonde. Donc la NASA a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher, ce disque extrêmement lumineux qui est apparu au Pôle Sud de Titan. Point à la ligne...

      Mais ce 16 Février 2020, nous allons montrer, une fois de plus, que la NASA dissimule assurément, des images secrètes de Titan, et cela va faire l'objet d'un troisième focus supplémentaire :

Troisième focus très "significatif d'un manque d'images de Titan" :

      En effet, présentons maintenant, pour expliquer cela, l'entrefilet très important suivant du regretté journal, France-Antillesparu en date du 29 Avril 2017 (et journal, qui a accompagné souverainement ARTivision, pendant 23 ans de 1997 à 2020):


     Et retenons d'abord les mots importants suivants :

     On découvre alors ici, que les 127 survols de Titan, par la sonde Cassini, ont pris fin le 22 Avril 2017, date importante, et on va voir pourquoi !


     On s'étonne en effet donc, alors franchement, que dans ces 127 survols, déjà effectués, qu'aucune autre photo, n'est apparue des vortex superbes Nord et Sud de Titan, dans les sites de la NASA, et dans les colonnes de la Presse spécialisée...!!!

      Le nombre de ces photos, (à part, celles qui se comptent sur les dix doigts de la main, et encore, c'est souvent la même photo, coloriée différemment), devrait tourner autour d'une centaine.

     Notons cependant que les photos qui ne montrent pas de vortex nord ou sud, sont aussi importantes, car ces vortex se ferment et s'ouvrent, régulièrement, et l'on en dira plus, à ce sujet, plus bas....


     Que sont donc devenus, ces autres clichés fantastiques du pôle Nord et Sud de Titan, et photos qui, on le sait, nous interpellent, au plus haut point ?

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront pour noyer le poisson que tout cela est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie des parhélies, soit donc des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs et consorts zététiques blasés oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires :

     Mais, il y a dans ce qui suit, bien plus, qu'une anguille sous roche... et de quoi faire franchement halluciner, notre néophyte, de service, et les consorts zététiques irréductibles officiels.

        En effet, analysons donc aussi, quelques photos de plus du fameux Titan, trouvées dans la Presse habituelle. (Merci déjà, à l'internaute béni, qui trouvera les références de la NASA, pour les photos en question).

       Voici pour commencer, une photo, de ce satellite de Saturne, Titan, que nous avait présentée, le "Figaro Magazine" du Samedi 13 Nov. 2004 :


      On voit alors que la partie droite de l'image de Titan du "Figaro Magazine" en question, présente une très remarquable luminosité, et, on nous dit alors dans la revue, que c'est "notre soleil qui illumine par derrière, l'épaisse atmosphère de Titan.".

      Voici encore une autre photo de Titan tirée cette fois-ci, du n° 415, du "Ciel&Espace" de Décembre 2004 :


     On apprend alors que, cette belle image de Titan ci-dessus, aurait été captée par Cassini Huygens, le 26 Octobre 2004, en passant à 1176 km de la planète. Cette photo, ne semble pas très différente de la précédente ci-dessus. et l'on voit aussi que la partie droite du globe de Titan, brille d'une manière étonnante, pour un astre placé, si loin de notre Soleil. , et l'on nous avoue aussi que cette luminosité remarquable, vient de même de notre Soleil, qui fait ainsi briller admirablement, l'atmosphère de Titan...

          On voit alors, que ces images qui sont passées comme une lettre à la poste dans des organes de presse ayant pignon sur rue, et qui n'ont jamais remarqué la bizarrerie de cette étrange luminosité ...

     Mais revoyons donc, ce que dit Mr Emmanuel Monnier, dans le n° Spécial de la revue Science&Vie, de Mars 2008 suivant, que nous présentons ici, avec une grande émotion...


     Relisons alors SVP, ce qui suit, où l'on nous dit bien, que le flux de lumière, qui arrive dans ces contrées reculées est, 900 fois plus faible, qu'au voisinage de la Terre :


    Alors, on se demande encore, comment ce faiblard flux, pourra, à 1,5 milliard de Km du Soleil, venir par une concentration quasi magique, exciter les épaisses couches atmosphériques de Titan (de 1200 km d'épaisseur, contre environ 100 km pour la Terre). C'est donc stupéfiant, et ceci est en ligne directe avec les propriétés de notre Soleil, et nous expliquerons cela, une autre fois.

    Mais, sur le site très moderne :


, on découvre au début, ces temps-ci, ceci :


qui nous montre parfaitement, que l'on s'interroge en haut lieu, sur le fonctionnement inconnu de notre Soleil, et pourtant la revue "Ondes Vives" n° 83 de Mars 1973 (que nous avons la très grande chance de posséder), nous avait déjà, à l'époque, mis les points sur les Is, à ce sujet.

       Mais, ce 19 Février 2020, disons puisqu'il convient généralement dit-on de "battre le fer pendant qu'il est chaud", nous allons ici, mettre la barre à un niveau très supérieur, quitte à faire, grincer, et même sans doute à faire s'ébranler, les molaires, de dépit et d'amertume... de pas mal de scientifiques et autres philosophes, psychologues, psychiatres et consorts intellectuels affiliés blasés du système terrien, qui part, (chacun le voit bien ), à vau-l'eau...

        Mais rappelons-nous, d'abord maintenant, cette étrange information qui vaut son pesant, non pas d'or, mais de chaleur, du regretté France-Antilles :



      Et, nous espérons, que notre néophyte de service, a bien lu, le passage suivant, de ce curieux entrefilet :



     Pour éclairer davantage tout ceci, disons aussi, que c'est en effet, au mois de Décembre 2000, que la revue "Ciel & espace", a sorti son n° 367, en spécifiant qu'il était "exceptionnel", car il représente, nous dit-on le "journal du siècle en Astronomie", et voici pour les puristes, la couverture du numéro en question :



     Il convient donc de garder précieusement ce numéro, où nous y avons noté, à l'époque, certaines interrogations, concernant notre Soleil, et ainsi nous notons à la page 41, le texte suivant :

"Retour vers le futur: Plus de 50 ans après, on ne connaît toujours pas le mécanisme précis du chauffage de la couronne".

     On y trouve aussi ceci :
      
"Il semble que Hans Alfvèn (Prix Nobel de Physique en 1970) soit le plus proche de la réalité. Certaines ondes dites "magnétohydrodynamiques" se propageraient dans la couronne et la chaufferaient. Les satellites d'observation du Soleil, comme Yohkod, Soho, ou Trace, ont mesuré sa température : Elle dépasse les 2 millions de degrés !"

     Vous avez bien lu, nous l'espérons :

"On ne connaît pas encore le mécanisme du chauffage de la couronne" .

     Nous souhaitons alors que, les appareils de mesure de cette couronne, ne soient pas du même gabarit, que ceux qui ont mesuré la fausse température de Titan (-180 °), ou celle moyenne de Pluton qui serait de - 200°, toute aussi fausse...

           En effet, voyez déjà pour Titan , ces deux images :

  

        Pour ARTivision, bien sûr, ces images ne présentent pas du tout un paysage glaciaire, correspondant à cette température de -180°, prônée par les savants, mais plutôt, à des paysages d'une zone désertique très chaude, comme celle du Sahara.

        D'autre part, nous avons eu, le 27 Nov. au soir, l'opportunité, de visualiser à la télé, le documentaire à prétention scientifique suivant :


       On y montrait, les pérégrinations de la sonde NEW HORIZONS, avant l'arrivée sur Pluton, la "planète solaire", (déclassée depuis lors, et donc on découvre ici, que des choses très évidentes sont, un jour ou l'autre délaissées), astre, qui dit-on, est parfois, le plus éloigné de notre Soleil.

      Chacun se disait alors que Pluton, était un monde givré et horiblement glacé, étant donné son éloignement du Soleil, ( à en moyenne 5,9 milliards de km), avec des températures bien en dessous de - 200° C.

      La sonde spatiale New Horizons, lancée en janvier 2006, par la NASA, fut la première sonde à visiter Pluton..Elle frolera cet astre le 14 juillet 2015, à une distance minimale de 11 095 km, après un voyage de 6,4 milliards de kilomètres.

      Sur le site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pluton, on découvre les principales caractéristiques de l'astre :



      L'image du haut montre en, bas à gauche une portion très sombre et surprenante, pour un astre gélé à mort.

       Mais de nombreux sites dont :



ont par la suite, montré des vues (sans doute retouchées à certains endroits, car on n'y voit pas comme pour Titan, les vortex lumineux polaires), d'une courte vidéo de 1'35'', de la NASA, où l'on voit des images très insolites, par rapport à celles que l'on attendait, comme par exemple, celles-ci avec très peu de givre et de neige :



       Pluton, ayant une épaisse atmosphère, voir plus haut, entre 200 et 800 km (celle de la Terre est à peine de 100 km), ce n'est vraiment pas là, un paysage noyé de matières glacières, et de neige à profusion.

       Mais, il y a aussi cette image surprenante :


       Bien que là, on voit un paysage à peine neigeux (le bord des cratères n'est pas du tout blanc), on aperçoit au-dessus, une sorte de crique à gradins, ayant de nombreux angles droits, reliés à des formes géométriques très caractérisées :


      Avec les puissants moyens informatiques qui existent actuellement, ce cratère aurait dû déjà être présenté, en 3D, afin que l'on en découvre tous les petits coins bizarres.

      On voit alors, une fois de plus, que les mots et spécimens photographiques, qui nous sont avancés par la NASA, depuis des lustres, sont très sujets à caution, et sont désormais, remis en cause, par de très nombreux sites...

      Pour comprendre cette affaire de paysage non glacé sur Pluton, il faut en déduire que la température, y est beaucoup plus élevée et finalement, il faut en revenir, aux déclarations hors normes, d'une part, du Maître Pomar, et d'autre part, des spationautes non officiels Howard Menger et George Adamski à découvrir bientôt...

        Pour expliquer plus avant, cette affaire effarante, prenons l'exemple simple suivant, en partant du simple schéma de fonctionnement, d'une loupe convergente :


     Un primitif, vivant au fin fond de l'Amazonie, qui serait déjà surpris, en voyant qu'en plein jour que l'on peut allumer un feu, avec cette simple loupe, il serait encore plus étonné, de découvrir qu'après l'arrivée de la flamme dans les brindilles de bois, que la loupe est parfaitement froide.

    Pour mieux saisir ce qui se passe vraiment, transposons alors, grossièrement, ce schéma de la loupe, au niveau de notre environnement solaire :


    Précisons alors que cette coupe diamétrale, n'est pas du tout à l'échelle, et que le complexe moléculaire et vibratoire, en forme de loupe, est en réalité une sorte de sphère, qui existe tout autour de la Terre.

     Cette analogie avec la loupe, va nous permettre à un niveau bien supérieur, de comprendre ce qui se passe du côté du Soleil.

     On sait en effet, que l'axe de l'équateur et celui de l'écliptique sont inclinés l'un sur l'autre de 23° environ et, il en résulte que le pôle n'est plus le point où la lempérature est minima. Pour mieux visualiser tout cela, empruntons à l'ouvrage "Astronomie et l'exploration spatiale", publié à Hachette Jeunesse en juillet 1985, le schéma suivant, que nous avons un peu modifié:



     Mais, ce qui est rarement expliqué dans les manuels scolaires, c'est qu'étant donné que la Terre ne décrit pas exactement un cercle autour du Soleil, mais une ellipse, on découvre alors que la distance de la Terre au Soleil est environ de 147 millions de kilomètres au mois de Janvier, et est de 152 millions de kilomètres au mois de Juillet, et autrement dit le Soleil est, paradoxalement, plus près de la Terre en hiver, qu'en été, (et le Maître Pomar va bien le spécifier, dans notre article dont l'url est cité, plus bas) de 5 millions de Km. Le site :



, nous illustre schématiquement tout cela, admirablement :


      Et on voit bien là, que la Terre, est plus proche du Soleil en hiver, qu'elle ne l'est en été.

     Dans les sphères officielles, on explique ce phénomène justement par l'inclinaison de 23,26° de l'axe de la Terre, par rapport au plan de l'écliptique, et qui fait que les rayons du Soleil sont toujours obliques, par rapport à l'axe de rotation de la Terre. Mais, pour ARTivision, cela est très discutable...


     En effet donc, si le soleil, était une boule de feu, émettant chaleur et lumière, en direction de la Terre, son action aurait certainement augmenté grandement en avançant de 5 millions de Km, de sa cible. Des maquettes à l'échelle, et des simulations informatiques, le démontreraient, sans aucun doute.


     Surprenant n'est-ce pas !!! Et, Il y a , de quoi flipper prodigieusement !!!


        Pour en savoir bien plus, vous trouverez certaines déclinaisons de tout cela, à notre article clef :


      Cette affaire hallucinante, débute dans cet article, au troisième focus, tout de suite après la présentation, du document inouï, que nous avons la très grande chance, de posséder dans nos archives, dès Mars 1973, (Il y a donc 47 ans en l'an 2020 ) :

     Du courage cher néophyte, car, , le Maitre Pomar, casse carrément la baraque, mais ARTivision, a aussi, d'autres documents pour vérifier cette affaire très saugrenue.

     A vous de juger, désormais, tout cela, en connaissance de cause... documents à l'appui.

     Mais ce 22 Février 2020, (Rappelons aussi qu'il y a 22 lettres dans l'aphabet hébreu, venu, on ne sait d'où) , il nous appartient de monter vertigineusement le niveau ésotérique, de cette affaire inouïe de soleil non brulant en parlant, tant soit peu, du livre célèbre : "Le Troisième Oeil", publié en Angleterre, dès 1955 par Lobsang Rampa :

 
 


      Cet auteur L. RAMPA, fut à l'époque très critiqué comme les spationautes non officiels, George Adamski, et Howard Menger, par des journalistes et consorts écrivains ignares du fait cosmique, que nous connaissons maintenant, En effet 1955, ces individus essentiellement matérialistes, n'avaient jamais appris que l'être humain est branché sur divers univers vibratoires,

      En effet d'après l'inité Lobsang Rampa , l'être humain, serait constitué, par exemple,, d'abord du corps physique, (seul enseigné dans nos écoles et nos uuiversités), du corps éthérique (que l'on a photgraphié autour des feuilles d'une plante - effet kirlian- tel que :


donc bien visible ici)
, et phénomène, qui débouchera, sans doute un jour,, sur la photographie de l'aura humaine, telle que nous le montre ce dessin du fourreau aurique, qui à la forme d'un œuf, et que seules les personnes sensibles; ou très entrainées, peuvent entrevoir :


Image tirée de notre article : RetourIsis.html.

    Mais, de plus, l'initié tibétain , Le Lama Lobsang Rampa, nous affirme que ce foureau aurique, (que voient certains animaux), posséde aussi des couleurs très caractérisées, comme celles d'un arc-en ciel, et chaque couleur représente un état mental ou physique de l'individu, et par exemple, l'individu qui ment, cela apparaît par une couleur spéciale de son aura. Ah si notre Justice, pouvait bénéficier de ce procédé pour connaître la vérité !!!

      Après le corps éthérique, vient le corps astral ( inconnu dans nos écoles), qui voyage pendant notre sommeil, (on dit aors que l'on rêve, à ce moment là ), et corps spécifique que l'on pourrait apprendre à diriger, pour explorer, non seulement la Terre, mais aussi, les autres planètes de notre système solaire, et même aller bien plus loin. Et ce n'est pas fini, il y a aussi d'autres corps, que nous ne pouvons développer ici, sans alourdir notre exposé.

      Tout cela pour dire, qu'il nous faut relire avec une attention toute soutenue, cet extraordinaire passage exprimé en Italie, dès l'année 1962 ( il y a donc déjà 68 ans en 2020 de cela), de l'ET nommé POMAR , et passage si bien mis en évidence dans notre incroyable article : Vision extraordinaire de l'ET Pomar sur notre Soleil, où il déclare tout de go :

       " Les vibrations radiantes projetées par le soleil dans l'espace, sont reçues par l'éther qui n'est pas le vide absolu, mais bien un ensemble d'espaces qui s'étendent de planéte à planète et qui les unissent comme le ferait une mer dont les substances éthériques agissent comme des conducteurs d'énergie."

      Reprenons donc, pour le néophyte de service, les expressions fantastiques, qui amplifièrent tout cela :

      Début de citation :

          " Disons alors, que cette notion d'éther évoquée par le Maitre Pomar, a divisé la communauté scientifique dès la fin du XIX e siècle. En effet en 1887, eu lieu la célèbre expérience de Michelson et Morley qui, a conduit les physiciens à mettre en doute l'existence de l'Éther, qui était le pensait-on le support matériel des vibrations d'une onde électromagnétique comme la lumière, ou tout au moins de son mouvement. Cela montrait aussi que la vitesse de la lumière était la même dans toutes les directions. C'est dans l'histoire de la physique l'une des plus importantes et l'une des plus célèbres expériences, qui valut à Michelson le prix Nobel en 1907. Et jusqu'à nos jours tous les scientifiques officiels, en sont restés . Voilà un fait, clair et net, que l'on croit avoir démontré, une fois pour toute.

     Mais, ces temps-ci, un scientifique ayant aussi étudié l'alchimie, Isaac Plotain, remet en cause les conclusions de cette célèbre expérience, en disant, qu'elle avait été mal orchestrée, à l'époque, et que l'éther existe bien. Voici deux ouvrages qui présentent cette histoire plutôt "éthérique" :

  

     Cela est d'ailleurs, confirmé par le groupe transcendant Soria, souvent évoqué sur ARTivision, et voici par exemple quelques propos de Soria, à ce sujet dans divers ouvrages :

     "Nous leur lançons un avertissement sérieux et espérons ne pas voir la réalisation de cette réalité qui, malheureusement, est déjà en train d'être enregistrée dans l'éther de votre planête...

     ...La chimie subtile de la rose circule dans les couches d'air, aussi bien celles de la Terre qu'autour ou dans l'éther lointain. Cette chimie véhicule des énergies fines pouvant réactiver l'ouverture d'un cœur (son chakra). Celles-ci s'infiltrent dans le réseau de la chaîne de ce chakra, glissent dans les molécules de l'air et parviennent au cœur de la plus petite parcelle de vos atomes. L'énergie de la rose demeure la nourriture la plus subtile nécessaire à l'apport de la chimie de l'Amour dont a besoin une bibliothèque intérieure.

     L'Éther est une matrice vivante, animée par des atomes.
...etc....


     Oh là..., une "matrice vivante" , les meilleurs ouvrages de Science-Fiction sont alors là, tout à fait surclassés n'est-ce pas !!

     Mais, pour clarifier encore mieux tout cela et puisque le Maitre Pomar, nous parle asssi de Mercure, voici un petit plus, à ce sujet et relatif encore à cette affaire d'éther, ignorée, on le sait, de nos scientifiques contemporains. Cette information est tirée du volet V de l'affaire Kraspédon de la revue ONDES VIVES n° 94 de Fév 1974, que nous avons vraiment aussi la grande chance, de possèder :


     Et en page 5, on trouve ceci, et chers novices, veuillez SVP bien attacher solidement votre ceinture :



     Vous avez bien lu, nous l'espérons, que la couche éthérique est de 624 000 km pour Mercure, alors qu'elle n'est que de 400 000 pour la Terre, (elle arrive donc, jusqu'à la Lune), et que la largeur de la couche d'éther d'une planète, est inversement proportionnelle à son éloignement du Soleil.

     Décidément cette Nature qu'ARTivision nomme parfois, La Source ou le Très Haut, nous surprendra toujours plus, quand on veut bien analyser son fonctionnement, dont les prémices apparaissent assurément sous-jacentes dans l'entrefilet capital suivant : .


       Ce communiqué de presse, n'est-il pas déjà, s'il en était encore besoin de le dire, une marche, vers l'avant-garde de la découverte du fait, prouvant que la Nature, n'est pas du tout un concept soumis aux tribulations d'un hasard aléatoire, comme on veut nous l'enseigner, dans nos écoles et nos universités.


        Mais il conviendrait aussi, dans le même ordre d'idée, de découvrir le super passage qui suit, et qui est tiré de l'ouvrage extraordinaire de Joseph Whitfield, ISBN 9.782880.580674, publié aux Editions Vivez Soleil en 1991, mais aux USA dès 1983 sous le titre : "The Eternel Quest" :


  

        Il importe aussi de savoir, que c'est une très forte intuition, qui nous a invité à commander ce livre, que nous avons reçu le 25/07/2012 :

    Voici donc, en page 185, le sublime passage en question :


        Comme cela est...tout à fait surprenant...n'est-ce pas !!!, et la première conclusion, que l'on peut tirer de tout cela, est que la planète Terre est un organisme qui a tous les attributs d'un être vivant comme l'homme, et en possède tous les flux vibratoires intrinsèques
"

        Fin de citation.


        Rappelons à nos braves puristes, qui aiment toujours aller au fond des choses, que le site ARTivision, dès le 8 Juin 1999, il y donc exactement déjà, 21 ans de cela en 2020, avait pressenti que le contexte du vivant, était bien plus extraordinaire, que ne sauraient l'imaginer nos meilleurs maîtres de la science-fiction : (Voir ci-dessous l'URL, de notre article clef, de l'époque), qui prouve absolument tout ce qui précède, au grand désarroi des mécréants zététiques, de toute nature :


      Cet article s'intitulait :

Intercommunications naturelles spécifiques
chez les êtres vivants, et retour
à la dimension cosmique de l'humain.

      Et cependant, des découvertes récentes, sont venues, bien sûr, confirmer cela, au-delà de toutes nos espérances :



       Reprenons maintenant, cette information hors norme du regretté France-Antilles, déjà présentée plus haut :



        On découvre alors que la sonde nommée Parker, a couté à l'époque la bagatelle d' 1,5 milliard de dollars, jointe à ce qu'a couté récemment, la sonde Spatiale européenne Solar Orbiter
, déjà présentée plus haut, et aussi d'autres sondes comme la sonde Ulysse en 1992, et donc que tout cela nous montre, que les scientifiques sont particulièrement intrigués par le comportement aberrant de notre Soleil, et qu'ils dépensent des milliards de dollars, pour en saisir le troublant fonctionnement.

       Rappelons aussi, à toutes fins utiles, pour les puristes, cet entrefilet de l'AFP du 10 Février 1992, disant que la sonde Ulysse a "frollé" la planète Jupiter, le 8 /02/92, à une vitesse d'environ 98000 Km à l'heure, soit à peu près 27,22 Km par seconde, et soit bien plus de deux fois la vitesse d'un astronaute.


Tiré, à l'époque, du site: http://tpesoleil.free.fr/partie_1_a.htm


     Le 22/11/06, en fouillant dans nos archives pour trouver un document égaré, nous sommes tombés très opportunément, sur le n° 266 de la revue Ciel&Espace de Février 1992, où nous avons découvert un remarquable article de Mr Guillaume Cannat, qui nous a fait beaucoup plaisir.

En voici le titre :


     Cette sonde enropéenne qui a quitté la Terre le 6/10/90 à bord de la navette Discovery, va survoler Jupiter à partir du 8 Février 1992 pour profiter du champ gravitationnel de la planète pour bifurquer hors du plan l'écliptique où circulent les planètes de notre système. Puis Ulysse foncera vers le Soleil et réussira ainsi à survoler ses deux pôles, et faire de nombreuses mesures du vent solaire et de son champ magnétique. Le magnifique schéma suivant, nous explique cette super "Odyssée d'Ulysse" :


       Tout cela, n'a donc pas suffi pour que nos savants puissent dire : "Le Soleil, on connait bien, voyons..."

      Mais ce 25 Février 2020, quittons cette affaire renversante de Soleil non brulant, et appliquons ici l'adage des anglo-Saxons : "Let us make hay, while the sun shines"(faisons du foin, quand le Soleil brille), concernant déclarations hors normes, (jamais discutées dans nos médias ayant pignon sur rue, et dans nos universtés), du grand Lama T. Lobsang Rampa :

  

RAMPAphotoNostra480Juin80p25.jpg et RampaNostra386p15.jpg

dans son fameux livre, le "Le Troisième œil", déjà présenté plus haut, et nous lisons cela :

       " Il y a bien longtemps, assurrent nos légendes, hommes et femmes pouvaient utiliser le Troisième œil. C'était l'époque où les dieux, venaient sur la terre et se mélaient aux humains. Les hommes se voyant déjà leurs surccesseurs, essayèrent de les tuer, sans penser que ce que l'homme pouvait voir, les dieux le voyaient encore mieux. En punition, le Troisième œil fut fermé. Depuis, au cours des siècles, une minorité a reçu à sa naissance le don de clairvoyance. Ceux qui l'avait naturellement ont pu voir son pouvoir multiplié par mille grace à un traiement approprié , comme celui qui m'avait été appliqué. Il va de soi qu'un talent aussi particulier doit être traité avec précaution et respect. "

       Voilà donc, un passage extrordinaire qui notez le bien, aété à l'origine des premières recherches d'ARTivision, dans la nouvelle discipline nommée actuellement "Archéologie Spatiale" ou encore le "Néo-Évhémérisme contemporain"

      A propos de l'expression nos légendes utilisée plus haut, les puristes auront tout loisir de s'imformer à ce sujet à notre article clef, sorti dès le 21/12/2012 :

       En effet, il n'est pas besoin de sortir de l' école Polytechnique pour se dire que "les dieux" évoqués ci-dessus par le Grand Lama T. Lobsang Rampa, s'ils ont existé, ont obligatoiremeent laissé des traces de leurs passages sur la Lune , comme nous le dit si bien le Maitre de l'ésotérisme humoristque français, Jean SENDY, auteur des ouvrages très significatifs :


et aussi :

  

       Notons cependant avec un grand étonnement, que Jean Sendy (1910 - 1978), malgré l'audace de son propos, n'a pas eu, comme nous, le loisir de connaitre ces images lunaires modernes, qui lui auraient fait bondir de joie :



     La piste rectiligne fait, (nous l'avons vu déjà dans le premier volet)
, près de 29 km de long sur 1,7 km de large. Cette piste est courbée à gauche comme le serait une crosse de Hockey. Voici d'ailleurs, en vert, la forme générale de la structure :


      On voit alors que cette piste apparue sur le Web dès Février 2000, ne peut en aucune façon, être le résultat obtenu par une météorite, qui aurait rasé le sol lunaire entre des montagnes, car de plus, on voit, dans cette tranchée, des structures très insolites comme celle-ci en forme de F, qui apparaît sur la gauche du tracé rectiligne :

   

     Mais, il y a aussi ces structures pyramidales lunaires :

  

       Sur l'image de droite le Webmaster d'ARTivision, a noté les indications suivantes :


      Mais à l'ancienne vidéo suivante :


,on peut encore voir ceci :


      Et ce qui suit, est tout à fait analogue, mais plus vaste :


      Mais, il se pourrait bien que, 4 ans, avant son décès, que Jean Sendy, ait eu la grande satisfaction, de lire notre entrefilet suivant dans la revue Ouranos n°11, de l'époque :

  

     Et voici le texte de présentation :

  

      Alors Messieurs les puristes, il ne vous reste qu'à retrouver, les archives considérables, de cet écrivain (qui a étudié l'hébreu et traduit de l'anglais de nombreux ouvrages), pour savoir si cet Einstein de la connaissance du fabuleux Passé de la Terre, a quitté ce monde, heureux d'avoir découvert qu'il avait bien raison, d'avoir osé entreprendre les recherches cosmiques, exposées dans ses nombreux ouvrages très atypiques.

      Mais, voici toujours concernant le Grand lama Lobsang RAMPA, un petit plus, où, aucune ambiguité n'est plus possible, et déclarations fantastiques, révélées dans le livre suivant, en français et en anglais :

  


     Lobsang et son maître, sont entrain d'explorer un long tunnel extraordinaire, sorte d'épine dorsale de la planète, taillée dans le roc à l'époque de l'Atlantide...

      " Lobsang, me dit mon guide, il y a sur cette terre de nombreuses choses que les gens ne comprennent pas".

     S'arrêtant, il désigna l'une des étranges choses sur les peintures, puis poursuivit :


"Ces véhicules sortent de la terre et volent autour d'elle afin de voir ce que font les gens, et pour s'assurer que leur sécurité n'est pas menacée par ceux qu'ils appellent les concurrents. "

     Je pensai que l'intérieur de la terre était un lieu bien étrange où vivre ; il devait y faire affreusement sombre, et j'y aurais eu très peur, moi à qui il faut le réconfort d'une lampe dès que vient l'obscurité. Mon guide sourit et dit, comme s'il avait deviné ma pensée :

     "Mais, Lobsang, l'intérieur de la terre n'est pas obscur ; ils ont un soleil, un peu comme le nôtre, mais plus petit et beaucoup plus puissant. Ils sont beaucoup plus intelligents que nous. Mais dans le futur, vous apprendrez beaucoup de choses sur les gens de la terre intérieure. Venez, maintenant, Lobsang. "

     Et plus loin on trouve finalement :

     "....Ceci est un passage conduisant au monde intérieur. Nous pensons qu'il a été scellé par les ouvriers du monde intérieur afin de préserver leur civilisation lors du déluge qui frappa cette terre. Nous croyons que si ceci était ouvert, je veux dire si nous pouvions l'ouvrir, les gens nous assailliraient et nous écraseraient pour avoir osé violer leur intimité. Nous, lamas de rang supérieur, sommes souvent venus en ce lieu pour essayer, par la télépathie, de communiquer avec ceux en dessous. Ils ont reçu nos messages, mais ils se refusent à avoir quoi que ce soit à faire avec nous ; ils nous disent que nous aimons la guerre, que nous sommes aussi ignorants que des enfants qui essaieraient de faire sauter le monde ; ils nous ont dit, par télépathie, qu'ils avaient l'œil sur nous et qu'ils interviendraient s'ils jugeaient nécessaire de le faire. Nous ne pouvons aller plus loin : ceci est la fin, c'est la ligne de séparation entre deux mondes "

     Nous espérons que l'éditeur nous pardonnera cette incursion dans le texte du livre en question et souhaitons qu'il ne prenne pas ombrage, du fait que nous y avons extrait ces phrases si importantes pour la suite de notre article.

     Mais terminons notre propos, de ce jour, et restant très fair play et en produisant une missive d'un internaute qui ne croyait pas du tout aux révélations renversant de ce Lobsang RAMPA.

    Voici donc la missive de cet internaute :

----- Original Message -----
From: Alain L.......
To: Fred Idylle
Sent: Friday, December 14, 2003 5:11AM
Subject: Lobsang Rampa final

    Cher ami

    Merci de m'avoir encore écrit..Je finirai, ultimement sur Lobsang Rampa, par cette question !

    Croyez-vous réellement et pensez y bien fort au plus profond de votre être, sincèrement qu'on développe l'ouverture du troisième oeil par une opération quelconque ?..Pour ma part j'ai cru qu'il fallait la développer en travaillant sur le plan spirituel. D'ailleurs la seule fois où j'ai lu que le troisieme oeil était ouvert par voie d'une opération c'est dans un des livres de Lobsang Rampa !....

............................................................     Je parcours au moment où je vous écris " Les mystères de la Bible" et je trouve ce sujet passionnant ..Je n'avais pas vu la page d' index et j'ai constaté que cela a dû être un travail colossal de votre part, mais combien gratifiant et enrichissant ...pour vous , pour répandre enfin ce qui n' aurait jamais dû être caché à la connaissance de l'humanité, et nous permettre d'apprendre un peu plus sur ces sujets des plus passionnants !

    Votre site m'a laissé bouche bée ce genre qui vaut à lui seul la raison d être sur internet !

    Je continue à lire chacun de vos dossiers mot par mot et aussitôt que j'ai une information qui pourrait enrichir le site, je vous la communiquerai aussitôt !

    Je crois que le monde dans lequel nous vivons est à l'agonie...Nous sommes dans le début de l'ere du Verseau..et tous les vieux masques vont finir par tomber et laisser la place à la Vérité !

    Comme j'envie le fait que vous soyez à la chaleur alors qu'ici au Québec le thermomètre indique -12 degrès Celcius !(rien de comparable cependant aux -50 et -80 des températures des pôles !)


    Et voici notre réponse à cet internaute du Canada :

---- Original Message -----
From: fred Idylle
To: Alain L.......
Sent: Thursday, December 14, 2003 1:22 PM
Subject: Re: Lobsang Rampa final


    On dirait que vous pensez qu'à l'époque où cette opération eu lieu, il y avait au Tibet des bistouris et perceuses électroniques pour percer un petit trou dans le front pour y exciter une glande particulière. Les herbes spéciales utilisées servaient parfaitement d'antiseptique et de stérilisation. La pointe de bois utilisée n'était pas évidement du bois blanc dont on fait les meubles à bon marché actuellement dans le commerce. J'ai assisté à un documentaire, tourné en Indonésie dans une peuplade primitive où l'initiation d'un jeune homme pour qu'il soit considéré comme adulte, consistait dans le fait de lui arracher ses deux belles incisives de la mâchoire supérieure et cela à la main, sans pince, et évidemment en tapant dessus avec un bout de bois justement. Cela devait donc faire un joli petit trou en haut dans la bouche et ce trou était dès lors le signe de l'initié et faisait de son opérateur, quelqu'un de très respecté.

    Alors la souffrance devait être atroce et pas moins dure que celle supportée par Rampa qui lui, avait été sous hypnose pour l'ouverture du Troisième Oeil. En voyant en direct, ce reportage, j' ai eu un frisson bien compréhensible au niveau de ma mâchoire supérieure.

    En résumé, il s'agit de se placer dans les conditions de vie très peu connue, des tibétains de l'époque et de ne pas raisonner avec nos conceptions modernes occidentales.

    Vous écrivez: "Croyez vous réellement et pensez y bien fort au plus profond de votre être , sincèrement qu'on développe le troisième oeil par une opération quelconque ?."

    Je crois que vous n'avez pas bien assimilé la démarche d' ARTivision et que vous confondez ce site avec un système qui est basé sur des croyances religieuses ou philosophiques.. Sur ARTivision ne régne que le pragmatisme, c'est à dire que je ne m'intéresse qu'aux faits notoires connus ou ignorés. Chacun est libre par la suite d'interpréter ces faits à sa convenance et en fonction de son niveau d'évolution.

    Les Grands Maîtres orientaux possédaient autrefois, un trou au milieu du front qui était le signe de la plus Grande Sagesse et de la plus Profonde Connaissance, que cela soit enseigné ou pas dans nos universités. Les européens ont d'abord ignoré pendant des lustres cette Connaissance orientale pour l'adopter ensuite en douce comme ils l'ont fait par exemple pour l'acupuncture dont je parle dans mon article très corsé, intitulé: "Soria :Autres révélations en concordance avec les propos d'ARTvision" et placé directement à :



     Des siècles après, les gens d'Orient qui voulaient montrer leur respect pour ces Maîtres utilisèrent une pastille écarlate nommée le signe du Tilac qu'ils placèrent au milieu du front juste au dessus de la glande pinéale. Cela n'est pas de l'imagination puisqu'il en reste quelque chose sur les sculptures en bois des Indes :



     Cela n'a pas l'air d'être une égratignure n'est-ce pas, que cette ouverture bien circulaire au milieu du front de cette statue du XIIe siècle ?

     Libre à vous d'imaginer donc son utilité !!

     Je crois avoir écrit quelque part, sur ARTivision: " que le Passé de la Terre est bien plus extraordinaire que l'on ne pourrait jamais se l'imaginer "


      Fin de citation.

      A vous de juger donc tout cela, documents tangibles à l'appui, ...et à bon entendeur salut !

     Mais ce 28 Février 2020, ARTivision , va sortir, (toujours en relation avec les recherches cosmiques, du grand ésotériste françaiss Jean Sendy), son hallucinant maître-joker, qui va nous conduire à présenter ici, un 3 e focus tout à fait extraordinaire :

Troisième focus où "une affaire de "bouteille à la mer", devient incontournable, et tout à fait significative " :

     Pour bien saisir cette affaire de bouteille à la mer, il faut d'abord se rappeler cette photo de Williams Anders dit aussi, Bill Anders, d'Apollo 8 :


     C'est donc, on le dit, un quidam plutôt rigoureux et cultivé. Alors, pourquoi a-t-il déclaré, (d'après Paris Match bien sûr), cette phrase tout à fait insolite et inadaptée :

     " Nous avons moins à craindre que Lindbergh lorsqu'il vainquit l'Atlantique ."

      En effet, le site ARTivision, dans de nombreux articles, et en particulier à :

http://www.artivision.fr/AstoundingMystery-of-the-WBSS-Agency.html

persiste à dire, qu'étant donnée la complexité de cette mission d'Apollo 8, et des risques énormes évidents encourus, que ce propos très insolite d'Anders, est forcément "une sorte de bouteille à la mer", bien calibrée, pour les générations futures, et cela signifie en clair :

" Soyez logique voyons, tout cela n'est, qu'un grand bluff... "